POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5404



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana] Mer 27 Jan - 17:14

Le membre 'John Mandrake' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sorcier Adulte' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 11/10/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 04/01/2010
Parchemins postés : 1072



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Antonin Dolohov


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana] Ven 29 Jan - 18:39

La lune avait légèrement changé d'axe depuis la réunion présidé par le Lord des ténèbres il y a quelques minutes. Antonin s’était déjà attelé à sa tâche de trouver cette Durance qui avait osé manquer à l’appelle. Pour cela, il avait convoqué son fils spirituel et fidèle Rabastan à la cabane hurlante, endroit certain pour dénicher leur proie. La nuit était fraîche mais agréable car le vent n’était pas présent. Le ciel était dégagé et exposait sur un tapis de velours bleu/noir ses plus beaux cristaux célestes. Antonin avait traversé tout Pré-au-Lard et se trouvait désormais à une quarantaine de mètres de la cabane hurlante. Il scrutait les environs d’un œil observateur, cigare à la main, quand le hululement d’une chouette captiva son regard qu’il enfouit dans la cime de l’arbre à la recherche de l’animal. L’homme fronça les sourcils de manière à donner plus de précision à ce qu’il épiait. Il n’aperçu que très brièvement les yeux ambrés de la chouette à travers la fumée épaisse de son Balmoral Dominican Selection. C’est comme si deux flambeaux s’étaient mit à se consumer pour disparaître soudainement derrière la propre vapeur qu’ils produisaient. L’animal lui réapparu, fière et majestueux dans son plumage sombre. Le mangemort eut le plaisir de voir décoller l’oiseau qui semblait s’enfuir vers l’Est. Justement, dans la direction opposée, c'est-à-dire l’Ouest, venait de se manifester son collègue et compagnon : Rabastan Lestrange. Un sourire à la fois complice et tendre s’étala sur ses lèvres alors qu’il le salua. Il proposa un cigare à son jeune apprentie, sachant qu’il n’allait pas refuser ce plaisir.

- Toujours à l’heure ! Bien. Je t’épargne l’échauffement. Règle n°1 avec les femmes : ne jamais les faire patienter !

Souligna t-il de son humour continuellement noire et sarcastique. Ils se dirigèrent vers la cabane. Le sol était humide et moelleux et avalait le son de leurs pas. Les brins d’herbe étaient figés dans un drap de glace et même le vent, libérait par le passage des mangemorts, ne les firent frémir. Tout semblait immobile comme sur un cliché, et les deux êtres qui, normalement, donnaient un semblant de vie à cette photo apportaient, en réalité, la souffrance et la mort. Il s’arrêta sur le porche de la vieille bâtisse chevrotante et dégaina sa baguette. Il fouina l’étage supérieur tandis que Lestrange s’occupait du bas. Le plancher ne cessait de grincer sous leurs pieds rendant l’atmosphère encore plus effrayante et angoissante. La bête traquait sa proie qui s’était faite discrète…trop même. Avait-elle prit la fuite ? Les prédateurs avaient-ils flairaient une mauvaise piste ? Dans tous las cas, Lana n’était pas en haut. Antonin redescendit l’escalier afin de rejoindre son protégé, l’air songeur et désappointé.

- Étrange…j’aurais mis ma main à couper qu’elle se serait trouvé là…Je…

Le mangemort fut incapable de terminer sa phrase. Il sentit sa baguette vibrer et émettre un léger son fluté. Il savait pertinemment ce que cela voulait dire. Quelqu’un venait de transgresser le « Tabou » en prononçant le nom de Voldemort. La main qui tenait fermement la baguette se mit à bouger toute seule inscrivant, en lettre de feu, le nom du « coupable » et le lieu dans lequel il se trouvait.

« FRANCK BELLAIRS » « BANLIEUE LONDONIENNE »

Il arriva, évidemment, la même chose à Rabastan. Il échangea un regard incrédule et désarçonné avec ce dernier et soupira vivement. Ça le mettait dans un certain embarra… Et pour Durance alors ? Quoi qu’il en coûte, il était obligé de répondre à la transgression. Ils règleraient leur compte un peu plus tard.

