POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Rencontre étoilée... (PV Morganne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 11/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 13/01/2010
Parchemins postés : 1111



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Helen Icenight


MessageSujet: Rencontre étoilée... (PV Morganne) Dim 4 Avr - 16:39

Helen était une Poufsouffle. Un blaireau. Et le truc des blaireaux, c'était la loyauté. Pas jouer les aigles de bibliothèque. Pourtant, les études, c'était aussi un des trucs d'Helen. Un peu comme l'histoire. Ou les étoiles. C'était beau, les étoiles. Des milliards de lumière qui se détachaient de l'obscurité, des couleurs et des formes fugaces dans un ciel de ténèbres... Un peu de lumière dans la noirceur. On pouvait tout dire, ça décrivait bien la situation actuelle dans le monde. La noirceur était partout. La lumière était petite, discrète, mais présente. Elle ne demandait qu'à perdurer et évoluer... Mais parfois, les choses n'étaient pas aussi simples. Prenez le soleil, par exemple. On croit que ce n'est que lumière et puis un jour, ça s'effondre pour devenir trou noir. Et on découvre alors que le soleil avait lui aussi des taches, comme l'âme des hommes. Des taches solaires, certes, mais des taches quand même. Rien n'était aussi simple...
Ce soir-là, Helen avait pourtant décidé que pour une fois, ce serait simple. Devoir de politique internationale à finir après avoir diner à la Grande Salle et hop, au lit ! C'était une question à traiter sur les relations Moldus/Sorciers. Il fallait dire que le professeur Granace était plutôt ouvert et l'un des rares à proposer des débats sur des sujets aussi divers que le régime du Seigneur des Ténèbres ou la société sorcière du XXI ème siècle. Elle s'installa près de la cheminée de la salle commune, parchemin à la main, quand elle vit Nathaniel, le page des Poufsouffles, apparaître dans le tableau d'un vieux sorcier endormi assit à côté d'un télescope qui ressemblait à s'y méprendre au vénérable Kebinus Granace. Le petit page lissa la plume de paon qui ornait son chapeau avant de l'attraper pour s'incliner élégamment devant une Helen un peu surprise.

-Joie de vous revoir, damoiselle Icenight, dit-il avec un sourire tout en remettant sa coiffe sur la tête. Mais trêve de paroles, j'ai des choses à vous dire... Mais avant...

Il prit une grande inspiration, se mit face au vieil astronome puis cria :

-Norval Iskar DEBOUT !
-On ne peut plus être tranquille dans cette salle, grommela le sorcier en ouvrant un œil ensommeillé.

Norval bailla puis s'étira, tandis que Nathaniel attendait en tapant d'un pied agacé, laissant Helen à ses interrogations. M'enfin, mais que se passait-il encore ?

-Avec l'autorisation de quelques vénérables anciens directeurs, après moults délibérations entre tableaux et fantômes, commença le page, nous avons décidé de vous montrer un passage secret connu de très peu de personnes... Pas même ceux qui ont tenté de cartographier Poudlard ne l'ont découvert !
-Des gens ont voulu cartographier le château ? S'étonna Helen.
-Oui, aux environs de 1700, je crois... Bon, Norval, êtes-vous enfin réveillé ou faut-il que je vous administre un soufflet comme je sais en faire ?

Le sorcier eu un grognement et remit son chapeau pointu droit sur sa tête avant de faire un geste agacé vers Nathaniel.

-Tu as une chance folle, vermisseau, d'être apprécié de notre fantôme, où je t'aurais bien donner une rouste comme tu n'en a jamais vu ! Bon, que puis-je pour vous être utile ?

-Parlez lui des passages secrets !
-Comme leur nom l'indique, ils sont secrets, sacripant ! A elle de les découvrir !
-Indiquez lui au moins quel est celui de cette salle !

Le sorcier marmonna quelques jurons dans sa barbe avant de dire :

-Derrière mon tableau, il y a un passage qui mène à la Tour d'Astronomie.
-Poudlard recèle bien des mystères, commenta Nathaniel avec un sourire.
-Pour l'emprunter, reprit Norval comme si le page n'avait rien dit, il vous suffit de dire le mot de passe correspondant. Je le change tout les mois pour éviter que des petits malins ne trouvent le passage par erreur.
-Ce mois-ci, le mot de passe est Voie Lactée, ajouta Nathaniel.
-Il y a beaucoup de passages comme ça, dans le château ?
-Si mes souvenirs sont exacts, des élèves ont créé une carte qui regroupait les principaux passages secrets de l'école, soit sept au total... Mais en fait, je crois qu'il y en une dizaine ou une vingtaine en tout dans toute l'enceinte de l'école.

Une vingtaine ?! Alors ça, si elle s'y attendait !

