POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Monsieur le Directeur. ( L-Brom N-Asinof )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 10/04/2011
Parchemins postés : 672



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Nikolaï Asinof


MessageSujet: Monsieur le Directeur. ( L-Brom N-Asinof ) Sam 18 Juin - 18:34

La nuit avait commencé à dévorer l'ambiance Poudlarienne, seul quelques torches éclairaient les différents couloirs, bien après le repas dans la grande salle, plus personnes ne déambulait dans les couloirs, en théorie.
C'était précisément une théorie admettant une exception, celui qui devait les surveiller n'avait pas d'autre choix que de s'y trouver, cette même exception qui confirmait la règle.

Loin de l'ennui que ce travail pourrait représenter, il y avait fort à faire, ce n'était pas comme si Poudlard était un gigantesque château, ce n'était pas comme si les élèves avaient tendances à se montrer désobéissants. Mine de rien, ce travail demandait nombre de qualités, la vigilance, de bons réflexes, des sens aiguisés.
Mais par les temps qui courraient, peu d'élèves se serraient risqués à une excursion nocturne, et c'était logique, un surveillant plutôt autoritaire, l'inquisition tenant d'une main de fer l'école, la moindre entorse au règlement se payait cash.
Les méthodes avaient changé, au grand plaisir de certains.

La cape noire volait dans les couloirs, sans un bruit, les pas de l'actuel surveillant étaient légers, le faible son provenant du froissement des habits de suffisait pas à le rendre détectable, tel une ombre dansante, il effectuait sa ronde, pas la dernière qui soit. Son petit tour allait être ponctué par une visite chez le professeur Brom, le motif n'était pas spécifié, peut être une occasion de régler en vitesse certains détails, ou d'en aborder d'autres … ne restait qu'à s'y rendre pour en savoir plus.

Peut être allait on parlé des règles Asinof, son code de conduite, sa manière de faire et de gérer les élèves, son futur club. Il y avait matière à débattre, à argumenter, contre-argumenter, et rester des heures à parler des conséquences diverses, mais on savait l'inquisiteur occupé, on savait le surveillant occupé également, pendant cette entrevue, les couloirs étaient vacants, mais rien ne s'y passerait sans que Nikolaï en soit alerté … ça faisait aussi partie de la méthode.

L'opportunité se présentait à celui qui brillait de par sa capacité à se sortir de toutes les situations, à en tirer profit même. Pour une fois que Brom était abordable, il fallait bien en profiter, peut être pourrait il lui parler de ses recherches sur la nécromancie, peut être le directeur de Serdaigle serait intéressé, probable que si ce cas venait à se présenter, les deux en tireraient sans doute quelque chose d'intéressant, l'un une avancée, l'autre une curiosité satisfaite ? Peu importait au français, tant qu'il avançait …
Le temps passé à la bibliothèque ne suffirait pas, pas suffisamment, ce temps ne serait pas plus profitable qu'en compagnie d'un célèbre mage noir, qui d'après les quelques ragots dont le français avait ouï dire, aurait collaboré dans le passé avec des nécromants.
Du pain béni, il y avait matière à apprendre, même de simples comportements, attitudes, références ou formulations pourraient aider ne serait ce qu'à la compréhension de l'art occulte de la manipulation du mort.
Et comme toutes les chances avant celle ci, Nikolaï Asinof ne la laisserait pas s'échapper.

L'heure approchait sans doute, pour cause, d'après son expérience, il savait qu'il aurait 2 minutes d'avance sur l'heure prévu lorsqu'il arriverait à la tour du directeur.
Ne restait qu'à choisir la tactique à aborder, l'ordre des sujets seraient importants …
D'abords le motif de sa visite, puis l'altercation entre deux élèves de sa maison, puis si le temps lui permettrait, les questions relatives à ses recherches …

*L'ordre me parait cohérent, c'est l'heure cher ami, pénétrons dans l'antre de l'expert en magie noire, puis je y trouver quelque chose d'intéressant.*

D'un pas calme, le jeune homme aux yeux serpentine avança dans le bureau du grand inquisiteur de Poudlard, l'entrevue commençait, cérémonie oblige, s'inclinant respectueusement, le français, dans un anglais non dénué d'accent s'exprima.

« Bonjour professeur Brom, vous m'aviez convoqué, me voici. »

Une voix sifflante et envoutante, rien ne changeait de l'ordinaire, toujours cette expression claire et limpide, même dans une langue qu'il ne maitrisait pas aussi bien que les natifs, Asinof se débrouillait.


