POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 23/04/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 14/05/2011
Parchemins postés : 3095



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Maleficus Serpens


MessageSujet: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE] Ven 2 Déc - 22:19

« Le pouvoir tend à corrompre, et le pouvoir absolu corrompt absolument. Les grands hommes sont presque toujours des hommes méchants. »

Maleficus surplombait une bonne partie du Château depuis la haute tour de Serdaigle. Il était bien habillé, coiffé convenablement et levé depuis bien des heures ce matin-là, et tout ça pour une raison particulière : il se rendrait au Ministère. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas posé les pieds là-bas et s’assurer de garder de bonnes relations avec les gens haut placés s’avérait très utile, surtout lorsqu’on avait quelque chose de spécial à demander… Le Serdaigle enfila ses derniers bijoux d’une valeur inestimable et finit par se recoiffer dans un petit miroir aux couleurs vertes et argentées. Le soleil levant rayonnait sur le visage pâle du jeune sorcier aux talents de plus en plus remarqués et à l’allure supèrieure.

Il était bien connu que tous les Sang Purs avaient des liens familiaux, même s’ils étaient très minces. C’était le cas pour Maleficus. Aujourd’hui, il rendait visite à un lointain parent travaillant au Département de l’Ordre Nouveau, Tryan De SaintClair. Français nationalisé britannique depuis peu, normalement d’origines Ecossaises, car Maleficus puisait ses ancêtres en Ecosse, du clan Sinclair (et ses branches Saintclair et De SaintClair). Que la généalogie était compliquée !

Enfin. Il était debout dans son dortoir où tout le monde dormait, agenouillé contre le mur près de la baie vitrée. Il allait bientôt devoir y aller. Comme chaque matin, il protégea ses affaires à l’aide d’une série de sortilèges et d’enchantements complexes, prit ce dont il avait besoin et sortit. Il dévala les escaliers du Château un à un et se dirigea dans un petit bureau au rez-de-chaussée, où l’attendait un membre du personnel, sous-fifre de Crow, tout en bas de l’échelle sociale. Maleficus le salua sèchement, et lâcha sur la table un document attestant de son droit de sortir de l’école pour une durée d’un jour complet. Le serviteur des Ténèbres rédigeait quelque chose sur un bout de parchemin et n’avait pas regardé à qui il avait affaire. Il reluqua rapidement le papier officiel mais n’adressa toujours pas un coup d’œil au Sang Pur.


« J’ai l’impression qu’il n’est pas précisé si vous devez être accompagné ou pas. C’est pourquoi je ne peux pas vous laisser partir. Vous m’en voyez navré. »

Maleficus s’éclaircit bruyamment la gorge et lui répondit d’un ton froid, tout droit sortit des Ténèbres. L’autre daigna finalement relever la tête et se rendit compte de sa bêtise.

« Je ne pense pas avoir besoin d’un accompagnateur. »

La phrase du Serdaigle avait résonné entre les murs de la minuscule pièce comme dans une église. L’autre haussa les sourcils et ses orbites s’écartèrent doucement. Il devait se sentir d’une sottise intense.

« Oh… Monsieur Serpens, non évidemment. Euh… Allez-y. »

Le Sang Pur prit un air hautain, avant de pénétrer dans l’âtre de la cheminée et de se transporter magiquement vers le Chemin de Traverse. Les flammes vertes le caressèrent pendant un moment jusqu’à ce qu’il atterrisse dans une cheminée de l’Allée des Embrumes. Maleficus se dépoussiéra à l’aide de sa baguette et regarda sa montre d’un air inquisiteur. Il avait encore du temps devant lui, il ne voulait pas arriver trop tôt. Ainsi, il fit la tournée des boutiques de Magie Noire mais il acheta aussi des livres, des ingrédients pour potion, des accessoires pour son balai et un nouveau boitier pour y ranger sa baguette. Aussi, il passa chez un artisan ou il y déposa cet étui afin qu’il puisse y graver la devise des Serpens et leur blason.


Le début de matinée fut tranquille, Maleficus se pavanait fièrement au milieu des rues sorcières, exhibant son précieux médaillon qui indiquait la nature de son sang. Et de toute façon, peu de personnes ne l'ignorait étant donné l’exposition médiatique qu’il avait connu l’été dernier à la suite de la Mort de ses parents. Et aussi, peu de gens ne remarquaient les sorciers les plus prestigieux de Grande-Bretagne, au Sang Pur et aux talents supérieurs. Les Serpens… Le ciel de Londres était sombre, les Détraqueurs continuaient inlassablement de faire leur travail et la pluie menaçait chaque passant de la ville en pleine effervescence. Une bande de Rafleurs mit de l’ambiance dans le quartier au moment où Maleficus s’en allait vers le Ministère de la Magie.

Lorsqu’il pénétra dans le grand Atrium, ce fut comme une renaissance. Il allait pouvoir s’occuper de ses affaires… S’occuper des élèves qu’il n’aimait pas à l'aide de ses contacts. Il jubila à cette idée. Il n’eut besoin de se faire contrôler qu’une seule fois (ce qui était vraiment exceptionnel pour quelqu’un qui se rendait au Département de l’Ordre Nouveau), juste en montrant ses papiers de sang et sa baguette. Il prit un ascenseur qui le conduisit au niveau six et parcourut les couloirs presque déserts en direction d’un bureau en particulier. Il arriva à son point de rendez-vous et remarqua qu’au dehors, il pleuvait et un orage s’annonçait, violent. Il frappa à cette porte, attendant la réponse du français qui l’inviterait à entrer.



Spoiler:
 


Dernière édition par Maleficus Serpens le Dim 29 Jan - 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE] Sam 3 Déc - 2:12



Le temps anglais c'est un peu comme une flaque d'eau, on y trouve de la flotte et … de la flotte.
Encore que l'été plus que chaud avait fait mentir ceux qui pensaient que le temps pourrave était réservé aux britanniques, la France, ça lui manquait ...

Fixant devant la fenêtre de son bureau, les rues de désertes de la capitale anglaise, Tryan se demandait bien ce qu'on pouvait bien faire avec un temps aussi nase, même s'il avait bien une petite idée.
On frappa à sa porte, sa nouvelle secrétaire était là, Roxane, une sublime demoiselle qui à défaut de ne pas avoir de cerveau fini, avait une plastique plus qu'alléchante, en plus de cet aspect délicieux, elle avait cette voix mielleuse qui faisait d'elle quelqu'un qu'on avait pas forcément envie de frapper, ou de réduire à néant, non pas que la pitié intervint, abîmer la beauté d'une tel créature était clairement une offense à Dieu.

«  Monsieur De SaintClair ? »

Il ne prit pas le soin de se retourner.

«  Oui Roxane, fit il d'un ton froid et posé.

_ Le groupe six des raffleurs est de retour, et la prise avec eux, quels sont les ordres monsieur ? »

Tryan porta une main à son menton, en guise de réflexion, qu'allait il donc bien pouvoir faire de ce colis, une solution claire s'imposa à lui naturellement.

«  Transférez la prise en salle S-42, libérez les raffleurs pour deux heures, puis remettez à leur chef l'enveloppe sur mon bureau, je ne veux pas être dérangé pendant mon prochain entretien, est ce clair ?

_ Très clair monsieur le directeur. »

La demoiselle prit l'enveloppe cachetée, puis referma la porte, laissant le directeur seul, comme il aimait l'être.

Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas vu celui qu'il allait recevoir, quel âge devait il avoir ce fameux cousin ? Huit ans à l'époque, peut être plus, il s'en foutait à vrai dire, s'il avait accepté la missive de Serpens, c'était uniquement pour éviter les embrouilles de familles, en fait Tryan ne se souvenait que peu de ce gamin là, il connaissait un peu mieux l'aîné des Serpens, Jeremias, il était un peu plus jeune que lui, d'un an, ils avaient été en correspondance pendant leurs scolarité.
Maleficus ne l'avait jamais vraiment intéressé, il n'avait rien à tirer d'un gamin comme lui, et puis bon, lui et la famille, ça faisait clairement deux, on le savait hostile à beaucoup de chose, les traditions n'échappaient pas à la règle.

D'ailleurs, De SaintClair n'avait pas été à l'enterrement des parents Serpens, pour la simple et bonne raison que ça ne l'intéressait pas, et aussi qu'il était en mission, enfin, c'était l'excuse rendue, les parents et grands-parents y avaient été, mais pas lui, il ne connaissait que peu le père Serpens, les seuls souvenirs qu'il gardait de ce couple, fut une de ses discussions avec Maria, sans doute à un repas de famille, on avait débattu de la magie noire et la magie blanche, grand sujet à débat entre les deux familles.
Car oui, cela n'avait pas toujours été aussi cordial entre le clan Sinclair et le clan Stuart, mettez mages blancs et des mages noirs sur un même terrain, ça ne faisait pas bon ménage, la seule chose qui les rassemblait, c'était le culte du sang pur.

Entre clans écossais, il était coutume de se mélanger par mariage pour sceller un accord de paix, c'est ce qui s'était passé, à défaut de guerroyer, on en avait forcé quelques un à se marier, ils se taisaient, tout le monde y trouvait son compte.

