POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Quelques années plus tard [Tryan]( terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé) Mar 7 Fév - 11:25

La mort et le froid. Voilà ce dont Alec d'Urberville se souvenait de cette nuit de 1997. Et aussi d'un inébranlable sentiment de satisfaction. Avait il eut peur ? Certainement. Alec n'avait jamais été du genre à se masquer ses propres sentiments. La mission avait bien commencée pourtant. Une dizaine d'hommes, des militaire agguerris, un capitaine certes jeune mais qui connaissait son affaire...Alec était parti serein arrêter ce loup-garou qui terrifiait le Jura. Il n'y aurait aucun problème. Manque de chance, il y en avait eu un. Un problème de localisation. De météo. Jamais ils n'auraient du rester si longtemps dans la montagne. Les hommes étaient sur les nerfs, ils étaient crevés, et terrifiés. La moitié d'entre eux s'étaient barrés dès qu'ils avaient vu la bête. Les autres s'étaient faits descendre sans quasiment rien pouvoir faire. A la fin, il restait Alec, et le loup-garou. Et il n'avait pas eu peur. Il avait pris son courage à deux mains, et il l'avait expédié ad patres. Sauf que comme le bestiaux avait eu l'idée géniale de le rendre aveugle, Alec ne sut pas qu'il était mort. Le courage, c'est avoir peur avec une minute de retard. Maintenant qu'il ne voyait plus rien, Alec avait peur. Parce que s'il n'avait pas réussi à buter le loup-garou et que celui-ci décidait de réattaquer, il ne pourrait rien, mais alors absolument rien faire du tout. Alors d'Urberville chercha le loup-garou, sur ses gardes. Il finit par le trouver, le crane défoncé. Il l'avait eu ! A ce moment là, un rire de fou retentit dans la montagne. Il l'avait eu ! Il allait probablement y passer, mais il l'avait eu. Alec repartit vers ce qu'il esperait être la civilisation. Il avait froid, et il finalement se rendre à l'évidence : il allait y rester. Alors il s'arrêta.Un pas de plus et il tombait dans un ravin. Les dieux, quels qu'ils soient, étaient avec Alec. C'est là que l'équipe de secours le trouva, à moitié mort de froid, deux jours plus tard. Mais souriant. Il avait buté le loup-garou. Alec se souvenait des noms de ceux qui l'avait récupéré. Paul Hardy. Thomas Veneur. Grégoire Valmy. Alexandra Fortcros. Tryan de Saintclair. Un gamin le dernier. Il ignorait ce qu'ils étaient devenus. Lui en tout cas, avait demissionné. Alec pensait que pour être un bon chef, on n'avait pas droit à l'erreur. Ni à l'incertitude ou à la peur. Et il avait eu peur. De mourir, bien sur et puis d'échouer. Et puis il aspirait à une vie plus paisible. Il l'avait eu en revenant en Angleterre. Oui, certes, il avait été un héros en arrêtant le dragon de Bordeaux. Mais c'était fini, maintenant...

Alec alluma une cigarette en considérant la possibilité de se lancer ou non dans sa rédaction d'un article sur les chimères pour la RAMZ ( revue anglaise de magico-zoologie) quand son regard tomba sur la Gazette du Sorcier.

Citation :
ATTAQUES DE LOUP-GAROUS : DE SAINTCLAIR EN PREMIERE LIGNE

Alec ouvrit le journal. Pas assez de détail pour lui. Où ? Pré-au-lard. Quand ? Le jour où il avait rendu visite à son frère. Qui ? Une meute de loup-garous. Comment avaient-ils été arrêtés ? Par des rafleurs dirigés par le directeur de la commission des nés moldus, Tryan de SaintClair. Mis à part que ce dernier avait fait du chemin depuis la dernière fois, l'article n'apprenait rien à Alec. Ce qui intéressait notre homme, c'était le pourquoi des choses. Et il lui manquait trop de données pour répondre à cette question. Il tira un instant sur sa cigarette, indécis, puis se décida à se réinstaller derrière son bureau. Attrapant un parchemin, il commença à écrire, traçant comme à son habitude des mots en italiques décidées :

Citation :
Monsieur de SaintClair,
J'ignore si vous rappelez encore de moi. Il faut dire que j'ai quitté la France juste après ma démission pour revenir en Angleterre et me consacrer à l'écriture de mes livres ( peut-être que Le péril loup-garou vous dit quelque chose ?)...Toujours est il que j'ai été fort surpris de lire votre nom dans la Gazette à propos de l'attaque de loup-garous qui a frappé Pré-au-lard.

C'est justement à ce sujet que je vous écris. Pour ne rien vous cacher, la motivation de ma lettre est double. J'écris ici en tant que magico-zoologue poussé par la curiosité scientifique, mais aussi, et de manière beaucoup plus simple, comme le père d'une famille vivant à Pré-au-lard, et foncièrement inquiet pour la sécurité de ses enfants. Si on ajoute à cela le coté militaire prêt à reprendre les armes si le Ministère a besoin d'aide,l'intêret de cette lettre est peut-être triple.

J'ai lu la Gazette, comme je vous l'ai dit. Mais il manque des éléments. La premiere question est donc : vont-ils recommencer ? D'autre part, le reste de mes questions commencent par pourquoi. Ils ont attaqués en meute. Et ça, c'est un fait curieux. Du temps où Greyback était encore en vie, le Ministère utilisait parfois la meute de celui-ci, sous le contrôle des mangemorts. Je l'ai vu, du temps où j'étais au bureau des êtres. Mais quand Greyback est mort, le Ministère a rendu hors la loi tous les loup-garous. Certes une meute est plus efficace et plus dangereuse, mais aussi plus voyante. Pour ne pas se faire arrêter, ils se sont dispersés. J'en veux pour preuve que les derniers incidents ont toujours été dus à des individus isolés. Alors pourquoi se rassemblent ils maintenant ? Et pourquoi attaquer un village qu'ils savent défendu par des sorciers ? Certes ce sont des nuisibles, aussi je ne compte pas vraiment sur leur intelligence, mais tout de même ! Sont ils déséspérés au point d'en devenir suicidaires ?

Il ya bien sur la possibilité qu'ils aient rejoints l'Ordre du Phénix. Auquel cas, Weasley, devient, aidé par ces bêtes, un ennemi d'une autre dimension. Cependant, si c'est le cas, il tient en main une bombe à retardement, qui lui explosera à la figure tôt ou tard. Il ne peut pas contrôler ce genre de nuisible. Mais l'hypothèse la plus probable reste qu'ils aient agit pour leur propre compte, auquel cas, il y a fort à parier qu'ils vont recommencer. C'est dans leur nature...et il y a juste à esperer que le Ministère sera prêt pour les recevoir.

Cordialement,
Alexandre E.J. d'Urberville.

Avisant le hibou familial qui attendait sur son perchoir, Alec lui confia la missive. L'oiseau s'envola gracieusement dans le ciel gris du mois de Janvier.


Dernière édition par Pr Alec d'Urberville le Mar 14 Fév - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé) Mar 7 Fév - 19:00

Le temps était compté, bientôt, Tryan quitterait l'Ordre Nouveau, tout n'était qu'affaire de semaines, en attendant, il découvrait avec un goût amer, l'absence de certitude quand à son avenir, mais la première fois était délicieuse, c'était le poste qu'il occupait actuellement qu'il avait gagné, et ce, sans doute grâce à sa position.
Là, il ne pouvait pas prétendre à plus, à moins qu'on ne le pousse ailleurs, il ne savait pas vraiment où aller.

Il était hors de question de travailler pour la justice magique, encore moins pour des sous-départements, peut être chez les exécuteurs, mais il aurait aimé pouvoir se concentrer également sur ses recherches, à partir de ce moment là, ne restait que les Mystères, qu'il ne connaissait évidemment pas.
Il en avait parlé avec Eris, l'affaire était à suivre.

