POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

[Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow] Lun 2 Jan - 17:22

Aujourd'hui, sous ce blanc ciel d'hiver, Mudle et Bloodle étaient de sortie. Les deux tritons aux ventres orange se baladaient librement sur un des meubles du dortoir des garçons. Il était environ quatorze heure, autant dire qu'il n'y avait pas foule pour dormir, Adam en avait profité pour s'offrir sa propre tranquillité, comprenez ici : sa seule présence. La solitude ne le dérangeait pas, pas plus que d'être entouré de cinquante personnes, quand il y réfléchissait il n'y avait de grandes différences entre ces deux situations. Couché sur son lit, le regard fixé sur le plafond, c'est un bruit de chute sourd qui le fit bondir de son matelas pour regarder sur le meuble. Il regarda par terre, rien, dessus, ses deux tritons que le bruit n'avait aucunement dérangé. Le jeune Crow avait réussi à confondre un bruit de chaussettes avec celui d'un triton, c'est qu'il y tenait à ses petites bêtes... Adam se leva, soufflant d'exaspération. Qui avait bien pu laissé ses chaussettes en plein milieu de-- ... c'étaient les siennes, une paire de chaussettes n'avait jamais tué personne après tout, pas vrai ? Ramassant et rangeant donc ses affaires, il s'arrêta quelques instant pour caresser ses petites bestioles avant de se saisir de l'une d'elle et de l'amener à même le sol à quelques pas de son lit. Assis en tailleur, le sorcier sortit sa baguette. C'était parti pour un nouvel essai, au programme ? Mudle en mode chalumeau pour le plaisir des yeux.
Ce fut un échec cuisant, malgré les nombreuses formules - bien sûr toutes plus inutiles les unes que les autres - il n'y avait rien eu à faire. Un élève rentra, Adam, boudeur, le regarda à peine, trop occupé à fixer Mudle en se demandant s'il ne faisait pas exprès de faire rater ses sortilèges. A y regarder de plus près ce triton avait l'air suspect et le regard du parfait coupable. L'autre Poufsouffle se rapprochant, Adam releva la tête :

- "Il s'appelle comment ?
- Lui c'est Mudle
, répondit Adam avec un petit sourire."

Le troisième année prit son triton entre ses doigts et alla le remettre dans son aquaterrarium. Ouvrant le grillage sur le dessus, il y déposa l'amphibien qui s'empressa d'aller rejoindre son congénère dans l'eau :

- "L'autre c'est Bloodle, je les reconnais grâce à leurs tâches."

L'autre sembla surpris. Il paraissait presque froncer les sourcils dans une moue irrémédiablement bizarre. Fermant le couvercle en grillage de l'habitat, Adam adressa une mine interrogatrice accompagnée d'un rire étonné :

- "Quoi ?
- Tu ne penses pas que ça pourrait blesser certaines personnes ?
- Ces personnes ne sont pas censées être ici, non ?
rétorqua Adam du tac au tac comme s'il s'agissait d'une évidence.
- Je te pensais pas comme ça.
- Et moi je pensais que tu étais une fille jusqu'à ce que tu viennes me parler, comme quoi une voix ça peut tout changer."

L'allusion à ses cheveux longs ne semblait pas avoir plu à son nouvel ami du jour. Il était temps de partir. Le jeune Crow s'avança sur le côté, contournant ce qui serait quelques secondes plus tard son opposant direct. Un simple coup d'épaule de sa part pour le faire dégager avait suffit à ce que l'autre se retourne pour le pousser des deux mains vers l'avant et le fasse trébucher. Ce qui suivit se passa très vite. Adam se releva, il était loin d'avoir la carrure de quelqu'un pouvant donner un coup de poing cependant la colère fait parfois faire des miracles. Il y eut une bagarre plus que brouillon entre les deux élèves noir et or, pas sûr que ce dialogue ait véritablement été la cause du conflit, les idéaux semblaient aussi y être pour beaucoup. Au final même la porte qui s'était ouverte à quelques mètres d'eux n'avait pas suffit à les faire arrêter de se taper dessus.


Dernière édition par Adam S. Crow le Dim 22 Jan - 2:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 08/10/2011
Parchemins postés : 1575



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Lincoln Crow


MessageSujet: Re: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow] Mar 3 Jan - 20:26

Il ne pouvait pas céder, à vrai dire, c'était littéralement impossible. Si il lâchait prise, ici même, c'était la fin de tout, l'apocalypse, la bérézina... bref, le merdier total. Non. Il lui fallait une astuce. Un truc qui lui permettrait de s'en sortir sans dommage, et surtout sans confrontation. Aujourd'hui il ne désirait pas l'affrontement. C'est vrai quoi, il en avait marre... pour l'instant. Oui, l'instant présent importait. C'était maintenant et maintenant seulement qu'il n'en avait pas envie, demain serait différent, demain serait un jour différent. Il n'appréciait pas mêler les choses, et il le respectait à la lettre.

Assis derrière son bureau, il fixait sans le voir le tas de dossiers inachevés, ou en cours, de la sécurité de l'école de sorcellerie. Un tas plutôt désespérant dans la mesure où toutes les feuilles, toutes les signatures, tout ce qui se trouvait entre les deux planches rigides étaient une perte de temps considérable et un moyen potentiellement approprié pour le mettre dans une rage folle. On pouvait dire que ces dossiers constituaient une menace terroriste pour les élèves de l'école. Évidement, il réussirait à se contenir, du moins, il l'espérait, mais on ne pouvait prévoir l'imprévisible. Son regard ne décrochait pas de la pile de dossiers, mais son esprit était ailleurs, bien loin de toutes ces conneries. Loin de toute cette agitation excessivement agaçante. Il rêvait d'un monde silencieux, d'un monde sans loi, sans voix. Un monde parfait. Peut-être cela n'arrivera-t-il jamais, peut-être que oui, lui-même ne pouvait pas savoir, il l'espérait, voilà tout.

Jusqu'à présent, rien n'était venu le déranger, on ne trouvait pas de problème(s) dans les couloirs et aucun chien du Ministère n'avait besoin de frapper, une fois de trop, à sa porte pour une quelconque affaire de justice. Non, aujourd'hui il avait sa journée à lui. D'ailleurs il l'avait précisé : "Ne vous attendez à rien de moi, je ne bouge pas de mon bureau sauf sous ordre du Seigneur des Ténèbres ou de Mr.Scofield" et encore une fois, ce genre de principe, il s'y tenait à la lettre. Rien n'était mieux qu'une bonne séance de relaxation intense dans son bureau. Bien que les dossiers venaient ficher en l'air tout son trip, il n'en demeurait pas moins satisfait.
Il prit la liberté de se lever, de rejoindre son magnifique buffet et de se servir un habituel verre de Whisky Pur Feu comme le voulait sa tradition une fois qu'il était seul et sans problème majeur.