Enfin, bon, Tryan avait toujours vécu dans l'idée que son grand-père lui avait inculqué, un mage noir c'est aussi sûr qu'un steak au milieu d'un troupeau de Magyar, dire que le directeur de la commission des nés moldu était un adepte de la magie blanche serait mentir, il connaissait des sorts, plutôt correct, avait un niveau plus acceptable et même plus, mais il n'excellait pas dans ce domaine, et ne cherchait pas à en faire sa marque de fabrique, pour la simple et bonne raison que cette magie était platonique à l'étude selon lui, vouée à rester à l'état d'arcane mineur.
Mais il avait quand même ce petit quelque chose contre les mages noirs et leurs descendants, rien de bien méchant, juste une méfiance relative.

Voir Serpens, c'était une corvée, mais une corvée nécessaire, alors, au final, à contre cœur, il avait accepté, il avait vaguement parcouru la lettre, l'entretien était privé, ça ne regardait qu'eux, et le français se demandait bien ce qui pouvait pousser l'autre à venir le voir en personne, sans doute une affaire importante, il l'espérait, pourvu que l'autre ait le sens des priorités.

Il avait pour le coup revêtit une robe violette foncé, indigo presque, d'un style étrange, mais qui faisait formidablement bien son effet, on le voyait plus charismatique encore qu'il ne l'était, c'était un leader, on le savait, diriger, c'était son travail, être efficace, c'était une manière de vivre, même si la rigueur n'était pas toujours là, il avait ce petit quelque chose de très ordonné, qui laissait penser que toutes paroles, le moindre geste, rien n'était du au hasard, tout était calculé, pensé, conçu selon un plan, un manipulateur dans l'âme.

Se lassant de la vue, il retourna s'asseoir à son bureau, entamant la rédaction de papier concernant des transferts de sangs-de-bourbe, la paperasse habituelle eut rapidement raison de sa patience, alors, il sortit sa baguette, commença à réfléchir sur divers moyens d'utiliser ses connaissances dans un certain domaine, à défaut d'avoir du temps pour lui, il en prenait quand bon lui semblait, et on ne pouvait rien lui dire, c'était le patron, tant que le travail était fait à temps ...


Puis on frappa à sa porte, c'était son invité, visiblement à l'heure, à défaut d'être connu, il était ponctuel, un point positif.



De sa voix toujours aussi froide et manipulatrice qu'à l'habitude, il ordonna à Serpens d'entrer, découvrant avec un sourire sadique et qui en disait long, que ce gamin avait bien évolué, il avait la marque des Serpens en lui, comme son père, et son frère Jeremias.
Tryan se leva, serra la main de son cousin après l'avoir salué.

«  Salutation Serpens, assieds toi ... »

Il n'avait pas vraiment un ton autoritaire, il était juste très distant, une fois que les deux furent assis confortablement, De SaintClair poursuivit calmement.

«  Il y a bien longtemps que je ne t'avais pas aperçu … je devais encore être à Beauxbatons … et Jeremias à Poudlard … autant dire une paire d'années. »

En effet, il avait bien grandi ce chiard qui restait dans les jupes de ses parents, ça ne pouvait pas être un mal, et s'il était un minimum digne de son sang, il devait déjà se démarquer comme étant un sorcier prometteur, ça, ça ne regardait pas Tryan.
Et puis les affaires de Poudlard, ça ne l'intéressait pas, mais alors pas du tout, il avait une profonde aversion pour cette école, surtout depuis le tournois des trois sorciers en fait, il l'avait encore en travers de la gorge, et la pilule ne passerait sans doute jamais.

Au fond, ce Maleficus était comme tous les autres sorciers de Poudlard, un péteux qui se prenait pour plus qu'il ne l'était, comme Tryan l'avait été à Beauxbatons, et une fois dans le vrai monde, il avait découvert la vraie face de celui ci, et avait trimé, fait montre de ses capacités et enfin, il s'était hissé au sommet, ou presque.

La pluie continuait de marteler la fenêtre du bureau, alors que le français ne lâchait pas du regard son invité, les yeux dans les yeux, il connaissait ce regard, il savait tout ce qu'il signifiait, percé à jour par les secrets de la psychologie, une science plus forte que l'occlumancie.
Maleficus était un Stuart, par définition, il était fier et orgueilleux, il voulait être le plus fort, le plus beau, le meilleur, et comme on disait en France, il n'y a rien de mieux qu'un De SaintClair pour le ramener sur terre.
Le directeur de la commission des nés moldu poursuivit la discussion, scrutant la moindre réaction, le moindre tic de son cousin sang pur.

«  Je suppose et j'espère que tu n'es pas venu là pour me parler famille, mais tu es un Stuart après tout, alors je te fais confiance pour m'expliquer les raisons de cet entretien, et de ta présence au ministère. »

Deux personnages si différents et pourtant si semblables, tout les opposait par leurs êtres, mais ils avaient une certaine proximité, Tryan n'aurait pu le nier, il avait peu de cousins, et bien que la famille ne soit pas son truc, il aimait savoir qu'une branche de secours était là, même si Eris était déjà quelqu'un en qui le français avait confiance, il savait qu'il ne pouvait ignorer les liens du sang, aussi lointains et dégueulasses qu'ils pouvaient lui paraître.

*Foutue famille … pourvu qu'il vaille mieux que le reste ...*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 23/04/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 14/05/2011
Parchemins postés : 3095



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Maleficus Serpens


MessageSujet: Re: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE] Sam 3 Déc - 17:51

Une voix froide et manipulatrice s’éleva dans les airs, invitant Maleficus à entrer dans le bureau. Il gonfla la poitrine, puis s’exécuta. Il avait un air sérieux, troublé par son habituel sourire sadique. Tout était dosé dans la manipulation – bien qu’il n’en eut point besoin pour l’instant – il ne s’imposait pas trop, mais ne s’effaçait pas totalement non plus, il gardait un équilibre parfait, ce qui serait une bonne aide dans la suite de la conversation. Les De SaintClair n’étaient pas la famille la plus respectable que connaissait Maleficus, les guerres et les conflits avaient depuis bien longtemps rythmé les relations entre eux et les Stuart, notamment pour leurs divergences au niveau de la Magie Noire – défendue par les SS (autre nom des Stuart-Serpens) – contre la Magie Blanche – défendue par les De SaintClair. De plus, ces français qui avaient tenté de s’imposer en Ecosse étaient de fervents serviteurs de la religion catholique. Pour Maleficus et ses ancêtres, c’était plus que tout un signe de faiblesse. Selon eux, le catholicisme était un attrape-moldu conçu par les sorciers pour mieux manipuler ceux qui ne possédaient aucun pouvoir magique, alors imaginer qu’une famille de Sang Pur tombait dans cette grossièreté était une vérité inconcevable. Cependant, deux étendards rassemblaient depuis toujours les deux clans : l’Indépendance de l’Ecosse et la conservation du Vrai Sang sorcier. Finalement, les duels et les mariages avaient « réconciliés » les SS et les De SaintClair.

Le bureau n’était pas moisi, non. Par contre, aux yeux du Sang Pur il était… assez banal pour un Directeur de la Commission des Nés-Moldus. Lui aspirait à quelque chose de plus ambitieux, de plus grand, de plus important. Mais après tout, Tryan de SaintClair était encore jeune, il pourrait monter dans l’échelle sociale plus tard…

« Salutation Serpens, assieds toi ... »

Il portait une veste violette foncée que Maleficus trouvait hideuse, ce-dernier ayant adopté un ensemble entièrement noir et une bague en forme de crâne, s’illuminant d’une inquiétante lueur verte. Le ton arrogant qu’avait prit Tryan incitait le Serdaigle à prendre quelques distances.

« Il y a bien longtemps que je ne t'avais pas aperçu … je devais encore être à Beauxbatons … et Jeremias à Poudlard … autant dire une paire d'années. »

Jeremias… Il était vrai que comme le français avait à peu près l’âge de son frère il le connaissait mieux que lui. Il remédierait à cela. Sa réputation devait gagner tout le Ministère anglaise, car en Ecosse tout le monde le connaissait, tout le monde le respectait. Mais ici c’était légèrement différent.

« En effet, Monsieur De SaintClair, malgré nos liens familiaux il semble que nous ayons encore quelques problèmes pour nous voir. J’imagine avoir changé depuis toutes ces années… Je ne me souvenais plus de votre visage tellement notre première rencontre est loin derrière nous. »

Il sourit doucement. Ses dents parfaitement alignées et son teint de démon rendait sa figure presque diabolique. Ses doigts blanchâtres se posèrent sur les deux bras de la chaise et il croisa ses jambes, confortablement installé, comme s’il était chez lui, à Dunrobin. Et pourtant, il respectait son interlocuteur – pas autant qu’il ne respectait Léon Brom ou Larsen Menroth, mais être estimé par un SS comme Maleficus était tout de même peu courant.

La pluie martelait violemment les carreaux de la fenêtre tandis que tout les deux restaient silencieux, les yeux dans les yeux. Un éclair zébra la pièce. Si la conversation commencerait bien, Maleficus pourrait rentrer dans les détails plus spécifiquement. Le tonnerre grondait toujours.