-Bon, je peux me rendormir ? Grommela le vieux mage en s'emmitouflant dans sa cape. Il se fait tard...
-Oui, c'est ça, bonne nuit Norval, bonne nuit damoiselle.

Nathaniel passa par les tableaux et sortit de la salle commune laissant Helen à ses réflexions. Elle en apprenait en une soirée ! M'enfin... Elle s'approcha du tableau puis dit distinctement :

-Voie Lactée !

La toile s'entrouvrit à la manière d'une porte pour faire apparaître un passage assez grand pour que quelqu'un puisse s'y faufiler à quatre pattes. La jeune Poufsouffle s'y glissa et commença à avancer à tâtons, alors qu'elle entendait le tableau se refermer derrière elle. Le passage était en pente douce, ce qui facilitait plutôt les choses, mais il se faisait de plus en plus bas de plafond, si bien qu'au bout d'un moment, Helen se mit à ramper, mais bientôt le passage déboucha sur une sorte de puits illuminée par des torches, où avait été aménagé un escalier en colimaçon. La jeune fille emprunta l'escalier et arriva bientôt devant une toile vierge tendue. Le derrière d'un tableau qu'elle réussi à faire coulisser pour pénétrer dans la tour d'Astronomie. Elle s'approcha d'un télescope et l'utilisa pour observer un peu le ciel quand elle entendit un bruit.

-Il y a quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Rencontre étoilée... (PV Morganne) Dim 4 Avr - 23:41

« J'te répète que tu ne sais pas de quoi tu parles, Neil » le coupa Morganne alors que le jeune homme partait de nouveau dans un espoir certain de dénigrer totalement le système de vie moldu. C'était leur du dîner, ils étaient tous assis dans la grande salle à festoyer abondamment pour se remettre d'une journée de cours idiote, intensive et inutile, et comme à son habitude Neil Jackson faisait la critique démesurée de « l'autre monde ». Morganne, assise juste à côté de lui avait écouté patiemment les inepties de son camarade. Étonnant non ? Qu'elle ne lui ait pas refermer le clapet dès la première syllabe, ne l'ait pas noyé dans le flot de sa bêtise ? L'habitude, rien que cela et rien d'autre avait réussi à inhiber sa fougue. Il disait toujours les mêmes conneries si bien qu'elle avait appris à les supporter et à ne pas trop insister.

« À parce que toi tu sais, peut-être, Wald' ? »
vociféra-t-il d'une voix des plus agressives et bizarrement dépourvu sur le fond de toute animosité.

Oui, elle savait, mais n'était pas encore assez dingue pour le crier sur tous les toits. Heureusement pour elle, Waldon, bien qu'un nom pur jusqu'à elle, n'était pas des plus connus, et il lui avait été facile de prétendre avoir deux parents mêlés. Là encore, pas la folie de se réclamer de sang pur, trop dangereux, trop irréel.
Elle haussa les épaules, avala un morceau de pain, but la fin de son verre de jus de citrouille et quitta la table. De toute façon, quand on est con, on est con. Ce n'était pas de longues explications qui allaient faire changer la nature même de votre personne. Encore moins lorsque vous faites partie des quelques rares sangs purs.


« À force de leur témoigner de la sympathie, de les défendre, tu pourrais t'attirer des ennuis Waldon... Les gens pourraient croire des choses... »

Une menace ? Quelque chose qui y ressemblait vaguement en tout cas. Elle se figea sur place, avant de se retourner lentement vers Neil. Sa main se resserra fortement sur la baguette qui dépassait de sa poche. En face d'elle ne se serait pas trouvée toute la table des professeurs elle n'aurait pas donné cher de la peau de cet abruti. À la rigueur, la ribambelle d'élève, elle s'en fichait au plus au point. Elle soupira de mépris, se retourna dans un claquement sec de sa robe de sorcier et quitta la salle à grand pas.

Elle n'avait pas envie de retourner dans sa salle commune. Trop de Serpentard là-bas, trop de monde tout simplement. Après cet épisode pour le moins frustrant où elle était une simple marionnette incapable d'interagir, elle avait besoin de calme et de solitude, ou alors, de la présence d'une intelligence un peu plus élevé que celle de ceux qui formaient la future élite de ce monde. Triste monde partant à la dérive, il fallait se faire dès à présent à l'idée que personne ne viendrait redresser ton gouvernail, qu'aucune âme ne serait assez vaillante pour hisser tes voiles et te relancer fasse à la tempête folle qui régnait sur le chaos de l'humanité. À la place de cela, on devrait se contenter de quelques fadas avec un sceau qui essayait d'évacuer le surplus d'eau, tout cela pour t'empêcher de sombrer, ce qui logiquement, arriverait tout de même un jour ou l'autre : demain. Prions pour que demain soit le plus loin possible alors. Et comme le monde coulait, la seule entité capable de lui faire relever la tête et oublier ce malheur était le ciel majestueux et sombre de la nuit. Elle allait se perdre dans l'obscurité brillante de la voûte céleste pour perdre, ne serait-ce qu'un court instant, la connaissance de l'état du monde.

