POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

:: C'est la peur du silence:: {Terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 04/09/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 06/11/2009
Parchemins postés : 706



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Prudence D. Evans


MessageSujet: :: C'est la peur du silence:: {Terminé} Jeu 12 Nov - 1:46



C'est la peur du silence...




--- Quelle musique, le silence!---


Pv: Prudence Dalia Evans & Frédérique Leeroy



    Les étoiles brillaient haut dans le ciel. La nuit avait prit place chassant le jour. Sans broncher le soleil ce résigna à perdre sa place. La lune la prit volontiers. Caressant la peau de chaque être que par la lueur qu'elle reflétait, un sourire dessiné aux lèvres. La chaleur du bonheur au cœur. Tous étaient si calme, presque trop. Le silence y régnait sans ce résigner à fuir. Cette musique qui lui était si familière devenait si exaspérant. À trop l'entendre on fini par s'en lasser. C'est la peur du silence.


    Cette douce mélodie qui devenait au fil du temps si lasse, si terne, donnait la mauvaise humeur à notre jeune femme. Âgée seulement de 22 ans, elle doutait que l'amusement ce faisait dans le silence. Prudence n'aimait guère cela. Le silence, elle avait jadis trop longtemps entendue.


    Elle ce trouvait assise sous un arbre dans un parc. Dans un parc qui ce trouvait dans le monde des sorciers. Même si l'heure filait et qu'il commençait à ce faire tard, nombreux était ceux qui ce trouvait là. Prudence admirait la lune en chantonnant dans sa tête.


    Très vite elle ce lassa. À nouveau, elle était prise par l'ennuie. Le silence rien que le silence. Non mais, pourquoi existait-il!?Elle ne savait pas quand l'ennuie disparaitrait. Par contre, elle savait qu'il ne viendrais pas seule à elle de le trouver. Prudence ce redressa marchant un peu au hasard. En marchant, elle rencontrait des visages complétement inconnue.


    * Merdeuh , que c'est plate , je connais personne! *


    Prudence s'ennuyait solidement. Elle ne pouvait espérer déguerpir de pareil ennuie. Soupirant doucement, elle imaginait plein de choses plus farfelues les uns les autres. Cela lui remonta le moral. L'esprit était le meilleur ami qu'elle ne pouvait avoir quand l'infini fut aussi solitaire qu'à cette instant.


    « J'ai l'air d'une vraie idiote à déambuler ainsi! »


    Cette phrase elle l'avait dit à voix haute bien malgré elle. Prudence ne c'était point aperçu qu'à ses côtés ce trouvait une jeune femme, complétement inconnue. Elle avait de magnifique cheveux châtain et bien sur elle regarda d'un drôle d'œil Prudence. Faut avouer que sa court pas les rues les filles qui parlent toutes seules.


    « Cette conversation est privée , je vous signale et ne pensez surtout pas que je suis folle parce que ce n'est pas le cas... »



Dernière édition par Prudence D. Evans le Jeu 12 Nov - 23:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: :: C'est la peur du silence:: {Terminé} Jeu 12 Nov - 18:29

Il faisait déjà nuit. L’hiver était le plus détestable pour cela. Ce froid qui vous glaçait le sang, cette obscurité, ce silence si pesant… Les quelques réverbères n’éclairaient pas totalement la longueur du chemin et la lune faisait de son mieux pour guider les passants. Pas de brin d’air, les flammes des bougies n’avaient pas de son et on finissait par percevoir des bruits qu’on n’aurait jamais imaginé, venant de si loin qu’on aurait dit qu’ils venaient d’outre-tombe.

Frédérique avait toujours aimé la nuit, le silence mais certes pas l’hiver. Portant de bonnes bottines fourrées vertes foncées recouvrant jusqu’aux chevilles son pantalon noir, elle paraissait toujours aussi class que d’habitude alors que sur d’autres, cela aurait l’air plutôt mal assorti. Enveloppée dans un grand manteau d’un vert si foncé qu’il en paraissait noir, tombant jusqu’au mollet et parfaitement boutonné, elle passait assez inaperçue mais à la fois attiré le regard.

Elle sortait d’un bar non loin de là où elle avait siroté une boisson chaude loin de Poudlard et de leur habituel sorti à Pré au Lard où ses collègues avaient du passer la soirée. Elle avait choisi de ne pas se mêler à eux, retrouvant ses habitudes de jeunesse : sortir seule et la nuit avec pour seul compagnie le silence qui l’accompagnait.

Elle dépassa une place et alors qu’elle recherchait un coin en retrait et calme pour admirer la nuit, elle arriva à la hauteur d’une jeune femme, de relativement son age, qui parlait seule. Elle haussa un sourcil après avoir un instant d’arrêt. Soit elle parlait vraiment toute seule, soit elle était accompagnée d’une personne qui était sous un sort d’invisibilité, ce qu’elle détestait au plus au point car on ne pouvait jamais savoir où était et ce que faisait la personne en question. Alors elle ne put s’empêcher de continuer à la dévisager. Il fallait dire qu’elle avait parlé alors qu’elle se retrouvait pile à coté d’elle. Il y avait donc de quoi en être étonnée.


