POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Past Imperfect [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Past Imperfect [PV] Mer 16 Fév - 1:58

    J'avais donc de nouveau gagné le toit d'une tente. J'y suis entrée sans cérémonie, peut-être même brusquement, car la gamine sursauta tandis que les deux adolescents levèrent la tête dans ma direction d'un même mouvement. Tapis dans l'ombre, un homme âgé d'une quarantaine d'année me jeta un regard violent. Il me tenait probablement responsable de ce qui lui arrivait. Et il avait raison ; je l'étais. Ils n'avaient plus aucune baguette en leur possession. Et leur inventaire avait été confisqué pour être fouillé minitieusement. Mes hommes s'assuraient qu'aucun objet dangereux ou maléfice ne puisse blesser quelqu'un.
    J'ai observé les sorciers quelques instants. Quelques blessures mineurs couvraient les bras des deux adolescents - deux jumeaux sans doute - tandis que des blessures plus sévères couvraient le visage de l'homme. J'ai ensuite remarqué que sa jambe était dans un état lamentable. S'il n'était pas soigné immédiatement, il pourrait la perdre.
    Puis, mon regard clair s'est déposé sur la petite fille. Elle nétait pas vieille ; entre quatre et cinq maximum. Elle tremblait, mais pas de peur. J'ai alors remarqué qu'elle avait une blessure à l'épaule. Je reconnaissais la profondeur de cette plaie ; une lame de poignard y avait été enfoncé. J'ai froncé les sourcils, songeant que l'un de mes hommes pourraient en être le responsable puis je me suis tournée vers le garde qui les survaillait. Il a tressaillit lorsque mon regard, illuminé d'une lueur sauvage, percuta son visage de plein fouet. J'ai alors demandé d'une voix furieuse :

    « Pourquoi est-elle blessée ? N'avais-je pas mentionnée qu'aucun enfant ne devait être touché ?! »
    « Oui » me répondit le garde, d'une voix tremblante. « Elle était déjà blessée lorsque nous l'avons reccueillit »
    « Et bien, qu'attends-tu ?! » dis-je d'une voix toujours aussi en colère, « Va chercher un linge propre »

    Il me regarda puis s'exécuta. Je ne voulais pas soigner ce genre de blessure à l'aide de ma baguette. D'abord, à la vue de ma baguette, la fillette aurait put mal réagir. Ensuite, toujours à la vue de ma baguette, certain prisonnier - je pense notamment à celui qui se cache toujours dans l'ombre - pourrait s'emporter et m'attaquer. Un homme - ou une femme - sur une élan de violence spontanné, peut causer des dommages considérables. Et je ne pouvais pas me permettre de blessure ; la guerre était imminente. Je me suis rapprochée des âmes terrifiées. Étonnamment, ils ne cherchèrent pas à reculer. Bien au contraire, ils me faisaient face, comme dans l'attente impatiente de leur exécution. J'ai laissé un sourire en coin apparaître sur le coin de mes lèvres tandis que je me penchais, mes genoux frôlants le sol, pour me mettre à la hauteur de la fillette. Ses grands yeux me regardaient d'une telle façon que mon corps en fut secoué. Elle n'était ni effrayée, ni émerveillée. Ni paniquée, ni affolée. On aurait tout simplement put penser qu'elle ne comprenait pas ce qui se passait...

    « Bonjour » lui ai-je dit sur un ton qu'on me connaissait rarement. Je me voulais douce vis-à-vis elle. « Comment t'appelles-tu ? »
    « Mi-Mirabella » me répondit-elle d'une voix hésitante.
    « Ne lui parle pas, gamine, c'est le diable » lança l'homme mystérieux.
    J'ai tournée ma tête brusquement dans sa direction, puis, les dents serrées, j'ai soufflée : « Seulement lorsqu'il le faut ». J'ai ensuite rammenée mon regard vers la jeune fille qui me posa alors une question : « Où est ma maman ? »

    Pour être honnête, je ne le savais pas. Et il s'agissait là d'une question que j'aurais voulu éviter. Il me paraissait clair que, si elle n'était pas parmi ses prisonniers, alors c'est qu'elle devrait être décédée. Je ne connaissais rien de leur histoire, je les avais simplement vu vagabonder près du camp. Cela avait été une raison suffisante pour les ramener ici, contre leur gré fort évidemment. J'ai donc offert un petit sourire de sympathie à Mirabella alors que je déposai la paume de ma main contre son coeur qui battait à une vitesse folle. « Elle est ici » lui dis-je, « Elle ne cessera jamais d'exister en toi »