« Je suppose et j'espère que tu n'es pas venu là pour me parler famille, mais tu es un Stuart après tout, alors je te fais confiance pour m'expliquer les raisons de cet entretien, et de ta présence au ministère. »

« Il est vrai que je ne pensais pas venir pour parler de nos clans respectifs, bien que dans les circonstances actuelles la famille prend une place importante et nous savons tout les deux ô combien ce sujet s’infiltre dans chaque conversations de la vie courante. Je ne me suis pas déplacé de Poudlard non plus pour débattre sur la Magie Noire ou la Magie dite Blanche. En fait, il y a plusieurs raisons à ma venue au Ministère. La première, censée être officielle, est que je suis actuellement en dernière année et que l’année prochaine, je devrai me trouver une formation ou un travail. J’ai donc naturellement pensé au Ministère de la Magie et je voulais m’assurer de toujours avoir… certaines relations qui pourraient s’avérer utiles. Si vous voyez ce que je veux dire… »

Il marqua une pause bien pensée.

« J’avais songé au Département de l’Ordre Nouveau ou à celui de la Coopération Magique Internationale, mais ceci ne vous intéresse pas. »
« En réalité, je suis venu vous voir pour vous présenter, une demande assez spéciale, Monsieur de SaintClair. Bien que ma motivation soit de vous rencontrer et d’entretenir mes liens familiaux même les plus éloignés, cela ne veut pas dire que je n’ai pas un intérêt à cette rencontre. »
« Voyez-vous, il existe à Poudlard une sorte de Résistance à l’enseignement que nous proposent les Professeurs. Un petit groupe d’élèves se pense assez intelligent ou assez malin pour mener des actions qui vont à l’encontre du régime actuel. Bien évidemment rien de très grandiose, le Seigneur des Ténèbres peut dormir tranquille, mais leurs actions pourraient s’avérer être de plus en plus dangereuses au bout d’un certain temps. Sachant que la plupart de ces élèves sont en dernière année, le risque est qu’ils pourraient intégrer la résistance aux côtés de Sheppard ou de Weasley l'année de leur sortie de l'école. Ils sont nuisibles pour notre nouveau régime et c’est pourquoi je vous demande de revoir leurs statuts de Sang, peut-être leur faire connaître Azkaban, si vous avez la fonction pour. »


Cela ne serait pas la seule demande du Sang Pur, qui attendit avec une certaine impatience complètement refoulée la réponse de Tryan De SaintClair. Le fait d'être cousins devrait jouer en faveur de Maleficus Serpens, digne et talentueux descendant des Stuart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE] Sam 3 Déc - 22:24

La fourberie, c'était dans le sang des Stuarts à ce qu'on disait en France, bien que ceux ci n'aient jamais atteint de postes très importants dans un grand pays magique, ils étaient riches, ils avaient du talent, mais visiblement pas assez pour s'imposer.
On crachait presque sur ce nom dans le pays de Nicolas Flamel, et ce n'était pas les motifs qui manquaient, les opportuniste n'étaient pas très estimés, encore moins quand orgueil rime avec vanité.

Aux yeux de la famille De SaintClair, ils étaient des cousins, rien de plus, on ne disait rien tout haut, mais on en pensait pas moins, Tryan, n'en pensait pas moins.
Il avait échangé avec Jeremias assez longtemps pour comprendre qu'ils n'étaient pas si différents, d'ailleurs à ce qu'on disait, ce dernier était réquisitionné pour la bataille contre les gobelins, dans l'assaut de la forteresse, on en savait pas plus, mais il n'aurait pas été étonnant qu'un Serpens s'y trouve pour servir le Maître.

Le cadre de l'entretien était quelque peu malsain, la nature se déchaînait à l'extérieur de ses murs, le ciel pleurait à chaudes larmes, et des éclairs illuminaient une atmosphère déjà bien sombre en ces temps troublés. Le sang pur était une raison suffisante au rassemblement sous une seule bannière, c'était plus ou moins l'objectif qu'avait Maleficus en venant ici, encore que ce n'eut pas été nécessaire, le simple fait que Tryan ait un poste aussi élevé suffisait à prouver une loyauté déjà bien acquise.

Il écouta son invité, reconnaissant bien là une voix familière, ces anglais étaient bien tous les mêmes …

« Il est vrai que je ne pensais pas venir pour parler de nos clans respectifs, bien que dans les circonstances actuelles la famille prend une place importante et nous savons tout les deux ô combien ce sujet s’infiltre dans chaque conversations de la vie courante. Je ne me suis pas déplacé de Poudlard non plus pour débattre sur la Magie Noire ou la Magie dite Blanche. En fait, il y a plusieurs raisons à ma venue au Ministère. La première, censée être officielle, est que je suis actuellement en dernière année et que l’année prochaine, je devrai me trouver une formation ou un travail. J’ai donc naturellement pensé au Ministère de la Magie et je voulais m’assurer de toujours avoir… certaines relations qui pourraient s’avérer utiles. Si vous voyez ce que je veux dire… J’avais songé au Département de l’Ordre Nouveau ou à celui de la Coopération Magique Internationale, mais ceci ne vous intéresse pas. En réalité, je suis venu vous voir pour vous présenter, une demande assez spéciale, Monsieur de SaintClair. Bien que ma motivation soit de vous rencontrer et d’entretenir mes liens familiaux même les plus éloignés, cela ne veut pas dire que je n’ai pas un intérêt à cette rencontre. »

Tryan sourit à l'annonce de ceci, alors comme ça, c'était pour une aide directe ? Ce gamin voulait aussi faire fonctionner le piston ? Il aurait été plus sage de ne pas intervenir, enfin, plus intelligent, de laisser faire les choses naturellement, c'était un choix stratégique risqué, d'affirmer ouvertement son attention d'être pistonné, il avait du cran et tant mieux pour lui.
Le regard froid et distant qu'adoptait le directeur de la commission des nés moldu, ne laissait rien transparaître sur un quelconque avis, ou même sur une impression, il avait développé cette faculté, de manipuler n'importe quels masques de manière exceptionnelle et intuitive, ce sourire sadique et maîtrisé, on ne pouvait le percer, pour la simple et bonne raison qu'il n'avait aucun signification.
L'autre reprit.

« Voyez-vous, il existe à Poudlard une sorte de Résistance à l’enseignement que nous proposent les Professeurs. Un petit groupe d’élèves se pense assez intelligent ou assez malin pour mener des actions qui vont à l’encontre du régime actuel. Bien évidemment rien de très grandiose, le Seigneur des Ténèbres peut dormir tranquille, mais leurs actions pourraient s’avérer être de plus en plus dangereuses au bout d’un certain temps. Sachant que la plupart de ces élèves sont en dernière année, le risque est qu’ils pourraient intégrer la résistance aux côtés de Sheppard ou de Weasley l'année de leur sortie de l'école. Ils sont nuisibles pour notre nouveau régime et c’est pourquoi je vous demande de revoir leurs statuts de Sang, peut-être leur faire connaître Azkaban, si vous avez la fonction pour. »

On en venait à Poudlard … un sujet … houleux avec De SaintClair, qui avait un avis bien tranché sur ce que valait cette école, même s'il respectait le choix d'Eris d'y enseigner, il avait une aversion particulière pour ce qu'on y faisait, et qui était là bas.

Il haussa les sourcils, d'un air un peu blasé, bougeant sur son siège, s'il se radossa contre celui ci, fixant toujours son interlocuteur de manière insistante.

«  Pour ce qui de ta porte de sortie Serpens, c'est à toi de choisir, je ne vois aucun motif à ne pas t'accepter à l'Ordre Nouveau, c'est à toi de faire un choix, le plus tôt sera le mieux, ça t'évitera de te retrouver dans une brigade miteuse, et crois moi, c'est pas la joie … une idée de formation particulière si tu rejoins mon département ? Commissaire ou plus sur le terrain ? Ce n'est pas les postes qui manquent ... »

Et une baguette de sang pur, on ne crachait pas dessus, surtout pas à l'Ordre Nouveau, sauf si cette baguette se révélait inutile, mais les soucis en mission sont si vite arrivés … enfin bon, confidence pour confidence, Tryan se foutait bien de savoir si Serpens voulait ou non intégrer l'Ordre Nouveau, s'il le faisait, il aurait bien vite du travail, la meilleure des formations, c'est le vif du sujet.
Il mentionna Poudlard, qu'est ce que Tryan pouvait bien en avoir à foutre ?! Il y avait des gens compétents dans cette école, pourquoi faire appel à lui si ce n'est par dépit, ça sentait l'échec pour Maleficus Serpens, sans doute avait il perdu la face, et sa crédibilité là bas, et venait couiner devant un cousin pour obtenir raison, mais ça ne se passait pas ainsi, pas avec le directeur de la commission des né moldu, pas avec ce français ci.

«  Poudlard dis tu ? Tu crois vraiment que c'est mes affaires ? Sérieusement Serpens, il y a des gens compétents à Poudlard, et si tout allait si mal comme tu me le présentes, je pense qu'Eris m'en aurait parlé, ou qu'il aurait réglé le problème avant même que tu ne le conçoives comme tel.
Il a été clair à ma nomination, Poudlard et le Ministère sont indépendants l'un de l'autre ... »


Il le fixa et son air froid changea du tout au tout quand il dévoila un sourire amusé.