Le vieil homme aux yeux bleus clairs releva la tête, il était penché sur divers papiers … encore une étude, ou des copies, ou de la paperasse, se poste devait demander une haute résistance aux tortures de l'administration, en plus d'avoir des cours à gérer … on pouvait se demander comment un seul homme, si compétent soit il, pouvait gérer autant de choses à la fois. D'autant qu'être d'ordinaire, directeur d'une maison suffisait à être habitué à une grosse dose de travail, le poste de directeur en témoignait d'un tout autre. Les joies des nombreuses responsabilités, la reconnaissance devait être au rendez-vous, mais à quel prix.
Se tuer ainsi à la tâche … il fallait vraiment aimer ça.
On aurait pu faire une analogie avec le travail de surveillant, la bibliothèque, les couloirs, le parc de temps en temps, en plus du club, il fallait être partout et nul part à la fois. Mai c'était une autre affaire, l'un avait de l'administration plus théorique, l'autre avait de l'action et de la présence, après réflexion, Nikolaï en déduisit que c'était simplement une affaire de passion, tant que l'on aime ce que l'on fait, le temps ne compte pas, et il le savait.
Perdre deux heures pour traduire une page … il en fallait de la passion, de même que ces recherches ou son travail au département mystère l'intéressaient, son temps lui importait peu … ce qui importait, c'était les résultats. Un rendement suffisant, de la compétence, et du savoir, rien de plus.


Enfin, c'était l'heure de la convocation …
Le sorcier n'était pas en retard, ni en avance d'ailleurs, il arrive précisément à l'heure convenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2009
Parchemins postés : 5644



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA6 - Guerrier Exceptionnel
Ma résistance magique est de: 15PV
Léon Brom


MessageSujet: Re: Monsieur le Directeur. ( L-Brom N-Asinof ) Lun 20 Juin - 14:03

Léon terminait la préparation d'un recueil de Formules violentes afin qu'il sache quoi éviter d'utiliser dans sa salle de cours, il fallait, quand on était Professeur, savoir faire le tri entre ce qui devait être dit et ce que l'on devaire taire. Jadis un grand penseur dit que le plus important était plus souvent les sujets tus que ceux abordés, Brom était de ces gens qui pensait à celà, l'homme est au secret ce que la bbibliothèque est aux livres, il en dévoilera certains à ceux qui parlent avec lui, mais ils n'en sauront jamais la totalité.

Nikolai Asinoff entra dans son bureau, comme celà était prévu, il perçu, par la Légilmancie, que le jeune homme était légèrement tendu, excité presque. En tout cas il semblait relativement content d'être convoqué face au vieux magicien, tant mieux d'un côté, il entendra d'autant plus facilement ce que l'Inquisiteur avait à lui dire.


En effet, je vous ai convoqué.

Le silence retomba alors que Brom écrit de nouveau quelques lignes. Il ne s'était pas levé, il n'avait pas accueilli son visiteur, il terminait d'écrire avec une lenteur considée par l'effort de mémorisation, il y avait déjà près de 65 formule magiques sordides sur le papier.

Terminant sa liste de son écriture fine, presque callygraphiée, le vieil homme posa sa plume, roula le parchemin, et le rangea dans un tirroir sans même sembler se soucier qu'il n'était plus seul danss la pièce.

L'Inquisiteur releva ses manches, laissant entrevoire une partie de la Marque sur son bras gauche, puis il leva enfin les yeux vers Asinoff, la froideur qui s'en dégageait rivalisait avec le silence tendu qui était tombé peu après l'entrée du Surveillant.


Parlons franchement et parlons bien. Je ne suis en rien ravis de votre présence dans mon école. Un surveillant de plus ou de moins ne sert strictement à rien dans un lieu tel que celui ci. Cependant je ne peux rester sourd à l'entièreté des exigences du Ministère, de deux maux j'ai dû choisir le moindre, d'où votre autorisation de résidence à Poudlard.

Le vieux Mage Noir s'arrêta de nouveau, il voulait que chacun de ses mots se gravent à jamais dans la mémoire de son interlocuteur :

Vous êtes ici pour surveiller, alors je vous prierais de concevoir ce rôle comme l'équivalent de celui de préfet jadis. Vous faites vos rondes, vous faites respecter le règlement, vous veillez à ce que personne ne se tue en salle de Duel, à la rigueur vous arbitrez les matchs pour que tout se déroule parfaitement...

Mais si jamais je vous reprends à donner des COURS de Duel, ça va fortement me déplaire. Très fortement même.

Entendons nous bien, je n'en ai strictement rien à faire de vos compétence Monsieur Asinoff, vous pouvez peut être en savoir sur le duel, tant mieu pour vous, mais vous n'êtes pas en droit de faire partager vos connaissances dans ce château. Seul les professeurs le peuve et vous n'en êtes pas un. Et celà vaut également pour des cours particulier ou autre, si on vous demande conseil indiquez le professeur à qui poser la question.

Avant même que fleurisse dans votre esprit l'envie de me demander un poste sachez qu'il serait refusé. Quelqu'un qui ne sait pas rester à la place qui est la sienne n'enseignera pas tant que je serai à la tête de cette école.


Brom s'arrêta à nouveau il se releva sur ses coudes pour se pencher en avant et il reprit :

Mon seuil de tolérance à votre égard est au rouge, vous n'avez désormais plus le droit d'offrir ou d'ôter des points de maisons, si vous prenez quelqu'un en flagrant déli, vous l'amènerez à son directeur de Maison qui se chargera lui même de la punition. Je vous décharge de tout droit punitif jusqu'à nouvel ordre.