Passant en revu les divers rapports de groupes de raffleurs mis à disposition pour des tâches communes à ce métier, ces débuts de journées étaient toujours les mêmes, c'était aussi pour briser cette monotonie qu'il se cherchait un nouveau boulot, histoire de changer d'air et de ne pas voir toujours les mêmes têtes décrépies.
Et comme toujours, sa secrétaire lui apportait le courrier que l'on adressait à Monsieur De SaintClair, et évidemment, la demoiselle se devait de faire du tris, son boulot de larbin en somme.

Ainsi, la secrétaire entra chez le patron, ses cheveux noirs contrastant à la perfection avec sa robe rouge sang, c'était aussi pour ça que le français l'avait choisi, elle avait une image classe, et pour être son assistante, il fallait avoir une certaine élégance.
Elle était d'ailleurs présente à ses cotés pour ses déclarations à la presse, peu nombreuses, mais là quand même, autant dire qu'elle ne faisait pas tâche sur les photos celle la.

«  Monsieur De SaintClair, voici votre courrier.

_ Ah … quoi de neuf pour aujourd'hui ?

_ Alors on a, une demande d'interview pour Sorcière Hebdo ...

_ Quelle date ?

_ Après demain je crois.

_ D'accord je m'en occupe. »

Il prit la lettre et ne l'ouvrit pas, la posant à coté de lui après avoir regardé l'expéditeur.

«  Quoi d'autre Roxane ?

_ Le bilan mensuel au niveau des interventions des raffleurs, comptes et finances.

_ Je peux vous le laisser ?

_ Bien sûr Monsieur, c'est dans mes cordes. Sinon on a une lettre personnelle pour vous, mais je ne peux pas vous en dire plus, c'est en français. »

Tryan esquissa un sourire, c'est vrai que cette charmante jeune femme ne maîtrisait pas la langue de Molière, pauvre elle, c'était une des rares tares qu'elle avait.
D'un signe de main, le directeur ordonna à son larbin de lui donner le dit papier, et donc, il examina comme précédemment l'enveloppe. Il congédia la secrétaire, et s'attarda sur celle ci, si elle était là, c'était qu'elle avait passé la sécurité, une bonne chose, même si par les temps qui couraient, on avait une légère tendance paranoïaque, lui, n'était pas du genre à être la cible d'attaque aussi vicelarde, pour cause, cela ne faisait pas longtemps qu'il était en Angleterre.

Soupirant, il jeta un œil à la missive …

Alexandre d'Uberville, il avait presque oublié ce nom, d'ailleurs il lui fallut deux bonnes minutes avant qu'il ne trouve le lien entre ce nom et un événement de son passé, mais il s'en souvint.
C'était il y a un bon moment déjà, du temps où il était encore à la Police magique, impossible de savoir s'il avait déjà un gallon ou pas, en attendant, il pensait à ce temps là.
C'était une affaire un peu glauque et étrange, une brigade plutôt compétente envoyée sur le terrain pour éradiquer la présence d'un nuisible, probablement un quelconque lycanthrope, et le groupe de dix hommes étaient tombés sur un os, enfin une belle bête plutôt, la topographie n'aidant pas, la troupe a vite été prise au dépourvu, et nombre de brigadier périrent.
Le chef de ligne resta sur place alors qu'un survivant venait prévenir le QG que la mission était un échec, entre les déserteurs et le capitaine suicidaire, on envoya la brigade de De SaintClair sur place, pour chercher des survivants, et accessoirement mettre hors d'état de nuire la bête, si besoin il y avait.

L'équipe de winner, c'était à peu près ça, des membres disponibles envoyés rapidement sur les lieux, chacun ayant des compétences précises, sans pour autant exceller dans tous les domaines, ça tenait plus du rafistolage que de la troupe d'élite. C'était sous la direction de Paul Hardy, un vieux briscard lunatique, que la troupe avait commencé les recherches.
Et que trouvèrent ils … un homme à moitié mort, au bord d'une crevasse, il avait manqué de plongé dedans la tête la première, enfin, on avait agi rapidement, avec ses connaissances en magie de soin et en magie blanche standard, c'était Tryan qui avait administré les premiers soins à l'homme en question, bien amoché, le jeune homme de l'époque avait relativement galéré pour le maintenir en vie, alors que sa binôme Alexandra Fortcros le secondait, Hardy, Valmy et Veneur, étaient partis à la recherche de la bête, trouvant la dépouille, le groupe rapatria le blessé sur Lyon, après quoi les doc' prirent le relais, sauvant le capitaine.

La suite, il n'y avait pas prêté, on le félicita pour avoir gérer le moribond, point à la ligne, on passait à autre chose, mais maintenant qu'on mentionnait ce nom, De SaintClair se souvint que ce gars là, c'était le Capitaine d'Uberville, et de voir que ce frappé lui écrivait une lettre le fit sourire, comme quoi, la vie était moche.

Après avoir terminé sa lecture, Tryan ensorcela sa plume, et elle se mit à gratter le papier, pour formuler une réponse.



Citation :
Monsieur d'Uberville,

Je dois admettre que votre nom m'a posé quelques problèmes, il m'a fallu un temps avant de me souvenir de vous, cela remonte à si longtemps, enfin, je suppose que ce n'est pas le sujet, encore que votre livre sur les Loups-garou eut pu avoir un rapport avec la suite.

Vous vous tenez informé, c'est une bonne chose, mais il est vrai que ce n'est pas un fort de la Gazette d'être très précis et de fournir des réponses suffisantes à des interrogations comme celles que vous me présentez, je tâcherais d'y répondre de la meilleure manière possible.

Je vous épargne le discours sécuritaire, vous comme moi connaissons ces bêtes, et tant qu'il y en aura, le mot sécurité ne sera pas une habitude de notre langage.
Cependant, il est impossible pour eux de recommencer, pour la simple et bonne raison que nous avons, mes hommes et moi, anéanti la meute, les quelques survivants ont été capturés et résident actuellement dans les tréfonds d'une de mes propriétés, toujours en vie certes, mais inoffensifs.

Le phénomène de meute est de rigueur désormais, regardez ces nuisibles, ils sont contraints à se regrouper pour avoir une existence, et une chance de survie, enfin, celle la était un peu différente, il s'agissait du modèle standard, une famille si vous préférez, par conséquent, les individus restaient ensemble pour des raisons de liens familiaux.
Ceux ci étaient des habitués de longue date, bien organisé, ils voyageaient sous forme humaine et se déplaçaient beaucoup, ce qui ne facilitait pas la tâche aux exécuteurs, tout était planifié à l'avance.

Pré-au-Lard a été un choix arbitraire, pressés par le temps, ils se sont rendus sous forme humaine là bas, et ne pouvant aller ailleurs, il s'en est suivi ce que vous savez.
Le responsable de la ville a expressément demandé de l'aide au ministère, nous avons donc pu nous organiser avant l'attaque, les rumeurs l'inquiétaient, nous avons préféré jouer la carte de la sécurité.
Acte de désespoir et non de suicide à mon sens, c'est par dépit que Pré-au-Lard fut choisi pour cible.

Je vous certifie qu'ils ne sont en aucun cas liés à l'Ordre du Phénix, j'ai moi même assisté à l'interrogatoire des survivants, et ils ne savent rien, même sous véritasérum nous n'avons rien obtenu, donc vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, nos ennemis ne se sont pas encore alliés.

En tant que magico-zoologue, il est tout à fait compréhensible que vous vous intéressiez à ce genre de chose, et je le conçois, c'est votre travail après tout.
D'ailleurs, si vous êtes intéressés par ses bêtes, vous pourriez passer les voir à la prochaine pleine lune. Vous viendrez au ministère, et puis ensuite je vous emmènerais auprès des captifs, c'est à votre bon vouloir, si je puis vous être utile ainsi.

Dans l'attente de votre réponse.

Bien à vous,

Tryan De SaintClair, Directeur de la Commission des Nés-moldu.