« Cela vous arrive-t-il d’être un peu plus aimable ? Je ne crois pas vous avoir agressé. A moins que le regard soit une agression. »

Non mais oui, quel culot ! Elle s’était juste arrêtée pour la dévisager avec étonnement et la voilà en train de se faire aboyer dessus par une jeune femme qui semblait ne pas être capable de se gérer. Mais au moins, de son coté, elle, elle avait été calme et polie dans ces paroles.
Ne pas penser qu’elle était folle ? Trop tard ! Elle la trouvait même complètement cinglée. Si elle lui parlait encore comme ça, elle allait lui faire avaler sa baguette !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 04/09/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 06/11/2009
Parchemins postés : 706



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Prudence D. Evans


MessageSujet: Re: :: C'est la peur du silence:: {Terminé} Jeu 12 Nov - 23:32

    Le silence, être peu désiré. Cette mélodie qu'elle daigne vouloir fuir toutes sa vie peut être celle qui rend sont malheur plus audible. Quelle musique, le silence! À trop l'entendre on fini par s'en lasser. Prudence , elle qui était une jeune femme remplie de bonne humeur ne pouvait guère supporter cette douce mélodie. Cette musique elle voulait la fuir sachant très bien que l'ennuie s'en suivrais. Disons que le silence était bien trop calme pour convenir à une jeune femme de son ampleur.

    Joyeuse d'humeur, elle aimait la vie. Prudence vivait pour s'amuser et non pour s'ennuyer. En cette douce soirée d'hiver, elle devait ce résigner à combler sa solitude avec elle-même, ce qui n'était guère satisfaisant. Son magnifique regard bleu vagabondait de sur les visages des passants.

    Elle ne connaissait personne. L'ennuie la pesait, le silence encore plus. Regardant la lune un instant, les visages des passants , elle ne savait que trop quoi faire pour que cette ennuie n'est plus lieu d'être. Tous qu'elle pouvait bien faire pour oublier l'ennuie était d'observer , de regarder, la nature qui ce détalait devant elle. Soudain, une phrase sortit de la bouche de la jeune femme. Ne sachant pas trop pourquoi elle ne l'avait pas dit dans sa tête, elle ce retrouvait en train de ce faire dévisager du regard par une parfaite inconnue. Génial!

    Prudence ne put ce retenir de garder cette phrase dans sa tête. Elle l'avait adressé à la jeune femme. Par contre, elle n'avait aucune intention de mettre une once de méchanceté. C'était loin d'être son intention.

    « Oui sa m'arrive des fois! Quand j'en ai envie par exemple! »

    Elle regarda la jeune femme, encore une fois elle ne put s'empêcher de renchérir à ce qu'elle lui avait dit. L'inconnue qui ce trouvait devant elle devait avoir le même âge que Prudence ou presque. Même si c'était difficile à croire, Prudence n'aimait pas les conflits. Elle les détestaient même.

    « C'est pas ce que je voulais dire! Enfin si mais non! Nan mais...Pardonnez moi mes paroles mais disons que très souvent ou plutôt toujours je ne réfléchis pas avant de parler. J'agis simplement sous l'impulsion. »

    Jeunesse, jeunesse... Quand allait-elle apprendre à réfléchir avant de parler? Jamais. C'était dans sa façon d'être mais bien sur elle savait reconnaître ses torts quand elle en commettait. Aujourd'hui ce fut une de ses fois.

    « Vraiment navrée, je vous connais pas comme vous vous ignorez tout de moi. Je ne voulais pas me montrer si.... peu aimable ! Surtout envers quelqu'un que je connais pas. Vous savez ce qu'on dit? La vie ne vaut pas la peine de ce fâché pour de si petite chose, non? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: :: C'est la peur du silence:: {Terminé} Lun 16 Nov - 20:23

Après des mots dis dans la précipitation et sans réflexion, un silence s’installa entre les deux jeunes femmes. Elles se dévisageaient toutes deux avec étonnement. Les premières paroles avaient été plutôt tendue et assez colérique. Il n’y avait pas eu de cris mais plutôt de la froideur et de l’agacement. Puis, la douce mélodie de l’environnement avait repris place dans les lieux. Un souffle d’air, leur respiration, des sons au loin presque imperceptible. Mais rien dans l’immédiat ne put sortir de leurs lèvres. Juste un regard de l’une à l’autre, une interrogation, peut-être deux.
Frédérique qui avait parlé la dernière n’avait pas vraiment envie que ce soit elle qui rompt ce silence. Pour elle, on l’avait agressé alors qu’elle passait tranquillement près de la jeune femme. Il y aurait eu quelques années, elle n’aurait pas pris la peine de lui adresser la parole et elle l’aurait foudroyé sur place… mentalement ! Elle avait toujours eu d’obscures pensées, mais en réalité, ses actes n’avaient rien de diabolique. Elle ne le pouvait pas, et elle se demandait si elle aurait été capable. Mais elle avait tendance à trop réfléchir.

Alors que justement elle était en plein dans ses pensées, elle fut presque surprise quand la jeune femme prit enfin la parole. Elle la dévisageait à nouveau, alors que son regard s’était perdu dans le vide, mais ses yeux n’exprimaient plus la colère et l’agacement, mais plutôt de étonnement et interrogation. Elle trouvait cette jeune femme bien étrange mais aussi intrigante. Ce fut pour cela qu’elle restait encore la à la dévisager et à présent à l’écouter. Et puis Frédérique n’était pas sauvage non plus, bien au contraire, elle se serait sentie bien sociable si elle n’était pas aussi froide et réservée aux premiers abords.
D’abord, la jeune femme se trouvait toujours aussi cassante dans ses paroles et elle aurait bien eu envie de lui envoyer à son tour une belle réplique pour lui fermer son clapet. Mais elle ne lui avait pas répondu, comme si elle cherchait dans son regard, bien au plus profond, ce que tout cela cachait. Elle avait un air qui ne collait pas avec ses paroles et ce fut sans doute pour cela qu’elle ne tenta pas de lancer une polémique sur ses envies de parler seule ou pas, ou d’agresser les gens tout en parlant seule. C’était son problème après tout si elle avait des tendances à la folie. Et ça, ce n’était guère les affaires de la jeune professeur.

