POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ] Sam 26 Juin - 10:45

William Red, le Gryffondor, avait été humilier, mis plus bas que terre par un Serpentard qui lui avait mis une des ces raclés après celà la rumeur avait courut qu'il n'avait réussit a le toucher qu'une fois et passer alors pour une grosse merde ce que William ne pouvait accepté. Celà fesait un moment qu'il y pensait, celà fesait longtemp qu'il voulait tuer Mandrake, aujourd'hui il s'était décidé, avait prit son courage a deux main puis avait prit la décision de se rendre dans le cachot.

Il était sortit de sa Salle commune tard le soir, il devait vers les 1h00 du matin, mais peu lui importait car plus que tout il avait soif de vengeance. A pas feutré il se faufila dans les couloirs, ce cachant lorsqu'il entendait un pas, attendant de ne plus rien entendre afin d'être sur de ne pas se faire attraper, son plan ne devait échouer a cause d'un détail aussi infime que de se faire choper, c'était le plus facile a faire, car après il devrait affronter Mandrake, et cette fois soit mourrir, soit survivre a cette afrontement.

En a peine une dizaine de minute William s'était retrouvé devant la porte du cachot, et c'était les yeux humidifié par la colère qu'il l'avait ouvert, afin de se lancer a l'aveuglette dans les couloir sombre des cachots, chaque ombre, chaque bruit, était un peu plus effrayant qu'a l'ordinaire, le stress lui nouait l'estomac, quand il jugea qu'il était assez près de la ou se trouvait les Serpentard, William en plurs hurla

MANDRAAAKE, JE VAIS TE BUTER!!!! RAMENE TOI ICI TOUT DE SUITE!
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 08/05/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 26/07/2009
Parchemins postés : 3331



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
John Mandrake


MessageSujet: Re: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ] Sam 26 Juin - 13:27

John Mandrake était dans son dortoir avec ses amis, en train de parler de trucs que les mecs affectionnent. Le Quidditch était un bon exemple. Il se moquait d’un de ses compagnons qui aimait les Canons de Chudley, la franchise la plus foireuse de l’histoire du Quidditch moderne. Lui-même était pour les Hooligans de Bradbury, un outsider qui s’était considérablement renforcé cette année avec l’arrivée de joueurs majeurs d’autres ligues. Commenter les matches, les plus belles actions, les balais, les sponsors de ses équipes de haut niveau, leurs résultats fluctuants depuis quelques décennies et les erreurs d’arbitrage… C’était quelque chose d’assez magique. Le sport était capable de rassembler les gens, un peu à la manière de la musique, et c’est véritablement cet esprit de communion sacrée que John aimait, adorait particulièrement. En plus, il était bon au Quidditch ! Un de ses camarades voulait faire du Quidditch en club, même si il n’était que remplaçant dans l’équipe de Serpentard, son père pourrait le faire rentrer à Flaquemare, avec Olivier Dubois, le joueur vedette de l’équipe, qui jouait au poste sous-estimé de gardien d’arceaux. L’équipe manquait de poursuiveur « rapide », et le jeune homme correspondait à la règle. Il était l’inverse de John, qui n’était pas du tout l’archétype du joueur spectaculaire sur un terrain de Quidditch, au contraire. Il était plutôt un excellent défenseur, hargneux sur l’homme, excellent en un contre un, et brillait par sa puissance et sa vision du jeu. Ses passes longues, à la manière des Quaterbacks, était ce qui faisait sa notoriété quand il jouait au poste de poursuiveur… Mais il était surtout connu pour ses résultats au poste de batteur, ou il était tout simplement le meilleur de Poudlard. Sa puissance et sa précision, allié à son coup d’œil, en faisait une sorte de baliste a éliminer les meilleurs éléments adverses. Une machine à tuer. Il s’en vantait, le saligaud ! Mais il pouvait, puisque le Quidditch était un truc que tout le monde adorait et ou il excellait, ce qui, par extension, faisait qu’on le détestait parce que LUI réussissait et pas un Gryffondor, ou un Poufsouffle… Fallait que ça soit un Serpentard, de surcroît le même qui ait latté tant de duellistes, le même qui ai été Dark.Snake. Le même aussi qui fait actuellement partie de la Brigade Inquisitoriale et qui soit préfet. Il concentrait tant de pouvoir, de chance, qu’il attisait, vu sa bannière, celle de Salazar, des haines inextinguibles. Mais il s’en accoutumait facilement, qu’on le déteste, parce que c’était son carburant. Néanmoins, aujourd’hui, il est servi, vu que la liste est épaisse. Pour le reste, il a peu de haine, peu de peine, malgré tout ce qu’on peut dire sur lui, à part contre lui-même quand, par nombrilisme, il lui arrivait de négliger tout ce qu’il aimait. Aujourd’hui, c’est sa hantise, il voudrait être une poutre pour ses enfants, pour sa femme, pour ses amis.