«  Cependant … il se peut que je puisse intervenir, à n'en pas douter. Si tu m'exposes les faits plus en détail, avec un peu plus de précisions, comme des noms, des actions, et que par le plus grand des hasards vois tu, mes renseignements venaient à entendre des rumeurs étranges à leurs sujets, il y aurait peut être moyen. »

Beaucoup de sous entendu, mais ce n'était pas le nerf de la guerre, loin de là.
Plus il réfléchissait, et plus Tryan se disait que Serpens avait bel et bien perdu la face, qu'il n'avait plus aucun soutien, et que dans la situation actuelle, il devait appeler à l'aide, et qui de mieux placé que le ministère pour intervenir.
Il en avait de la chance ce gamin d'avoir un cousin haut placé, et que celui ci ce soucis un minimum de sa famille, si un péon était venu pleurer devant lui, il l'aurait fait exécuter sur le champ, là, c'était bien différent.

Les Serpens pouvaient se révéler utiles pour lui, surtout pour ces dernières recherches, il ne négligeait aucun paramètre, ça ne lui demanderait que peu de temps et puis, ça se réglerait vite, du moins, il le pensait.
La plume sur le bureau se redressa comme par magie, posée sur un parchemin avec à coté de l'encre, elle se prépara à noter les dires du Serdaigle et ça ne resterait que dans cette pièce, personne n'interviendrait, cette rencontre n'aurait été que professionnelle, et de courtoisie.

La famille comptait, suffisamment pour y prêter une oreille intéressée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 23/04/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 14/05/2011
Parchemins postés : 3095



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Maleficus Serpens


MessageSujet: Re: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE] Mer 7 Déc - 17:10

Aux yeux de Maleficus, Tryan DeSaintClair n'était qu'un français qui avait dégoté un poste de fonctionnaire au Ministère Anglais, désormais considéré comme le centre du Monde de la Magie puriste. Le problème était que ce poste s’avérait être relativement important et de plus, le sorcier était un lointain cousin de Maleficus. Un Serpens ne crachait jamais sur la famille, aussi impure ou stupide soit elle. Le Directeur de la Commission des Nés Moldus avait un regard froid, un physique frigorifiant, une voix glacée. Rien n'était plus désagréable pour les gens normaux, mais c'était désormais monnaie courante sous le Régime. Après tout, l'interlocuteur du Sang Pur n'était qu'un pion.

« Pour ce qui de ta porte de sortie Serpens, c'est à toi de choisir, je ne vois aucun motif à ne pas t'accepter à l'Ordre Nouveau, c'est à toi de faire un choix, le plus tôt sera le mieux, ça t'évitera de te retrouver dans une brigade miteuse, et crois moi, c'est pas la joie … une idée de formation particulière si tu rejoins mon département ? Commissaire ou plus sur le terrain ? Ce n'est pas les postes qui manquent ... »

« Je ne veux pas devenir un homme de bureau, je suis plus à l’aise sur le terrain, voyez-vous. Selon moi, la baguette d’un sorcier doit être utilisée et mes capacités ne seraient pas exploitées au maximum si je restais… au Ministère. »

Une brigade miteuse ? Rester un pauvre fonctionnaire ? Sûrement pas ! Maleficus Serpens avait toujours vécu dans un cocon écossais tissé d'argent, de pouvoir et de puissance, il ne finirait pas comme la pièce d'un immense puzzle où tout le monde se ressemblait... Il visait plus haut, beaucoup plus haut. L'autre renchaîna sur le sujet de Poudlard, apparemment un thème tabou chez le français.

« Poudlard dis tu ? Tu crois vraiment que c'est mes affaires ? Sérieusement Serpens, il y a des gens compétents à Poudlard, et si tout allait si mal comme tu me le présentes, je pense qu'Eris m'en aurait parlé, ou qu'il aurait réglé le problème avant même que tu ne le conçoives comme tel.
Il a été clair à ma nomination, Poudlard et le Ministère sont indépendants l'un de l'autre ... »


Maleficus répondit immédiatement.

« Mais tout ne va pas mal, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Eris Valverde n’a aucun pouvoir direct sur les Statuts de Sang des élèves, tout comme moi. C’est la raison pour laquelle je suis ici, au cas où vous ne l’auriez pas compris. C’est vous qui pouvez faire passer des entretiens et modifier les Statuts. Je respecte absolument la séparation de Poudlard et du Ministère. »

Tryan De SaintClair eut un petit sourire amusé, et entendit ce que lui avait conté Maleficus.

« Cependant … il se peut que je puisse intervenir, à n'en pas douter. Si tu m'exposes les faits plus en détail, avec un peu plus de précisions, comme des noms, des actions, et que par le plus grand des hasards vois tu, mes renseignements venaient à entendre des rumeurs étranges à leurs sujets, il y aurait peut être moyen. »

Ah. Enfin on y arrivait, on finissait par entrer dans le vif du sujet. Ce fut au tour de Maleficus d'avoir un petit sourire amusé.

« J’ai John Adams, Sang Mêlé, Serdaigle, qui déteste toute forme de purisme et les actions du Ministère, il est idiot et arrogant. Il a déjà fait l’apologie de la Résistance devant mes yeux, disant très clairement qu’avoir un Sang Pur ne donnait pas de rang supérieur à un sorcier, il a même dit que Kristin Kreuk était talentueuse et plus respectable que n’importe quel travailleur du Ministère. Il a à son actif plusieurs attaques contre des Sang Pur. Sa haine de tout ce qui touche au Seigneur des Ténèbres est plus que visible par tous. Je ne pense pas que le rang de Sang-Mêlé ne lui convienne.
Sinon, Victoria Swan, Josh Eden sont des amis de cet imbécile, il y a Théodora Malaria et plus récemment un certain Franz Scorzi. Ils sont tous Sang Mêlés et ont effectuer des actions contre les Sang Pur de l'école. Je pourrais vous en citer d’autres, mais voici les plus importants. »


Il ne parlerait pas de Mercurius, ni d'Achille, bien que l'envie y était. De Timhalon était déjà en état de surveillance, cela n'aurait pas été logique de le citer. Maleficus attendait la réponse de Tryan De SaintClair.

Allait-il lui demander maintenant ? Non, patience était mère de sûreté. Il attendrait un peu.

« J’aimerais avoir accès à leurs dossiers, c’est aussi une raison à ma présence aujourd’hui. En tant que Brigadier Inquisitorial, j’aimerais connaître plus profondément mes adversaires, j'imagine que vous comprendrez. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE] Ven 9 Déc - 18:22

La petite averse avait bien changé, dehors, tonnait un tonnerre sans nom, les éclairs garnissant l'endroit d'un voile orageux intense.

Tryan n'était pas vraiment du genre patient, il l'était uniquement quand le jeu se montrait intéressant, de son point de vue, il aimait savourer et prendre du plaisir, extraire la moindre essence de plaisir de cet instant, et quand on connaissait un peu le bonhomme, on savait que le moment pouvait être le long.
Avant d'agir il réfléchissait, vite, comme toujours, et après il entrait en scène, on trouvait que c'était un homme d'action, mais avant tout, c'était un stratège, un manipulateur.

Ainsi, Serpens voulait du terrain, c'était aussi ce que son cousin souhaitait, et vu son poste, il en avait pas tant que ça, en ça, il avait toujours songé à démissionner, une fois que son nom eut été fait, opportunisme oblige.
Mais il s'amusa de voir l'autre penser qu'on l'attendrait lui et pas un autre, il se revoyait à l'âge de Serpens, le même … ou presque.

«  Tu veux du terrain, tu en auras au début, mais si tu veux monter en grade, tu en auras de moins en moins. Regardes moi, je ne demande que ça d'aller sur le terrain et regardes où je suis. »

Il le dit avec un sourire sadique et moqueur, décidément, il en aurait pas fini d'entendre ce serdaigle, et puis, son cousin pouvait se permettre de le charrier, l'inverse n'était en revanche pas possible, ou alors il fallait connaître le directeur, chose qui semblait difficile.
Froid, comme une tombe, même lorsqu'il plaisantait, on avait cette désagréable de froid entre lui et vous, comme s'il était capable de tuer à chaque seconde qui s'écoulait, comme si la mort avait une main posée pour son épaule et qu'elle n'attendait que son signalement pour poser son regard amère sur vous.
Il y avait une certaine atmosphère, lourde et pesante, comme si la folie maîtrisée par magie, se faisait dangereuse, en fait, on ne savait pas trop à quoi s'attendre.

Il en était presque impossible de savoir ce que Tryan avait en tête, d'une parcequ'on le connaissait peu, et de deux parcequ'il avait cette légère tendance à ne pas savoir lui même ce qu'il voulait.

On en vint à des noms.

