POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Une suite amère [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Une suite amère [PV] Mer 23 Fév - 1:33

Une suite amère

J'en ai reçu
des coups, des malheurs et des misères
si sonvent perdu
D'amours, de sang, de rêves et de guerres
J'ai survécu
Ma peine s'est changée en feu
Feu dans mes yeux
et ma rage
est devenu du courage



_________________________________

    Son regard profond observait l'horizon. Le lac était calme, ses eaux étaient noires et mortes. Elles laissaient croire que ce lac exprimait sa mélancolie face à la mort qui pesait sur le monde de la magie. L'athmosphère était lourd pour tous et chacun, on ressentait la fatigue chez les sorciers. Leurs traits étaient tirés, leurs yeux cernés et leurs pas étaient si pesants qu'on aurait dit que les pauvres hommes tiraient des boulets de canon à leur suite. Et pourtant, la résistante les observait sans la moindre once de compassion dans le regard. L'Univers était beaucoup trop cruel pour permettre le moindre sentiment d'une telle douceur. L'amour n'est plus, l'amitié est rare et surtout, le pardon est impossible. Son coeur noir sous la haine qui le ravageait n'arrivait plus à laisser un seul sentiment humain traverser l'esprit de la belle brune. Les quelques élans de lucidités lui étaient inspirés par les enfants qu'elle croisait en chemin. Mais ils s'évanouissaient dès qu'ils disparaissaient de sa vie... seul le regard d'un enfant avait réussit à lui faire connaître un coeur en or. Autrement, on ne percevait cette femme que comme une enveloppe charnelle, un corps froid et distant....
    De son repère, Barius, l'amant même de cette femme, l'observait avec préoccupation. Il tentait tant bien que mal d'imaginer ce à quoi devait penser cette magnifique femme. Ses pensées s'égaraient comme le fesait un bâteau dépourvu de boussole sur l'océan. Elle lui était inaccessible. Elle n'appartenait pas au même monde que lui... il la sentait loin. Depuis quelques jours, depuis l'annonce du décès d'Elliot à vrai dire, Julie n'était plus celle que l'on avait connu. Toujours aussi distante et méfiante, elle s'était renfermée sur elle. On ne l'appercevait plus aux entrainements, on ne la voyait plus du tout. Et un autre signe plutôt alarmant remarquer par quelques fins observateurs, elle ne couvrait plus son crâne de son chapeau de guerre. Lui qu'elle affichait si fièrement il y a quelques semaines, voilà qu'il se tapissait sur le sol de leur tente, comme oublié. Depuis, ses longs cheveux sombres se laissaient bercer par la brise des vents frais du Nord...

    « Julie » avait alors dit Barius, alors qu'il montait vers elle, « Les hommes sont prêts, ils attendent tes ordres. » précisa-t-il.

    La jeune femme ne lui adressa pas de regard. Ses yeux étaient toujours fixés sur cette horizon infini alors que ses idées se bousculaient dans son esprit. La violence continue à laquelle Julie était exposée depuis un an lui faisait réalisée plusieurs sombres secrets sur elle-même. Elle s'était découvert un côté plutôt sadique, elle prenait un réel plaisir à voir les autres mourir de ses mains. Un amour grandissant pour le sang et pour la guerre baignait en son coeur et nourrissait sa constante colère comme impreignée dans sa chaire... « Julie » lança de nouveau le pauvre Barius sur un ton plus interrogateur. Il voyait bien que le feu qui illuminait le regard de sa belle n'était que haine et désir de vengence... il redoutait cette violence... Clairement, la jeune femme s'est alors exprimée, brisant ainsi un silence qu'elle s'était imposée volontairement depuis quelques jours : « Conduit-les en Bulgarie. Je veux qu'une moitié des hommes soit affectés à la protection de la descendance des Dolcadis. L'autre moitié et toi irez trouver l'enfant de Manrey et de Larose... assurez-vous qu'elle soit protégée elle aussi... ». Un rire moqueur s'échappa du rictus méprisant qu'affichait le guerrier. Ils étaient recyclés comme gardienne d'enfant ? C'était ça son fameux plan ? Baris secoua la tête et lança d'un ton qui frôlait l'ironie : « Des enfants ? Nous sommes charger de la protection d'enfants ? » s'exaspéra-t-il. C'est alors que la tête de Julie s'est tournée furieusement vers cet homme. Son regard terrible a alors poussé Barius a affiché un air faussement sûr. Mais ses yeux trahissait la soudaine crainte qui s'emparait peu à peu de son corps. Les dents serrés, grimçant en un rictus de colère, elle grogna à l'adressa de son adjoint : « Ce ne sont pas que de simples enfants, Barius. Il s'agit d'un mince espoir pour la résistance de voir son avenir assurée. Tout comme leurs parents avant eux, ses enfants devront diriger la résistance un jour. Leur sang est destiné à être versé pour notre cause ». Barius ne semblait pas convaincu. Alors la jeune femme s'anvaça vers lui et attrapa le derrière de sa tête. Elle inclina son visage vers le sien et elle précisa avec la même rage au coeur : « Si un seul de ses enfants devaient mourir, tu iras nourrir le monstre de ses eaux en pièce détachée... me suis-je bien fait comprendre ? ». Barius secoua la tête. Elle le relâcha négligement puis elle regarda une seconde fois le lac. Elle se résigna à lui faire ses adieux. Elle quitta sa colline pour se diriger vers sa tente. Barius et quelques autres hommes l'observèrent, interdits. Elle en sortit quelques instants vêtue d'une longue cape noire, d'habits ordinairement associés aux sorciers ainsi que d'une saccoche à son épaule. Julie n'était pas vêtue de ses habits habituels. Son chapeau n'y figurait pas non plus. « Si vous avez à me contacter, faite-le à l'aide de vos patronus. Ne me déranger par pour des détails insignifiants. »