    La petite baissa les yeux et j'ai apperçu une larme tomber sur le sol. Je l'ai approché de moi et l'ai serré dans mes bras. Elle se laissa prendre, en quête de réconfort probablement et de chaleur humaine. Je l'ai prit et je l'ai soulevée. Elle s'accrocha à moi sans peine puis je regardai les autres. Je leur ai lancée sèchement : « Je reviendrai pour vous ce soir... »

    Je sortais de la tente lorsque je vis Barius approcher, l'air froid, accompagné de Kevin. J'ai haussée un sourcil puis je lui ai dit : « Tiens donc, un revenant... »

    Il me confia alors qu'il hésitait à rejoindre le camp. Je comprenais cette hésitation. Après tout, il ignorait encore beaucoup à notre sujet. Mirabella était toujours dans mes bras et elle observait Barius et Kevin d'un air hésitant. « Très bien Kevin... mais ne restont pas dehors pour en discuter, le ciel s'assombrit et il va bientôt faire nuit. Retournons à ma tente, nous pourrons discuter calmement...». Barius leva la tête et s'en alla vers la tente. Malgré moi, il assisterait à cette petite conversation. Il était dans son droit. Quant à Mirabella, je refusais de la laisser en compagnie de mes hommes ou des autres prisonniers. De plus, son épaule avait ebsoin de soin... Jusqu'à nouvel ordre, elle sera sous ma garde.

    Nous nous dirigeâme donc vers ma tente. Lorsque nous sommes entrés, Barius était déjà assit à table, les sourcils froncés. Quant à moi, je me dirigeai vers un lit de fourrure puis j'y ai déposée Mirabella. Faute de ne pas avoir eut le linge humide que j'avais demandé, je me suis résignée à attraper ma baguette à am ceinture et la pointer sur sa blessure. Une lueur a alors caressée la peau de la gamien qui grimaça. Puis, en quelques secodnes, sa blessure fut guérrit, mais, malheureusement, elle resterait marquée à vie. Ensuite, ma baguette à la main, j'ai fait venir un objet. J'ai donné à l'enfant une tasse de lait chaud et un morceau de viande. J'ai caressée sa tête presque maternellement et j'ai invitée Kevin d'un geste de main à venir s'asseoir à table. Je pris place aux côtés de mon amant puis je lui ai dit : « Voilà. Il est maintenant juste pour toi de nous poser toutes els questions que tu souhaites. Nous tâcherons ensuite d'y répondre. »
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Past Imperfect [PV] Mer 16 Fév - 13:02

L'homme ne semblait vraiment pas content de m'emmener. Mais il ne disait rien. Même si ses pas lourds et secs montraient son énervement. J'étais quant à moi sérieux. Je ne souriais pas, mais je ne montrais pas non plus un air renfrogné et réfléchit. Je regardais, c'est tout ce que je faisais. Mon sac cognait mon dos tandis que je serrais ma baguette dans ma main. Je ne l'avais plus lâché depuis que Julie me l'avait rendu.
C'est elle justement que je vis qui sortait de la tente. Elle me gratifia d'une petite remarque pertinente avant que je lui explique que je voulais réfléchir. Après tout, avant de jeter un chat dans la cage aux lutins, il faut en mesurer les risques. Et c'est justement ces risques que je voulais connaître.
D'autant plus qu'une nouvelle donnée vint s'ajouter à celle que j'avais approximativement réuni sur ce domaine. Julie portait dans ses bras une petite fille de cinq ans maximum. Elle paraissait fatigué et elle saignait sérieusement d'une plaie à l'épaule. Que s'était-il passé ici ? Est-ce que c'était les survivants dont parlait Julie et ses hommes lorsque j'étais dans la tente ?
Des centaines de questions volèrent et s'entrechoquèrent dans ma tête. Il fallait que je sache ce qu'il se passe dans cette tribu.

