POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 13/07/2011
Parchemins postés : 5536



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 9PV
Lyna Sweet


MessageSujet: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé] Mar 4 Oct - 22:10

Il n'était pas plus de 10heures ce matin là, un jour ensoleillé, sans nuages, presque sans problèmes. Lyna venait juste de se lever, et pourtant, elle avait comme un sentîment de mal être. Oui, elle n'était pas satisfaite. Pas du tout. Pourquoi ? Son entretien avec Larsen de la semaine dernière ou bien sa confrontation musclée avec Eva d'il y a deux ou trois jours ? Elle semblait à la fois déterminée, avoir un but, mais également désarmée, sans soutien... prête à s'effondrer. Elle se plaça devant la glace de sa chambre du Chaudron Baveur et s'observa. Soudainement, un sourire narquois s'esquissa

Alors, où en sommes-nous ?

Haha ! Aria, tu le sais bien !

Je pense surtout que tu fais en sorte de me laisser de côté...

Non, voyons non ! Où vas-tu chercher ça ?

Ne te moque pas de moi Lyna !! Je te connais mieux que quiconque ici !

Mais... mais non ! Je... Arrête ! J'ai mal !

JAMAIS JE NE TE LAISSERAI ME METTRE DE COTE !

Mais ce n'est pas mon intention !

NE MENS PAS ! TU COMPTES LE FAIRE !

STOP ! TAIS-TOI !


Silence. Un silence tout à fait anormal. Aria n'était pas du genre à se laisser influencer ni à se faire clouer le bec par sa moitié. Elle était partie... mais où ? Pourquoi n'était-elle pas là ? Pourquoi s'était-elle éteint d'un moment à l'autre ?
Lyna ne prit pas le temps de répondre à toutes ces questions. Elle s'habilla rapidement et descendit dans la salle de restaurant. Elle se faufilla dans son coin sombre préféré et s'installa là, attendant que le serveur vienne la voir.

Elle était à la fois exténuée et pétillante. Prête à tout, elle avait envie de conquérir des espaces inconnus, cependant, sa discussion, son échange avec Larsen et l'emprise de Aria des derniers jours, l'empêchait de sourire, d'être heureuse, d'exposer le moindre sourire sincère. Elle commanda rapidement et machinalement un déjeuner basique, elle ne savait même pas ce qu'il contenait, mais s'en fichait éperdument. Soudainement :

"Miss Sweet..."

Elle releva la tête, étonnée et déconcertée :

"Oui ? A qui ais-je l'honneur ?"
"Mr.Hools. Je travaille au Ministère."
"Je le vois bien à votre tenue Mr.Hools. Que me vaut ce plaisir ?"
"Vous êtes une jeune femme bien charmante, exactement comme votre mère. Il se trouve que je suis en charge d'un dossier concernant votre grand-père, sur son testemment plus précisément."
"Comment ?"
"Je ne peux vous en parler plus en réalité. C'est confientiel jusqu'au décès de l'auteur. Vous comprendrez j'en conviens. Donc, j'aurai besoin d'une cpie conforme de votre commission du sang, qui il me semble vous avez passés il n'y a pas si longtemps, et signé par le directeur de l'Ordre Nouveau."
"Au cas où vous n'auriez pas vu, le directeur n'y est plus."
"Je le sais... enfin voyons, pour qui me prenez-vous. Je voulais dire une signature du directeur de l'ordre Nouveau si un nouveau est réalibité avant que vous n'y alliez, ou le directeur des commissions, qui est à son poste depuis hier."
"Très bien... je m'y rendrai."
"Venez à mon bureau Mercredi prochain, sans faute."
"Je n'aime pas trop que l'on exige de moi une date et une présence."
"Cette fois vous devrez vous y faire, il s'agit de votre héritage."


Il ne prit pas la peine d'attendre la réponse de la jeune femme et tourna les talons pour se rendre dans la cours arrière et pénétrer sur le chemin de Traverse, la plus grande galerie marchande magique au monde. Lyna râla pendant au moins dix minutes, le temps de manger en fait, puis se leva, monta rapidement, et s'habilla de sa plus belle façon. Après tout, on ne se rendait pas au Ministère sans être bien habillé.

Tu vas y aller hein ?

Ah ! Te revoilà ! Je m'étais inquiétée !


J'ai vu... alors ?


Oui, pourquoi pas ?


C'est louche.


Mais non.


Si il y a besoin, tu ne résistes pas hein ... ?


Non, t'en fais pas, tu auras tous les pouvoirs.


Elle prit le temps de passer elle aussi sur le chemin de traverse, regarder quelques vitrines bien garnies, et entra dans Gringott, la banque des sorciers. Elle n'y resta pas longtemps, seulement quelques gallions retirés du coffre familial lui ont suffis pour la semaine. Sans même remercier son serviteur de l'heure, elle se détourna et partit en direction du Ministère.

L'atrium comme d'habitude était rempli. Le monde affluait et s'en allait. C'était un échange d'humains entre les bureaux et l'extérieur. Il n'y avait pas de monnaie pour ces échanges, mais des vies. On troquait les quelques vies de ces salauds, contre l'unique de celle-ci.... cela ressemblait étrangement à un marché. Les exploités étaient rapidement reconnaissables, les cernes, les rides, les dossiers, les dos courbés. Les dirigeants étaient les moins visibles... pour cause ils n'y en avaient pas beaucoup. C'était les acheteurs d'esclaves qui se faufillaient pour ne pas se faire attraper par des anciens travailleurs affranchis. Lyna le traversa sans gagner attention aux donneurs de tracts. Elle prit le dernier ascenseurs presque plein et dû attendre que la cabine traverse les étages 3, 4 et 5 avant de se diriger vers le 6ème, celui de l'Ordre Nouveau. Elle était seule avec une vieille dame, visiblement effrayée.

Laisse moi...


Lyna ferma les yeux, et ses traits en furent modifiés. Elle regarda la personne âgée et se pencha :

"Vous passez votre commission ?"
"Ou...Oui."
"Avez-vous peur ?"
"Evidement ! Non d'un baguette en mousse ! OUI !"
"Alors allez-vous-en."
'Quoi ?"
"Si ils se rendent compte que vous avez peur, c'est perdu. Si vous n'avez pas le courage, le mental pour les affronter, alors disparaissez avant qu'ils ne vous trouvent."
"Ah ! Les jeunes, vous êtes bien stupides. "
"Tant que cela ?"
"Oui ! Vous n'êtes que des vauriens ! Regardez vous, débauche, décadence, stupidité constante... risible !"
"Haha ! Vous osez ?!"
"Taisez-vous garce ! Maintenant filez ! J'ai à faire !"


Elle quitta l'ascenceur qui venait de se stationner à l'étage demandé. Aria quitta la cabine à sa suite, un sourire machiavélique sur le visage. Elle se dirigea vers le couloir de droite et tomba nez-à-nez avec un commissaire du sang qui semblait dur, juste et droit envers le seigneur des Ténèbres. Aria s'approcha :

"Bonjour Monsieur. Puis-je vous parler ?"
"Bien entendu, que voulez-vous mademoiselle ?"
"Il y a une dame là-bas, qui passe sa commission..."
"Oui, c'est de moi qu'elle dépend, et donc ?"
"Je... je ne devrai pas, mais en temps que Sang-pur et adhérante des futurs serviteurs des ténèbres, je préfère vous avertir qu'elle n'est pas claire du tout. Elle parlait toute seule dans l'ascenceur, un peu bas pour que je l'entende convenablement, cependant j'ai pu distinguer : "Si ils découvrent que je suis né-moldu, je suis finie.".. Je peux me tromper, mais il serait facheux qu'une vermine passe à travers les mailles du filet n'est-ce-pas ?"
"Oh... hé bien... je... Je ne sais pas si je puis suivre votre preuve, cependant, je ferai attention, merci bien. Préserver notre sang est primordial, vous faîtes bien. Sur ce, je vous laisse, j'ai un entretien à faire passer. Au revoir Mademoiselle."
"Au revoir Monsieur."


Elle passa devant lui et une fois la personne dans son dos, un large sourire satisfait et terrible se dessina sur son visage. Elle aimait la méchanceté. Elle se fichait du statut du sang des autres, se fichait de leur avenir, elle voulait que sa vengeance soit faîte, c'était tout, et pour ça, elle était prête à tout. Résistante ? Pas réellement... elle en avait certaines caractéristiques et des opposés. Cela dépendait des moments.

Mais t'es folle ?

Complètement. Saleté de vieille.


Méchanceté à l'état brut. Elle avança encore dans le couloir jusqu'à tomber sur le bureau de la secrétaire. Elle montra sa présence et se pencha délicatement, souriante et sympathique :

"Bonjour ! Je suis Lyna Sweet, j'aurai besoin de voir Monsieur le Directeur de la commission du sang."
"Heu... Monsieur De SaintClair vous voulez dire ?"
"Oui sûrement, je n'en sais rien."
"Bien... hum, patientez s'il vous plaît."


Elle quitta son bureau et s'éloigna, certainement en direction du bureau de son supérieur. Il n'y avait à présent plus personne dans le mini-hall. Aria regarda de chaque côté, et en fixant plus attentivement le bureau, elle aperçut un bocal de verre rempli de cookies qui semblaient... succuleux. Elle ne résista pas, contourna le contoir et ouvrit le couvercle.

"Oh oh oh !"


Sans réfléchir davantage, Aria saissisa deux biscuits au nougat et aux pépites de chocolat et retourna à sa place. Elle les mangea en quelque secondes, se lècha délicatement et rapidement les doigts un peu gras et un nouveau sourire vint éclairer son visage, pile au moment où Madame la Secrétaire de Monsieur De SaintClair.

"Il va vous recevoir, venez."

Aria la suivit sans poser la moindre question, sans émettre le moindre son. Gilberte poussa une porte et laissa l'entrée à Aria qui entra doucement, d'une démarche élégante et fluide. Un sourire qui n'était pour elle pas naturel, mais qui semblait aux yeux du monde sympathique et agréable.

"Bonjour Monsieur De SaintClair, excusez-moi de vous déranger si près de Midi..."