Léon se radossa au prestigieux fauteuil du Directeur de Poudlard et il reprit d'un ton plus chaleureux, bien qu'on ne puisse pas dire qu'il soit en toute franchise amical.

Je vais prendre vos écarts pour ce qu'ils sont, des erreurs aussi bêtes qu'agaçantes, donc je ne vous virerez pas aujourd'hui. J'attends de vous que vous vous repreniez en main et que vous retrouviez la place qui est la vôtre.

Brom se tut de nouveau puis il dit :

Bien, maintenant que ce qui devait être dit est dit, je vais considérer que vous avez compris, assimilé ce que je vous ai dit et que vous allez appliquer les corrections d'usage.

Si vous vouliez vous entretenir avec moi sur d'autres sujets, je suis à votre écoute.

____________________________________





 



Multi-compte : Lord Voldemort,  Pr Naesala Gamp, Gauthier Paravell
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 10/04/2011
Parchemins postés : 672



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Nikolaï Asinof


MessageSujet: Re: Monsieur le Directeur. ( L-Brom N-Asinof ) Lun 20 Juin - 18:38

Pour une surprise, c'était une surprise, il avait frôlé le renvoi sans même s'en rendre compte, c'était bien là un des principaux problèmes du sociopathe, la conscience de l'autorité et de son pouvoir.
Il n'avait jamais été très considéré par celle ci.
Le directeur termina l'explication, par ses paroles :

« Je vais prendre vos écarts pour ce qu'ils sont, des erreurs aussi bêtes qu'agaçantes, donc je ne vous virerez pas aujourd'hui. J'attends de vous que vous vous repreniez en main et que vous retrouviez la place qui est la vôtre. »

Le français tenait à répondre :

« Bien Mr, ça ne se reproduira plus, il n'y aura nullement besoin de me le répéter … »

Même si intérieurement, il en pensant autrement …

*Au moins, il n'a pas sa langue dans sa poche … s'il considère que le petit coup de boost pour remonter le moral de Serpens était un cours, les profs ont du soucis à se faire ! Et jamais, au grand jamais, je ne voudrais enseigner ici, rester le cul sur une chaise à parler, au lieu d'expérimenter me déplairait fortement.
Et bien j'ai plus de droit maintenant … il va falloir jouer sans aide, comme d'habitude. Et puis l'erreur de jeunesse n'est pas une excuse, maintenant c'est plus intéressant comme jeu.*


L'état de résignation dans lequel ne se trouvait pas Asinof aurait de quoi choquer, en effet, il trouvait ça plus intéressant, maintenant qu'on lui enlevait des droits, il était en mesure d'être plus libre à son sens, et c'était le cas. Moins de chose à penser, il aurait moins de responsabilités et cela ne le dérangeait pas plus que ça.


« Bien, maintenant que ce qui devait être dit est dit, je vais considérer que vous avez compris, assimilé ce que je vous ai dit et que vous allez appliquer les corrections d'usage.

Si vous vouliez vous entretenir avec moi sur d'autres sujets, je suis à votre écoute. »


En effet, y avait pas mal de choses dont il fallait qu'ils parlent …

« Fort bien Professeur, c'est aussi une des raisons que je suis devant vous. J'ai surpris il y a peu, deux élèves de votre maison en train de s'affronter dans un couloir du 6ème étage, John Adams et Maleficus Serpens. »

Il s'éclaircit légèrement la voix avant de reprendre.

« Il y a des témoins dont Victoria Swan qui a séparé les deux forbans, plus de peur que de mal cela va sans dire, je les ai surpris après ma brève intervention pour présenter les activités extra-scolaires. »

Se tenant droit devant le vieil homme, il ne bronchait pas, par respect, mais également peut être par soucis de son intégrité.

« Je n'ai pas sévi, j'attendais de vous voir pour vous en parler, en tant que directeur de la maison Serdaigle, il me semblait logique cela soyez vous qui preniez les décisions. »

Comme une pointe d'orgueil dans sa phrase, il aurait presque insisté sur le fait qu'il avait compris les ordres avant même de les avoir reçus, paradoxal et illogique, mais tellement amusant.
En effet, il s'était contenté de disperser les deux et de les prévenir qu'il en ferait part au professeur devant lui, chose qu'il avait désormais fait.

Restait à aborder un autre point … les études que le français réalisait. Le sujet était délicat après l'engueulade qu'il venait de recevoir, et lancer le sujet comme un cheveux sur la soupe n'était pas signe de délicatesse et de finesse d'esprit, il lui fallait introduire son propos, trouver une parade, une porte de sortie comme ça, au cas ou.

