POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 22/03/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 22/08/2009
Parchemins postés : 1082



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Enola Vandom


MessageSujet: Re: Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry] Dim 25 Avr - 11:26

Enola espérait que ses arguments avaient fait effet. Un tout petit peu...
Perdu. Lorsqu'elle vit le regard de Barry, toujours aussi décidé, la serpentarde failli lever les yeux au ciel. Mais ils sont bornés dans cette maison! L'air toujours aussi sérieux, le rouge et or lâcha:

« Tu ne comprends pas. Imagines un peu que les rôles soient inversés. Que ce soit la Résistance au pouvoir, et les mangemorts à la place de la Résistance. Imagine qu’Alana ait commit une faute grave et que toi, tu es jugé par un Résistant et que tu sais que c‘est elle parce qu‘elle te l‘a dit. Que fais-tu ?
Tu préfères la dénoncer pour vivre, ce poids sur la conscience parce que du coup, c’était comme si tu l’avais tué toi-même ? Ou bien tu ne dis rien au péril de ta vie pour mourir s’ils le découvrent ? Si tu as de la chance, tu peux y échapper et vivre avec ta bonne conscience.


Enola resta stoïque. Le gryffondor fit une pause, baissa les yeux et continua, le ton plus bas.

-Moi, j’ai choisi la deuxième solution. J’ai choisi l’honneur. Non, l’honneur n’est pas de faire des actes contre le Régime pour montrer mon désaccord et encore moins celui de mettre mes amis en danger. Au contraire ! Pour moi l’honneur, c’était de ne pas dénoncer un camarade.

La serpentarde croisa les yeux, la mine renfrognée. Le pire, c'est qu'il avait raison. Elle n'aurait pas pu laisser tomber Alana. La verte et argentée releva la tête vers Barry, qui l'observait. Il s'approcha de quelques pas. Il jouait avec le feu.

-Tu es la seule à pouvoir me dénoncer. Personne d’autre ne le sait. Mais si tu le fais, il ne faudra pas le regretter. Tant que cela reste entre nous, rien ne m’arrivera Enola. Et je ne suis pas fou pour tenter quoi que ce soit ici. Tu le sais aussi bien que moi, je ne peux pas. Il y a peut être certaines choses qui font que je peux devenir un Résistant confirmé. Mais il y en a d’autres qui font que je dois rester à ma place. Et puis… je ne te vois pas comme une ennemie, ni aucun autre Serpentard. Ce serait une connerie.

L'adolescente garda le silence. Elle avait beau chercher, regarder la situation dans tous les angles, il n'y avait que deux solutions. Soit dénoncer le gryffondor, soit ne rien dire.
Le premier choix...non, elle ne pouvait pas. Ne rien dire? Alors qu'elle faisait partie des Dark Snake? Ce serait les trahir. Elle aurait préféré rester à l'écart de cette guerre qui était en train de la couper en deux. La serpentarde était en train de prononcer tous les jurons de son registre, comprenant qu'elle était presque entrée de plein gré dans ce piège. Elle s'était faite avoir...Il va falloir faire avec.
Enola fit quelques pas vers Barry. Ils étaient désormais face à face, seulement trente centimètres les séparaient. La jeune femme sentait des démangeaisons dans sa main. Elle aimerait tellement lui en coller une. Cela n'aurait pas arrangé la situation, mais elle aurait été soulagée de se libérer. La verte et argentée siffla:

- Ton ami alors devrait être vraiment reconnaissant envers toi...J'espère pour toi. Très bien deviens un résistant si tu veux, c'est ta vie après tout! Mais n'espères pas que je te laisserais tranquille. Être sept jours sur sept derrière toi ne va pas être du gâteau, mais je le ferai.


Ce sera sa manière de le protéger...Contre quoi? Les Dark Snake? Les mangemorts? Le monde entier? Pourquoi avait-elle choisi de ne rien dire...La peur d'éprouver du remords? Non...Elle ne voulait pas perdre encore un être cher.

-Dans quoi tu va t'entrainer Barry? J'espère pour toi que cela ne va pas empirer.