____________________________________


Membre de l'Ordre du Phénix


L'unique Agent :geek: surveille
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé] Mer 5 Oct - 1:17

Dès le premier jour, Tryan avait droit à la dose de paperasse en tout genre, sa nouvelle affiliation le forçait à prendre conscience d'un nombre impressionnant de décrets et de lois, les procédures étant somme toute les mêmes, ça lui faisait du travail en moins, pour l'instant, car il savait que la dose létale de paperasse serait son quotidien dans peu de temps.

Son installation avait été plus que rapide, à tel point qu'il était déjà en fonction avant que les douze coups de midi eussent sonner.
Il avait passé en revue les divers dossiers de ses commissaires du sang, en s'attardant sur certains peu communs, deux avaient retenu son attention.
Celui de Elsa Rebecca Piercowsky née Stieglitz, une femme d'un certain âge déjà, qui abattait un travail non négligeable, celui pesant sur son dos courbé, l'échine avait plié sur les années, pas la volonté. Sang-pure par évidence, elle était issue d'une grande famille de sorcier, et avait contribué à la descendance de deux grandes lignées, outre ce caractère purement génétique, elle avait également contribué à l'écriture d'ouvrages virulents anti-moldus, fort bien écris … et fort justes.
L'autre dossier, était pour le moins, aussi surprenant, Laëtitia Silverleaf, jeune recrue de la commission, vingt-sept ans, ancienne secrétaire promue à la mort d'un vieux commissaire, elle était parmi les meilleurs éléments de la commission selon les sources du directeur.
Ces deux femmes en apparence différentes, se ressemblaient, non pas dans les êtres ni dans les manières, mais de par leurs efficacités respectives, au moins trois voir quatre générations les séparaient, et pourtant.

Il fut interrompu dans sa lecture par sa secrétaire, la vieille chouette, Gilberte, qui ne semblait pas plus affolée que ça, bien que sa coupe de cheveux le suggèrent, elle ne prit pas de suite la parole.
Alors le directeur de la commission du sang, presque agacé par cette visite demanda adroitement :

« Gilberte … vous n'avez rien de mieux à faire que de me déranger ?

_ Mes excuses Monsieur De SaintClair, on demande une audience avec vous de suite. »

Il la fixa avec un air presque blasé.

« Et bien il va falloir que cette tierce personne demande un autre jour, je n'ai pas le temps de recevoir.

_ Mais Monsieur …

_ Vous êtes toujours là ? Je n'ai pas de temps à perdre.

_ Mais monsieur, c'est Lyna Sweet !

_ Gilberte, que ça soit Lyna Sweet ou le cadavre putréfié de votre grand-mère, je m'en contrefous ! »

Son sarcasme avait pour but de blesser l'orgueil de sa secrétaire, de lui faire regretter sa présence ici, cependant, elle tint à s'expliquer, la bougresse ne cherchant pas à foutre la paix à son employeur.

« Vous ne pouvez pas congédier mademoiselle Sweet comme une malpropre, c'est la nièce du mangemort Menroth. »

Le silence installé fit son effet, Tryan savait pertinemment qui était Larsen Menroth, un mangemort important, directeur du département des mystères, un homme important, inutile de préciser que refuser une entrevue avec une personne de sa famille ne lui plairait guère. Outre le fait de tenir à sa vie et à son poste, il en allait d'éviter un conflit diplomatique entre deux départements, et peut être entre deux nations, car il ne fallait pas l'oublier Tryan De SaintClair était un citoyen français.

Il posa son regard vert sur sa secrétaire avant de souffler et dans un râle presque désespéré l'autoriser à faire entrer la jeune femme.

« Allez y, faites là entrer, et comme on retarde ma pause de midi, un verre de vin et quelques bouchées ne seraient pas de refus, faites les en doubles, des fois que la compagnie de cette demoiselle me plaise. »

D'un air presque choqué, air soit dit en passant presque naturel chez la vieille chouette, elle s'en retourna quérir la donzelle nouvellement autorisée à voir la personne qu'elle souhaitait rencontrer.
À peine une minute plus tard, on fit entrer l'invitée.
Une jeune femme, la vingtaine toute fraiche, une brunette à la taille fine, à l'aspect visuel délectable, tout à fait le genre de fille que Tryan appréciait, bien qu'il fut en couple, il savait reconnaître un certain charme à des prétendantes, dans le passé, elle aurait eu ses chances.
Elle s'empressa de le saluer pour débuter la conversation.

"Bonjour Monsieur De SaintClair, excusez-moi de vous déranger si près de Midi..."

Il hésita à se lever et à la saluer, à vrai dire, ça le faisait plus chier qu'autre chose, mais par pur politesse, il se leva serra la main de la demoiselle et s'exprima clairement, dans un anglais fort juste bien qu'une pointe d'accent l'eut pimenté.

« Bonjour à vous miss Sweet, ne vous en faites pas, ça me donnera un air travailleur et n'oubliez pas que vous aussi, allez sans doute repousser votre repas.
Je vous en prie prenez place. »


Il lui sourit amicalement, avec cette pointe d'ironie cinglante, son petit air rebelle, celui qui indique clairement un dégout du genre humain, plus que de la malice, on pouvait à la vue deviner que Tryan De SaintClair était une personne intelligente et qui, n'avait pas une notion commune du social.
Continuant de détailler succinctement la nièce d'un grand mangemort, il put lui reconnaître une certaine présence, non pas par son charisme, mais il voyait en elle quelque chose, une sorte de malice cachée et vicieuse, comme si, en ce bout de femme, un démon dormait.
Il souriait alors qu'une phrase qu'on lui avait compté vint traverser son esprit.

* L'enfer n'est rien face a la femme qu'on a trahi *

Sans dire pourquoi, De SaintClair trouvait que cette phrase collait bien au profil, il avait noté dans sa voix une fausse note, une teinte dissonante, comme si sous les apparences fragiles de cette jeune femme, sans doute candide et pure, selon sa pensée, se trouvait une créature des plus déplaisantes, la mauvaise surprise, et une chose était sûre, il adorait ça !

« Or donc, que me vaut la visite d'une belle demoiselle à cette heure ? »

Elle n'eut pas le temps de répondre que Gilberte apporta quelques encas, et deux verres de vin rouge, comme demandé par le patron.
Elle posa le plateau sur un coin du bureau s'éclipsant, libérée pour un temps, celui de sa pause de midi.

Les quelques bouchées qui composaient l'encas, étaient majoritairement constituées de petits trucs à grignoter, rien de bien consistant, mais qui permettait de retarder l'échéance d'une faim atroce.
Tryan prit un verre, et le porta à sa bouche, ne prenant pas le soin de trinquer avec son invitée, puis il désigna le plateau à Lyna.

« Vous pouvez vous servir miss Sweet, ce n'est pas un crime que de prendre un ou deux bouchées. »

Comme pour donner un exemple peu moral, De SaintClair prit un amuse-gueule qui finit directement dans son estomac, Lyna ne tarda pas à l'imiter.
Mais il fallut en revenir au sujet premier, bien qu'il vit que la demoiselle devant lui s'attardait beaucoup sur sa personne, il en fut flatté comme agacé, alors il relança le sujet.

« Donc, quel était l'objet de votre visite ? »

Il passa une main dans ses cheveux, et fixa Lyna Sweet, de son regard perçant, attendant une réponse précise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 13/07/2011
Parchemins postés : 5536



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 9PV
Lyna Sweet


MessageSujet: Re: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé] Mer 5 Oct - 18:24

Etait-ce une caresse ou autre chose ? Une douceur exquise, qui semblait si proche mais inaccesible. Aria venait de perdre son sourire. Elle n'était pas énervée, non. Elle n'avait plus de sourire. elle regardait, dans le vide. Elle le regardait lui. Etait-ce réellement Aria qui regardait ? Permettez-moi le bénéfice du doute. Aria n'avait jamais retiré de son coeur de pierre William, jamais elle ne l'avait oublié, alors en quoi la vision de ce type tout à fait banal pourrait changer quelque chose au présent, au futur ? Non ! C'était Elle qui agissait ! Misère ! Mais cela aurait-il voulu dire que leurs sentiments pouvaient agir sur l'autre ? Il y avait alors un moyen de contrôler l'autre sans être aux commandes ? Il y avait donc un moyen pour, que, plus jamais, Aria ne perde son corps et ses désirs de vengeance ?

Hahahaha !

Qu...Quoi ?

Rien Lyna... rien du tout.


Sa voix était délicieusement douce et sournoise. Son sourire de la même nature était revenu, tout aussi vite qu'il avait disparu. Cet homme, Tryan De SaintClair allait lui servir... énormément. Il lui fallait juste l'atteindre, mais comment ? Elle le fixait, elle ne décrochait pas son regard, faisant penser à une pseudo-fanatique. On aurait même pu la penser en fantasme sur les Français... Non, elle se fichait bien de son sex-appeal, de son charme ou autre, elle désirait seulement contrôler Lyna... et elle en était sûre, c'était lui la clé de la réussite !

"Merci merci. Mon repas n'est pas primordial, comparé à certaines choses... je suis certaine que cela est de même pour vous. Vous avez été nommé récemment ici n'est-ce pas ? Je n'ose imaginer la montagne de travail que vous devez avoir..."


Oh! oui tu en as du travail, et elle n'est pas prête de te lâcher... Non. Elle est bien décidée à venir à bout des faiblesses de sa moitié. Elle prit place comme demandé sur un siège, confortable, dans lequel elle se mit agréablement à l'aise. Elle repoussa délicatement ses cheveux, et reposa ses yeux en amande, dôtés d'une couleur noire, mystérieuse, sur son hôte. Elle restait là, sans dire mot.

Mais... Dépêche toi voyons !

Tais toi... je maîtrise totalement mon sujet.

Comment ça ?

Allez Lyna, il est mignon hein ?

N... Non ! Pas du tout ! William l'était bien plus !


Pfff, c'est du passé. Concentre toi sur le présent idiote ! regarde le...

Aria, arrête maintenant ! Il nous faut ce satané papier et c'est tout !

Non, je pense que je vais profiter de sa compagnie un petit peu plus que je n'en avais l'intention.

Aria !

Il faut savoir choisir ses priorités.

Mais...


Chut !
Aria l'interrompit pile au moment où Gilberte, la secrètaire de De SaintClair entra et posa sur le bureau un plateau rempli de mis-en-bouche. le directeur de la commission l'invita à en prendre, à se servir, elle n'hésita pas, et en prit un de suite après lui.Aria avait cette faculté de n'être jamais gênée, peu importe où elle était.