« J’ai John Adams, Sang Mêlé, Serdaigle, qui déteste toute forme de purisme et les actions du Ministère, il est idiot et arrogant. Il a déjà fait l’apologie de la Résistance devant mes yeux, disant très clairement qu’avoir un Sang Pur ne donnait pas de rang supérieur à un sorcier, il a même dit que Kristin Kreuk était talentueuse et plus respectable que n’importe quel travailleur du Ministère. Il a à son actif plusieurs attaques contre des Sang Pur. Sa haine de tout ce qui touche au Seigneur des Ténèbres est plus que visible par tous. Je ne pense pas que le rang de Sang-Mêlé ne lui convienne.
Sinon, Victoria Swan, Josh Eden sont des amis de cet imbécile, il y a Théodora Malaria et plus récemment un certain Franz Scorzi. Ils sont tous Sang Mêlés et ont effectuer des actions contre les Sang Pur de l'école. Je pourrais vous en citer d’autres, mais voici les plus importants. »


Ainsi, Serpens venait de balancer un nuage de nom, que la plume avait naturellement noté, de quoi occuper le directeur pendant un moment avec ceci, mais pas vraiment de quoi le réjouir.

« Tu me cites tout ceux qui te dérange c'est ça ? ( sourire narquois ) Concrètement, tu viens là parce que tu n'as pas réussi à te défaire de tout ça ... »

De SaintClair en était convaincu, il fallait jouer franc jeu, au risque de paraître direct et sans pincettes, mais c'était le seul moyen d'arriver à quelque chose avec lui, encore qu'il ne dise pas amen à tout.

« Tu as du soutien auprès des élèves, ne me fait pas croire qu'aucun ne se bougent le cul pour les faire taire … mais si tu es ici, il semblerait que tu n'es pas réussi à faire le travail par toi même. »

Il le fixa presque avec mépris.

« Si le sang se méritait aux actes, je te laisse imaginer le changement. »

Le message était clair, et il suffisait à signaler le constat plus qu'évident, Maleficus était dans la merde, et comme visiblement, personne ne semblait décidé à l'aider, il pleurait vers la famille.
Mais aux yeux du français, il semblait ne pas avoir d'intérêt, sa requête se trouvait être farfelue, et sans grand intérêt, en quoi des gamins pouvaient se montrer dangereux pour le régime, même plus tard, ça semblait surréaliste.
Après tout, il n'était que sang-mêlé, et jamais, non jamais, ils n'atteindraient le niveau d'un sang pur.

Ceux qui avaient réussi, tous, ils étaient sang pur, du Grand Maître, à la plupart de ses servants de la première heure, il n'y avait pas un mangemort qui était sang-mêlé, ou pire, c'était la preuve que la pureté du sang était un facteur déterminant dans la réussite magique.
Mais il y avait beaucoup de chose que Tryan ne savait pas …

Non, à son grand dam, il voyait ainsi comment un gamin pourri gâté, se comportait en cas d'échec, à défaut d'avoir des parents, il se tournait vers qui voudrait bien de lui, son échec était grand, sa frustration immense, il devait sauver la face.

Des questions ? …

«  De toi à moi, ils te mènent la vie dure n'est ce pas ? J'ai connu la même chose du temps ou le Lord n'avait pas encore vaincu Potter … crois moi que ça n'a pas été simple tous les jours, mais je tiens à te préciser quelque chose : On reconnaît un bon sorcier à ses preuves baguette en main. »

Et comme si cette vérité était aussi difficile à avouer pour lui aussi, il repensa à quelqu'un qui autrefois avait forcé son respect, cette personne, elle n'était plus respectable, mais il n'y pouvait rien, il n'était qu'humain.

« Si nos deux familles, par le passé, se sont affrontées aussi longtemps avant de s'unir, c'est qu'elles avaient toutes les deux ressources nécessaires. Si tu te montres digne du sang qui coule dans tes veines, tu devrais avoir la ressource nécessaire ! De mémoire, les Sturarts n'ont jamais abandonné, ça me ferait mal de dire que tu serais celui qui briserait cette longévité sachant que tu possèdes une partie de mon sang … »

La remarque était pertinente, salir la réputation d'un famille sang pur, voilà bien la dernière chose qu'il était conseillé de faire quand on en portait. Il y avait de quoi pâlir à l'énoncé de cette phrase, mais c'était la dure réalité de ce genre de contraintes, l'incompétence, l'offense, le sang impur, trois choses qui suffisaient à déshonorer le plus noble des blasons, la sentence pour ça … la mort.
De mémoire, De SaintClair semblait se souvenir que les Serpens étaient très friands de ce genre de pratiques, comme si quelques rares individus dans cette famille semblait lutter contre une gangrène naissante et qui semblait se profiler.
Enfin, les parents de Tryan auraient pu dire la même chose, vu que selon eux, Emily ne semblait pas assez pure pour être avec lui, ils voulaient lui trouver quelqu'un d'autre, et ne se gênait pas pour le dire, encore que sa mère fut plus discrète, son père menait la vie belle à la monégasque, il cherchait à la pousser à bout, la faire quitter son fils, qu'il n'appréciait pas mais c'était son héritier, sans cesse rabaissée, on pouvait comprendre qu'elle l'eut quitté, mais ce ne fut pas le cas, et là, au manoir Valverde, il semblait qu'on ne la juge pas, qu'on l'ignore, et cette condition lui suffisait amplement pour vivre heureuse, ou tout du moins, dans l'illusion du bonheur.

Ils ne s'attardèrent pas ou peu sur ce passage quelque peu délicat de la vision du directeur de la commission des nés moldu, et le serdaigle fit une demande surprenante.

« J’aimerais avoir accès à leurs dossiers, c’est aussi une raison à ma présence aujourd’hui. En tant que Brigadier Inquisitorial, j’aimerais connaître plus profondément mes adversaires, j'imagine que vous comprendrez.  »

Le rire froid et sadique de Tryan se fit entendre dans le bureau.
Alors que de gros nuages noirs se laissaient apercevoir par la fenêtre, une voix cynique annonça la triste fin de cette mascarade.

« Tu ne penses tout de même pas que par ton statut de brigadier de Poudlard ou de je ne sais quoi, tu dépasserais en droit ceux d'un commissaire du sang ? Les seules personnes autorisées à consulter ses dossiers sont le Directeur de la commission des nés moldu, le Directeur de l'Ordre Nouveau, les membres du magenmagot ainsi que son directeur, notre ministre, notre intendant, et notre Maitre à tous. Et vois tu, je ne pense pas que tu aies encore atteint un de ces statuts. »

Une blague aurait été plus que drôle, mais l'ambiance ne s'y prêtait pas, et l'air quelque peu déconfit de Serpens, on devinait relativement bien l'idée.

«  Dis moi ce que tu veux savoir, et je verrais ce que je jugerais utile de te dire, mais n'espère même pas poser une seule de tes mains sur un dossier ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 23/04/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 14/05/2011
Parchemins postés : 3095



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Maleficus Serpens


MessageSujet: Re: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE] Ven 16 Déc - 23:42

S'il avait été un seul jour ou le Lord eut été en colère, c'était sans doute ce jour-ci. Le tonnerre grondait, les éclairs éclataient violemment, dévoilant avec une indécente blancheur la face puissante et respectueuse de Maleficus Serpens. Le niveau morbide de son corps était poussé à son extrême, ses cheveux blonds et ses yeux bleus faisaient paraître les seules parties de son anatomie qui paraissaient encore vivante. Ses dents pointues de vampire se découvrirent à travers un rire rouge sang, diabolique, quand Tryan De SaintClair prononça ces paroles:

« Tu veux du terrain, tu en auras au début, mais si tu veux monter en grade, tu en auras de moins en moins. Regardes moi, je ne demande que ça d'aller sur le terrain et regarde où je suis. »

« Je ne pense pas que la Solution Finale ne puisse s’effectuer uniquement sur le terrain. Bien sûr que je suis conscient que je devrai me retrouver tôt ou tard dans l’Administration du Ministère pour monter en grade ! Mais je n’aspire pas seulement à rester dans un bureau, comme je vous l’ai déjà dit. »

Rien n'était plus évident. Maleficus Serpens servirait le Seigneur des Ténèbres d'une manière radicalement différente de son cousin éloigné. Il serait Mangemort.

La pluie battante frappait sans réserve les carreaux de la vitre du bureau de De SaintClair. En Grande-Bretagne, au moment où discutaient tranquillement deux pions du régime, étaient réduits à néant la Résistance et le Bourbisme qui avaient abîmé ce beau pays depuis des années. Des centaines de milliers de personnes mourraient, beaucoup de Moldus disparaissaient, la guerre contre les Gobelins était déclarée, c'était l'Apocalypse. Mais Maleficus était persuadé que ce combat était juste, et que peu importe les moments de défaite ou de recul, cette bataille était tellement importante que rien ne pourrait arrêter les forces des Ténèbres. Partout en Europe et dans le Monde, un nouvel Ordre Mondial était en marche et il détruirait les forces nuisibles à la survie de la Magie et de sa toute puissance.


« Tu me cites tout ceux qui te dérange c'est ça ? ( sourire narquois ) Concrètement, tu viens là parce que tu n'as pas réussi à te défaire de tout ça ... »

« Cela me paraît évident que ces personnes sont gênantes. Nous menons le même combat pour la puissance du Sang, De SaintClair. Ces vermines sont des Sang-mêlé. »

Le cousin était-il si peu lucide ? Ne comprenait-il pas que Maleficus profitait de ses quelques relations les moins importantes du Ministère pour s'acquitter de cette tâche peu ragoutante de se débarrasser de ces insectes ? Tryan De SaintClair n'était pas la relation la plus importante qu'il entretenait dans le milieu de la politique, et c'était précisément pour cette raison qu'il s'adressait à lui: car ce que Maleficus Serpens avait à demander n'était pas d'une importance extrême. C'était proportionnel au grade qu'occupait le français.