L’expression et l’attitude de la jeune femme se détendit doucement. Elle fronça les sourcils comme si elle lui posait implicitement une question mais qui ne cherchait pas à lancer un conflit. Et puis, elle n’en avait pas vraiment envie. Si il fallait se battre, elle en était capable, mais elle ne savait pas pourquoi, elle ne voulait pas le faire face à cette jeune femme. Elle ne pouvait pas l’expliquer pourquoi. C’était comme ça.
Alors que la jeune femme continuait à parler, cette fois ci pour se justifier, Frédérique leva doucement la main mais d’un geste pourtant assez franc et précis. Elle voulait lui montrer qu’elle n’avait pas à se justifier ni à en dire plus. Quand elle prit enfin la parole, elle garda un instant sa main ainsi levée.


« Je vous arrête là. Vous semblez vous enfoncer et je ne peux vous laisser faire plus longtemps. Je pense avoir compris ce que vous vouliez dire. Mais ne vous justifiez pas. Je ne suis pas là pour ça. Et je ne suis personne pour mériter de telles explications. Vous vous excusez, et cela me suffit. Et puis, je n’ai guère été aimable de mon coté aussi. »

Elle baissa sa main pour la mette à mi hauteur, juste assez pour lui dire bonjour et attendre qu’on lui sert la main. Elle lui sourit par la même occasion. La jeune femme se trouvait bien plus sympathique qu’au départ. Et puis elle semblait tout aussi gentille qu’elle était mignonne. Même si l’habit ne faisait pas le moine, nous nous faisions toujours trop d’avis sur les premières impressions. Et puis l’impulsion pouvait être à la fois une bonne comme une mauvaise chose, il suffisait juste de bien l’utilisé et de savoir, par moment, la maîtriser et elle pouvait devenir une armes… redoutable.
Elle disait qu’elle ignorait tout d’elle. N’était-ce pas la bonne occasion de faire connaissance ? Elles auraient bien été stupide de ne pas être au moins polie ce qui n’était pas le cas chez elle. Surtout qu’elle adorait se présenter. Elle adorait son nom. Et elle adorait encore plus présenter son statut.


« Il reste étrange de faire connaissance suite à nos premières paroles, bien vives et peu aimables. Et puis comme vous l’avez si bien dis, nous ne nous connaissions pas, alors changeons cela. Après nous aurons peut-être une véritable excuse pour se fâcher. Je suis le Professeur Frédérique LeeRoy. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 04/09/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 06/11/2009
Parchemins postés : 706



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Prudence D. Evans


MessageSujet: Re: :: C'est la peur du silence:: {Terminé} Sam 21 Nov - 20:32


    Dans la vie, il y a le jour et la nuit. Le bonheur et le malheur. La joie et la peine. À croire qu'il n'y a aucun espace pour la rancune. De toute façon, elle n'avait lieu d'être. Depuis sa jeunesse, la jeune femme avait apprit à ne pas être rancunière. Dans sa tendre jeunesse, sa mère adoptive n'aimait guère les conflits et donc elle inculqua à sa fille qu'il valait mieux pardonner que d'en vouloir. Ce sentiment ce forgea d'autant plus après la mort de sa mère biologique. Cela ne faisait pas nombre de mois qu'elle la connaissait. Depuis qu'elle avait retrouvé sa vraie mère, sa mère de sang, tous pouvaient lire la joie sur le visage de Prudence.

    Tous sans exception. Après la mort de sa mère , Prudence eu ce sentiment d'impuissance dont elle n'avait jamais affronté l'existence. La tristesse l'avait envahie pendant un laps de temps qui pour elle semblait une éternité. Cette mort forgea les pensées de la jeune femme de pardonner car la vie était suffisamment courte pour regretter quelconques paroles ou gestes venant d'autrui.

    De plus cette femme ne lui avait rien fait, ce fut elle, Prudence, qui avait commencée les hostilités. C'était entièrement de sa faute. L'impulsivité faisait partit d'elle , elle n'y pouvait rien. Répliquant d'une paroles tranchantes, immédiatement elle sut que ce n'était pas le meilleur moyen de faire connaissances avec une inconnue. Loin de là. Elle détestait devoir ce montrer si amer devant d'autre mais parfois les paroles parlaient plus vite que les pensées. Prudence ne voulait pas ce mettre à dos quelqu'un qui lui était totalement inconnue surtout que malgré tout elle avait l'air fort aimable. Par contre, elle ne voulait point ce fier aux apparences car ils n'étaient pas toujours fiable.

    Quand celle-ci leva sa main pour qu'elle cesse ses excuses, elle fut tout de même un peu surprise. Surprise d'être pardonnée aussi rapidement. Avec un large sourire, démontrant son sourire d'ange elle lui serra volontiers la main qu'on lui tendait.