Il était adossé à son buffet, légèrement assis dessus, et sortit sa baguette. Il pointait le miroir en face de lui et lança un sort informulé dessus. La glace explosa. Son reflet se perdit dans les éclats de verre, et il sourit. La seule expression qui lui vint en tête fut : "J'ai brisé l'apparence d'une silhouette sans fondement". Et il ferait de même avec l'autre con. Ce type complètement fou qui avait osé l'offusquer au Ministère et prétendre à son incompétence en temps que Mangemort chargé de la Sécurité de Poudlard. Un dingue. Et pour Crow, un type qui finirait bientôt à Azkaban. Il aurait pu l'envoyer sur le champ, mais il préférait attendre, laisser le temps faire son oeuvre et la culpabilité s'accumuler. Oui, il le savait déjà : cet homme reviendrait s'excuser. Il reviendra car il aura peur. Peur d'une sentence pire que la mort. Peur de perdre tout ce qu'il lui est cher pour de simples mots. Peur d'un homme. Et cette peur est, et sera fondée.

"Attends de me voir en action Mr.Joke... hahaha."

Un rire froid, mauvais, presque faux. Il était plus forcé pour rendre la scène plus glauque encore qu'autre chose. Soudainement, on frappa à la porte, une fois... deux fois... trois fois. Hé ben, voilà bien longtemps qu'on avait pas eu une telle erreur au troisième étage de l'école tiens ! Tant mieux. Inutile de dire "Entrez", la personne en question était déjà devant Crow, un autre dossier rouge dans les mains... encore ?!

"Crow, on a pire encore !"
"C'est Monsieur."
"Oui, bon, tu vas pas m'embêter avec ça hein ! Non mais regarde !"
"Pfff, qu'est-ce qui se passe encore ? Fuite d'eau ? Fuite d'élèves ? Fuite de profs ?"
"Ah non, pas cette fois ! Une fois leur a suffit à ceux-là, ils n'ont pas osé recommencer."
"Tant mieux Brigitte, tant mieux."


Il ne prêtait pas plus attention à la femme, plutôt âgée, présente en face de lui, il lisait en diagonale l'ensemble des fiches ministérielles, radotant sur la potentielle naissance d'un troupeau de Centaure dans la forêt Interdite.

"Un troupeau ? Carrément ? On ne les avait pas éradiquer ?"
"Si ! Justement si ! comment ont-ils fait pour revenir Crow ? Comment ? Oh bordel, Monsieur de Ministre ne va pas être content, mais alors vraiment pas !"
"Je m'en charge. Demande juste à la commission de sécurité territoriale de m'accorder un délai d'opération totale."
"Très bien, j'irai les voir ! Tu me sauves Crow, encore une fois !"
"C'est Monsieur, Brigitte, Monsieur."
"J'y penserai la prochaine fois ! Promis !"


Et la bonne femme repartit, presque en courant. Non elle n'avait pas peur, c'était d'ailleurs un des seules personnes au monde qui n'avait pas peur du mangemort. Une bonne chose pour elle. Brigitte n'avait jamais eut froid aux yeux, et jamais ne s'était écrasée devant lui, c'est justement pour ça qu'il l'appréciait : ce n'était pas une faible d'esprit.
Le dossier était très complet, il n'y avait rien à redire dessus, et pas d'élément imprécis. On savait que faire et où le faire. La menace nuisible ne pouvait perdurer en Angleterre, comme partout ailleurs, et il était du devoir de Crow de faire respecter cette loi impartiale et nécessaire.

"Wincky."


Un elfe apparut.

"Apporte ceci à Elizabeth. Demande lui, de ma part, de prévoir ma venue au Ministère d'ici quelques heures. Je veux la voir."
"Très bien Maître, désirez-vous autre chose de la part de ce pauvre Wincky ?"
"Non, pas pour l'instant, tu peux disposer."
"Au revoir maître, ce sera fait maître."

Pouf, l'elfe disparut.

C'était une brave créature. Certes frêle, et miteuse, mais elle servait bien, et servait avec sincérité. Jamais Crow n'avait eu à lui reprocher quelconque erreur. Il était fier d'avoir trouver ce Wincky a qui il chargeait les missions les plus importantes qui se devaient d'être remplies. Crow sortit de son bureau, il lui fallait vérifier quelque chose d'important, un détail qui pouvait tout faire flancher, et il serait dommage qu'il échoue ici.
Il entama sa descente jusqu'aux cachots de Poudlard, un labyrinthe sous-terrain qui s'étendait jusque sous le lac. Un dédale de couloir étroits et étrangement repoussants. Il les connaissait par cœur, autrefois, au temps où lui aussi apprenait sous la tutelle des professeurs, c'était son lieu préféré. Il y était tout le temps, et généralement tout seul. La présence des autres le gênait plus qu'autre chose, et rien n'a changé de ce côté là depuis.

La salle commune des Poufsouffles était le centre névralgique des circuits d'air sous-terrain. Chaque tuyau rametant l'air extérieur, sous le lac, se regroupé au dessous de cette salle commune, d'apparence inoffensive. Crow, comme la plupart des membres du personnel, connaissait les mots de passe de chaque salle commune, il entra, sans difficulté. L'après-midi venait de débuter, et la plupart des élèves n'étaient pas dans leur salle commune, en fait, il n'y avait personne ici. Tant mieux. Personne n'aurait idée de toucher aux circuits comme ça, même si Crow doutait qu'un Poufsouffle ose se mettre dans une merde pareille.

Il prit sa baguette et tapota sur quelques pierres du mur le plus éloigné de la porte. Une grosse partie des briques se déplaça laissant place à un ensemble de tuyaux tous identiques. Ils étaient tous transparents, mais l'un d'entre eux contenait un gaz vert. La tête d'exaspération de Crow pouvait laisser penser que ce n'était pas une bonne chose.

"Foutus nuisibles, toujours à modifier leur environnement..."

On entendit alors un coup de poing, et un autre. Enfin, on entendait plus les bruits de deux garçons se disputant, l'un voulant paraître plus fort de voix que l'autre, et vice versa. Pendant qu'il était là, autant intervenir.
Il s'avança vers les dortoirs des garçons de Poufsouffle, y poussa la porte doucement, pour ne pas se faire remarqué.
Sa baguette ne se fit pas désirer :

"Expulso."


Les deux élèves se firent éjecter à l'autre bout de la pièce. Crow avait un sourire sur le visage. Il appréciait ce genre de situation,les voir là, s'interrogeant sur ce qui venait de se passer. Oui, c'était plaisant. Le mieux restait l'après quand ils comprenaient à qui ils avaient à faire...

"Alors messieurs on se bat dans les dortoirs ? Je ne sais pas si votre professeur responsable de la maison Poufsouffle en sera très heureux."


Il ne leur laissa pas le temps de répliquer.

"Ce sera une retenue tous les soirs jusqu'à nouvel ordre dans les cuisines après le repas du soir, clair ? Et que je n'ai pas à le répéter. Maintenant, dehors."


C'était clair oui, et puis net, et également précis. En fait, c'était parfait. Il resta dans l'encadrement de la porte et vit passer le premier des deux garçons, puis le second, qu'il arrêta d'un geste de la main. Il ne dit rien et attendit que l'autre soit dehors.

"Alors comme ça j'ai à faire à mon "petit-cousin" en personne dans une affaire de règlement de compte ? Crois-moi, c'est le genre de chose qui se répète vite dans la famille... que s'est-il passé ?"