« Tu as du soutien auprès des élèves, ne me fait pas croire qu'aucun ne se bougent le cul pour les faire taire … mais si tu es ici, il semblerait que tu n'es pas réussi à faire le travail par toi même. »

Il le fixa avec mépris, sa phrase résonnait plus comme un constat plutôt qu'une question. C'était donc désormais évident que Tryan De SaintClair se croyait au dessus de ce qu'il était réellement, il n'avait pas compris la raison de la présence de Maleficus.

« Croyez-bien que je me suis occupé personnellement de chacune de ces personnes. Mais votre aide pour en finir avec elles serait la bienvenue. Vous savez... les achever de manière "officielle". »

« Si le sang se méritait aux actes, je te laisse imaginer le changement. »

« Que voulez-vous dire par là ? »

Mais Maleficus avait pertinemment compris l'insinuation, c'est sans doute pourquoi il avait pris ce ton si grave.

« De toi à moi, ils te mènent la vie dure n'est ce pas ? J'ai connu la même chose du temps ou le Lord n'avait pas encore vaincu Potter … crois moi que ça n'a pas été simple tous les jours, mais je tiens à te préciser quelque chose : On reconnaît un bon sorcier à ses preuves baguette en main. »

« Je n’ai rien à vous prouvez. Mes facultés magiques ont été prouvées notamment lors des rudes combats auxquels j’au participé à l’étranger ou encore lors de Duels contre ces Sang Impurs. Ils ne me mènent pas la vie dure. Je suis largement au dessus d'eux et les ai vaincus maintes et maintes fois. »

« Si nos deux familles, par le passé, se sont affrontées aussi longtemps avant de s'unir, c'est qu'elles avaient toutes les deux les ressources nécessaires. Si tu te montres digne du sang qui coule dans tes veines, tu devrais avoir la ressource nécessaire ! De mémoire, les Sturarts n'ont jamais abandonné, ça me ferait mal de dire que tu serais celui qui briserait cette longévité sachant que tu possèdes une partie de mon sang … »

La colère montait progressivement dans le Serdaigle, il se demandait encore comment il avait fait pour la canaliser et ne pas la laisser exploser et l'exhiber au grand jour.


« Je n’ai jamais abandonné ! Comprendrez-vous que je vous demande de m’en débarrasser juste parce qu’ils ne valent pas la peine que je m’en charge moi-même ? Je suis digne de mon Sang et de ma famille ! Et je le serai sans doute toujours plus que personne ne le sera jamais dans ce pays ! Ma venue ici n’est pas défaitiste et ne me déshonore nullement, sachez que je porterai à jamais le digne blason des Serpens. »

« Nos familles se sont longtemps querellées sur des sujets comme la religion et la Magie Noire, ne rappelons pas les vieux démons de ces combats pour le moment. Car il me semblait que c’était vous, qui vouliez ne pas en parler au début de cet entretien. N’est-ce pas ? »


« Tu ne penses tout de même pas que par ton statut de brigadier de Poudlard ou de je ne sais quoi, tu dépasserais en droit ceux d'un commissaire du sang ? Les seules personnes autorisées à consulter ses dossiers sont le Directeur de la commission des nés moldu, le Directeur de l'Ordre Nouveau, les membres du magenmagot ainsi que son directeur, notre ministre, notre intendant, et notre Maitre à tous. Et vois tu, je ne pense pas que tu aies encore atteint un de ces statuts. »

Maleficus Serpens eut un rictus méprisant. Peu de gens lui avait refusé des choses précédemment, mais il s'était bien douté qu'il n'aurait pas eu accès à l'entièreté de ces dossiers.

« Dis moi ce que tu veux savoir, et je verrais ce que je jugerais utile de te dire, mais n'espère même pas poser une seule de tes mains sur un dossier ... »

Il sauta immédiatement sur l'occasion, masquant tout de même sa précipitation avec talent, comme il en avait toujours eu l'habitude.

« Je veux connaître mes ennemis. Leur passé, leur famille. Pour pouvoir les toucher là où précisément ça fera mal. »

Cette partie de la conversation terminée, Maleficus aborda un autre sujet.

« Avez-vous déjà entendu parler de Leonardo Sanchez, Monsieur De SaintClair ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE] Lun 19 Déc - 13:35

Le but Tryan était clair, comprendre le système de pensée de Serpens, l'analyser pour mieux cerner le vrai du faux, car ce n'était pas l'abus de confiance qui étouffait le directeur de la commission des nés moldu, avant de pouvoir certifier une intervention, il se devait de se renseigner un peu plus.

Dehors, on aurait dit que la nuit était déjà tombée tellement le ciel était noir, illuminé de temps à autres par quelques éclairs éparses, de quoi faire pâlir le plus ténébreux des hommes et humidifier une matière hydrophobe, on ne pouvait pas sortir par tel temps.

Serpens assumait l'échec, mais semblait ne pas se sentir responsable de celui ci, pourtant c'était sa lutte, pas celle de Tryan, Poudlard, il y avait tiré un trait dessus depuis le tournois des trois sorciers, événement auquel il aurait du participé, mais à cette époque, il étai au dessus de ça, cette farce inutile … il aurait vaincu, et que ce serait il passé ?

Il aurait affronté un dragon, il aurait vaincu la bête, puis il serait allé au fond du lac pour y chercher quelque chose ? Quelqu'un ? En tout cas rien ne l'aurait arrêté, pas cet abruti de Krum, d'ailleurs tué par l'intendant lui même, pas le poufsouffle qui représentait Poudlard, et surtout pas Potter ! Pas cet incapable de sang pur qui avait la chance la plus grosse jamais vue en ce bas monde !
On ne résistait pas au Seigneur des ténèbres, pas plus qu'à ceux qui le servait avec ce droit juste, pour l'avenir de la magie, pour la domination de celle ci sur l'univers.
C'était un combat intense, pas moyen de fuir, tous s'agenouilleraient devant le Lord et ses serviteurs, tous s'avoueraient vaincus devant le sang pur.

« Croyez-bien que je me suis occupé personnellement de chacune de ces personnes. Mais votre aide pour en finir avec elles serait la bienvenue. Vous savez... les achever de manière "officielle". »

L'écoute de cette affirmation fit sourire le français, ainsi son cousin n'avait pas été suffisamment persuasif, son talent s'était dissipé ? De SaintClair avait toujours forcé le respect quitte à user de la force ou non, s'imposer, il l'avait toujours fait qu'on l'admette ou non, parti de rien, il était devenu en France une référence désormais, avec le talent ou peut tout faire.
Les compétences supérieures à la chance, alea jacta est.

Après les remarques du directeur de la commission des nés moldu, le jeune adulte sembla s'énerver, tentant tant bien que mal de dissiper celle ci, ou bien de la cacher, mais ses petits rictus, ses formulations, tout portait à croire qu'il perdait ses moyens, ou allait les perdre dans peu de temps, c'était peut être pour ça que les deux parents de Maleficus avait péri au Chili, ne pas savoir garder son sang froid, c'était mortel dans certaines situations, on paye son incompétence, la vie n'est qu'un du à la grandeur de la parole.

On en vint à se calmer, la perche tendue fut saisie, voilà de quoi trouver un compromis, mais les Serpens seraient redevable à Tryan, le reconnaître leur feraient du mal, l'orgueil en prendrait un coup, mais on oublie vite les dissidences quand un ennemi commun pointe le bout de son nez.

« Je veux connaître mes ennemis. Leur passé, leur famille. Pour pouvoir les toucher là où précisément ça fera mal. »

D'aucun aurait dit que c'est une technique basse et dépourvue d'honneur, mais selon son cousin, l'honneur, c'est tout ce qui restait à un piètre mort.
Manipuler était plus jouissif, mais ça, visiblement, ce n'était pas du goût du serdaigle, alors bon, chacun ses méthodes tant qu'elles sont efficaces.

«  Soit, je t'écoute. »

On entrait dans le vif du sujet, et à présent, chaque informations, chaque dossiers, tout se payerait plus tard, mais le gage était là.

« Avez-vous déjà entendu parler de Leonardo Sanchez, Monsieur De SaintClair ? »

De SaintClair le regarda avec son regard froid et assassin, comme s'il passait son cousin au véritaserum, il tapota avec sa baguette sur une insigne bleue-violette posée sur un coin de son bureau.

«  Léonardo Sanchez dis tu … nous allons voir ça. »

Une jeune femme à l'allure gracieuse et à l’esthétique plus qu'élégante arriva et salua son patron, puis elle fit de même pour l'invité avant d'attendre l'objet du pourquoi elle avait été appelée.

«  Roxane, apportes moi le dossier Léonardo Sanchez, et tant qu'à faire une bouteille de vin et deux verres. 

_ Bien monsieur, je m'en charge de suite.