    Puis elle les quitta.

    Désormais, elle voyagerait seule. Elle quittait ses hommes et les avait chargé de veiller à la sécurité de ses enfants. Ce n'était pas un détail à négliger à ses yeux. Bien qu'ils soient encore jeunes, ils leur seraient d'une grande aide lorsqu'ils auraient atteint un âge suffisament mature pour se joindre à eux. Leur avenir était restreint, ils ne pourraient jamais fréquenter Poudlard ou une autre institutions magiques. C'est pourquoi Julie songeait déjà à demander à Barius de leur apprendre ce qu'il savait de la magie...
    Tandis que ses pieds la guidaient n'importe où, son esprit se concentrait sur ses tâches à venir. Elle devrait trouver d'autres résistants et se joindre à eux. Elle devrait venger la mort de ses hommes et de ses femmes. Julie Céleste devait honnorer leur mémoire.
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Une suite amère [PV] Mar 1 Mar - 21:14

Un mois environ s’était coulé depuis la prise d’Urquhart. Peut-être un peu plus. En tout cas quoiqu’il arrive Franck ne l’aura pas vu passer. Il avait été extrêmement actif pour oublier sa solitude et se faire remarquer. Il avait notamment endossé son costume de détecteur de talent et avait fait une bonne pioche. Un duel avec Jim Fisher qui avait été concluant. Un talent brut, une brute aussi. Mais rien autour malheureusement, il manquait de percussion, de tactique, de technique, de culture magique. Au moins il avait la puissance, l’abnégation, le bon sens ainsi que celui de la hiérarchie et surtout il avait envie d’apprendre, et Franck aimait bien donner tant qu’il recevait quelque chose en échange. Il avait bien eu quatre enfants et une femme qu’il aimait qu‘il avait mis en sécurité, il était un bon rentier capable de faire des concessions tant qu’il avait des garanties de retour, son amante d’antan était une Sang-de-Bourbe, et malgré tout ce qu’on lui avait infligé il donnait beaucoup de lui dans son rôle de Serviteur du Seigneur des Ténèbres. Urquhart en était la preuve, il avait failli mourir à cause de Sheppard qui avait manqué de le décapiter en lui envoyant une table dans la gueule. Heureusement, Jim Fisher l’avait protégé et ramené à la vie et Franck s’était rattrapé en blessant notamment Helen Icenight la Sang-de-Bourbe. Et Fisher avait eu sa récompense, la chance de pouvoir se distinguer devant Franck qui pouvait se révéler comme un piston extraordinaire, un distributeur de ticket pour le train du bonheur, l’avion du succès, le bateau de l’euphorie. Le fringuant quinquagénaire pouvait se réjouir, une fois de plus, d’avoir eu le nez creux sur ce coup. Il remerciait silencieusement Léon Brom, Mangemort et professeur de Magie Noire, d’avoir mis le jeune homme dans son escouade, et de lui avoir inconsciemment non seulement facilité la tâche, mais aussi sauvé la vie. Le hasard faisait tout de même très bien les choses. Il aurait pu être six pieds sous terre, le corps dans un cercueil en sapin. Enterré dans la terre meuble et humide de Grande-Bretagne, sous une grande pierre tombale en marbre, juste à côté du tombeau familial - il devait être associé à sa famille mais ne voulait jamais, au grand jamais, reposer avec eux. Habillé de sa plus belle robe de sorcier, rasé, apprêté, bien coiffé. Les bras en croix sur son corps puissants. Quelques marques de début de putréfaction, quelques asticots qui grouillaient sur son cadavre. Sa baguette magique, sa bague, et quelques objets précieux enterrés avec lui. Il n’aurait plus de corps dans lequel se mouvoir, se balader, vivre d’eau fraîche et d’amour charnel, de sang et de larmes, de sueur et de foutre.