Sa femme, Alana. Encore une source de haine pour les autres à son égard. Non seulement elle était magnifique, mais elle était aussi et surtout détestable par sa conduite et son abus de pouvoir, John en avait conscience. Avec elle, il n’avait aucun problème, mais il n’aimait pas à bien des égards sa conduite avec certains autres élèves, et il le lui disait. Il la respectait tellement qu’il attendait son consentement pour faire le grand saut avec elle, puisqu’elle avait peur. Mais le nombre de fois ou il avait du lui rabattre son caquet… Il ne les comptait même plus ! Mais bon, c’était pour ça que ce couple sulfureux et néanmoins compréhensif restait ensemble. Mais John quittait Poudlard l’année prochaine… Il ne la verrait plus… Il ne serait plus le maître de Poudlard… Et ça lui manquait. Il faudrait qu’il règle ses comptes avec tout ceux qui avait pu lui déplaire. Achille. Jason. Helen. Pour Helen, c’était déjà fait. Pour Jason, ça ne tarderait pas. Mais il avait suffisamment de respect pour Achille pour ne pas l’attaquer de suite, dans le dos, il voulait lui parler d’abord. Il aimait bien les Gryffondor en général… Il s’entendait bien avec Barry Troy aussi, et avait une relation de respect avec William Red, un duelliste talentueux qui avait battu Lyud… Mais que John avait battu à plate couture. Il attendait la revanche, avec plaisir même… Mais ne pensait pas qu’elle serait pour ce soir…

L’entendre gueuler dans les couloirs son nom pour le tuer l’interloqua. Il arriva dans la salle commune, tout les Serpentards quasiment dans son sillage, lui disant de ne pas y aller. Mais il n’en avait cure, il relèverait le défi, il voulait se marrer. En plus, William avait outragé sa petite amie en cours, une fois ! Donc, il avait une bonne excuse pour lui régler son compte une fois de plus, et définitivement. Il sortit de la salle pour, sa baguette à la main, étant encore torse nu, n’ayant enfilé que son Jean - était donc pied-nu de sucroît sur les pierres glacées des cachots - il allait défier celui qui voulait sa mort. Il le toisa, longuement, avant de sourire, un sourire un peu triste.


- Tu ne supportes pas la défaite, hein ? Allez, 10 points de moins pour Gryffondor pour perturbation de l’ordre dans les couloirs. Et je suis gentil. On pourrait s’entendre, ici comme loin de ce château ou s’étendent les ombres. Mais si tu désires un duel à mort… Vu que tu me menaces, vu que tu as fais du mal à Alana et vu que tu es en infraction et que tout Serpentard est massé derrière moi pour attester que c’est de la légitime défense…

Les yeux de Mandrake, vi verts, mi marrons, mi ambres, étincelèrent un bref instant, montrant l’étendue de sa détermination et de sa résolution, ce qui n’était en aucun cas bon signe pour son adversaire.

- J’accepte ton défi, ça me permettra d’effacer de Poudlard un peu de cette mauvaise herbe ambiante.