Julie était ouverte au question puisqu'elle accepta que je lui en pose.
-Très bien Kevin... mais ne restons pas dehors pour en discuter, le ciel s'assombrit et il va bientôt faire nuit. Retournons à ma tente, nous pourrons discuter calmement...
Je la suivis alors en faisant le même chemin que je venais d'exécuter pour rejoindre la même tente que je venais de quitter. Julie rassura la fillette en la posant sur un assemblage hétérogène de peau de bête qui devait surement servir de lit. Pourquoi n'avait-elle pas un véritable lit ? Les tentes avaient un sortilège spécial qui leur permettait d'accueillir des meubles lorsqu'on les dépliaient. Elles n'avaient pas besoin d'être vidé avant d'être rangé. C'était une économie de temps très utile. Après tout, ce n'était pas pour rien que c'était une des plus chère que j'avais prise. Et je ne regrettais pas mon choix puisque depuis ma fuite, elle ne m'avait jamais fait défaut. Il est vrai que certain hiver avait été un peu rude, mais une bonne dizaine de couverture et un sortilège chauffant permettait aisément de ne pas tomber malade.
Julie soigna la blessure de la fillette. Le sang cessa de couler tandis que la plaie se referma en luisant légèrement. On voyait une petite cicatrice. Surement une qui resterait à vie et qui s'élargirait en grandissant. Le dictame aurait surement fait l'affaire. Mais peut-être n'en avaient-ils pas ? Pourtant c'était une potion assez facile à trouver. J'en achetais parfois dans des apothicaires. Un simple sortilège de métamorphose me suffisait pour ne pas me faire repérer.

Je me vidai bien vite la tête de ces anecdotes lorsque Julie me parla à nouveau.
-Voilà. Il est maintenant juste pour toi de nous poser toutes els questions que tu souhaites. Nous tâcherons ensuite d'y répondre.
Je réfléchissais. Qu'est-ce que je voulais vraiment savoir ? Je décidai alors d'y aller directement tandis que je m'asseyais sur une chaise, face à Julie et à l'homme.
-OK... alors que faites-vous exactement ? Qu'elles sont vos buts ? Qui est cette fille et surtout qui est le groupe que, apparemment, vous venez d'exterminer.
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Past Imperfect [PV] Jeu 17 Fév - 22:03

    Nous étions assied tous les trois à la petite table basse. Et malgré la précédente discussion que nous avions eut Kevin et moi, il y a quelques minutes, un nouveau sentiment de tention était venu nous envelopper, créant ainsi une atmosphère hostile. Un gouffre nous séparait. C'était l'impression que j'en avais... Barius, mon amant et mon bras-droit, regardait notre invité avec un de ses regards qui glaçait le sang. Il n'appréciait pas sa présence de toute évidence. Et j'ignorais pourquoi il faisait preuve d'autant d'amertume vis-à-vis ce jeune garçon. Après tout, il n'avait rien de bien menaçant pour lui... J'ai pincée mes lèvres, laissant place à mon habituelle froide et arrogante grimace teintée mon visage. Et Kevin, invité par mes paroles, nous posa immédiatement ses questions. J'ai laissée une grimace amusée colorer mon visage et j'ai immédiatement pointée ma baguette vers la fillette. À l'aide d'un sortilège non-prononcé, j'ai coupé la venue du son à ses tympans. Elle n'entendrait plus rien de notre conversation qui, dans un sens, pourrait la choquer ou la bouleverser. Cependant, elle ne semblait pas s'en rendre compte. Elle mangeait toujours la petite portion de viande que je lui avais apportée et son corps s'inclinait lourdement vers le sol, signe de fatigue. Barius, quant à lui, lorsque les questions de Kevin furent lancées, conservait son allure de pierre impassible et menaçante. Malgré tout, il s'est alors adressé à Kevin, tandis que j'écoutais ses paroles avec un sourire amusé, m'assurant qu'il disait bien ce que je voulais que Kevin sache. Il mesurait ses paroles ; nous ne partagions pas la même tente pour rien...

