POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

You can't save me [PV: SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 17/09/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 07/03/2008
Parchemins postés : 7151



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Lacey-Mae Schwimmers


MessageSujet: You can't save me [PV: SOLO] Mer 3 Mar - 19:36

Elle s'était entretenue de nouveau avec le directeur des nuisibles, Lee Orcus. Il lui avait rappelé la décision qu'elle avait choisi, soit la trahison de son clan pour sa liberté, mais il lui avait donné des mises en gardes. Lacey-mae Schwimmers était soumise au silence et à l'oublie. Elle ne devrait plus renouer avec le passé et éviter d'être reconnue par ses anciens camarades et amis. Désormais, elle n'existerait plus aux yeux des autres. Le ministère gardait sa libération sous silence, les résistants ne seront donc pas au courant de sa trahison et de la vie qu'elle menait maintenant. Mais ils le découvriraient tôt au tard. Sa vie serait donc de nouveau relancée. Une course contre la mort. Il lui restait des choses à accomplir avant de véritablement s'éteindre pour toujours.
Des agents ministérielles l'accompagnèrent jusque devant une porte. Ses valises avaient déjà été livrées, semble-t-il. Elle n'avait pas pu retourner voir Kameron une dernière fois. De toute façon, elle devrait l'oublier aussi. Une fois que les agents furent assurée qu'elle entrerait dans l'appartement, ils transplanèrent sans même saluer notre acquittée.
Dans l'embrasure de la porte, une silhouette élancée hésitait à pénétrer davantage dans ce petit logis. C'est avec un regard méfiant que la jeune femme observa les lieux avant d'y entrer. Ses valises avaient été déposé juste devant la porte. La jeune femme referma la porte derrière elle et s'aventura dans l'appartement qui était désormais le sien. Les murs du salon étaient recouverts d'un papier peint orné d'un délicat motif floral, et le parquet avait été fraichement décapé et verni. Une petite télé noire avait été déposée sur une armoire adossé contre l'un des mûrs du petit salon. Un canapé vert avait été placé devant. Une petite bibliothèque sur sa gauche et une table basse derrière le canapé. Et voilà ce qui meublait l'unique salon de l'appartement. Ses pieds la guidèrent ensuite jusqu'à la cuisine, où trônait majestueusement un réfrigirateur dernier cri. Du moins, d'un oeil moldu, c'était de la nouvelle technologie. Des comptoirs blancs entouraient les murs de la cuisines. Un lave-vaisselle de la même couleur à la gauche du réfrigirateur et un four face à celui-ci, sur le mûr opposé. Communiquant directement avec la cuisine, il y avait une petite table à mangé, assez grande pour accueillir quatre personne. Émanté sur la porte blanche du réfrigirateur, un petit parchemin rédigé à la main lui avait été laissé. Intriguée, Lacey se pencha et saisit nonchalant le parchemin et lue calmement la délicate qualigraphie.


    « Mademoiselle Schwimmers,
    tel que prévu, nous avons mit un appartement à votre disposition. Vous résidez désormais dans un petit quartier moldu dans la région d'Oxford. Vous êtes soumise au silence et au secret. Il est primordiale pour votre survie de rester cachée et de doubler votre prudence. Ne sortez pas la nuit, fermez vos portes à clés, vérifier que vos fenêtres seront clauses la nuit. Ne dévoilez jamais votre véritable nom. Évitez au maximum les sorties extérieures. Vous êtes sous surveillance, des agents veilleront à se que votre rédemption soit menée jusqu'au bout. Une bourse a été laissé dans le coffre sur la table base de votre salon. Vous recevrez chez vous chaque mois par hiboux quelques gallions qui vous aideront à vivre le temps de vous trouvez un métier.

    Vous avez fait votre choix, Lacey. Vous avez décidé de trahir les vôtres en échange d'une libération. La presse n'en est pas avertit. Le ministère conservera le secret tant qu'il le jugera nécessaire. J'ai jugé bon de vous prendre sous mon aile. Ce sera pour moi une façon de vous gardez à l'oeil.