Elle poussa la grande porte qui menait aux escaliers. Là, une fois le pas passé, le sol devenait rugueux et grisâtre, sali par les années et usé par les regards baissés des générations d'élèves qui s'étaient succédé à Poudlard. Son père avait marché ici, le père de son père, la mère aussi, et leurs parents, et ainsi de suite depuis des dizaines -des centaines ?- de décennies. Alors elle aurait dû se sentir un peu chez elle, à Poudlard, sur le sol qu'avait foulé ses ancêtres. Mais c'était loin d'être le cas. Peut-être parce que, agneaux galeux de la famille, on lui avait vite fait comprendre qu'elle n'était qu'une erreur, et cela, des deux côtés. Lui arrivait des soirs, dans ses moments de spleen, où elle se disait qu'il y avait peut-être un fond de vérité dans tout cela. Que sorciers et moldus n'étaient pas faits pour vivre ensemble, et qu'elle en était la preuve vivante puisqu'à mi-chemin entre les deux races, elle ne trouvait sa place nulle part, avec la faute de ne pas vraiment avoir chercher, elle l'accordera volontiers.

Elle était déjà dans la tour d'astronomie, une matière qu'elle n'appréciait pas particulièrement. Essayer de trouver quelque chose dans la beauté des étoiles, c'était d'un espoir et d'une stupidité. Poser des noms sur des points lumineux, à quoi bon. Puis franchement, il fallait être tordu pour voir les formes qui avaient donné les noms aux constellations. Les étoiles étaient une forme d'incarnation de la beauté. Tout ce qui est beau est inutile, on ne fait rien avec quelque chose d'inutile. Mais puisqu'il fallait toujours contredire les règles. Elle n'allait même pas prendre la peine de les regarder, au final, ces lumières clignotantes. Elle n'avait même plus la tête à ça.

Elle alla s'asseoir dans un coin sombre, entre deux murs, le genre d'endroit auquel personne ne fait attention. Elle ne pourrait pas rester ici bien longtemps, avec ces histoires de couvre feu à la noix et les quelques devoirs qu'elle avait à faire par dessus le marcher : deux ou trois phrases à griffonner sur un parchemin. Au dessus de sa tête, une araignée s'agitait sur le mur, s'amusant à monter et à descendre le long de la paroi glissante, presque humide. Même pas l'envie de s'en effrayer, elle qui les haïssait pourtant. Elle soupira. Décidément, ce Neil lui avait pourri sa soirée... Elle avait bien commencé pourtant, avec l'apparition de son plat préféré juste devant elle lors du repas. Bon, on ne pouvait pas réduire le déroulement d'une soirée à ce simple fait, qu'importe l'importance que Morganne pouvait lui apporter. Mais cela aurait pu et dû être un signe de bon augure. Mais rien n'y faisait. D'un mouvement de baguette, elle fit venir un livre qui se trouvait sur une des étagères en face d'elle. Dans le même temps, sur la gauche, un tableau glissait pour laisser place à une élève, un peu près son âge, qui sortit du mur. Morganne en oublia le livre qui resta en lévitation au dessus du sol. Elle ne dit mot dans un premier temps. Puis quand la nouvelle arrivante se fut fixée sur un télescope, elle décida qu'il était peut-être temps de se montrer. Elle stoppa le sortilège, le livre tomba dans un bruit sourd sur le sol. Un moyen comme un autre d'entrer en scène.

-Il y a quelqu'un ?
« Ouais... » confirma-t-elle en se levant, et prenant cette fois appui sur le mur. « Un passage secret ? » demanda-t-elle dans ce qui ressemblait plus à une question rhétorique qu'à une question, pour la simple et unique raison qu'elle l'avait vu de ses propres yeux. Elle ne cherchait pas pour autant à en avoir le mode d'emploi, c'était juste un moyen d'ouvrir la conversation.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 11/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 13/01/2010
Parchemins postés : 1111



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Helen Icenight


MessageSujet: Re: Rencontre étoilée... (PV Morganne) Lun 5 Avr - 13:49

Helen vit soudain une jeune fille apparaître. Elle semblait d'à peu près son age et avait l'uniforme des Serpentards. Elle ne semblait guère menaçante, mais, d'expérience elle savait que tout ce qui était serpent n'était guère agréable...
Distraitement, la Poufsouffle régla le télescope puis la Serpentard fit :

-Un passage secret ?