Terminant la dictée, il tapota avec le bout de sa baguette sur un carreau, peu de temps après, un hibou apparut, et le français lui refila la missive, l'oiseau disparut dans le mauvais temps, emportant avec lui ce qui pouvait être l'invitation à une séance d'étude de nuisible avant l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé) Ven 17 Fév - 17:07

"Alexandre d'Urberville, quand perdras-tu la manie d'écrire tout ton courrier en français ? Je ne comprends rien à ce qu'il y a écrit..."

Alec releva la tête de la revue qu'il était en train de lire -ou plutôt de somnoler- et sourit à sa femme, qui se tenait sur le pas de la porte de son bureau. A vrai dire, Tess avait un don génial pour l'exagération. Alexandre écrivait très peu en français, et le parlait encore moins souvent. Il avait beau être français, se considérer comme français, rien n'y faisait vraiment. Il avait vécu beaucoup plus longtemps en Angleterre qu'en France. En fait, Tess faisait surtout cela pour l'ennuyer. Elle adorait agacer son mari, comme quoi leur relations avaient bien changées. Au tout début, quand ils venaient de se rencontrer, c'est Alec qui passait sa vie à se ficher d'elle gentiment, jouant au séducteur nonchalant et sans attache. N’empêche qu'il l'aimait réellement, et ne pouvait guère se passer d'elle. Il lui lança un regard plus qu'ironique, laissant la cigarette qu'il fumait se consumer :

" Et dire que tu parles français aussi bien que moi...Qui écrit ?
- Je ne sais pas trop...ça vient du ministère, en tout cas. Tiens."

Tess lui jeta la lettre, qu'Alec attrapa de justesse avant qu'elle ne finisse dans le feu. De SaintClair lui avait répondu. Parfait. D'Urberville attrapa un coupe-papier et parcourut rapidement la lettre. De mieux en mieux. Il avait eu raison de lui écrire, De SaintClair allait lui fournir l'occasion rêvée, en tout cas pour le magico-zoologue qu'Alec était, d'étudier de prêt un spécimen de loup-garou. Vivant, et ce sans danger. Ça changerait de tous les cadavres, seules données qu'il ait jamais eu en main pour écrire sur ce sujet, où il s'estimait pourtant plus que calé, voir même expert.

Alec attrapa une plume et écrasa sa cigarette, commençant à rédiger sa réponse pour le directeur de la commission des Nés-Moldus.

Citation :
Mr de Saintclair,

Je vous remercie de l'aimable intérêt que vous m'avez porté. Après tout; n'étant pas membre du Ministère, il aurait été tout à fait dans vos droits de ne pas me répondre, aussi je vous remercie de ne pas me laisser dans l'ignorance.

Il me parait évident que ces loup-garous là ne recommenceront pas, et pour cause, je crois que le Ministère n'a jamais mieux réussi une opération contre les loup-garous, excepté le cas de Skara Brae en 78. Mais cela incite à la violence. Le sang appelle le sang : ils ont montré la voie, qui sait si d'autres nuisibles n'auront pas l'idée, poussé par le désespoir, de faire comme eux ? En ce cas, bien que désormais exerçant le pacifique métier d'enseignant, je me tiens à la disposition du Ministère. Ce sera avec plaisir que j'aiderai les autorités à combattre tous ceux qui menacent l'Angleterre, en patriote reconnaissant.

Concernant votre offre, je l'accepte avec joie. Vous fournissez par là même un cas d'étude exceptionnel à un scientifique comme moi, et je vous en remercie.

Cordialement,
Pr Alexandre E.J d'Urberville.


Et à nouveau il confia la lettre au hibou familial.


Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé) Lun 20 Fév - 0:33

Le courrier, Tryan en avait horreur, il n'aimait pas ça, à vrai dire, il y avait bien des choses qu'il ne pouvait supporter, mais le fait de déballer son courrier, de parler administration, tout ça l'ennuyait au plus haut point, une chance que sa sublime secrétaire lui soit totalement soumis, ou qu'en privé, sa fiancée soit une vraie fouine et lise les lettres qu'on lui envoyait, sinon, il était fort à parié que d'Uberville n'aurait pas obtenu de réponse.

Roxane lui avait porté la réponse, après avoir naturellement le tri, et Tryan découvrit avec plaisir que son correspondant était fort aimable avec lui, en même temps, ce n'était pas comme s'il lui devait la vie.
Les nuisibles, De SaintClair les connaissait, il aimait les affronter, ça lui donnait l'impression de s'amuser, de jouer à se battre avec des adversaires x ou y, un grand gamin.
Les loups-garou de Pré-au-Lard n'avait pas dérogé à la règle, pour cause, le français avait adoré mettre en place une stratégie, piégé les bêtes, et enfin, les achever, ou les étudier, pour ceux qui avaient survécu.

Nul doute qu'Alec d'Uberville n'avait pas du voir beaucoup de spécimens en vie, et encore moins en captivité, et pour l'instant, le directeur de la commission n'avait pas encore la puissance magique requise pour les utiliser de manière concluante, donc autant qu'il fasse partager ses captifs avec quelqu'un qui saurait par la suite se montrer redevable, d'autant qu'il en profiterait aussi, comme quoi, tout était bon pour progresser.

D'ailleurs cet homme se présentait comme capable d'aider le ministère en cas de soucis, ce n'était pas tant avec De SaintClair qu'il fallait voir ça, c'était avec les exécuteurs, l'intervention de Tryan n'avait été qu'un dépannage qui avait tourné en raclée pour les nuisibles, comme quoi, le talent, ça ne s'improvisait vraiment pas.

Le français en avait fait assez, tout du moins, il n'avait pas surjoué de sa capacité à co-leader un groupe, puisque Crow était également là, même si son nom n'était là que pour mention et qu'il aimait rester discret, c'était une vraie victoire du ministère, de plus, le jeune homme avait fait une montée en flèche après ceci, on savait qui il était, ce qu'il faisait, d'où il venait, et désormais, il faisait la couverture de sorcière hebdo, les gamines s'arrachaient les autographes qu'il distribuait rarement, ne répondant que très rarement à ses quelques fans, et surtout, évitant le plus possible les sorties de presse qui duraient une éternité et qui rendaient jalouse Emily.
D'ailleurs, elle avait crier de le voir à la une d'un de ses magazines pour ados pré-pubères, même s'il n'y pouvait pas grand chose, les rumeurs sur son couple avec la monégasque y allait de bon train, enfin, c'était le passe-temps des commères que de dégoter des ragots pour la presse, lui passait au dessus.

Cette fois ci, il écrivit du manoir Valverde, après être rentré du travail, tranquillement dans le salon, un verre de vin d'elfe à coté de lui, et sa chère et tendre avec lui collée contre son épaule.

«  Tu écris à qui ?

_ Une vieille connaissance qui est en Angleterre, il a eu un poste de prof à Poudlard.

_ C'est quoi son petit nom ?

_ Alexandre d'Uberville.

_ Le gars qui a eu un accident en France avec un loup-garou ? Celui qui a arrêté un dragon vers Bordeaux je sais plus quand ?

_ Yep, celui la même. »

Curieuse comme pas deux, elle se pencha voir ce qu'il écrivait, et le questionna de nouveau.

« Et il te veut quoi ? »

Tryan sourit, alors qu'il passa un main dans les cheveux de sa belle avant de répondre.

«  Au départ des questions sur ce qui s'était passé à Pré-au-Lard, ensuite je lui ai proposé d'aller voir les débris qu'on a capturé, tu comprends qu'il a sauté sur l'occasion.

_ Et je suppose que ce n'est pas par pure générosité …

_ Tu me connais trop bien … je devrais peut être t'éliminer. »

Puis il sourit alors qu'ils s'embrassaient.

Le lendemain d'Uberville avait une missive, sans doute la dernière avant leur entretien.



Citation :
Monsieur d'Uberville,

Il aurait été mal venu de ma part d'ignorer une connaissance, et d'autant plus qu'un père inquiet, la gazette n'est pas connue pour ses précisions légendaires, alors ne pas vous répondre revenait à négliger mon devoir de membre de ministère.