____________________________________





Seul l'agent :geek:surveille les deux côtés de la force

Spoiler:
 


Dernière édition par Lincoln Crow le Mar 3 Jan - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow] Mar 3 Jan - 20:26

Le membre 'Lincoln Crow' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


Invité


Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow] Mer 4 Jan - 18:36

Ils n'avaient même pas eu le temps d'y penser qu'ils s'étaient déjà tous les deux retrouvés à quelques mètres de leur position initiales. Changement de plan, changement de programme, la bataille qui faisait rage venait de cesser aussi brutalement qu'elle avait commencé. Quelques insultes de dernière minute fusèrent cependant, à défaut de pouvoir se taper dessus avec les mains il leur fallait le faire avec des mots. Jusqu'à ce que leurs yeux se figent sur ce qui semblait être l'individu le plus redouté, du moins par les élèves qui ne tenaient pas en place. Adam, lui qui avait réussi à échapper une première fois à la sanction en s'éclipsant venait de se faire prendre tapant sur un autre Poufsouffle en plein milieu des dortoirs. Autant dire qu'il y avait plus glorieux comme bêtise. Après avoir fixé Crow, les deux élèves se regardèrent mutuellement : ils étaient dans la merde. Au delà de l'expression ô combien vulgaire qui s'échappait de leurs deux regards, on pouvait y lire une certaine haine, en particulier chez Adam qui ne supportait pas un tel échec, se faire choper comme ça à cause d'un imbécile c'était vraiment stupide ! Il nota la pommette anormalement rouge de son adversaire, au moins un de ses coups de poings - plusieurs il espérait - avait atteint sa cible. Lui, essuya sa lèvre persuadé qu'il saignait mais ne trouva rien sur le revers de sa manche, une impression, rien de plus. Ils auraient des bleus, sans doute... Quelque part heureusement qu'on les avait séparé, c'est bien connu plus on se bat et plus ça s'envenime, pire, si Adam s'était retrouvé face contre terre il n'aurait pas déclaré forfait pour autant, pour preuve le début de la bagarre.

La sentence lui parut démesurée. Tous les soirs, une colle, tout le temps ? Qui fixait donc les règles dans cet établissement ? Il pouffa presque, stupide période scolaire, il détestait l'école... Quant à savoir s'il détestait plus l'école magique que l'école normale, c'était une autre histoire ! Définitivement, l'école magique était bien mieux, mais les sanctions étaient toutes aussi magiques. "N'attaque pas mais défends toi." tels étaient les mots de son père depuis aussi loin qu'il se souvienne, il s'était défendu, non ? Quoique. Un simple coup d'épaule ne valait pas une bousculade aussi prononcée, c'était donc une réplique justifiée à une agression, oui, c'était ça, il avait eu raison de frapper, il avait toujours raison. Le jeune Crow aurait aimé l'amocher un peu plus, très certainement que l'autre pensait pareil. Leurs "blessures" se voyaient à peine, et c'étaient plus des bobos que des blessures, une bagarre d'enfants en somme. D'un autre côté si Adam ou son collègue avait usé de la magie les blessures auraient pu être grave et les conséquences nombreuses : un grand brûlé et un p'tit gars en morceau au service d'urgence, exclusion de Poudlard... Un véritable cauchemar, finalement ils s'en étaient plutôt bien tiré, qu'est ce que c'était une colle dans toute une vie ? - une colle ou plusieurs, hein...
Il n'y avait pas à discuter, d'expérience contester ce genre de décision c'est aggraver son cas et puis Adam allait toujours, ou presque, dans le sens du vent et là son petit doigt lui disait de faire profile bas pour ce coup. Le regard sur ses pieds, il le releva pour détailler un peu plus son bourreau. Alors c'était lui "Crow" ? Le même que sur les papiers ? Le gars qui portait le même nom que lui ? En y repensant le Poufsouffle l'avait croisé plusieurs fois dans les couloirs, sans vraiment y prêter attention, l'autorité moins il la voit mieux il se porte. "Dehors", ce mot sonna comme l'ultime libération et les deux compères dans la fuite ne se firent pas prier. Ce fut d'ailleurs presque la guerre pour passer le premier, guerre où Adam déclara forfait, erreur de sa part, Crow sembla mécontent et arrêta le deuxième : lui. Le garçon eut une petite frayeur, une pointe dans le ventre, celle que l'on a dans les descentes des grands huit. A la remarque de l'adulte un de ses sourcils de arqua de façon dramatique et étonnée :

- "Si c'est parce qu'on a le même nom, j'ai déjà assez des autres élèves. J'ai pas à payer les fantaisies nominales de mes parents, j'suis sensé m'appeler Bringer."

Ca s'était répandu comme une traîné de poudre qu'il y avait un Crow en tant qu'élève. Beaucoup étaient passez outre mais la minorité de bouffons qui semblait régir cet établissement en avait fait un jeu. "Adam Crow, le fils caché de Crow le détraqué", ouais c'était drôle au début, le garçon pensait qu'en riant de sa propre personne ils finiraient par se lasser. Mais non. Personne ne se lassa, à part lui. Son humour avait des limites et ça le mettait hors de lui qu'on le sache comme "quelqu'un" et non comme "Adam", simplement Adam. Si le concerné commençait à s'y mettre aussi, c'était la fin de tout, ça l'agaçait sérieusement toute cette histoire, d'ailleurs ça se sentait dans le ton de sa voix :

- "Des Crow, des Smith, des Anderson... Si tout ceux qui partageaient le même nom étaient de la même famille on serait tous consanguin."

A l'évidence Adam n'était pas vraiment au courant du sujet sur lequel il extrapolait complètement. Non, des Crow il n'y en avait pas autant que des Smith, mieux, les Crow était une famille plus que restreinte et la décision de ses parents avait aussi pour but de la faire perdurer. Il avait aussi omis un détail primordial, la plupart des familles pures se connaissaient et étaient même en étroite relation. Quant à la consanguinité, il y avait bien des familles qui avaient sombré dans ce vice infâme juste pour faire durer leur lignée quelques générations de plus, avant que leurs enfants ne deviennent gogoles et stériles. Cependant ce n'était pas le genre de chose que l'on disait à son enfant de treize ans et Elizabeth, aussi bien que son mari, avait passé sous silence ces quelques modalités, y compris que son cousin était en fait dans le personnel de Poudlard.