Il s'était un peu renseigner sur Brom, et il n'avait pas été déçu, le nombre de personnes que l'inquisiteur avait fréquenté pendant sa période de quasi réclusion laissait à penser, qu'au moins un ou deux spécialistes de la nécromancie auraient pu s'y trouver.
L'intérêt sans bornes pour ce domaine, la façon avec laquelle il était obnubilé par ça, laissait à pressentir, que si jamais on lui donnait ne serait ce qu'un indice, une petite piste, il en ferait une merveille.

Une fois le sujet des deux élèves clos, le jeune homme, fixant son interlocuteur avec un regard perçant, se jeta, peut être à tord.

« Il y a autre chose, un sujet dirons nous plus personnel, que j'aimerais abordé avec vous Professeur Brom. »

Il cligna des yeux, calmant sa respiration, il n'avait plus rien à espérer de plus que l'autre puisse compatir, ou au moins essayer de comprendre sa requête. L'espoir d'une avancée, l'espoir d'un signe positif … au moins une fois.

« Vous êtes une référence lorsqu'on parle de magie noire, mais je me demandais si vous aviez une spécialité particulière. En effet, la magie noire est extrêmement diverse, et on peut la décomposer en plusieurs domaines, justement je m'intéresse particulièrement à l'un d'eux. »

La pause dans son explication devait avoir pour effet d'augmenter la curiosité de son interlocuteur, d'ordinaire, il se serait permis d'attendre que l'autre lui demande de quoi il s'agissait, mais Léon Brom n'était pas un homme ordinaire, la langue-de-plomb en attendait beaucoup, de cet homme comme de lui même, il lui faudrait donc rester habile dans son expression, surveiller chaque mot pour ne pas paraître trop ingrat.

« Mr Menroth est sans doute au courant, mais à part lui, je ne vois pas qui le saurait. Depuis quelques temps, je m'intéresse de près, de très près à la nécromancie, professeur ... »

Cette pause là n'était pas prévue, on tombait dans la pure improvisation, en général c'était là que l'art oratoire se réveillait, et permettait de relever le niveau.

« Je me suis penché sur cette discipline suite à la découverte d'un grimoire étrange, j'ai commencé d'essayer de le traduire, mais je n'avance guère, vous comprenez que mon manque de formation à la discipline en question y est pour quelque chose. C'est pour ça que j'aimerais vous demandé, à titre privé et personnel, si vous pouviez m'enseigner les bases et les rudiments de cet art. »

Bon maintenant, c'était fait, ne restait plus qu'à attendre la réponse, il avait joué sa dernière carte, enfin pas la toute dernière, mais l'argument Léon Brom n'allait plus pouvoir figurer dans la liste des possibilités d'apprentissage, sa réponse serait déterminante.
Le peu qu'il connaissait de la magie noire de nécromancie n'était que des ouï dire, rien de bien pratique, ce qu'était un Inferi ou ce genre de chose …
Le jeune Asinof voulait de la pratique, du concret, même si cela passait par de la théorie, qui, il le présumait, ne l'ennuierait pas.
Mais le tout dépendait de la réponse du pro en la matière, si celui ci refusait, il chercherait par lui même comment obtenir des résultats, ce n'était pas l'envie qui lui manquait.

Continuant de fixer l'homme en face de lui, celui qui pourrait le rendre plus puissant, il espérait.
Il y avait longtemps qu'il n'avait pas autant espéré, même l'accession à son poste au ministère ne lui avait pas provoqué ça, c'était dire.
Sa respiration avait nettement accéléré, un état presque de stress, le pouvoir se trouvait là, tout près, il le touchait du bout des doigts, il ne tenait qu'à l'inquisiteur de lui prendre la main pour l'amener à une maitrise de ça.

*Le pouvoir … si proche, il me le faut, acceptez Léon Brom … rendez moi ce service, donnez moi les bases, même les plus ridicules. Laissez moi collaborer, je vous promets des réussites, j'en ai toujours eu … la motivation est là, et je sais que vous pouvez la sentir.*

C'était presque un aveu de faiblesse, mais il avait envie d'apprendre, de se spécialiser dans cet art, il y voyait le progrès, peut être allait il découvrir de nouvelles choses, l'appui d'un spécialiste l'aiderait, l'envie de faire équipe avec un si puissant personnage, une référence, celui qui, déjà, était mentionné dans les livres d'histoires.
L'esprit du sociopathe tournait à plein régime, de nombreuses pensées, idées se chevauchaient, s'entremêlaient, seul un habitué de sa pensée quasi-psychotique pouvait y comprendre quelque chose. Mais le français s'imaginait déjà, en train de pratiquer sous le regard, ou avec la participation du directeur de Serdaigle, son premier inferi, un premier sort … puis un autre, il se voyait déjà sentir en lui la puissance de la manipulation de la mort …

Mais il revint à la réalité, ses yeux verts toujours fixes, sa pensée désormais tournée vers la seule et unique opportunité concrète qui s'offrait à lui.
Tout ne dépendait que d'un homme …

Léon Brom, mangemort, mage noir de renom, inquisiteur de Poudlard, professeur de magie noire, directeur de Serdaigle …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2009
Parchemins postés : 5644



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA6 - Guerrier Exceptionnel
Ma résistance magique est de: 15PV
Léon Brom


MessageSujet: Re: Monsieur le Directeur. ( L-Brom N-Asinof ) Mar 21 Juin - 11:34

Je les convoquerai pour en discuter avec eux.