    « Exterminer est un bien grand mot, mon garçon » avait-il précisé d'une voix orageuse, « La grande majorité d'entre eux étaient déjà mourrants. Nous avons simplement achevés leur souffrance... ». J'ai alors ajouté avec un sourire narquois : « Nous ne sommes pas des animaux ». Barius m'a offert un sourire tout aussi mesquin puis, les sourcils toujours froncés, il poursuivis la conversation à l'adresse de Kevin : « Tu te trouve présentement sur un camp de mercenaire. Pourtant, le Ministère nous considère comme de simple Hors la loi... ». « Nous sommes plus que ça » lançai-je d'une voix provoquée. Je n'aimais pas être comparée à de simples résistants, car mes actions étaient plus concrètes que celles jamais posées par les résistants. Outre Vincent, Versus et Elliot, les autres résistants avaient été décevants. Et aujourd'hui, ils étaient tous morts. Je m'étais promis de venger leur mort - et ce lui de mon père - en attaquant l'ennemi férocement. Et si je devais tuer des innocents pour arriver à mes fins, alors je ne m'en gênerais pas. Barius laissa un grognement s'échapper de sa gorge, il déposa sa main sur ma cuisse puis j'ai baissé la tête. Je lui laissait encore la parole : « Julie et moi sommes les dirigeants de ce qui sera bientôt, l'armée qui s'élevera contre le seigneur des ténèbres et le Ministère de la Magie. Nos buts sont probablement similaires au tiens, détruire le régime de terreur instauré par les mangemrots et leur maître. Mais contrairement au passé, nous riposterons avec plus de violence, plus d'acharnement. La mort ne nous effraie pas... bien au contraire. Nous n'en sommes plus à un cadavre près...». Les images des maisons que nous avions sacagés en Russie, ont hanté mon esprit un instant. Nous avions assassinés un homme politique impliqué dans la cause du seigneur des ténèbres. Sa famille n'avait pas été épargnée. Nous avions ensuite sallit leur réputation et souillé leur honneur. Il ne pourrait jamais reposer en paix... J'étais amusée par leurs cris de terreurs qui résonnaient dans mon crâne. Un sourire sadique ne s'effaçait pas de mon visage, malgré les circonstances. C'était un jeu pour moi. Barius avait laissé un petit silence comblé l'environnement avant de poursuivre : « Cette fillette » lança Barius en indiquant d'un signe de tête Mirabella : « Est l'une des survivantes d'un petit groupe de sorcier que nous avons surprit près du camp. Les mourants ont été tués ; on ne pouvait pas les sauver. Ils sembleraient qu'ils soient du côté des bons. Nousa vons fouillés leurs sacs et leurs bourses pour nous en assurer. Ils auront donc des funérailles décentes. Quant aux survivants, ils n'auront d'autre choix que de nous suivre... leur vie en dépend ». Mon visage a paru soudainement moins amusé. Je pensais à cette enfant, assied plus loin, presque endormie. Ses yeux nous observait, ses mains s'étaient refermés solidement autour de la petite tasse chaude. Je savais bien qu'elle ne pouvait pas nous entendre, mais je doutais qu'elle puise lire sur nos lèvres... J'étais presque triste qu'elle puisse comprendre ce que l'on disait. Elle ne pourrait pas nous suivre. C'était imposible. Elle serait exposée à la violence, au sang et à la douleur bien trop jeune. Il fallait qu'elle en soit épargnée. Je songeais à la laisser dans une orphelina moldue, dans un coin reculé du pays. J'ai alors jugée qu'il falalit que je prenne parole à mon tour. J'ai levée la tête puis j'ai déposé mes mains jointe sur mes genoux. Je me suis inclinée vers l'avant et j'ai alors froncés les sourcils. J'étais plus sérieuse. Je ne pouvais pas parler à Kevin comme je le faisais avec mes autres hommes. D'abord, il valait plus qu'eux. Ensuite, il avait été capable de survivre à nos sortilèges defénse et je refusais qu'il puisse penser de nous que nous étions faibles... Je pensais d'ailleurs à punir sévèrement ce manque : « Kevin... nous ne sommes pas pacifistes. La guerre est commencée, il faut se défendre. Avec la même violence que nos ennemis. C'est pourquoi il nous faut des gens braves et qui ne craignent pas la mort... car tu ne sais jamais si tu vis ton dernier jour sur terre en tant qu'être humain ». Barius me regarda puis je l'ai regardé un instant. Puis je me suis de nouveau tournée vers le jeune homme et je lui ai demandé : « As-tu d'autres questions ? »
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Past Imperfect [PV] Ven 18 Fév - 15:03

