POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

When BigBen cries... [Terminer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer] Lun 12 Avr - 23:06

Adorable ? Quelle idée saugrenue ! Il n'y avait pas plus répugnant que ces insectes grouillants, ces cafards abjects et odieux qui n'étaient bons qu'à être trépigné. Jeune ou vieux, homme ou femme, ils étaient tous pourris jusqu'à la moelle. Aucune pensée bienfaitrice ne pouvait sortir de ces crânes touffus, aucun acte d'amitié ne pouvait émerger de ces glaçons, aucun sourire franc ne pouvait se dessiner sur ces visages. Ils n'étaient que des robots, idiots et normalisés. Et dire qu'on puisse penser qu'une âme -ou quelque chose y ressemblant- puisse occuper l'intérieur de leur enveloppe corporelle. Et dire que certains pensaient à les mettre sur le même pied d'égalité que les sorciers. De tous les moldus, les enfants étaient sûrement les pires, car trompeurs et mesquins par dessus tout, ils osaient en toute situation user de leur charme. Comme les rôdeurs, ils feignaient la mort pour mieux attirer la proie, puis se révélaient être des experts de l'attaque dorsale. Le jour viendrait où ils seraient tous réduits en esclavage, incapable de faire le moindre mal, puis le lendemain, morts.

"Dans vingt ans ? On ne change pas vous savez... Ce qu'ils seront dans vingt ans, ils le sont déjà aujourd'hui. Ils s'en cachent, voilà tout..."


Ces créatures perfides, aurait-il volontiers rajouté. Apparemment, son interlocutrice était assez crédule pour être tombée dans le piège de l'ennemi. Elle avait beau avoir une image négative des adultes, elle n'en pensait pas moins l'inverse de leur progéniture. Ou alors, simple attendrissement féminin devant la jeunesse. Possible aussi. Incompréhensible tout de même. Pourquoi irait-on s'emmerdouiller avec des bouches à nourrir, inutiles et incapables de vivre par elles-même ? Ingrates qui plus est, car la mémoire leur fait défaut autant que la politesse. Vous leur dévouez sept années de votre courte vie, à les couver, à la protéger, pour finalement qu'il n'en garde pas le moindre souvenir. Un alzheimer précoce. Il avait un chat, cela lui suffisait amplement. C'était tout aussi de responsabilité, mais beaucoup plus en retour.

"Trois, quatre, dix... qui sait combien nous sommes en ce moment-même à contempler Ben ou à lui faire face ? Lorsque l'illusion est bien gardée, nous ne pouvons même pas nous reconnaître entre nous, alors ce n'est pas eux qui vont nous entrevoir. Aucun risque là-dessus... Alors beaucoup ? Non. Ce qui est étrange, en revanche, c'est que trois d'entre nous se soient croisés et identifiés... Manque de vigilance de ma part je l'admets. Une erreur que je ne ferais pas deux fois..."


À comprendre, demande toujours, tu ne sauras rien...
Il leva la tête et fixa durant quelques secondes les nuages. Tiens, un troupeau de pigeons qui allaient prendre place sur l'horloge. Z'allez vous faire plumer les gars... Son regard dériva de nouveau vers Shaé. Elle lui souriait comme... comme l'aurait fait une enfant qui venait d'ouvrir ses cadeaux de noël. Comparaison étrange, mais c'était tout à fait ça. Un sourire figé, qui semblait accroché aux lèvres de sa propriétaire. Il laissa échapper un léger rire. Elle était quand même étrange en tous points de vue.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 04/06/2009
Parchemins postés : 1287



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Shaé Lee


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer] Mar 13 Avr - 2:11

Shaé se tourna vers Isidro. Ainsi donc ils voyaient ces bambins comme des monstres. Alergie aux enfants ou aux moldus? Le second choix de toute évidence. Pas anormal sous le régime actuel. Elle avait donc devant elle un fervent défenseur de la cause de la sorcellerie. Peut-être pronait-il le sang-pur aussi... partisan du seigneurs des Ténèbres aussi? Peut-être. Shaé sourit en s'imaginant lui dire qu'elle s'était battu contre ce genre d'abrutis pendant huit ans... c'était tentant mais trop risqué. Bah! Elle allait pas risqué gros pour un simple caprice! Shaé resta silencieuse un instant puis désigna la vendeuse de glace :

"Elle, elle est contente parce qu'il fait beau."

Elle désigna ensuite un jeune garçon dans un bac à sable :

"Lui, il est content parce qu'une fille vient de l'embrasser sur la joue."

Puis elle montra une jeune fille qui jouait avec son chien :

"Elle, elle est contente parce que son père lui a promis des vacances le mois prochain. Et aussi parce que sa chienne attends des petits."

Shaé se tourna vers Isidro. Elle était toujours souriante mais son regard avait prit une lueur de défi ou quelque chose s'y approchant. Quelque chose de dangereux.

"Osez ensuite me dire que ses gamins sont des monstres. Ils vont le devenir, surement, peut-être, probablement. Mais à cet âge, ils ne connaissent rien. Et ils veulent tout apprendre."

Shaé détourna les yeux pour suivre une balle qui vola au-dessus de la pelouse. A peine avait-elle rebondit sur le sol qu'un chien l'attrapa en la mordant et en secouant la tête dans tous les sens. Labrador. La jeune fille plus loin, riait.
Elle n'avait l'intention d'expliquer sa pensée. Elle doutait de la finesse d'esprit de son interlocuteur. Qu'il comprenne et médite déjà ça. Et encore... peut-être est-ce trop difficile pour lui. Bah! Elle perdait son temps. Shaé chassa une de ses mèche sblonde de son visage et sourit à son interlocuteir pendant qu'il parlait. Pas idiot. Mais elle y avait déjà penser.