    « Vous avez raison! Faut avouer qu'ont n'a pas bien commencer mais bon... il y a toujours une deuxième chance à tout! Heureuse de faire votre connaissance Frédérique, moi je m'appelle Prudence Dalia Evans, je suis guérisseuse. Alors vous êtes professeurs intéressant, vous enseigner quelle matière? »

    Enseignante... un métier qui pendant bref de temps avait sut attirer l'attention de la jeune femme à une époque mais bon...avec la peu le patiente qu'elle peut avoir à l'égard d'autrui , elle dut ce résoudre à ne pas choisir ce métier. De toute façon, Prudence avait une passion bien plus grande et c'était celle de soulager les gens dans la souffrance. C'était ce qui la donnait le courage jours après jours de faire ce métier – savoir que malgré les quelques morts dans tous ce lot il y aura toujours des survivants -. La vie, elle l'adorait et si elle pouvait avoir l'occasion de sauver des vies alors elle était heureuse.

    « Vous permettez qu'on ce tutoie? »

    Question anodine mais qui montrait du respect. Prudence fut élèvée dans l'idée que si on ignore tous d'une personne alors on doit le vouvoyez. De plus, si elle préférait qu'elles ne ce tutoie pas alors cela ne lui poserais aucune problème. Une petite brise soufflait, déplaçant ainsi la chevelure de Prudence. De ses grand yeux bleu, elle continuait à l'observer. Cette femme, Frédérique, l'intriguait. Comme à peu près chaque nouvelle personne qu'elle rencontrait. Comme elle seule peut le savoir, derrière chaque être une histoire ce cache.

    Une nouvelle question vint traverser l'esprit de la jeune femme – de quel côté était-elle? - Une question que plusieurs pouvaient ce poser en rencontrant une nouvelle personne sachant très bien que la monde était dominé par ses idéaux ou il y avait le camps du bien et du mal, elle ne pouvait contourner cette question. Par contre, cette question elle la garda pour elle. Sachant très bien que si elle aurait été quelqu'un de mal du genre mangemort elle serait déjà six pied sous terre, certainement.

    Prudence n'aimait point ce fier aux apparences pourtant il y avait quelques choses chez elle qui lui donnait envie de croire qu'il y avait toujours de bonnes personnes sur terres. Enfin, disons qu'elle avait l'air sympathique ! Du moins pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: :: C'est la peur du silence:: {Terminé} Ven 27 Nov - 15:36

Frédérique était de nature observatrice. Alors ce qu’elle fit en premier, surtout quand elle rencontrait quelqu’un, qu’elle connaît ou pas, mais surtout qu’elle ne connaissait pas. Elle agissait toujours en miroir avec la personne avec qui elle avait affaire. Non pas qu’elle n’avait pas de personnalité. Mais elle voulait à la fois plaire à tout le monde et passer inaperçue. Elle ne voulait pas être différente, spéciale ou unique. Elle voulait seulement être invisible, prévisible et surtout transparente. Si elle se dévoilait un jour, cela pourrait être dramatique. En tout cas, c’était ce qu’elle croyait. Alors elle se cachait sous un masque que personne ne semblait remarqué, ce qui l’arrangeait de savoir ainsi bien jouer avec ça. Mais aussi, elle ne se dévoilait jamais. S’était comme entrer dans son espace vital. Et son espace, même pour elle, était infranchissable. S’était peut-être pour cela qu’elle n’avait pas un seul ami proche. Déjà qu’elle n’avait pas de famille, elle était éternellement seule. Elle finissait par se complaindre dans sa situation. Mais est-ce que cela lui suffisait ? ça, s’était une autre question…

Donc elle continuait à observer la jeune femme qui lui faisait face, attendant qu’elle réponde à ce qu’elle venait de lui dire. Tout d’abord, elle crut voir de la surprise dans son visage quand elle avait levé la main pour qu’elle cesse ses excuses. Pour elle, cela n’avait rien de surprenant, elle voyait qu’elle n’était pas si mauvaise mais qu’elle se perdrait facilement dans ses paroles. Alors elle avait simplement pris les devant. Mais elle ne comprenait toujours pas qu’elle puisse être surprise.
LeeRoy sourit, répondant ainsi à son propre sourire qui était mignon, aussi mignon qu’un sourire d’enfant. Un peu comme un ange, sans moquerie, sans fourberie, sans exagération. Elle avait l’impression même qu’elle regardait sa main qu’elle venait de lever, comme si elle voulait la lui serrer. Si s’était le cas, qu’elle se lance. Cela ne lui aurait pas dérangé. Bien au contraire. Elle aimait la spontanéité.


« On a toujours une deuxième chance. Deuxième qui veut dire qu’une troisième, voir une quatrième qui peut s’en suivre. Le pardon est un art que peu de personne peuvent s’avoir en être maîtres. »

Et voilà, elle parlait à nouveau comme un livre. Mais c’était normal après avoir passé toute son enfant à lire toutes les œuvres possible et imaginable. Et elle ne s’en lassait jamais. Elle avait mis un frein dans ses lectures ses dernières années, mais elle continuait à être une vraie bibliothèque ambulante. Elle adorait ça. Elle avait besoin de toujours se perfectionner, de toujours plus apprendre. C’était presque maladif. Voici peut-être sa particularité, sa différence sur les autres.
La jeune femme se présenta et elle lui sourit à nouveau en vu de lui répondre à son tour. Prudence Dalia Evans… son nom ne lui disait rien. Elle disait être guérisseuse. La deuxième qu’elle connaissait à présent après Dayana avec qui elle avait eu l’occasion de discuter lors du bal d’Halloween où elle avait été sa cavalière.