En effet, cette opération, bien qu'en grande partie improvisée, s'est révélée être plus qu'une réussite, je parlerais même de démonstration de force, malgré la perte de deux de mes hommes, nous avons mené à bien l'objectif premier, à savoir la protection des civils.
J'avoue ne pas être le seul responsable de ce succès, le mangemort Crow s'est aussi révélé d'une efficacité remarquable, rendons à Merlin ce qui est à Merlin.

Je ne pense que d'autres suivront, et si c'est le cas, nous les attendons de pieds fermes ! Le mur auquel ils se sont heurtés n'était qu'une infime partie de ce dont le ministère est capable, le petit aperçu que nous avons donné à l'occasion de cette attaque joue en notre faveur, toutes créatures un brin censées ne se lanceraient pas dans une telle entreprise, malheureusement, elles ne représentent qu'une minorité des nuisibles …

Je ne peux que vous féliciter pour l'obtention de votre poste, et je ne doute pas que vous puissiez former les générations futures à la lourde tâche que représente l'enseignement de l'ennemi, si la jeunesse saisie la vraie nature de ses êtres, la voie du sang pur n'en sera que dégagée, et le monde sorcier s'en portera bien mieux.
Votre sollicitude à aider le ministère est louable monsieur d'Uberville, j'apprécie la proposition, mais nous avons des spécialistes en la matière, si jamais nous avons de vos talents réputés, je vous le ferais savoir, soyez en sûr, en tout cas, cette proposition est plus qu'appréciable, je me permets de vous remercier de cette offre au nom du ministère.

Bien, je me doutais que tout ceci vous intéresserait, disons que nous prenons rendez-vous au ministère, rejoignez moi en fin d'après-midi à mon bureau, vous aurez accès à l'étage, je signalerais votre venue à ma secrétaire qui se chargera de vous guider et de subvenir à vos désirs si je suis appelé sur le terrain. Nous pourrons ainsi nous rendre un peu avant auprès des captifs pour que vous puissiez les questionner si besoin est, et aussi pour que vous assistiez à la transformation.
Nous aurons le temps de les étudier après.
Si vous avez besoin de matériel, faites le moi savoir, je transmettrais les ordres pour avoir ce qu'il vous faut une fois sur place.

Ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne journée, et sachez que j'ai hâte de vous revoir monsieur d'Uberville.

Bien à vous.

Amicalement,

Tryan De SaintClair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé) Mar 28 Fév - 9:55

Le ministère de la magie était loin d'être un lieu que préférait Alec d'Urberville. Ce n'était pas pour rien qu'il en était parti : lui qui ne s'était jamais intéressé à la politique se retrouvait justement entouré de politiciens. Il travaillait depuis toujours à la sécurité des gens, et il voyait cet objectif totalement détourné à d'autres fins, quand il n'était pas simplement oublié et qu'il ne passait pas à la trappe au profit d'objectifs plus triviaux et plus personnels, issus d'ambitions politiques démesurées et purement égoistes. Alec était un modèle d'égoïsme, et il le savait, mais jamais, au grand jamais il n'aurait laissé tomber son devoir. Il n'avait jamais oublié quel était le but premier de son département quand il y était : éliminer et contrôler les nuisibles, et ce pour la sécurité des sorciers et du monde magique. Et il trouvait lamentable que certaines figures du régime l'oublient totalement. Mais Alec se posait des questions, notamment sur la propagande : qu'elle était l'utilité d'en faire, si tout le monde y croyait? Alec ne se posait Cependant que rarement la question : il croyait aux idées du régime, alors...Et puis il y avait tout de même des gens biens, qui oeuvraient pour le pays, au Ministère, comme Brom ou Valverde. Des vieux de la vieille, qui connaissait tout, et qui avaient tout vu. Qui connaissaient la politique et le combat. Oui voilà ce qu'il fallait à l'Angleterre : des hommes d'action et de politique. Les deux à la fois, sinon, ça ne marcherait pas.

C'était peut-être ce qu'était Tryan de SaintClair. Après tout, il était assez ambitieux pour avoir réussi à devenir directeur de la commission des Nés-moldus à 26 ans et suffisament intelligent pour stopper l'attaque des loups-garous à Pré-au-lard. Ou alors c'était un tout autre homme. Qui pouvait le dire ? Pas Alec, que la politique n'avait jamais passionné,et qui ne gardait qu'un vague souvenir de Tryan, qui plus est celui d'un gamin et pas d'un homme important tel qu'il l'était aujourd'hui.

Mais il était content de cette offre. Lorsqu'il reçut la lettre, d'Urberville prépara son matériel et parti au Ministère. Voir des spécimens vivants lui permettrait de confirmer une vieille théorie. Sacoche à la main, Alexandre se rendit donc à Londres. Il traversa le quartier magique de la capitale, arriva au siège du gouvernement et patienta un peu jusqu'à ce qu'une secrétaire vienne lui dire que de SaintClair serait à lui dans deux minutes. Il n'y avait plus qu'à attendre.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé) Mer 29 Fév - 20:06

La routine, rien de plus chiant, ou presque.
Les fans étaient bien lourds aussi, et on ne pouvait pas dire que ceux ci étaient du genre impatients, toujours à guetter le moindre de vos faits et gestes, le fanatisme du culte de la personnalité oui, celui de l'image non.
C'était le revers de la médaille du succès, des gamines à peine en âge de se montrer séduisantes qui bavaient devant une photo d'une personnalité connue, tout ça écœurait Tryan.
Autant il était un homme qui aimait les femmes, les vraies, autant cette période de la vie du parfait objet à plaisir n'était pour lui que la gangrène de ces sublimes créatures.

Macho-man, le parfait stéréotype de l'homme en pleine confiance, le français affichait clairement cette image qu'il ne refusait pas, monsieur aimait la gente féminine, plaire et se faire aimer, et pourtant il se montrait très incisif avec celle ci.
Longtemps, il avait été hésitant, surtout jeune, ne les considérant que comme des êtres humains normaux, mais dès qu'il eut été en âge de plaire, et d'avoir un physique attirant et un charisme débordant, la femme ne devint pour lui qu'un simple jouet parmi tant d'autre, elle était facile à manipuler, par conséquent, l'estime qu'il croyait en avoir ne devint que du mépris, de la suffisance, et il eut rapidement l'étiquette du gars qui sait y faire, ce qui l'arrangeait bien, car pour atteindre un homme stable, utiliser la femme qui y était associé suffisait à faire trembler.

Il n'y avait qu'à regarder les personnes entourant l'environnement de travail de Tryan, il y avait peu de femmes estimées, sa fiancée, une blonde plutôt pas mal, pas spécialement grande, mais qui une fois en robe faisait partie de la fière décoration du jeune homme, une jeune fille qui, à l'époque de Beauxbatons, ne faisait pas de vague, discrète, plutôt bonne scolairement parlant sans pour autant exceller, un père avec un pied dans un business utile et exploitable, et en plus elle savait se faire discrète en plus de pouvoir s'affirmer quand on lui demandait. Au fond, elle était la parfaite pièce à sortir et avec laquelle on peut s'afficher en soirée, chose que Tryan avait bien compris, et qu'il n'hésitait pas à exploiter.
On pouvait aussi regarder d'un œil alerte sa secrétaire personnelle, une jolie jeune fille, aux formes généreuses, les cheveux noirs, elle avait un regard envoûtant, pas spécialement futée, elle avait surtout eu un poste grâce à son coté fille à sortir, Tryan pouvait s'afficher avec sa secrétaire personnelle sans trop de problème, pour faire rager sa fiancée comme pour créer le buzz.
Compétente dans son travail de secrétaire, elle faisait la plupart des sales besognes, et elle le faisait bien, c'était tout ce qu'on pouvait lui demander, en plus de s'entretenir physiquement, le plaisir des yeux comptait aussi après tout.
Qui d'autre y avait il ? Silverleaf pour le peu de fois ou elle venait pour une doléance quelconque dans son bureau en absence d'Eris, elle aussi pas trop mal, sans pour autant être son genre, en plus sang-mêlé, elle ne comptait pas.