Au contraire, la serpentarde savait très bien que cela ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.niceboard.net/forum.htm


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry] Dim 2 Mai - 20:39

Alors que Barry Troy donnait ses raisons, qui étaient bien justifiées et tout simplement, humaine, Enola l'écoutait, sans rien dire. Cependant, elle paraissait bien enervée contre lui. Le Gryffondor ne lui en voulait pas, c'était une réaction normale. Peut-être se sentait-elle trompée ? Pourtant, l'Irlandais avait bien pris le fait qu'elle soit Dark Snake. C'était leurs choix d'appartenir à tel ou tel camp... Même si on ne savait pas vraiment si Troy en avait un. En fait, ce dernier était bien partagé entre deux camps... Il appréciait Enola Vandom, John Mandrake, qui faisaient partis du camp des "méchants" et appréciait Achille de Timhälon, William Red qui faisaient partis de l'autre camp. Pour le moment, on tenait un nul... Le fait que Bellatrix Lestrange, mangemort dangereuse peut le faire pencher pour le côté du bien, mais il y avait aussi sa soeur, Cara, dont les mangemorts n'hésiteront pas à s'en prendre à elle au cas où son frère de lançait en Résistance ouverte. Le rouge et or était-il égoïste au point de mettre son entourage en danger ? Non. Sinon... tout pouvait bien se passer - ou pas - comme par exemple, ce type de scénario : Barry Troy, lancé en Résistance se ferait tuer sur le coup. Là, même si les mangemorts s'en prenaient à sa jeune soeur de Poufsouffle, cela ne changerait rien, puisque Troy serait mort. Donc, aucune utilité de s'en prendre à elle...

Le jeune rouge et or écouta la jeune femme. Oui, celui que Barry avait protégé devait lui être reconnaissant, mais en fait, cela n'avait servi à rien... Il s'était retrouvé à Azkaban, suite à la manifestation de la Grande Salle, tandis que certains élèves s'étaient mis à chanter un chant de résistant, dont Barry. Pouvait-on donc affirmer qu'il était résistant ? Enola qui avait été non loin de lui cette nuit là - ou tôt le matin qu'importe - était témoin de cet acte aussi. Il lui avait même pressé la main, en voyant les quatre élèves se faire torturer et en imaginant Vandom à leur place, parce qu'elle était à ce moment là, avec lui, un Gryffondor. Non ! Si Troy avait chanté, c'était tout simplement pour faire comprendre à Scofield que ses méthodes le dégoûtait, et il n'était pas le seul à éprouver du dégoût contre cet homme. En fait, ce n'était pas un homme. C'était un monstre !

Même si Enola le surveillait sept jours sur sept, cela ne changerait rien pour le rouge et or. L'avoir sur le dos ne serait pas désagréable pour lui, juste un peu embêtant, à la longue. D'ailleurs, pourquoi le surveillerait-elle ? Troy n'en avait pas la moindre idée... Pour l'empêcher de se lancer en résistance ? C'était généreux de sa part, car elle aurait pu aussi carrément le menotter et l'emmener chez Scofield, qui l'aurait sans doute tué ensuite... Elle aurait très bien pu lui faire peur aussi et ne pas l'emmener forcément. Juste, qu'elle pouvait le faire. C'était un risque que le jeune homme avait prit, ce pourquoi il était toujours sur la défensive maintenant, même si maintenant que la Serpentard était à trente centimètres de lui, cela serait bien difficile de s'écarter. Quoique, si elle devait lui jeter un sortilège, elle serait forcée de se reculer, sinon elle était obligé de casser son poignet et donc, le sortilège irait tout droit dans le sol. Pendant ce temps, Barry pourrait donc en profiter pour s'écarter. Il regardait la jeune femme dans les yeux, comme pour voir tous les gestes qu'elle pouvait faire mais aussi, pour éviter de baisser le regard alors qu'elle était face à lui, ou même le détourner.

Suite à la dernière phrase, le Gryffondor recula, en levant les mains, sachant qu'elle tenait toujours sa baguette. Il levait les mains en signe de paix parce que suite à cela, il sortait sa baguette qu'il attrapa furtivement de sa main gauche, alors qu'il gardait la main droite levée, mais peut être aussi pour tenir en équilibre.

« Écartes-toi, s'il te plaît, demanda-t-il à la jeune femme, en pointant sa baguette dans sa direction. Je n'ai pas envie de te toucher, s'empressa-t-il d'ajouter, alors qu'il se concentra, attendant que la Serpentard se décide pour s'écarter. Surtout, ne penser à rien d'autre, à part le sortilège. Assurdiato ! » lança-t-il, finalement, vers un point non précis. Une petite détonation se faisait entendre puis... plus rien. Tournant le dos à Enola cette fois, il faisait de même pour le précédent de l'autre côté. Une deuxième petite détonation se fit entendre, puis plus rien.

