POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes. Dim 7 Fév - 0:07

Elle n'était pas en retard, enfin pas particulièrement par rapport à hier et à son arrivée catastrophique en cours de... de quoi ?... Sans intérêt. Un morceau de pain dans la main droite, la baguette dans l'autre et un sac avec deux trois bouquins sur le dos, traînant les pieds, Morganne se rend lentement (mais sûrement) en cours de magie noire. Pourquoi noire d'ailleurs ? Elle n'est sombre que par l'utilisation qu'on en fait. Fut un temps où utiliser un sortilège impardonnable contre un mangemort c'était s'assurer la médaille du mérite. De nos jours, cela revient à réserver sa place dans la fausse commune du cimetière le plus proche, avec de la chance. Elle tourne à droite pour prendre l'escalier qui mène au premier étage. Si seulement il existait un sort, une magie -noire ou grise, qu'importe- qui puisse immobiliser ces escaliers une bonne fois pour toute. À croire que le gars qu'a construit le tout c'est arrêté sur ce détail en pensant à elle, juste pour lui faire ... Enfin voilà quoi. Voir toutes ces marches bouger, voler, planer, léviter, ça lui donnait mal au crâne. D'ailleurs, une douleur lancinante y prenait déjà place. Elle poussa la porte de l'étage. Même après tant d'années, elle se perdait dans le labyrinthe. D'une certaine manière, elle n'avait jamais réellement fait attention où elle mettait les pieds, et comme tous les étages se ressemblaient....

Lorsqu'elle entra dans la pièce, un silence étrange régnait. Le prof' parlait, bonne excuse pour aller s'installer dans son coin sans un mot, sans un bruit et en évitant d'attirer les regards. Elle s'assit par terre, en face d'un elfe qui occupait sa place habituelle, dans la limite du possible lorsqu'on considère qu'elle n'est pas attachée à un poteau. Les liens disparurent, la bestiole se mit à courir dans tous les sens, affolée. Elle cherchait désespérément une issue de secours. Pathétique. Cantenae ? Mais à quoi cela pouvait lui servir de l'enchaîner ? La chose... créature était attachée quelques secondes auparavant, et il venait de la libérer lui-même, comme s'il eut s'agit d'un jeu. En plus, ils ne sont pas attachés uniquement par des chaînes, mais aussi par des liens incompréhensibles qui soumettent les nabots aux sorciers. Lorsqu'on voulait qu'un elfe de maison reste en place, il suffisait de le lui ordonner, pas besoin de l'emprisonner un peu plus qu'il ne l'était déjà. De toute façon, l'agitation était telle dans la salle, plus particulièrement entre Brom et un serpentard, qu'on ne ferait certainement pas attention à ce qu'elle ne ferait pas. Malheureusement pour elle, le cours repris rapidement son rythme normal. Elle se résigna donc à faire le travail demander avant de s'attirer les foudres professorales. Pas qu'elle aime particulièrement plaire à ses professeurs, loin de là, mais celui-là lui foutait les jetons. Et c'était là une très bonne raison pour éviter de s'attirer des ennuis. D'ailleurs, cela portait ses fruits. La magie noire était quand même l'une des matières où ses résultats étaient les moins catastrophiques.


"Cantenae" murmura-t-elle à mi-voix, ne cachant pas la fatigue qu'elle contenait.

Un elfe fut happé et accroché violent au poteau. Il avait déjà dû se faire avoir, car il ne tenta même pas de se débattre. Chacun son rôle, lui il souffrait, elle, elle le faisait souffrir. Il avait l'air d'avoir saisi l'essence même de cette relation qui devait s'installer entre eux deux, le temps d'un cours.

"Osteo...Oste...merde... Osteoclaste !"

La formule fut accompagnée d'un mouvement sec de sa baquette. Crac. Il se brisa. L'elfe grimaçait de douleur.

"Mouais... c'est con pour toi... J'ai pas calé le contre-sort."

Elle laissa échapper un bref sourire de satisfaction. Oui, chacun son rôle, chacun son mal.


Dernière édition par Morganne Waldon le Dim 7 Fév - 0:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5395



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes. Dim 7 Fév - 0:07

Le membre 'Morganne Waldon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2009
Parchemins postés : 5644



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA6 - Guerrier Exceptionnel
Ma résistance magique est de: 15PV
Léon Brom


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes. Lun 8 Fév - 19:17

Le professeur continua de traverser la pièce de long en large ne s'arrêtant que pour faire des remarques constructives sur la manière dont certains procédait.