"A moins que les sorciers communs soit plutôt doué en occlumencie, j'en doute. Mais pourquoi pas... C'est vrai que le coup de la baguette sortit n'était pas spécialement judicieux de votre part... hummm pourquoi ici?"

Shaé se tourna vers Isidro :

"Le lieu du rendez-vous... c'est sympathique Big Ben. Mais ce n'est pas très discret en pleine après-midi où la plupart des moldus vont déjeuner..."

Shaé détourna les yeux, le sourire avait disparu de ses yeux :

"M'enfin, c'est vous qui voyez..."


Dernière édition par Shaé Lee le Mer 14 Avr - 7:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer] Mar 13 Avr - 12:56

Le destin est parfois bien drôle de faire se croiser deux êtres qui de toute évidence, étaient opposés par tous les angles. Femme, homme ; blonde, brun ; optimiste, pessimiste ; pro-moldus ? Pro-sorciers ; curieuse, blasé ; quasi-méprisante par moment, méprisé dans les mêmes instants. Un point commun sur la forme, mais pas sur le fond. Isidro méprisait aussi, mais pas les mêmes personnes, et pas dans les mêmes conditions. Lui, il généralisait son mépris à tous les moldus, toutes les espèces inférieures, les races répugnantes incapables de tenir une baguette, et pire que tous, ceux qui osaient prendre leur défense. Elle n'était qu'une pernicieuse erreur de la nature, bonne qu'à détruire le système et à le pervertir. Elle était une des sources de ce climat délétère qui régnait sur le monde des sorciers.

Elle lui désigna successivement une vendeuse et deux gamins. Monstre ? Il n'avait pas utilisé ce terme. Elle interprétait trop ses paroles. Un monstre était potentiellement dangereux. Il pouvait être une menace, détruire, égorger, brûler tout un peuple. Il était un être protéiforme, capable de se faire homme, dieu, animal, vampire... Foncièrement mauvais et exclusivement cruel. On avait pas mal de pseudo-monstre dans la société -quelle soit moldue ou sorcière. Le plus souvent, ils occupaient une fonction importante et se défoulaient sur leurs quelques sbires fallacieux.


« Il faut être bien simplet pour se contenter d'un soleil brûlant, d'un baiser empoisonné, d'une promesse illusoire ou encore d'une naissance prochaine, et arriver à en tirer un bonheur quelconque. »

Ils étaient tous bercés d'un espoir fou, et cela ne leur apporterait rien mis à part une frustration équivalente à leur dépravation intérieure.
Il soutint son regard alors que celui-ci semblait s'animer d'une lueur nouvelle.

« Il ne suffit pas d'être heureux pour être lavé de tout démon. On peut être foncièrement mauvais, et ressentir la joie comme la tristesse, la bonheur comme la déception. Leurs sentiments ne changent rien à leur nature première. Il n'est là en aucun cas question de connaissances. De toute façon, ce n'est pas avec la vision étriquée que leur espèce à du monde qu'ils apprendront grand chose... Mais le peu qu'ils apprendront ne changera rien non plus à leur âme. Mais je n'irais pas jusqu'à utiliser le terme de monstre... cela leur accorderait trop de nocivité. »

Pourquoi ici ? Mais pourquoi pas ? Le meilleur moyen de passer inaperçu, c'était d'aller là où il y avait tellement de monde que personne ne vous apercevrait dans la masse grouillante. De plus, le brouhaha ambiant étouffait tout dispersement de discussion et empêchait les oreilles indiscrètes. Même à l'intérieur de Big Ben, on entendait encore la foule du dehors. Et puis, ce n'était pas un choix personnel non plus. Toothill lui avait donné l'heure et le lieu, lui s'était contenté de venir. Puis malgré les apparences, Gregory était un professionnel. Il vivait de ses escroqueries et n'avait donc pas le droit à l'erreur, même pour un si petit détail.

« Justement... Bourré de monde à cette heure-ci. Pourquoi ferait-on attention à nous plus qu'aux autres ? Et puis... qui vous dit que nous cherchions à tout prix la discrétion ? Nous ne sommes peut-être que deux vieux amis qui vouliont profiter de la vue depuis l'horloge... »

Peu probable, on avoue. Surtout avec le ton quasi-dégouté avec lequel il avait prononcé le mot ami. Il passa une main dans ses cheveux pour chasser les mèches gênantes qui étaient venues s'établir devant ses yeux. Il leva les yeux vers le sommet de l'Horloge.

« La perspective est magnifique de là-haut. La Tamise y est resplendissante... Pure et lisse, elle donne l'illusion d'un calme effroyable. Vous devriez aller l'y contempler un de ces prochains jours de soleil. »

Parler de la pluie et du beau temps, comme deux amis qui n'avaient plus rien d'autre à se dire, histoire de faire comprendre qu'il était temps de changer de sujet de conversation.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 04/06/2009
Parchemins postés : 1287



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Shaé Lee


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer] Mer 14 Avr - 7:20

La jeune femme balayait régulièrement les en virons des yeux. Des voitures jusqu'au parc. De l'autre côté de ce paté de maison? La Tamise. Des milliers de moldus passaient à côté de BigBen tous les jours. Une multitude de vies insignifiantes. Et pourtant c'était des êtres humains au même titre qu'elle ou Isidro. La vie elle-même n'a pas de justice, Shaé le savait. Il n'empéchait que certains ne faisait rien pour arranger les choses. A quoi bon? Le monde avait un équilibre. Mais il n'arriverait jamais. Ce serait youjours une éternelle lutte entre ceux qui croyaient en la justice et ceux qui n'y croyait pas ou plus. Y avait-elle jamais crut? En fait, elle n'y avait tout simplement pas pensé. Et quand le sujet de justice lui était venu, la réponse s'était faites d'elle-même. Shaé jeta un coup d'oeil à Isidro. Maintenant, elle allait en savoir plus...
Il prétendit qu'il fallait bien niais pour être heureux pour ce genre de boutille. Shaé sourit. Au moins leur avis était le même sur ce point :

"J'avoue. Mais il y a une différence entre être heureux et être content en l'occurence. Le contentement n'est pas éternel. Le bonheur non plus, mais il est beaucoup plus durable. Je n'ai pas de bonheur mais de joie. C'est autrement différent. Et autrement plus éphemère."