Ça ne ressemblait guère à une question, plus une affirmation, histoire d'engager la conversation. De toute façon, elle n'avait pas trop envie d'expliquer le pourquoi du comment. Si elle disait que c'était les tableaux de l'école et les fantômes qui s'étaient mis d'accord pour lui confier le secret du passage qui reliait la Tour d'Astronomie à la Salle commune des Poufsouffles, la Serpy risquait de se moquer d'elle, et franchement, elle en avait jusque là d'être sifflés par des verts.
Elle passa une main dans les cheveux puis répondit un «Oui» simple avant de se présenter :

-Je m'appelle Helen Icenight, je suis en sixième année à Poufsouffle.

Présentation simple, rapide, qui donnait l'essentiel. Parfait. Mais par contre, si elle l'avait vu emprunter le passage secret, elle risquait de se faire taper sur les doigts par la plupart des œuvres d'art du château, avec comme motif qu'il ne fallait pas diffuser un tel secret. Bon, certes, la Serpentarde ne savait pas où le passage emmenait, mais bon...

-Tu peux garder le secret de mon « raccourci » ? J'ai pas envie de me faire huer par les tableaux demain...

Ah ça y était, la fille était au courant ! Bon, ben, tant pis, elle se taperait la honte, mais en même temps, elle était très ami avec les tableaux et fantômes du château, si bien qu'il lui était arrivé parfois de jouer à la bataille avec Nick Quasi-Sans-Tête ou d'avoir de longues discussion avec la Dame Grise, bien qu'habituellement, elle n'était pas bien bavarde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Rencontre étoilée... (PV Morganne) Mer 7 Avr - 15:36

Helen, Poufsouffle. Un personnage totalement inconnu. La foule était tellement grande à Poudlard, que ce n'était pas une personne aussi renfermée que Morganne qui allait retenir des noms inutiles. Elle connaissait de vue un peu près tous les élèves de son année, mais à peine le tiers d'entre eux avaient la chance de pouvoir se faire appeler par leur nom ou prénom, en temps normal substitué par un surnom plus ou moins idiot changeant au fil de ses humeurs et du temps. La bienséance voulait qu'elle se présente à son tour. Pas trop envie à vrai dire. Elle avait l'impression d'un éternellement recommencement. À chaque fois qu'elle croisait une nouvelle tête, c'était le même topo, l'application scrupuleuse d'un protocole de vie en société qui était sûrement le seul à avoir traversé les âges. Et comme tout bon révolutionnaire de ce nom, elle se plia une fois de plus aux règles... Léger soupir, elle s'exaspère soi-même.

-Morganne Waldon, quatrième année, Serpentard.

Pour ceux qui ont un minimum de culture moldu, la comparaison a effectuer était des plus simples. Posture droite, paroles claires et entre-coupées. Nom, régiment, grade. Réponse à un interrogatoire militaire. Pas que l'effet soit voulu, loin de là. Et il n'avait rien d'agressif ou d'apeuré, il ne traduisait en rien la haine. C'était totalement involontaire, mais tout de même révélateur sur un point : elle était blasée. Rien de nouveau me direz-vous.

Ce n'était pas tous les jours -même à Poudlard- où l'on voyait des gens sortir des murs. Il y avait des passages secrets, tout le monde le savait, certains en connaissaient même quelques uns et les utilisaient, à leurs risques et périls parfois, voir à celui d'autres. Morganne, elle, n'en connaissait aucun. Elle ne les avait jamais cherchés aussi. Aucun intérêt à se rendre plus rapidement en cours grâce à un passage étroit et crasseux, plein de bestioles en tout genre. Non, elle se contentait de prendre les voix visibles.

Une histoire de tableau. Ils allaient la huer ? Morganne haussa les sourcils de surprise. Pourquoi les tableaux feraient-ils une chose pareille ? Ils vivaient tranquillement dans leurs cadres et dans leur monde et laissaient les humains -en général, pas seulement les élèves- vivre leur vie dans une ignorance -peut-être un mépris ?- totale ?


-Oui...Pas de problème... Mais... Les tableaux ?