Faisant de nouveau face à la Serpentard, il réfléchissait quelques instants, avant de fermer les yeux un moment. Il soupira, puis les rouvrit. Sa main gauche se porta à sa poche droite pour ranger sa baguette, avant que celle-ci ne vienne attraper sa veste, tandis que la gauche venait sur la fermeture éclair pour descendre jusqu'en bas, et ouvrir la veste. Il aurait bien voulu le cacher à la jeune femme, mais au lieu de cela, il s'en servirait pour illustrer ce qu'il avait à dire. Tandis qu'il levait son t-shirt blanc pour découvrir son torse, on pouvait y voir des grosses marques rougeâtre, dont la peau avait été déchiré, creusé par un sortilège de découpage. Ils représentaient des symboles dont Barry ignorait le sens.

« On m’y a déjà entraîné de force, disait-il, en baissant rapidement son t-shirt, laissant la vue à Vandom pendant quelques secondes son torse, abîmé par un sortilège de découpage et de magie noire. Il ne voulait pas lui montrer cette horreur plus longtemps. Deux secondes suffisaient. Je porterai cela pour toujours Enola. Je n’ai rien fais pour mériter cela. Si, il avait menti, mais Bellairs et Lestrange ne le savaient pas, et n’avaient même pas à douter. Ils ne sont pas justes. Tous les jours, des élèves se font ainsi maltraiter, certains d’entre eux le cherchent, certes. Mais d’autres son innocents. Tu crois que ce qu’a fait Scofield pour que le voleur se dénonce était justifié ? Faire souffrir des élèves innocents, est-ce justifiable ? Non. Je n’apprécies pas les méthodes sauvages des mangemort, poursuivait-il, tandis que son regard se faisait plus sombre, tandis que l’orage grondait toujours. Si - et je dis bien si - je me bats, ce ne sera pas contre John Mandrake, contre Lyud Leenoth, contre Alana Stewart, contre Basilica Swan … contre Scofield, contre Tu-Sais-Qui mais… contre leur méthode de sauvages. Tuer des hommes n’apportent rien à part de la souffrance, ce pourquoi je suis restais neutre bien longtemps. On m’y a entraîné, et pourtant… pourtant, je n’y suis pas encore. Il y a des gens autour de moi qui n’ont rien fait, et dont les mangemorts se serviront sûrement pour me faire plier, s’ils ne me tuent pas avant. Surveilles-moi sept jours sur sept si tu veux, mais quoi que je fasses, tu ne m’en empêchera pas. J’aimerai que tu m’en empêches, mais ce sera impossible… J’ai toujours eu l’impression d’être une chochotte de toute façon… »
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 22/03/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 22/08/2009
Parchemins postés : 1082



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Enola Vandom


MessageSujet: Re: Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry] Dim 23 Mai - 19:51

Barry recula d'Enola. Cette dernière fronça légèrement les sourcils, attentive aux moindres mouvements du rouge et or. Celui-ci leva les mains, en signe de paix. La serpentarde serra un peu plus sa baguette et attendit une réponse de la part de Barry. Le coeur de la verte et argentée fit un bond lorsqu'elle vit le gryffondor sortir sa baguette. Il n'allait tout de même pas l'attaquer pour qu'elle se taise? Son cerveau se mit à marcher à vive allure. Quel sortilège lancer? Un sort qui l'immobiliserait?

- Écarte-toi, s'il te plaît.

Les yeux d'Enola s'agrandirent. Alors qu'elle s'apprêtait à faire face et lancer un sort, Barry rajouta précipitamment:

Je n'ai pas envie de te toucher.

La jeune femme resta immobile quelques instants, ne comprenant pas ce que voulait faire le rouge et or. Mais elle obtempéra. Barry se concentra quelques instants, puis lança un Assurdiato. Un léger bruit se fit entendre, puis le moindre son de pas ou d'orage disparut. Il fit de même de l'autre côté du couloir. Le jeune homme fit de nouveau face à Enola, qui commençait à se poser des centaines de questions. La serpentarde resta immobile, attendant que le gryffondor ouvre la bouche. Mais il ne le fit pas.
Le rouge et or soupira un instant après avoir fermé les yeux. Il rangea sa baguette. Il ouvrit la fermeture éclair de sa veste, puis ôta son tee-shirt.

-Mais qu'est ce que...

Enola vit alors les marques de torture, laissées par les mangemorts. Ce qu'il restait du torse du gryffondor? De la peau déchirée, des marques défigurant son buste, des plaies causées par des sorts, des plaies qui ne pourront pas disparaître. Un instant, le ventre de la verte et argentée se tordit. Elle sentit une vague de nausée, de stupeur et de colère.