Mais Isidro continua sur sa lancée. Son analys n'était pas tout-à-fait juste mais elle avait de bons point d'ancrage. Elle désapprouvait un point, néamoins. Il était impossible de vivre heureux et comblé s'il l'ont était foncièrement mauvais. Ou alors on était sacrément dérangé. On pouvait être satisfait, orgueilleux, fier mais pas heureux. Mais inutile de jouer sur les mots. Visiblement, Isidro avait déjà son idée de la vie. Une idée sur pas totalement fausse mais partant sur de mauvaises bases. C'est comme lorsque qu'on part du résultat d'un calcul pour faire un exercice. Si le résultat du départ est faux, le reste est faux. Mais il est possible que les résultats soit justes, par coincidence. Si en calcul, ça n'avait aucune conséquence grave, dans la vie réelle en revanche... De même qu'il était impossible d'être heureux si l'on ne connaissait rien, à moins d'être particulièrement niais. Shaé ne s'éventra pas à le contredire. Bah, elle allait pas rebattir la vision des choses de cet homme. Il était adulte, majeur et responsable. Il était quasiment impossible de faire changer quelqu'un du tout au tout. Elle allait pas s'amuser à la démolir puisqu'elle n'avait pas l'intention de l'aidé à reconstruire. Quoi que ce serait assez marrant de le voir se débrouiller avec ces certitudes cassés. Mais bon, c'était lui donné des armes pour rien. Elle n'avait aucune certitude sur ce qu'il en ferait. Mieux vallait apprendre ça aux jeunes avant qu'il se batisse une idée fausse de la vie. C'était d'ailleurs une des raisons qui l'avait poussé à accepter la charge de sa nièce. Elle sourit avec ironie :

"Au moins on est d'accord sur un point."

Elle lui jeta un coup d'oeil amusée :

"Ils ne sont pas dangereux!"

Bon, son argument à propos du lieu n'était pas minable. Il était même valable. Dommage que tout ne s'était pas passé comme prévu... Shaé leva les yeux aux ciels :

"Bien sûr! Vous vous rendez dans un lieu public moldus, aux heures de pointe pour ne pas vous faire repéré mais ce n'était évidemment que de simple retrouvailles. Hé, c'est pas écrit "elfe"."

Shaé montra son front. genre "j'ai pas écrit "elfe" sur mon front". Elle était pas stupide tout de même. Il y avait des limites! La jeune femme ajouta :

"Justement. Vous n'avez pas idée de la différence entre un sorcier et un moldus. Si n'importe qui vous surveillait, il n'aurait eu aucun mal à vous retrouvez. Evidemment l'incident avec l'horloge n'arrange rien..."

Shaé jeta un coup d'oeil à Isidro. L'homme passa sa main dans ses cheveux. Un geste qui lui tira un sourire. Kristin avait cette salle manie aussi. Décidément, tout le monde avait ce tic? Isidro se mit à parlé pluie et beau temps. Shaé leva les yeux aux ciels. Oh, je vous en prie, franchement.... parler météo...

"Il y a des choses bien plus importantes dans la vie que l'humeur de la Tamise. Et comme tentative de changement de sujet, c'est pourri. Vous auriez au moins pu choisir un sujet interressant."

Shaé lui jeta un bref coup d'oeil blasé. La jeune femme avait été direct. En même temps, elle avait toujours été direct. Elle n'avait jamais hésité à dire franchement au gens qu'ils étaient idiots. Bon, après un certain, elle avait compris que si elle était sincère à chaque rencontre... ça faisait beaucoup trop d'idiots. Comme aurait dit Fred, laissons les cancres dans leurs délires. Tant qu'ils ne disaient pas trop d'anneries...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer] Jeu 15 Avr - 13:57

"Il n'y a rien de réellement bien durable en ce monde."

Il désigna à son tour la vendeuse de glace. Elle servait un couple de personnes âgées. Le genre agréable aux premiers abords, mais détestables une fois qu'on a connaissance de leurs idéologies.


"Demain, elle perdra son sourire, parce qu'il pleuvra..."


Vient le tour du garçon dans le bac à sable. Un petit brun avec des tâches de rousseurs. Tristement inconscient du danger qui l'entoure.

"Dans quelques jours, il aura complètement oublié ce baiser volatile. Dans quelques années, il vivra son premier amour. Offre promotionnelle, formule deux en un... Amour et chagrin. Mais les deux passeront tout aussi brièvement l'un que l'autre."

Finalement, la gamine avec la chienne. Ou plutôt, la chienne avec la gamine, car il ne faisait aucun doute que l'animal avait ascendance sur l'humaine.


"Elle rira moins quand son père tentera de se débarrasser des chiots... Alors bonheur, joie ou contentement, ça n'a pas d'importance. Leur définition est au final la même : court instant de démence suivi d'une forte déception..."