C'était un point qui méritait des explications, ou au minimum, un éclaircissement, juste le nécessaire. Morganne partait en réalité du principe que moins elle en savait, mieux elle se portait. Seul dans quelques cas exceptionnels elle s'intéressait aux faits et essayait d'en comprendre l'origine.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 11/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 13/01/2010
Parchemins postés : 1111



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Helen Icenight


MessageSujet: Re: Rencontre étoilée... (PV Morganne) Sam 10 Avr - 23:17

Helen eu un soupir désabusé en se passant la main dans les cheveux. Elle allait devoir raconter toute l'histoire, la folle épopée des tableaux hippiques et sages, par dessus le marché, et de la Poufsouffle chevaleresque. Un vrai conte avec des... Tableaux, un chevalier, des secrets, une tour pas franchement maléfique et aucune princesse à délivrer... Ou peut-être une, mais Serpentarde et pas franchement en détresse. Comme quoi, fallait pas toujours prendre au pied de la lettre les histoires racontées avant de dormir...
La Poufsouffle caressa machinalement le télescope doré qu'elle avait utilisé puis expliqua :

-En fait, j'ai sympathisé avec pas mal de tableaux et fantômes et ils ont décidés de m'offrir un secret en gage d'amitié... Soit ce passage, que personne ne connait... A part toi et moi maintenant. Je pense que je ne dois pas ébruiter l'affaire, sinon ils vont tous me tomber dessus à grand renforts de symboles picturales qui vont troubler plus d'un premier année... Enfin, tu vois le genre !

Le pire serait que les fantômes lâchent Peeves sur elle mais elle savait qu'ils n'étaient pas mesquins à ce point-là. Le Moine Gras lui accorderait sans doute une deuxième chance, tout comme Nick. Quant à la Dame Grise, elle ne savait pas trop, et le Baron Sanglant... Il ne parlait presque pas quand elle le voyait alors bon...

-Je pense quand même rien craindre avec toi, t'as pas l'air d'être aussi mesquine que les autres Serpentards. Sinon, à mon avis, tu m'aurais déjà envoyé paitre depuis un bon bout de temps... Surtout avec mes histoires, mais bon, tu m'as posé la question, alors...

Elle s'assit en tailleur sur le sol et eu un sourire doux, son visage exprimant une sympathie inhabituelle alors qu'elle était face à une Serpentard. Mais elle se souvint soudain de la chanson du Choixpeau lorsqu'elle était arrivée en Première année. La vieille coiffe élimée avait demandé aux élèves de rester unis face à l'adversité, malgré que leurs maisons les séparent, afin de lutter contre l'asservissement et le chaos. Mais Lord Voldemort était arrivé et la belle chanson du Choixpeau s'était tue, comme le chant pur du Phoenix en sa deuxième année, comme le regard doux et bienveillant du professeur Dumbledore qui était mort, tué par le professeur Rogue. Elle avait pleuré toutes les larmes de son corps lors de l'enterrement et en rentrant à l'été, elle avait annoncé la nouvelle à Zenops qui ne suivait plus les informations depuis belle lurette. Et il s'était mit à pleurer. A sangloter comme un enfant.

-Et dire... Qu'il est mort en gardant un tel souvenir de moi ! Avait-il dit entre deux larmes.

Elle l'avait consoler comme elle avait pu, mais n'y était pas parvenu. Le soir, elle s'en souvenait bien, son père avait adressé une prière à Dieu pour Dumbledore. Elle n'était pas croyante, mais du côté paternel, tout le monde était baptisé. Mais son père n'avait jamais prié pour un sorcier. Jamais.
Zenops était resté à la maison toute la nuit avant de repartir chez lui le lendemain, plus morose que jamais.
Helen eu un soupir pour chasser ces souvenirs de sa tête puis demanda à Morganne :

-Et toi, qu'es-ce que tu fais là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Rencontre étoilée... (PV Morganne) Dim 11 Avr - 21:28

Moins mesquine que les autres Serpentards ? Elle laissa échapper un petit rire. Parce qu'être à Serpentard, c'était obligatoirement être mesquin ? Pourtant il lui semblait que les caractéristiques de cette maison étaient plutôt un gros manque de courage et de l'ambition... Encore une idée préconçue comme quoi tous les verts et argents étaient les mêmes. On prenait le pire, on stéréotypait, on créait une règle universelle qui passait rapidement dans l'imaginaire collectif. Morganne avait beaucoup de défauts, elle pouvait être manipulatrice, râleuse, peu consentante et pas très tolérante. Mais elle n'était pas foncièrement mesquine, non.

Faire ami-ami avec les tableaux et les fantômes ? C'était une manière comme une autre de crier son était de désespérée au monde extérieur... ou pas. C'était tout de même difficile de s'imaginer jouant aux cartes avec un fantôme, ou parlant du bon vieux temps avec un chevalier vivant dans un tableau du grand escalier. Quasi-impossible en fait, surtout quand on connaît les rapports de cordialité intense qu'entretenait Morganne avec tout ce petit monde. Elle trouvait toujours le moyen de leur déplaire. Le seul à la rigueur qui semblait l'apprécier un minimum, c'était le baron sanglant. Normal, aussi silencieux l'un que l'autre, pas grand chose à dire, donc pas vraiment de risque de rentrer en désaccord.