- Décidément, de nos jours les mangemorts sont tous suicidaires....

Il fit un signe de tête à son compagnon et transplana aussitôt au lieu-dit.

Antonin arriva enfin à l’endroit qui l’avait appelé. Le reste des forces de police ministérielles n’allaient pas tarder non plus. La ruelle dans laquelle il se trouvait reposée dans une ambiance sombre et calme. Tout laissé à penser qu’il n’y avait rien d’inquiétant dans ce quartier. Il dormait. Antonin quitta alors la rue et jeta quelques coups d’oeils à sa droite et sa gauche. Tout en se comportant le plus normalement du monde, (après tout il se trouvait chez les moldus) il s’attela à rechercher la zone de turbulence. Franck ne se serait jamais risquer à enfreindre le règlement pour une raison qui se serait s’avérait vaine. Antonin pensait à une contrainte mais il était encore trop tôt pour le dire. Dans tous les cas, Antonin en venait à la même conclusion : c’était un acte aussi fou que dangereux. Après avoir emprunté une ruelle, puis deux, puis trois, c’est en se perdant qu’il trouva l’endroit qu’il recherchait. Il ignorait où son fils spirituel avait transplané. Tout ce qu’il espérait, c’était qu’il trouve un meilleur chemin que lui.

Le serviteur du mal se plaqua contre le mur de la ruelle dans laquelle il se trouvait. De là, il avait un angle assez avantageux pour examiner la scène. Il constata la présence de deux personnes mobiles dont une autre inerte au sol. Il ne parvenait pas à l’identifier de là où il se situait. Sur les deux individus en mouvement, il reconnu bien évidemment Franck qui semblait tenir face à une jeune femme que le mangemort n’eut point de mal à identifier. C’était une des « filles » de Greyback, une louve très instable et très susceptible ; Sarah Larose. Il avait eu vent de son séjour en hôpital psychiatrique et il s’était souvent demandé en quoi ça lui avait servit puisque son cas semblait avoir doublé de volume.

Il était tant d’entrer en scène. Baguette en main, le nouveau protagoniste se joignit au spectacle entrant à son tour dans le cercle qui commençait à se former. Rabastan n’allait plus tarder, bientôt elle serait en minorité. Antonin pointa sans vergogne sa baguette sur la lycane, les yeux étincellent de provocation. Il alterna son regard entre son acolyte et sa rivale.


- Bien le bonsoir à vous deux. Je pense que vous n’ignorez pas le pourquoi de ma venue. Ne vous attendez pas à ce que cette histoire ait une fin heureuse, en particulier pour vous Miss Larose.

Il se décala un moment sur la droite afin d’observer le cadavre qui gisait derrière la sauvageonne. L’expression de Dolohov passa d’examinateur à celle d’épouvantée. Il ignorait si tout cela était une coïncidence ou non mais le fait que se soit Elle le choqua davantage.

- Durance…Vous avez tué Durance ?

Évidement il savait que c’était elle. Il n’attendait pas une réponse de sa part, sa surprise ne faisait que de s’extérioriser. Il n’exprimait pas réellement de peine à son égard non. Ce qui le choquait c’était l’état dans lequel elle se trouvait. Elle avait été sérieusement amochée, assez pour que ces actes criminels soient définit comme étant une vengeance. Quelque chose avait dû lier les deux femmes, quelque chose de suffisamment puissant pour ne négliger aucun coup. Il dégaina de ses poumons un soupir de déception, le ton de sa voix légèrement ponctuée par une note de fausse compassion.

- Vous n’auriez pas pu régler vos comptes un autre jour ? J’avais pour mission de faire danser Miss Durance sur un air Endolorisien afin qu’elle retienne ce que voulait dire la marque sur son bras. Sincèrement jeune fille, vous me décevais. Vous venez de me voler ma mission ce qui est, vous comprendrez bien, impardonnable.

Le mangemort mit le feu à un nouveau cigare. Son précédent petit plaisir n’avait pas supporté la brutalité du transplanage. Quel gachit...
L’homme relâcha un nuage laiteux qui, dans les airs, s’inventa des formes flous. Un sourire narquois souligna ses lèvres. Sourire qu’il dédia à son ennemi en infériorité.