Revenir en haut Aller en bas


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 08/10/2011
Parchemins postés : 1575



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Lincoln Crow


MessageSujet: Re: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow] Jeu 5 Jan - 21:38

Le gamin avait du répondant. C'était typique chez la famille de Lincoln. Aucun membre n'avait sa langue dans sa poche, même pire, ils aimaient la sortir au besoin pour rabaisser ou discréditer quelqu'un. En général, c'était assez efficace et potentiellement violent. Surtout avec l'âge. L'âge donne l'expérience, l'expérience donne l'assurance, l'assurance la force, la force le pouvoir et ainsi de suite. On ne peut pas stopper la machine une fois lancée, un Crow qui nait, c'est un être sans limite, sans loi, qui ne croit qu'à la seule force de la nature, qui ne croit qu'en lui-même. Ce n'était pas idéaliste, c'était réaliste. Il n'y avait qu'à comparer les membres de la famille depuis maintes générations. L'arrière-grand-père du mangemort était un sorcier doué dans les potions, et bien que le Ministère ait demandé son aide dans de nombreuses affaires intérieurs, ils n'ont jamais vu un seul doigt du bonhomme. On disait au repas de famille qu'il leur avait même envoyé un échantillon de Polynectar. Un moyen ingénieux de leur faire comprendre que ça ne marcherait pas et qu'ils feraient mieux de transformer quelqu'un d'autre plutôt que d'attendre qu'il vienne. C'était un homme dur, mais un homme juste. Jamais il n'avait trahit l'honneur qu'on lui faisait, ni l'amitié qu'on lui portait. Il ne défendait que son intérêt et celui de ses proches, il détruisait les autres. Un homme comme le Mangemort silencieux les appréciait. Fort de caractère et d'esprit, intelligent, rusé... Il n'y avait aucun doute qu'il descendait de lui, en ligne directe.

Adam était rempli de colère. Son regard le trahissait, sa façon de marcher, ses habitudes, son tempérament, rien n'échappait à Crow, et cet élève, aussi inoffensif soit-il, ne devait pas être pris à la légère, ni même refoulé sous prétexte purement arbitraire de son jeune âge. De toute façon, pour Lincoln, un enfant en l'âge de rentrer à Poudlard devait assumer un devoir d'adulte, un comportement exemplaire et le respect des lois et règlements du Ministère applicables à l'école. Oui, on ne devenait pas adulte à dix-sept ans, on s'y préparait, et depuis trop longtemps déjà, cette nuance était oubliée. Crow allait remettre les choses en place. L'éducation, il ne connaissait pas, mais peu importe, faire repsecter l'ordre, ça il gérait.

Il fixait toujours le garçon, son regard était impénétrable, et comme à son habitude, empli de haine. Il bouillonnait intérieurement, et ce, tout le temps. Il se comparait parfois à un volcan en activité. On savait qu'il était dangereux, on savait qu'il allait exploser, mais on ne savait pas quand, et ça c'était la force morale de Crow, cette façon de faire pression sur les populations environnantes lui suffisait pour diriger par sa seule présence. Quand il était là, on se taisait et on écoutait. Cependant, son petit-cousin tenait tête. Encore une fois, c'était un Crow, rien de plus normal après tout.

"Tu t'appelles Crow. Si tes parents ont choisis ce nom ce n'est pas pour rien, ne t'avise pas de refouler un nom aussi honorable."

Les paroles étaient sèches, froides, strictes, le sous-entendu violent et dictatorial. Bringer... bien que cette famille soit respectable par son sang, et ses actes passées, on ne pouvait pas détrôner les Crow dans l'esprit de Lincoln. Rien ne pouvait discréditer cette famille, alors à quoi bon essayer ? Porter un nom aussi digne était une bénédiction.

"Ta mère serait déçue que tu n'assumes pas ton nom Adam."

Elizabeth apportait beaucoup d'importance à son nom de jeune fille. Tout comme Adam, son fils, elle aurait dû s'appeler autrement, un nom comme Wool ou quelque chose dans ce style, mais l'arrangement familial décida que ce fut "Crow." En réalité depuis de très nombreuses générations, seul Lincoln n'était pas né Crow, mais ça personne ne s'en souvenait, sauf sa propre mère, et lui. Tant mieux, ce n'était quelque chose à savoir.

Le Poufsouffle semblait dubitatif quant à sa relation de parenté avec Lincoln. Dans certains moments, Crow ne comprenait pas ces gosses. La moitié présent dans l'école tuerait pour obtenir un lien avec lui, dans l'espoir stérile d'éviter les désagréments, et lui préférait refuser catégoriquement ce lien. Hum... à croire que l'envie d'appartenir à la race supérieur ne le tentait pas. Etrange, ce n'était ni caractéristique d'un Crow, ni même d'un Bringer. Il n'y avait aucune famille de Sang-pur avec cette caractéristique d'ailleurs. Tous les membres, de toutes les familles d'Angleterre appréciaient être mises au devant de la scène. Pourquoi pas lui ? Adam intriguait énormément le mangemort. Finalement, les centaures attendront...

"Tu serais étonné de connaître le nombre de personne dans cette école qui ont un lien de parenté avec toi, même éloigné."

Même si les Crow n'était pas une grosse famille, à une certaine époque ils étaient connus au Nord de l'Angleterre ( avant que l'arrière-grand-père de Lincoln décide de partir pour le Sud déménageant toute la famille et les relations ), et les alliances par mariage étaient monnaie courante. Ainsi, l'arbre généalogique large, c'est à dire comportant cousins, cousins éloignées, et cousins de parenté, étaient inscrits dessus, cet arbre était immense et beaucoup de noms s'y trouvaient, et depuis les années passées ici, nombreux sont les cousins très éloignés que Lincoln a vu passer.

"Tu ne peux pas nier ton lien de parenté avec moi..."

Il allait agir par pression morale, comme toujours il le faisait pour faire ressurgir les souvenirs profonds de ses "patients".

"Elizabeth me parle suffisamment de toi, c'est comme si je t'avais vu régulièrement. Il est peu probable qu'elle ne m'ait jamais évoqué."

Le ton était sans hésitation direct. De petites allusions au quotidien familial du garçon devraient normalement suffirent à l'intriguer.

"D'ailleurs, je suis passé la voir il y a quelques jours, Sean est malade, et ta chambre est dans un sacré bordel. Ta mère veut que tu la ranges pendant les vacances."


Hum... heureusement que personne n'était présent dans cette salle commune, sinon paye ta crédibilité après...