"Ouais, j'vois le genre..."

Assez amusant d'ailleurs. Elle aurait bien aimé voir la tête des premières années dans une telle situation. Sûrement la même que lorsqu'on les fout face à une dure vérité, une nouvelle découverte, ou quelque chose -quelqu'un- de pathétique. Normal, à leur âge, on s'étonne et se dégoûte de tout. Un jour ils seraient totalement blasés de ce monde : c'était signe que la mort et la sagesse les approchaient.

L'envoyer paître ? Oui, sûrement, si elle en avait la force. Mais elle était tellement crevée qu'au final même la solitude lui aurait pesé autant que la compagnie. Alors quitte à affronter la fatalité, elle le faisait avec le moins de combativité possible.

Qu'est-ce qu'elle faisait là ? Bonne question, sûr. Réponse pour le moins évidente : rien. Elle venait tuer le temps dans un endroit où il allait lui paraître encore plus lourd, plus lent. Elle aurait aimé le voir comme un fleuve déchaîné qui s'abattait sur tout, qui passait et qui s'effaçait. À la place de cela, il était un ruisseau calme et paisible, bien incrusté dans le paysage, éternellement. Puis contempler le ciel étoilé lui vidait l'esprit. Alors après la conversation mouvementée qu'elle avait eu avec Neil, elle en avait bien besoin. Mouvementée ? Grand mot. Elle n'avait quasiment rien dit. Mais justement, elle avait tout garder pour elle, et à présent, il fallait qu'elle décuve.


"Les étoiles m'aident à oublier la connerie humaine..."

Un pale sourire. C'était exactement ça, elle était venue oublier. Elle n'avait même pas jeté un coup d'œil vers le ciel, mais s'y savoir le plus proche possible était en soi-même un semblant de réconfort.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 11/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 13/01/2010
Parchemins postés : 1111



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Helen Icenight


MessageSujet: Re: Rencontre étoilée... (PV Morganne) Mer 28 Avr - 15:53

Helen se releva puis s'approcha d'une fenêtre grande ouverte pour observer les étoiles, ces points lumineux qui se détachaient dans le ciel noir. La lune se voyait bien également, disque rond et blanc qui diffusait sa lueur fantomatique sur le lac que l'on voyait en contrebas. A cette altitude, le vent soufflait, mais pas autant qu'il aurait du. Il n'était que légère brise, fraiche et douce, qui caressait le visage d'Helen et chassait les mèches rebelles qui lui tombaient sur le visage. Elle se recula un instant puis dit avec un regard vide :

-Les étoiles n'ont pas les préoccupations des hommes. Elles sont libres, tellement pures simples mais éphémères comme toute chose...


Elle resta un instant aussi silencieuse que songeuse à observer les cieux par la fenêtre puis se retourna avec un rire gêné.

-Oui, je raconte n'importe quoi, je sais !

Son rire mourut quelques instants plus tard et elle afficha un air sombre, main sur le menton et la lèvre inférieur, yeux fermés, bras gauche sur le ventre. Elle marcha quelques instants puis se remit à la fenêtre, tête en arrière, paupières closes, rien que pour le plaisir de sentir l'air sur son visage et dans ses cheveux. Rien que pour le plaisir de se sentir libre, vivante, avoir l'impression que le monde était plus grand que l'on pouvait le penser...
-Quand je regarde les étoiles, je me demande parfois ce que font ceux que j'aime, repris Helen en rouvrant les yeux. Si ils vont bien, si ce qu'ils font n'est pas trop dangereux...

Elle eu un soupir et regarda Morganne un instant, l'air songeur, avant de se rassoir par terre, tombant comme une poupée de chiffon devant la Serpentarde. En cet instant, il ne lui semblait qu'il n'y avait guère de différence entre cette jeune fille et elle. Et pourtant...

-Au fait, Morganne... Tu n'as pas parfois l'impression de te sentir seule, même si tu es entourée, parce que tu es trop différente des autres ?

La différence... Certains s'en faisaient une force, d'autres une faiblesse. Ceux comme Helen, savaient que leur différence était la cause des souffrances à venir. Parce qu'elle était née Sang-de-Bourbe, elle était condamnée dès la naissance...

[Désolé du temps d'attente et de la piètre qualité de cette réponse]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Rencontre étoilée... (PV Morganne) Sam 1 Mai - 17:04

"N'importe quoi... Pourquoi tu dirais n'importe quoi ? Les Hommes ont un regard faussé... Les étoiles, les dieux, les animaux ne voient pas dans nos conditions des états si disproportionnés que nos cœurs et nos yeux veulent bien nous faire croire. Peut-être que cela est né de la connaissance de notre fin, car à en croire le monde, seul l'être humain a atteint cet état de conscience. Si cela est vrai, nous sommes d'autant plus pathétiques que nous ne sommes pas capables de vivre en survolant les problèmes. Et si, à l'inverse, même les astres ont conscience de cette destinée commune, alors nous sommes les êtres les plus faibles que l'univers n'ait jamais comptés, parce qu'incapable de nous défaire de notre fin..."

