POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Un nouveau commencement [Mercurius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 11/11/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 21/03/2012
Parchemins postés : 75



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Elia Holm


MessageSujet: Un nouveau commencement [Mercurius] Jeu 5 Avr - 23:38

Il faisait encore nuit lorsque Elia ouvrit les yeux, mais la lune éclairait quelque peu l'école. La jeune fille n'avait cessé de tourner en rond dans son lit durant une bonne partie de la nuit jusqu'à cet instant précis. Suivant le positionnement de la lune il devait être cinq heures du matin, Elia se demandait si elle allait se lever ou pas, de toute façon elle ne se rendormirait pas, pas avec la réflexion qu'elle menait en ce moment. Elle resta une bonne vingtaine de minutes avaient de se mettre debout dans le plus grand silence, Elia prit les vêtements qui lui tombèrent sous la main et enfila sa cape car le printemps était déjà bien entamé mais la nuit restait fraiche.
Elia sortit discrètement du dortoir et traversa Poudlard pour enfin arriver dehors, elle marcha longtemps avant d'arriver par hasard au lac noir. Cet endroit rappelait tellement de souvenir à Elia qu'elle en devenait mélancolique, lorsqu'elle avait traversé le lac la première fois tout était différent et si facile. La jeune femme fut prise par l'envie d'y tremper ses pieds, elle prit donc soin de mettre ses chaussures loin de la rive et entra dans le lac, l'eau était froide mais elle s'y habituerait vite.
Ce matin là Elia était hanté par les souvenir de son père et de sa mère, se demandant si la mort de ses parents était réellement nécessaire et si sa mort à elle aurait changé quelque chose à la vie de ses parents si tragiquement disparus. À ces pensées-là Gryffondor ne pût empêcher ses larmes de couler, se sentant défaillir elle se laissa tomber à genoux dans l'eau et se laissa aller dans une plainte douce, laissant ses sanglots et ses larmes agir à leurs guises. Elle resta plusieurs minutes ainsi, seule avec pour seule compagnie ses pleurs, lorsqu'elle eut fini elle regarda derrière elle avant de se rendre compte que quelqu'un la regardait. Elle interpella d'une manière douce l'individu, elle n'avait pas envi de se battre et était pleine de honte à l'idée que quelqu'un l'ait vu dans cet état.

- À qui ai-je l'honneur ?

Elle chercha sa baguette au cas où la discussion tournerait mal mais ne la trouva pas, visiblement pas rassuré et sans défense elle attendit la réponse de la personne inconnue.

Hrp: désolé mais faire l'ouverture d'un RP c'est pas mon fort x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Mercurius] Ven 6 Avr - 1:37

Evolution as an echo of emotion and perfection.

Vaste plaine sans intérêt, sans rien dire, rien à dire, rien à penser, le désert.
Des dunes à pertes de vue, des dunes de neige, seul au milieu de ce désert, Mercurius.
Tournant vaguement la tête pour tenter d'apercevoir quelque chose au loin, mais rien n'y fut, il était au néant ce que l'impureté était au sang-de-bourbe.
Il râla, vraiment, le gryffondor n'aimait pas se retrouver dans un tel néant, comme s'il ne l'avait pas assez été … vraiment, c'était risible.
Il y avait quelque chose avec cet endroit, une sorte de déjà vu, mais d'on ne sait où, et aussi perturbant que cela puisse paraître, H ne sut pas dire quoi, mais il se sentait à la fois énervé, et apaisé en ces lieux.
Temps propice à la méditation, mais pourquoi perdre son temps à réfléchir alors qu'on peut foncer ? Il décida de se mettre en route, vers l'inconnu.

Sifflotant une chanson qui raisonnait, mais quelle chanson ? Après cette question, il se demanda d'où il la connaissait … ah ! Ça lui échappait totalement, au pire, la conclusion fut la suivante : Mercurius Yakovsky est probablement taré.
Une fois la chanson terminée, allez savoir pourquoi, le russe décida de sortir sa baguette et sans trop comprendre pourquoi, un feu intense en sortit, et prit une forme étrange de brasier vivant avec une tête non définie, ou alors juste par 3 fentes noires, une pour la bouche, les autres pour les yeux.

Étonné, le gryffondor entama la discussion par une interrogation légitime :

«  T'es quoi toi ? Un Feudeymon ? Ou une autre bizarrerie de magie noire ... »

Pas de réponse, il continua.