-On m’y a déjà entraîné de force. Je porterai cela pour toujours Enola. Je n’ai rien fais pour mériter cela. Si, il avait menti, mais Bellairs et Lestrange ne le savaient pas, et n’avaient même pas à douter. Ils ne sont pas justes. Tous les jours, des élèves se font ainsi maltraiter, certains d’entre eux le cherchent, certes. Mais d’autres son innocents. Tu crois que ce qu’a fait Scofield pour que le voleur se dénonce était justifié ? Faire souffrir des élèves innocents, est-ce justifiable ?


La jeune femme resta silencieuse. Elle observa le gryffondor dont le regard devenait de seconde en seconde plus obscur.

- Non. Je n’apprécie pas les méthodes sauvages des mangemort. Si - et je dis bien si - je me bats, ce ne sera pas contre John Mandrake, contre Lyud Leenoth, contre Alana Stewart, contre Basilica Swan … contre Scofield, contre Tu-Sais-Qui mais… contre leur méthode de sauvages. Tuer des hommes n’apportent rien à part de la souffrance, ce pourquoi je suis restais neutre bien longtemps. On m’y a entraîné, et pourtant… pourtant, je n’y suis pas encore. Il y a des gens autour de moi qui n’ont rien fait, et dont les mangemorts se serviront sûrement pour me faire plier, s’ils ne me tuent pas avant. Surveilles-moi sept jours sur sept si tu veux, mais quoi que je fasse, tu ne m’en empêcheras pas. J’aimerai que tu m’en empêches, mais ce sera impossible… J’ai toujours eu l’impression d’être une chochotte de toute façon…

La pluie se mit à s'abattre sur le château, masquant l'extérieur. Enola ouvrit la bouche, après quelques hésitations, et voulut parler. Mais un groupe d’élèves, sans doute surpris par l’orage et en retard pour le dîner, rentraient précipitamment vers le collège. D’un geste rapide et discret, la serpentarde lança deux Finite. Le silence se brisa. La jeune femme s’aperçut qu’ils s’agissaient de poussoufles. Bon, on ne va pas les provoquer une seconde fois…La verte et argentée attrapa la main du gryffondor et lui souffla :

-Viens, ne traînons pas ici. Ils vont se poser des questions si nous ne nous dirigeons pas vers la grande salle.

Paranoïaque ? Si peu…Les deux élèves marchèrent dans les couloirs, et furent bientôt rattrapés par le groupe des jaunes et noirs. Ces derniers ne prêtèrent qu’une vague attention aux deux adolescents et marchèrent d’un pas vif vers la grande salle, affamés et trempés jusqu’aux os. Enola ralentit, puis lorsque le groupe fut assez loin, prit un autre couloir, nettement moins fréquenté. Durant le court trajet, les pensées de la jeune femme fusaient dans son esprit. Elle ne pouvait se détacher de l’image du torse défiguré de Barry. Etait-elle en train de se tromper ? Où était la vérité dans ces tissus de mensonges où elle avait vécu ? Le gryffondor n’aurait pas inventé tout cela…Mais la vérité était passible de mort dans ce régime. Elle ne voulait pas mourir. C’était plutôt elle la lâche. Ou la plus raisonnable ? La serpentarde observa pendant quelques instants le couloir. Qu’avait lancé Barry comme sort ? Ha oui,Assoudiarto. Enola opta pour un autre sort, tout aussi efficace.

-Hominum Revelio

La serpentarde attendit quelques secondes. Voyant qu’aucun élève ou professeurs n’étaient dans les parages, hormis dans la Grande Salle, ils pouvaient parler tranquillement. La jeune femme se tourna vers Barry. Son regard se porta sur son torse, caché par son tee-shirt. Elle pouvait s’imaginer les blessures du gryffondor. Un frisson lui parcourut l’échine.

-Tu n’es pas une « chochotte ». Si tu l’étais, tu n’aurais pas survécu à « ça ». Enola désigna rapidement de la tête les blessures du rouge et or. Tu as eu le courage de leur tenir tête, même si tu n’avais rien fait. Tu as eu le courage- ou l’inconscience- de ne rien dire à propos de ton ami. Tu as le courage même de dire à une Dark Snake tes opinions qui peuvent te conduire droit chez Scof’ ou Azkaban, alors que tu ne savais même pas quelle serait ma réaction. Je ne crois pas que des « chochottes » auraient pu oser faire ça. Tu as le…

Enola se mordilla les lèvres. Voilà qu’elle parlait presque comme une future résistante…De mieux en mieux. La jeune femme posa le bout de ses doigts sur ses tempes. Elle soupira et lâcha :

- Je ne sais plus quoi penser. Se battre contre ces méthodes sauvages comme tu le dis, c'est une belle cause. Mais...