Morganne ramena ses genoux contre son torse et y appuya son front. Si elles partaient dans des discutions philosophiques, elles n'étaient pas sorties de l'auberge ! Surtout que souvent, son interlocuteur faisait effet de décoration murale. Seul quelques uns avaient la réflexion et le talent nécessaire à tenir une discussion sur un tel sujet. Et seulement le tiers de ce nombre déjà réduit valait la peine de supporter une compagnie considérée la moitié du temps comme indésirable, et débarquement toujours au mauvais moment pour l'autre moitié.

Helen voyait dans les étoiles un miroir qui reflétait les choses importantes qui ne devaient pas échapper à notre mémoire défaillante. Elles lui rappelaient les êtres proches ou lointain qui avaient forgé sans le savoir sa vie pour la mener où elle était aujourd'hui, dans l'état mental qu'elle était.


"Dans le monde d'où je viens, les étoiles ne sont considérées que comme des soleils éloignés dont la lumière nous parvient parfois même après leur mort... Elles ne servent à rien qu'à apaiser les âmes en peine..."

Dans le même temps, la Poufsouffle était venue s'asseoir devant elle. Elle était tombée nonchalamment et à présent elles étaient face à face. Il n'y aurait pas eu les robes de sorcier et les dossiers du ministère pour les cataloguer, elles n'auraient été que deux élèves comme les autres, sans aucune différence apparente, aucune opposition. Deux apprenties sorcières mises sur un total pied d'égalité. Mais ce n'était pas le cas...

"Me sentir seule ? oui, et alors ? La solitude n'est effrayante que pour ceux qui ont peur de se regarder en face...
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 11/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 13/01/2010
Parchemins postés : 1111



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Helen Icenight


MessageSujet: Re: Rencontre étoilée... (PV Morganne) Sam 1 Mai - 17:45

-Tu pense que j'ai peur de me regarder en face ?

Cette question était sorti toute seule de sa bouche... A la Helen. Sans intonation particulière, d'une voix calme, posée, mais qui à sa manière, aurait pu ébranler une montagne. La jeune Poufsouffle était toujours assise en face de Morganne, l'air détendu et rêveur mais brillait dans ses yeux une lueur de curiosité pour cette fille, cette fille qui était un véritable mystère. D'une certaine manière, elle lui rappelait Zenops, le solitaire et lunatique Zenops, qui changeait d'humeur comme de baskets. Elle l'avait sorti de son enfermement avec son chat et de ses idées noires quand elle avait cinq ans et désormais, il était bien plus extraverti, mais il n'était pas tellement bavard, avec ses longues périodes de silence après avoir lâché quelques mots...

-Si je m'assumais pas, je me serais déjà suicidé, lâcha Helen comme si elle parlait de la pluie et du beau temps, observant avec intérêt une araignée qui tissait sa toile entre les poutres. Il y a bien des choses qui m'auraient valu une dépression mais avec lesquels je vis avec... Pas que mes parents sont morts, hein, te mets pas des idées pareilles dans la tête...

Elle se frotta la main un instant puis dit à Morganne :

-En fait, j'ai juste mon père de vivant. Ma mère est morte en accouchant de moi et p'pa refuse de me parler d'elle. Je ne sais pas qui elle est et elle est absente des registres... Mon père ne travaille pas, mais il a beaucoup d'argent. Je pense que c'est un riche héritier, mais bon... Il dit pas grand chose de lui non plus... Mais c'est un bon père, à défaut d'être bavard...

Elle eu un sourire légèrement triste, très naturel alors qu'elle racontait des bobards à la Serpy. Elle avait tellement l'habitude de mentir que c'était comme une seconde nature pour elle. Personne ne doutait de la véracité de ses paroles, et puis, c'était juste des explications, comme ça au débotté...

-Et toi, ils font quoi tes parents ?
S'enquit Helen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Rencontre étoilée... (PV Morganne) Dim 2 Mai - 18:38

Morganne laissa échapper un petit rire discret. Ce n'était pas à elle de savoir si Helen avait quelques difficultés d'acceptation personnelle, mais elle semblait être madame tout le monde, et tous les gens normaux ont un mal fou à s'accepter. Paradoxal non ? Eux qui ont tout pour réussir, qui passent parfaitement dans le lot, ne voulait pas s'y trouver et tentait désespérément de se détacher du groupe, soit en visant la perfection physique, soit l'individualité. La seule différence était qu'Helen semblait vouloir intégrer un peu plus encore les rangs. Se faire écraser par la foule passive était sûrement plus doux que le destin qui semblait l'attendre. Mais quel destin ?