Le ministère était un endroit machiste, mais l'égalité n'était qu'une affabulation théorique bonne aux arithméticiens, et encore.

Dans son bureau, le directeur de la commission des nés-moldu avait expressément demandé qu'on lave la bête empaillée, histoire de faire bonne impression, et également pour donner à la chose un aspect féroce et très appréciable quand on aimait ce genre de chose.
Le matin, Tryan avait passé en revue les dossiers un peu flous de la commission, ceux qui étaient partis à l'expertise et qui avait présenté quelques défauts, arbres peu clairs, papiers incomplets, noms non-répertoriés, de quoi signer un papier pour aller chercher ses fraudeurs et les faire parler par la force.
Et le programme de l'après-midi consistait à régler un nombre incalculable de soucis administratifs, en conséquence, Roxane avait été réquisitionnée, et avait passé une grande partie de l'après-midi à épauler son boss, les médisants avaient lancé la rumeur qu'elle s'était envoyée en l'air avec le patron, bien sûr, il n'en était rien, lorsqu'on lui en avait parlé le directeur avait répondu la chose suivante :
« Honnêtement, cela n'aurait pas été malin, à la vue de tous, nan, il y a bien d'autres endroits plus adaptés, surtout si on ne veut alerter personne, croyez moi sur parole ... »
Et on avait jasé à nouveau.

Lorsque le soir s'annonçait et que le travail n'avait pas été terminé, les deux acharnés à la besogne durent reconnaître que la direction de ce genre de département n'était pas chose facile, et qu'il fallait aimer son travail pour y rester, seulement, un des deux ignorait que l'autre partirait bientôt.

«  Que reste il encore à faire ? Avait demandé Tryan d'une voix qui laissait clairement transparaître son agacement et son attitude blasée. 

_ Euh … les sections de recrutement, Sorcière hebdo, rédiger un billet pour la disparition de Menroth, meetings à Londres. Ah il y a aussi les formulaires pour Azkaban comme quoi vous accueillez des détenus nés-moldu dans les cachots du manoir Valverde à votre nom …

_ Il y en a encore beaucoup à faire ? »

Elle avait bien anticipé la réaction, signe qu'elle commençait à bien connaître le jeune homme, elle tint entre ses doigts fins une petite pile de papiers, qui ôta à Tryan son air blasé pour en adopter plus proche de la déprime que d'autre chose.

« Ok bah laissez tomber pour aujourd'hui …

_ On s'en occupe demain ? Intervint-elle en oubliant presque la politesse qu'elle lui devait par son rang.

_ Non laisses, on verra ça plus tard, demain je suis en déplacement … tu m'accompagneras, tu l'as mérité.

_ Merci ! Merci beaucoup !

_ De rien, vas donc voir s'il y a du nouveau, j'attends quelqu'un en visite.

_ J'y vais de suite monsieur. »

Se levant de son siège, elle passa la porte avec sa démarche caractéristique qui attirait souvent un bref regard de Tryan.
Le français constata alors que de la paperasse recouvrait presque la totalité de son espace de travail, après un coup de baguette salutaire, les papiers retournèrent à leur place, ou à celle qu'on y attribuait désormais, et on put retrouver le bureau caractéristique du jeune homme.
Avachi sur son fauteuil en cuir noire, il cala sa tête contre celui ci, fermant les yeux, il expira fortement, il n'avait pas fini sa journée.

Un peu après, sa secrétaire revint pour lui annoncer la nouvelle.
Entrant après avoir frappé, De SaintClair qui n'avait pas bougé d'un pouce répondit à son larbin qu'il recevrait d'Uberville dans deux minutes, après quoi, elle referma la porte, laissant à son boss le temps de se reposer les méninges.
Il en avait bien besoin, d'autant plus qu'il recevait un expert, il fallait être un minimum en forme intellectuellement pour le recevoir.

Dès qu'il s'estima suffisamment reposé pour disposer d'un visiteur, il tapota sur l'emblème du ministère sur son bureau, et le M de l'objet devint violet foncé, après quoi, on toqua à sa porte.
La secrétaire était suivie d'un homme de taille correct, plutôt bien bâti, on reconnaissait à sa tenue droite, une éducation militaire, pour cause, il en était un de formation, des petites lunettes qui lui donnaient un air savant, et une tenue plutôt chic.
Le jeune De SaintClair se leva serra la main d'un homme qu'il ne reconnaissait plus, pour cause, cela devait faire une paire d'années qu'ils ne s'étaient pas vu, sans doute depuis la mission sauvetage dans le Jura.
Après lui avoir désigné un fauteuil devant son bureau, les deux français se posèrent, et ce fut logiquement dans la langue de Flamel que la discussion commença.

« Bonjours monsieur d'Uberville, comment allez vous depuis votre dernière lettre ? »

La langue française sonnait divinement bien en ces lieux, le subtil mélange d'une mélodie et d'une résonance parfaite, le froid qu'installait la voix de Tryan quand il parlait anglais, n'avait plus de raison d'être, avec le français, il avait une voix fluide et presque envoûtante.
D'un geste de la main, il désigna la bête empaillée derrière le professeur d'étude des nuisibles, la bête imposante, présentait les caractéristiques d'un vrai chef de meute, et même empaillée, elle conservait la même apparence que vivante.
Les restes de Tyler Wallace intéresserait certainement le visiteur.

« Oh excusez moi, je ne vous ai pas présenté … voici le chef de meute de la troupe qui a attaqué Pré-au-Lard, vous qui êtes spécialiste, qu'en dites vous ? »

Il écouta le verdict toujours très fin de son interlocuteur avant de sortir un dossier, correct en taille comme en contenu.

« Tenez, le rapport de la mission, rédigé par mes soins, vous trouverez tout ce qu'on a pu remarqué au niveau comportemental des bêtes, actions, réactions, ainsi que les méthodes que nous avons employé pour les stopper. »

Le feuillet glissa sur la table alors que Tryan poursuivit.

« Dès que vous déciderez qu'il est temps de nous rendre auprès des captifs, je vous y conduirais, vous aurez le temps de les étudier tout à loisir, l'endroit est adapté à l'étude je pense, c'est à votre bon vouloir. Si vous avez des interrogations quelconques, je me ferais un plaisir de vous répondre ... »


Hrp : pour le compte-rendu de la mission, tu peux te référer à la MJ : http://www.poudnoir.com/t6580-defense-de-pre-au-lard-mj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé) Dim 4 Mar - 18:28

Alec patientait depuis quelques minutes, environ dix, quand finalement la secrétaire revint pour lui dire que Tryan de SaintClair allait le recevoir. Alec se leva pour la suivre, et pénétra dans un bureau qui à défaut d'être mieux rangé que celui d'Alec, avait un peu moins tendance à ressembler à un croisement de zoo et d'une serre. C'était du au fait qu'Alec accumulait les trophées, notamment un squelette de Lethifold, qu'en France on se plaisait à appeler moremplis, ce qui était beaucoup plus évocateur selon le magico-zoologue, qui pendait à son plafond. Ici, il avait un peu l'impression de se retrouver dans le bureau du Commissaire Mathias Iversant : c'était plein de dossier, légèrement feutré, et très sérieux. Sauf que Tryan de SaintClair n'avait pas grand chose à voir avec le vieux Mathias. Ce vieux militaire de soixante-dix ans ne donnait pas envie de rire, de discuter, ou quoique ce soit d'autre. On obéissait à Mathias Iversant, on subissait ses colères ; rien d'autre, point à la ligne. Alec n'avait jamais eu trop de problème avec lui. D'Urberville était naturellement autonome, et il n'avait pas vraiment besoin d'être chapeauté. Le commissaire laissait relativement tranquille son subordonné. Alexandre se contentait de lui faire ses rapports. Quand il y pensait. Il vivait plus ou moins dans un autre monde, un monde peuplé de créatures fantasques et fascinantes, même lorsqu'il était militaire, et les informations pratiques avaient du mal à se frayer un chemin jusqu'à son cerveau. Une seule chose pouvait à la rigueur l’intéresser : une nouvelle mission, ou quelqu'un lui permettant d'étudier, ou de capturer (ce qui revenait à peu près au même puisque après la capture, venait toujours l'étude) une nouvelle créature magique.