A RABASTAN DE REP Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/10/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 16/01/2010
Parchemins postés : 57



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Rabastan Lestrange


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana] Dim 28 Fév - 1:12

[Bwarf t’écris trop bien Cissy je suis dégoutée =.= hihi, tes descriptions *-*]

C’était indéniable : il n’y avait rien de plus agréable que de rester seul chez soi, en compagnie de son chien, allongé dans un vieux canapé à ruminer sur la dureté de la vie. Si l’on exceptait les guindailles entre amis et les soirées aux fausses chandelles avec les femmes faciles. Les soirées au lit. Le terme était plus exact. Rabastan porta une main sur sa tête, songeur. Décidément, Antonin avait une mauvaise influence sur lui. Il se releva brusquement. En parlant d’Antonin, il était plus que temps de le retrouver à la cabane hurlante …

Il faisait calme, ce soir là. Les rues de pré-au-lard demeuraient sans signe de vie humanoïde. Le ciel découvert permettait à la Lune d’offrir son reflet étincelant aux maisons, aux prés et aux trottoirs. Les étoiles quant à elles s’attelaient à ajouter une touche romanesque au paysage. Mais bientôt, une sombre silhouette –apparue suite à un crack sonore, brisa la paisible ambiance régnant sur la place maudite du village sorcier. L’ombre, d’une allure posée et décontractée, enchaîna son périple, toujours plus proche de la ruine. Elle ne tarda à distinguer une forme sombre similaire à la sienne. Nul doute là-dessus : il s’agissait d’Antonin. Rabastan accéléra la cadence et rejoignit son vieil ami. A peine lui eut-il proposé un cigare qu’il attrapa celui qu’il avait entre les mains et tira un bon coup. Tandis que l’épais nuage de fumée masquait son visage, il rendit à son mentor le bien qu’il lui avait dérobé.

« Toujours juste à temps serait plus juste. »

Avoua Lestrange, un sourire amusé collé à la face.

« Remercie les belles demoiselles : c’est elles qui m’ont fait penser à toi ! »

Il s’étira longuement et enchaîna.

« Enfin … tu as raison, allons nous occuper de cette pimbêche. Non seulement parce que c’est notre devoir d’homme d’être poli avec les femmes et de respecter cette fameuse règle, mais surtout parce que ... moins longtemps sa voix résonnera, mieux je me porterais. Ses sonorités stridentes me brisent les tympans ! En route, compagnon ! »

La cabane n’était plus très loin et ils ne tardèrent à la rejoindre. Antonin s’arrêta, Rabastan l’imita (une rime !). En cœur, ils sortirent leurs baguettes et pénétrèrent au sein du vieux bâtiment. Tandis que son mentor s’occupait de fouiller l’étage, Lestrange passait en revue le rez-de-chaussée. Vieux parchemins, pierres étranges, flacons usés ou tissus moisis, mais pas la moindre trace de Durance. L’homme fronça les sourcils et leva la tête en direction des escaliers. Son coéquipier descendait.

- Aucun signe de vie.

- Étrange…j’aurais mis ma main à couper qu’elle se serait trouvé là…Je…

Simultanément, les yeux des deux mangemorts se rivèrent sur leurs armes. L’une et l’autre tremblaient, sifflaient, et inscrivirent bientôt le nom de Franck Bellairs et le lieu dans lequel il nichait. L’homme avait transgressé les règles établies, et ils leur devaient en théorie répondre à l’appel. Rabastan se pinça les lèvres et lança un regard désemparé à son père.