« Tu sors d'où ?

_ De ton esprit … je suis toi. »

Le gamin haussa les épaules.

« Ça m'aide bien tiens … ça me dit toujours pas qu'est ce que tu branles là …

_ Mercurius, faut qu'on parle.

_ Ah là je me retrouve ! »

Le feu continuait de brûler d'une flamme intense, jaune orangée, il ondulait légèrement, ce qui 'charmait' le jeune homme, presque passionné par cette forme si spéciale.

« Bon alors faut qu'on parle de quoi ?

_ De toi.

_ De moi ?

_ Oui de toi !

_ De moi ?

_ … tu comptes faire quoi prochainement ?

_ T'entends quoi par prochainement ?

_ Arrêtes ce petit jeu et réponds moi franchement !

_ Ok ok … zen … bah je sais pas trop …

_ C'est ça ton soucis, tu ne sais jamais !

_ Hey c'est pas de ma faute si je vis dans le flou total.

_ Et bien démêles le crétin !

_ Ah t'es malin, et je fais comment moi ? »

Le feu brûla encore, et une personne apparut derrière, un jeune homme aux cheveux noirs, et au visage sympathique même s'il était inconnu de H, assez grand, il fixait avec bienveillance le jeune homme, celui ci se demandant qui était cette personne au visage presque familier.
Le brasier emporta la personne dans un tourbillon et elle disparut …

«  Hey attends toi reviens ! »

Le feu se propageait, et se dirigeait vers H, qui fut happer dans celui ci, il aurait aimé crier et avoir peur …


Le gryffondor se réveilla en sursaut, en sueur, assit dans son lit. Il se passa la main sur son visage, souffle lourd, un cauchemar, ce n'était qu'un cauchemar.
Il lui fallut un instant pour reprendre ses esprits, constant que son plumard était complètement défait, et qu'il ne trouverait pas le sommeil, H décida de se lever, et de regarder par la fenêtre, il faisait jour, enfin presque.
Et comme souvent, Mercurius aurait envie de s'occuper, alors il s'habilla avec ces habituels vêtements, la robe aux couleurs de gryffondor, un jean et un t-shirt en dessous, c'était connu, en avril, ne te découvre pas d'un fil.

Baguette dans la poche droite, choppa quelques cochonneries à manger dans ses affaires et se rendit dans la salle commune, vide comme toujours à cette heure, et donc, il décida de se promener et d'aller se reposer et méditer à son endroit fétiche, le lac, seul endroit où il pouvait être tranquille, surtout de ce temps et à cette heure.
Réveillant la grosse dame qui râla, il la força plus ou moins à lui ouvrir le passage, celle ci grognant que c'était la deuxième fois qu'on la réveillait ce matin, mais ce n'était pas le soucis du russe, qui la menaçant de sa baguette, obtint ce qu'il veut.
Descendant en silence les escaliers, il savait pertinemment qu'on ne pourrait rien lui dire, favori de Crow, allié de l'Elite, il avait la vie facile au château.

Passant devant les sabliers, il poussa la grosse porte et se retrouva dehors.
Ah la fraîcheur matinale ! Que du bon … un air frais reposant.
De bonne humeur, il prit la direction du lac noir, et arriva à l'endroit choisi, visiblement, il y avait déjà quelqu'un, une demoiselle en train de patauger gaiement, ou pas, dans l'eau.
Il l'observa en silence, un sourire sadique sur son visage … curieux curieux.

La voir pleurer lui procurait du bien, un certain réconfort, comme s'il n'était pas le seul à souffrir ici bas, et le seul moyen de se sentir bien, c'était de créer la souffrance, enfin ça, c'était ce qu'il pensait.
Elle remarqua sa présence qu'après une minute, et voulut sauver l'honneur en jouant la carte de la gentillesse.

À qui ai-je l'honneur ?

Un bref rire dément s'échappa de son interlocuteur, une comique la gamine !
Il lui répondit de sa voix stridente et raillarde.

«  Si je te dis Sir Herbert Varney tu continues de pleurer ? »

Cette amertume piquante, elle le caractérisait bien, lui, le champion de gryffondor, celui qui crachait sur ces valeurs à la con, et pourtant, qui était obligé d'en porter les couleurs.