"D'une belle demoiselle ? Vous êtes bien charmeur Directeur."

Elle eut un rire, un gloussement, qui aurait pu passer inaperçut pour n'importe qui, mais pas pour Lyna. Elle réagit tout de suite, et étrangement, sans émettre un mot, Aria toussa. Pourquoi ? Comment ? Elle arriva à calmer la fureur de sa gorge et fit semblant de s'être étouffée, un sourire radieux sur le visage, tout à fait contraire à la situation.

A quoi tu joues ?!

Comment as-tu fait ?

Pour quoi ?

Abrutie ! La toux !

Je n'ai rien fait, tu as avalé de travers voilà tout !


Bien sûr... tu sembles vouloir me tromper encore Lyna... mais tu n'y parviendras pas !

Aria, je n'ai jamais eu l'intention de faire ça, arrête un peu ! Tu as torturer Eva jusqu'aux portes de la mort, t'ais-je dit quelque chose ?

Non.

Alors voilà, tout est dit. Maintenant, prends ce putain de papier et on s'en va !


Elle avait peut-être raison, peut-être qu'Aria était trop sur les nerfs, paranoïaque peut-être ? La peur de retourner dans l'ombre, alors qu'elle n'avait jamais été aussi proche de réaliser sa vengeance ! La peur de devoir se taire une nouvelle fois et d'être refoulée, comme toujours auparavant. Aria avait beau être forte, froide, méchante et cruelle, elle possédait comme tous une peur, une phobie qui pouvait la pousser à se mettre dans la pire situation possible, la plus ridicule aussi. Elle n'eut pas le temps de se poser plus de question. Son sourire avait à nouveau disparu, mais elle le reprit immédiatement en entendant la voix de Tryan :

"Hé bien, mon grand-père aurait rédigé son testament. Il se trouve que notre notaire familial a besoin d'une attestation officielle de la commission du sang pour mon cas. Je l'ai passé récemment avec Monsieur Eris Valverde, et j'ai totalement oublié de me charger de reprendre ce papier, tête en l'air que je suis... hahaha ! Enfin voilà, il me le faudrait, avec votre signature dessus. Contraignant n'est-ce pas ? J'en suis désolé, si ça ne tenait qu'à moi, je ne serait pas venu déranger... un homme si important et occupé."

Sa voix était devenue douce et mélodieuse. Si il y avait bien une chose de différent entre Lyna et Aria c'était leur charisme. La première avait perdu toute confiance en elle, et essayait de pallier à cela, peu à peu. Aria elle, n'avait jamais oublié la façon qu'elle avait, étant plus petite, de profiter de sa famille, ses amis, ou les gens importants autour d'elle. Une véritable manipulatrice endormie pendant des années.

"Dîtes-moi... je suis une grande voyageuse, disons que j'ai les moyens d'entreprendre n'importe quel périple, et je souhaitais venir en France d'ici peu... pourriez-vous m'en parler un peu plus ? Il se trouve que c'est un pays que j'admire depuis toute petite, mais jamais je n'ai pensé y aller, étrange non ? Vous voir, et voi vos origines, m'y font réléchir depuis tout à l'heure."

Voyage, voyage... voilà bien quelque chose que Lyna connaît. Cependant, je doute encore une fois de son envie à partir en France... il n'y a aucun intérêt pour Aria... et pas plus pour Lyna.

____________________________________


Membre de l'Ordre du Phénix


L'unique Agent :geek: surveille
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé] Mer 5 Oct - 22:21

Lorsqu'elle supposa sa nomination récente, il eut un sourire en coin, celui la même qui suspectait une pensée fourbe et cynique, un genre de «  Tu n'imagines pas que ce matin encore je n'étais qu'un simple envoyé. », c'était souvent ainsi avec Tryan, il savait décrypter le comportement des autres, mais le sien était complexe, il entretenait plusieurs relations très fusionnelles, sans avoir besoin de mots ni de magie pour se comprendre, il ne s'agissait pas de compétence, mais comme d'un lien invisible qui unissait les deux partis.
Aussi, il se questionna lui même quand à la conduite de sa jeune femme, et notamment sur le fait qu'elle ne le lâche pas du regard, une demoiselle charmée aurait évité son regard, à moins d'un cran certain, ou d'une manière étrange de supporter cette pression, il y avait autre chose, quoi, il ne saurait le dire si tôt, mais le comportement de l'autre clochait, un simple papier égaré n'aurait pas retenu longtemps une personne désireuse de faire vite.

Son mutisme, un round d'observation, comme un jeu, c'était ainsi que De SaintClair voyait la psychologie, une discipline de jeu et de passion, il ne lui avait pas fallu longtemps pour comprendre le fonctionnement de Lyna Sweet, le peu d'indices qu'il avait, suivis par quelques testes, confirmerait un profil déjà bien avancé, ce qu'elle ne savait pas, c'est que concrètement, il avait une bonne longueur d'avance, faire vite, analyser le plus rapidement possible pour trouver la meilleure solution, c'était le quotidien d'un chef de brigade, et par le passé, il avait siégé à ce genre de poste, une simple coïncidence n'aurait guère eu plus de succès qu'un manchot au poste d'attrapeur.
Elle fonctionnait sans gênes, pas parce qu'elle n'était qu'une gamine pourrie gâtée, mais par habitude sans doute, Tryan fonctionnait globalement pareil, il se permettait fantaisie et originalité, et on ne disait rien de par son statut, un pouilleux aurait lui été traité de marginal.

"D'une belle demoiselle ? Vous êtes bien charmeur Directeur."

Il ne retint pas un sourire, presque faux, dissonant par rapport à l'harmonie de son visage, un plaisir de réussite, elle entrait dans son jeu, la fixant dans les yeux, il lui répondit brièvement en haussant le sourcil gauche.

« Il importe à chacun de tirer parti de ses atouts, mais ça, je ne vous l'apprends pas. »

Le directeur de la commission du sang maintenait un coté officiel tout en provoquant la nièce de Menroth, elle allait directement entrer dans la danse, sans même se poser de questions.
Après analyse de ces mots, on pouvait y découvrir un joli pic, une attaque personnelle quand au statut de Lyna, un pervers aurait pensé aux atouts féminins, un politicien aurait compris qu'il faisait référence au lien de parenté de son invité, les autres, comprendront ce qu'ils voudront comprendre, avant de se définir comme pervers ou politiciens.

Après un gloussement hoquetant de son invitée, il avait réitéré sa demande première, écoutant à moitié les explications inintéressantes de la demoiselle.

"Hé bien, mon grand-père aurait rédigé son testament. Il se trouve que notre notaire familial a besoin d'une attestation officielle de la commission du sang pour mon cas. Je l'ai passé récemment avec Monsieur Eris Valverde, et j'ai totalement oublié de me charger de reprendre ce papier, tête en l'air que je suis... hahaha ! Enfin voilà, il me le faudrait, avec votre signature dessus. Contraignant n'est-ce pas ? J'en suis désolé, si ça ne tenait qu'à moi, je ne serait pas venu déranger... un homme si important et occupé."

Intérieurement, il avait soupiré de dégout, cette petite pétasse c'était payée le luxe de passer sa commission auprès d'Eris, lui en tant que Directeur de l'Ordre Nouveau, n'avait pas de corvée d'entretien, pas ou peu, et il se trouvait que les liens de parenté des Sweet jouissent en la faveur des descendants de cette branche.
Elle semblait superficielle, comme la plupart des femmes, elle jouait de son apparence, mais pour cette fille, c'était autre chose, elle se faisait passer pour quelqu'un d'autre, d'ordinaire, il se serait permis la remarque, lui envoyant droit dans la gueule ce qu'il pensait et ce qu'il savait de son jeu, mais … c'était la nièce d'un mangemort, et on ne pouvait se permettre une pareille attitude, même si Eris pouvait lui aussi, indirectement, joué dans la prise en compte de ces positions.
Le choix fut celui du sous-entendu suffisamment fin pour ne pas être pris pour une offense.

« Contraignant, pas spécialement, sauf si cela implique de repousser l'heure d'un repas. »

Il sourit tout simplement, l'air satisfait de sa petite intervention vicieuse, il dut reprendre.

« Et … me considéré comme un homme important et occupé après à peine une demi-journée de nomination est plus une flatterie qu'une vérité, quoi qu'occupé puisse être considéré comme vrai, si on se trouve en audience dans mon bureau. »

Deuxième pic vicieux, c'était la saint Lyna Sweet aujourd'hui, mais il savait qu'elle le prendrait bien, elle n'avait pas vraiment le choix si elle tenait à avoir son papier. Lui, un petit connard profiteur ? Parfaitement, et il ne s'en cachait pas, joueur et sarcastique, une vraie tête à claque mais qui peut rapidement se révéler comme un atout indéniable quand on est ami avec, c'était là une complexité de Tryan, avant d'être dans les petits papiers, il fallait savoir comment supporter le bonhomme et surtout comment garder le contact, car ne rien répondre était signe de soumission, alors que se défendre était signe de lutte donc d'hostilité, et ça, le petit gars le savait bien.
Ça combine était plus que bien huilée, mettre dans une situation de stress son interlocuteur, mais subtilement, une des joies que la psychologie avait ouverte à lui.
Il continua à progresser dans son jeu.

« Et puis, il vous aurait suffi d'envoyé un hibou pour récupérer ce papier, n'est ce pas ? Mais vous voilà, ou vous auriez pu autoriser un de vos serviteurs à venir chercher ce papier sur procuration, je ne vais pas m'attarder sur ceci, car je n'ai pas ce temps, et vous non plus, à moins que nos priorités soient différentes. »

Il esquissa une sorte de clin d'oeil mêlé à un sourire, maintenant, elle saurait qu'il n'était pas dupe, ni du genre crétin, elle saurait à quoi s'en tenir, l'absence de réponse étant sans doute la meilleure parade.
Elle attaqua sur un autre sujet complètement inutile, alors que le directeur envoyait directement un billet, qui passa par la porte, elle s'attarda sur une excuse qui parut à Tryan complètement inutile et peu crédible.

"Dîtes-moi... je suis une grande voyageuse, disons que j'ai les moyens d'entreprendre n'importe quel périple, et je souhaitais venir en France d'ici peu... pourriez-vous m'en parler un peu plus ? Il se trouve que c'est un pays que j'admire depuis toute petite, mais jamais je n'ai pensé y aller, étrange non ? Vous voir, et voir vos origines, m'y font réfléchir depuis tout à l'heure."