C'était tout ce que Brom dirait d'un incident impliquant ses propres élèves, il n'était pas du genre à étaler ses intentions, il saurait quoi faire en temps voulu.

Rangeant cette information dans un coin de son esprit en attendant, il écoutait son interlocuteur tourner de façon alarmante autour du pot, comme tout bon français. Il finit cependant par lâcher le morceau, il était intéressé par la Nécromancie, art occulte de la manipulation des morts, des esprits et des âmes.

Brom en savait beaucoup dans ce domaine, ainsi il ne fut pas étonné de voir Asinoff tenter de devenir son apprenti.

Le vieux Mage réprima un rire, il n'avait jamais eut autant de succès pour devenir prof particulier depuis qu'il donnait ouvertement des cours à des débutants. Ces cours étaient d'ailleur de fade niaiseries par rapport à la complexité de la Magie Noire, mais il ne pouvait pas faire d'enfant des Mages Noirs sans passer par la simplicité
.

Léon posa son regard azur dans les yeux de Nikolaï, on pouvait y lire l'amusement si on connaissait vraiment Brom, mais sinon, c'était l'habituel absence démotion apparante.

J'ai déjà un disciple Asinoff, je n'en prendrai certainement pas un second.

C'était dit, il n'enseignerait pas directement au français les arts occultes, il avait tout simplement déjà fait son choix sur à qui irait ses connaissances les plus sombres.

Cependant votre livre m'intrigue quelque peu. J'aimerais savoir où vous l'avez trouvé et si vous étiez disposé à me le montrer. Il est très rare que les grimmoires de magies noires soient dans une langue que je ne parle pas.

La curiosité, vile vice de la connaissance et de la sagesse, le vieux mage ne saurait laisser passer une chance de lire un ouvrage qu'il ne possédait peut être pas, bien que sa bibliothèque étaient plutôt fournie, on ne sait jamais. Il serait bien sot de ne pas vérifier si il connaissait l'ouvrage ou non.

Le vieux Professeur attendrait donc de voir Asinoff répondre à sa question, au vue de la dégaine du jeune surveillant, ce n'était pas le genre d'homme à laisser trainer ses recherches, il devait avoir le livre sur lui, soit après lavoir miniaturisé, soit parce que le grimmoire était suffisament petit pour tenir dans un poche. Quoi il en soit, il serait déçu si le livre ne se trouvait pas dans cette pièce, à cet instant.

De plus, il y avait fort à parier qu'il l'aurait prit pour une entrevue où il comptait demander l'appui de quelqu'un de plus savant que lui, pour commencer à apprendre, chose qui, vraissemblablement n'arriverait pas.

Mais il y a bien des façon d'apprendre la magie noire, et Brom ne doutait pas qu'Asinoff apprendrait de toute façon.



____________________________________





 



Multi-compte : Lord Voldemort,  Pr Naesala Gamp, Gauthier Paravell
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 10/04/2011
Parchemins postés : 672



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Nikolaï Asinof


MessageSujet: Re: Monsieur le Directeur. ( L-Brom N-Asinof ) Mar 21 Juin - 17:44

L'affaire des Serdaigles ne dépendait plus de la volonté du surveillant, elle était désormais entre les mains de Brom, c'était à lui de se démerder avec ça maintenant.
Dossier clôturé, plus rien à signaler, pour l'instant.

Venait maintenant cette histoire de nécromancie.
La réponse négative du vieil homme était prévisible, mais lorsqu'on est français, c'est bien connu, on est têtu … de réputation, Asinof ne faisait pas exception, loin de là, il confirmait une partie du profil stéréotypé.

« J'ai déjà un disciple Asinof, je n'en prendrai certainement pas un second »

L'intéressé ne mit pas longtemps à répondre.

« Je ne vous demande pas de me prendre en disciple professeur Brom, juste de m'enseigner quelques bases, je n'ai certainement pas le niveau pour prétendre à être disciple. »

La distinction était claire dans sa tête, juste une ou deux leçons basiques sur l'art en question, rien de plus. Il se démerderait par la suite pour obtenir des résultats autres par lui même.
Mais intérieurement, il éprouvait une certaine animosité pour l'inquisiteur, oeil pour oeil, dent pour dent … à chacun son Talion !

« Cependant votre livre m'intrigue quelque peu. J'aimerais savoir où vous l'avez trouvé et si vous étiez disposé à me le montrer. Il est très rare que les grimoires de magies noires soient dans une langue que je ne parle pas. »

Et c'était bien là qu'il aurait sa revanche … son opportunisme le pousserait même à se comporter en pur salopard, un refus pour un refus.
Mais ne pouvait il pas tirer partie de la confrontation, maintenant que le venin de la curiosité était répandu, il se devait de tirer profit de la situation, même si l'autre était plus ou moins son employeur, son poste au ministère lui suffirait bien assez.
Affichant ce petit sourire sadique et presque provocateur, de sa voix sifflante, il entreprit de négocier.