Une vision pessimiste de la vie ? Ou alors, simplement des plus clairvoyantes. Les plaisirs étaient comptés, dérisoires, éphémères et illusoires. Tiraillés par le temps, ils ne valaient rien et étaient d'un ridicule flagrant face à la réalité de la vie : la mort. Trois mille six cent fois par heure, on tentait de l'oublier, mais ce geste répétitif de l'horloge nous grignotait petit à petit, nous et nos désirs. Chaque vie avait un sablier autour du coup, chaque grain de sable était une vie qu'on soumettait violemment à l'estrapade. Et lorsqu'enfin le dernier grain de sable était tombé, que les tambours jouaient la chamade et que les trompettes se taisaient, on se rendait bizarrement compte, quatre-vingt années trop tard, qu'on avait bâclé sa vie, comme un jeune éphèbe qui atteint l'âge adulte. Mais il est déjà trop tard, le temps continue à courir et vous laisse conséquemment derrière lui. Une fatalité commune à tous les hommes.

"Je ne vous prends pas pour une idiote. Je ne fais qu'explorer les pistes que vous avez délaissées."


Elle avait vu instantanément le mal et n'avait pas cherché une éventuelle autre piste. Soit elle était suspicieuse en tout cas, soit elle avait un instinct mirifique. il opterait pour un subtil mélange des deux.

Je n'ai pas idée de la différence entre un moldu et un sorcier ?! répéta-t-il à la fois amusé et agressif.

Il rit. D'un rire jaune et amer. Lui ? Le sang-mêlé. Le demi-infâme. Il ne savait pas... Il n'avait pas vu peut-être, la brutalité bestiale de son père pervertir la grâce enchanteresse de sa mère. Il ne comprenait pas la dominance tyrannique qui déferlait de l'animal et qui détruisait le maigre équilibre qui persistait en lui. Et ils étaient tous tellement uniformes. Ils suffisaient que l'un sorte un peu du lot -qu'il soit un peu plus malin, habile ou décoré- et il y avait au moins une chance sur deux pour qu'il soit un sorcier.

Elle était franche au moins et ne passait pas par quatre chemins. Enfin quelque chose qu'il était sûr d'apprécier un minimum chez elle.


"Pas pourri, mais classique. Puis en tant que gentleman, je préfère vous laisser le choix du sujet."
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 04/06/2009
Parchemins postés : 1287



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Shaé Lee


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer] Jeu 15 Avr - 22:03

Shaé écouta le jeune homme avec attention. Dommage qu'il est choisit la version de la vie la moins interressante. La plus moins excitante. La plus déprimante. Pourtant ce qu'il disiat était vrai. Et c'était justement parce que c'était vrai que Shaé avait choisit sa vision de la vie. C'était parce que rien n'était durable qu'elle cherchait tout le temps cet étincelle qui rendait la vie si interressante, qui la rendait utile, où on voyait tout l'interte de la vivre. Rien n'était éternel. Ni ce spetits bonheurs. Ni les petits désagréments mais...

"... mais c'est ce qui fait la vie. Et c'est justement ce qui la rend attrayante."

Shaé sourit franchement, comme si les paroles du jeune homme la rendait joyeuse. En fait, si ça n'était pas tragique pour un homme de cet âge d'être ausis pessimiste, ça aurait été assez comique.

"C'est ce qui fait sa valeur, ce sont ses petits riens, ces illusions et désillusions qui fait qu'elle vaut d'être vécue. Je dis toujours qu'il faut être lâches pour décidé de quitter la vie, de se tuer. Mais il faut avoir du courage pour le faire. Comme c'est courageux de repousser les limites de la mort. Mais c'est aussi de la lâcheté d'en avoir peur."

Insulte direct au Seigneurs des Ténèbres mais à voir son visage on ne se serait pas douté qu'elle en avait conscience. Elle semblait toujours heureuse. Cette vision de la vie, elle avait connu mais elle en l'avait jamais eu. Gamine, elle aimait défié son père verbalement. Elle perdait toujours. Adolescente, elle aimait résoudre des énigmes, se montrer la meilleure, se savoir meilleur. Adulte, les défis lui semblaient toujours aussi attractifs. Elle avait murit et pourtant son fond était resté le même. Elle, elle n'avait jamais eu de grandes désillusions parce qu'elle n'avait jamais rien espéré grand chose. Ce qu'elle voulait, elle l'obtenait, point à la ligne. Ses espérances de gamines, un balai volant, un dragon ou autre la faisait bien rire aujourd'hui mais elle avait appris à prendr ele mond eau pied de la lettre et aspirait aujourd'hui à autre chose : découvrir. Toujours découvrir pour jamais se lasser et toujours se divertir. Se lancer des défis, sentir cette excitation qui vous accompagne lors du combat et ce snetiment, jouissif, de svaoir qu'on a gagné, qu'on tient son adversaire au creux de sa main. Certains diraient qu'elle ne vivait que pour cela. Et ces gens n'auraient pas tout-à-fait tort. Juste pas tout-à-fait.

"Un philosophe moldus a émis une phrase avec laquelle je suis tout-à-fait fait d'accord. Deux en fait. rRprit plus tard par des philosophes sorciers. Ses deux phrases sont essentiels. Parce que... si on suis ton raisonnement, on en vient à l'absurdité de l'existence. Pourquoi existe-t-on? Laissons ça pour les gens dépressifs. Ce genre de question sont souvent l'origine d'une perte de morale et mène aux suicides. Tout ça pour un tas d'aneries. Non, je pense qu'il faut vivre sa vie. Accepter ses petits bonheurs..."

Elle montra le sourire du petit garçon.

"Et ses deceptions..."

Elle haussa les épaules avec un sourire.

"Il y a des gens qui sont détruits par ces petits riens parce qu'ils sont beaucoup trop faibles. Mais les gens intelligents savent. Il faut bénir ses moments de joie. Rire des déceptions. Mais jamais les vivre."