Son âme ? Il aurait continué de vivre et d’exister… Il avait un tableau au Ministère, dans le hall, un autre dans le bureau des Oubliators, service qu‘il avait fréquenté plus de dix ans, le cinquième de sa vie et qu‘il avait même présidé et dirigé. Un autre dans son manoir, noblesse oblige. Encore un autre dans une maison familiale à Godric’s Hollow, la ou il serait d’ailleurs enterré. Et n’oublions pas celui dans le bureau du directeur de Poudlard, suprême privilège… Du moins il en aurait. Les emplacements étaient réservés mais étaient vide, et pour cause! Il n’y avait qu’un fond, la toile marron terne évocatrice de fèces. Il en aurait également réservé un dans l’escalier, pour parler, voir du monde, grappiller des informations. Il serait sans doute un splendide informateur, qui irait partout, parlerait à tout le monde, négocierait des informations pour des récompenses à titre posthume et des tableaux dans les plus beaux endroits - style le bureau du Ministre de la Magie, ou bien au département des Mystères, pour son bon plaisir et sa culture. Il irait baiser avec les plus belles sorcières en tableaux, les Vélanes, les Succubes, les beautés fatales, il n’aurait pas peur de la mort vu qu’il aurait déjà rejoint l’éternité. Il parlerait avec les directeurs, les Ministres, ses successeurs et ses maîtres. Peut-être qu’il aurait son tableau à Little Hangleton, suprême distinction!

Mais ce qui est fait et fait. Pour le moment, Franck est bel et bien en vie et peut-être même plus vigoureux que jamais. Et il s’amusait comme un petit fou. Outre sa distraction informative avec Jim Fisher, il avait participé de près comme de loin à plusieurs raids contre la résistance. Il avait notamment été présent lors de l’arrestation de Manrey. Il avait pu tirer quelques conclusions sur Xii Ping et Dexter Miles, deux Sangs-mêlés. La première semblait puissante mais peu réfléchie et surtout pas très intelligente, propice à se laisser emporter par sa colère. Le deuxième semblait plus aguerri, il l’avait déjà côtoyé à Urquhart! Mais bon, à 35 ans il n’était que Brigadier, ça n’était pas glorieux. A cet âge, Franck avait rejoint les rangs du Seigneur des Ténèbres et était directeur des Oubliators! Mais ce coup de filet lui offrirait sûrement une promotion, et sa rigueur ainsi que sa discipline lui permettrait d’en faire un bon capitaine plus tard, voire un dirigeant s’il se bonifiait avec l’âge. En tout cas Franck se réjouissait de la capture du résistant, même si son suicide le faisait plutôt hurler de rage. Il se soustrayait à la toute puissante justice du Seigneur des Ténèbres. C’Est-ce qu’on appelle un Blasphème!

Trève de considérations politico-religieuse, il avait aussi participé en tant que leader ou plutôt Co-leader à une répression, une fois de plus, au Chemin de Traverse. Waters, Montgomery et toute une clique de résistants que l’on croyait isolé mais qui ont bien joué leur carte du baroud d’honneur. Heureusement qu’avec Miles, Bellairs et le Mangemort Menroth cet assaut avait pu être endigué… Et les civils a peu près épargné… Hé hé…Pas comme ces espèces de jeunes quilles - ah pardon, junkie - qu’il avait démoli impitoyablement avec l’aide de Brigadières et de Lestrange. Nan pas Bella, Calypso, la suceuse - pardon sous-fifre - de Scofield. Et maintenant Urquhart était colonisé par les Ministériels qui voulaient en faire une base avancée pour observer Mlïjev, la cité des Gobelins. La situation n’était pas facile pour la Régente, Alice McAndreus, qui devait rassurer les riverains, passablement inquiets de cette incursion sorcière tout près de chez eux. Le ton montait, on murmurait qu’il y aurait bientôt une insurrection. Mais ça paraissait si lointain et si irréel que personne ne s’inquiétait vraiment, occupé à survivre ou dénoncer, bref, à se battre contre le temps pour laisser la trace d’un passage ou du moins s’en donner l’illusion.

