POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

La règle du deux ou l'évolution ( Pv' Crow ) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 08/10/2011
Parchemins postés : 1575



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Lincoln Crow


MessageSujet: Re: La règle du deux ou l'évolution ( Pv' Crow ) [Terminé] Ven 4 Mai - 19:18

Huit ans plus tôt...

"Linc' ? T'es où ?"
"Ici Sofia."
"Tu... tu l'as ?"
"Me semble."
"Génial ! Attends moi !"

La demoiselle, inconsciente, folle, euphorique, fidèle, accéléra le pas. Elle était plongée dans l'obscurité, le noir complet, elle ne voyait rien, pas plus loin que le bout de son nez. Son partenaire n'était pas loin, elle sentait sa présente, mais impossible de le décerner entre les morceaux de roches qui trônaient ici ou là. Elle marchait vite, les mains devant, baguette coincée entre sa ceinture et son pantalon. L'objet était en leur possession, c'était bon, ils avaient réussis la mission, ils seraient récompensés par Lui, et ils seraient accueillis en héros. Tout était parfait finalement... pourquoi avoir peur ? Le noir ne faisait pas peur, il l'inspirait, il donnait envie d'éprouver la peur, rien d'autre, il n'en était pas l'auteur... La dénommée Sofia prit sa baguette, il fallait qu'elle retente, c'était peut-être une erreur...

"Lumos !"

Rien. La baguette ne s'illumina pas. Aucune étincelle, pas un seul éclaircissement, rien, le noir entourait la jeune femme, et même la magie ne semblait pas venir à bout de ce maléfice de zone. Elle jura. Si les deux n'avaient pas réussis à trouver cet objet si précieux pour le maître, elle aurait pu comparer cette journée comme la pire de son existence. Depuis l'aube ils cherchaient, ils creusaient, se faufilaient, et depuis la découverte de cette grotte, ils n'étaient pas sortis dehors... voilà déjà trois heures. Elle tenta d'appeler son coéquipier une nouvelle fois. Il ne répondit pas. Que se passait-il ? Ce n'était vraiment pas habituel avec Crow. Lincoln Crow était, selon Sofia, un jeune homme plein de charme. Elle n'en était pas amoureuse, mais serait capable de le devenir. Il était plutôt mignon, et avait une certaine façon d'aborder les choses qui lui plaisait bien. Elle voyait en lui un gage de sécurité, de confiance, et pourtant il n'avait que vingt ans... remarque, elle n'en avait qu'un de plus. Le garçon était un violent, un type extrêmement étrange par moment, et volontairement terrifiant. On lui donnait un rôle de tortionnaire, du moins les supérieurs lui donnaient ce rôle, à ce qu'il se disait c'était car il était, à l'heure actuelle, le mangemort le plus vicieux, le plus détraqué, le plus violent, et possédant le moins d'âme pour faire d'une torture ordinaire, un moment de supplice intense et horriblement douloureux. Scofield avait dit l'autre jour que l'homme ayant le plus longtemps résisté à Lincoln fut un homme, qui parvint à tenir trente minutes. Pour Sofia c'était... surréaliste. Elle mettait au moins plus d'une heure pour faire cracher un morceau important à un ennemi, et lui... si jeune...

"LINCOLN ?!"
"Cris pas. Avance."

La voix était froide, franche, sans sentiment. Il parlait comme si ça n'avait pas d'intérêt, il laissait ses paroles sur le chemin. Ce n'était pas des ordres, mais ça s’interprétait de la même façon. Sofia avança, la voix venait de la gauche... au bout d'une petite recherche dans l'obscurité la plus totale, elle arriva enfin à entrevoir la silhouette de son partenaire. Il lui tendit la main, elle la prit, et il la tira hors de cette putain de grotte.

"Merci, j'en avais marre."
"..."
"Linc' ? Qu'est-ce qu'il y a ?"
"Avada Kedavra !"