Shaé se tourna vers Isidro avec un rire :

"Ce genre de pensées, je les ais vu, détrompez-vous. Mais j'ai vu d'autre chose autrement plus importantes à côté. Alors je n'ai pas été plus loin parce que ça n' aaucun interet. Pour certains, le bonheur est plus important. Vivre heureux sans soucis. Pour certains autres, c'est la place sociale. Toujours être plus haut. Toujours être supérieur. Pour d'autre encore c'est le savoir. Tout savoir. Et vous savez quoi? Ces gamins-là, ces gens-là ont ce but c'est ce qui fait que la pluie, le mauvais temps, un baiser ou une déceptions les fait avancer. Tout simplement parce qu'ils sont humains. Certains sont des humains minables, execrables, vilains, monstrueux, retord ou vicelards. Mais ils sont humains."

Shaé ajouta en regardant les enfants d'un air songeur :

"Il n'est pas né l'homme sans faiblesse..."

La jeune femme se renferma dans ses pensées. Il lui été rare de s'ouvrir ainsi. mais elle sentait qu'Isidro n'était pas imbécile. Il comprendrait ces phrases... ou pas. Mais elle était sûr que ça servirait à quelque chose. Elle ne faisait jamais rien si ce n'était pas utile. Parce que malgré tout dans ces paroles, elle sentait un dégout. Un dégout profond pour se sgens heureux. De la jalousie? De la jalousie envers ses gens heureux qui n'avait pas tous ses tracas? C'était possible. Elle, elle avait choisit de vivre. Pas pour la hiérarchie, l'argent, le bonheur ou le savoir. Elle avait choisit une voei détourné où elle était sûre d'obtenir ce qu'elle voulait. Le pouvoir. Les défis. La victoire. L'argent lui échappait encore parce qu'elle n'avait pas la hiérarche dans sa poche. Mais au fond, ça n'avait guère d'importance puisqu'elle se savait supérieur. Elle n'avait juste pas de temps à perdre à le démontrer. Elle avait tout ce dont elle voulait en bas, alors pourquoi aller en haut? Le bonheur, elle l'avait dans son quotidien. Chaque énigme, chaque question la rendait heureuse par le simple fait d'en chercher la réponse. Et évidemment le savoir venait avec... Il enchaina sur son changement de sujet, qui laissait à désiré. Shaé haussa les épaules :

"Classique? Vous en connaissez beaucoup des gens qui s'occupe de savoir si la Tamise fait des vagues ou non?"



HG : je me suis laissé emporter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer] Ven 16 Avr - 18:37

Il ne voyait ni attrait dans la douleur, ni dans le bonheur, donc par somme algébrique des deux, aucun intérêt à la vie. Et c'était réellement là tout son sens, de n'avoir aucun but, aucune signification. L'Homme sur terre n'est qu'une âme parmi tant d'autres avec plus ou moins d'influence, mais en observant à une autre échelle, solaire, galactique ou encore universelle, il ne devient petit à petit qu'un grain de poussière, un atome, un électron. Ses actes influant autant de monde possible ne sont rien comparé à ce qui se trame ente les étoiles, ses espérances sont négligeables et futiles lorsqu'on les opposent à la finitude de tout ce qui compose son univers, sa vie n'est rien face à celle d'un astre. Et contrairement à toute attente, c'est pour cela -alors que chaque élément semblait le résoudre à disparaître- qu'il doit vivre, même le court instant que représente sa vie. Il doit le vivre comme s'il n'a rien de plus important, car même s'il est bref et appartient à une multitude, il est unique pour lui : pas d'assurance donc pas de réparation après casse.

L'insulte ne lui était bien-sûr pas passée inaperçue. Sa mâchoire se serra sûrement autant que ses poings alors qu'elle semblait feindre l'ignorance. Elle tenait un discours trop construit et travaillé, trop réfléchi pour ne pas avoir conscience de la vraie signification de ses paroles. Quand bien-même elle n'aurait vraiment pas mesuré l'impact de son discours, il n'aurait pas réagi d'une autre manière.

S'il avait su garder son calme -ou mieux, si ces mots n'avaient jamais été prononcés- il aurait sûrement approuvé ses dires bien que n'y croyant pas trop, juste pour partir sur un autre sujet. Les ambitions sociales il avait connu, il en avait lui-même. Ce n'était pas pour autant ce simple rêve qui poussait et conduisait sa vie. Il s'était déjà demandé pourquoi il existait sans pour autant être dépressif. Ce qui menait sa barque jusqu'à la route des enfers, c'était la haine, ce simple sentiment si facile et si présent. La haine de son père et par extension de tous les moldus. La haine de sa mère pour avoir oser aimer un tel être, la haine de tous ceux dans le même cas d'elle. Il aimait la vie parce qu'il haïssait la mort, et aimait la mort parce qu'il haïssait la vie. Il riait avec des pleurs dans la voix, souffrait en méprisant la douleur et en cherchant la bien-être, il courait après la solitude en se rapprochant de ses semblables. Sa vie n'était qu'un paradoxe immense dont il tentait de tirer quelque chose.

L'Homme sans faiblesse était né il y a un peu plus de soixante-dix années. Il avait un nom, un nom qu'on ne prononçait jamais, et il avait tant de disciples que jamais auparavant n'avait pu avoir un sorcier ou un moldu. Il avait une puissance inhumaine et à bien y réfléchir, on ne pouvait réellement le considérait comme un homme : cela faisait longtemps qu'il était bien supérieur à cette condition, il avait réussi son élévation autant physique que spirituelle. Ce n'était pas lui qui fuyait la mort, mais la mort qui détalait sous son ombre. Il n'en repoussait pas les limites, c'était elles qui étaient devenues floues puis avaient disparu définitivement. Le Mage Noir, le Prince des Ombres, le Seigneur des Ténèbres étaient l'homme parfait.

