POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Un préau de Mélancolie [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 13/04/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 17/08/2008
Parchemins postés : 1615



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Mitsuko Uehara


MessageSujet: Re: Un préau de Mélancolie [libre] Mar 24 Nov - 20:52



    Merde

    Mitsuko resta plus qu’interdite face à lui. C’était comme si son cœur était en train de la lâcher et qu’une soudaine et irréelle pesanteur s’abattait sur elle. Plus Raphael continuait dans son discours, plus elle se sentait coincée entre quatre murs n’osant y croire. Elle se sentait glisser sous ses mots, et finalement, au fond d’elle elle le savait. Mitsuko était en train de s’abandonner dans un amour qu’elle avait tant voulu protéger comme étant son plus précieux.

    Une des aurres choses qu’elle s’était promise en revenant ici était de cesser toute confiance envers ceux qui pouvaient l’entourer; ce pourquoi elle était revenue ne lui permettait pas de tels actes. Mais maintenant je vais pas retourner ma veste. Bien sur qu’en le voyant Mitsuko avait désiré au plus profond d’elle-même pouvoir rien qu’un court instant revivre l’amour que Raphael avait pu lui faire vivre. Toutefois, c’était comme si pour se protéger elle avait voulu garder constamment un masque et ce, quelqu’en soit la personne. Devenant alors plus ou moins opaque selon celle qui se tenait face à elle, celui-ci était le garant de sa protection. Mais ses mots à lui, ces mots là. Ils la touchait bien plus que personne ne pourra l’imaginer. Une flèche de cupidon tranchant un cœur et fissurant ce visage qu’elle s’efforçait de porter.

    Son fragile masque tomba, roula et s’écrasa contre le pied du jeune homme. C’était là que leurs lèvres vinrent délicatement se caresser, rien qu’un court instant. Ses petites paupières, scintillantes d’un lueur presque trop cristalline, restèrent grandes ouvertes.


    - Raphael, je…


    « Je ne sais que te répondre, ni comment agir… En effet je suis nulle pour ce genre de choses. Je suis nulle… »

    Elle l’aime, il a l’air aussi de l’aimer, il est où ton problème toi ? Fait pas chier et embrasse le, baise le si tu veux, tant qu’à faire! Ca ira plus vite et ça fera plus d’heureux. La situation n’est pas bien compliquée… Mais n'est pas bien facile pour autant…

    « Solgea…. »

    Contre tout ce que l’on pourra en dire, Mitsuko aimait Raphaël jusqu’au plus profond de ses entrailles. Son maladroit amour pour lui la poussait toujours à prendre les mauvaises décisions. Aimer jusqu’à en perdre la tête, voila où cela la menait, à chaque fois. Dire que dans un élan d’immaturité dangereuse, elle s’était jetée dans de protecteurs bras en croyant se donner un gout pour une liberté qu’elle avait toujours eu, mais qu’elle n’osait se donner. Sous ce puéril comportement elle s’était laissée dominée… En croyant combattre l’espérance amoureuse que deux timbrés lui avait procuré. Mais en vain, Mitsuko était perdu d’avance…

    Son regard plongea dans les prunelles brodées d’or de Raphael, un peu comme si elle était en train d’y chercher l’once d’un mal invisible sans même espérer le trouver. Quelle sotte… Elle s’y perdit, s’approcha de lui et tendrement elle déposa ses deux mains sur le visage du jeune homme qu’elle approcha du sien pour ne laisser sur ses lèvres d’un doux et délicat baiser. Puis s’en suivit un deuxième, puis un troisième, jusqu’à ce qu’elle se laisse bercer par une longue caresse des lèvres.

    Mitsuko aurait pu lui dire des milliers de Je t‘aime. Pourtant elle ne le fit pas. C’était tout comme. Il existe de ces instants où des mots n’ont pas autant de charme et d’impact d’un simple geste. Ses doigts fragiles glissèrent sur l’opaline et chaleureuse peau de l’homme et s’agrippèrent au replis du pourpre manteau qu’il portait comme on s’accrocherait au dernier espoir. Front contre front, se souffle proche du sien, dans un doux murmure elle commença à lui parler.


    - Raphael… Tu te souviens du soir où, dans la foret interdite nous nous sommes retrouvés Scofield, Manrey, Dayana, toi, moi et… le Lord ? Ce soir là, probablement que je ne m’en serai pas sorti sans toi et Manrey. Pourtant, je ne veux plus que cela se reproduise. Je ne veux plus devoir ma survie au péril de vos vies, surtout pas de la tienne Raphael. Dans cette histoire j’ai été la plus en faute, et la moins à en subir de conséquences. Je sais que c’est totalement idiot. Là, sous le coup. Mais s’il te plait, j’aimerai que tu me promettes maintenant que plus jamais ça ne se reproduira. Que plus jamais ta vie pourra être en péril à cause de mes bêtises.