« Mais c’est tout à fait ça. Qu’est-ce qu’il nous fout celui-là ? Il a bouffé un clown au souper ou quoi ? Allez, au diable la chasse aux traitres (du moins pour le moment), allons apprendre le mot autorité à ce petit rigolo ... Chez les moldus qui plus est, quel con ! Rien à faire, il me gave déjà … »

CRACK

Transplanage. Mais banlieue londonienne, c’était vaste. Restait à trouver la bonne place. Les rues étaient plongées dans le sommeil. Silencieuses, sans vie. Seules les feuilles des arbres, repoussées par le vent printanier, animaient le tableau. C’était étrange tout de même, qu’un homme aussi à cheval sur les règles se soit amusé à les transgresser. Peut-être était-il saoul … (mon dieu que la vie doit être simple dans la tête de Rabastan …). Le problème ne résidait néanmoins pas là. Pour châtier l’idiot, il fallait premièrement le dénicher. Le mangemort s’arrêta et regarda tout autour de lui. Le retrouver ne serait apparemment pas tache aisée …

C’est environ cinq minutes plus tard qu’il ouï enfin quelques sons. Les perturbateurs ne devaient pas être bien loin. Pourvu que ça ne soit des moldus … Ah non ! La chance lui souriait. Il était temps. Franck et Sarah (une louve complètement folle). En face, Antonin. Au sol, un macchabé. Impossible d’observer son visage. Pourtant, il pouvait entendre l’exclamation de son acolyte.

- Durance…Vous avez tué Durance ?

Le visage amusé du jeune homme s’emplit brusquement d’effroi. Il braqua ses yeux sur le corps (du moins sur ce qu’il pouvait voir d’aussi loin), l’examinant interminablement, comme pour se persuader qu’il avait fait fausse route.

« Putain … la conne cette chienne ! »

Enfin, maintenant au moins l’on savait la cause de la transgression de Bellairs. Le sorcier accéléra le pas, suspicieux. Dans sa course, il manqua de percuter une inconnue ... qui avait une baguette entre les mains ! Il réagit au quart de tour et hurla, fixant sa cible :

« STUPEFIX ! »

Malheureusement, l’autre fût plus rapide et parvint à neutraliser le sortilège. Temps pis, ses cordes vocales étaient aussi ses amies.

« HEY LES GARS, IL Y EN A UNE AUTRE PAR ICI ! »

Enchaina-t-il à l’attention de Franck et Antonin.


Dernière édition par Rabastan Lestrange le Dim 28 Fév - 1:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5404



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana] Dim 28 Fév - 1:12

Le membre 'Rabastan Lestrange' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sorcier Adulte' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 31/01/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 10/09/2009
Parchemins postés : 2069



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Sarah Larose


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana] Dim 28 Fév - 6:13

Il la narguait, littéralement, la provocait, cherchait sans grands problèmes à la faire réagir. Chose qu'elle ne pet s'empêcher de faire, face à ce pervers, à ce monstre...À ce violeur. Grognant, elle lui sauta à la gorge, furieuse, mais ce dernier, aux aguets après ce sortilège cuisant, fit un roulage, lui échappant et tenta de l'atteindre avec un sortilège puissament dangereux, surtout utilisé par Elliot, son amoureux, alors qu'il voulait tuer des lycans. Ouvrant de grands yeux, dans une extrêment rapidité, usa d'adresse et se baissant aux bons moments vers l'arrière, évita ce sortilège qui aurrait dû la touchée en pleine tête. Le souffle haletant, elle poussa un grognement furieux, le coeur battant la chamde. Soudainement, en une seconde à peine, la vison de ce fou la pénétrant lui effleura sauvagement l'esprit et elle recula d'un pas, insécure. Non non, c'était finit, il ne l'approcherait plus jamais, elle n'était plus sous sédatifs, à sa merci. Tout son corps hurlait à l'affolement à sa vue. Ses muscles se contractaient brusquement, la mettant sur ces gardes. Ces mains tremblaient, comme tout son corps, alors qu'une pluie drue et glaciale s'abattait des nuages sombres, cachant la lune pas encore pleine.

Il voyait bien qu'elle ne se rendrait pas sans résistance et, à quelques pas sécuritaire de ce dernier, sans oser se jeter sur lui, dans une peur mystérieuse qui la clouait sur place, elle ne cessait de le toiser, d'envisager ces moindres mouvements. Son flair la prévenait d'une quelconque approche de quiconque et son regard noir ne cillait point de la silhouette de ce vieux.

Minimiser ma douleur? L'âge te donne de la sagesse dis donc ! Toi qui, quelques années auparavant, ne t'es point gênée pour te servir! Sale enfoiré!