L'éclair vert prit forme immédiatement et percuta la demoiselle de plein fouet. Elle avait été éjectée au fin fond de la grotte, et ce fut sans mal que Lincoln se retourna. Il n'y avait pas de mal à tuer ses coéquipiers quand le Maître l'avait demandé... il se souvenait encore de ses paroles : "Reviens seul Lincoln.", il n'y avait pas plus explicite venant du Lord. Mais au fond... n'était-ce pas une forme de souffrance ? Une absence totale d'âme, de pitié, de cœur... souffrait-il de quelque chose ? Un truc enfoui, perdu, enfermé au fond de lui-même ? La souffrance pourrait donc être relativisée...

"Sofia, tu viens de me faire pendre conscience d'une grande découverte."

Dans les cachots de Poudlard...


Mercurius, un élève bien étrange. Ce garçon était d'un sang-froid relativement proche de zéro, son niveau scolaire n'était pas excellent, voire même moyen, peut-être pire. Il n'avait pas un grand charisme. Individu violent, excessif, grossier, sans gêne, et purement humain. En réalité, c'était ça. Il était humain, et l'humain dégoûtait l'humain sous tout ses traits. L'espèce humaine était paradoxale tant elle n'assumait pas sa véritable nature... étions-nous civilisés ? Étions-nous gentils avec nos semblables ? Étions -nous généreux, souriants, fair-play, attentionnés, bien élevés, polis, sensibles ? Foutaises. Lincoln n'y croyait pas à ça, les êtres humains étaient voués à survivre, voués à servir leurs propres intérêts, pas ceux des autres. Mercurius était à terre, il souffrait, c'était certain, on ne pouvait pas être insensible à un doloris... cependant, sa réaction n'était pas commune. Elle semblait même exceptionnelle... c'était comme si il était désireux de souffrir, un sentiment de plaisir infiniment incompréhensible, et purement délirant. Rompre un sortilège impardonnable avait quelque chose de décevant pour Crow. Il se sentait comme reculant devant l'ennemi, il se sentait comme obligé d'arrêter. Certes, la situation était différente ici, il n'avait pas d'ennemi en face de lui... mais le ressenti était le même. Arrête une torture n'était pas une habitude chez le mangemort, du moins, pas tant que la victime n'avait pas son compte.

L'élève se releva, essuya sa tenue, et lança une phrase légèrement déplacée la concernant. La réplique arracha un sourire au maître. Il n'était pas hilare, il n'était pas non plus froid comme la roche. Il était plus détendu, dans son élément, il partageait un savoir,une façon de faire, il voyait grandir dans l'art de la torture et de la violence ce gamin au potentiel plus que large. Ce même gamin qui reprit sa baguette, la pointa sur sa cible, sous le regard aiguisé de son mentor, et lança une seconde fois le sortilège impardonnable.

Le résultat ne fut pas exceptionnel, disons qu'à cause de la jeunesse de Mercurius, le sortilège n'était pas encore très puissant, du moins ne l'était pas comme l'entendait Crow. Mais ça viendrait, il n'y avait pas de doute... l'important actuellement c'était que le sortilège impardonnable était réalisé, il avait réussi à l'exécuter, et ce n'était franchement pas moche. Sorbet avait hurlé, comme souvent, mais cette fois pour une raison bien spécifique. Lincoln contourna le mutilé, se déplaça jusque derrière son élève, et resta là, à observer. Finalement, il lui tapota l'épaule, signe que l'expérience était terminée, et ça se sentait, il se fatiguait vite. Le sortilège fut rompu, Sorbet reprenait ses esprits, tandis que Mercurius exprimait sa joie :

« C'est juste dément ! Mais c'est génial … c'est encore mieux que comment Brom l'avait décrit ! Putain ce que c'est bon ! »
"Décrire un sortilège... je ne sais pas pour toi, mais moi je ne le conçois pas. Si je n'essaye pas, ça ne me convient pas. Si ça t'a plut, tant mieux, tu vas en avoir besoin. Si tu as un sort à passer à Sorbet, vas-y, mais ne le tue pas, j'en ai encore besoin."