« Échange de bon procédé professeur Brom ... »

Tout était dit, un prêté pour un rendu.

« Vous êtes sans doute bien plus puissant que moi, c'est indéniable, vous pouvez tirer profit de la situation, moi aussi, pourquoi ne pas s'arranger. Je suis conscient que je risque mon poste, et peut être plus, mais on a rien … sans rien. »

Le sociopathe avait pris son temps pour prononcer les deux derniers mots. Celui ci n'avait pas une position de force, mais était en mesure de négocier, un minimum tout du moins.

« Mais il vous faut un gage que je ne mente pas … vous êtes la valeur sur de l'équation, moi pas ... »

Donc il posa sa main droite sur le fourreau de sa baguette, dégagea celle ci lentement, signe qu'il n'avait pas de mauvaises intentions.
Le mouvement lent de l'extrémité de celle ci, dessina dans les airs, avec quelques flammes rapides, un signe fort étrange … il l'avait trouvé dans le livre, la visualisation de la chose, via sa bonne mémoire visuelle, lui permettait de reproduire, dans les moindres détails un des signes qu'il avait vu.

Spoiler:
 


La finition et le détail du dessin témoignait largement du fait que celui ci ne venait pas de la folle imagination du surveillant.
Les flammes continuaient de former l'image quelque peu bancale, mais le motif était clair.
D'un geste de la main, celui qui en était l'auteur les effaça, si le mage noir voulait en savoir plus, il lui faudrait dealer avec le proprio du livre.

« Maintenant que vous avez un soupçon de preuve, nous voilà quitte. Il est sans doute mal vu d'en venir à un arrangement comme celui ci, mais je n'ai pas le choix, s'il faut passer par là, c'est ma seule réelle chance d'en apprendre plus, et concrètement, vous le savez sans doute si vous avez lu mon dossier, je ne laisse jamais filer une opportunité aussi grosse que celle là. »

Être franc était une habitude chez lui, même avec ses supérieurs, il ne s'était jamais caché, il y avait une limite en le respect et la franchise, lui ne la connaissait pas très bien, de plus la conversation était d'ordre privé.
Là, cerner Nikolaï était envisageable, peu d'hommes pouvaient se vanter d'avoir eu à faire avec le vrai, son habitude d'utiliser des procédés de manipulation lui suffisait souvent. Seul Menroth et Brom avaient vu le vrai d'Asinof … et la réalité dépassait souvent l'imagination.

Comme tout contrat, il demandait à être précisé …

« Voici mon offre, si je suis en mesure de la faire : Vous m'enseignez les bases, et vous gagnez une copie conforme du livre, schéma compris, avec la traduction, en plus de toutes les circonstances de la découverte de cet ouvrage. »

On avait beau connaître les français pour leurs manières d'arriver par un chemin détourné, de ne pas être direct et toujours dans la nuance, loin de ce qu'était Asinof, il préférait jouer carte sur table … on joue avec ce qu'on a, pas avec ce qu'on est, même si le facteur n'est sans doute pas négligeable.
Le savoir était plus ou moins concret, même si les récits pouvaient fabuler sur les réelles compétences de Brom, le seul fait qu'il puisse posséder la marque, témoignait qu'il y avait au moins une part de vrai.

La langue-de-plomb jouait avec sa vie, comme il avait l'habitude de le faire, osant un peu toutes les techniques, du moment qu'il arrivait à quelque chose, il ajouta avant d'attendre la réponse de l'inquisiteur.

« Si nous sommes dans un climat de régime actuel, c'est que certains ont profité de nombreuses opportunités, jouant finement pour les avoir ou non. Loin de moi l'idée de me comparer à lui, mais si le Lord a osé se soulever pour faire valoir sa légitimité, c'est que l'opportunité s'est présentée, et qu'il l'a saisi …
Je fais de même, bien que l'ampleur des choses soit différente. Je risque pas mal, mais le jeu en vaut la chandelle, si vous jugez que je ne vaux pas la peine, libre à vous de vous débarrasser de moi, au moins j'aurais tenté. »


Continuant de fixer son interlocuteur, il rangea la baguette qu'il avait gardé en main, maintenant, il avait réellement abattu la carte 'Léon Brom', peut être s'était il contenté de jouer trop simplement, en attendant, il assumerait l'échec.

Intérieurement, il se foutait de la réponse du mangemort, il avait posé sa stratégie, plutôt subtile, même si requérant une grande habilité à résister à la pression et un culot monstre. Si la réponse était négative, il n'avancerait pas, si elle était positive, il aurait tout gagné …
Tout reposait sur l'honneur, et la valeur des deux, et dans les conditions actuelles, le contrat n'était qu'un prétexte à l'engagement des deux hommes, un repos sur le code d'honneur, et la parole d'un sorcier, rien qui ne se prend à la légère.