« Je suis moi même enchantée de faire votre connaissance. Je suis en effet professeur, à Poudlard. J’y enseigne les Sortilèges. »

Mais bien sur elle ne comptait pas rester qu’à ce niveau. Tout en conservant son poste de professeur de Sortilèges, elle espérait devenir en plus Directrice de Serpentard. Elle avait eu l’occasion, durant sa scolarité d’être Préfète de Serpentard, sa chère et tendre maison, mais aussi Préfète en chef. Alors pour elle, devenir professeur puis directrice d’une maison était comme une finalité. Et si les temps n’étaient pas aussi sombres qu’il ne l’était actuellement, elle aurait pu envisager finir en tant que Directrice de Poudlard… mais ça, elle ne pouvait qu’en rêver. Elle savait pertinemment que ça n’arriverait jamais.
Par contre, elle fut à son tour surprise. Surprise par la question de la jeune femme. Elle la dévisagea quelques secondes comme si au départ elle lui avait parlé dans une autre langue. Pour elle, le tutoiement et le vouvoiement se venaient tout seul, selon que l’on se sentait bien ou pas en présence de telle ou telle personne. Mais sa surprise et son silence disparurent rapidement pour laisser plus à nouveau par un sourire.


« Bien sur que je te permets que l’on se tutoie. »

Une brise vint s’imposer au milieu de leur conversation déplaçant la chevelure de la jeune femme, tout autant que la sienne qui se trouvait toujours aussi longue. Il fallait dire qu’elle ne se voyait pas avec une autre coupe. Ce fut à ce moment là, quand une mèche passa devant ses yeux, qu’elle remarqua qu’elle avait les yeux bleu. Un détail sans doute, mais elle le remarqua néanmoins. En tout cas, elle la trouvait déjà sympathique. Et les premières impressions avaient toujours leur grande importance.

« Tu es guérisseuse dans un établissement ? J’entends par là SainteMangouste par exemple. Je te demande cela car nous avons bien évidemment des guérisseurs à Poudlard et j’avoue que c’est un métier qui m’intrigue… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 04/09/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 06/11/2009
Parchemins postés : 706



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Prudence D. Evans


MessageSujet: Re: :: C'est la peur du silence:: {Terminé} Jeu 10 Déc - 0:18

    La solitude, elle n’aimait point. Croire que certains vivent dans la solitude perpétuel, était qu’amer réalité. Prudence avait besoin d’interagir, de côtoyer des personnes. En somme, de faire de nouvelles connaissances. La jeune anglaise avait une personnalité bien que complexe unique à elle-même. Celle-ci pouvait ce montrer aimable mais bien aussi désagréable quand elle le voulait. Ce qui était tout de même rare. Du moins, elle voulait le croire. Prudence aimait bien sortir du lot, que par son enthousiasmes, sa perception de la vie ou par elle tout simplement. Elle détestait passer inaperçue. Ce n’était pas son genre, loin de là. Prudence avait bien entendue plusieurs amis. Malheureusement pour elle, la plupart ne vivaient pas dans la région ce qui par ailleurs laissait un grand vide dans le cœur de la jeune femme. Elle était partit loin de sa famille, de ses proches. Les avait-elle abandonné? Non…disons qu’elle avait eut cette envie de découvrir un autre monde que le sien. Durant sa jeunesse, elle avait côtoyer les mêmes personnes, connue les même endroit, souffert les mêmes souffrances. En partant, elle avait décidé ainsi de repartir à zéro. Pour oublier, pour réécrire les lignes du temps.

    Prudence avait fait la grave erreur de s’en prendre, en quelque sorte, à une femme qui l’avait pendant une fraction de seconde dévisagée. Elle avait eu tort de s’emporter de la sorte, elle en était convaincue mais elle n’avait pas le pouvoir de retourner en arrière pour retirer ses mots. Quand elle prit conscience de sa faute, elle ce fondit en excuses. Elle croyait que cela ne servirait à rien, disons qu’elle avait connue des gens pas très aimable durant ses quelques semaines passées. Donc, quand la jeune femme leva la main pour qu’elle cesse ses excuses. La jeune femme avait crut qu’il lui faudrait bien plus pour arriver à ce faire pardonner un tant soit peu mais apparemment ce qu’elle avait dit suffisait à la jeune femme. Souriant doucement la jeune femme fut soulagée de ne pas s’être mit une ennemie à dos. Cela serait le comble.

    « Oui vous avez raisons. J’avoue avoir été surprise que vous ayez accepté mes excuses aussi facilement. J’aurais crus que vous auriez été plus réticente, comme la plupart des gens que j’ai rencontré ses derniers temps… »

    Certes, même si elle n’avait pas rencontrer une bonne masse de gens, elle en avait rencontrer assez pour ce faire une idée de la population en générale… Elle en fut même déçue de voir à quel point les gens pouvaient être aussi rancunier quand on ne faisait pas exprès de leur foncer dedans! Enfin bref, tout ça pour dire qu’elle fut soulager qu’il y ait au moins une personne qui ne soit pas rancunière, c’est déjà ça de gagné!