«  Arf, l'endroit est pris … »

L'autre trifouilla nerveusement dans sa poche comme pour sortir sa baguette, sans doute devait elle avoir compris à qui elle avait à faire.

«  Relax, je vais pas t'éventrer … surtout pas pendant que tu fais trempette ici. »

Simple belle parole ou vérité ? Difficile de le dire tant le bonhomme était incertain dans ses réactions, aussi, il s'assit dans l'herbe, et décida d'attendre un peu, pourquoi ne pas faire un brin de conversation.

« Alors, qu'est ce que tu fous là ? T'es ni de la brigade, ni de l'Elite, normalement tu dvrais être dans ton dortoir ... »

D'ailleurs, il ne lui avait même pas demandé son nom, et ne s'était pas présenté, de toute façon, H et la politesse … hum voilà quoi … il se foutait bien de savoir à qui il parlait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 11/11/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 21/03/2012
Parchemins postés : 75



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Elia Holm


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Mercurius] Dim 8 Avr - 1:43

La chance est une chose courante, faut-il seulement savoir la saisir.
Elia avait toujours fait partie de ces gens chanceux si on mettait sa famille de côté, elle avait toujours su saisir chaque petite chose qui pouvait la faire progresser, gravissant une marche à chaque fois pour devenir la jeune femme qu'elle était. Mais ce matin-là la Gryffondor n'était peut-être pas aussi chanceuse que d'habitude, en effet tomber sur Yokovsky un jour où tout va mal ne doit surement pas être un coup de chance.

« Si je te dis Sir Herbert Varney tu continues de pleurer ? »


Pas besoin d'être un expert pour reconnaitre la façon spéciale que le jeune homme avait lorsqu'il se moquait. Elia ne savait jamais où se mettre lorsqu'il était là, l'idée qu'il était pro-régime ne l'enchantait que très peu mais parfois il lui arrivait de dire des paroles sensées et justes. On devrait toujours se méfier de personne telle que lui. Elia eut un rire nerveux avant lui répondre avec un sourire sincère.

- Tu as mangé un clown se matin? Je ne crois pas que voir un vieux vampire tueur de femme puisse faire rire une jeune fille de bon matin.

Elia avait retrouvé la sérénité qui la caractérisait d'habitude, gardant tout de même une petite méfiance envers son interlocuteur. Le Gryffondor n'avait jamais eu une bonne réputation et la jeune femme n'avait jamais eu l'occasion de lui adresser la parole. Pendant qu'elle était perdue dans ses pensés, Yakovky se remit à parler.

« Arf, l'endroit est pris … »


Visiblement il se parlait à lui-même, Elia ne prit pas le temps de réfléchir et d'analyser la situation et répondit du tac au tac.

- Désoler d'être là, mais cet endroit est à tout le monde. Si tu n'es pas sociable ce n'est pas mon problème.

Réalisant tout à coup la bêtise qu'elle venait de faire Elia devint très nerveuse, ce qui n'échappa pas au jeune homme.

« Relax, je vais pas t'éventrer … surtout pas pendant que tu fais trempette ici. »


La Groffondor resta perplexe quant à la parole de Mercurius, disait-il la vérité? Ce garçon était étrange, jamais on ne pouvait lire dans ses pensées et Elia voulait mieux le connaitre, après tout il n'était peut-être pas si inhumain que ça. Elle le vit s'assoir dans l'herbe, il comptait s'éterniser apparemment. Il y eut un petit moment d'attente puis le jeune homme lança la conversation.

« Alors, qu'est ce que tu fous là ? T'es ni de la brigade, ni de l'Elite, normalement tu devrais être dans ton dortoir ... »

Elia eut un sourire sincère et plein de chaleur elle sortit de l'eau et vint s'installer quelques mètres à côté de son interlocuteur. Lorsqu'elle fut installée elle lui répondit d'une façon très neutre.

- Tu l'as dit toi-même je fais trempette... ça me permet de réfléchir sérieusement et de me calmer, d'oublier que je ne suis qu'Élia Holm, un simple sang mêlé qui a perdu ses parents... tu devrais essayer ça marche. Et puis il n'est pas si tôt que ça, de toute façon je ne vois pas l'intérêt de rester dans le dortoir alors que je n'arrive pas à me rendormir. On est bien mieux dehors, au grand air. Mais tu sais que je peux te poser la même question, que tu sois de l'élite ou de la brigade normalement personne ne se balade ici à cette heure-là.