Les termes et motifs du contrat étaient posé, ne restait qu'à attendre la réponse de la seconde partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2009
Parchemins postés : 5644



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA6 - Guerrier Exceptionnel
Ma résistance magique est de: 15PV
Léon Brom


MessageSujet: Re: Monsieur le Directeur. ( L-Brom N-Asinof ) Mer 22 Juin - 11:23

Léon écouta, regarda le signe et écouta de nouveau. Son visage, impassible, ne laissait en rien transparaître le fond de sa pensée...

Lorsque le français lui fit son "offre", Brom ne put réprimer un éclat de rire, sans amusement, c'était moquerie, ni plus ni moins. Il avait déjà vu ce signe, il intervenait dans une des dix manière de faire d'un cadvare un Inferi, c'était la méthode du lien, le signe était apposé sur le corps et sur un parchemin en possession du sorcier l'ensorcelant. Le rituel contenait beaucoup d'étapes dont les formules n'étaient pas inconnue au Mage Noir.

Plus le lien magique créé était puissant, plus l'inferi serait dangereux car le Sorcier transférait sa volonter et sa vigueur par la magie. Celà permettait un contrôle absolu sur son inferi, mais ça en limitait drastiquement le nombre. Impossible de lever une armé avec une parreil méthode, il y avait des choses qui liait l'Alchimie à la Magie Ritualisée qui était, aux yeux du Mangemort, bien plus efficace.

Cependant le rire du vieil homme s'étouffa dans sa gorge quand il entendit Asinoff se comparer au Maître. Comment osait-il, comment pouvait-il ne fut-ce que penser que les méthode du Maître soient comparables à celle d'un pauvre humain...

Brom se leva de sa chaise tout en dégainant sa baguette, la colère brouillait sa vue, sa main gauche, celle de la Marque, tremblait d'exitation alors que le Mangemort préparait mentalement son prochain geste.

Il fallait une volonter de fer pour tuer un être humain, il ne fallait ni faillir, ni hésiter sinon le sort pouvvait échouer, même à bout touchant.

Une lueure verte éclairait déjà la pointe de l'ustensile magique alors que peu à peu la Sagesse prenait la place de la colère dans l'esprit de l'Inquisiteur. Il pesait le pour du contre du contre, tuer un connard arrogant n'apportait rien, tuer un homme faible non plus, les faibles on ne les tue pas, on les utilise.

Brom pouvait tuer sans craindre ne fut-ce qu'une attention du Ministère, même si il en tuait un des membres. Ca le titillait, mais aujoud'hui, il n'avait pas envie de toute la paprasse qui suivrait ce geste dans son bureau, ainsi, il ne tuerait point.

Ce fut la pure fénéantise qui sauva la vie de Nikolaï Asinoff, ni plus, ni moins. Après avoir jadis été un Champion de Duel de Sorcellerie, on ne pouvait pas dire que Brom craignait le combat où y était malhabile, on pouvait encore trouver l'exemple quand il tua de sa main Versus Dolcadis, un hors-la-loi demi fantôme, dans le château de Urquhart.


Vous devriez noter la différence entre audace et folie Asinoff. Je n'oublierai jamais les paroles que vous venez de prononcer et si il y a la moindre preuve que vous avez encore manqué de respect au Seigneur des Ténèbres ou si vous cherchez encore à me manipuler, je vous tuerai. Ce n'est pas menace mais promesse que je vous fais là.

Si vous avez cru obtenir de moi une partie de mon savoir pour un simple livre vous avez fait une énorme erreur d'appréciation sur la personne. Des livres sur la magie noire, j'en connais et j'en possède des milliers, il n'y a rien dans les pages de votre ouvrage que je ne connaisse déjà.

Alors vous allez foutre le camps de mon bureau, et que je ne vous reprenne pas à faire la moindre incartade à votre devoir et à votre place, sinon vous perdrez bien plus que votre emploi quand je me chargerai personnellement de vous.


Brom pointa la porte de sa baguette magique et l'ouvrit si violemment qu'elle s'en brisa. Il s'en fichait, il la réparerait d'un simple sort quand l'autre serait parti.

____________________________________





 



Multi-compte : Lord Voldemort,  Pr Naesala Gamp, Gauthier Paravell
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 10/04/2011
Parchemins postés : 672



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Nikolaï Asinof


MessageSujet: Re: Monsieur le Directeur. ( L-Brom N-Asinof ) Mer 22 Juin - 17:45

La réponse était clair, un rire … Asinof devrait se démerder seul pour apprendre.
Ce n'était pas plus mal, il avait l'opportunité de prouver que même lui, seul, sans aide, arriverait à de grandes choses.