La sorcière releva la tête vers le rouge et or avec un léger sourire.

- Ce serait plutôt moi la peureuse. J'ai peur de ce qu'il va t'arriver. Je n'ai même pas le courage de t'arrêter et de te dénoncer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.niceboard.net/forum.htm


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry] Sam 5 Juin - 16:06

C'était particulièrement difficile pour Barry Troy de montrer ses blessures à la jeune femme. Il avait longuement hésité, et avait même soupiré, avant de passer à l'acte. Celui de retirer son t-shirt pour expliquer en illustrant que les mangemorts ont des méthodes particulièrement sauvages. Ils profitaient de leur pouvoirs, ils profitaient que les sorciers s'écrasent face à eux pour faire du mal. Le Gryffondor n'avait jamais rien dis, préférant rester neutre, mais depuis cette histoire, il se posait les questions suivantes : fallait-il continuer de ne rien dire et rester dans la limite du raisonnables ou bien fallait-il résister pour ne pas s'écraser ? Vivre ou mourir ? Vivre dans un monde inégal, atroce ou mourir en contribuant à changer les choses ? N'était-il pas trop jeune ? Les adultes, pour la plupart partisans du Mage Noir, avaient bien plus d'expérience que n'importe quel élève ici, et même s'ils étaient plusieurs... Les élèves qui oseraient se rebeller seraient bien peu nombreux par rapport au nombre de partisans voulant les contrer.

Voyant qu'Enola n'était pas très à l'aise à la vue du torse de Barry, il s'était hâté de cacher de nouveau ses blessures. Heureusement, Lestrange ne lui avait pas enlevé un oeil ou une jambe... On ne pouvait pas cacher cela. L'orage était toujours présent et la pluie se remettait à s'abattre sur le château, tandis que le jeune homme avait entendu deux petits pop, non distingué par les plus éloignés, avant de se faire attraper la main par la Dark Snake. Un frisson parcourut alors le rouge et or, pensant qu'elle l'emmènerait chez Scofield, après qu'il lui ait avoué ce qu'il pensait. Sa baguette était à portée de main de toute façon. Il porta son regard vers la cour et se rendait compte qu'un groupe de Poufsouffles couraient vers le château sous la pluie abondante. En effet, le mieux était de discuter ailleurs, mais le lion resta tout de même sur ses gardes, des fois que cela serait une feinte de la sorcière. Les deux élèves se dirigeaient vers la Grande Salle, ce qui rassuré le Gryffondor, tout en ne le rassurant pas du tout. Non car là où ils allaient, il y avait beaucoup de Serpentards, beaucoup de professeurs, mais aussi beaucoup de Gryffondors, et quelques Poufsouffles, amis de Barry. S'il y avait combat, il savait qu'il pourrait compter sur quelques uns d'entre eux.

Des pas précipités se faisaient entendre derrière eux, avec des voix en pleines conversations, et tandis que Troy tournait la tête vers le groupe de jaune et noir s'apprêtant à les dépasser, une jeune femme, de septième année écarquilla les yeux en apercevant le duo, avant de se détourner, pendant que les autres restaient indifférent. Les Poufsouffles maintenant bien loin, Enola prenait un autre couloir moins fréquenté. Ils s'étaient maintenant lâché la main, et Troy ne bougeait plus. Il observait la jeune sorcière, alors qu'elle observait elle même le couloir, avant de le pointer de sa baguette pour lancer un sortilège. Elle semblait vouloir vérifier s'ils étaient bien seul dans les alentours. Suite à cela, elle se tourna vers le jeune homme, qui restait sans sourire. D'habitude, en sa compagnie, il ne cessait de sourire, seulement ici, ils parlaient sérieusement. Et il n'y avait pas de quoi sourire... Ils étaient quasiment deux camps face à face, quasiment deux ennemis, mais sans se considérer comme tel. Elle était encore sous le choc des images du torse de Barry, et cela se comprenait. Elle l'avait désigné rapidement de la tête, comme s'il ne fallait pas s'attarder dessus, comme si chaque secondes comptaient.