Elle le regarda sans bouger avant de lui faire un sourire chaleureux. Finalement elle allait l'avoir cette discussion avec le fameux Mercurius, elle allait bien voir comment cela allait se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Mercurius] Lun 9 Avr - 15:03

De bonne heure, de bonne humeur.
On pouvait dire ça.
D'ordinaire, H aurait pris un malin plaisir à torturer la demoiselle devant lui, en plus, le lac était un endroit qui l'inspirait profondément, donc autant dire qu'il pouvait y avoir une effusion de sang à venir, suffisait de l'envie d'avoir envie … drôle de formulation pour dire que quand c'est pas l'heure, c'est pas l'heure et que quand c'est plus l'heure, bah c'est plus l'heure.

Le gryffondor pouvait se taper un trip malsain n'importe où et n'importe quand, ce n'était pas vraiment les moyens qui manquaient, tout n'était question de d'inspiration, comme souvent.
Que pouvait il bien faire à celle là … hum … il avait toujours rêvé de voir un noyé, un vrai, juste pour voir la tête que cela avait.
Et puis, vu la condition physique de l'autre, il n'aurait aucun mal à lui plonger la tête sous l'eau, et encore moins si la motivation y était, tuer n'importe où, n'importe quand, voilà ce dont était capable de la champion de Gryffondor.

Un peu à la manière d'un mangemort, il avait le talent d'user du peu de magie noire qu'il connaissait pour rapidement prendre le dessus, c'était ça aussi sa marque de fabrique, utiliser ce que la morale interdisait, user de procédés dangereux pour arriver à ce qu'il voulait, plus qu'une volonté de se démarquer, il y avait là un art.
Crow n'était peut être pas étranger à tout ça, depuis qu'il lui avait appris à utiliser certains sortilèges, que H se gardait bien de divulguer, le gamin avait quelque peu changé, devenant réfléchi ( enfin, juste le strict nécessaire ), il avait gagné en finesse, même si cela ne se voyait pas quand on ne le connaissait pas.

Là, avant, il aurait littéralement explosé l'autre, juste pour voir son corps sans vie flotter sur le lac noir, un spectacle qu'il aurait apprécié, mais là non, pas envie.

Elle était souriante, et très mesurée dans ses mots comme dans ses gestes, bien sûr, elle se méfiait, et elle avait plutôt intérêt pour honnête, mais on sentait la volonté de bien faire, plus que de se tirer de cette situation, on avait l'impression qu'elle voulait profiter d'un peu de compagnie, même malgré le fait que celle ci ne soit pas de grande qualité.

H aimait cet endroit, pour de nombreuses raisons, par exemple le coté éloigné du reste de Poudlard, et la configuration du terrain aussi, en pente, mais pas trop, parfait pour s'allonger et se détendre tranquillement, mieux, la proximité de l'eau … cette ambiance lui manquait un peu, surtout lorsqu'il était en classe, et puis, c'était pratique aussi, si un bizut s'aventurait trop près, un vol plané dans l'eau froide rebutait très vite les autres.

Que faisait elle là ? Elle ne prit pas le soin de s'éterniser dans l'eau pour répondre, sortant de la flotte, se posant non loin de H, elle se décida enfin à répondre.

Tu l'as dit toi-même je fais trempette... ça me permet de réfléchir sérieusement et de me calmer, d'oublier que je ne suis qu'Élia Holm, un simple sang mêlé qui a perdu ses parents... tu devrais essayer ça marche. Et puis il n'est pas si tôt que ça, de toute façon je ne vois pas l'intérêt de rester dans le dortoir alors que je n'arrive pas à me rendormir. On est bien mieux dehors, au grand air. Mais tu sais que je peux te poser la même question, que tu sois de l'élite ou de la brigade normalement personne ne se balade ici à cette heure-là.

Ainsi, elle s'appelait Elia Holm … error 404 not found, nom inconnu au bataillon, sang-mêlé ? Sympa l'info inutile, sans parents ? Ouin !!! Sortez les mouchoirs, lui se foutait bien de son statut, elle n'était qu'une inconnue de passage, alors tout ça, c'était surfait et superflu.