____________________________________





Seul l'agent :geek:surveille les deux côtés de la force

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow] Ven 6 Jan - 14:27

Honorable ? Il sortait les grands mots quand même. Adam n'était ni fier, ni réellement affecté par son nom, il savait que c'était une preuve de son statut, et rien que ce fait faisait que c'était important, de là à vénérer un nom de famille parce qu'on le porte il y avait une marge. Si ça avait été un autre élève sans doute qu'il aurait rigolé, ou simplement répété la phrase en mimant exagérément avec sa bouche les syllabes et rendant le texte grotesque. Seulement là, il ne pouvait en aucun cas se le permettre. C'était Crow, et Dieu sait que la réputation de ce gars le précédait sans cesse. Dans un sens Adam avait peur, peur que tout cela ne dégénère juste parce qu'il refusait d'être dans la même famille que lui, faut dire qu'il semblait pas net, un peu dingue même, enfin ça ne se voyait pas mais... Définitivement pour se promener vers les dortoirs à une heure pareille fallait y chercher quelqu'un, c'était d'une perversité sadique et déplacée. En parlant de perversité, il commença à parler au nom de sa mère. Ca lui faisait une belle jambe tout ça, selon le garçon il était plus logique qu'il en sache plus sur elle que le sorcier qui l'empêchait de sortir, et puis qui lui avait dit qu'il n'assumait pas ? Au contraire, les autres faisaient de lui l'épouvantail du champ de courge à cause de son nom d'oiseau, bien sûr ce n'était pas le genre de chose qui remontait aux oreilles de l'administration. Non, sur ça il ne pouvait se taire, il voulu répliquer mais garda tout pour lui, une heure de colle c'était déjà assez, voire beaucoup trop. Il inspira, mais rien ne s'échappa de sa bouche, d'un côté c'était peut-être mieux comme ça.
Cette remarque sur son nom était cependant restée en travers de sa gorge. Son discours prêtait-il à croire une telle chose ? Non, Crow c'était bien comme nom, ce n'était ni honorable, ni honteux, ni pédant, c'était bien et bien c'est déjà mieux que rien, non ? Puis Bringer ou Crow, c'était bien aussi. Peut-être que le chauvinisme familial dont faisait preuve le gardien de la porte était en réalité beaucoup plus terre-à-terre, un truc du genre : "On n'insulte pas mon nom de famille (...)" avec cet air bougon commun à tous les râleur. C'était marrant car quelque part c'est exactement la réflexion que le Poufsouffle aurait pu avoir si les rôles avaient été inversés... Bref de toute façon à ce moment même il se tapait une sorte de leçon de morale sur son nom de famille, dans un sens tout était bien qui continuait bien, il n'avait plus besoin de s'expliquer sur le pourquoi du comment de cette bagarre puérile et infondée. Il s'imaginait mal avouer qu'il avait nommé ses tritons sur la base d'un jeu de mot et balancer les idéaux de son collègue en disant que c'était lui qui avait commencé. Crow n'était pas une balance, enfin pas toujours, pas dans cette situation en tout cas.

Il fut légèrement coupé dans son élan. Son oreille distraite redevint finalement entièrement attentive à l'évocation du nom d'Elizabeth. O.K, cette fois la surprise le frappa, ce gars connaissait le nom de sa mère ? C'était super louche : "Non, ma mère ne m'a jamais évoqué un psychopathe de la sécurité de Poudlard séquestrant les élèves dans leur propre dortoir." Ah ? Celle là elle avait faillit sortir par contre, heureusement qu'il pensait avant de parler, enfin, des fois. Adam préféra le laisser continuer, de toute façon que pouvait-il répondre si ce n'était ce qu'il venait de se répéter en tournant sept fois la langue dans sa bouche - façon de parler bien sûr. O.K, cette fois le nom de son père y passait, et ce ne fut pas la surprise mais tout autre chose qui lui sauta aux yeux. Elizabeth, Sean, ces deux noms et tout le reste devaient se trouver dans un des dossiers de l'école, rien de compliqué à se procurer pour quelqu'un comme lui. Ensuite, du bluff, certes sa chambre était en bordel mais ça on avait une chance sur deux en s'avançant sur le terrain. Ce qui le dérangeait le plus c'était que son père soit malade, vrai ou pas ça il ne pouvait pas le savoir et l'autre Crow paraissait sûr de lui, peut-être un peu trop mais ça ne faisait que renforcer cette réalité :

- "Mon père n'est pas malade."

Il était confiant. Sa mère l'informait de tout par courrier et il n'avait rien reçu. S'il ne recevait rien c'était que rien ne se passait ou ne s'était passé, voilà tout. Sean n'était pas souvent malade, les probabilités pour que le courrier de demain... Il s'arrêta de penser subitement, demain, le courrier c'était demain, il n'en savait donc strictement rien, son père pouvait être malade. Dans un sens, comment l'autre Crow pouvait être informé de ce qui se passait chez lui ? Du bluff, ce n'était que du bluff, Adam tentait de s'en convaincre mais parvenait de moins en moins à cacher son stress, ce n'était pas ce qu'il préférait être en tête à tête avec quelqu'un d'aussi craint. Faire le fort d'accord, mais tenir longtemps c'était une autre paire de manche :

- "Enfin, peut-être pas. Et même s'il l'était, j'vois pas comment vous pourriez être au courant."

Adam partit en direction de son lit, une idée fixe en tête. Il se pencha, extirpa sa valise d'en dessous le sommier et se mit à vider ses quelques affaires à la recherche des différentes lettres reçues depuis les dernières semaines. Il savait ce qu'il cherchait, si sa chambre était en bordel chez lui, ici elle était impeccable, irréprochable - sauf peut-être pour cette histoire de chaussette mais passons. Il cherchait la dernière qui parlait de son père, celle de la semaine dernière ou celle d'avant. Il la trouva, la lu brièvement pour ne pas faire attendre et revint presque en courant, victorieux. Le Poufsouffle donna la lettre, dépliée, à l'autre Crow, et, lui laissant un temps de lecture qui n'était pas suffisant, il enchaîna :

- "Si mon père est malade, il ne l'était pas la semaine dernière."

Un gros sous entendu à peine dissimulée. Comment savait-il pour son père ? Pourquoi extrapoler de la sorte ? Dans la lettre il y avait bien marqué que Sean couvait quelque chose, un rhume ou n'importe quoi d'autre, seulement ce n'était pas le genre d'information qu'Adam criait sur tous les toits. Quelque part ça commençait à lui faire peur, comment pouvait-il savoir tout ça, et si c'était dans un dossier, pourquoi s'être renseigné autant sur ce sujet, et s'il s'était renseigné, comment avait-il pu savoir qu'il se trouvait dans le dortoir à une heure aussi aléatoire ? Ca se bousculait dans sa tête et la seule chose qu'il trouva fut bien en dessous de toutes ces pensées :

- "Comment vous savez tout ça ?"

Curieux ? Oui. Cependant il n'y avait pas que de la curiosité là-dedans. Fouillait-il son courrier ? Le surveillait-on ? Si oui, qui pouvait être ce "on" ? Pourquoi on se mettrait à le surveiller ? Il n'avait rien fait, certes, il y avait cette commission du sang à passer mais Adam pensait être à l'abri. Stupide école, stupide internat, stupide règlement ! Il fixait l'ainé Crow avec détermination, néanmoins le doute était présent, il attendait une réponse sans vraiment avoir pensé à quelle pourrait être la nature de celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 08/10/2011
Parchemins postés : 1575



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Lincoln Crow


MessageSujet: Re: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow] Dim 8 Jan - 2:10

Il doutait. Adam doutait si fort, si bien, que son visage retransmettait, en direct, ses émotions. La chaleur le prenant, ces bouffés de chaud qui vous rendent malade, elles vous mettent mal à l'aise jusqu'à ce que vous daigniez retirer veste, tee-shirt, d'endroit ou de discussion. Il y avait également le regard. Il ne savait si il devait regarder Crow ou le reste. Pourtant, le gamin était coriace niveau "je baisserai pas les yeux.", une habitude familiale à n'en pas douter. On voyait ses tremblements, bien que faibles, se propager dans ses mains, ses bras, ses jambes. Bientôt ses cheveux se dresseraient sur sa tête, alliant esthétisme et ridicule. Le gamin doutait, et Lincoln n'avait qu'une phrase à placer, un petit mot à glisser, un sous-entendu à étendre, et c'était le vide autour de Adam. Le néant, il se sentirait si seul, si désordonné, si con qu'il préférerait mourir. Toucher à l'intimité aussi brutalement était une marque de stupidité, ou de maîtrise de la torture mentale. Dans le cas de Lincoln il n'avait pas gaffé, il savait exactement ce qu'il faisait, et il était largement classable dans la deuxième catégorie, comme en témoigneront ses victimes passées, et futures.