Julie et son acolyte me regardait, réfléchit, sévère, intimidant. Ce n'était surement pas tout les jours qu'un jeune homme venait briser leurs lignes défenses et leur poser des questions aussi indiscrète. J'étais presque sûr que l'homme avait envie de me tuer à petit feu avec ma propre baguette. Enfin, ce n'était qu'un fantasme. Je ne me laisserais pas faire dans l'optique où tout cela tournerait mal. Mais pour l'instant, j'écoutai avec attention tout ce qu'ils me disaient.
-Exterminer est un bien grand mot, mon garçon, avait commencé l'homme. La grande majorité d'entre eux étaient déjà mourants. Nous avons simplement achevés leur souffrance...
Oui bien sûr, mais peut-être que de simple soin aurait pu les aider.
-Nous ne sommes pas des animaux, ajouta Julie avec un sourire que je n'aimais pas.
Évidemment, vous êtes bien pire. Même les manticores ne sont pas autant sauvage.
-Tu te trouve présentement sur un camp de mercenaire, continua l'homme. Pourtant, le Ministère nous considère comme de simple Hors la loi...
-Nous sommes plus que ça.
Oui, je crois que j'ai compris que vous ne vous considérez pas comme des merdes de scroutt à pétard.
Jusque ici, ils n'avaient fait que essayer de justifier les actes horribles qu'ils avaient orchestré. Ce n'était pas le meilleur moyen pour me convaincre de les rejoindre. J'avais plus envie de tout faire flamber.
-Julie et moi sommes les dirigeants de ce qui sera bientôt, l'armée qui s'élèvera contre le seigneur des ténèbres et le Ministère de la Magie. Nos buts sont probablement similaires au tiens, détruire le régime de terreur instauré par les mangemorts et leur maître. Mais contrairement au passé, nous riposterons avec plus de violence, plus d'acharnement. La mort ne nous effraie pas... bien au contraire. Nous n'en sommes plus à un cadavre près...
D'un signe de tête, l'homme me montra la fille, allongé dans un coin de la tente en train de manger quelques friandises, surement pour la rassurer.
-Cette fillette est l'une des survivantes d'un petit groupe de sorcier que nous avons surprit près du camp. Les mourants ont été tués ; on ne pouvait pas les sauver. Ils sembleraient qu'ils soient du côté des bons. Nous avons fouillés leurs sacs et leurs bourses pour nous en assurer. Ils auront donc des funérailles décentes. Quant aux survivants, ils n'auront d'autre choix que de nous suivre... leur vie en dépend.
Et vous ne pouviez pas tout simplement les laisser en paix ? Juste en paix. Ils ne vous avaient rien fait. J'ai commencé à ouvrir la bouche pour répliquer, mais Julie me coupa dans mes pensées.
-Kevin... nous ne sommes pas pacifistes. La guerre est commencée, il faut se défendre. Avec la même violence que nos ennemis. C'est pourquoi il nous faut des gens braves et qui ne craignent pas la mort... car tu ne sais jamais si tu vis ton dernier jour sur terre en tant qu'être humain. As-tu d'autres questions ?
Des questions, non, je n'en avais plus. J'avais entendu suffisamment d'horreur à leur propos. Tout ce qui comptait pour moi à présent était de m'en aller. J'irais transplaner ailleurs, sur une colline, là où la neige ne pouvait pas tomber. Je creuserais une grotte que je refermerais pour être sûr que je ne serais pas dérangé. De toute façon, tout ce que je dirais ne changerais rien à leur pratique barbare.
-Non, aucune question. J'ai très bien compris votre barbarie. Vous ne combattez pas le régime, vous faites leur boulot. Le groupe que vous avez exterminé, est-ce qu'il vous avez causé de ennui ? Non ? Et s'il était malade, alors ça aurait embêté le ministère car s'ils avaient été découvert, le régime aurait du envoyer des gens pour les tuer. Au final, ils aurait été mort, mais peut-être que d'autre personne aurait pu s'enfuir. Là vous laissez le plaisir aux mangemorts de s'occuper des plus forts sans se soucier des plus faibles. Vous leur facilitez la tache...
Sans un autre mot, je tournai les talons, remis mon sac sur les épaules et me dirigeai vers la sortie. Je n'avais plus aucune envie de rester là.
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Past Imperfect [PV] Ven 18 Fév - 16:11