La réponse fut presque immédiate.

« Habile moyen de poursuivre la conversation, pas très adroit, mais ça a le mérite de fonctionner, auquel cas cela vous intéresse vraiment, vous aurez trouvé les réponses à vos question auprès de gens de votre entourage.
La France ne vous intéresse pas plus qu'un gobelin chauve, vous n'êtes absolument pas en admiration devant ce pays et encore moins devant les gens qui y vivent, est ce que cela vous suffit ? »


Un sourire, et c'est reparti.

« Bien, est ce que mon avis vous intéresse, ou on peut aller directement au sujet, soyez franche, ça vous évitera de passer pour plus stupide que vous ne l'êtes, soyez en sûre. »

Il termina son verre, le reposa sur le plateau, et recula un peu sa chaise, joignant ses mains sur son ventre et fixant Lyna, il se demandait comment elle allait sortir de cette situation.
Le vice du jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 13/07/2011
Parchemins postés : 5536



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 9PV
Lyna Sweet


MessageSujet: Re: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé] Jeu 6 Oct - 21:11

Il jouait. Il aimait jouer. Avec le feu ? Non... c'était son terrain, son bac à sable,. Il semblait dominer, du moins il le pensait. Une confiance en lui beaucoup trop important lui était ainsi accordée. Forcément, lorsque vous pensez être le meilleur, qui donc peut vous arrêter ? Si ce n'est vous-même ? Le recul. On a beau dire qu'il s'agit là d'un acte de maturité, peu d'humains sont capables d'oser se remettre en question et aller de l'avant. La plupart se reposent sur leurs acquis et d'autres, espérent que les choses se passeront bien. Tout simplement. Comportement pathétique s'il en est, c'est surtout un moyen pour Aria de se distraire, de rigoler avant d'exploser. C'est une bombe à retardement. Elle accumule, toujours plus, jusqu'à ce que le petit boulon saute et que la ville en soit submergée... de sa violence. Elle ne respecte rien, ne croit en rien, simplement en elle. si quelqu'un l'a fait c'est pour se venger, rien d'autre. Elle mène une vie du néant, elle erre jusqu'à ce que son but lui tend la main, rien de plus. Elle est paresseuse, voilà tout, Elle aime le jeu, enfin, seulement la fin. Le moment ultuime où vos adversaires sont sur le point de périr. Elle ne sourit pas, n'es pas mauvaise joueuse, mais... elle adore gagner. Gagner le droit de tuer, de casser sa victime en deux... Un être bien paradoxal cette Lyna... d'un côté la naïve, douce et crue, et de l'autre la cruelle, la méchante, la violente.

"Effectivement, je n'ai pas besoin que l'on me rappelle mes atouts Monsieur De SaintClair. Et je ne pense pas qu'il faille me rappeler comment les utiliser n'est-ce pas ?"

Elle avait retrouvé son sourire machiavélique qui lui était tout désigné. Ses atouts, ... il s'agissait ien évidement de Larsen, ses relations privé, à part certaines, n'étaient pas assez importantes pour qu'un type du genre s'y intérese... et c'était mieux ainsi. Oui, Aria, tut comme LYna, détestait que l'on se mêle de ses affaires, surtout des gens qu'elle fréquentait et ce qu'elle entreprenait avec eux... Elle le fixait toujours, ne baissait pas le egard, après tout, à quoi cela servait-il Signe de faiblesse, contrôlé ou pas, il fallait à tout prix prouver que personne ne pouvait nous marcher dessus, sinon...

Vas-t-en !

Tais-toi, il m'amuse, je l'aime bien.

C'est pas un jeu ! Si il se rend compte que...

Quoi ? Que peut-il soupçonner ? Hein ?

Aria... c'est vraiment mauvais, je le sens mal.

Non, tu refuses de dire que tu le trouves mignon voilà tout... moi j'ai pas de mal.

Oui, il est mignon mais...

Ah ! Voilà ! Donc laisse moi me rapprocher de lui... tu me remercieras plus tard.


De plus en plus, Aria arrivait à repousser Lyna, elle arrivait à l'empêcher de devenir trp influente sur son esprit. Aria avait une sorte de devoir, ele le ressentait. Elle savait qu'elle devait protéger sa moitié pour pas qu'elle se fasse piéger par la vie. Aria avait de l'exprience, bien plus que Lyna. Elle avait vécue seule dans le néant, avait pu prendre du recul Elle savait de quoi elle parlait, à quoi s'attendre, elle avait apprit à décripter l'espèce humaine sous toutes ses coutumes. Alors, ce De SaintClair pouvait-il la piéger ? Elle en doutait fortement, mais.... la confiance en soi n'est pas conseillée à ce niveau là.

"Chaque compliment à son importance. Les miens n'en ont aucune."

Il était faux de dire qu'elle n'en faisait pas, simplement qu'elle ne les pensait pas. Apprécier des gens était bien la dernière des choses que Aria comptait faire. Il y avait cependant chez cet homme quelque chose qui l'attirait. Ce n'était pas un sentiment d'amour, ou d'amitié, non c'était de la curiosité. Elle voulait le connaître un peu plus, trouver ce pourquoi il était fait. Chaque personne est fait pour quelque chose selon elle, chacun possède un but et une destiné. Il suffit, par la suite et tout le long de sa vie de chossir quel côté on préfère favoriser. La jeune femme ne pouvait espérer meilleur moment pour se détendre et oublier partiellement sa vengeance et les causes de sa création.

"Mes priorités ne regardent que moi, n'est-ce pas ? Cependant, je serai curieuse de savoir ce que vous pensez d'elles. "

Elle eut un sourire à la fois entraînant mais empli de sous-entendus divers et variés :

"Vous ne me pensez pas assez grande pour venir règler mes affaires moi-même ? Vous pensez que je suis une fille gâtée qui ne fait rien de ses journées ? Non... ce n'est pas ça. Vous pensez autre chose de moi. Je ne saurai dire quoi, mais je le vois. Vous m'intriguez énormément Directeur. "

Son ton était devenu étrangement froid et grave. Elle n'était plus celle qui se voulait souriante, gentille petite fifille. Elle reprenait sa vraie nature, sans la montrer. Elle restait cachée, rien n'est dit qu'une erreur ne pouvait pas l'empêcher de continuer sur sa lancée. Elle adorait le risque, c'était sûrement son plus gros défaut et sa plus grande qualité. Elle se voulait très audacieuse, et sans peur. Elle aimait voir le visage des autres lorsqu'elle entreprenait des discours, des actes impensés de la part de la Lyna Sweet que tout le monde connaissait. Ah ! Les préjugés ! Il s'agissait ici du plus grand ennemi d'Aria... si ce n'est l'autre.

Elle rit. Un rire franc, un rire véritale. Cet homme pourrait au moins se vanter de l'avoir vu rire aux éclats au moins une fois dans sa vie, longue ou courte. Aria riait... tout simplement. Elle qui se pensait si complexe, si recherchée, si difficle à cerner, était devenue l'espace d'un instant la plus commune des femmes de ce monde. Son rire, son sourire était digne d'une jeune femme à la beauté fascinante sans être parfaite. On la voyait, elle nous intriguait, mais on ne savait pas pourquoi. Elle possédait un charme différent des autres, différent d'Eva qui elle, possédait celui de la beauté parfaite. Un charme des plus banals.

"Excellent Directeur ! Vous êtes très habile ! Peut-être la seule personne de ce minsitère à ne pas être dupe à ce point. J'exagère... il y en a au moins un autre. Cependant, je reste en fascination devant votre perspicacité."

Son rire s'arrête peu à peu, elle reprit son calme, et son sourire radieux laissa place, une nouvelle fois, au sourire habituel,narquois et machiavélique.

"Effectivement, je n'en ai rien à faire de votre avis, ni de la France. En fait, j'ai largement assez voyagé pour me faire une idée moi-même des pays, sans demander conseil à un autre. Il me fallait bien continuer cette discussion... il serait dommage qu'elle se termine alors qu'elle vient à peine de commencer."

Interpréter cela comme vous voulez. Voyez ici une marque d'affection, de mépris, d'envie, de refus, d'appréhension ou encore d'hâte... tout est possible suivant la vision que l'on a. Pour Aria il s'agissait surtout de découvrir un peu plus qui était cet homme si mystérieux et distingué. Ne vous méprenez pas, elle ne le pensait pas chic ou autre, et puis même si il l'était, elle ne l'aurait pas remarqué, il était simplement distingué par ses capacités d'analyse... certains sorciers pouvaient se mordre les doigts de passer un entretien avec lui. Aucune cachette n'était permise... Mais Aria, elle l'avait trouvée, la faille. Il ne pouvait savoir, il ne pouvait même pas se douter de ce qu'elle était réellement. Comment faire ? Il aurait fallu pénétrer son esprit, et encore... même Larsen Menroth ne l'avait pas trouvée. Elle connaissait l'esprit de Lyna mieux que quiconque et savait se cacher là où personne ne pouvait l'imaginer, ni la voir ou la percevoir.

"Qui êtes-vous Directeur ?"

Et le jeu reprenait...

____________________________________


Membre de l'Ordre du Phénix


L'unique Agent :geek: surveille
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé] Ven 7 Oct - 1:04

Au fond, Aria et lui n'était pas si différent, enfin Aria … il ne connaissait pas son existence, mais il voyait en cette Lyna Swet, une étrange similitude avec son comportement, à tel point qu'il avait pensé à mimétisme de son comportement, il en avait vu, des cas théoriques de mimétisme comportemental, en général, ces cas étaient simple à résoudre, sauf dans son cas, il savait que sa plus grande bête noire, c'était lui même, une crainte des plus terrifiantes, à tel point que sa première rencontre avec un épouvantard lui avait laissé un très très mauvais souvenir.

Elle ne le lâchait pas du regard, à tel point qu'il commença à se poser des questions plus profondes, moins vides de sens, il se demandait si finalement, il n'avait pas trouvé un adversaire qui pouvait lui donner du fil à retordre, dès la première journée de boulot, il entreprit de la tester de manière plus profonde, mais pas tout de suite.