    Prudence ce présenta à la jeune femme ce trouvant devant elle. Elle trouvait son prénom très joli. Elle disait être professeur, ce fut un métier qui l’avait intéressé jadis mais elle avait dut ce résigner à ne pas choisir ce métier… À vrai dire, elle avait toujours eu cette passion pour devenir guérisseuse. Soigner les gens, les soulager de leur souffrance était important pour elle. Elle aimait ça. Frédérique était donc enseignante de sortilèges, intéressant. Cela fut une de ses matières préféré jadis quand elle était élève. Apparemment, Frédérique, fut surprise par ça question. Par contre, rapidement le silence laissa place à un sourire venant de celle-ci. Elle accepta qu'elles ce tutoie, puis vint la question du métieré

    « Oui c’est exactement cela. Je travaille à Sainte Mangouste. J’ai toujours aimé soigner les gens ou mieux encore soulager leurs souffrances. C’est quelques choses qui ma toujours attirée – Faire que la souffrance d’autrui ne dure jamais -. En bref, cela me fascine de savoir à quel point chaque chose à un remède ou presque.Mais qu'est qui peut bien t'intriguer dans mon métier? Moi, je dois t’avouer que j’avais avant eu une fascination pour ton métier. Cela m’intriguait. Interagir avec les élèves doit être sympa non? Savoir que l’on apprend des nouvelles connaissances à des gens qui ignoraient leur existence. Enfin c’est ce que je me dis. Mais toi, qu’est qui t’as attiré le plus dans ce métier? »

    Son métier elle l’adorait, soigner des gens, soulager leur souffrance était tout simplement ça passion. Elle devait avouer que le choix de son métier avait été influencé par le cours de sa vie. Prudence avait beaucoup vécu de drame, elle avait vue des gens mourir, ceux qu’elle aimait le plus, elle aurait tant voulue pouvoir les sauver. Malheureusement, cela n’était point réel jadis. Ce fut une des raisons qui la poussèrent à aller vers ce métier en particulier. Le métier de la jeune femme l’avait toujours intéressé, elle avait cette fascination. Elle aurait été le genre de personne à aimer interagir avec des élèves, bien sur, elle, elle interagissait avec des gens tous les jours mais elle devait avouer qu’avec seulement des élèves cela devait être différent….

    HJ:: Désolé du retard ::


Dernière édition par Prudence D. Evans le Mar 22 Déc - 4:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: :: C'est la peur du silence:: {Terminé} Jeu 10 Déc - 18:55

Il n’y avait plus qu’elles deux dans la rue. Le silence avait envahi les environs. Quand elles s’arrêtaient de parler, le temps à l’autre de répondre, on pouvait presque entendre leur souffle qui se mêlait à la brise. Si la Miss LeeRoy n’avait pas été aussi captivée par la conversation qui se déroulait, elle lui aurait proposé de s’attabler à une des auberges et siroter une boisson tout en discutant. Mais elle n’y pensa pas. Elle trouvait la jeune femme intéressante et la conversation lui était plus prenante qu’elle ne l’aurait pensé.

« Tu as du tomber sur un de mes bons jours… »

Prudence lui disait qu’elle avait été surprise qu’elle ait accepté aussi rapidement et aussi facilement ses excuses. Elle n’y voyait rien de surprenant. Elle n’avait pas envie d’entrer en conflit. Elle n’était pas du genre à se battre à tout bout de champ. Et puis elle s’était excusée ce qui était de moins en moins courant. Même si une personne faisait une erreur, il était de plus en plus rare qu’elle le reconnaisse. Et elle faisait partie de ses personnes là c’était pour cela qu’elle pouvait confirmer cette affirmation.

« Ne crois pas en ma sympathie… Tu t’es excusée quasiment immédiatement... Si tu avais persisté dans ton agressivité, je ne pense pas que j’aurais été aussi conciliante… »

Frédérique sourit en coin. Elle ne voulait pas passer pour un bon samaritain ni pour un ange. Elle n’était ni l’un ni autre. Elle n’était pas non plus diabolique. Elle avait un très mauvais caractère et même si elle n’avait pas tendance à être colérique, elle ne se laissait pas faire.
Elle retint la dernière réplique de la jeune femme suite à l’affirmation de son étonnement. Elle semblait avoir rencontré de nombreuses personnes ses derniers temps et ses rencontres n’ont pas été de plus sympathique. Du moins, d’après ce qu’elle laissait entendre. Alors que de son coté, elle n’avait subi aucun conflit. Les personnes qu’elle avait rencontré, aussi froide fut elle, ne s’étaient pas montrée pour autant désagréable.


« Tu as rencontré tant de gens que cela ces derniers temps… ? »

Prudence lui certifia enfin qu’elle travaillait à Sainte Mangouste. La jeune enseignante avait donc vu juste. Il fallait dire qu’il s’agissait du seul hôpital de sorciers de tout Londres. Après, en ce qui concernait de toute l’Angleterre, elle ne pouvait pas le confirmer.

« J’ai eu de la chance de n’avoir jamais mis les pieds à Sainte Mangouste… Chance, j’entends par là que j’ai pas été amenée à y avoir affaire… »

Effectivement, tout le monde savait que l’on ne se rendait pas à Sainte Mangouste de plein gré ou de gaieté de cœur. Si on devait y aller, s’était soit pour se faire soigner, soit pour rendre visite à quelqu’un. Ce n’était pas pareil pour les Guérisseurs et les Médicomages. Mais pour les autres, ce n’était pas un endroit où l’on aimait particulièrement s’arrêter.
Quand on était Guérisseur, on ne pouvait pas être Mangemort. En tout cas, les deux ne pouvaient pas être compatible. C’était ce qu’on pouvait retrouver dans les paroles de la jeune femme. Elle soignait et soulageait les souffrances de ses patients. Elle faisait en sorte que la souffrance des autres ne dure pas. On était en pleine Magie Blanche.