_ Tu es bien aimable. »

Elle se retira un instant, ce fut Tryan qui lâcha une remarque à son cousin.

«  Au fait, ne m'appelles pas monsieur De SaintClair, ça te fait chier plus qu'autre chose, contentons nous de rapports normaux, inutile d'en faire des tonnes Serpens ... »

La demoiselle revint, avec un dossier sous le bras, et un plateau dans l'autre avec un bouteille et deux verres, elle posa le tout sur le bureau, puis se retira suite à un geste du directeur.
Celui ci prit la bouteille et servit deux verres.

«  Un verre ? De France naturellement, tu m'en diras tant, c'est bien la seule chose qui me rappelle mon pays ici … donc tu disais Sanchez ... »

Il ouvrit le dossier, le parcourut rapidement, et referma celui ci, la lecture n'avait pas tardé.

«  Brigadier, la quarantaine, sang mêlé, ton responsable de club de duel, d'origine chilienne, ancien directeur du magenmagot à ce que je vois, il a fui suite à la défaite de son pays contre les sangs de bourbe. Il a récemment été impliqué dans diverses missions, il a combattu aux coté de l'intendant et du Lord à Privet Drive contre les indésirables, antérieurement, je vois qu'il a combattu le terroriste Malkavian, contre qui il a perdu une bonne partie d'une brigade, il aurait fui à ce qui est écrit. »

La suite était plus délectable, et faisait salivé Tryan rien qu'à l'idée que son cousin saisisse l'opportunité de se servir de cette information.

«  Pendant la guerre civil au Chili, il a perdu sa femme et sa fille, selon mes renseignements, il y aurait un traitre dans sa famille, il est sous surveillance depuis son arrivée en Angleterre, c'est O'Meara qui avait pris cette décision. Vu le dossier il a bien fait. »

Un homme de valeur, avocat de renom, et grand ami d'Eris, rien que ces conditions suffisaient pour que De SaintClair le respecte, regrettant presque de ne pas avoir connu ce grand homme.

«  C'est suffisant ? Tu penses qu'il cautionne tes élèves dissidents ? »

Dès que Serpens parlerait des élèves, Tryan pourrait agir, enfin enquêter puis agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 23/04/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 14/05/2011
Parchemins postés : 3095



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Maleficus Serpens


MessageSujet: Re: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE] Lun 19 Déc - 22:15


Maleficus repensait à toutes sortes de choses. Il n’avait pas l’habitude d’être facilement dans la lune, surtout lorsqu’il était face à un officiel, mais là c’était différent. Il repensait à son Château, Dunrobin, qui était sous la surveillance des elfes de maison jusqu’à sa sortie de Poudlard. Ses grands couloirs décorés sombrement par des objets divers de Magie Noire et de vieux tableaux familiaux. Et pourtant, les Serpens adoraient cette ambiance. Une des choses les plus bizarres qu’avait découverte le Sang Pur était un minuscule tableau près de la salle de torture représentant la Mort, elle venait çà et là quand un être proche de la famille décédait. Il avait aussi été la victime d’une attaque de squelettes d’une dizaine de lutins de Cornouailles lorsqu’il avait ouvert le laboratoire de son père et de son grand-père et de son arrière-arrière-grand-père… Il avait finalement réussi à les semer avant de les enfermer dans leur cage. Il avait ensuite travaillé pendant l’été à ce que ces créatures enchantées par il ne savait quel sortilège puissent être sous contrôle, et il réussit. Désormais, elles se baladaient dans le Château de Dunrobin sans surveillance et servaient de système de sécurité, en plus des nombreuses autres mesures qui existaient depuis bien des années.

Quelque chose d’autre était en ce moment même sous contrôle de Maleficus. C’était Leonora Levinson. La Gryffondor de Cinquième année dont le Sang Pur venait de découvrir le terrible secret. Elle allait devoir servir l’Elite pendant quelques temps, jusqu’à ce que Tryan De SaintClair ne s’occupe de son cas après sa commission. Tout n’était que question de temps, et il parlerait de cette personne à la toute fin de l’entretien.


* « Leonora, tu es consciente que c’est impossible, totalement impossible.. ? »
« Papa… Si c’est possible ! La preuve ! »*


Le Serdaigle eut un geste de dégoût, son interlocuteur lui adressa un regard interrogateur.

« Non, ce n’est rien… »

Et l'autre replongea dans ses pensées, tapotant de sa baguette un insigne posé au coin de son bureau.

« Léonardo Sanchez dis tu… Nous allons voir ça. »

Une élégante femme arriva dans le dos de Maleficus, mais il ne prit pas la peine de se retourner pour voir qui répondait au nom de Roxane. Elle fut envoyée chercher le dossier du Chilien ainsi que du vin et deux verres. L’élégance à la française.

« Un verre ? »
« Oui, merci »

Maleficus aimait bien la France, même si le pays n’était pas tellement connu pour son régime puriste il avait la qualité d’exporter du bon vin. Ils passèrent ensuite au dossier de Sanchez, Maleficus jubila à l’idée de pouvoir connaître des choses sur cet imbécile de latino. Bien sûr, il était conscient que tous ces services ne seraient pas gratuits, qu’il devrait à son tour rendre la monnaie au Commissaire du Sang.

« Brigadier, la quarantaine, sang mêlé, ton responsable de club de duel, d'origine chilienne, ancien directeur du magenmagot à ce que je vois, il a fui suite à la défaite de son pays contre les sangs de bourbe. Il a récemment été impliqué dans diverses missions, il a combattu aux coté de l'intendant et du Lord à Privet Drive contre les indésirables, antérieurement, je vois qu'il a combattu le terroriste Malkavian, contre qui il a perdu une bonne partie d'une brigade, il aurait fui à ce qui est écrit. »

« Oui.. Un traître et un lâche.. Rien de nouveau. »

« Pendant la guerre civil au Chili, il a perdu sa femme et sa fille, selon mes renseignements, il y aurait un traitre dans sa famille, il est sous surveillance depuis son arrivée en Angleterre, c'est O'Meara qui avait pris cette décision. Vu le dossier il a bien fait. »

Maleficus sourit méchamment en apprenant ces petits détails croustillants sur la vie du Brigadier de la Police Magique. Ils les utiliseraient plus tard, cela s’avèrerait sans doute utile, surtout si le Serdaigle retournait au Club de Duel comme il en avait désormais l’intention.

« C’est suffisant ? »
« S’il n’y a rien d’autre cela me suffit amplement… Pensez-vous qu’il ait une quelconque chance de monter en grade au sein du Ministère ? Si vous le connaissez personnellement… Et est-ce que le nom des deux défuntes sont mentionnés ? »

« Et tu penses qu’il cautionne les élèves dissidents ? »
« S’il les cautionne je ne sais pas mais en tout cas il n’a rien fait pour les punir, il va jusqu’à les encourager parfois. Enfin, ce n’est pas étonnant de la part d’un espagnol… »

Ils eurent une petite conversation sur le Chilien avant de passer aux cas des élèves.

« Est-ce que vous auriez les dossiers des élèves que j’ai cité ? John Adams, Victoria Swan, Josh Eden, Franz Scorzi, Théodora Malaria. Surtout John Adams, est-ce qu’il a des caractères particuliers ? Vous vous doutez bien que j'aimerais connaître la vie passée d'un élève qui se déclare bourbiste à qui veut bien l'entendre... Mais j’aimerais aussi savoir certaines choses sur Elena Sidney, Mercurius Yakovsky, Achille de Timhalon et Maximilian Giovaneli… Pour d’autres raisons propres à chacun de ces élèves. »

Il y avait beaucoup de monde à osculter… Mais certains étaient prioritaires par rapport à d’autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE] Mar 20 Déc - 18:03

Était ce des larmes de tristesse ? Ou plutôt des larmes de joie ? Difficile à dire tellement le ciel pleurait, des vagues d'écumes en lui tel la mère qui se fracasse contre les rochers, plus grand chose à faire avec ce temps, loin de déplaire à Tryan.

La pluie, l'orage, tout ceci l’apaisait, ce temps il l'aimait en France, déambuler dans le quartier chic de Paris, ses bottes martelant le pavé mouillé, les gens déviant le regard à son passage, le doux bruit muet de l’accordéon tacite, même le monde moldu français valait plus aux yeux de De SaintClair que le Londres sorcier, le mal du pays.
Il avait toujours aimé sa patrie, peu importe les décisions qui avaient été prise, une mère qui l'avait élevé en grade, jusqu'à lui permettre ce job plus que bon pour le dossier, et agréablement bien payé, mais ce n'était pas ce à quoi il aspirait.

Ce vin rouge, tannique à souhait, un brin charpenté, des souvenirs de chez lui, une des rares choses qui lui restait de cet endroit qu'il n'avait pas revu depuis un moment, trop longtemps à son goût.
Depuis qu'il était en Angleterre, il n'avait pas grand chose pour lui passer cette nostalgie grandissante, ses études secrètes et ses recherches, le français parlé, la visite du professeur Woods, un uniforme régulièrement porté, quelques photos … des souvenirs qui le rongeaient.