Soit elle était une forte tête, dotée d'une volonté inflexible, qu'une série d'Endoloris ne pourrait endommager, soit c'était autre chose, de moins courant, une maladie de l'esprit, il doutait de cette hypothèse, à la fois douteuse, mais potentiellement réaliste.
Tryan se demandait si cette enfant gâtée n'avait pas vécu plus qu'il n'aurait pu le penser, elle répondait de manière hasardeuse, mais à la fois très juste.

"Chaque compliment à son importance. Les miens n'en ont aucune. Mes priorités ne regardent que moi, n'est-ce pas ? Cependant, je serai curieuse de savoir ce que vous pensez d'elles. Vous ne me pensez pas assez grande pour venir régler mes affaires moi-même ? Vous pensez que je suis une fille gâtée qui ne fait rien de ses journées ? Non... ce n'est pas ça. Vous pensez autre chose de moi. Je ne saurai dire quoi, mais je le vois. Vous m'intriguez énormément Directeur. "

Il la regarda, un sourire étonnamment proche du faux qu'arborait certaine fois son invitée, essayait elle de le charmer, de retourner le piège ? Peut être, à vrai dire, il s'en foutait, il ne pouvait pas commettre d'erreurs, surtout pas face à elle, la meilleure défense pour lui, c'était une attaque vicieuse et détournée, il allait la préparer.

"Excellent Directeur ! Vous êtes très habile ! Peut-être la seule personne de ce ministère à ne pas être dupe à ce point. J'exagère... il y en a au moins un autre. Cependant, je reste en fascination devant votre perspicacité. Effectivement, je n'en ai rien à faire de votre avis, ni de la France. En fait, j'ai largement assez voyagé pour me faire une idée moi-même des pays, sans demander conseil à un autre. Il me fallait bien continuer cette discussion... il serait dommage qu'elle se termine alors qu'elle vient à peine de commencer."

Il l'avait, la possibilité de balancer son pic, un des derniers coups avant de l'achever.

« Ce que je pense ? Vous ne le saurez jamais mademoiselle Sweet, et encore moins avec ce comportement. Ne croyez pas que vous pouvez tout vaincre, je vous mets au défis d'une seule tâche, essayer d'oublier la première personne, je, moi. Vous voyez où je veux en venir n'est ce pas. »

Comment briser un comportement, l'abattre par les fondations, elle ne parlait que d'elle, jamais d'autre chose, et c'était pour ça qu'il jouait avec elle, parce que lui demander d'être flexible était impossible pour elle, pas sans retournement de veste.
Techniquement impossible, et pas très commun, elle n'avait pas le talent nécessaire pour le supplanter, c'était ce qu'il pensait, au fond, ce n'était pas elle qui faisait peur, juste Menroth, cette Lyna se cachait derrière lui, incapable de jouer par elle même, il allait lui faire remarquer sur le champ, mais de façon directe.

« Regardez moi Lyna, oui, bien dans les yeux, dites moi sans mentir que vous savez faire des choses par vous même. Saviez vous, que l'homme qui se connait n'est pas né ?
Qu'est ce que je pense de vous, peut être que je pense que vous êtes une gamine pas foutue de se démerder sans jouer de ses relations, vous savez, ce genre de parasite qui, une fois devant plus fort, crie à l'aide en priant pour que cette personne plus forte tienne à sa vie, son emplois, ou à une famille.
Ou peut être que je pense que vous êtes une personne qui sait jouer de ses relations sans pour autant en comprendre plus.
Autres suppositions, une gamine perdue entre ce qu'elle sait et ce qu'elle croit. »


Petit regard malicieux.

" Vous trouvez la première réponse cohérente ?"

De SaintClair regarda attentivement le regard de Lyna, il sourit, un éclair passant des yeux de la jeune femme aux siens.

« Oh je vois que vous connaissez, vous l'avez vécu … en fait au fond, vous voulez poursuivre cette conversation dans un but purement personnel, vous voyez en moi un adversaire viable, et bizarrement, ça vous intéresse, vous intrigue, peut être même que ça vous excite, ne niez pas, vous ne serez pas convaincante, que ce que je dise soit vrai, ou pas. »

"Qui êtes-vous Directeur ?"

Il joignit ses mains, sourit à nouveau, avança son buste, posa son coude sur le bureau, replia les doigts et posa son menton sur ceux ci, fixant de plus près les yeux de la demoiselle.
Il cherchait un moyen de la faire fuir du regard, pas pour gagner ce duel, mais plus pour jouer de ses atouts à lui, pas son charme, autre chose.

« Et vous Lyna Sweet, qui êtes vous ? »

Son regard perçant, interrogateur et mystérieux, il voulait la faire douter, la faire stresser, qu'elle se pose elle même la question.
Il lui avait dit précédemment qu'il était impossible qu'il se connaisse lui même, il avait déjà anticipé sa question.
Au delà de cette question pour juste la faire douter, il fronça les sourcils, ses yeux caractéristiques, il doutait désormais, comment se faisait il que Lyna Sweet réagisse ainsi.

Il se recula, effaça son air songeur pour redonner un ton presque comique à son visage, ce petit coté clown et rigolo à double tranchant, il avait prouvé avant qu'il ne jouait pas petit.
La porte du bureau s'ouvrit, un dossier léger arriva, se posant sur le bureau, alors qu'on regardait le nouvel arrivage.
Fixant miss Sweet avec un sourire, il posa une main sur le dossier, le tira jusqu'à lui, recula légèrement son siège, se vautra dans celui ci, et commença à feuilleter d'un air amusé, comme souvent. Il gardait en tête le petit doute sur la situation psychologique de son invitée, mais ferait signe d'avoir oublié jusqu'à ce qu'il en ait la preuve, la vraie.
Le directeur de la commission du sang continua de feuilleter mais en regardant son interlocutrice dans les yeux, ne s'intéressant plus au dossier, le but de la manoeuvre, faire douter, jouer sur le mental, il en tira une feuille, balança d'un air satisfait le dossier sur la table, et posa une feuille dessus.

« Concrètement, c'est ça que vous voulez, et bien pour l'avoir, il va falloir le mériter par vous même. Mon Dieu, dans quel galère me suis je encore mise ... »

Sur un ton froid, de défi, et la fois très drôle dans la manière, il allait lui demander de prouver sa capacité à savoir composer avec l'imprévu, et surtout, avec lui, parce qu'il s'était attelé à la décrypter elle, mais la réciproque était peut être vraie.
De SaintClair ne lui dit pas comment faire, c'était à elle de prouver que son audience avec lui était méritée, pas que par son sang, mais par ses capacités. Tryan avait dès le début semé des indices.

Il lui résistait, peut être comme jamais personne ne s'opposait à elle, pas de Menroth, pas de question de sang, juste elle et lui, confidence pour confidence, oeil pour oeil, et peut être plus.

MotorHead a écrit:
He tasted his grin and it tasted good
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 13/07/2011
Parchemins postés : 5536



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 9PV
Lyna Sweet


MessageSujet: Re: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé] Sam 8 Oct - 11:42

Qu'il était insolent. Trop même. Sourire de cette façon ne relevait pas du courage, de la fierté, non, c'était de la stupidité. Il pensait pouvoir la détruire en lui souriant, en lui répondant, sans répondre. Il voulait qu'elle se retourne contre elle même... il ne semblait pas, d'ailleurs comment pouvait-il faire pour le savoir ? que Aria était déjà le retournement de Lyna, et que ce n'était pas lui qui l'avait causé. Loin de là. Il était stupide, mais intéressant. Très intéressant ! Souvent même il faisait preuve d'une intelligence que Aria croyait inexistante chez ce genre de personne. Après tout, il n'y a qu'à voir des types comme Richard ou Peter, des êtes de prétentieux absolus, et d'imbécilité constante. Il y avait peu de personne capable de faire mieux qu'eux, et pourtant lui, cet étranger tout à fait annodain, le faisait. Comment cela se faisait-il ? Une question qui occupait raidcalement l'esprit de la jeune femme. Des deux côtés. Aria voulait savoir pourquoi, Lyna voulait savoir comment. Deux choses radicalement différente, tout comme les deux porteuses des idées. Elle le regarda froidement, avec une lueur de contentement. Il jouait très bien, et Aria devait même admettre qu'il avait plus de talent qu'elle dans ce domaine. Il était fin et précis, elle préférait être plus rapide et frapper fort. Frapper fort ne voulait pas dire qu'il fallait rentrer dedans sans s'arrêter, il s'agissait de trouver son point faible par diverses feintes et autres astuces qu'elle aimait à essayer.

"Ca ne me gène aucunement. Cependant, j'aimerai que l'échange soit équitable : j'arrête d'employer le "je" si vous arrêtez de parler de moi, et plutôt de vous."

Elle le regarda, en relevant la tête, elle replaça ses cheveux, sans s'arrêter de le fixer.

"Vous n'en êtes pas capable n'est-ce pas ? Vous analysez tout le monde, vous voulez tout savoir d'eux. Savoir comment ils fonctionnent. Vous voulez appréhender les événements, les personnes. Dans quel but ? J'ai ma petite idée en tête, mais il semblerait que ce soit au moins pour les connaître, et pour s'amuser à les détruire psychologiquement... si il ne sont pas assez "résistants"."

Il fonctionnait comme ça, il ne pourrait pas le nier... et puis, elle verrait de toute façon, elle le voyait déjà. Ce n'était pas la plus futée pour débusquer les comportements psychologiques originaux, mais elle était sûre de son coup... qui pouvait en dire autant ? Lui ?

"M'analyser ne servira à rien, vous n'y parviendrais pas. Loin de moi l'idée d'être prétentieuse, mais bien que personne ne le peu, sauf moi."

Elle sourit, cette fois plus innoncement. Elle semblait plus détentue, alors qu'elle l'était déjà. Plus amicale, alors qu'elle ne l'était pas. Avoir retrouver un visage innoncent n'était pas dans ses habitudes. Elle comprit immédiatement, au regard à la limite de l'interrogation orale de Tryan, qu'elle n'était pas naturelle, et comprit d'où venait le problème.

Tu tentes de me ridiculiser ?

Hein ?

Arrête de faire l'innoncente tu m'agaces.

Tu délires. Vraiment.

Ecoute, tu l'as dit toi-même : "Il faut nous unir si on veut chacun retrouver ce que l'on souhaite." ... Alors arrête d'intervenir, tu reviendras quand j'en aurai fini avec lui !