Enola avait raison, il avait eu de l'inconscience et à la fois du courage. Il fallait oser mentir à des mangemorts et être courageux pour ne pas vouloir dénoncer un ami, au péril de sa vie. Seulement, il avait été aussi particulièrement chanceux face à Franck Bellairs qui avaient ratés par deux fois, ses sortilèges, cherchant à faire dire la vérité. Sûrement qu'il serait mort aujourd'hui si Bellairs l'avait découvert... Il n'avait pas renoncé face à Light Leonheart, confirmant même sa version avec courage, toujours inconsciemment... Et ce soir là, il avait dit à une Dark Snake qu'il voyait comme étant proche de lui malgré leur camps différents, ses plus profondes pensées, toujours au risque de se faire conduire chez le sous directeur...

La jeune femme avait posé ses doigts sur ses tempes, apparemment perdue par les événements, par ce que lui avait révélé le Gryffondor, et sans doute aussi par le devoir qu'elle avait. Cela se terminait par un sourire, avant qu'elle se décide à parler de nouveau :


Citation :
- Je ne sais plus quoi penser. Se battre contre ces méthodes sauvages comme tu le dis, c'est une belle cause. Mais...

Le rouge et or n'avait pas besoin de demander la suite, puisque la sorcière releva la tête avec un léger sourire.

Citation :
- Ce serait plutôt moi la peureuse. J'ai peur de ce qu'il va t'arriver. Je n'ai même pas le courage de t'arrêter et de te dénoncer.

Suite à ces mots, le Gryffondor se rapprocha doucement de la Serpentard, pour l'entourer de ses bras. Barry restait un moment ainsi tandis que son regard se perdait dans le fond du couloir.

« Tu n’as pas à avoir peur pour moi Enola, disait le jeune homme à voix mi-haute. Si ce que je t’ai dis reste entre nous, alors je ne risques rien … Ce sera notre petit secret à tous les deux, continuait-il en prenant cette fois la jeune femme par les épaules. Et puis… pourquoi avoir peur de ce qui risque de m’arriver ? »

En effet, le rouge et or se souvenait de ce que lui avait demandé Enola lors de leur première rencontre. Il n'avait pas pu y répondre franchement, ne sachant pas comme il réagirait s'il perdait des êtres qui lui étaient chers. Il en était venu à une conclusion, mais il préférait que la Serpentard lui dise d'elle même - si elle lui disait.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 22/03/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 22/08/2009
Parchemins postés : 1082



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Enola Vandom


MessageSujet: Re: Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry] Mar 13 Juil - 20:06

Enola soupira. Bon, c'était pas encore ça la parfaite Dark Snake...Barry s'approcha de la serpentarde, qui se tendit un instant, avant de relâcher la tension. Le rouge et or l'entoura de ses bras, réconfortant. Enola resta immobile, tentant de remettre de l'ordre dans sa tête. C'était trop compliqué cette histoire...Le silence plana pendant quelques secondes, puis le rouge et or lâcha enfin:

« Tu n’as pas à avoir peur pour moi Enola, Si ce que je t’ai dis reste entre nous, alors je ne risques rien …

* Mouais, à voir mon petit! Tout peut arriver dans ce collège! * Songea la jeune femme avec une moue.

Le sorcier la prit par les épaules et ajouta:

Ce sera notre petit secret à tous les deux. Et puis… pourquoi avoir peur de ce qui risque de m’arriver ?

L'adolescente verte et argentée releva la tête vers Barry. Pourquoi avait-elle peur? La serpentarde sentit ses joues rosire. Pendant un instant, elle vit le visage de Fabrice, puis celle de Jade. Ils étaient disparus ou sans dout morts à cause de ce régime...Ils étaient morts parce qu'ils auraient très bien pu être à la place de Barry...Ils auraient pu faire eux aussi la résistance. Ils étaient tous les deux aussi bornés...Jade avec sa malice et sa ruse, Fabrice en mode bourrin...Ces souvenirs là lui faisaient mal. Enola se dégagea rapidement mais doucement des bras du rouge et or. Elle remit une de ses mèches derrière son oreille, tentant de se reprendre.

- Pourquoi avoir peur? C'est pas que tu risque de te faire n'importe quand, après t'être démasqué, avec ton copain...Si tu tentes quoi que ce soit, tu auras le Ministère et presque tout Poudlard à dos, tu peux partir à Azkaban, mais à part ça, riennn, tout va bien!

Enola sentait bien que Barry cherchait en savoir plus. Non, pas aujourd'hui.