Grogna elle, secouant doucement sa tête de gauche à droite, comme si dire ces simples mots la dégoûtaient elle-même. Une mine rageuse au visage, elle leva sa baguette vers ce dernier, prête à lui faire payer tous ces actes, tous ces touchers, tout son audace face à elle mais rapidement, cet imbécile prononça le nom du Lord Noir. N'étais-ce pas tabou?! Se positionant en une demie seconde, elle laissa ses sens se disperser, son coeur accélérant, le sang battant à ces tempes mais personnes n'apparut. Il ne fallait pas pour étant baisser sa garde. En grognant, la lycanne conserva sa baguette pointée sur le directeur, qui reprennait douloureusement son souffle et chercha la moindre nouvelle présence dans les environs.

Son odeur n'arriva au flair de la louve que quelques longues minutes plus tard, dans un lourd silence de mort, interrompu par instant par les toussotements de Bellairs. Voilà, une nouvelle odeur se glissait à ces narines. Oh non. Dolohov, un nouveau mangemort. Les crocs bien en évidence, la louve ne délaissa pas Bellairs de son bout de bois mais son regard se tourna légèrement vers la droite, pour voir entrer en scène, lentement, désinvolte, comme toujours, le mangemort, baguette pointée directement sur elle. Ce dernier lui servi une litannie de propos futiles jusqu'à ce qu'il remarque le corps de Durance. Bon, un autre qui avait des comptes à faire. Trop tard. Secouée d'un faible rictus méprisant, la louve leva les yeux au ciel lorsqu'il déclara son acte ¨d'impardonnable¨ et, son regard s'éclairant avec menace, elle persiffla, sur ses guets:

Ce n'est pas mon problème si vous êtes trop lent Dolohov. Alors c'est ça l'armée du Lord? Une bande de viellards? Moi qui me croyait pathétique! Pardonner mon audace de vous avoir dépassz dans votre affaire, mais voyez-vous, j'avais des comptes moi aussi. Quoiqu'il en soit, elle est morte, et vous le serrez aussi si vous tentez de me neutraliser. Vous comprendrez bien que je ne rigoles nullement, je suis même dans un état plus exécrable compris?!

Gromella elle en fronçant les sourcils. Ce dernier ne la laisserait évidemment pas partir mais elle ne pourrait se plaindre de l'avoir prévenue! Deplus, quiconque entravait sa route, quiconque se retrouverait dénuquée aujourd'hui, Bellairs le premier! D'ailleurs, ou en était-il celui là? Se tournant vers celui-ci, elle vit qu'il se relevait tranquillement, s'apprêtant à retourner prendre sa baguette. D'un geste vif, elle agita sa baguette en s'écriant, :

Secare!

Une rafale violente de vent se leve, fonçant sur Bellairs et l'attrapa de plein fouet, lui déchirant une partie de son chandail et de la peau de son flanc, le propulsant des mètres plus loin. Des petites coupures ornaient à son tours une partie de son corps, laissant le sang couler, foncé, odorant...Savourant. Son regard brilla d'envie mais elle tenta tant bien que mal de se contrôler, de ne pas lui sauter à la gorge. Sa baguette venait d'attérir des mètres plus loin. D'ou tenait-il ce sortilège? L'image de Valentine lui vint en tête. Il y a, ce qui semblait être des lustres de cela, une nuit ou Vincent avait utilisé ce sortilège contre elle, pour l'arrêter, elle qui ne voulait point le voir dans son chemin alors qu'elle s'échappait de Poudlard. Comme elle avait souffert cette nuit! Oh mais oui, qu'elle idiote! Elle devait avertir Valentine de sa situation! Elle pouvait sans doute résister à Bellairs seule mais contre lui et Dolohov alors là, elle avait beau avoir une certaine puissance, surtout physiquement, elle n'était pas wonderwoman! D'ailleurs, elle était très surprise que sa baguette ne lui fasse plus trop de caprices! Ce n'était guerre le temps!