Le mangemort quitta la cellule, et prit l'un de ses hommes à part. Un gorille de Crow ça faisait peur dans les couloirs, il n'avait pas choisi ses hommes à la légère.

"Rends toi au Ministère. Vas voir Emma, dis lui que j'y suis presque, on touche au but. Dépêche toi.

L'homme s'en alla immédiatement, il ne prit pas plus de précisions sur sa mission, après plusieurs années de service, il n'en avait pas besoin. Dans ce métier on ne posait pas de question, on exécutait, et ça le gorille l'avait bien compris après plusieurs punition.

Lincoln plaça ses mains dans ses poches, il marcha le long de l'allée carcérale, et observait les détenus. Il marchait lentement en attendant son élève, et se dirigeait vers la sortie du couloir.
Rapidement, Yakovsky le rattrapa, ensemble ils remontèrent jusqu'au bureau de Crow, ils reprirent places assises, et Lincoln passa au vif du sujet.

"Je quitte Poudlard demain. Je suis depuis hier Directeur des exécuteurs de Nuisibles, mais ton enseignement n'est pas terminé, j'ai prévu de quoi t'occuper quelques temps, et quand tu auras terminé, j'enverrai un homme te chercher pour t'emmener au Ministère. On passera à la vitesse supérieure une fois là-bas."

Il continua après une courte pause.

"J'ai une liste de trois élèves. Ces trois élèves ne viennent plus en cours depuis deux semaines... mais ils sont dans l'école, je le sais. Tu vas les retrouver, et tu vas les torturer. Je veux savoir pourquoi ils ne viennent plus en cours. Tu cherches à savoir la nature de leur sang, et je sais dors et déjà qu'ils sont impurs, je veux juste des aveux. Doloris, Amet, tes poings, tes pieds, un couteau : ce que tu veux, mais je veux ces informations, et cette fois ne vient pas me dire que tu n'as rien."

Il donna la liste à son élève :

"Amélia Britney ; Jackson Wild ; Gregory Walter. Les deux premiers sont à Pouffsoufle, le dernier à Gryffondor. Tu l'as peut-être déjà rencontré, ou pas d'ailleurs. Je te conseille de travailler ton doloris, ce sont de bonnes cibles. Tu auras besoin de ce sort plus tard, c'est un atout si tu le maîtrises tôt... Je sais que le dernier travail que je t'ai donné à faire ne t'a pas plut, j'espère que celui-ci te conviendra. Quoiqu'il en soit, que tu l'aimes ou pas, je serai informé de ce que tu fais, et je veux des aveux clairs, et si tu peux leur arracher un peu plus, tant mieux. Tu es couvert, mais fais ça le plus discrètement possible."

Il se replaça dans son siège, bien au fond.

"Des questions ? Sur le Doloris, ton travail, ou autre chose ?"


HRP : bon, j'espère que ça va te plaire ^^ J'ai pensé à un RP solo, ce qui te laisse plus de liberté quant à ton personnage, sur son apprentissage, et sur la relation avec les victimes. Dis moi ce que t'en pense.

____________________________________





Seul l'agent :geek:surveille les deux côtés de la force

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: La règle du deux ou l'évolution ( Pv' Crow ) [Terminé] Sam 5 Mai - 17:19

Torturer au doloris, une expérience fort intéressante, instructive, et plus qu'utile, un sort dont il se resservirait, peut être pas en duel, car la réalisation de celui ci était difficile dans le feu de l'action, du moins, H ne se sentait de l'utiliser que sur un adversaire diminué, d'ailleurs, un combo lui vint à l'esprit, un Ostéoclaste suivi d'un doloris, l'expérience pourrait être intéressante.
Il aimait réfléchir comme ça, à des combinaisons de sorts qu'il pourrait utiliser, il avait déjà pensé à les tester, notamment l'Ostéoclaste suivi d'un sortilège de propulsion, du genre Everté Stati, ou Volate Ascendere, c'était sympathique, et très douloureux, mais il se demandait si une fois la jambe brisée, l'autre ressentirait dans la même douleur ?
À tester bien évidemment.