Elle semblait dénigrer la brigade et l'élite, heureusement pour elle, Mercurius n'était membre de l'élite que parce que ça l'arrangeait plus ou moins, le purisme lui, il s'en foutait, ce qu'il voulait, c'était des bizuts à cogner, des bouseux à envoyer à l'infirmerie, et puis être couvert, quoi que ce dernier paramètre fut amplement négligeable.

Il haussa les épaules, et répondit de sa voix raillarde.

« Ahah … je suis pas de la brigade, juste de l'Elite. Et puis, c'est pas comme si j'avais certains droits hein. De toute façon, si tu te fais chopper, c'est toi qui trinque, moi je m'en fous je suis couvert. »

Il s'attarda sur l'eau devant lui, la fixant avec les yeux vides de toutes émotions.

« J'ai pas besoin me calmer ou d'oublier … pour l'un je n'en éprouve pas le besoin, pour l'autre c'est déjà fait. »

Trop d'oubli …

« Moi ce que je viens chercher ici, c'est le calme. Qu'on me foute un peu la paix, et à vrai dire, je m'attendais pas à ce que mon coin soit squatté, je pensais être le seul à venir là, visiblement c'est pas le cas. J'aime bien cet endroit, je sais pas trop pourquoi … mais c'est cet endroit là et pas un autre, ça doit m'inspirer, ou me rappeler un truc et j'arrive pas à savoir ce que c'est. »

C'était le cas, ces derniers temps, il se rappelait de beaucoup de chose, sans pour autant savoir si c'était vrai ou juste pure fiction, comme si, plus sa puissance magique augmentait, plus le travail des oubliators devenait fragile.
Il ne savait rien de lui, rien de rien.

Le jeune russe fixa la chevalière à son index gauche, regardant le symbole qui y figurait, le vide total, rien ne lui revenait à propos de cet anneau, et rien non plus avec son amulette, qu'il n'enlevait jamais, en fait, les seules marques de son passé, ne lui disaient strictement rien.

Peu de gens savaient qu'il avait été adopté par les Ashford, certains pensaient qu'il en était le fils naturel, mais ce n'était pas le cas, Sidney le savait, et quelques autres gryffondors, essentiellement ceux qui l'avaient connu plus jeune, à savoir actuellement les six et septièmes années.
Lestrange devait le savoir aussi, peut être Serpens, mais guère plus, il y avait une sorte de grand flou qui l'entourait, il était mystérieux, même à force de le côtoyer, on ne savait pas grand chose de lui.
Et lui, que savait il de lui … guère plus.

En fait, il n'aimait pas qu'on parle de lui et de son passé, surtout de son passé, c'était un sujet qui l'énervait rapidement, une plaie ouverte, encore plus béante que celle que l'on pouvait faire en éventrant quelqu'un avec un Videntraille, plus douloureuse que les sutures qu'il avait au niveau du cou à cause de son accident de cognard, c'était peut être son point faible.

Voyant un silence s'installer, il décida de poursuivre la conversation.

« Alors, tu chialais pour quoi ? Moyen comme endroit pour te calmer si t'es dans cet état là ... »

Elle avait tout intérêt à essayer de le laisser dans la confidence, il était fort probable qu'il parle, et que Poudlard se retrouve bientôt au courant qu'Elia Holm pleurait comme une pauvrette quand elle se trempait au lac.
H, c'était un monstre d'incertitude, créature que l'on ne pouvait dompter au fouet ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 11/11/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 21/03/2012
Parchemins postés : 75



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Elia Holm


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Mercurius] Jeu 12 Avr - 22:33

Dans l'aube du matin la discussion entre les deux Gryffondor continuait. Visiblement le jeune se moquait d'elle, ce qui plaisait que moyennement à Elia qui ne supportait pas d'être faible et qui de toute façon ne l'était pas. Être forte, courageuse et prête à tout pour ceux qu'elle aime, voila le crédo qu'essayait de suivre Elia. Mais le Gryffondor ne le voyait pas de cet œil-là apparemment.