Ses cheveux plaquées sur sa tête, menaçant de lui cacher la vue, elle leva sa baguette, pour jetée un patronus mais une voix grave retentit dans la bourrasque, glaçant son sang. Un autre mangemort! Sa vue perçante déchira la nuit et l'odeur de l'inconnu révéla le certain mangemort Lestrange! Merde! Cette fois, un véritable gueulement énervé s'échappa de ses lèvres pulpeuses et, serrant les poings, sa baguette crachant des étincelles rouges, elle tonna, repoussant furieusement ces cheveux dans son dos d'une main distraite:

Mais putain vous allez être combien?! Je tentais bien devenir pacifiste après Durance mais vous allez littéralement me faire craquer bandes d'imbéciles!

Le dernier arrivé ne sembla pas tenir compte d'elle cependant car un sortilège rouge fusa de sa baguette mais ne vint pas dans sa direction. Toutefois, aucune autre personne n'hurla. Haussant un sourcil, maugréant ces mangemorts, elle remarqua finalement la présence d'une nouvelle inconnue. Pourquoi ne pas l'avoir remarquée plus tôt? Sans doute avait-elle été trop occupée avec ces deux autres égarés! C'était une fille, mais Sarah ne reconaissant nulement son odeur. Bien, mal, Larose n'attendit pas un instant de plus et, levant sa baguette, laissa une genette argenteté sortit de sa baguette et poussé un cri aîgu rempli de menace, avant de se tourner vers son créateur, le corps tacheté de celle-ci se tendant vers Sarah, attentive:

Valentine, j'ai besoin de toi en urgence dans le parc de Shutter à Londres! Dolohov, Rabastan et Bellairs sont ici et les trois veulenet ma peau! Je ne pourrai pas les retenirs indéfiniment! RAMMÈNE TON CUL ET EN VITESSE TU M'ENTENDS!?

S'écria Sarah, commençant à sentir la panique s'élever alors que Rabastan la traitait indirectement de conne. La genette approuva doucement et fit quelques grands bonds avant de disparaître, pour se retrouver quelques minutes plus tard devant Valentine, qui recevrait en urgence son message. Elle avait oublié de lui demander de ne point avertir Elliot. Non, elle ne le voulait pas ici, elle ne voulait pas le mettre en danger de nouveau pour elle. Avançant discrètement vers les deux autres mangemorts qui s'étaient tourés vers Rabastan, la lycanne conservait sa baguette prête, sur ces gardes, grondant sombrement, ces dents écarlates bien en vue, sa mine déchaînée, une pulsion meutrière la prennant de nouveau, comme dans ces rares cas de folies meurtrières.

DURANCE EST MORTE NON?! ALORS FOUTEZ LE CAMP SINON JE VOUS ARRACHE LA TÊTE! JE N'AI PAS DE PITIÉ ENVERS LES MANGEMORTS! ILS M'ONT PRESQUE TOUT PRIS APRÈS TOUT!

Sarah -->13
Bellairs --> 8
Dolohov --> 10
Lestrange --> 10
Haifa --> 10


Dernière édition par Sarah Larose le Dim 28 Fév - 7:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5404



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana] Dim 28 Fév - 6:13

Le membre 'Sarah Larose' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sorcier Dangereux' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Arrivé sur Poudnoir : 12/02/2008
Parchemins postés : 2807



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Elliot Manrey


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana] Dim 28 Fév - 12:47

Elliot avait bien reçus le message d'Haifa. Sa nouvelle espionne... Parfait. Il lui avait dit de tenir un oeil sur Sarah. Il avait trop peur pour sa belle... Et visiblement il avait en core eut raison, elle avait le don... non, l'art de se foutre dans la merde. Génial, trois exécuteurs... Dont deux qu'il avait déjà mit en déroute...
Elliot transplanna directement pour arriver sur le toit d'un immeuble voisin... Il regarda la scène... Bellairs... oui... Okay... Il descendit par la voix des moldus, et arrivant en bas il vit une petite découverte. Ce con avait lui aussi réussi à ramenner des renforts...