Il était évident que tous n'avaient pas pour vocation de pratiquer les Arts Occultes une seconde de plus que lors des cours, ainsi il n'allait pas chercher la perfection à tout prix, comme il l'aurait fait avec un élève unique en tête à tête.

Se plaçant au centre de la pièce agrandie magiquement, le Mage Noire s'éclaircit la gorge pour faire comprendre qu'il allait reprendre la parole. Les détonations de baguettes cessèrent rapidement et le vieil homme, tout en arquant un sourcil dit :


Bien ! Vous semblez avoir assimiler ces deux premiers sortilèges avec réussite. Soignez vos elfes avec l'Osteoblaste.

Tous les élèves s'exécutèrent sans poser de question, le professeur, satisfait reprit :

Nous allons maintenant procéder à un supplice plus particulier, il va vous falloir être plus imaginatif et bien plus précis. Le sortilège qui va suivre créer une illusion dans l'esprit de l'elfe au point de le rendre suicidaire et extrèmement apeuré.

C'est une violence psychologique particulière car vous choisissez ce que verra l'elfe ou non.


Brom se retourna et marcha lentement vers son propre elfe, il le pointa de sa baguette magique et formula distinctement :

Timoris !

La créature, morte de peur, commença à s'agiter avec frénésie, comme pour échapper à une créature immense qui aurait pour aspiration de le manger. Léon regarda son elfe se tortiller une bonne minute avant de faire apparaître un patronus en forme de paon. L'elfe sembla soulagé et le professeur se retourna une nouvelle fois vers ses élèves :

Attention, si vous échouer dans la réalisation de ce sort, vous subirez vous même l'illusion que vous vouliez créer dans l'esprit de votre victime. La seule façon de vous en libérer est de créer un patronus. Si vous voyez que votre voisin subit son propre sortilège, n'hésitez pas à lui venir en aide, je n'aurai pas le temps d'aider tout le monde.

Le paon se dissipa dans un tourbillon de fumée et le professeur dit :

Commencez !

[HRP] N'oubliez pas, si vous échouez, vous devez décrire une illusion qui vous touche ! [/HRP]

____________________________________





 



Multi-compte : Lord Voldemort,  Pr Naesala Gamp, Gauthier Paravell
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes. Mer 10 Fév - 0:11

    Le professeur traversait la pièce au milieu de chacun d’eux. Gwenaëlle s’occupait de remonter un peu son pantalon qui, un peu trop large pour son corps menu, commençait à se faire la malle. Elle avait été l’une des rares à avoir raté son second sort. Mais quand elle voulut recommencer, au grand désespoir d’un elfe qui se trouvait en face d’elle, le professeur leur demanda leur attention. Elle fit une légère moue. C’était pas juste ! Elle aurait elle aussi aimé entendre les os de cette répugnante créature se craquer après son coup de baguette. Pas qu’elle aimait la torture, mais elle ne crachait pas non plus dessus. Et puis, ça pouvait bien être utile un jour quand elle sera enfin de retour aux Etats-Unis. Finalement, Nathanaëlle avait peut-être raison, s’était assez cool la Magie Noire.
    Alors que les élèves s’exécutaient à soigner leurs elfes, elle, elle fit en sorte de regarder en l’air, puis un peu à droite, puis un peu à gauche, mais certes pas elle ne soignera un elfe. Le pire c’était que si elle avait pu réussir son sort, elle aurait pu faire un effort. Mais là s’était trop lui en demander.

    Le professeur reprit la parole. Il allait leur enseigner autre chose. Et quand elle sut de quoi il s’agissait, elle en salivait d’avance avant d’avoir le sang qui se glaçait dans ses veines. Elle adorait tester les sorts sur les autres, mais si ça devait se répercuter sur elle en cas d’échec, ça pouvait être moins simpa ! Et on l’avait trouvé toujours trop peu concentrée pour réussir à coup sur tout ce qu’elle faisait. Alors c’était loin d’être gagnée pour elle.
    Bon, le tout s’était d’être optimiste. Pas dur. Un peu de volonté et paf ça ira. Oui fallait se dire ça.
    Donc le sort s’était Timoris… timor, timore : crainte, angoisse en latin… ça voulait tout dire !

    Elle fit signe à un elfe de se tenir bien calme. Plus vite elle aura commencé, plus vite elle en aura fini. Elle connaissait son patronus, un beau Husky des montagnes. Mais là, si elle était sous le choc de l’illusion, elle devrait compter sur ses camarades. Un Serpentard s’il vous plait. Eux au moins, ils n’étaient pas des incapables. Quoi que, qu’importe, on ne pouvait pas faire confiance à un anglais.