    Prenez le temps de retrouvez une situation à peu près stable. Je passerai vous voir à l'occasion. Si vous avez un problème, vous saurez me contacter. »


C'était exactement les mêmes paroles que Lee lui avait dit plutôt. Il la prévenait deux fois plutôt qu'une. Était-elle si en danger ? La résistance n'était pourtant pas encore au courant. Puis, des paroles que Lee lui avait dit plutôt lui revinrent en tête. « ...Soyez raisonnable, Lacey, Valentine ne plaisante pas et je comprends qu'il ne puisse pas se le permettre. ». Elle frissonna, ayant finalement comprit le sens de ses paroles. N'ayant pas terminé la visite de l'appartement, Lacey se dirigea maintenant vers les deux pièces au bout du corridor, passant devant la salle de bain sans la visiter tout de suite. L'une des chambres ressemblait davantage à une chambre pour enfant que d'une chambre pour adulte. Elle petite et ses murs avaient été peint en blanc. Les meubles étaient de la même couleur et les draps, les rideaux et les cadres sur le mûrs étaient mauves et recouvert de petite fleurs plus foncées. En une seconde, Lacey décida d'aller s'établir dans l'autre chambre. Les mûrs de l'autre pièce étaient beiges et ses murs jouaient dans une teinte rouge foncé presque marron. Le lit était plus grand et les draps noirs s'harmonisaient avec les couleurs ambiantes. Une armoire aussi grande que Lacey était situé en face du lit et quelques cadres représentants des fruits étaient situés sur les différents murs de la chambre. La pièce était pauvrement meublé, mais cela conviendrait à Lacey qui ne comptait que dormir dans cette pièce de toute façon.

Il ne lui restait plus que la salle de bain à visiter. Elle l,avait gardé pour la fin puisqu'elle comptait y prendre un bain dès qu'elle aurait terminé la visite des lieux. Il n'y avait pas grande chose à visiter dans la salle de bain à peine plus grande que la chambre pour enfant. Un grand miroir occupait l'un des murs en entier et un long comptoir était situé juste en dessus. Il y avait divers objets moldus, petit miroir, sèche cheveux, divers savons aux arômes pourtant semblables ainsi que des petites décorations comme des pots de fleurs. Pour la salle de bain, Lacey se serait cru dans un hôtel. Une grande baignoire occupait l'autre mur situé en face du comptoir qui servait aussi de douche. Et une petite toilette entre les deux.

Et voilà, l'appartement avait été visité et Lacey n'attendit pas plus longtemps pour se dévêtir et faire coulée de l'eau chaude dans la baignoire blanche. Une fois la baignoire remplit, Lacey arrêta l'eau et entra son coeur en entier dans la baignoire. Ses pensées l'a dérangeai. On aurait dit un bourdonnement incessant dans sa tête. Alors, pour les faire taire, Lacey plongea sa tête dans l'eau fixant le plafond de la salle de bain à travers la vitre de l'eau.

Le silence. ce doux silence. L'absent de son. Engourdissant ses pensées. Elle se vidait la tête. Oubliait tranquillement se que Lee lui avait conseiller. certains détails resteraient gravés en elle. Mais d'autres souvenirs insignifiants s'effaçaient tranquillement. Mais bientôt, une panique grimpa en elle. Son cerveau réclamait de l'oxygène alors, rapidement, Lacey sortit sa tête de l'eau et regarda la pièce d'un regard paniqué, voir anxieux.


« ... »

Elle ne parlait pas. Mais c'était un véritable débat intérieur en elle. Qu'allait-elle faire de sa vie maintenant ? Lee lui avait demandé de reprendre sa vie en main. De retrouver une situation à peu près stable. Mais, comment ? Quand saura-t-elle que sa vie serait à peu près stable ? Après tout, jamais sa vie ne l'avait été. Elle avait toujours été troublée par différents sentiments ou évènements.
Alors comment connaître cette stabilité si elle ne l'avait jamais connu ? Que devait-elle faire ?
Il n'y avait pas de cours pour ça. Pour préparer les jeunes à "la vraie vie". Elle ne savait pas comment vivre dans cette marginalité.