    Face aux apparences, ce château était surement l’endroit le plus sécurisé de toute l’Angleterre. Un simple endroit où tout deux auraient pu vivre une idylle sans le moindre danger. Mais ce n’était bien entendu qu’une grotesque mascarade. Dans ce monde où de milliers de raisons peuvent pousser un Homme à vouloir la mort de son autre, alors qu’il parait que l’amour peut rendre les gens plus forts, ici la leur pouvait facilement devenir l'un des plus nuisibles points faibles. Et c’est là que pour elle se trouvait le plus gros échec, devoir la blessure d’un être aimé par sa faute…

    - Promets le moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hachiyolk.e-monsite.com



avatar
Date de naissance du joueur : 24/11/1990
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 08/07/2008
Parchemins postés : 4932



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Raphaël Sorel


MessageSujet: Re: Un préau de Mélancolie [libre] Dim 13 Déc - 17:43

Désolé de l'énorme retard!

Il savait, savait que Mitsuko au fond d'elle aurait peut-être aimé se détacher de ce qui la retenait au passé, et Raphaël faisait partie de ces personnes-la. Il savait la gêne qu'elle éprouvait comme lors de cette funeste soirée dans l'appartement de son frère, ou John était blessé, et ou il s'était retrouvé avec Mitsuko dans le grand salon. Ses paroles qui lui avaient fait si mal sur le coup, lorsqu'elle lui avait dit sur un ton de funérailles qu'elle savait que c'était lui qui avait mis Lacey enceinte, comme si prononcer ces mots enterrait a jamais leur amour. Et même si ce qui s'était passé après l'en avait dissuadé, il avait toujours au fond de lui ce souvenir de Mitsuko, si triste, mélancolique, un peu a son image. Et a ce moment il s'était aperçu que tous les deux se ressemblaient plus qu'il ne l'avait imaginé. Les deux offraient un visage enjoué et souriant au monde, mais ils savaient tous deux les paroles et le rictus amer qu'ils offraient aux ténèbres profondes de leurs âmes. Et ce jour-la aussi il avait décidé d'oublier les peines qu'il avait eu avant. Avec Cindy. Les joies et l'amertume de ce qu'il aurait pu vivre avec Lacey. Et il s'était juré de vivre a nouveau, comme il avait juré des années plus tôt avec une mourante qui lui souriait dans ses bras ensanglantés. Il avait fait une promesse, celle de vivre pour deux, d'être heureux a nouveau, et il savait qu'il trouverait cela a la porte de ses bras. Ces bras fins et pâles qu'étaient ceux de Mitsuko Uehara, la femme avec qui il voulait vivre pour voir de nouveaux jours heureux après cette heure si sombre.

Il se laissa prendre le visage et vit Mitsuko le regarder intensément. Elle approcha le sien, ils s'embrassèrent, goutant ses lèvres de miel pour la première fois depuis longtemps et ce baiser, plus que n'importe quel autre qu'il aurait pu donner ou recevoir depuis plus de deux ans l'embrasa d'un feu ardent, d'une chaleur inaltérable. Elle s'accrocha a son manteau pourpre du sang versé au nom de l'amour, de l'amitié, de la justice. Il baissa sa tête vers elle et leurs fronts se touchèrent, elle lui parla dans le souffle de leur respiration.

Il se souvenait, comment oublier cette nuit de souffrance, de peur et de mort? Mais la encore lui revenait en tête le fait qu'ils avaient survécu a tout ca, et même si Raphaël ne comprenait toujours pas Mitsuko, qu'il ne savait pas grand-chose d'elle, lui revenait en mémoire que c'est toujours le gout du mystère, de l'aventure qui faisait vivre Raphaël Sorel, et auprès de Mitsuko il trouvait tout cela. Elle lui faisait promettre. Promettre de ne jamais mettre sa vie sur la ligne pour la protéger. C'était cela qu'elle lui demandait.

Au fin fond de lui-même Raphaël vit le gouffre amer s'ouvrir et le déchirer dans ses entrailles. Il la comprenait, il savait ce que c'était que de voir la personne qu'on aime le plus mourir devant soi, pour l'avertir, le protéger, ou simplement pour qu'il ne meure pas, quitte a y perdre sa propre vie. Pierre Corneille a dit un jour que l'on ne peut mesurer la force d'un amour qu'a la souffrance qu'il engendre... Et Raphaël était inconditionnellement amoureux, a vous faire perdre la tête, a vous en faire devenir fou. Alors malgré tout il sourit:


_Les blessures ne me font pas peur, j'ai déjà enduré maints tourments du corps et de l'esprit. Ce que tu me demandes... Est sans doute la promesse la plus difficile qu'on m'ait demandé de faire, et crois-moi des promesses j'en ai fait!

Dit-il avec un sourire encore plus grand. De ses bras il la prit contre lui, posa ses lèvres sur son front d'albâtre et ajouta néanmoins.

_Cela dit je t'aime trop pour te laisser seule errer dans ce monde néfaste, même si tu es loin d'être aussi fragile que tu en as l'air. Je t'aime Mitsuko, alors je vivrai toujours pour être avec toi. L'idée de mourir ne m'effraie plus depuis longtemps, mais celle de te quitter pour toujours oui.