"Apparemment oui... Si tu me poses la question c'est que tu doutes que l'inverse soit véritable..."


Morganne la laissa raconter sa dramatique histoire personnelle. Sur la forme elle avait toujours un visage neutre et semblait tendre une oreille -peut-être était-ce le cas, sur le fond elle n'en avait pas grand chose à faire de sa famille ou de ce qu'il en restait. Elle ne pensait bien sûr pas une seconde que la jeune femme puisse lui raconter des conneries. À quoi cela lui servirait ? Bon, certes, elle aurait eu en information le facteur sanguin que tout lui serait apparu clairement, mais elle ne l'avait pas et dans ce cas présent, vu son alerte intellectuelle, Helen aurait pu lui raconter qu'elle avait été élevée par une bande canard rose dans un lac africain situé dans la ville de Salem qu'elle n'aurait pas remarqué les quelques illogismes que ce discours pouvait contenir. Assez étrange. Son cerveau était déconnecté sans l'être, il était là pour ce qui lui plaisait, prenait les informations qui lui semblaient utiles et laissait filer les autres.

Une seule information percuta l'intérieur caverneux de son esprit perdu. À défaut d'être bavard. Elle aimait déjà ce personnage muet. Au moins quelqu'un qui avait compris le vrai sens de la vie et la valeur totale et entière du silence. Pas qu'elle n'aimait pas ceux qui parlent. Non, au contraire. Helen était une compagnie agréable qui savait tenir une conversation. Mais quasiment tout le monde en cette époque avait oublié la valeur du silence et des liens qu'il pouvait forger entre les individus.

Morganne se leva d'un bon et alla s'accouder à la fenêtre. Une vivacité qui étonnait en vue de la mollesse dont elle était empreinte quelques secondes plus tôt. Elle leva les yeux vers les étoiles et tomba nez à nez avec la grande ours. Un peu con quand même, il faut le dire, de comparer une casserole et un ours.


"Mon père est mort... Il a trop voulu se la ramener et faire le malin avec sa baguette. Ma mère est contrôleuse dans les transports publics moldus."

Voilà la couleur annoncée. La plus part des gens ne savaient pas que la seule famille qui lui restait était de l'autre côté de la barrière, celui où l'on utilise un briquet pour faire du feu, où on utilise une lampe torche est toujours plus utile qu'un morceau de bois.

"Pas très glorieux pour une Serpentarde, n'est-ce pas ?"

Elle marqua une pause. Oui, franchement, pourquoi un ours pour une casserole ?

"Enfin, tu me diras, j'ai pas fait grand chose de glorieux dans ma courte vie. Ni glorieux, ni sérieux. Encore moins au niveau scolaire qu'autre chose... T'vois, moi, quand je regarde les étoiles, je me demande ce que je fous ici, à Poudlard. Des fois je me dis même qu'être moldue née de parents moldus n'aurait pas été plus mal... Même LeeRoy, si protectrice de ceux de sa maison, doit sûrement penser que je suis irrécupérable alors je n'ose imaginer pour les autres... L'image que je véhicule est aussi sombre et mauvaise que l'estime qu'on a de moi. Je suis au banc de cette micro-société simplement parce que rien ici ne semble me susciter un intérêt quelconque. Tout le monde ici brille quelque part, en potion, en sortilège, en botanique peut-être... Moi je ne brille nulle part et je ternis tout. Et le plus con dans l'histoire, c'est que la plus part du temps, c'est simplement pour marquer un désaccord total avec n'importe quelle forme d'autorité servant un pouvoir illégitime. J'avoue que c'est enfantin, idiot, puéril, mais j'ai pas trouvé meilleure connerie. En n'intégrant pas le système, j'en vois toutes les failles et toutes les pourritures, et je peux te dire que tout dans ce monde n'est que pure ordure. Que ce soit d'un côté où de l'autre. Est-ce que ça vaut vraiment le coup de combattre un dictateur pour hériter d'anarchistes ? On a le choix entre ferme ta gueule et cause toujours ! Alors autant encaisser, se la fermer, et laisser faire, non ?

... Je dérive là... Désolé"


Entièrement contre les deux fronts qui se font face, c'était décrété et affirmé. Encore fallait il qu'elle ne soit pas tombée contre une servante fidèle du mage -l'autre possibilité lui paraissant moins probable.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rencontre étoilée... (PV Morganne)

Revenir en haut Aller en bas

Rencontre étoilée... (PV Morganne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Poudlard
-