D'où le fait qu'il apprécia autant la visite qu'il faisait. Alec n'avait pas vu Tryan de SaintClair depuis un bail, presque sept ans si sa mémoire était bonne, mais il lui porta dès le moment où il lui sera la main une profonde estime. Un parce qu'il était français, et qu'Alec un peu chauvain sur les bords, voir même très chauvain, préférait mille fois parler à un compatriote qu'à un anglais. En effet, même à moitié Anglais, justement, d'Urberville supportait mal ses compatriotes, qu'il jugeait trop froids. A vrai dire, même lui n'échappait pas aux préjugés sur les rosbifs, tout grand que soit leur pays...Deux, parce que justement, De SaintClair lui fournissait un très bon cas d'étude. Et ça, c'était rare. On ne trouvait pas souvent des loups-garous captifs, et la lycanthropie était l'un des sujets d'étude favoris d'Alec.

Il eut un léger sourire en entendant le directeur de la commission des nés-moldus lui demander comment il allait, et répondit avec le même sourire :


" Je mène une vie des plus paisibles, dirons nous. Plus tranquille que celle des gens du Ministère, en tout cas..."

Après tout, il n'y avait rien de faux là dedans. Alec n'avait pas la guerre avec l'Irlande à gérer, lui, contrairement à ceux du Ministère. Il était d'ailleurs bien content d'être parti avant que ça ne commence. Ainsi il n'était pas touché par les dommages collatéraux. Certes, Priman, son vieil ami de l'université, était irlandais, mais ça n'avait pas une grande importance : après tout il travaillait ici, au Ministère, comme exécuteur, et n'était pas vraiment inquiété par les événements en cours. Aussi pouvait-il se concentrer sur des sujets plus intéressants, comme ce loup-garou, le chef de meute, que Tryan l'invitait à étudier... Après quelques mesures, notamment l'écartement des yeux, la position des machoires...

"On reconnait bien là le chef de meute...la taille est déjà révélatrice, comme la musculature...on pourrait le comparer au spécimen du Musée de magico-zoologie de Belgrade-je ne sais pas si vous connaissez- qui mesurait à peu près la même taille...Mais ce qui est révélateur du mâle alpha, c'est l'écartement des dents, la position des incisives...Il a été habitué à mordre non seulement les humains, mais aussi ses compères, par le cou, comme ceci, en plongeant par au dessus, en les faisant s'incliner devant lui pour qu'il reconnaissent son autorité. Mais il n'est pas né chef de meute : il a lui-même des marques de morsures révélatrices au niveau du cou...donc il a pris le controle du groupe par la force, probablement en tuant le précédent meneur."

Ces déductions à la Sherlock Holmes, rapides et précises, ne sortaient pas de nul part. C'était de l'observation, et rien d'autre, du à l'expérience et à des années d'études des mœurs des lycans et autres loup-garous. Alec avait apporté un soin minutieux à tout connaitre d'eux après son accident. En fait, Alexandre avait renforcé ses connaissances sur tous les nuisibles après l'épisode du Jura. C'est donc plus ou moins en expert qu'il étudia le rapport de la capture des loup-garous...

"J'aurais peut-être employé le sortilège de glu perpétuelle dès le début...non. Ca n'aurait pas été possible de part la configuration du terrain. Par contre...personne ne les avaient repérés plus tôt ? Je veux dire que même s'ils se cachaient, un groupe qui se déplace, ça ne passe pas inapercu..."
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé) Mar 6 Mar - 0:25

Cela faisait un moment, un sacré bout de temps que Tryan avait quitté les brigades françaises, il méritait mieux, et à l'époque, il n'avait pas eu le choix, planté dans son élan par un système qui ne voulait pas de lui, il avait du se démerder seul, et grimper les échelons par ses seules capacités.
Pour enfin arrivé ici, à ce poste qu'il quitterait très bientôt, comme l'avait si bien dit Eris, il n'y avait pas de places pour deux membres de cette famille à l'Ordre Nouveau.
Il serait bientôt temps pour lui de se faire une place autrement que sur le nom de Valverde, qu'enfin il prenne son envol, et qu'on le reconnaisse à sa juste valeur.

À Pré-au-Lard, il avait montré qu'il savait dirigé des hommes, peu habiles au combat, et oui, les raffleurs n'étant pas vraiment la crème de la crème, et on ne pouvait pas dire que les loups-garou étaient spécialement faciles à vaincre,et il fallait montrer des talents particuliers pour venir à bout de ses bêtes.
Mais peu de gens avaient remarqué le casse-tête que cela était, piètre intellects à coup sûr.
D'Uberville l'avait vécu, il savait ce que ça faisait de combattre un loup-garou, alors une meute, c'était de suite plus complexe, avec la protection des civiles, le terrain, tout ça devenait vite une question d'organisation.
Mais c'était en découvrant le rapport en lui même, les différents témoignages des présents, que l'on se rendait compte qu'en fait, Tryan avait été la pièce maîtresse du ministère, tout ça, c'était grâce à lui, et visiblement, on ne semblait pas s'attarder là dessus, était ce si difficile que ça de récompenser quelqu'un pour ses actes ? Stupides anglais.

D'Uberville semblait dans le même état d'esprit que lui, les rosbifs étaient des cons, il n'y avait pas à tortiller là dessus, peu ouverts d'esprit, hormis certains hommes du ministère, et certains mangemorts, on ne pouvait pas compter sur le peuple, trop occupé à ses petites affaires, qu'il en devenait presque irrespectueux et goujats, on comprenait vite pourquoi maintenant, on était en train de procéder à la purge du bourbisme, aux vues de la population.

L'autre français semblait de bonne humeur, l'entente serait cordial, que demander de plus.

" Je mène une vie des plus paisibles, dirons nous. Plus tranquille que celle des gens du Ministère, en tout cas..."

A qui le disait il … s'il y en avait bien un qui courait pour pas grand chose, c'était bien son interlocuteur, entre la gazette, les interviews, la politique, et les affaires internes du ministère, sa vie n'était pas vraiment ce qu'on pourrait qualifié de paisible, aussi Trya, esquissa un sourire en coin, il avait de l'humour cet homme la.

Se retournant pour examiner la bête, il s'arrêta sur nombre de détails, on voyait le coup d'oeil du professionnel, et lorsqu'il s’attela à prendre des mesures, les doigts de l'expert avaient vite fait de tout noter, le verdict fut sans appel.

"On reconnait bien là le chef de meute...la taille est déjà révélatrice, comme la musculature...on pourrait le comparer au spécimen du Musée de magico-zoologie de Belgrade-je ne sais pas si vous connaissez- qui mesurait à peu près la même taille...Mais ce qui est révélateur du mâle alpha, c'est l'écartement des dents, la position des incisives...Il a été habitué à mordre non seulement les humains, mais aussi ses compères, par le cou, comme ceci, en plongeant par au dessus, en les faisant s'incliner devant lui pour qu'il reconnaissent son autorité. Mais il n'est pas né chef de meute : il a lui-même des marques de morsures révélatrices au niveau du cou...donc il a pris le controle du groupe par la force, probablement en tuant le précédent meneur."