Bon bon, d'accord... comment as-tu fait pour rester endormie ici pendant tout ce temps ? C'est insoutenable.

Je ne le sais pas moi-même... mais sâche que tu étais la fille la plus énervante à observer.


Aria entendit intérieurement un rire délicat et doux. Elle n'avait pas le même, mais arrivait à la trouver beau et envier parfois de ne pas l'obtenir. La couverture serait parfaite. Il fallait se rendre à l'évidence, une personne qui connaissait bien Lyna voyait directement Aria si c'était elle aux commandes. Son regard, ses traits, son expression, son rire. Elles étaient deux personnes différentes et pourtant si proches. Assez déconcertant.

Avec le même regard mystérieux et froid, avec ce même sourire elle lui répondit doucement, d'une voix lente, presque mélodieuse comme elle aimait le faire :

"Alors vous ne pouvez pas savoir qui je suis."

Elle se leva de son siège, sans le lâcher des yeux, elle fit quelques pas dans le bureau assez bien aménager, bien que tout n'est pas été mis à sa place apparement. Elle observa, cette fois en le lâchant du regard, mais sans lâcher son sourire. Au bout d'une trentaine de secondes elle se retourna, et le regarda de nouveau :

"Vous connaissez mon oncle. Et alors ? Pensez-vous réellement que j'ai appris de lui ? Haha ! Vous me pensez incapable d'agir par moi-même... vous seriez surpris de savoir où je peux aller. Mes relations ? ... qui sont-ils ? Je m'en moque, tout comme vous, vous vous moquez de ce beau monde qui vous attend, de cette cour des Grands qui attendent votre venue pour voir si oui ou non, l'élu de Eris Valverde est à la hauteur de sa réputation. Vous n'êtes pas venu en Angleterre De SaintClair, vous êtes venu chez Lui, et lorsqu'il veut quelque chose, il l'obtient. Vous n'êtes qu'un pion pour lui, et devinez quoi ? Je ne fais même pas partie de l'échéquier. En cela, vous avez de la valeur, vous apparaisez au moins sur sa table de jeu, mais tiendrez vous longtemps ? Je doute. Vous êtes envoyés en première ligne pour éliminer les parasites avant que la vraie bataille ne commence, et elle ne joue pas à votre niveau. En cela j'ai de la valeur : moi je ne risque rien. Ne rien risquer ne veut pas dire " ne rien faire" comme vous devez vous en douter, ou pas d'ailleurs. Attention à vous Monsieur De SaintClair, la belle république Française n'agit pas ici... vous êtes seul, et vos maigres relation ne serviront à rien, tout comme les miennes."

La réalité n'était pas différente de ses dires. Qui donc pouvait bien aider Lyna Sweet ? Larsen Menroth ? Il pourrait effectivement, mais l'anti-sympathie qu'éprouvait Aria à son égard empêchait Lyna de le voir assez, et surtout de lui demander de l'aide. Ses parents ? Non, rien. Son grand-père ? Avec un testamment sur le dos ? Haha ! Tout comme les trois quart de la population sorcière anglaise, les relations ici étaient quelque chose de compliquée et difficile à manipuler. il fallait avoir l'esprit et la façon d'agir qui allaient dans le même sens que vos alliés... malchance pour Lyna, c'était le contraire.

"Tenter de m'analyser par le faible moyen de "tu es perdue" n'est pas à votre hauteur, vous me décevez. Vous avez fait preuve d'une complexité sans égale jusque là, et vous vous abaissez à penser que je suis perdue. Pensez-vous réellement que je serai ci si c'était le cas ? Que j'oserai vous sourire et vous fixer depuis tout à l'heure, en sachant que cela vous intrigue ? Pensez-vous que j'aurai l'audace de vous répondre comme je le fais ? Vous commençez à être à court d'argument ou bien ? J'espère que non, j'aime beaucoup ce jeu... et vous aussi."

Elle eut un rire court, mais franc. Non, pas moqueur, mais heureux. Comme si enfin, elle voyait quelque chose d'intéressant au bout d'un tunnel droit en ennuyeux.

"Ah ! Enfin ! Oui, parfaitement. Vous êtes très certainement supérieur à moi dans ce petit jeu, vous semblez connaître toute les subtilités de la chose, ce n'est pas mon cas. J'adore les défis, surtout le votre. Vous m'intriguez oui. Plus que ça, vous m'intéressez. Vous n'êtes pas comme les autres... et vous ne pourrez pas dire que je suis commune. A la manière de beaucoup de gens nous avons notre originalité Directeur... mais nous, nous la développons."

Elle le regarda, avec plus d'interrogation. Il ne semblait pas vouloir répondre, ne l'avait-il pas entendu ? Si... bien sûr. Il tentait autre chose, ou alors s'en fichait royalement ? Haha ! Dans ce cas, elle avait gagnée. Ne jamais, jamais tourner le dos à Aria. Non pas que l'erreur pourrait être fatale, simplement qu'elle n'attend pas les lents.

"Qui suis-je ? Je vous répondrai bien, mais je doute que vous gardiez votre sang-froid... je n'ai pas un passé commode."

Son sourire mystérieux et froid se transforma en une esquisse machiavélique et narquois. Elle possédait certains moments de sa vie à utiliser de nouveau. Elle doutait que quelqu'un puisse les entendre, les supporter, mais sait-on ? Il n'est pas commun, loin de là, pourrait-il, lui, y arriver ? Si c'était le cas, et seulement si, elle l'admirerai.

"Chercher quoi Directeur ? Obtenir quoi ? Moi ? Si une personne dans ce monde sait qui est Lyna Sweet, c'est bien moi. Vous obtenir vous ? A votre comportement et ma "non-attirance" à votre égard, je doute que vous soyez célibataire ou prêt à autres choses....plus adultes. Donc non, je ne cherche rien. J'attends, que l'occasion se présente, et seulement à ce moment là, quelqu'un connaîtra Lyna Sweet... et ce sera dommage pour lui."

Alors, déçu ?

____________________________________


Membre de l'Ordre du Phénix


L'unique Agent :geek: surveille
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé] Sam 8 Oct - 15:13

L'élu d'Eris Valverde ? Peut être, même surement, l'ancien directeur de l'Ordre Nouveau avait toujours été très à cheval sur le sang, il semblait à la fois logique et naturel qu'il choisisse un cousin d'une lignée parfaite de sorciers presque parfaits.
Il y avait sans doute aussi une part de compétence, on connaissait le sens du détail de monsieur Valverde, il aimait s'entourer de gens compétents, pas spécialement pour le servir lui, mais plus pour l'idée, des gens dévoués à la cause, qui avaient leurs raisons, ce qui comptait c'était le résultat et l'idée, le reste n'avait d'importance que dans la conception, la forme n'était que superflue, du grand Eris somme toute.

Ce qu'il aimait dans le fait d'être désormais le petit protégé, ou presque, de son cousin lointain, c'était l'importance qu'un grand sorcier comme lui accordait, une fierté qu'on reconnaisse enfin son potentiel, que le ministère français avait selon lui, toujours voulut ignorer.
Même sa famille ne croyait pas en lui, ce phénomène d'isolation qui l'avait contraint à douter de lui, retardant sa progression de manière significative, même le simple fait de gagner ne lui suffisait pas, il devait assouvir des besoins et des envies bien plus fortes, comme s'il ne se plaisait pas à lui même.
Toute sa vie avait tourné autour de ce culte du moi, de son absence de définition, de cette personnalité malléable à souhait que lui seul pouvait créer et remodeler à souhait. Plus qu'une force, il en avait fait un outil ajouté à son arsenal, en ça, il était difficile de le cerner, pour la simple et bonne raison que ces connaissances en psychologie plus ses capacités, lui donnait accès à divers stratégies de défense, comment trouver et comprendre quelqu'un qui n'est pas ?


Dès qu'elle eut fini, il se mit à rire, lorsqu'il riait, il paraissait de suite plus humain, moins froid, un rire commun ou presque, mais qui lui donnait alors un faux air comique, genre un clown mais qui ne fait rire que lui même et ceux qui ne sont pas victimes.
Alors il effectua une rotation de la main, paume vers lui, replia son auriculaire et la désigna, sourire aux lèvres.

« Vous êtes d'une délicatesse effroyable. »

Il se remit à rire, se ressaisit et reprit.

« Concrètement Lyna Sweet, vous le voulez ou pas votre papier merdique ? C'était la raison de votre venue me semble t'il nan ? »

De SaintClair lança ce petit rappel à l'ordre humoristique, elle s'enflammait, perdait en finesse, brut de décoffrage la demoiselle, c'était rare pour les gens de son rang, on imaginait tous les puristes comme fins et distingués, à eux deux, De SaintClair et Sweet représentait la limite de tolérance avant de passer traitres à leurs sangs. Bien qu'en réception, il n'y eut pas de doute quand leur capacité de camouflage pour passer inaperçu et ainsi éviter le scandale.
Ils n'étaient pas si différents dans le fond, juste la manière de faire qui différait, Tryan semblait plus méthodique, calculateur, alors que l'autre, c'était avant et surtout de l'improvisation semblait il.

« Je ne vous cacherais pas que je m'en contrefous de ce que vous pensez, que ça soit sur moi, mon opinion, ce que je sais de vous ou quoi que ce soi. Je n'ai pas besoin de vous, vous, vous avez besoin de moi, la situation pourrait être résumée ainsi, alors à travers un beau discours sur qui ou quoi vous essayez de tirer la situation à votre avantage, libre à vous d'essayer, mais dans ce cas faites le bien. »


C'était l'équivalent d'une bonne baffe dans la gueule, alors qu'il se resservait en amuse-gueules, il prit le papier, le posa devant lui, sortit une plume, mais ne signa pas de suite.

« Je ne connais pas Monsieur Menroth, à mon grand regret d'ailleurs, et c'est une de vos relation, de vous à moi, j'espère un jour le rencontrer, même si je sais qu'il est très occupé. »

Comme une invitation ou presque, si il lui fournissait ce document, elle lui serait redevable, et il comptait bien tirer parti de la situation pour avoir la chance de rencontrer des gens haut placés, pas spécialement pour gagner en gallon, juste pour rencontrer ceux qui étaient à l'origine de cette avancée du monde magique, comprendre comment ils s'étaient attirés la sympathie du grand Lord, et ainsi avoir un modèle de base de réussite, cela avait commencé avec Eris, le plus atteignable, bien que le coté famille ne fut pas à négliger.