Alors je te le promets Mitsuko Uehara, je ne mourrai jamais a cause de tes bêtises.

... Après tout, je suis bien trop fort pour mourir aussi bêtement!

Encore un sourire, cet éternel sourire ravageur, mystérieux, accompagné de ces yeux clairvoyants et perçants. Il avait fait une promesse, il venait d'en faire une autre. Il ne mourrait jamais a cause de Mitsuko... Il ne mourra jamais a cause de Mitsuko. Jamais a cause d'elle. Il vivra pour elle. Vivre... et Mourir.

Avec un visage clair et heureux il l'embrassa a nouveau, comme si c'était la première et dernière fois.




Encore désolé, gomen gomen!!! Mais je trouve que j'ai fait une bête de Rp la!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/04/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 17/08/2008
Parchemins postés : 1615



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Mitsuko Uehara


MessageSujet: Re: Un préau de Mélancolie [libre] Jeu 21 Jan - 20:03



    HJ : Euh... Tu sais ce que j'ai à te dire hein ^^



    A plusieurs reprises, Mitsuko s’était demandé ce qu’elle faisait ici. Probablement parce qu’avec lui, elle se sentait tellement mise à nue, tellement bien, mais tellement hors du temps. Chaque instant semblait prendre une teinte éphémère, c’est aussi ce qui rendait sa relation avec Raphael unique. On m’avait assuré, à moi comme à elle que les souvenirs heureux s’effacent face l’Empire de l’Oubli. C‘est pourquoi, des milliers de fois elle avait voulu taire ce sentiment douloureux qui le ramenait au jeune Sorel. Elle n’y arriva pas, pourtant elle céda. Le plus ironique dans tout cela est qu’à ce jour, du à l’abandon de ce ruineux espoir qu’elle avait conservé pour les retrouver, lui et son amour, elle le retrouvait.


    Il disait ne pas avoir peur des blessures, faire face à la plus difficile promesse qu’il ait rencontré mais, comme pour cacher toute part de peine, d’un éloquent sourire il lui dit les mots qu’elle voulait entendre. Il se montrait fort mais c’était comme si extérieurement, il souriait à la lumière du regard de la demoiselle. Mais qu’intérieurement, il était peiné par le mémoire d’un sibyllin souvenir. Alors à la fois amusée, apaisée et touchée, d’un timide rire, celui pourtant d’une femme amoureusement comblée elle lui sourit. Mais rapidement, à l’amorce d’un nouveau baiser, le sourcil arqué sous l’expression de défi elle lui fredonna :


    - En effet tu es surement trop fort pour mourir bêtement. Mais cela n’implique pas d’être bête pour être mort amoureusement. - Je m’en souviens encore, d‘ailleurs … -

    L’ « amour » peut être tellement facilement bêtise. Mais d’une bêtise humaine j’ai pour toi un amour puissamment au de-là de ce que tu ne pourrais le croire. Au fond, il n’y qu’auprès de toi que je me sens désormais humaine…


    Une nouvelle fois, plongée dans la douceur de ses lèvres elle se laissa langoureusement embrasser. Ses bras toujours clos à son torse, comme démunis de toute force, se relâchèrent. Puis elle le fixa au cœur de ses prunelles. Et comme si un révélateur éclair venait d‘illuminer ses pensées, elle comprit que face à cet amour elle était prête de tout accepter, tout. Des plus anodines contraintes qu’impliquaient leurs petites vies aux plus graves conséquences qu’avaient pu engendrer ces deux dernières années, elle s’en sentait capable. Enfin…

    De ses frêles doigts elle vint chatouiller les quelques mèches qui perlaient sur le visage d’ange face à elle et lui dit sereinement :


    - Me voila rassurée, désormais. Je suppose que comme pour moi le devoir t’appelle et, il ne serait bon ni pour toi ni pour moi qu’on commence à se mettre à dos Poudlard. Je ne suis principalement qu’au niveau des serres, de mes appartements, parfois à la bibliothèque mais rarement ailleurs… Alors tu sais où me trouver… Si tu sièges aux mêmes endroits où Manrey le fit, ne sois pas surpris que je viennes - un jour - te voir…

    Sur la pointe des pieds elle se leva et déposa au creux de ses joues un tendre et long baiser… Pour en déposer un deuxième au niveau de la nuque, un nouveau sur le haut du torse et pose son front contre celui-ci. Son cœur bâtait encore intensément fort, tellement que ce fit comme si sa pression artérielle était à un tel plafond qu’elle ne savait si cela était bon pour elle, et sa raison. Sans oublier toutes ses responsabilités. Mais intensément elle trouvait cela agréable ce qui ne faisait que la renforcer dans son idée. Des choses devaient être sues.

    De quelques pas en arrière, lentement elle se retira. Et d’un doux sourire et soutint son regard pour finalement laisser de ses lèvres couler un cristallin :


    - Je t’aime Raphael… Ne l’oublie jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hachiyolk.e-monsite.com





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un préau de Mélancolie [libre]

Revenir en haut Aller en bas

Un préau de Mélancolie [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Poudlard
-