« Ahah … je suis pas de la brigade, juste de l'Elite. Et puis, c'est pas comme si j'avais certains droits hein. De toute façon, si tu te fais chopper, c'est toi qui trinque, moi je m'en fous je suis couvert. »

Il ne se sentait plus, certes il avait un "bonne" raison de se conduire comme ça, après tout il était couvert par son titre... C'était pitoyable et totalement immoral, il était déjà fort et brutal envers ceux qui osaient lui adresser la parole et penser qu'il était excusé justement parce qu'il faisait partie de l'élite mettait Elia hors d'elle. Mais la jeune fille voulait absolument éviter de se faire remarquer et préférait rester discrète, ainsi elle ravala sa fierté et n'eut qu'un rire ironique comme réponse. Elle le regarda de façon sereine et remarqua que le garçon avait plongé son regard dans les eaux calmes du lac. Il ne tarda pas à reprendre la discussion.

« J'ai pas besoin me calmer ou d'oublier… pour l'un je n'en éprouve pas le besoin, pour l'autre c'est déjà fait. Moi ce que je viens chercher ici, c'est le calme. Qu'on me foute un peu la paix, et à vrai dire, je m'attendais pas à ce que mon coin soit squatté, je pensais être le seul à venir là, visiblement c'est pas le cas. J'aime bien cet endroit, je sais pas trop pourquoi … mais c'est cet endroit là et pas un autre, ça doit m'inspirer, ou me rappeler un truc et j'arrive pas à savoir ce que c'est. »

À l'entente de cette phrase plutôt... inattendu elle ne put empêcher son regard de rester bloquer sur le jeune homme. Dans ces mots elle sentait comme une légère faille, un certain sentiment humain qui ne caractérisait habituellement pas ou très peu le jeune homme. Elia avait souvent entendu parler des altercations que certains avaient eux avec le Gryffondor... et bien souvent les adversaires de celui-ci finissaient mal-en-point. Lorsqu'elle réussit à détacher son regard de Yakovsky, elle se mit à regarder les traces qu'elle avait laissées sur la rive du lac, elle aurait aimé été aussi forte que son camarade, certainement pas aussi peu sociable mais au moins aussi forte. Le jeune homme dut sentir le blanc s'installer au moment où Elia se mit à jouer nerveusement avec ses pieds, il reprit donc la discussion avec une question quelque peu... brutale.

« Alors, tu chialais pour quoi ? Moyen comme endroit pour te calmer si t'es dans cet état là ... »

Oui brutale c'était tout ce qui résumait la question, brutale et un peu inutile aussi. Qu'est-ce qu'il pouvait avoir à faire de la vie d'une petite et insignifiante Gryffondor? D'après Elia, rien. Elle répondit donc à la question, mais avec très peu de détails, beaucoup d'empathie et d'une façon sereine, son regard plonger dans celui de son camarade.

- Lorsqu'un verre est plein il déborde non? Pour moi c'est pareil, lorsque j'ai trop de sentiments ou de problème je déborde et ensuite ça va mieux. C'est sur que l'endroit est assez spécial pour se laisser aller à ses émotions, mais à moi aussi il me rappelle beaucoup de souvenirs et une grande nostalgie.

Elle sourit instantanément après avoir répondu à Mercurius, pas un sourire hypocrite mais un sourire sincère et plein d'amitié, plus qu'elle n'aurait voulu pour un individu de ce genre. Elle voulait vraiment en savoir plus sur ce jeune homme, en faire un allié dans le meilleur des cas.
Ainsi elle ne tarda pas à elle aussi à lui poser aussi une question, toujours en le regardant dans les yeux, se montrant rassurante et pleine de bonnes intentions.

- Et toi? je veux dire tu ne doit te promener à cette heure si et par ce froid. Si tu ne veux pas me répondre je te comprendrais... je ne t'oblige à rien.

Voilà que la discussion prenait une tournure différente, la peur avait cédé à une certaine curiosité et à une légère sympathie naissante de la part de la jeune femme. Elle attendait de voir la tournure des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Mercurius] Ven 13 Avr - 23:16

Brilles soleil, brilles avant que les noirceurs ténébreuses t'emportent dans un bain de sang.

H avait une certaine répartie, une sorte de façon d'aborder les choses qui laissait peu de choix, approuver ou combattre, et il n'y avait pas de rédemption possible.
Il n'était pas trop tard pour se repentir, mais jamais, jamais la destruction ne pardonnait.