« Sachez aussi que je ne suis pas dans les petits papiers français, ce n'est pas grâce à cette institution de bras cassés que je suis là, donc pas de soucis à vous faire là dessus, même si je sais que vous vous en foutez et que tout ce que vous voulez c'est ce papier et passer un petit moment sur un casse-tête des plus appréciables. »

Il lui sourit de manière satisfaite, comme si le jeu changeait à sa guise, on en revint alors à un autre thème.

« Qui vous êtes, je m'en fous, enfin, pas totalement pour être honnête, mais perdue ou pas, c'est votre problème, pas le mien. Si je voulais vous analyser, je l'aurais déjà fait, et sachez miss Sweet que ça, c'est votre vie, pas la mienne, et vous savez comme moi, que la vie des autres n'est intéressante que lorsqu'elle interfère avec la notre, inutile de le nier, je suis tout aussi égoïste que vous. »

Le plateau étant désormais vidé, il le renvoya avec un petit billet, l'heure du repas commençait à s'éloigner, c'est pourquoi, il commanda un autre plateau, mais insistait pour qu'il vienne magiquement, pour ne pas revoir le déchet Gilberte, une intervention de cet épouvantail serait inutile et couperait une conversation fort intéressante.

« Concernant votre passé, ça ne regarde que vous, libre à vous de me le raconter ou pas, par contre je trouve que vous vous avancez beaucoup en pensant que je ne garderais aucunement mon 'sang froid' comme vous dites. Vous émettez trop de supposition sur les autres, il est vrai que je m'y connais dans ce domaine, mais franchement, n'essayez pas de jouer à ça, ça ne vous réussit pas, pour peu que vous tombiez face à plus fort que vous, et moins clément que moi surtout. Prenez ça pour un conseil, ou une insulte, à vous de voir, mais pensez à la fermer avant de débiter des conneries plus grosse qu'une dragonne mal engrossée. »

Sur le visage du directeur de la commission du sang, on pouvait voir un air à la fois blasé et dépité, comme si elle ne tenait pas ses promesses, comme si le jeu avec elle n'avait plus vraiment d'intérêt.
Le plateau arriva dans un silence assez contraignant, sans perdre de temps De SaintClair prit son verre et une bouchée, reprenant une fois le tout ingurgité.

« Enfin, vous avez raison sur une chose, j'aime jouer avec le mental des autres, c'est à peu près tout ce qui est véridique dans vos propos sur moi, outre le fait que je ne sois pas célibataire, mais toute personne avec au moins un oeil l'aurait vu, je vous laisse l'occasion de faire mieux Sweet, alors je vous écoute. »

Il prit la plume, la posa sur le document que Lyna cherchait, c'était son dernier moyen, la seule échappatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 13/07/2011
Parchemins postés : 5536



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 9PV
Lyna Sweet


MessageSujet: Re: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé] Mar 11 Oct - 19:56

Sa délicatesse ? Oh pour sûr elle n'était pas dans la finesse comme il semblait l'être lui. Elle ne cherchait des détours, préférait être franche et directe. Elle voulait que son adversaire sache à qui il avait affaire, contre qui devait-il se battre, et même si Aria ne considérait pas Tryan comme un adversaire, mais comme un compagnon de jeu ( sentiment qui ne semblait pas être réciproque ), elle ne pouvait s'empêchait de chercher, toujours plus loin dans le sang-froid des gens. Ce gars là semblait bien formé, bien structuré mentalement, et elle ne pensait pas réussir à le faire craquer, mais ça l'amusait, la faisait rire. Elle adorait jouer. Elle était méchante, mais gamine. Elle voulait rire. Un rire qui n'avait rien d'amical, de mignon, d'innocent. C'était un rire de la haine et de la violence qu'elle voulait exprimer. Elle détestait la joie et la bonne humeur, elle les considérait comme des humeurs, des états hypocrites. La vie comme elle l'est ne permettait pas d'être heureux, jamais. Pour la vaincre, il fallait savoir rire. Rire d'un sujet, et de ne jamais s'en passer, c'était le cas de Aria.

"Non, je n'ai jamais été délicate. Je ne sais pas faire et je ne compte pas apprendre à le devenir."


A quoi cela lui servirait-il ? A rien. Strictement à rien. Être fin, être délicat dans sa façon de parler était juste une façon de déjouer la mentalité des autres, de jouer sur leurs nerfs ou alors de couper court à une discussion, d'éviter un sujet fâcheux. Tout ça, elle savait le faire, très bien même, d'une autre façon. D'une façon qu'elle affectionnait particulièrement.

" Je m'en fiche du papier moi, on me l'a réclamé, c'est tout. Je pensais le prendre et m'en aller, mais je préfère de loin être ici avec vous, au moins je m'amuse."


Paraître capricieuse, paraître gâtée, elle le faisait d'une façon parfaite, et le répétait souvent. Un moyen d'envoyer son ennemi sur un terrain inconnu, qui ne le touchait ni elle, ni Lyna. Un moyen simple et efficace de se protéger. Mais, au fait, se protéger de quoi ? De lui ? Hahaha ! Ce n'est qu'un agneau inoffensif ! Que peut-il bien faire ? Ne pas donner ce papier foireux ? Et après ? Aria s'en ira, elle l'oubliera, et quand Lyna reviendra, honteuse de sa moitié, elle demandera à quelqu'un d'aller le chercher pour elle... qu'est-ce que cela pouvait-il bien faire ?

Non ! Arrête !


Quoi ? On s'amuse, on rigole, la vie est moche et on déconne !

Pas du tout, il nous faut ce papier !


Le vieux ne va pas nous léguer grand-chose, et au pire, on s'en fiche, le coffre familial de Gringotts est bien plus rempli que tout ce qu'il pourrait te donner !

Idiote ! On a aucun droit dessus ! C'est à lui de nous les léguer !


Pfff, c'est pas grave, je m'amuse, laisse moi.

Tu es vraiment incorrigible !


Le ton de Lyna laissait voir un léger sourire, elle riait de la situation elle aussi. Aria était plutôt pas mal dans son genre pour faire rire sa moitié. Ce n'était pas simple. Surtout Lyna, qui pendant près de 10 ans n'avait pas accepté Aria dans son esprit, ce fut un passage lourd, difficile et mentalement brisant pour cette dernière, maintenant qu'elle avait la possibilité de reprendre le contrôle, elle n'allait pas lâcher l'affaire, ni les commandes. Elle aimait contrôler, être au centre des visions, elle aimait s'attirer les regards, bons ou mauvais, se sentir observer, car à ce moment là, elle se sentait existante... existence, ce mot était synonyme pour Aria, c'était la vie à l'état pur. Exister.

"Rencontrer Larsen ? Oh oh ! Vous voyez haut. Effectivement je pourrai vous le présenter, cependant, je ne suis pas certaine qu'il aime que je le dérange pour si peu. Je m'en tirerai avec un simple "Je t'avais déjà dit de ne pas venir quand je travaille", mais vous... je ne sais pas."

Son sourire se matérialisa de nouveau, mais il n'était pas aussi méprisant et agaçant que l'autre, il était plus amical, plus "gentil", bien que ce fut un grand mot pour la décrire.

"Je ne suis pas sûre non plus que la situation puisse se faire tirer à mon avantage, mais bon."


Il semblait certain que Lyna, enfin Aria, n'était qu'une joueuse de bas-étages, qu'elle ne savait pas de quoi en retourner. Il se trompait. Aria n'avait pas autant de faciliter à déjouer les phrases et à jouer sur les mots comme il le faisait, certes, mais elle savait lancer sur une piste, mauvaise ou bonne. Elle savait déstabiliser, et même parfois attirer pour mieux gouverner.

"Vous vous trompez, je ne me fiche pas de la façon dont vous êtes venu ici disons que ce n'est pas ma priorité, mais je me contre-fiche plutôt du papier. Quelques lettres et un sceau n'arrêteront pas ma vie, ni celle de ma famille. Si j'en avais réellement besoin, je serai déjà repartie depuis longtemps."


Elle aimait connaître la vie des gens qu'elle côtoyait. Que ces gens n'apparaissent dans sa vie que une heure, un jour, cinq ans ou trente, elle aimait savoir à qui elle avait affaire, et rien de mieux que de savoir d'où venait son ennemi, son adversaire, son ami le plus proche, ou l'inconnu du fond à gauche en partant de la fin. Il touchait un point là. Elle était extrêmement égoïste, elle ne supportait pas devoir partager que ce soit ses souvenirs, ses expériences, son talent, son argent ou sa couverture. Elle n'acceptait que Lyna, et personne d'autre.

"Vous visez juste. Rien n'est plus vrai que l'existence de mon égoïsme."


A quoi bon le nier ? A quoi bon dire non alors que l'envie de dire "oui" était plus forte que tout. Elle l'était, elle l'assumait. Personne ne pourrait l'aimer d'une façon ou d'une autre, alors... William lui avait un jour dit "Je n'aime pas les filles arrogantes, méchantes et égoïstes"... comment démoraliser Aria en quelques secondes.

"Mes propos sont ce qu'ils sont, vrais ou pas, je n'en sais rien, je ne me base que sur ce que je vois, n'ayant pas la possibilité immédiate de les prouver. Et, personne n'osera s'affronter à moi, vous le savez bien, tout le monde le sait. Vous pouvez me trouver "profiteuse", "gâtée" et autres gamineries, vous avez raison... je joue de ma situation, comme être humain qui serait dans mon cas... j'ai eu de la chance à la naissance, et j'en ai conscience, voilà tout."


Elle avait perdu son sourire, car son ton était froid et distant. Étrangement, là, il ne l'amusait plus, elle n'aimait pas son comportement, ça l'énervait. Elle n'irait pas jusqu'au bout, mais elle en avait envie. Il pourrait pousser, pousser, pousser, ça ne ferait rien, mais attention au retour. Il se prenait pour quelqu'un qu'il n'était pas, et elle ne supportait pas ça... ou alors, si bien qu'il soit ce qu'il prétendait, elle n'aimait pas ce genre de personne, trop hautains par leur caractère.