Il ne considérait pas l'acte d'opérer une torture sur quelqu'un comme un crime, il ne considérait même pas ça comme un manque de respect, il trouvait ça légitime dans l'unique et bonne mesure où cela était fait avec maîtrise des règles et maîtrise des techniques, car contrairement à ce que la majorité pense, la torture est un art complexe et solide, mieux vaut ne pas s'y aventurer si l'on n'envisage pas de passer plusieurs heures de théorie. Chaque points de la personnalité pouvait être un élément utile, mais encore fallait-il connaître toutes les facettes ? Pour la torture physique, là, c'était différent, le but étant légèrement barbare et sans réflexion, il s'agissait de faire bêtement mal dans l'optique d'obtenir des réponses claires et précises si la victime souhaitait voir la douleur s'arrêter. La seule condition pour pratiquer ce style tribale était la maîtrise de son esprit, le sang-froid. Ne pas faiblir, être sans pitié, et de préférence, aimer voir les gens souffrir, pleurer, supplier, implorer, ou pire encore. Parfois certaines victimes, sous la pression de la douleur venaient à en cracher leur propre sang, accompagné de minuscule organes intestinaux... la vue du sang ne devait pas gêner un tortionnaire, encore moins un tortionnaire physique.

Quoiqu'il en soit, Lincoln appréciait être ici, discuter avec son "petit-cousin" que l'on qualifierait plutôt de neveu dans la mesure où Elizabeth était comme sa sœur pour lui. Il appréciait car cela lui permettait d'avoir d'autres rapports avec un élève, oublions le "Monsieur Crow", oublions la peur et la crainte du bureau, oublions la sanction. Il s'agissait là de la peur instinctive. Celle qui se réveille une fois l'intimité violée. Une autre forme de peur bien plus belle et agréable à tester. Pousser l'enfant de treize piges à bout, c'était l'un des objectifs du moment. On ne pouvait pas savoir ce qu'une personne cachait sans arriver à la rendre hors d'elle-même.

"Comment je le sais ? Parce que j'étais à Liverpool, chez toi, avant hier."


Et hop, un détail confidentiel de plus sur le lieu d'habitation de ses parents. Il fallait approcher de plus en plus do noyau. Ce noyau là, Lincoln ne connaissait pas encore sa nature exacte, il ne pouvait prédire ce qui ferait flancher Adam, il n'en avait aucune idée, mais c'était ça le jeu aussi : percer les secrets de l'adversaire, percer dans l'ombre, jouer à la Pinata un bandeau sur les yeux dans une salle de cent mètres carrés. Il fallait savoir avancer vers l'inconnu, sans être déstabilisé, et en sachant manier son esprit avec grâce, maîtrise et adversité.

"Oh non, la semaine dernière il ne l'était pas, je pense qu'il a attrapé froid en rendant visite à sa mère en Ecosse, qu'en pense-tu ?"

Lincoln abordait un sourire étroit, fin, discret, mais réel. Un sourire qui voulait tout dire chez lui. Un sourire qui signifiait son exaltation, son humeur, son désir fou de s'amuser ( et chez lui ce mot en disait long... ), sa cruauté... bref, un sourire qui le définissait si bien que lui même ne pourrait le décrire précisément. Un sourire qu'il qualifierait de ... parfait. La dernière phrase que Adam prononça sonna comme la fin d'un règne. On savait dès à présent qu'il avait lâché prise, qu'il était passé par dessus bord. Adam.S.Crow n'était plus parmi nous, il était tombé, il avait failli sur le champs de bataille : son doute était réel, ses craintes existentielles. Il avait bel et bien prononcer la phrase de la défaite morale. Le drapeau blanc comme pour dire "Je me rends, je ne peux résister, je me rends à l'évidence".

"Je connais ta vie mieux que tu ne l'as connais toi-même. Je connais ta mère mieux que Sean ne l'a connaît. Elle me connaît mieux que ma propre mère me connaît..."


Il marqua une pause, son regard fourbe et déterminé, agressif et froid, posé depuis toujours sur Adam.

"Mon nom a été prononcé maintes fois, ma présence est intègre à la vie que tu mènes, dans les paroles, dans l'avenir qu'espère ton père pour toi, dans les histoires de jeunesse de ta mère... sur les tableaux, les photos."


Ces deux derniers éléments, il fallait que Adam creuse dans sa mémoire pour comprendre de quoi il s'agissait. C'était à la fois précis et évident. Bien que Lincoln doutait que Elizabeth ait une photo de lui à Liverpool, il savait qu'il était sur de nombreuses photos, et deux tableaux au manoir familial de la maison Crow, là où tous les membres de la famille venaient chaque année. Elizabeth avait bien trop de fierté et d'amour pour sa famille pour qu'elle manque une seule de ces réunions, et ainsi, depuis le temps, Adam était déjà venu. Crow le savait puisqu'il l'y avait déjà vu, mais pas sûr que d'autres que Elizabeth, Sean, sa mère et son grand-père ne l'aient vus lui.
Sur l'immense tableau du salon principal, représentant tous les membres de la famille, fait il n'y avait pas plus de quatre ans lors de l'anniversaire de mort de sa grand-mère ( une fête à titre posthume était une tradition chez les Crow et chez d'autres familles de sang-pur. ). Sur ce tableau, on voyait très clairement chaque membre, au centre régnait fièrement George Crow, patriarche de la famille. Et à l’extrémité gauche de la scène, là où le peintre avait débuté un dégradé du noir à l'extérieur jusqu'aux premières personnes pour accentuer la lumière au centre et ainsi diriger le regard du spectateur vers le centre âgé de la famille, dans cette pénombre, on pouvait y voir Lincoln. Une personne ne regardant pas fixement le tableau à cette endroit précis ne pouvait deviner, ou même affirmer que Crow y était. Pour preuve, sa mère a pensé qu'on l'avait oublié la première fois.

Il était probable que Adam ne se souvienne plus de ce tableau comme il faut, mais c'était dans la nature d'un enfant de se focaliser sur des éléments aussi futiles et inutiles soient-ils qu'un homme plongé dans la pénombre artificielle d'un tableau, cela valait le coup de tenter. On ne perd pas au jeu sans y avoir joué comme on dit.

"Mais la question peut se retourner Adam, pourquoi ne le saurais-je pas ?"