Du coup, Franck -qui était sûr de passer à postérité dans son orgueil incommensurable- avait été chargé d’inspecter les alentours pour vérifier s’il n’y avait pas de résistant qui trainerait encore dans le coin ou bien de gobelin en train de comploter en grommelant des insanités. Il observait un peu partout et sentait comme une présence étrangère et hostile qui ne lui voulait que du mal. Et lancer un Hominum Revelio n’était pas forcément la meilleure chose à faire, le champ anti-transplanage ne portait pas jusque là et si un résistant le sentait, automatiquement il partirait. Il marchait lentement, l’air de rien. Et soudain il bondit sur un buisson et lança un Stupéfix. Rien du tout. Il avait rêvé. Il botta dedans, l’air contrarié, et articula à voix basse ces quelques injures.


- Et shit! Vélane des îles!

Ça changeait un peu des péripatéticiennes qu’on lançait à tout bout de champ et c’était également les stigmates de son enfance à la Bohème. Franck était comme ça. Aimable et plein de belles tournures en public, mais derrière, le revers de la scène ou de la médaille est bien plus qu’apeurant. Il est fondamentalement violent et vulgaire ou du moins l‘est devenu à cause de sa vie et de son éducation. Il a tout de même - surtout - un bon fond, mais à des pulsions et des rancœurs qui font un cocktails détonnant et explosifs à bien des égards, et Sarah Larose en a fait les frais pour ne citer qu‘elle. La seule chose qui ne change pas, dans ce caractère lunatique et fluctuant, c’est qu’il est calculateur. Même dans la pire des vilénies, la pire des colères, il y a toujours cette lame froide qui lui permet de prendre les bonnes décisions, qui lui dit quand les prendre, ou et surtout pourquoi, et quelles sont les facteurs qui s’en découleraient selon la réaction de l’autre et comme il prendrait la réaction de l’autre, et ainsi de suite. Toujours aux aguets, à l’affut des raffuts, c’est, de loin, ce qui faisait sa force avec sa volonté de fer. Il n’était pas spécialement, de nature et sa constitution physique ne lui était pas acquise dés la naissance. En bref, il n’avait pas toutes ses capacités innées qui font de Valentine ou de Leenoth quelqu’un a part sans qu’ils aient à interférer dans leur comportement. Franck, lui, a du travailler et se servir de sa ruse. Il a du chiner pour trouver les sorts qui lui ont permis d’acquérir cette maîtrise en duel. Il a du encourir nombreux déboires pour pouvoir porter correctement son sang-pur et être digne de son rang. Il a du se servir de la magie et de la musculation pour rattraper son faciès quelconque et son corps peu développé, pour enfin être au niveau qu’il voulait atteindre : Celui d’un homme puissant, respecté et craint. Par contre peu de gens irait jusqu’à dire qu’il était respectable. M’enfin c’est-ce genre de subtilité qui ont amené les hypocrites de naguère au pouvoir, aussi porté sur le sang que la société actuelle mais qui vivait de l’hypocrisie pour la diplomatie et les voix qu’ils s’assuraient.

Une escouade passa au loin et les membres qui la constituaient le remarquèrent et le saluèrent de la main. Il y répondit nonchalamment, levant la bras en l’air pour qu’il le remarque sans pour autant l’agiter frénétiquement comme un adolescent et son mouchoir. Rien de spécial, personne ici apparemment, mais valait mieux s’en assurer. Il continua tout droit, le regard vague, soulevant vaguement ici et là quelque buissons et herbes folles et grasse de la steppe verdoyante, mais pas du plus beau vert, le vert genre terne, espoir déchu qui se fait peu à peu oublier, symbole ésotérique d’une résistance en pleine déliquescence. Vingt minutes s’écoulèrent bien, mais ça ne semblait être que quelques secondes pour lui, il marchait et c’était bien tout. L‘ennui commençait à le gagner et la solitude du guerrier après le combat l‘accompagnait irrémédiablement, comme à chaque fois. Vie de chien


Désolé du retard ça n'arrivera plus.
Revenir en haut Aller en bas

Une suite amère [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Monde Magique
-