« Ce qui m’intrigue… ? Le fait qu’on veuille tellement s’occuper des autres… les secourir… »

Prudence lui avait posé la question. Elle lui avait répondu. S’était peut-être directe mais elle était franche. Alors elle ne voyait pas pourquoi elle passerait par plusieurs chemins. On n’irait pas jusqu’à dire qu’elle était égoïste, mais elle avait passé toute son enfance seule et elle avait mise si souvent de coté par les autres lors de sa scolarité qu’elle n’arrivait pas à se dire qu’elle pourrait s’occuper du bien être des autres, surtout si elle ne les connaissait pas et ne se sentait pas proche d’eux. Il lui fallait bien plus qu’un dossier pour connaître une personne, il lui fallait de la confiance, ce dont elle n’accordait jamais totalement. Elle avait tendance à se méfier de tout le monde.

« Ce qui m’a attiré dans mon métier… ? J’ai toujours aimé apprendre… Je cherche toujours à étudier plus et plus loin… Depuis mon entrée à Poudlard, j’ai admiré mes enseignants… Pour moi c’était comme une évidence de finir à leur coté… J’ai besoin d’apporter à ces jeunes le savoir que j’ai pu avoir… Je voulais leur montrer une autre manière d’aborder la magie… surtout que la matière que j’enseigne à une priorité pratique… Je me devais de le leur faire voir d’une nouvelle manière… d’une manière qu’ils n’ont jamais approché jusque là… Et je continue à apprendre à travers leur réaction… C’est ce qui m’a attiré à ce métier… »

Jusque là, Frédérique avait parlé de son habituel manière calme, posée, lente et appliquée. Elle prenait le temps de s’arrêter sur les mots, les phrases qu’elle considérait comme importante. Sa voix n’avait rien de monotone. Et pourtant, elle mettait les intonations qu’il fallait. Sa voix n’avait rien de triste, mais elle n’était pas non plus enjouée. Elle parlait d’une voix claire mais sans hurler ni murmurer.
Elle reporta son attention vers la jeune femme. Il se passait beaucoup de chose dans le monde où elles se trouvaient actuellement, surtout avec le nouveau Ministère qui s‘était mis en place. Elle se demandait donc si il y avait eu des répercutions sur des établissements dits public, comme les hôpitaux, comme Sainte Mangouste par exemple.


« As-tu beaucoup de travail en ce moment… ? »





[ HRP : C’est pas grave pour ton retard. J’étais pas mal occupée jusqu’au aujourd’hui alors même si tu avais posté avant, je n’aurais pas pu te répondre de suite. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 04/09/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 06/11/2009
Parchemins postés : 706



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Prudence D. Evans


MessageSujet: Re: :: C'est la peur du silence:: {Terminé} Dim 13 Déc - 2:15

    Elles étaient là, toute seule. Prudence ne s'était même pas rendue compte qu'elles étaient dorénavant seule dans la rues. Plus personnes ne s'y promenait. Seule toute deux s'y trouvait. Le silence y régnait mais pas totalement. Leur voix coupait le silence. De temps en temps, le vent soufflait faisant ainsi danser les cheveux de l'anglaise de tous les côtés comme celle de son interlocutrice.
    « Mouais, on peut dire que j'ai de la chance pour une fois! »
    Elle dit cela en lui asquiesant un sourire. Depuis quelques jours, elle avait rencontrée des gens bien moins aimable que celle-ci, à vrai dire ils s'étaient montrés avec elle pas du tout aimable. Mais bon... que pouvait-elle faire? Rien. C'était la vie. Elle était tout simplement tombée sur les mauvaises personnes. Enfin bref, elle avait du mal à cotoyer des personnes qui sortait facilement de leur gond. Elle détestait cela. Ne pas croire en sa sympathie? D'accord. Cela ne changeait rien au fait qu'elle l'ait trouvée très sympathique! D'autre qu'elle aurait surement ignorés ses excuses et aurait persisté sur leur lancé. Elle en avait rencontrée des gens ainsi. Quelques uns, pas beaucoup, du moins assez pour ce faire une idée sur les gens.
    « Enfin j'ai pas rencontrée des tonnes de gens mais juste assez pour me faire une idée. Disons que certaines personnes ont du mal à te pardonner quand tu leur rentres dedans sans faire exprès mais je ne vais quand même pas généraliser! »
    Elle devait avouer que certaines personne n'avait pas sut prendre ses excuses. Elle ce rapellait en autre d'une femme à qui elle était rentrée dedans et qui l'avait fussilée du regard tout en crachant des insultes, comme une vipère! Pas sympathique du tout! Les dernières rencontres de Prudence n'avait pas été des plus agréables. Du moins, aujourd'hui elle avait eu la chance de rencontrer quelqu'un d'aimable!
    « Oui tu as raison, tu as de la chance contrairement à certains. »
    Prudence savait très bien que tous ceux qui venait ce n'était pas par choix. Ils étaient pour la plupart contraint à venir. Personne ne venait juste pour le plaisir de venir parler à une guérisseuse! La chance n'était pas acquis à tous. Ces derniers temps , elle en avait vue des personnes passer dans son cabinet. D'autres en mauvais état bien plus que d'autre. Elle ce rapellait en autre de cette jeune femme qui avait été emmenée à Sainte Mangouste. Elle avait eu de grave blessure, elle en souffrait. Bien sur, elle avait été soignée mais tout de suite après elle fut emmenée par les mangemorts, direction azkaban probablement. Prudence en fut outrée car elle venait à peine d'être soignée et déjà elle devait aller dans un cachot? Elle trouvait cela innaceptable mais personne ne disais rien. Tous ce taisaient , c'était la vie, tous le monde avait l'habitude de ce genre de circonstence à Sainte- Mangouste. Tous le monde à part elle bien sur. Elle ne pouvait comprendre comment un patient qui n'avait même pas reprit ses forces devaient être confinés immédiatement après être soigné à un cachot! C'était incompréhensible. Enfin bref, elle ne pouvait rien y faire. Les mangemorts dominaient. Toute raison était bonne pour les envoyer à Azkaban. Surtout les résistants. Elle en frémissait encore, tous cela la dégoutait – les mangemorts -.
    Frédérique disait être intriguée par le fait de vouloir s'occuper des autres, les secourires. Elle ne trouvait point cela intriguant. Pour elle, c'était normal de vouloir soigner, soulager la douleur. Cela doit venir de son vécu. Elle vue sa mère mourire, elle aurait voulue la soigner, faire quelques choses mais … le destin choisit un autre chemin. Prudence écoutait attentivement la jeune femme.
    « Intéréssant! C'est vrai que cela doit être plaisant d'apprendre à des jeunes et de voir leur réaction par rapport aux nouvelles connaissances que tu leur apportes. »
    Le métier que Frédérique pratiquait était effectivement intéréssant. Apprendre à des élèves des choses qu'ils ignoraient. Leur apprendre des choses encore inconnue. Voir le réaction! Cela devait être formidable. Bien sur, le métier de Prudence l'était tout autant. Non, à vrai dire il l'était bien moins. Malgré qu'elle adore son métier, il y avait toujours des mauvais côtés aux bonnes choses. Voir les gens souffrir ou pire encore mourir. Voilà ce qu'elle n'aimait pas. Par contre, quand elle savait qu'elle avait réussit à sauver une vie ou les soulager, alors c'est là qu'elle ce disait qu'elle avait un but dans la vie. Prudence était le genre de personne qui avait besoin de croire qu'elle avait un but dans la vie car sinon qu'elle était le sens de sa vie? Pas grand chose, sincérement, sans son métier. Quand elle avait la satisfaction d'avoir aidée quelqu'un, elle pouvait dire qu'elle avait un but bien à elle dans la vie. Quand elle lui demanda si elle avait beaucoup de travaille ces temps si, elle ce demandait en son fort intérieur pourquoi elle voulait savoir cela? Peut-être à cause de tous que le monde magique subit, tous ses changements. Ses alors qu'elle ce souvint de cette femme qu'elle avait soignée.
    « Je dois t'avouer que oui. Depuis quelques temps il y a beaucoup plus de patient qu'avant... Beaucoup de patient...un peu trop même. Pourquoi cela t'intéresse de savoir cela? »