Le mangemort arrêta l'expérience, et commenta sa dernière exclamation.

"Décrire un sortilège... je ne sais pas pour toi, mais moi je ne le conçois pas. Si je n'essaye pas, ça ne me convient pas. Si ça t'a plut, tant mieux, tu vas en avoir besoin. Si tu as un sort à passer à Sorbet, vas-y, mais ne le tue pas, j'en ai encore besoin."

H haussa les épaules, un air vaguement benêt, il répondit un simple : « Mouais », équivalent à un 'bof', en fait il se foutait bien de savoir si on pouvait décrire ou non un sortilège, le plus simple, c'était de l'utiliser, regarder ce qu'il faisait, et après se faire une opinion. Du concret, encore du concret, toujours du concret !

Épargner quelqu'un, voilà qui n'était pas dans les habitudes du Gryffondor, c'était fâcheux, très fâcheux, il saurait composer avec, et puis, il n'avait pas vraiment le choix.
Crow quitta la cellule, laissant le tortionnaire avec la loque humaine, oh encore un peu de jeu, ça parlait dans le couloir, il avait encore le temps de s'occuper avec le Sorbet enchaîné, réfléchissant, ou tout du moins à ce qui aurait pu y ressembler, H se posa sur le corps du cobaye, toujours immobilisé.

« Bon alors mon vieux, quand est ce que je pourrais venir te voire … le Mardi de dix-sept heure trente à dix-huit, tu fais quoi ? Rien ? Tant mieux, on va pouvoir passer du bon temps ensemble, en plus faut que je travaille mon doloris ... »

Il se gratta l'arrière de la tête et reprit sur le même ton presque ironique.

« Sinon ya le Samedi après l’entraînement de quidditch, si j'ai encore un peu d'énergie, on pourra voir ça, je te redis de toute façon, c'est pas comme si tu pouvais te barrer hein ! »

L'attrapeur rouge entendit le gorille qui reprenait le chemin, il devait conclure assez rapidement.

« Allez connard, je te dis à la prochaine … Repulso ! »

Le tas de chaînes emporta le bouseux contre le mur alors que H sortait là, rattrapant Crow au pas de course, il passa une main pour enlever la poussière sur ses épaules, pas très propre l'endroit, les elfes de maison devaient être de sacrés fainéants vu l'endroit.
Il arriva à hauteur du mangemort, puis ils remontèrent dans son bureau, et prirent place.

"Je quitte Poudlard demain. Je suis depuis hier Directeur des exécuteurs de Nuisibles, mais ton enseignement n'est pas terminé, j'ai prévu de quoi t'occuper quelques temps, et quand tu auras terminé, j'enverrai un homme te chercher pour t'emmener au Ministère. On passera à la vitesse supérieure une fois là-bas."

*Les exécuteurs ? Et ben mon salaud t'as pas perdu ton temps … j'ai hâte de voir ce que c'est 'l'enseignement supérieur. *

"J'ai une liste de trois élèves. Ces trois élèves ne viennent plus en cours depuis deux semaines... mais ils sont dans l'école, je le sais. Tu vas les retrouver, et tu vas les torturer. Je veux savoir pourquoi ils ne viennent plus en cours. Tu cherches à savoir la nature de leur sang, et je sais dors et déjà qu'ils sont impurs, je veux juste des aveux. Doloris, Amet, tes poings, tes pieds, un couteau : ce que tu veux, mais je veux ces informations, et cette fois ne vient pas me dire que tu n'as rien. Amélia Britney ; Jackson Wild ; Gregory Walter. Les deux premiers sont à Pouffsoufle, le dernier à Gryffondor. Tu l'as peut-être déjà rencontré, ou pas d'ailleurs. Je te conseille de travailler ton doloris, ce sont de bonnes cibles. Tu auras besoin de ce sort plus tard, c'est un atout si tu le maîtrises tôt... Je sais que le dernier travail que je t'ai donné à faire ne t'a pas plut, j'espère que celui-ci te conviendra. Quoiqu'il en soit, que tu l'aimes ou pas, je serai informé de ce que tu fais, et je veux des aveux clairs, et si tu peux leur arracher un peu plus, tant mieux. Tu es couvert, mais fais ça le plus discrètement possible."