Oho, ce cher Dolohov. Accompagné d'un gars un peu plus jeune, mais nettement plus vieux que notre cher résistant. Uhm... Plus des Mangemorts que des exécuteurs... Il resta dans l'ombre et attendit un peu qu'il soit descendut dans la ruelle pour intervennir... Mais lorsqu'il vit le nouveau lancé un sort sur Haifa... Il fut prit de panique. Oh non, Haifa n'avait rien avoir là dedans, ce n'était qu'une espionne, et Elliot ne l'avait encore jamais testé en combat... Bon, si la vie de sa chere Sarah n'aurait pas été mise en jeu, il aurait volontiers inviter la sorcière a venir l'aider au combat... Mais là non...

Sortant de l'ombre une fois que Haifa l'eut dépasser, il vint se mettre entre elle et Rabastan. Se dévoilant au grand jour, son tatouage et sa gueule finissait par être grandement reconnus de nos jours.

Il fallait qu'il attirer l'attention... Sarah se débrouillerait bien avec Bellairs:


"Coucou..."

Il avait dit ça calmement, presque sadiquement. S'il chopait un de ces enfoirés, il se jura de les torturer amèrement jusqu'à ce qu'il lui dise la couleur des culottes de sa mère.

"RAIDEN"

Le sort de mort... Voilà comment on surnommait ce sort à présent. Ce choc électrique bleutée qui plongeait d'une force de la baguette de ce maudit terroriste, et qui atteignait toujours sa cible. Pourtant Elliot c'était présenter, il avait attendu qu'on le reconnaisse avant de jeter ce sort, il n'y vait eut nul surprise.. Pourtant, quelque chose lui disait que Rabastan Lestrange avait dut sentir passer ce sort...



Elliot --> 16
Sarah -->13
Haifa --> 10

Bellairs --> 8
Dolohov --> 10
Lestrange --> 5


Dernière édition par Elliot Manrey le Dim 28 Fév - 12:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5404



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana] Dim 28 Fév - 12:47

Le membre 'Elliot Manrey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sorcier Adulte' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 11/10/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 04/01/2010
Parchemins postés : 1072



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Antonin Dolohov


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana] Dim 28 Fév - 13:24

La jeune femme salua à sa manière le mangemort : attitude sauvage et paroles envenimées. Le mangemort haussa un sourcil, soucieux, devant l’état de transe dans lequel était plongé la louve. Il jeta un bref regard à Bellairs qui semblait avoir du mal à se remettre. Il n’avait pas le temps de tendre une main au transgresseur. D’ailleurs son attention se vira vers sa gauche, Rabastan avait trouvé le lieudit et avait, en plus de ça, démasqué une espionne. Antonin lui accorda un mince sourire ; il s’en occupait. Le Russe revint à ses deux interlocuteurs ; Sarah s’étant chargée de réattaquer son collègue. A la vue de Rabastan, la lycanne s’affola et fit la seule chose qui lui venait à l’esprit : convoquer Valentine. Le regard du Russe doubla de volume, mêlant stupeur et colère.

Il désira vivement correctionner la louver pour son acte, mais un tapage attira son attention. Elliot venait d’intervenir et faisait face à Rabastan. Une vague de froid pétrifia son âme. Il était en danger, en grand danger. Elliot se manifesta en lançant son sort fétiche qu’Antonin ne connaissait que trop bien pour l’avoir testé. Apparemment, la jeune sentinelle représentait la protégée du Résistant…intéressant. Après que sa mâchoire ait manqué de se décrocher devant la stupeur et la crainte de cette scène, Antonin tenta une action contre Haifa à défaut de pouvoir attaquer Elliot


- Sectum Sempra !

Le sort toucha de plein fouet Haifa. Il aurait voulu rejoindre Rabastan mais préserva sa place...Pourvu qu'il s'en aille à temps !

Elliot --> 16
Sarah -->13
Haifa --> 7

Bellairs --> 8
Dolohov --> 10
Lestrange --> 5


Dernière édition par Antonin Dolohov le Dim 28 Fév - 13:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5404



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana] Dim 28 Fév - 13:24

Le membre 'Antonin Dolohov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sorcier Adulte' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana]

Revenir en haut Aller en bas

La haine n'est pas moins volage que l'amitié [Lana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Monde Magique
-