On voyait le prof, capable d'expliquer simplement ce qu'un autre aurait pris soin d'embellir avec un vocabulaire châtié, le militaire avait une capacité indéniable pour vulgariser et rendre simple ce qui pouvait correspondre à un processus scientifique sans doute hors de portée des non-connaisseurs, Poudlard avait là un précieux élément.
D'un haussement de sourcils, et avec une expression impressionné, Tryan acquiesça, vraiment très fort le bonhomme, on pouvait sans doute oublier la contestation de son savoir, Alexandre d'Uberville savait de quoi il parlait, et on sentait la passion en lui, comme si les bêtes qui l'avaient presque anéanti, étaient devenues une attraction, une source d'inspiration et d'intérêt.
Beaucoup plus pragmatique, De SaintClair considérait ses êtres comme des victimes d'un mal, on ne choisissait pas d'être loup-garou, et une fois la morsure, on était condamné à en être réduit à l'état de bête.
C'était d'ailleurs paradoxal, les loups-garou et autres lycanthropes, avaient un statut spécial magiquement parlant, oscillant entre l'être et l'animal, si le directeur aurait pu éprouvé de la pitié pour ses choses, il en aurait pour ses choses, tourmentées par une malédiction inconnue et incurable.

Enfin, c'était le problème de la département de contrôle et de régulation des créatures magiques, un non compliqué pour dire que ce groupe de sorcier était chargé de s'occuper de tout ce qui n'était pas sang-de-bourbe, sorcier ou moldu.

Après examen du rapport, le prof d'étude des nuisibles posa quelques questions, et fit des remarques fort justes.

"J'aurais peut-être employé le sortilège de glu perpétuelle dès le début...non. Ca n'aurait pas été possible de part la configuration du terrain. Par contre...personne ne les avaient repérés plus tôt ? Je veux dire que même s'ils se cachaient, un groupe qui se déplace, ça ne passe pas inapercu..."

Bien posé dans le fond de son siège, croisant les mains, le jeune homme lui répondit avec son habituelle voix froide, mais qui ici, n'avait pas lieu de déranger.

« Ce n'est pas tant le terrain qui gênait, au contraire, les rues sont assez étroites pour bloquer les bêtes, c'est surtout le fait que j'avais peur que l'essence ne prenne pas, la glu ne s'enflamme pas, et prendre le risque de saboter notre piège n'était pas, à mes yeux, une option envisageable. »

Son plan était parfait, il ne pouvait pas être contré et contredit, c'était comme ça, ça avait marché, point final. En tant que grand stratège, Tryan savait comment réagir ou quoi.

« Pour le repérage j'en ai strictement aucunes idées, je l'ai su un peu plus tôt dans la soirée, j'ai dépêché vite fait de quoi défendre les lieux parmi mes meilleurs hommes, et parmi ceux qui étaient disponibles. Je ne sais pas si les exécuteurs ont merdé ou non, en attendant, nous savions qu'il y avait une meute qui se déplaçait, dans un premier temps par transplanage, puis à pieds. »

Il soupira.

« Ni mes hommes, ni mes moi n'avions la formation spécifique requise pour affronter ce genre de créatures, c'est uniquement en dernier recours que nous sommes intervenus, pour défendre la population, et pour ne pas faire passer le ministère pour un organe déstructuré et incompétent. Sous leurs formes humaines, ils avaient échappé aux exécuteurs, selon les dires que j'ai entendu le soir même, on les aurait chassé. »

Sortant sa baguette, il amena à lui une bouteille de vin, comme souvent lorsqu'il recevait quelqu'un, et deux verres en cristal suivirent.
La bouteille servant un verre à Tryan, il demanda :

« Un Pommard vous tenterait il ? »

C'était sans doute un verre avant d'aller retrouver les captifs, le moment de détente avant l'observation des spécimens, avant la phase la plus intéressante de cette rencontre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé) Jeu 22 Mar - 16:50

Alec navait acune compassion pour les loups-garous. Enfin si, il en avait, mais seulement pour ceux d'entre eux qui tentait de lutter contre leur maladie. Ceux qui se déclaraient au Ministère, et ils étaient peu nombreux, en comparaison avec des individus comme Greyback, ou ce Wallace qu'Alec pouvait en ce moment même contempler. Tous les loup-garous n'étaient pas mauvais, et d'Urberville le savait. Mais il haiissait, ceux qui, se servant de leur état de lycan, faisaient du mal au gens. Et c'étaient ces créatures qu'il étudiait. Il étudiait la source du mal en eux. C'étaient eux, les nuisibles à combattre, et eu qu'Alec haissait le plus.

Mais pesonne n'était conscient de ça au Ministère. Même pas son interlocuteur, plus interessé par le fait d'avoir réussi à gagner, et à par le fait que sa stratégie lui semblait être pafaite que par le réel impact de la présence de ces monstres. Alexandre eut un léger sourire, à peine perceptible, en l'entendant parler. Oui, il avait gagné une fois, oui, il était un héros. mais demain, que serait-il ? Alec se reconnaissait un peu dans de SaintClair. Plus jeune, il ressemblait à Tryan. Sur de lui, arrogant, invicible, brillant stratège, victorieux. Jusqu'au jour où il avait appris à ses dépends, que tôt ou tard, un ennemi plus fort que vous finit par croiser votre route...

Redressant ses lunettes, Alec reprit la parole après le peitit exposé dyu directeur de la commission des nés-moldus :


"Evidemment que vous n'étiez pas formé...Plus personne ne l'est, ici. Au département de controle et de régulation des créatures magique, on fait de l'assistance psychologique. Sauf que le problème, c'est que l'assistance psychologique, ça ne vous sauve pas la vie, face à un loup-garou transformé. Il faudrait que ça change, mais avec Murdoch Baldwin, c'est pas près d'arriver...Au moins en France, c'était un militaire qui gérait ça, pas un bureaucrate ayant rééchappé de la purge de 98."

Alec était dur avec son ancien directeur de département, mais il se engeait de deux ans de commentaires anti-français de bas-étage. Baldwin était un crétin, et tout le mode le savait. Ce n'étaitqu'ue quesion de temps avant que Mulciber ne l'éjecte : on disait que le Ministre n'aimait pas les sang-mêlés...Répondant à la uestion de Tryan, Ale reprit :

''Volontiers...D'habitde, je passe pour un rabat-joie auprès des anglais, vu que je ne supporte pas leur satané whisky pur feu, mais je ne dis jamais non à un vin français..."

Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé) Dim 25 Mar - 17:57

Dégustant son verre, Tryan écouta son invité, relativement incisif avec les autorités du ministère, de plus, il n'avait pas vraiment tord, que l'Ordre Nouveau intervienne à la place des exécuteurs était inacceptable, et pourtant, cela n'avait pas choqué l'opinion publique, comme quoi, le monde ne tournait pas rond.
Le ministère ne tournait pas rond …

Maintenant, il y avait plus d'hommes travaillant pour survivre que par conviction, c'était malheureux à dire, mais c'était le revers de la médaille d'un régime fort, on perdait une identité qui se voulait forte au profit d'un état presque végétatif, ou la compétence valait certainement moins qu'un piston, des mangemorts grassouillets qui se reposaient sur des décorations, voilà à peu près à quoi ressemblait le ministère anglais, à nuancer cependant, il y avait des hommes de conviction, comme Eris, mais ils n'étaient pas vraiment majoritaire.

En France, c'était complètement autre chose, le régime se voulait fort, avec un pouvoir centralisé, aussi, le gouvernement magique n'avait pour fonction directe que de tenir le pays, sans vraiment le faire avancer dans le purisme de manière concrète, en effet, le pays était gangrené par du bourbisme, par des étrangers qui entraient comme dans une échoppe, et qui répandaient leurs sangs impurs ! Cela rendait Tryan complètement fou … il n'aimait pas les étrangers, les latinos plus que tout, en effet, il était de la vieille école, plus orienté vers l'Europe, la vraie, que vers le Sud, tout ce qui venait d'ailleurs, n'était pas bon à prendre.

Du temps où il avait travaillé dans le judiciaire français, il avait eu le chic pour pourrir des sorciers d'origine étrangère, français convaincu et fier de l'être, il avait été virulent, n'hésitant pas à condamner pour une raison déplorable un sang impur selon lui.
Mais ça, personne ne le savait vraiment, il avait convaincu, par conséquent, les faits présentés avaient suffi.