Il en avait tabassé des élèves, sans même connaître leurs noms, alors savoir si ceux là avaient déjà goûté à ses poings ou à un sortilège de sa part, c'était raté.
Les noms ne lui disaient rien, il se repérait avec des signes distinctifs, si on lui disait une petite brune avec des tâches de rousseur, toujours les cheveux en pétard, là il voyait, sinon, c'était mission impossible.
Rien que le nom de Gregory Walter lui était inconnu, ce n'était pas un joueur de quidditch, ni un membre de l'Elite, donc il ne le connaissait pas, ses fréquentations se limitant presque à ces deux catégories.

"Des questions ? Sur le Doloris, ton travail, ou autre chose ?"

D'ordinaire, il n'en aurait pas eu, mais là, après ce bref travail, et une partie de l'enseignement qu'il avait reçu, il n'hésita pas.

«Ouais, concernant le doloris, ya pas de risque de le pratiquer plusieurs fois de suite dans la même journée ? Je veux dire, comme Amet quoi ... »

C'était essentiellement ça le soucis, si c'était pour se transformer en légume, il ne procéderait qu'à un ou deux doloris par jour, guère plus, il fallait avant tout jouer sur les possibilités, pas sur l'acharnement du bonhomme.
Maintenant que son mentor serait au ministère, il n'y aurait plus de petite entrevue éclair, plus d'ordres directifs, de risque de déplaire à l'autre, les larbins ne serviraient que d'intermédiaires, et encore, là c'était le bon plan, H était lâché seul à Poudlard, Crow parti, il devait s'affirmer de lui même, chose déjà faite, mais dont on ne commentera pas la portée.

H n'était pas l'apprenti modèle, irrespectueux, peu obéissant, têtu, c'était un peu la plaie de service pour des professeurs aguerris, alors pour un mentor qui n'avait rien appris de l'éducation et qui n'y connaissait guère plus en pédagogie … mais non, c'était lui qui y arrivait le mieux, s'en sortir avec H, c'était du jamais vu, arriver à un résultat en collaborant, c'était inespéré, mais lui, ce mangemort qui parlait peu, avait réussi à dompter la bête, en lui tendant un bout de viande, et une récompense qu'il ne pouvait négliger, c'était intelligent, fourbe mais bien vu.

Le Gryffondor se demanda si Crow voulait le faire intégrer les exécuteurs, un peu jeune quand même, mais ces gars là étaient les bras les plus puissants du ministère en tant que soldat, c'était eux qui coursaient les nés-moldus et les éventraient à souhait, une boulot fort sympathique, mieux payé que raffleur, et plus gratifiant, une bonne idée de futur.
S'il les intégrerait, ce ne serait pas grâce à son dossier scolaire, plus grâce à un piston, ou a un test, un duel ou un truc du genre, en fait, Mercurius se rendait compte qu'il n'y connaissait rien, mais alors rien en exécuteurs de nuisible.

Il ne le pensait pas, mais Crow avait un avenir, lui en avait un également, et visiblement, ils seraient jumelés, menés de concert parcequ'il devait en être ainsi, ce n'était qu'une question de temps avant que la collaboration soit franche.
Mais avant cela, l'apprenti devait se débrouiller sans le maître, H n'aurait dans cette mission qu'un seul ami, le Doloris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 08/10/2011
Parchemins postés : 1575



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Lincoln Crow


MessageSujet: Re: La règle du deux ou l'évolution ( Pv' Crow ) [Terminé] Ven 11 Mai - 21:33