____________________________________





Seul l'agent :geek:surveille les deux côtés de la force

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow] Mer 11 Jan - 19:19

Stop ! Halte là, temps mort ! Qu'il parlait de Liverpool, qu'est ce que ça pouvait prouver au final si ce n'était qu'il avait mis la main sur quelques papiers, hein ? Bon, il était tout aussi vrai que ça commençait à faire beaucoup d'informations divulguées à la seconde. Le coup de la grand-mère en Ecosse ça l'avait profondément marqué, un véritable fer chauffé à blanc et mis en plein sur le front. Puis ce sourire ! Ce sourire si satisfait, si répugnant, si imparfait, si sadique, si exaspérant dans tous les sens du terme et vous savez pourtant qu'il n'y a aucun autre sens lorsque quelqu'un vous exaspère. Au final ce qui énervait le plus le Poufsouffle c'était d'en savoir moins sur sa propre famille que cet individu lambda de l'établissement. Son père était allé voir sa mère ? Et alors ! Non ! Plutôt pourquoi on ne lui avait rien dit ? Non ! Si ça se trouve tout ça ce n'était qu'un piège immonde pour lui faire dire ce qu'il ne devait pas dire, oui, c'était ça ! Sa mère lui avait expliqué qu'avant le régime il était mal vu de dire ce qui était bon de l'être aujourd'hui - malheureusement cette simple pensée suffit à le perdre et il revint presque au point de départ. Du charabia, voilà ce que ces mots donnaient dans sa tête, cette histoire de connaissance, puis quoi encore ! Il ne savait rien, absolument rien de ce qu'il avait pu vivre, ne serait-ce que le plus banal des sentiments eux deux n'avaient rien partagé. Et, si au grand choix du destin ils devaient s'être partagés quelque chose, ce n'aurait été que cette colère cathartique à l'intérieur du garçon. Adam se tût. De rage ou de respect, on ne pourrait le savoir avec précision, sans doute qu'il mourrait d'envie de sauter à la gorge de l'homme qui lui barrait la route. Pas pour lui casser la gueule, non, simplement pour passer, passer et fuir, s'en aller loin de ce sous-sol qui prenait des allures de véritable salle d'interrogatoire.

Une image affreuse lui remplit soudain l'esprit. Lui et sa mère ? Ensemble ? C'est bien ce qu'il affirmait, non ? "Je connais ta mère mieux que ton père" fallait admettre que c'était peu banal comme réponse à une simple question. C'était presque du dégoût, il s'était imaginé l'espace d'un instant être le fils de son bourreau. Dans cette même humeur, le syndrome de Stockholm n'était qu'à quelques pas. L'homme lui faisait peur, pas de là à le terroriser mais il était mal à l'aise, écrasé sous le poids d'un simple regard, de la même façon qu'un chien s'aplatirait après avoir fait une bêtise. Cependant Adam ne baissa pas les yeux, c'était peut être ce qui lui appuyait le plus sur les épaules d'ailleurs. Ne pas lâcher, l'école lui avait appris au moins ça : à ce genre de jeu si on lâche on devient la tête de turc. Leurs yeux étaient perçant, et si l'autre Crow lisait dans Adam comme dans un livre ouvert, Adam, lui, peinait à déceler quoique ce soit dans le regard de son aîné. Que devait-il y chercher au juste ? Pas grand-chose sans doute. Les sourcils du garçon étaient légèrement froncés, signe de son impatience et de son agacement, en lui il se sentait comme un geyser dont l'issue serait bouchée. La bouche fermée, on devinait que ses dents se serraient par intervalles réguliers. Néanmoins, ses traits se décrispèrent peu à peu, plongé dans une réflexion qui le ramenait loin en arrière pour un enfant de son âge. Des tableaux, des photos ? Il revoyait les meubles du salon, aucune photo, il revoyait la chambre de ses parents, aucune ne représentait l'homme qui se tenait en face de lui. Alors il fouilla plus loin, car de toute façon ce duel il l'avait perdu sans vouloir le reconnaître. Il fixait toujours Crow, mais son attention était ailleurs, vague, pensive et à en juger par ses yeux qui perdaient peu à peu de leur colère, on savait qu'il partait, plongeant dans une zone qu'il croyait jusqu'à lors impénétrable par les autres.
Puis ce fut la rupture : "pourquoi ne le saurais-je pas ?", cette simple remarque eut l'effet d'une mine sous-marine. Le geyser arrivait, scandaleusement fort et incontrôlable, il le sentait remonter le long de sa gorge. Alors tout lui revint par flash, il pensa plus vite, plus précisément, il se revoyait là dans ce manoir gigantesque avec d'autres enfants, il lui parut même se voir à la troisième personne. Il le revoyait, cet homme avec la même allure, ce gars tantôt en retrait tantôt à raconter des choses "aux grands". Il le voyait mais son visage était flou, si flou qu'il en devenait noir. La mémoire lui jouait un tour, elle-même se refusait de croire une telle coïncidence, non, ce genre de chose il l'avait rêvé, mais son parcours mental pris fin au moment où la vapeur s'échappa dans des mots hauts en décibels :

- "T'en sais rien, putain ! T'en sais rien !"

Il lui avait craché ces sons comme s'ils n'avaient rien voulu dire, ne semblant pas se rendre compte que dans le lot il y avait un intrus, ce gros mot caché en plein milieu de sa phrase aux allures de jugement. Capricieux et colérique comme la mer, le geyser ne s'arrêta pas en bon chemin, il y eut une vague, puis une autre et Adam ne s'évertuait même pas à essayer de les contenir, à quoi bon puisqu'il avait perdu :

- "J'm'en fout de savoir qui t'es. J'm'en fout !"

Au file des mots, la pression retombait. La cheminée était encore chaude, propice à une nouvelle éruption, on le sentait dans la façon dont il serrait le poing pour se canaliser, dans ce tremblement de colère qui le forçait à rester statique au lieu de bondir et d'attaquer. Pourquoi il s'en foutait ? Il n'avait pas que ça à faire, son père avait tout prévu, ou presque, ce qu'on lui demandait c'était de travailler alors pourquoi il fallait absolument que tout le monde choisisse à sa place ou lui mette des bâtons dans les roues ? Il n'avait pas envie de devenir Mangemort, pas plus que de devenir médecin ou banquier, il n'en savait rien car il n'y avait jamais pensé. Il ne pouvait même pas parler de désir ou de joie sur ces sujets, peut-être qu'être serviteur du Lord serait fantastique mais il ne s'imaginait pas plus dans un bloc opératoire qu'avec un tatouage sur le bras. Voilà pourquoi il le cherchait, voilà pourquoi il l'attendait : pour savoir. Qu'y avait-il de mal à poser ses questions à la personne qui vous semblait la plus à même de vous répondre ? Seulement voilà, ce Lincoln était introuvable et la bibliothèque ne lui avait rien appris, à croire qu'il n'était qu'une légende familiale pour forcer les enfants Crow à le surestimer et le prendre pour modèle. Ce n'était sûrement pas ce que voulait sa mère, mais il y avait des choses de garçon dont on ne pouvait pas parler avec son père, peut-être tout simplement car il ne représentait pas l'idéal de son enfant.
Cette fois il tenta de forcer le passage en direction de la porte. Puisqu'il n'avait pas le droit, ni l'audace, de s'opposer et d'affronter directement le responsable des surveillances autant voir s'il faisait quelque chose pour l'arrêter. Qui ne tente rien n'a rien, et après une crise de nerf aussi démesurée - faut dire que la baston d'avant l'avait assez échauffé - c'était presque un sentiment de honte qui le parcourait. Ce qu'il voulait ? La paix, ou tout du moins que les gens arrêtent de se liguer contre lui. Cette journée était pourrie jusqu'à la moelle de toute façon, que ça continue ou que ça s'achève elle était gâchée.
Revenir en haut Aller en bas