Sans qu'elle ne s'en soit rendue compte, elle était hors de la baignoire et elle avait drapé son corps d'une robe de chambre blanche. Elle se tenait face au grand miroir et souriait toute seule ? À quoi avait-elle pensée pour sourire ainsi ? Quelles images avaient été représenté dans son imaginaire pour la faire sourire comme ça ? Alors que la situation n'avait rien de plaisante.
Soudainement, avec la violence d'un orage qui se lève, une colère montait en elle. Une colère presque palpable. Elle fixait intensément son reflet qui la regardait avec la même intensité. La colère se changea bientôt en haine. Une haine féroce contre cette jeune femme qui se tenait debout devant la glace. Et aussi rapidement et de façon imprévu, son poing alla fracasser le miroir à la hauteur de son visage.
La jeune femme ressentit alors une déchirure au creux de sa main. Elle baissa son regard gris pour voir sa main complétement ensanglantée. Rapidement et paniquée, la jeune acquittée agrippa le papier de toilette et le pressa contre la blessure au creux de sa main. Elle alla s'assoir sur la toilette et regarda les morceaux de vitre rependu sur le sol et sur le comptoir.


« Je me suis coupée... » déclara-t-elle dans le clame de son nouvel appartement.

La jeune femme attendit que sa main cesse de saigner. Ce qui fut assez long, car une fois sortie de la salle de bain vêtue d'une camisole blanche et d'un jogging noire, l'appartement était noir. Elle n,alluma aucune lumière et se guida d'un pas étrangement sûr vers la chambre qu'elle avait choisit pour y dormi. Sans toucher au drap, elle s,étendit de tout son long sur le matelas et laissa ses sinistres pensées l'envahirent.

Sa fille était décédée par sa faute.
Son mari était à Azkaban par sa faute.
Il allait mourir à cause d'elle.
Très bientôt, Lacey n'aurait plus personne dans sa vie.
Elle n'était pas certaine qu'elle pourrait revoir Sarah puisque le ministère l'avait mise sous surveillance.

Son corps se déchirait tranquillement, il lui fessait mal. Sa tête avait la migraine. Elle n'avait plus les idées en place. Elle n'avait plus aucun sens de jugement. Désormais, tuer un innocent dans la rue ne la ferrait plus sentir coupable. Peut-être même serait-elle soulagée ? Les ombres dessinées sur les mûrs de sa chambre semblaient dansés. Elles les invitaient. Lacey était terriblement tenter par l'envie de jeter la lampe à sa portée contre le mûr, ou alors de se lever et danser avec elles.

Ses yeux se refermaient sans cesse, chassant les images terrifiantes que son cerveau lui fessaient voir.


« ARRÊTE ÇA, ARRÊTE-MOI ÇA. » s'écria-telle en frappant violemment le matelas de sa main blessée.

Elle hurla et s'écria de nouveau :

« Ce n'est pas réelle, tu ne peux pas me sauver. TU NE PEUX PLUS ME SAUVER MAINTENANT TU M'ENTEND ?! »

Mais à qui parlait-elle ? aux ombres sur le mur ? à ses meubles ? aux voix qu'elle entendait dans sa tête ? ou alors peut-être se parlait-elle à elle-même ?

« Regarde se que je suis devenue ?! »

Elle était maintenant à genoux sur le matelas et hurlait au mur face à elle tout les injures qui lui passaient par la tête. Elle s'en prenait à elle même, certaine que cela apaiserait la colère qui ne cessait de grandir en elle. Comme un volcan sur le point de l'ébullition, Elle pleurait sous la rage et la colère. Ses mains ne cessaient pas de passer dans ses longs cheveux bruns, cherchant veinnement à adoucir la migraine qui la gagnait de plus en plus. Chaque cri lui arrachait une douleur. Autant émotionnelle que physique.

Mais qu'avait fait Azkaban ?
Elle serait changé à tout jamais ?

Oui...
Peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com/

You can't save me [PV: SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Monde Magique
-