-Ecoute Barry...Je sais que je me répète mais...Sois prudent, d'accord? Je n'ai pas envie de te voir partir de Poudlard, entouré de détraqueurs et d'hommes du Ministère...


Pas comme la dernière fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.niceboard.net/forum.htm


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry] Ven 13 Aoû - 0:35

Il était venu la prendre dans ses bras pour rassurer la Serpentard, confiant et sûr de lui. Cela avait été de courte durée car Barry Troy avait quasiment enchaîné pour prendre la jeune femme par les épaules et poursuivre. Il n'avait pas non plus voulu trop rester dans les bras de la jeune femme, de peur de trop s'y attarder. Non pas qu'il n'avait pas aimé cela, mais disons que c'était mieux ainsi... En ce moment. Pour l'instant.

Les joues de la sorcière rosissaient, ce qui faisait sourire le jeune homme. En ce moment, elle était l'une des seules personnes à le faire sourire comme dans un temps qui lui semblait ancien désormais... Le Gryffondor s'était assombri pour des raisons déjà évoquées qu'il est inutile de répéter, sous peine de devenir trop répétitif. Bien sûr, tout ce que lui disait Enola, il le savait déjà. Qui pourrait être assez fou pour se lancer dans un mouvement de Résistance ici, comme autrefois l'Armée de Dumbledore ? Le château était beaucoup trop surveillé, que ce soit par les Dark Snake ou les professeurs - et dont certains étaient des mangemorts. Mouvement de Résistance était synonyme de mort ici, le rouge et or en était bien conscient. Le pire restait quand même Azkaban selon lui. Subir les Détraqueurs, croupir en fond de cellule, enfermé au milieu de nulle part, jusqu'à basculer dans l'autre monde.

D'ailleurs pour cela, il avait craint la Commission du Sang, surtout en face de cette Vélane qui l'avait mis mal à l'aise. Elle aurait pu lui faire dire n'importe quoi, mais heureusement, il s'en était sorti. De toute façon, il avait bien admit que sa mère était moldue, en précisant qu'elle n'était pas sorcière. Le père lui était un Irlandais venant d'une famille au Sang Pur, mais simple, contrairement à certains. Les Troy n'en avait pas fait des tonnes sur leur sang.


« Oui, tout va bien, répondait Troy d’un air sérieux. Il ne se moquait aucunement d’elle. Je suis bien conscient de tout ce que tu me dis, continuait le jeune homme en haussant les épaules.

Enfin bref, depuis tout à l’heure, j’ai l’impression qu’on tourne un peu en rond. Non ?

Après avoir marché un peu - pour ne pas rester immobile - le jeune sorcier proposait à la jeune femme de venir s'asseoir sur un banc, ici dans le couloir. Il venait de consulter sa montre, ils avaient encore une marge de temps pour manger. Troy avait envie de revenir à l'épisode du bal. Certes ils avaient dansé tous les deux - pour son plus grand plaisir - elle avait posé ses questions pour en connaître un peu plus sur lui - parce que Barry avait proposé de parler d'eux pour faire plus amples connaissances - mais le jeune homme ne savait pas grand chose d'elle. En la contemplant, une question lui était venu à l'esprit. Peut-être aussi qu'il se trompait...

Tu sais, l’autrefois au bal, on a était coupé par Alana, commençait le jeune homme, ne montrant pas sa déception. Alana et son
cavalier d’ailleurs, un Serpentard inconnu du lion, mais qui n’était
sans doute pas loin du profil de Stewart…
Bon, ça se voit que tu es Anglaise, quand on entend ton accent, mais je me demandais si tu n’avais pas, par hasard des origines françaises ? »

Barry avait lâché un petit sourire, suite à sa question. Il la comparait aux quelques françaises qu'il avait rencontré chez sa cousine, en France. Simple curiosité. Cette question pouvait aussi être prit comme un compliment.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 22/03/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 22/08/2009
Parchemins postés : 1082



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Enola Vandom


MessageSujet: Re: Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry] Lun 30 Aoû - 18:32

« Oui, tout va bien, Je suis bien conscient de tout ce que tu me dis fit Barry en haussant les épaules.

Enola fronça les sourcils puis fit en croisant les bras.

-Ha oui...C'est fou comme tu as l'impression de l'être en disant cela.

Enfin bon. Ils n'allaient tout de même pas débattre sur ce sujet pendant une éternité. D'autant plus que quelqu'un pouvait arriver à tout moment.