Dernière édition par Prudence D. Evans le Mar 22 Déc - 4:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: :: C'est la peur du silence:: {Terminé} Mar 15 Déc - 20:54

A sa réplique "des bons jours", elle répondit sur la même intonation. Ce qui fit sourire doucement Frédérique, mais Prudence aussi.

Elle lui disait qu’elle n’avait pas rencontré tant de gens que cela, mais assez pour se faire une idée. Frédérique était-elle unique en son genre ? Cela lui plaisait de penser cela. Il était vrai que les gens étaient de nature rancunier, colérique, vif et impulsif. Tout le contraire d’elle. Et pourtant, au fond, ils étaient pareils. Alors pourquoi elle, elle était différente alors que dans son fort intérieur elle était exactement comme c’est mal luné, c’est contrarié de la vie ? Elle l’ignorait. Elle lui affirma qu’elle ne voulait pas généraliser. Elle acquieça. Elle avait croisé, pour sa part, des personnes sympathique, bien plus que le cas contraire. Attirait-elles toutes deux le contraire d’elle même et donc l’opposé de l’une de l’autre ? Sans doute. C’était peut être pour cela qu’elles étaient faites pour se rencontrer ce jour là.

Puis quand elles parlèrent du travail de Prudence, celle ci lui confirma sa chance de ne pas y avoir mis les pieds. Chance qu’il était évident que certains n’avaient pas. Elle voulait à plusieurs reprises faire un tour dans cet hôpital, pour apprendre les procédés de guérisons. Apprendre, toujours apprendre. Mais à la mort de ses parents, le simple fait de voir des gens malade ou sur le point de mourir ou pas loin de l’être la dégoûtée. Ensuite, elle ne revint pas sur son idée, l’oubliant assez rapidement. Une erreur peut être, mais elle ne le regrettait pas à présent.

Quand elle lui apprit qu’elle trouvait cela intriguant de vouloir soigner des inconnus, la jeune femme ne lui répondit rien. Elle prit le temps par contre de répondre au sujet de son travail, auprès des jeunes de Poudlard. Elle aurait voulu en savoir plus sur son point de vu, ça pouvait l’aider à avancer, d’apporter de nouvelles choses à travail de nouvelles remarques. Mais avant qu’elle ne puisse lui en faire la remarque, la guérisseuse vint à lui demander pourquoi elle pouvait s’intéressait au fait qu’il y ait plus de monde qu’avant à Sainte Mangouste.


« Disons que cela ne m’intéresse pas forcement… J’aime apprendre… J’aime en savoir plus… Si il n’y avait pas grand monde, j’aurais peut être pris le courage de venir faire un tour… Tu dois avoir beaucoup à m’apprendre… »

Par contre, si elle pouvait lui en apprendre plus, elle, elle le savait, elle ne pourrait jamais la faire entrer dans Poudlard. Ce lieu était très bien gardé, très bien protégé. Et puis, il fallait lui faire garder un minimum de mystère et de secret.

« Beaucoup plus de patient… ? Pourquoi… ? Une maladie court en ce moment… ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: :: C'est la peur du silence:: {Terminé}

Revenir en haut Aller en bas

:: C'est la peur du silence:: {Terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Monde Magique
-