La question était pertinente. Il n'y avait pas de honte à la poser, il n'y avait pas de problème là-dedans, c'était une question légitime, qu'il fallait se poser, oui c'était même une priorité : quels sont les effets du sort, sur moi, le lanceur ? Car la magie était réversible. Si elle pouvait causer de lourds dégâts à un adversaire, elle pouvait aussi en faire de sérieux au lanceur, et parfois ils n'étaient pas tendre. Crow avait déjà vu un homme se faire arracher la tête par un retour de vent trop violent suite à sortilège de tempête, ou encore une femme perdre ses yeux suite à un maléfice d'enlèvement des sensations. La magie n'était pas tendre avec ceux qui la pratiquait mal, et Dieu sait qu'ils étaient nombreux. Lincoln n'était pas un expert, il n'y avait pas d'expert, tout le monde faisait des erreurs, plus ou moins grosses, et c'est ce "plus ou moins" qui déterminait notre "puissance magique" comme on aimait l'appeler dans l'étude de la magie noire. Une puissance magique qui pouvait atteindre des sommets, et toucher des profondeurs, tout était possible. Certains se stabilisaient au milieu, d'autres progressaient jour après jour, tout dépendait de l'intérêt porté à la matière au quotidien. Lincoln progressait, il le savait, il le sentait, mais pas suffisamment, et là était le problème. D'autres progressaient bien plus vite, comme De SaintClair, c'était au jour le jour que sa progression se faisait, et elle n'était pas en descente. Il ne voulait pas rivaliser avec lui, il se fichait de savoir si il le battait ou pas, il voulait juste connaître cette façon de s'améliorer rapidement et au quotidien. Une façon de se dire intérieurement "je ne suis pas terminé", car plus le temps avançait, plus il se pensait régresser par moment. Il recula dans son siège, regarda le gamin assit en face de lui. Un gamin qui sur certain aspect lui rappelait énormément de choses, il lui rappelait lui-même... il lui rappelait les années Poudlard, délinquance, violence, désinvolture, et "je-m'en-foutisme" absolu.

"Non, le Doloris ne te fera rien. Il t'épuisera rapidement cependant, tu auras du mal à en lancer plus de deux en une heure, mais ce n'est que le début... si tu commences maintenant, d'ici un an de pratique tu pourras le lancer suffisamment de fois pour que cela devienne quasiment continu. Même moi le sortilège m’essouffle si je le lance trop de fois, mais je ne ressens rien généralement pour la simple et bonne raison que je ne le lance pas assez de fois à la minute pour me fatiguer."

Donner un exemple était toujours plus pertinent que de lui donner l'idée théorique de la fatigue due au Doloris. C'était un cours de magie noire relativement barbant que Lincoln avait lu dans un grimoire datant du siècle dernier... quelque chose parlant de vapeur invisibles, incolores, et inodore qui empêchaient le bon fonctionnement des organes et qui les fatiguaient plus rapidement... enfin quelque chose comme ça.

"Enfin, tu verras bien vite qu'un Doloris suffit à obtenir des informations sur un élève. Évidemment, amuse toi, mais ne charge pas trop... certains finissent à Saint-Mangouste."

Il avait évidemment en tête le cas Londubat, un couple, plutôt jeune à l'époque, se faisant torturer jusqu'à la folie la plus pure et la plus abjecte par Bellatrix Lestrange. Un moment que l'on disait de toute beauté, d'une affreuse beauté presque magnifique. L'auteure de l’atrocité était déjà détraquée à la base, elle n'était pas nette, elle ne l'avait jamais été, alors torturer quelqu'un de cette façon ne lui a pas chamboulé l'esprit, mais certaines rumeurs couraient comme quoi les mangemorts présents, pas tous bien évidemment, avaient tournés les yeux tant le supplice était inconcevable... qu'est-ce que Crow aurait donné pour pouvoir assister à ce moment intense... il rêvait d'une telle torturer, rendre à quelqu'un sa pureté psychologique... n'était-ce pas là le rêve d'un grand psychopathe ? Ou plutôt d'un psychiatre légèrement barré ?