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 08/10/2011
Parchemins postés : 1575



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Lincoln Crow


MessageSujet: Re: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow] Mer 11 Jan - 23:52

Alors il devait en venir là ? Il devait aller jusqu'au bout pour que le gosse comprenne enfin ce qu'il était ? Qui il était, qui représentait-il, pourquoi ? Lincoln Crow n'était pas un membre très affiché de la maison Crow, on ne parlait que rarement de lui sous son véritable nom, non pas car on avait honte, mais parce que son passé était connu, et que tout le monde savait par où il était passé, et ça, ça fait frisonner chez les cousins, tantes, oncles, grands-parents, et parents. Personne n'aime entendre le destin tragique et pourtant inévitable de son père, personne n'aime parler de son envoie à Azkaban, de ce procès aussi violent par les paroles que le fur la mise à mort de son propre progéniteur par les actes. Oui, Lincoln était considéré comme tabou par son passé, mais comme un idéal par son présent. Tous autant qu'ils sont, le respectaient avec honneur et fraternité. Il était celui qui avait réussit là où personne n'était auparavant monté. Il avait gravit les marches plus rapidement que n'importe qui dans cette famille, et était allé plus haut que son grand-père lui-même en son temps. Tout le monde l'admirait pour ça, mais lui trouvait cela faible et pas satisfaisant. Il appréciait être mangemort, il avait atteint un objectif, mais un but en cache un autre et jamais cette vie de désir, d'envie, de persévérance acharnée ne s'arrêtera : jamais.

On ne l'évoquait généralement que par des "Ah oui, Linc' est très prometteur" ou des allusions à sa mère "oui, le fils de...". C'était ce genre de code qu'il fallait déchiffrer, que l'on apprenait à comprendre au fur et à mesure que les discussions avançaient. Perdre le fil de ce genre d'anecdote c'était comme jouer au Quidditch les yeux bandés. C'était voué à l'échec. Etait-il possible que Adam n'ait jamais pensé à décrypter les messages codés par les parents ? N'avait-il jamais fait le lien entre sa mère, Rebecca et un type à Poudlard ? Soit ce garçon était affreusement con, soit il se foutait de tout, mais une autre solution était difficilement envisageable. Enfin, de toute façon, si cela doit se régler dans la douleur, alors cela se règlera dans la douleur. Les Crow sont nés dans le sang et l'argent, et peut importe les familles, les coutumes, un Crow souffre à un moment de sa vie. Au début, à la fin, au milieu, tout le temps.

Il se taisait encore sur le sort qu'il allait employer. Devait-il persévérer avec la douleur ? Devait-il pénétrer l'esprit avec la liaison ? Ou devait-il calmer rapidement les ardeurs du grand petit Poufsouffle ? Hum... tous étaient tentant, mais il ne pratiquerait pas trois sortilèges sur un membre de sa propre famille, qui plus est le fils de sa cousine. Si il en usait de un, alors ça irait, mais psychologiquement, trois d'un coup, c'était dur à supporter pour une victime... il en mourait sûrement... pauvre gosse, si jeune et déjà en si mauvais état... Non, c'était plus malsain que d'habitude, il fallait réserver ce genre d'état d'âme pour les autres, ceux qui l'embêtaient vraiment.

"J'en sais rien ? Tu sembles perdu Adam."


Il disait cela avec une pointe d'ironie dans la voix. Il aimait provoquer, il adorait ça même. Ici c'était un excellent moyen de prouver au garçon qu'il le connaissait, que leur lien était indéniable qu'il pouvait faire ce qu'il voulait de lui, et que ce pauvre petit ne pourrait rien faire. Ce serait toujours et c'était inévitable, Crow senior qui gagnerait à ce jeu là. Il avait plus de ressources et plus d'arguments. Forcément, il avait raison.

"Oh que non. Tu ne t'en fous pas. Tu veux absolument le savoir, ça t'intrigue, tu es certain de me connaître et pourtant tout semble indiquer le contraire. Tu le sais sans le savoir, tu le penses sans y croire."

Cette dernière phrase était la plus représentative de l'espèce humaine selon lui. On pense tout savoir, mais le sait-on vraiment ? On pense à tout, mais y croyons-nous ? Tant de questions peuvent être retournées et réutilisées... un moyen simple, efficace et sûr de mettre le doute chez les autres.

Enfin, il avait trop traîné, il fallait qu'il comprenne. Que le gosse sache enfin qui était le type en face de lui, avec qui parlait-il. Il fallait qu'il comprenne, qui connaisse le gars qui avait protégé sa mère pendant tant d'année, qui avait l'avait mené à rejoindre le Seigneur des Ténèbres, qui l'avait fait sortir d'Azkaban. Il fallait qu'il sache, enfin, à qui il devait la vie avant tout.

"Legimens !"

La baguette était sortie plus rapidement que Crow ne l'imaginait. Il le voyait au ralentit, pourtant l'action s'était déroulée en quelques centièmes de secondes. Il était entré dans l'esprit du garçon, et il circulait dans ses données les plus intimes. Il ne regardait pas, toutes ces conneries de sentiments, d'amour, il s'en fichait éperdument. Il voulait retrouver exactement trois moments dans l'esprit du garçon et les faire remonter à la surface. Le premier était le jour de sa naissance. Crow était venu exprès de Bulgarie pour féliciter sa cousine et apprécier la venu du nouveau Crow dans la famille. Son visage avait bien changé depuis, à l'époque il n'avait que dix-sept ans, et déjà mangemort. Le deuxième souvenir était un peu plus tard. Adam devait avoir quelques années de plus, à vue de nez, Crow dirait cinq ou six ans. C'était le plus gros dîner de famille que les grands-parents n'avaient jamais organisé. Les cousins éloignés, proches, les tantes, les oncles, les cousins par alliances, tout le monde y était. Tout le monde, Lincoln aussi. Elizabeth avait prit son fils avec elle, et ils s'étaient tous les trois éloignés. Leur discussion, on s'en fichait, mais le fait était là, Lincoln était en face de Adam. Et son visage était presque similaire à celui de maintenant. Le dernier, et ultime était le reçu de lettre de Poudlard pour les onze ans du gamin. Il avait reçu sa lettre, il était heureux, et quelqu'un était venu sonner à la porte. Sa mère était partie ouvrir, il était passé rapidement, avait juste aperçu le visage du type, sans y faire attention. Ce moment là, Crow le fixa bien clairement dans la tête du garçon. Il sortit de son esprit et tout reprit forme réelle. Ils étaient dans des positions exactement similaires aux précédentes, mais quelque chose avait changé.

"Tu peux penser ce que tu veux sur qui je suis. Mais tes souvenirs ne peuvent être dupés."


En bref : t'es baisé.


____________________________________





Seul l'agent :geek:surveille les deux côtés de la force

Spoiler:
 


Dernière édition par Lincoln Crow le Jeu 12 Jan - 0:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow] Mer 11 Jan - 23:52

Le membre 'Lincoln Crow' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow]

Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] Mauvais jeu de mot [Pv - Lincoln Crow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-