    « Non, aucune question. J'ai très bien compris votre barbarie. Vous ne combattez pas le régime, vous faites leur boulot. Le groupe que vous avez exterminé, est-ce qu'il vous avez causé de ennui ? Non ? Et s'il était malade, alors ça aurait embêté le ministère car s'ils avaient été découvert, le régime aurait du envoyer des gens pour les tuer. Au final, ils aurait été mort, mais peut-être que d'autre personne aurait pu s'enfuir. Là vous laissez le plaisir aux mangemorts de s'occuper des plus forts sans se soucier des plus faibles. Vous leur facilitez la tache... »

    Je n'ai pas cherchée à contester ses paroles, ni même à me justifier davantage. Je resentais sa colère et son agacement, mes paroles n'auraient servit à rien sauf peut-être à l'énerver encore plus. J'ai préférée le regarder quitter la tente. Barius semblait plus agacé que moi et il se redressa brusquement tout en pointant vers la sortie. Sous l'impulsion de ses gestes rageux, ses longs cheveux noirs et tressés se balançaient furieusement derrière son dos. à la vue de son énervement, j'ai laissé un sourire moqueur s'élever dans le silence qu'il nous avait laissé. Barius s'arrêta et me regarda, incomprit.

    « Ça t'amuse Julie ?! » lança-t-il. « Je devrais le tuer immédiatement pour avoir tenu un pareil discours ! »
    « Non Barius » lui dis-je, ayant cessé de rire. Pourtant, ce même sourire amusé colorait mon visage. « Laisse-le vivre dans la honte et la fuite, c'est pire que la mort. »
    Barius grogna et vint se rasseoir à mes côtés, l'air sévère. Il s'adressa de nouveau à moi, un ton plein de reproche : « Je ne comprends pas pourquoi tu ne l'as pas tué lorsque tu en as eu l'occasion. »
    « Parce ce qu'il m'en a dit plus qu'il ne le croit... » lui ai-je affirmer, un regard amusé. « Mais si on le revoit autour du camp, je te laisserai le tuer. »

    Barius me regarda un instant. En effet, je ne connaissais beaucoup plus au sujet de Kevin qu'il ne pouvait croire. Ses récits avaient été intéressants et je savais maintenant quelques détails à son sujet, au sujet de l'organisation du Ministère de la Magie ainsi que la condition de vie des autres résistants, qui, comme lui, vivaient dans la honte et la fuite. Leur statu de hors la loi leur laissait croire qu'il acommplsisait quelque chsoe d'héroique. Pourtant, ils n'étaient rien face à ce que je m'apprêtais à commettre.
    Mon amant souria à son tour puis vint encadrer mon visage entre ses larges mains.
    « Évidemment » dit-il.

    Il s'approcha puis il embrassa le coin de mes lèvres. Un garde vint alors nous affirmer que les sortilèges de défense avaient été mit en place que que l'étranger (Kevin) avait quitté le camp. Je lui aif ait signe de quitter la tente et puis je me susi dirigée vers le petit lit de mon orpheline. J'ai retiré mon épaisse peau de fourrure, mon casque ainsi que mes habits. J'ai conservé une petit robe grise puis je me suis glissée sous les peaux, approchant la petite de moi pour la réchauffer. Barius et venu em rejoindre, et s'est étendu contre mon dos.

    « Qu'allons-nous faire ? » me demanda mon amant tandis que je caressait la chevelure blonde de la gamine blotti contre moi. « Nous partirons demain. Le château d'Urquhart est occupé par le Ministère de la Magie et des mangemorts. J'ignore leur nombre s'élève à combien. Nous enverrons un éclaireur pour nous irons vers le Nord. Le froid et la neige devrait les désuader d'explorer les montagnes. Nous y habiterons quelques jours... le temps de voir si nous partons à la recherche des survivants du château ou si nous recherchons d'autres résistants... »

    J'ai fermé les yeux. La journée avait été longue et j'étais épuisée.

[HJ : Fin pour moi]
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Past Imperfect [PV]

Revenir en haut Aller en bas

Past Imperfect [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Monde Magique
-