La rage bouillait en lui comme la lave au cœur d'un volcan en pleine éruption. Il fit glisser sa baguette dans sa manche et baissa la tête pour cacher un sourire de haine. Il devrait se tenir, il était dans un lieu public, moldu qui plus est. Mais d'un autre côté, on ne pouvait lui tenir rigueur de régler le compte d'une petite écervelée qui se permettait d'insulter l'altesse sinistre. Il serra un peu plus les poings si bien que ses ongles perçaient sa chaire jusqu'au sang. Une légère goutte de sang glissa le long de son doigt avant de s'écraser sur le sol. Il aurait prié tous les dieux existants ou non pour que ce sang fut celui de Shaé Lee. Il souffla une fois, pour évacuer la pression. Rien à faire. L'esprit un peu plus lucide tout de même, il rangea sa baguette dans la poche arrière de son pantalon. Pas ici, pas comme ça, pas maintenant... La nature lui avait donné d'autres armes bien assez puissantes pour venir à bout d'un tel être, si faible, si imparfait.

Sa main se relâcha et saisit le poignet de Sh'e. Il se leva et l'entraîna dans son mouvement, monta les quelques marches et la plaqua contre le mur de la bâtisse. Il porta sa main libre à son cou et serra assez pour couper l'arrivée d'oxygène. Ses ongles s'étaient planté dans la peau de son cou et de son poignet. Son corps était collé à celui de Shaé, et ses lèvres à quelques centimètres des siennes. Il ressentait le souffle rude de la jeune femme sur sa peau. Il rapprocha ses lèvres de l'oreille de sa nouvelle opposante et murmura d'une voix traduisant toute sa haine et son mépris :


"Ne l'insultez jamais plus..."


Il sentait déjà dans son dos quelques regards s'attarder sur ce couple étrange. Il attendit encore quelques secondes avant de relâcher rapidement toute son emprise. Il soutint le regard de Shaé un court instant avant de lui tourner le dos et d'aller se rassoir exactement à l'endroit où il se trouvait auparavant.

"Et vous feriez mieux de vous intéresser un peu plus à la Tamise et ses remous. Cela vous éviterez bien des problèmes." rajouta-t-il d'une voix des plus neutres et des plus calmes. Pas que la colère était passée, elle restait et s'accumulait comme à chaque fois. Il était comme la Tamise à la couverture lisse et sereine.

Il sortit à nouveau sa baguette de sa poche et la fit tourner à nouveau dans ses doigts. Qu'importe si on l'apercevait, il n'en avait rien à faire. Il était sorcier, fier de l'être, l'affichait et envoyait toute cette bande de moldus faire un tour chez les Grecs.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 04/06/2009
Parchemins postés : 1287



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Shaé Lee


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer] Sam 17 Avr - 14:19

Shaé observait son voisin du coin de l'oeil avec interet. Un léger sourire sur les lèvres, léger mais absent, car son attention était accaparé par l'observation des récation de son voisin. Elle l'avait agacé à ce point-là donc... fervent partisan du régime donc. Mais un peu beaucoup.. au point de se faire saigné, fallait quand même pas être barjo... Sa baguette était sortit et il avait baissé la tête pour cacher son visage. Ah... ça promettait... Shaé voyait ces épaules monté et descendre avec un régularité qui n'était pas naturel. Il se... essayait de se controlé, essayait. En le voyant rangé sa baguette dans sa poche arrière, Shaé pensa qu'il allait partir. Ses gestes trahissait trop de colère pour qu'il reste. Mais en fait, il la saisit par le poignet, monta les marches et la plaqua contre un mur sans que la jeune femme cherche à l'arreté. D'abord parce que si elle se dégageait, ça risquat d'être douloureux au poignet et ensuite parce qu'elle était horriblement curieuse de voir ce qu'il comptait faire. Suicidaire? Oh, si peu...

La main d'Isidro stoppa l'arrivé d'oxygène, Shaé sortit dans la seconde sa baguette. Le deshabiller? Comique, efficace. Mais bon... un peu trop ridicule. Pour un partisan des ténèbres, elle risquait plus qu'une amende. Contre un rien du tout, elle aurait pu, mais elle ne connaissait pas son poste au sein de la hiérarchie. L'oxygène ne metterait pas longtemps avant de plus alimenté son cerveau. Surtout ne pas paniquer. Shaé faillit rire, si elle l'aurait pu, sous cette pensée idiote. Paniquée? C'était quoi ce mot? Mmmm, la dernière fois qu'elle avait paniqué c'était quand... euh... en fait, jamais. Elle avait eu peur à la rigueur, si on cherche vraiment et qu'on caricature un brin, elle avait craint certains évènements... paniqué? Angoissé? Inconnu au bataillon.

La voix d'Isidro résonna à son oreille comme une sentence. Ne plus jamais l'insulter? Mais elle ne l'insultait absolument pas. Il la lâcha pour aller se rassoir. Shaé se détacha du mur avec nonchalance, fit un sourire et un petit signe de la main à un moldus qui la regardait étrangement. Puis, elle mit ses mains autour de son cou (a elle^^) et fit craquer sa nuque d'un geste ferme. Puis, elle revint tranquillement vers Isidro, sa baguette toujours à la main.
Il lui disait, en gros, de s'occuper de ses oignons si elle ne voulait pas de gros ennuis. La jeune femme s'accroupit derrière son dos, un sourire amusée et provocant aux lèvres, s'approcha de son oreilles pour dire à voix basse et provocante :

"J'aime les ennuis..."