-Enfin bref, depuis tout à l’heure, j’ai l’impression qu’on tourne un peu en rond. Non ?

La serpentarde tourna la tête vers le couloir d'où ils venaient. Le gryffondor lui proposa de s'asseoir sur un banc. A peine put-elle se reposer que le rouge et or lui posa une question:

Tu sais, l’autrefois au bal, on a était coupé par Alana.

La sorcière verte et argentée se remémora rapidement la scène. Cela remontait à quelques mois, mais la verte et argentée s'en souvenait parfaitement.

Bon, ça se voit que tu es Anglaise, quand on entend ton accent, mais je me demandais si tu n’avais pas, par hasard des origines françaises ? »

La serpentarde ouvrit grand les yeux, étonnée. Barry afficha un petit sourire.

-Mes grands-parents ont déménagé là-bas, en Provence. Ils auraient pu choisir un endroit plus proche tout de même...Je ne savais pas que j'avais cet accent. Comment l'as-tu deviné? Tu es déjà allé en France toi aussi?


L'adolescente ne put s'empêcher de penser que la France était peut-être un bon refuge pour les personnes qui se levaient contre le régime de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Détache toi de ces idées Enola.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.niceboard.net/forum.htm


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry] Mar 19 Oct - 22:16

Assis sur le banc, l'Irlandais écoutait attentivement la réponse de la Serpentard, étonnée par sa question. Le jeune homme ne s'était pas trompé, elle avait bien des origines Françaises, puisque ses grands parents avaient déménagés en Provence, ce qui certifiait qu'un des deux parents de la jeune femme était - ou est toujours - Français.

Pendant un moment, Troy repensait à ses vacances passé en Basse-Normandie chez sa tante et sa cousine, alors qu'elles vivaient à Clovis l'Austère, petit village se situant dans les profondeurs de la commune de Saint-Vaast-La-Hougue, sous l'eau. On y accédait par le biais de la Tour de Tatihou - fermée pour les moldus - dans laquelle il fallait tirer sur une espèce de crochet pour se retrouver dans un couloir éclairé par quelques torches avant de passer par une porte, pour se retrouver finalement, à l'entrée du village, près de la cathédrale de Clovis.

Il repensait aux moments qu'il avait passé dans les jardins - à la Française - du village, avec Eileen, sa cousine, et Alceste de Montferrat, sa meilleure amie et bien sûr sa sœur jumelle. La chevelure brune et les yeux émeraude d'Alceste envoûtait souvent le jeune Gryffondor. Heureusement, Cara était là pour éviter que Barry se retrouve seul avec elle, lorsqu'Eileen s'absentait quelques instants.


« Oui, répondait l’Irlandais avec un ton qui ne démentait pas. Plusieurs fois même. Ma tante s’est mariée à un Français, alors je passes souvent mes vacances en Basse-Normandie, parfois avec Cara.

Les Françaises avaient toute la beauté et l’élégance que pouvaient envier toutes les femmes du monde, ce n’était pas pour rien qu’elles étaient comparés aux Vélanes. La Française est belle, mais aussi cultivée, déterminée et réfléchie. Vandom avait ces qualités selon le rouge et or, qui avaient pu la comparer à Alana Stewart - qui était très belle aussi - ou d’autres filles comme Basilica Swan. Il y avait aussi Lyudaya Leenoth, naturellement, mais elle n’était pas d’origine Anglaise.

J’ai rencontré un certain nombre de Françaises, et tu es aussi belle et élégante qu’elles, poursuivait-il alors que le rouge ne lui montait pas aux joues. Et puis tu n’es pas l’une de ces potiches que l’on peut rencontrer partout ici… »

Inutile de vous dire que Barry en avait déjà rencontrés. C'était fréquent pour un joueur de Quidditch, surtout lorsqu'il était capitaine de son équipe... Le garçon n'aimait pas ce genre de filles, juste avec vous pour pouvoir s'afficher en votre compagnie, ces filles qui savaient seulement sourire à longueur de journée et qui finissaient par vous lasser.

Au moins avec Enola, il arrivait à discuter, ce qui était rarissime avec d'autres filles... Bien sûr, il y avait aussi Mélanie Treacy, sa co-patriote et meilleure amie de toujours, mais c'était différent.

« C’est bien d’avoir des origines, disait le jeune homme. Moi-même j’en ai, par ma mère, ça évite d’être cent pourcent quelque chose. »
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry]

Revenir en haut Aller en bas

Lorsqu'un orage arrive [Pv Barry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Poudlard
-