Lincoln se leva, fit un tour dans la pièce, alla jusqu'au buffet en bois sculpté de façon magnifique et harmonieuse, et servit deux verres. Cette fois l'alcool était bien plus fort, mais le goût n'en était que plus appréciable. On sentait les arômes, on sentait le liquide descendre dans sa trachée et se déposer délicatement dans son estomac... une sensation des plus exquises. Il donna l'autre verre à Mercurius, nul doute qu'il apprécierait. Et si ce n'était pas le cas... hé bien, tant pis pour lui.
"Je ne pense pas que tu auras besoin de moi pendant ta "traque", mais si jamais il t'arrivait d'avoir un gros problème, comme une intervention d'un membre du personnel de Poudlard, un professeur ou autre, tu peux me joindre par courrier. Inutile d'écrire un roman, même si je me doute que ce ne soit pas ton genre, littéraire que tu es..."Le pic était de bonne guerre"envoie juste la lettre vierge, ça passera très bien pour me faire comprendre que tu es dans la merde."

Au moins, si le gamin avait besoin d'aide, il savait quoi faire... de préférence, Lincoln ne voulait pas qu'il ait recours à cela, ce serait simplifier les choses que de demander à Lincoln d'intervenir... si il pouvait se gérer par lui-même et contourner la surveillance ce serait parfait... et nul doute qu'il y parviendrait, c'était un Gryffondor, il avait été choisi en partie pour ça, même sans le vouloir, il avait ce don en lui qui lui faisait généralement échapper à la merde la plus totale... Un homme frappa une fois à la porte et attendit que le propriétaire des lieux lui donne la permission d'entrer, ce qui arriva quelques secondes plus tard. Ce fut Aeron, un exécuteur de Nuisible très bien bâti. A la limite, plus impressionnant que les hommes de mains actuels de Lincoln.

"Monsieur Crow."
"J'arrive Aeron."

Le mangemort se leva, et commença à ranger quelques dossiers, tout en s'adressant à son apprenti.

"Nous en restons là pour cette fois, n'oublie pas ta mission, je te laisse jusqu'à la fin de l'année scolaire pour la réaliser. Tu peux partir."

Il n'en fallut pas plus pour l'adolescent qui s'échappa normalement. Lincoln continuait de ranger quelques paperasses inutiles avant de se retourner vers Aeron, de prendre ses affaires utiles et de quitter le bureau pour la dernière fois.

"Vous aviserez Miss Roberts que je veux récupérer l'ensemble que contient ce bureau."
"Bien Monsieur."
"Il y a une bibliothèque derrière, je l'ai ouverte, tous les livres devront être récupérés par une équipe spécialisée, et je serai intransigeant là dessus, et transportée à mon manoir dans la bibliothèque prévue à cette effet."
"Très bien, combien d'ouvrages possédez-vous ?"
"Environ cinq cent milles, peut-être plus."
"Ça va mettre du temps monsieur..."
"Je m'en fiche Aeron, ce sera fait, c'est tout."


L'autre acquiesça, il n'avait pas beaucoup de choix. Au fond, Aeron se fichait bien de savoir si les hommes chargés de cette tâche allaient galérer ou pas, il ne ferait pas parti du groupe, en temps qu'exécuteur, il avait d'autres fonctions à remplir que d'aller récupérer des grimoires poussiéreux et inutiles.

"Vous superviserez le transfert d'ailleurs."

Comme quoi, parfois, même Crow pouvait s'avérer le pire des emmerdeurs. C'était un directeur compétant, intelligent et généralement pas collant... mais il était chiant parfois, mais chiant.

HRP : RP terminé ! Merci Niko !
On se revoit au Ministère !


____________________________________





Seul l'agent :geek:surveille les deux côtés de la force

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La règle du deux ou l'évolution ( Pv' Crow ) [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

La règle du deux ou l'évolution ( Pv' Crow ) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-