Lentement, les deux s’inclinèrent. Mandrake fut le plus rapide à attaquer. Il informula un Epiclésé Tou Prométhéa, sort que lui avait appris Raphaël Sorel. Un golem de deux mètres, en pierre de taille, jaillit du mur comme par magie pour s’abattre sur son malheureux adversaire. Le même qui avait eu raison d’Helen Icenight. Aurait-il raison de William Red ?

Non, ce dernier esquiva de belle façon. Ce n'était que partie remise !


[ Pour moi, faut que tu lances le dé « élève doué », j’ai eu une amélioration de mes stats Razz ]


Dernière édition par John Mandrake le Sam 26 Juin - 13:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5395



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ] Sam 26 Juin - 13:27

Le membre 'John Mandrake' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Connaisseur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ] Sam 26 Juin - 15:40

HJ: Waou What a Face

Mandrake je vais te buter, voilà ce que venait de hurler a la mort William Red, des perle humides ruiselant de ses yeux jusqu'au coin de ses lèvre, le dèsespoir l'avait envahit, aujourd'hui plus rien ne comptait pour lui, il avait soif de vengeance et soif de mort, il avait laissé sa colère l'envahir, il avait laisser toute les chose qu'il avait toujours essayé de controler le controler, la vengeance la haine, la tristesse, tout celà dictait a présent ces fait et geste, il avait l'impression de se voir de loin et ce dire que ce n'était pas lui... mais si c'était belle et bien William Red le Gryffondor, le sang et or, le lyon qui fesait celà.

Un homme sortit pied et torse nu, seulement vétu d'un jean, baguette sortit, leur regard se croisèrent plein de haine, il aurait pit se tuer d'un seul regard tellement la rivalité et la haine qu'il se portait mutuellement était profonde. Le temp avait laisser un arrière-gout amer la défaite sans vengeance. Telle était la chose que ne supportait plus Red, qu'un élèves dans ce chateau lui soit supérieur, surtout que c'était un Serpentard.

- Tu ne supportes pas la défaite, hein ? Allez, 10 points de moins pour Gryffondor pour perturbation de l’ordre dans les couloirs. Et je suis gentil. On pourrait s’entendre, ici comme loin de ce château ou s’étendent les ombres. Mais si tu désires un duel à mort… Vu que tu me menaces, vu que tu as fais du mal à Alana et vu que tu es en infraction et que tout Serpentard est massé derrière moi pour attester que c’est de la légitime défense…

William était amusé si celà est possible vu l'état ou il se trouvait de la remarque de John, lui retirer des point, pitoyable, et puis ramener tout ses petit copain de Serpentard, pour l'aider, car il en était sur, il avait peur de se retrouver face a face avec William.

Enlèves moi autant de point que tu veux, je n'en ai que faire, tu vas mourir de toute façon, et tu le sais sinon tu n'aurais pas ramener toute tes danceuse pour venir t'aider lors du spectacle. Tu es faibles, ne mérite pas ta dernière victoire, la chance seul t'as aider a me battre, mais cette fois la chance ne sera pas de ton coté, les astre me l'ont dit Mandrake! Tu vas creuver!

- J’accepte ton défi, ça me permettra d’effacer de Poudlard un peu de cette mauvaise herbe ambiante.

Celà va juste te permettre de t'effacer de Poudlard, et également du monde des sorcier, m'affronter n'est qu'une énorme erreur.

Tout s'inclinèrent puis Mandrake fut un poil plus rapide car un gollem géant apparut essayant de s'attaquer a Red, mais celui-çi le neutralisa avec un sortilège d'explosa.

Bombarda

Le sort toucha Mandrake de plein fouet.

Je t'avais prévenu...