    « Timoris ! »

    Le sort fut lancé…

    … et échoua ! Au départ, rien. Elle crut même qu’elle avait tellement échoué qu’il ne donnerait aucun effet au final. Puis tout à coup, elle eu l’impression d’apercevoir quelque chose de bizarre dans un coin. Puis encore dans un autre coin. Elle eut l’impression que ça brillait. Mais ça se rapprochait. Elle ne pouvait pas avoir l’occasion d’en être intriguée. Ça apparut au dessus de son épaule. Quand elle se retourna, ça avait déjà disparu. Puis encore une autre par dessus de son autre épaule, pour disparaître encore quand elle chercha à le voir. Puis un gros scarabée, à la fois monstrueux mais d’un regard humain et démoniaque apparut pile devant elle, sur son petit nez fin. Elle recula d’un pas si violemment qu’elle trébucha et tomba lourdement sur ses fesses. Mais un seconde le rejoint pour grimper sur sa main et elle ne voulait pas rester là. Elle voulut les chasser avec sa baguette, sa main, même à coup de pied mais ils semblaient être inaccessibles. Toujours sur ses fesses, aidée de ses pieds et de ses mains, elle se fit glisser pour reculer le plus loin et le plus vite possible. Elle devait sortir de ce lieu, elle le devait à tout prix !


Dernière édition par Gwenaëlle Mayfair le Mer 10 Fév - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5395



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes. Mer 10 Fév - 0:11

Le membre 'Gwenaëlle Mayfair' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 31/01/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 15/11/2009
Parchemins postés : 652



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Alana Stewart


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes. Mer 10 Fév - 0:27

Son elfe, paniqué, respirait à peine, la douleur étant trop grande pour qu'il puisse prendre le temps de respirer aisément. La simple vu du regard froid et austère d'Alana le laissait tremblants de peur. Désinvolte, celle-ci détourna son regard sadique de l'elfe lorsque d'autres élèves tentèrent leurs sortilèges et elle toisa longuement, sans gêne, quelques élèves d'autres maisons. Pauvres eux, pris à torturer alors qu'ils se battaient tant pour le bien. En fait, c'était amusant, rien de plus. Observant la jeune soeur d'une des amis de son année, Stewart observa longuement la Mayfair jusqu'à ce que, finalement, le professeur se râcle la gorge, commandant l'attention. Tournant son doux visage vers son professeur, l'élève attendit, les bras croisés sous sa poitrine, attentive. Cette classe était passionnante, au contraire de certaines autres! Enfin, lorsque ce dernier leur demanda de soigneur leurs elfes, la verte et argent leva les yeux au plafond et attendit que ce dernier est terminé ses instructions. Enfin, il se tût, attendant de voir les élèves agir et, d'un coup de baguette ennuyé, mou, la vipère soigna un tant soit peu son elfe, sans pour autant le rétablir complètement. Ce dernier pleurait à chaudes larmes, tremblait, suppliait et pourtant, la jeune princesse ne lui accordait pas un regard.

Levant sa baguette, Alana s'apprêtait à essayer le nouveau sortilège mais elle vit sa jeune amie s'y prendre en premier. Ravie de son initiative, elle regarda celle-ci mais son sortilège échoua et, au lieu de voir son elfe apeuré, torturé mentalement, ce fût son amie qu'elle vit paniquer. S'agitant, elle trébucha violement à la renverse et, se poussant de ses pieds au sol, littéralement traumatisée, celle-ci reculait vivement, comme si quelque chose l'approchait, la menacait, la rendait dingue de peur! Fronçant ces sourcils, la verte et argent, protective envers les autres serpents, leva sa baguette et, dans un souffle, elle prononça, d'une voix claire et distincte, immagineant clairement sa vie auprès de ses parents:

¨-Spero Patronum!¨

Aussitôt, un diable de tasmanie sortie de sa baguette. argenté et petit et, ouvrant sa gueule, il poussa son petit cri distinc et aïgu, sauvage, saisissant. Fonçant sur Mayfair, il sauta alors sur sa jambe, se positionnant de façon à la protéger, ces petits crocs bien à découvert et, peu à peu, celle-ci sembla reprendre des couleurs et cessa de craindre ce qui, quelques secondes auparavant, l'effrayait tant. Immobile, Alana la fixa longuement et s'approcha d'une démarche féline vers celle-ci avant de lui tendre la main et de l'aider à se relever. Tant de gentillesse lorsqu'il s'agit d'un camarade et d'une soeur d'une très bonne amie en fait! Lui adressant un bref sourire, elle toisa enfin les quelques élèves qui les fixaient, terrifiés et, se tournant légèrement vers son propre elfe, laissant son patronus disparaître, elle s'avanca vers ce dernier, élégante, menaçante. Baguette pointée, elle murmura de nouveau, par-dessus les cris apeurés de son elfe qui se débattait vainement, quasi hystérique devant la pointe de sa baguette:

¨-Timoris.¨

Plus ravissant encore que de le voir se tortiller de douleurs sous de lourdes chaînes, ce dernier se débattait de nouveau, les yeux agrandis par une peur terrible et pourtant, la verte et argent avait cessé de s'approcher, elle était à plus d'un mètre de lui. Il hurlait, fou, dément, en se tortillant en tout sens, tentant désespérement de prendre la fuite. Prendre la fuite devant le vide en fait, car personne, sauf ce dernier, ne voyait ce qu'il voyait, ne voyait la torture mentale que lui infligeait Stewart, dépravée, amusée par toute cette haine transmise docilement à cet être minable. Le laissant hurler, elle rabaissa lentement sa baguette, savourant ce spectable et, soupirant longuement, finit par retourner auprès du mur, son excercice terminer, ne libérant aucunement son elfe. Son regard azuré n'observait personne, fière, hautaine, elle ignorait totalement les élèves l'entourant, dans sa tête, amusée.


Dernière édition par Alana Stewart le Mer 10 Fév - 0:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5395



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes. Mer 10 Fév - 0:27

Le membre 'Alana Stewart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Elève' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Elève' :

#2 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes. Mer 10 Fév - 21:05

Morganne était toujours assise au sol, devant son elfe. Lorsque le professeur avait demandé de les soigner, elle l'avait fait, ne comprenant pas bien l'intérêt de la démarche. On les abîme, on les répare. On les abîme à nouveau, on le re-répare. Alors, au final, pourquoi ne pas s'en débarrasser une fois pour toute ? Elle écouta vaguement les consignes, veilla particulièrement à retenir la formule, Timoris, rien de plus, car les effets secondaires en cas d'échec, elle ne les écouta même pas. Et c'est en totale inconscience, qu'elle allait se lancer dans son exercice. Bien que rien ne pressait et qu'elle comptait bien attendre un peu avant de passer à la pratique.

Perdue dans ses sombres pensées, elle ne remarqua pas la scène entre serpentards qui se déroulaient non loin d'elle. Mieux valait, cela l'aurait sûrement dissuadée d'exécuter les ordres.
Elle regardait son elfe, il était calme et posé à présent. Réaction étrange qui l'intéressa quelques minutes jusqu'à ce que la vue de sa baguette recrée l'effroi dans son regard et son comportement. Peut-être que la vue de l'elfe traumatisé par Stewart y était pour quelque chose aussi. Enfin, il était toujours plus plaisant de penser qu'elle était la seule cause de son malheur.
Elle soupira. Le regard du professeur faisait des mouvements circulaires couvrant toute la pièce. Elle frissonna. Ce gars était sûrement son épouvantard personnel. Sauf qu'impossible à s'en débarrasser. C'était un peu comme une maladie : on n'en guérit, on se soigne. Elle ne pouvait pas s'en défaire, mais elle pouvait en éviter ses foudres. Alors autant faire en sorte d'accomplir ce dernier point.

D'un mouvement qu'on aurait presque pu qualifier de souple, elle fit un mouvement de baguette et lança le sortilège.


" Timoris "

Le sort réussit, et elle ne put qu'afficher un sourire de satisfaction et de victoire.
Elle imaginait le feu, la douleur d'être consumé. Le corps parcouru par les flammes, brûler, souffrir, mais aucun moyen d'arrêter cette souffrance. La bestiole criait, hurlait, dégénéré par la douleur. Il eut la force de supplier dans sa démence autodestructrice. Elle stoppa l'enchantement.

Attitude inhabituelle pour les gens de sa maison. Mais Morganne détestait la violence inutile. Et faire perdurer la chose plus longtemps l'aurait transformé en violence gratuite. Elle ferma les yeux et respira un bon coup, blême de dégoût. Il fallait être dingue pour créer des sorts pareils. Enfin, on disait que la fin justifiait les moyens....