Visiblement, il n'était pas le seul à être dans la lune, Serpens semblait tout aussi rêveur, si ce n'était plus. Il avait encore à grandir ce gamin, et Tryan en savait quelque chose, il avait vécu un parcours presque similaire, mais aucune vision n'était plus horrible que celle qu'il avait de lui même à ce même âge.
Il se revoyait sur les escaliers de l'école … elle aussi, elle était là.

Depuis le temps qu'il était en Angleterre, aucune nouvelle d'elle, rien, c'était comme si elle avait disparu, et il n'avait de cesse de la traquer, chaque indice, chaque résistant membre de l'Ordre du Phénix était une avancée, il prendrait soin de tous les torturer lui même, jusqu'à ce qu'il crache une info, quitte à tous les faire mourir ! C'était son droit.

« S’il n’y a rien d’autre cela me suffit amplement… Pensez-vous qu’il ait une quelconque chance de monter en grade au sein du Ministère ? Si vous le connaissez personnellement… Et est-ce que le nom des deux défuntes sont mentionnés ? » 

Question fort juste et adroite, il savait où frapper, il était bien de la famille.

«  S'il a une chance de grimper ? Peu probable, enfin … je pense que tu connais Jeff Heartgold, le directeur de la police magique, un lointain cousin à moi, du coté Anderson, si Jeff le fait monter en grade, ce sera sûrement pour mieux le piéger s'il est résistant, ou alors il aura estimé son travail suffisant, mais c'est maigre pour quelqu'un qui ne s'est pas encore démarqué. »

La remarque sur les défuntes, c'était pour faire mal, achever l'homme malade, et avoir la paix.

«  Aucun nom, il n'y a aucun intérêt à les avoir, pour le ministère. »

De quoi éviter de nouvelles questions sur le sujet.

« S’il les cautionne je ne sais pas mais en tout cas il n’a rien fait pour les punir, il va jusqu’à les encourager parfois. Enfin, ce n’est pas étonnant de la part d’un espagnol…

_ Leurs tendances bourbistes n'est plus à démontrer. Le ministère l'a à l'oeil, s'il venait à se montrer très incertains, il sera éliminé, depuis la loi Jugson, nous avons presque le pouvoir absolu sur nos employés au ministère. Je fais confiance à Jeff pour ce dossier. »

Il n'avait pas vraiment le choix, tout du moins, pour se dossier là.


« Est-ce que vous auriez les dossiers des élèves que j’ai cité ? John Adams, Victoria Swan, Josh Eden, Franz Scorzi, Théodora Malaria. Surtout John Adams, est-ce qu’il a des caractères particuliers ? Vous vous doutez bien que j'aimerais connaître la vie passée d'un élève qui se déclare bourbiste à qui veut bien l'entendre... Mais j’aimerais aussi savoir certaines choses sur Elena Sidney, Mercurius Yakovsky, Achille de Timhalon et Maximilian Giovaneli… Pour d’autres raisons propres à chacun de ces élèves. »

Les y voilà enfin, ce n'était pas tout Poudlard qu'il passait au peigne fin mais presque, ces ennemis, ces alliés, et les personnes qui pouvaient le gêner.
À peine avait il fini sa phrase qu'une ligne de dossier arrivèrent par la porte, et se posèrent les uns sur les autres à coté du bureau du directeur de la commission du sang.

«  Alors voyons un peu … John Adams … anglais, sang mêlé, né à Manchester, père moldu, mère sorcière, si ça t'intéresse son père est mort suite à un truc moldu, un peu avant son admission à Poudlard. Pas grand chose d'autre à remarquer ... »

Il y avait bien autre chose en réalité, mais le tout relevait d'une affaire tout autre.

«  Ce que tu dois savoir Serpens, c'est que c'est madame Piercowski qui a interrogé ton fameux John Adams, elle n'y a apporté aucunes précisions autres, c'est à dire qu'elle n'a pas vu en lui une menace réelle. J'ai confiance en cette commissaire vois tu, même si elle a du mal à se remettre de la disparition de son petit fils, Larsen Menroth, rien que par respect pour ce grand mangemort, je ne peux pas salir ce nom. »

Il y avait aussi une toute autre raison, il n'était pas question que de Menroth, non, il y avait aussi un autre nom qui pouvait en souffrir, et une personne en particulier, que Tryan avait dans le collimateur, Lyna Sweet.
Se permettre de lyncher ce nom n'était pas judicieux, pas encore.

«  L'attaquer officiellement n'est pas possible, il faudra te débrouiller autrement, mais j'ai mon idée sur la question, je te tiendrais au courant. »

Ce regard froid et calculateur, il avait une idée derrière la tête, à n'en pas douter, géniale.

«  Ensuite, Victoria Swan, sang mêlé, sa mère s'est faite assassinée par son père, mais le dossier n'est pas clair, il semblerait que la commissaire en charge de son dossier n'est pas faite long feu … autant dire que tu ne pourras rien savoir de plus de ma bouche. De même pour Scorzi, mais saches que les deux sont surveillés … je m'occuperais de la commission de ce dernier moi même, il ne l'a pas encore passé. »

Le ministère avait ses secrets, et ce n'était pas à un élève de Poudlard, ou a une simple commissaire du sang d'en être informé.

«  Ahah ! Je ne suis pas surpris que tu mentionnes Eden … tu ne le sais peut être pas, mais je suis intervenu directement, dans son dossier, pendant sa commission. Nos deux familles ont eu des … différents, il y a bien longtemps, il fait partie des traitres à son sang, au même titre que les Londubats, Prewets, ou Weasley, il est sous surveillance par mes soins, à la première bavure, il est mort, parole de De SaintClair. »

Quand on parlait religion à un De SaintClair, mieux valait ne pas mentionner les Eden, c'était le coté puriste un peu déjanté de la branche sang pur chrétienne, et toujours en froid avec les français, de quoi attiser des siècles de haine, pas d'alliance, un anéantissement à la vie, à la mort.

«  Malaria, son dossier a été traité par Eris, elle a eu de la chance visiblement, il s'est montré d'une clémence rare, l'attestant sang mêlé alors qu'elle a clairement montré des problèmes dans son dossier, j'y jetterais un œil plus tard. »

Les observations de son hôte dominical firent sourire Tryan, suffisamment pour lui arracher un demi rire étouffé derrière une dentition parfaite.

«  Je cite : INDIVIDU CAPRICIEUX ET ETRANGE. POSSIBLES PROBLEMES PSYCHOLOGIQUES. Amusant n'est ce pas ? Il est possible de l'envoyer à Sainte Mangouste avec ce dossier, quand elle se montrera dangereuse uniquement, je préfère être patient, il en va de la crédibilité d'un cousin. »

Et remettre en doute la parole d'Eris serait ingrat, et impensable aux yeux de celui qui s'était placé comme son successeur légitime, Eris Valverde était un modèle, et en aucun cas, le français chercherait à lui nuire.

Les autres, se devaient être un bonus, alors, il se contenterait de vagues informations, dévoiler tous les renseignements de l'Ordre Nouveau paraissait fou, et pour cause, ça n'était pas uniquement du ressors de Tryan, même s'il dirigeait en l'absence de directeur.

«  Les autres sont facultatifs je présume, mais je préfère te donner quelques éléments : Sidney … la fille d'un raffleur qui travaille pour moi, bon élément ce type, motivé dans son travail, efficace, il sait prendre des initiatives, n'hésites pas à tuer si le besoin est là, je pense que sa loyauté envers le régime est plus que marquée, tu peux avoir confiance en cette fille, elle passera bientôt à la commission. »

Le prochain dossier, il était tenté de rouge, et ça ne sentait pas vraiment bon pour la personne concernée, pas du tout même.

«  Mercurius Yakovsky … dossier pour le moins étrange, et sensible, ce type a été adopté par les Ashfords, une famille soutenant le régime, son père adoptif travaille à la régulation des créatures magiques, je le connais de vu. Mais le gamin semble être un cas, je lis qu'il a montré de l'animosité envers un commissaire, et qu'il a été arrogant avec celui ci. On ne connaît pas son statut de sang réel, n'ayant pas de détails sur l'adoption, il a été passé à Oubliator après s'être fait adopter, on lui attribué un statut mêlé suite à un testament d'objet magique, et surtout parce qu'Ashford est un membre du ministère plus ou moins influent. »

La dernière ligne faisait sourire …

«  On l'a mis sous surveillance étroite, si tu as des infos sur lui à Poudlard, je suis preneur, on a quasiment rien sur son dossier. »

Maleficus semblait lui présenter des cas … un peu tous en fait.

«  De Timhälon, il a fait un séjour à Azkaban, on s'en occupe, ce n'est pas dans ton domaine que tu auras à te soucier de lui, il est en réinsertion, surveillé par Scofield lui même. Rien à signaler pour Giovanelli, famille sorcière, jusque là rien d'anormal. »

Le compte rendu était fait, maintenant c'était à Serpens de se justifier.

«  Maintenant, tu en sais un peu plus, mais j'aimerais connaître tes motivations, tes plans à propos de Poudlard, ce n'est pas pour les crier tout haut, je veux juste savoir comment tu vas gérer ta situation. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE]

Revenir en haut Aller en bas

Les actes et non les paroles font la loyauté - TSC [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives
-