--------------------
Mandrou: 7
Willou: 8


Dernière édition par William Red le Sam 26 Juin - 16:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5395



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ] Sam 26 Juin - 15:40

Le membre 'William Red' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Doué' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 08/05/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 26/07/2009
Parchemins postés : 3331



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
John Mandrake


MessageSujet: Re: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ] Sam 26 Juin - 16:18

Qu’Est-ce qu’était véritablement la haine, après tout, hein ? Un truc qui était cousin avec l’amour, bref un truc forcément affreux, c’était sans aucun doute de famille. Le genre de balancelle qui te fait jongler entre les deux, c’est la folie. John jonglait entre amour et haine, était-il complètement détraqué ? Vu le nombre de personnes qu’il avait tué, par la voie magique comme celle des armes blanches, celles de armes lourdes comme celle de la main nue, on pouvait, avec beaucoup de raison, se le demander. Il avait trop bourlingué, trop souffert, son passé et son apparence le rattrapaient sans cesse. Il n’avait rien demandé à William Red, et ce dernier venait le défier dans un combat à mort, dans les cachots. Les Serpentards se massaient derrière John… Et un bruit résonna dans le couloir. Les Poufsouffle arrivaient pour voir ce qui se passait, et, comme un symbole, se mettaient derrière William Red. Les blaireaux supportaient le blaireau, une prédestination peut-être. A chaque coup, chaque maison rugirait. En fonction de la réussite de son dauphin, cela va de soin. Il écouta les paroles de son revanchard adversaire. Il voulait qu’on lui enlève des points ? Avec plaisir, il ne s’en priverait pas. Il adorerait voir la mine déconfite de sa maison, passer dernière à cause d’un idiot qui se serait de surcroît fait tué par Mandrake. Il se régalait déjà des visages tendus des Poufsouffles derrières lui. Ramener des danseuses ? Il avait fait exactement pareil avec ses putains de Blaireaux, là ! C’était quoi cette provocation gratuite ? Il cherchait vraiment à mourir, là, non ? Il ne déconnait pas, c’était pas juste une provocation de petit pétochard gominé frustré parce qu’il s’était fait latté il y a quelques semaines ? Eh bien ! Mandrake montrerait de quel bois est formé sa baguette ! Du Sureau ! Ce n’était pas n’importe quel bois !

Maintenant il disait qu’il avait eu de la chance, et qu’il n’avait pas de talent ? John était furibard, plus blanc que jamais. Quand on le provoquait, il n’y avait guère de personne plus méchantes que lui. Il cracha sur les cachots, provoquant un bruit assourdissant dans le silence de mort qui régnait actuellement. Il ne supportais pas qu’on insinue qu’il était faible ! De surcroît quand on est assez naïfs pour croire aux astres ! Il se prenait pour un centaure, c’est ça ? Avec ses dents de cheval ? John palpitait, ses cicatrices paraissaient plus blanches, plus morbides que jamais sur son corps et sur son visage. On ne l’effacerait jamais du monde des sorciers. Personne. Il resterait à jamais gravé dans l’histoire, et ce n’est pas ce fils de salop qui changerait la donne avec ses sortilèges faiblards !
Néanmoins, John dut reconnaître son sortilège explosif sur la statue très bien exécuté. Il allait parler quand ce traître lui expédia un bombarda. Il fut touché de plein fouet, vola sur deux mètres et effectua deux roulades latérales sur le sol, laissant une brève volute de fumée. Les Poufsouffles applaudirent. Mais Mandrake, les yeux pleins de rages, se releva. Tout ses démons se manifestèrent, là, à l’instant même. Il pointa sa baguette sur le jeune homme, et lança un Endoloris informulé. Mais l’autre restait à distance, et para son sortilège. John, fou de rage, se mit à crier dans les cachots, sa voix mate résonnant avec forces dans les tympans de ses interlocuteurs.


- Ne fuis pas, lâche ! Rapproche toi de moi au lieu de rester à distance comme une femmelette ! Tu traites les Serpentard de danseuse, mais tu n’est bon qu’a te fendre et à faire des foulées bondissantes pour éviter des sorts, pour le plaisir des hippopotames atteints d’apoplexie qui te soutiennent, Red ! Gagne avec panache, et viens ENFIN te mesurer à moi, parce que là, je ne sens pas tes coups, je ne sens pas ta présence !