Dernière édition par Morganne Waldon le Mer 10 Fév - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5395



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes. Mer 10 Fév - 21:05

Le membre 'Morganne Waldon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes. Jeu 11 Fév - 21:54

    Gwenaëlle aurait donné beaucoup ce jour là pour être dans le même groupe de travaux pratiques que sa sœur. Elle aurait pu immédiatement l’aider, elle l’aînée qui était tant maternelle avec eux tous. Mais là Nathanaëlle était en cours de Métamorphose avec l’autre moitié de ses camarades de 4ème année, elle se doutait qu’on avait séparé les deux sœurs exprès. Elle devait s’amuser à transformer des rats en tasse ou un truc comme ça, alors que elle, elle devait subir les conséquences de son sort échoué. Elle n’aurait pas cherché à se moquer d’elle, ni à la sermonner. Mais quand elle apprendra ce qui s’était passée, elle tentera aussitôt de la couver. Elle n’aimait pas vraiment ça. Comment pourrait-elle penser à se débrouiller toute seule si elle avait toujours quelqu’un sur son dos. Mais là, une chose n’était pas coutume, elle aurait tout donné pour qu’on l’aide !

    La petite Serpentard était toujours assise sur le sol, se poussant toujours avec ses pieds pour reculer au plus vite et échapper à ses assaillant. Si ils parvenaient à l’atteindre, elle savait ce qui l’attendait : ils entreraient sous sa peau, déchireraient sa chair, pour la dévorer de l’intérieur. Elle ne pouvait pas ignorer tout ça, c’était d’elle que venait cette illusion et trop sur d’elle, elle ne s’était pas attendue que ça l’atteigne autant.

    Mais soudain, alors qu’elle ne pensait plus à ce qui pouvait la libérer de ce sort, elle vit un patronus de diable de Tasmanie sauter sur sa jambe. Elle s’arrêta net, le regardant. Elle n’était pas encore vraiment détendue. Le diable poussa un petit cri qu’elle écouta alors qu’il se positionnait pour la protéger. Elle lui sourit. Les scarabées rebroussèrent chemin jusqu’à disparaître aussi rapidement qu’ils n’étaient apparus. Elle passa une main dans ses cheveux et se laissa tomber en arrière pour se retrouver finalement coucher sur le dos sur le sol froid.
    Une main fut tendue au dessus d’elle. Elle leva les yeux et découvrit qu’il s’agissait d’Alana. Elle se redressa et attrapa sa main afin de se relever. Elle ne prononça aucune parole mais elle lui fit un signe de la tête bien visible afin de lui montrer sa gratitude. Oui, elle lui remerciait vraiment de l’avoir aidé sans tarder. Heureusement qu’elle faisait partie du groupe d’amie de sa grande sœur, sinon elle aurait été bien dans le pétrin.

    A présent parfaitement debout alors que Alana s’éloignait, la petite brune regarda sa baguette pour l’elfe qu’elle avait visé un peu plus tôt. Lui, il ne perdait rien pour attendre. Mais elle n’était pas prête à recommencer de suite son sort. Elle en avait assez vu pour la journée !
    Elle regarda les autres faire.
    Alana venait de son coté de réussir son sort. Pas étonnant. Elle était de 6ème année. Contrairement à elle, elle avait plus d’expérience en magie. Son elfe hurlait et cela redonna des forces à la petite verte et argent. Elle ne pourrait pas l’expliquer pourquoi, elle adorait entendre les cris d’effroi des gens, des êtres.
    Morganne venait de lancer le sort à son tour, qu’elle réussit elle aussi. Elle était si nulle que ça pour avoir été l’une des rares à l’avoir raté ? Mais son elfe n’hurla pas bien longtemps après son sort. Que s’était-il passé ? Etait-elle prise de pitié ? Elle trouva ça bien étonnant. Comment on pouvait bien avoir pitié pour ses idiots ? Elle dévisagea la fille et tenta de déceler dans ses expressions quelque chose qui lui permettrait de comprendre… mais rien.

    Gwenaëlle haussa les épaules et étouffa un bâillement. Ça y est, elle commençait à s’ennuyer et avait une folle envie de parler. Oui mais s’était bien le mauvais cours pour le faire. Leur professeur était le moins docile de tous. Elle devait faire gaffe à ses arrières !
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes.

Revenir en haut Aller en bas

Deuxième Cycle : Séance 1 : La violence et ses remèdes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Poudlard
-