*Bon … bah on est au même point qu'avant …*

Le petit speech sur l'opportunisme avait l'air de fonctionné, mettant Brom dans une colère monstre.
Il avait beau préciser qu'il n'avait pas la prétention de se comparer au Lord, il savait pertinemment que le mangemort en face de lui ne saisirait pas la nuance.

Sortant de son état de calme, il avait énervé l'inquisiteur, pire, il se l'était mis à dos, bien que sa présence le témoignait déjà.
L'étincelle verte n'était pas loin, mais le français ne sourcillait point, jamais il ne le ferait, pas comme ça, sans honneur, sans combat.
Et puis, ça ternirait une si belle réputation, tuer comme ça à l'improviste, ce n'était jamais bon signe … en plus un homme du ministère, la protection du poste avait bel et bien fonctionné, même si désormais, il faudrait prouver qu'on en est digne.

C'était ce qu'avait prévu Nikolaï, sa parade l'avait sauvé, maintenant, tout dépendrait de ce que les deux se diraient … Brom et Menroth. Il risquait son être, son poste, son existence, pour plus de pouvoir, sa technique n'avait pas fonctionné, tant pis, il faudrait en subir les conséquences.

On culot le tuerait, peut être même plus … mais étrangement, le sociopathe ne le craignait pas. Comme si son être n'avait plus de considération à ses yeux, comme s'il avait suffisamment vécu, blasé de la vie, ne cherchant que du défis, un chalenge, une raison de vivre.
C'était sans doute ça, se chercher une raison.

« Vous devriez noter la différence entre audace et folie Asinof. Je n'oublierai jamais les paroles que vous venez de prononcer et si il y a la moindre preuve que vous avez encore manqué de respect au Seigneur des Ténèbres ou si vous cherchez encore à me manipuler, je vous tuerai. Ce n'est pas menace mais promesse que je vous fais là.
Si vous avez cru obtenir de moi une partie de mon savoir pour un simple livre vous avez fait une énorme erreur d'appréciation sur la personne. Des livres sur la magie noire, j'en connais et j'en possède des milliers, il n'y a rien dans les pages de votre ouvrage que je ne connaisse déjà.
Alors vous allez foutre le camps de mon bureau, et que je ne vous reprenne pas à faire la moindre incartade à votre devoir et à votre place, sinon vous perdrez bien plus que votre emploi quand je me chargerai personnellement de vous. »


Bel et bien un échec cette entrevue …

Le mage noir s'avançait sur la contenance du livre, il ne la connaissait pas, impudent …
Maintenant le jeu se compliquait, une vie plus qu'un poste, le frisson augmentait, le goût du jeu, la pulsion de celui ci serait satisfaite prochainement, il en avait vécu de la merde le pauvre Asinof, mais il la méritait sur ce coup là, il la cherchait même.
Il n'a jamais eu un tempérament à faire des remous, préférant rester dans l'ombre, seul, sans contacts, depuis son activité en terre britannique, il enchainait les évènements assez rapidement, étant plus ou moins le coeur et la cause de ceux ci. Un ennemis de plus, l'étreinte du jeu se resserrait sur lui.

La porte ouverte par le directeur fut complètement détruite, signe d'un grand énervement … on pouvait dire que là où il passait, le français semait à sa guise colère et indignation, doute ou émerveillement.
Jugson avait aussi été victime de ses manipulations d'orgueils, et Léon Brom s'affichait désormais à son tableau de chasse, un de plus.
Mais un homme, un, ne s'y trouverait pas … jamais: Larsen Menroth, le mangemort à la cape.

Nikolaï lui devait tout, même sa survie actuelle sans aucun doutes, presque comme un protégé. Et il le payerait, peu importe comment, il avait tenté … ses putains de couilles de français comme le disait si bien son patron.
Tout se paye, même la moindre petite insulte, même le plus petit des écarts … et la langue-de-plomb n° 951 allait en faire les frais.

Cette folie, elle le conduisait là où il voulait et où elle lui permettait d'aller, c'était dingue l'ampleur de ces capacités couplée avec ce petit grain qui faisait de lui une arme à double tranchant. Une arme en devenir, tout comme la buveuse de vie augmente son pouvoir en fonction des âmes prises, Asinof devenait plus fort à chaque aventures … et c'était une de ses forces, retenir les enseignements, never regret, no regrets !

Il était temps pour le jeune homme de se retirer de cette convocation riche en rebondissements, et qui allait faire parler encore une fois, mais on étoufferait l'affaire à Poudlard, les deux concernés le savaient, maintenant, l'histoire s'avérait plus complexe, une trinité :

Brom, Menroth et Asinof.

Saluant le directeur, non sans un sourire, le surveillant s'en retourna à ses occupations, à son travail, confiant, avec la sensation d'avoir accompli ce qu'il devait, il jouait entièrement solo désormais.

*Retour au point de départ, la suite sera, de tout point de vue, délectable.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Monsieur le Directeur. ( L-Brom N-Asinof )

Revenir en haut Aller en bas

Monsieur le Directeur. ( L-Brom N-Asinof )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-