"Faire mieux ? Mieux que quoi ? Que vous ? Je suis assez bonne joueuse pour m'avouer vaincue devant plus fort... nos styles sont bien différents, mais vous restez plus perspicace, c'est certain. Maintenant, la provocation par l'insulte n'a rien d'impressionnant... prenez cela comme un conseil ou une insulte, à vous de voir..."


Son sourire était réapparu.

____________________________________


Membre de l'Ordre du Phénix


L'unique Agent :geek: surveille
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé] Mer 12 Oct - 1:41

Il avait grosso modo réussi son pari, faire sortir Lyna du cercle du jeu, pendant un bref instant, elle avait fait un faux pas, s'attardant plus sur un sujet tangible et non lié à ce petit jeu réciproque entre eux.
Elle croyait que Tryan ne jouait pas, elle se fichait le doigt dans l'oeil jusqu'au coude, tout depuis le début, n'était qu'une vulgaire farce, un jeu que le français s'amusait à façonner à l'envie, manipuler, il savait faire, mentir, ce n'était pas un problème, jouer … c'était toute sa vie. Un éternel gosse, qui ne se satisfaisait que de l'instant présent sans prendre de recul, un carpe diem version De SaintClair, ce qui valait le coup d'être vécu ? Pas grand chose …

Concrètement, il n'avait jamais pensé à la mort, et depuis quelques temps cette idée lui trottait dans la tête, qu'est ce qui avait de la valeur à ses yeux …

Sa Famille, elle n'était là que pour lui assurer un situation confortable, lui certifier un sang plus que pur, limpide et embaumé de magie puissante et pure.
L'argent, il en avait suffisamment pour ne jamais avoir à s'inquiéter.
Le pouvoir, c'était une insatiable soif qu'il avait conscience de ne jamais pouvoir entacher, peu importe le poste, peu importe sa vie, le pouvoir était plus qu'une ligne conduite, c'était un art de vivre, il coule dans les veines de celui qui le détient, une vraie drogue, puis on en ressent le manque, il en faut plus, encore un peu, et puis, petit à petit, vous ne pouvez plus vous en passez. Quand est ce que cela s'arrête, à la mort, toujours elle, ou alors à la frustration, la défaite, l'échec qui entraine l'humiliation, et que ressent on après ? Il ne le savait pas, la seule personne qu'il avait côtoyé qui aurait pu le défaire, n'avait pas pu, enfin, pas magiquement parlant, mais mentalement, elle avait marqué des points.
Sa petite amie, il y a six, jamais il n'aurait dit que cette relation pourrait duré autant, comment une simple attirance bidon transforme une vie de solitaire, en parcours sinueux à deux, il ne pouvait pas nier témoigner plus que de l'attirance pour elle, c'était indescriptible, il n'aimait pas le mot 'amour' la connotation trop positive de ce mot le gênait, c'était différent. Comment vous le décrire, une complicité spirituelle et physique, avec la création d'un lien, celui ci pouvait se déformer, changer à souhait, mais existait toujours, comme une araignée tissait une toile, De SaintClair avait inconsciemment créé un maillage autour de lui, deux têtes étaient constamment présentes dans son esprit.
D'ailleurs, est ce que ce lien pouvait avoir une importance, aurait il la force de le briser s'il était nécessaire d'en arriver là, il ne savait pas, et pour être honnête, il n'avait aucune envie d'approximer une réponse.

Puis il fut tiré de son interrogation par les diverses paroles de Lyna, il ne put s'empêcher de réagir à la fin de celle ci.

« Décidément, vous savez jouer avec les masques, mais au fond, vous n'y voyez pas clair n'est ce pas, que ça soit au travers du votre, celui des autres, ou mieux, quand vous vous regardez dans le miroir. »

Constat alarmant mais qui avait le mérite de susciter une interrogation réelle et franche.

« Vous avez beau être la nièce de Larsen Menroth, grand mangemort qu'il est, il n'est pas omniprésent, je sais bien que jamais je ne serais assez intéressant pour un homme comme lui, et je ne demande aucunement à le rencontrer miss Sweet, il a d'autre chats à fouetter, et sans doute bien plus gênant que moi. Je ne pourrais pas vous critiquer sur le fait que vous profitez de votre condition, nous sommes tous amenés à le faire, vous avez choisi de le prendre comme une insulte, et bien j'en suis fort aise, vous faites bien ce que vous voulez. »

En gros, il en avait rien à foutre, Lyna n'était qu'un détail de sa vie, une personne croisée par ci par là, elle n'avait aucune importance à ses yeux, même s'il ne pouvait pas nier y être sensible, elle avait une sorte d'aura autour d'elle, aura qu'il ne pouvait pas définir, une sorte de magnétisme étrange qui faisait qu'elle lui ressemblait, renforcé par ce coté décalé, il avait l'impression de se voir il y avait une paire d'années en arrière.
Ce n'était pas de la pitié qu'il éprouvait pour elle, ni de la compassion, juste l'envie de l'aider, pour qu'elle évite les erreurs que lui avait fait.

« Vous me reconnaissez plus fort sur ce point, mais pourtant pas d'abandon de votre part, peut être avouez vous trouvé un adversaire à votre hauteur, vous aimez joué c'est certain, mais je pense qu'il y a autre chose que ce foutu papier et ce petit jeu entre nous. »

D'un mouvement de main rapide, il trempa sa plume dans l'encrier, et dans un crissement de papier, il apposa son nom et sa signature sur le papier que cherchait la dite demoiselle présente en ces lieux.
Dès qu'il l'eut fait, sans dire un mot, il fit glisser le formulaire sur son bureau, comme pour inciter cette belle brunette à le prendre.
Que fallait il y voir là ? Un moyen pour lui de se débarrasser d'elle ou un test, comme pour savoir si elle avait des raisons autres de rester ou pas.

Il fonctionnait ainsi, le directeur de la commission du sang aimait tester les gens, tous autant qu'ils sont, c'était sa manière à lui de jauger, de comprendre les gens, pour lui, un geste ou une expression était bien plus explicite qu'un long discours.
Il le savait, les mots étaient trompeurs, pour cause c'était avec eux qu'il était le plus habile, on ne put pas dire que magiquement il soit un cador, il ne s'était jamais trouvé à exceller dans un domaine particulier de la magie, cherchant encore et toujours pour quoi il était fait, il avait trouvé un certain réconfort dans l'art de manier le verbe, de manipuler par diverses phrases, il s'y était intéressé, et excellait dans nombre de domaines tel que la suggestion, il avait développé une acuité visuelle intéressante, plus qu'un détail, c'était un ensemble de paramètres plus que complexes qui donnait à Tryan les diverses informations qu'il requérait ou non.
Dans la famille, on était tous plus ou moins de bons sorciers, habiles baguette en main, démerdes et à tendance militaire, pour Tryan c'était autre chose …
Il avait toujours considéré que ces ancêtres avaient lutté pour survivre, une guerre magique et une lutte menée par l'utilisation des sortilèges, lui représentait la lutte par l'idée, car selon lui, la guerre était finie, il était indéniable que le Lord avait vaincu, désormais, il ne restait plus qu'à mener un combat psychologique, loin de l'idée du guerrier qu'on avait cultivé chez les mâles du clan.

En fait l'héritier des De SaintClairs était aux antipodes de ce qu'on attendait de lui, il n'avait jamais été très doué en magie blanche, la maitrise de sort simple était pour lui synonyme de longues heures d'entrainement, donc on crisait chez les maîtres.
Au fond, ce n'était pas ses talents de sorciers qui avait fait de lui le vainqueur du tournois de Beauxbatons, mais simplement sa connaissance des autres, et surtout, sa capacité d'analyse, bien que son style pas très commun eut un effet de surprise fort appréciable.

Ses rêves lui avaient envoyé divers signes, alors qu'il s'acharnait à rester réaliste, ignorant son inconscient, il avait asservi celui ci, pour ne faire plus qu'un, les trois parties qui composaient un être mental avaient fusionné, le moi, surmoi et le ça, n'avait donné qu'un être, comme si à travers la fenêtre de l'ignorance des normes, un nouvel être était né, comment le qualifier.
Celui qu'aucune pendule ne pourrait défier, il se voulait imprenable, l'homme qu'on ne pouvait atteindre, l'élite comme ils disaient par chez lui, pour au final finir comment … en couple, à un ancien poste pourri, et toujours aussi sensible à la marque des années qui défilaient, était ce vraiment un échec ?

Il se l'était toujours demandé, jusqu'à sa nomination au poste de directeur de la commission du sang, il avait un doute sur ce qu'on voulait de lui, pourquoi Dieu s'acharnait à faire de lui ce qu'il ne méritait pas, il en voulait au monde entier, à la condition humaine à tout ce qui avait raison d'être, alors que lui existait pour ne rien faire.
C'était ce qu'il se posait souvent comme question à quoi bon exister si ce n'est pour mourir, à vivre dans les ténèbres, dans l'attente de la mort, sous ses airs de mec blasé, il y avait là un philosophe, qui menait un raisonnement poussé, dans sa logique, toujours différente de celle qui se voulait moraliste, opposée au manichéisme et à la catégorisation, logique Tryan De SaintClair.
On lui reprochait de toujours réfléchir, c'était ça, combien de fois Emily lui avait elle dit de cesser de réfléchir, de se laisser faire, improviser, mais lui, grand têtu, n'avait pas suivi ses conseils, et même s'il avait essayé, nul doute qu'il aurait échoué, il était calculateur, on ne pouvait pas lui enlever ça.

Il était convaincu de voir en Lyna quelqu'un d'autre, une autre version de ce qu'il aurait pu être, là, il signait son papier, il allait avoir la réponse à son interrogation, la dernière peut être, ou une autre.
Le directeur ne dit rien, fixant les yeux de son invitée, essayant d'y voir autre chose que le reflet des siens, parler était inutile, elle savait très bien les choix qu'elles avaient : prendre la feuille et sortir, repousser l'échéance de la fin de cette entrevue, prendre la feuille et poser une nouvelle rencontre.
Lui ce qu'il aurait voulu, vous ne le saurez pas, et sans doute jamais.

C'était aussi simple que ça, on ne pouvait prévoir l'imprévisible, entre mimétisme et apologie de l'inconstance, devait on y voir une personne, si oui, un français s'y serait dévoué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Un papier bien caché ( Tryan -Lyna )[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives
-