Son murmure alla chatouiller l'oreille du jeune homme. Son sourire avait beau être provocant, on appercevait dans ses yeux une lueur mauvaise. Celle d'un chat s'amusant avec sa nourriture, comme si elle s'apprétait à le boufer et qu'elle s'en régalait d'avance. Elle ajouta délibéremment :

"C'est excitant..."

Shaé se releva doucement puis alla se poster au bout des marches, un masque d'indifférence sur le visage. Elle avait l'air en fait de profondément s'ennuyer :

"Je ne l'ai pas insulté. Simplement établit une vérité. Et ce n'est pas la peine de monter sur vos grands chevaux. Un, ça me fera pas changé d'vais, deux vous n'êtes pas impressionant du tout. Et trois, j'ai déjà tué pour moins que ça."

Tué... un grand mot. Et un beau mensonge. Tué n'était pas spécialement son passe-temps. Vivant, les gens étaient bien plus amusant. Tué en revanche... y avait rien d'excitant ou de divertissant là-dedans. Ou lieu de tué, elle aurait du dire... torturé... humilié... et j'en passe. Très franchement les cadavres... sans interet et très peu pour elle. Elle se rassit à côté de lui, rangeant sa baguette dans sa manche comme si Isidro n'était absolument pas une menace pour elle.

"Vous-savez-qui..."

L'appelé le Seigneurs des Ténèbres la dégoutait. Généralement elle l'appelait le Lord. Mais inutile de l'énerver plus que ça, elle adopta donc "Vous-savez-qui".

"... est un grand sorcier, je ne le nie pas. Sinon, il ne serait pas là où il en est aujourd'hui. Mais il a une faiblesse. Une faiblesse qui fera qu'il aura une fin. Ca peut se passer dans 10 ans comme dans 50. Il a juste été assez intelligent pour la cacher. La dissimulé. Ou alors personne ne s'est approché de lui assez près pour le savoir... ou simplement cherché à la connaitre. Je ne la connais, et personnellement, je m'en fiche."

Shaé eut une vague pensée pour Kristin qui, si elle n'était pas obnubilé par l'honneur et la vengeance, aurait eu son utilité... La jeune blondinette se tourna vers Isidro. Il était certain que s'il ne lui sautait pas à la gorge, il se retenait de peu :

"Le monde fonctionne ainsi. Il a détrôné, il sera détrôné. Rien n'est éternel. Son règne durera plus long, voilà tout. Personnellement, je m'en fiche un peu tant qu'il se mèle pas de mes affaires. Aucun interet."

Tant que rien en la touchait, elle n'entrerait aps ouverntement contre lui. Il y avait plus à perdre qu'à gagné dans une tel entreprise, de plus, des sorciers, des résistants avait déjà entrepris de faire cette tâche.

"Je l'estimerais énormément s'il cherchait autre chose que tué les né-moldus, ce qui, entre nous, me semble inutile. Mais j'imagine qu'il doit avoir ces raisons..."

Aucune importance pusiqu'elle n'était pas touché par cette mesure. Viendrait seulement un jour où il s'en prendrait aux sang-mélé... mais ce serait une énorme erreur... La jeune femme jeta un coup d'oeil. Elle lui laissait quoi... dix secondes. Elle éclata de rire. Pusi elle se leva :

"Je sens que je t'ai poussé à bout. Réfléchis un brin à ce que je t'ai dit, tu verra qu'il y a un fond de vérité. Y a toujours un fond de vérité. Sinon, si tu veux un duel, je suis concierge à Poudlard, c'est quand tu veux... et avec le plus grand plaisir... Et surtout, ne me sous-estime pas..."

Quoi que ça changerait pas grand-chose au résultat. Mais au moins, s'il était sérieux, ce serait plus amusant... Shaé porta deux doigts à ses tempes et les leva, genre salut militaire mais avec deux doigts et un grand sourire joyeux. Pas de provocation. Pas d'ironie. La regarda-t-il? Aucune idée. Elle lui tournait déjà le dos. Elle sentait que soit il la suivrait pour lui faire comprendre à qui elle avait affaire. Ce qu'elle savait déjà à présent. Soit qu'il partirait pour trouver un punching-ball, de quoi se calmer les nerfs. Elle partait au moment où la conversations 'engageait. Au moment où ça devenait dangereux.
Elle traversa la route.

Cet homme avait une faiblesse comme tous les partisans du Lord, il ne supportait qu'on pose un mot contre son maitre. Dommage. Sinon, c'était un homme d'un potentiel correct. Ca aurait été agréable des conversations avec lui. Sauf qu'elle connaissait déjà ces réponses. Ca n'aurait été profitable à personne. Ni à elle qui connaissait déjà le fin de l'histoire, ni à lui, tétu comme une mule. La seule chose interressante aurait été un duel. Mais ça, c'était à lui de décidé. Et elle l'avait remonté que pour cela. Pour la distraire, pour le faire progresser... Sortilège du supplicié? bah, marant au début... mais bon... trente minutes à regardé un gars qui se tortille contre le mur... ça va cinq minutes, après...

Le ballon buta contre ses pieds. Elle le ramassa, le lancea au gamins avec dégligence et récupéra son journal. Et maintenant? Quel serait sa prochain distraction?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer] Dim 18 Avr - 23:33

Le souffle chaud qu'il sentit dans son cou provoqua une contraction violente des muscles de son dos au point de l'en faire trembler. C'était évident à présent qu'elle jouait avec lui comme un enfant avec un jouet : en totale inconséquence. Cependant il arrivait souvent que les jeunes enfants se blessent en voulant faire les malins. Ils suivent leur folie mentale pour entrer dans un monde qui leur est propre, où ils sont semblables aux grands héros mythologiques. Ils gagnent leur bataille aussi facilement que leur esprit crée, mais il arrive parfois que les deux mondes -le réel et l'irréel- se confondent dangereusement. Alors la chute est aussi haute que la distance qui sépare les deux univers, et la blessure est à l'image du mal. Eux aussi voyait de l'excitation dans les ennuis. Sinon pourquoi s'imaginer bravant les pires dangers plutôt que flemmardant à l'ombre d'oliviers en fleur.