Dernière édition par John Mandrake le Sam 26 Juin - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5395



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ] Sam 26 Juin - 16:18

Le membre 'John Mandrake' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Connaisseur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ] Sam 26 Juin - 16:40

Mandrake venait de se prendre une Bombarda de plein fouet et fut envpyer conntre le mur ou il s'écrasa telle un oiseau se prenait une vitre. Un sourire crispé déguisait la haine du Lyon, la rage de vaincre semblait lui donner des ailes.

Les poing refermer sur sa baguette tellemet fort que les jointure de ses doigts en était blanches, aussi pale que la mort. Alors que hurlant un endoloris informuler jaillissait sur le Sang et Or, celui-çi l'évita en roulant sur le coté baguette levé alors qu'a nouveau Mandrake hurlait a plein poumon s'arrachant les cheveux puis restant le fixé.

- Ne fuis pas, lâche ! Rapproche toi de moi au lieu de rester à distance comme une femmelette ! Tu traites les Serpentard de danseuse, mais tu n’est bon qu’a te fendre et à faire des foulées bondissantes pour éviter des sorts, pour le plaisir des hippopotames atteints d’apoplexie qui te soutiennent, Red ! Gagne avec panache, et viens ENFIN te mesurer à moi, parce que là, je ne sens pas tes coups, je ne sens pas ta présence !

Jamais je ne fuyerais devant toi, et ne dit plus jamais que je suis un lache, car pour le moment c'est toi qui a traversé le chateau, pas moi. Et ne me compare pas a tes danceuse, je me bat a la loyal, je me bat telle qu'ils se devrait, pas comme toi a lancer des sorts a tout va sans réfléchir, rapelle toi que le duel est un art, le beauté et la perfection de chaque geste et sort son important, et n'ose pas dire que je ne met pas un point d'honneur a respecter celà.

William se raprocha, puis il se retrouva a quelque milimètre de Mandrake, sa baguette pointa sur son ventre brulait son torse. Il chuchota a l'oreille de Mandrake

Accio Baguette


Dernière édition par William Red le Sam 26 Juin - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5395



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ] Sam 26 Juin - 16:40

Le membre 'William Red' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Doué' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 08/05/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 26/07/2009
Parchemins postés : 3331



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
John Mandrake


MessageSujet: Re: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ] Sam 26 Juin - 18:17

John regarda son vis-à-vis droit dans les yeux, écoutant son discours le critiquant assez violemment, et ne pipa mot, pas la peine de broncher. Il ne fuyait pas, certes, il restait à distance par peur des coups, n’osant pas s’exposer par peur de se faire exploser. Il avait très bien compris cela, William Red, et jouait sur les mots, chose que Mandrake n’aima pas, c’était habituellement son territoire réservé. Par contre, il n’aimait pas qu’il lui dise qu’il ne choisisse pas ses sortilèges, qu’il avait oublié que le duel est un art. C’est absolument… Vrai sur ce coup. Il voulait juste le démonter, et avait perdu ce détachement qui le caractérisait d’habitude lors des duels, et qui faisait qu’il était, actuellement, avant ce combat, le meilleur duelliste de Poudlard. La, il était trop impliqué, et il perdait. Il inspira profondément, et laissa Red apposer sa baguette sur son torse. Néanmoins, il l’imita, et fit exactement pareil que lui au niveau de la pose, ça allait être une sorte de bras de fer ultime. Il entendit Red murmurer le sortilège d’Attraction dans son oreille. La baguette se mit à trembler dans sa main et à faire mine de s’échapper, mais John raffermit sa prise, se battant contre la magie, tremblant en même temps qu’elle. Le duel aurait pu durer une éternité, si il perdait, il était désarmé, à la merci de ce dernier. Donc, condamné à mourir. Il repensa brièvement à tout ce qu’il aurait du faire dans sa vie avant de mourir.