Mais contrairement au commun, il n'avait pas de haine envers les créatures magiques, il préférait de loin un loup-garou à un sang-de-bourbe, les lycanthropes eux au moins, n'avaient pas démérité leur nom de créatures Magiques … peut être que cette tolérance venait aussi des ses anciennes fréquentations, entre autre une hybride, mi-sorcière, mi-vélane, mais lui présenter les faits ainsi, c'était s'exposer à une réplique virulente de sa part.
Les êtres et créatures magiques avaient une place dans la société, c'était sa vision.

"Evidemment que vous n'étiez pas formé...Plus personne ne l'est, ici. Au département de controle et de régulation des créatures magique, on fait de l'assistance psychologique. Sauf que le problème, c'est que l'assistance psychologique, ça ne vous sauve pas la vie, face à un loup-garou transformé. Il faudrait que ça change, mais avec Murdoch Baldwin, c'est pas près d'arriver...Au moins en France, c'était un militaire qui gérait ça, pas un bureaucrate ayant rééchappé de la purge de 98."

Un sourire en coin suffit pour approuver les dires d'Uberville, c'était malheureux de voir que dans le pays le plus en vue de l'histoire de la magie, on était pas foutu de mêler militarisme et politique, chose que le jeune homme avait su faire à l'Ordre Nouveau durant sa période de régence.
Le département de contrôle et de régulation des créatures magiques n'était qu'un petit département désormais, c'était malheureux à dire, depuis la délocalisation des exécuteurs à la justice, il n'y avait pas de force réelle là bas, désolant comme constat, en France, le système était plus égalitaire, et chacun avait ses affaires, c'était tout.

Quand deux verres furent servis, le prof ne put lâcher un certain sarcasme qui ne déplut pas à son interlocuteur.

''Volontiers...D'habitde, je passe pour un rabat-joie auprès des anglais, vu que je ne supporte pas leur satané whisky pur feu, mais je ne dis jamais non à un vin français..."

De SaintClair afficha un sourire franc, comme quoi, on pouvait avoir la double nationalité franco-anglaise, et nettement préférer le pays qui ne nous rémunérait pas, c'était le cas des vrais français somme toute.

« J'ai l'impression que vous aussi vous trouvez notre mère la France, trop lointaine … je dois avouer qu'elle me manque affreusement, je ne me ferais sans doute jamais au système et aux coutumes anglaises. »

Tout le monde le savait, Tryan n'était pas près de se prétendre anglais, et encore moins d'en acquérir la nationalité, il était convaincu que son cœur était ailleurs, et que peu importe ce qu'on lui ferait subir, rien n'y fera.

« Et vous avez raison, le whisky pur-feu est une boisson très spéciale, personnellement, je n'en raffole pas, et rien ne vaut le vin français, au moins une chose qu'ils ne nous prendront pas. »

Sa phrase était pleine d'ironie, et pourtant, il y avait une vérité choquante tellement elle était équivoque, il fallait juste le voir.
Tout n'était qu'une question de temps avant de le comprendre, l'éclectisme, encore et toujours.

À la fin de sa phrase, on frappa à la porte de son bureau, et la fille de Mulciber entra, s'adressant à son patron d'un ton solennel.

« Monsieur De SaintClair, j'ai reçu un message pour vous.

_ De Castle of Mey ?

_ Oui monsieur, il y aurait de l'agitation là bas.

_ Très bien merci Roxane, tu peux rentrer chez toi, n'oublies pas, demain six heure trente dans l'atrium. »

Elle salua et se retira, le français se leva, vida son verre, non sans savourer, et invita son invité à le suivre.

« Monsieur d'Uberville, je pense qu'il est temps d'aller voir les spécimens, si vous voulez bien me suivre. »

Dans un mouvement de cape, le jeune homme prit les devants suivis par le professeur d'Uberville, ils prirent l'ascenseur, arrivèrent dans l'atrium, prirent le réseau de cheminées jusqu'au sous-sol de Castle of Mey, propriété ancestral du clan SaintClair.

L'endroit était sombre et mal éclairé, cela ressemblait à des cachots sinistres et sombres, une humidité persistante dans l'air, une odeur douce de mort imprégnait les lieux, on se doutait qu'il ne faisait pas bon vivre en cet endroit.
La pierre qui soutenait les murs, était finement taillée, même si le temps avait laissé des marques, l'endroit avait un coté glauque et inatteignable, le sol pavé, était jonché de flaques en tout genre, et une mince lueur sortant d'un plafond en pierre troué était la seule lumière présente.
L'ambiance était loin d'être celle d'un zoo, non, on aurait dit d'anciennes geôles, et c'est ce qu'étaient ces différentes portes que l'on pouvait apercevoir de loin.
Ne prenant pas le soin d'allumer des torches au mur, le français ne tenta pas de rassurer son invité, il le savait assez courageux, aussi, il parla froidement, mais efficacement.

« Venez, c'est par ici. »

Comme des ombres se déplaçant dans l'obscurité, les deux hommes passèrent plusieurs couloirs, tournant aléatoirement pour qui ne connaissait pas les lieux, passant les flaques d'eau au rythme des bottes sur le pavé, il leur fallut à peine deux minutes pour arriver dans une sorte d'impasse.
Sur leur gauche, le mur en pierres épaisses et lourdes donnait un coté fermé à ce couloir, plus loin, en face d'eux, se trouvait un mur, il était difficile de savoir si on pouvait prendre un couloir arrivé là bas, mais le plus important, se trouvait sur leur droite.
Deux cellules, aux barreaux bien plus épais que l'on aurait pu l'imaginer, celles ci n'étaient pas éclairées, le plafond arrondi comme pour la construction d'une tour, était en bois massif, très haut, à une dizaine de mètre, il était tout bonnement impossible de l'atteindre, même pour une créature magique. La barre métallique ancrée dans le bois, laissait sous-entendre qu'il s'agissait d'une système d'ouverture, mais pour y faire entrer quoi ? Là était toute la question.

Dans ces prisons fort bien construites, se trouvaient deux hommes, de taille moyenne, ils étaient vêtus d'un simple pagne grotesque, barbus et plutôt maigres, on devinait facilement que la condition de prisonnier en ces lieux n'était pas enviable, pas même une couche pour dormir, juste le pavé froid, on en venait presque à se demander si cette endroit pouvait être pire qu'Azkaban.
Se tournant vers les taulards, Tryan s'adressa à Alec.

«  Les voici, ils ont eu le strict nécessaire pour vivre ... »

Alors, un petit homme joufflu et une autre au visage pâle et sévère, arrivèrent comme par transplanage derrière les deux hommes, le français s'adressa au plus petit le fixant dans les yeux.

« Comment se portent ils ?

_ L'un d'eux a été agité en début d'après midi, il doit sentir la lune, on l'a calmé au doloris, l'autre n'a rien dit depuis deux jours, ils ont mangé correctement, rien d'autre à signaler.

_ Excellent, combien de temps avant que la lune soit pleine ?

_ Un peu moins d'une demi-heure, répondit le deuxième.

_ Parfait, tenez vous près pour l'ouverture O'Donnell, Stevenson, tenez vous à la disposition de monsieur d'Uberville. »

Le grand disparut instantanément, alors que le petit s'adossa au mur en attendant.

« Si vous voulez les étudier de près avant la transformation, vous pouvez, nous pouvons les immobiliser ... »

Une fois sa phrase terminée, il sortit sa baguette de son fourreau, agitant l'aubépine, des chaînes reliées aux murs vinrent entraver les membres du malheureux dans la deuxième cellule, le gardant en position d'étoile debout.

« Voici vos cobayes ... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quelques années plus tard [Tryan]( terminé)

Revenir en haut Aller en bas

Quelques années plus tard [Tryan]( terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives
-