Il ne l'écouta pas. Ni quand elle parla de l'insulte -car cela en était bien une, ni du seigneur de l'ombre et sur sa chute à venir en laquelle il ne croyait en aucun -mais vraiment en aucun- cas. De même pour ce cycle de transmission du pouvoir. Le Lord Noir serait le dernier dirigeant du monde sorcier.

Elle lui proposait un duel. Parfait. Quoi de mieux. Elle lui ouvrait la porte, il n'avait plus qu'à la passer. Mais est-ce que ça en valait vraiment la peine ? Oui ! Question idiote ! Simplement, il lui fallait patienter un peu, jusqu'à demain, après demain, la semaine d'après peut-être. Juste le temps nécessaire à ce qu'il aille à Poudlard. D'un autre côté, c'était exactement ce qu'elle voulait. Un duel. Et accepter son offre c'était entrer dans son jeu et s'afficher comme manipulable et manipulé. Mais en ayant conscience de la situation, n'était-ce pas plutôt être manipulateur ? Ah ! Quoi de pire que le doute. Elle avait réussi à l'insinuer dans son esprit et il le torturait fort et si bien à présent qu'il ne savait plus qui jouait avec qui et pourquoi.

Il n'y avait pas plus mauvais choix que de n'en prendre aucun. Alors cette fois-ci il jouerait la carte de l'inactivité et garderait pour la suite cet épisode en mémoire. Ou pas.

Il s'était levé et approché du banc où se trouvait Shaé. À sa vue, ce calme fallacieux disparus pour laisser de nouveau place à la rage. Autant lui régler son compte de suite après tout, ça serait fait... Qu'importe ce qu'il risquait. Il s'en fichait sur le fond. Ou alors...

Il s'assit à côté d'elle sur le banc.

… attendre encore un peu pour mener sa haine à maturité.

C'est deux sentiments contraires se tiraillaient violemment en lui, tentant de gagner sur l'autre. Mais il devait faire un choix... Pile ou face ? On plouffe ?


«  C'est ce que vous désirez, n'est-ce pas, un duel ?
Une pause. Vous êtes bien-sûr de vous... À quoi cela nous mènerait ? Le résultat serait le même que si nous tenions une conversation sur le sujet : inexistant... Mais ne vous inquiétez pas, le moment viendra où vous l'obtiendrez, ce duel... »

Il se leva du banc et sans même un regard pour Shaé et son journal japonais, il repartit en direction de Ben. Il allait sûrement remonter dans l'horloge, le temps de décompresser.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 04/06/2009
Parchemins postés : 1287



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Shaé Lee


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer] Lun 19 Avr - 2:43

Shaé s'était assise sur son banc et regardait les enfants joué. Avait-elle été pareille à leur âge? Bien sûr! Et pire encore, elle n'avait toujours pas perdu cette âme d'enfant. Maus fond, quel importance? Sa vie tournait ainsi et jsuque là, elle en était parfaitement satisfaite. Le seul point noir était ce manque de distraction justement. Arrivé en Angleterre, tout lui semblait morne et sans interet. Les élèves se ressemblaient tous par leur lâcheté, leur manque de sérieux ou dé créativité. Le sprofesseurs travaillaient soit sous le joug du Lord, soit sous la crainte de ce dernier, parfois même dans les deux. On se retrouvait avce des criminel dans les hautes sphères et le comble dans l'histoire, c'était que personne n'était foutu capable de les remettre à la place qu'il n'aurait jamais du quitter : les enfers! La jeune femme jeta un coup d'oeil à son journal japonais. En quoi ce pays auquel elle avait consacré 8 ans de sa vie était-il différent?

Elle fut interromput par Isidro qui avait décidé de revenir à côté d'elle. Shaé l'observa sans chercher à le cacher. Il bouillonnait. Sa voix se perdait dan sle brouhaha qui l'entourait mais Shaé arrivait à percevoir qu'il était tendu comme un arc. Duel ou pas, s'il n'y avait pas eu tous se smoldus, il l'aurait tout de même attaqué, il ne fallait pas le nié. Il prononça quelque sparoles destiné à... déstiné à quoi en fait? Lui montrer qu'il n'était pas bête? L'intimider? La défié? Aucune idée. Lui prouver qu'il n'était l'homme qu'elle pensait? Inutile, il était l'homme qu'elle pensait. Tenter de lui prouver le contraire était stupide et il perdait son temps. Il se releva et partit. Un léger sourire effeleura le slèvres de la jeune blondinette. Cet homme ne se contrôlait pas. Il n'avait presque aucun snag-froid. Une vrai bombe à retardement. Shaé reporta son attention sur son journal en se demandant vaguement si la mèche serait toujours là la prochaine fois qu'ils se verraient, parce qu'ils se reverraient, il n'y avait presque aucun doute là-dessus.

La jeune femme regarda la photo. Ainsi Ashir avait survécu. Mais il n'était pas revenu. Shaé se demanda vaguement pourquoi. S'il avait été traitre il ne serait pas en première de couverture, mais s'il n'était pas traitre, il serait revenu. Bah! La jeune femme cessa de se creuser le sméninges, la réponse viendrait un jour ou l'autre. A condition qu'Ashir soit toujouirs en vie quand elle reviendrait évidemment. Il faudrait qu'elle garde un oeil sur ce genre de choses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: When BigBen cries... [Terminer]

Revenir en haut Aller en bas

When BigBen cries... [Terminer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Monde Magique
-