Il aurait du souhaiter à chacun, dans chaque ville, chaque quartier, chaque bloc Londonien de se sortir de la merde, il le fit à l’instant, dans une prière solennelle et silencieuse. Il aurait du retourner dans son quartier, tenter de retrouver les deux-trois personnes qu’il avait connu, qui l’avaient aidé, en leur demandant si ça allait, d’un sempiternel « What’s up ? », et rediscuter des quatre ans qu’il avait passé avec eux, à tout partager. Leur avouer qu’il pleurait encore des larmes brûlantes la nuit, et qu’il se réveillait parfois en criant. Juste au moins repenser aux jours heureux qu’il coulait jadis la-bas, à discuter autour d’un bon Hennessy. A rêver de partir vers d’autres horizons, et à se prendre à rêver de richesse et de femme. Des rêves de gosses. Mais maintenant, il n’entendait que des chansons d’adieu, ils avaient sans doute déclaré le silence radio. Il abandonnerait tout, la, pour retourner dans son enfance, ou il volait en toute innocence, pour vivre, et pas pour faire le mal au profit d’un quelconque gouvernement. Il repensait aux coups de pied qu’il donnait pour faire démarrer sa bécane à l’entrée du porche, il pensait aux joints, à la weed qui tournait, à l’alcool qui tournait à flot, et aux embrassades, aux accolades qui se succédaient toutes la soirée dans la bonne humeur la plus absolue. Il voudrait les voir, il voudrait les toucher encore et encore, leur parler et repenser à leurs visages. Ils savaient que, par sa faute en grande partie, ils avaient rejoints un monde meilleur. Il croyait les voir sourire au dessus des lui dans des moments d’égarement, et la, il mourrait d’envie de laisser tomber sa vie pour retourner avec eux, la-haut. Il avait trop peur d’être rien, il était stressé par un max de petits détails alors qu’avant il prenait les problèmes à la légère. Il voudrait bénir les autres qui n’avait pas eu sa chance en commerçant son succès. Mais personne ne viendrait, personne ne le soutiendrait, cette merde de baguette devenait trop lourde, il allait la lâcher. Toutes les mouches qui tournaient autour de lui comme si il était un pot de miel cesserait ainsi de s’agglutiner autour de lui à chaque succès, puisqu’il mourrait.

Mais il ne pouvait pas, il s’était habitué à l’or des coupes qu’on lui donnait quand il gagnait les tournois, il ne l’aimait pas, mais devait le récolter pour éviter qu’un autre usurpe la place qu’il aurait toujours désiré. Les yeux rivés dans ceux de Red, il tira un coup sec… Et la baguette lui resta dans la main, il avait contrecarré le sortilège avec sa force physique. Il eut un énorme sourire, sa confiance était revenue, la classe de son premier combat avec Red aussi. Il dit, d’une voix calme :


- Des que tu te rapproches, tu n’arrives plus à me contrecarrer. C’est assez significatif de ton manque de couille, mon gars. Tu critiques, mais tu n’as rien en retour. Je vais enfin commencer à me battre, et te montrer ce qu’est la beauté du duel, puisque les coups que je t’ai asséné la dernière fois t’ont fait oublié qui t’avait ébloui, et qui s’était ridiculisé.

Puis, il donna un coup de coude dans le nez de son adversaire, qui recula en se tenant le visage, avant de donner un coup de pied rotatif qui lui frappa l’épaule. William tituba, reculant, le nez en sang et l’épaule endolorie. Se rétablissant, John pointa sa baguette sur son malheureux adversaire, et dit, d’une voix claire et forte, la formule de désarmement. Expiellarmus.

William n'avait plus de baguette. Il n'avait plus qu'a le tuer, dorénavant. Il pointa les deux baguettes sur son adversaire, et dit, d'une voix claire :
[b]

- Tu ne peux plus rien faire... Je te conseille de faire tes dernières doléances avant de mourir, sale chien. Et plus vite. |/b]

John : 7
William : Désarmé Razz


Dernière édition par John Mandrake le Sam 26 Juin - 18:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ]

Revenir en haut Aller en bas

Nostalgie des Serpy acte2 [ Mandrake ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Poudlard
-