Ce cycle de violence, de haine, c'était jouissif, sans nom pour qui ne savait s'abreuver de tout ce qui constituait les vices du monde, vivre avec, ou mourir, il fallait choisir.
Mercurius, dans cet oubli, ne savait quoi faire, quoi penser, il avait une conduite, rien a racheté, aucune construction, pas d'attaches, tout ce qu'il essayait de construire, pouvait s'écrouler par un simple souvenir, c'était ce qui c'était passé cette nuit.
Il n'y avait point de réponse dans les rêves, seulement des indices, et rêver, ne lui servait à rien, ce qu'il voulait, c'était des réponses, point final.

On ne pouvait pas dire que c'était un artiste, juste un spécialiste du glauque et du désordonné qui s'harmonisait pour donner une œuvre d'art, dans sa manière de faire, il y avait à la fois quelque chose de religieux et de théâtrale, ce qui plaisait à peu de monde, le goût de l'art, ça ne s'inventait pas.

Nul doute qu'avec l'éducation qu'on recevait par ses temps, peu d'élèves pouvait le comprendre.
C'était à peu près tout, il n'y avait qu'une certaine élite, capable de voir en une décapitation, un chef d’œuvre. Il fallait présenter une certaine ouverture d'esprit, un peu comme la compréhension de la magie noire, mais comparer un être et un arcane magique, n'était pas forcément judicieux.

On savait tous que les valeurs que H véhiculait, n'étaient pas appréciées de tous, et surtout incomprises, c'était le cas des gryffondors qui ne comprenaient pas vraiment pourquoi leur champion était dans la même maison, où était la noblesse ? Où était l'honneur ? Il n'y en avait pas, le courage, la hardiesse peut être, mais il n'y avait pas de blason à honorer, celui qui s'avouait sans attaches, ne faisait cela que par intérêt, pour véhiculer un message.

Et pourtant, le monde ne semblait pas réceptif, et voir tout ce cirque comme un remue-ménage.

Elia Holm, il n'avait jamais entendu parlé d'elle, pourquoi ? Bonne question, peut être parcequ'elle se cachait, qu'elle était son inverse, discrète, analyste, matérialiste ? À voir, c'était par une certaine curiosité qu'il était encore là, aussi pour lui.
Qui était elle ? Son nom importait peu, ce qu'elle valait, elle aurait le temps de le prouver, là, il n'était pas question de civilité, c'était bien plus complexe.
Le contrat social selon Mercurius, quelque chose bien incompréhensible, même pour lui …

Elle le fixa, les yeux dans les yeux, ne tiquant pas devant le risque qu'elle encourait, la bête était lâchée, le monstre était là ! Jouer à la plus forte ? À la plus maline ? Elle s'aventurait sur des plates-bandes qui n'étaient pas siennes, elle n'avait pas la connaissance magique pour le contrer, c'était une certitude, elle n'avait pas non plus l'avantage de la surprise, il avait beau être en quatrième année, tout le monde savait que ce gryffondor, n'était pas le bras droit de Lestrange pour rien.
Amoralement puissant, ce taré était capable d'user de la plus glauque magie noire, sacrifier un de ses bras pour vous tordre le cou, il n'en serait pas à son premier coup mortel.

Par plus d'une fois, il avait tué, exploser le crâne, saignée, éventrement, pendaison, quand on savait qu'il était capable de se farcir un dragon, on doutait de sa capacité à venir à en venir à bout.
Si sa baguette d'ébène fendait l'air, les os d'Elia exploseraient, et son maigre squelette serait un petit tas de débris, encore moins intéressant que sa raison de vivre.

Dans son regard, elle ne devait voir que l’abîme d'un être corrompu et sans grand soucis, l'insouciance … peut être voyait elle aussi, quelque chose de plus grand, une foi, une foi en la mort, la destruction, le chaos sans nom, celui qui surpassait le carnage anarchique, l'anéantissement.
Mais elle se livra, presque à cœur ouvert, celui ci, saignant des plaies de son passé … quand H lui, il ne pouvait pas saigner, ces plaies, ce cœur, ce n'était plus le sien.

Lorsqu'un verre est plein il déborde non? Pour moi c'est pareil, lorsque j'ai trop de sentiments ou de problème je déborde et ensuite ça va mieux. C'est sur que l'endroit est assez spécial pour se laisser aller à ses émotions, mais à moi aussi il me rappelle beaucoup de souvenirs et une grande nostalgie. 

L'attrapeur eut un rire dément.
De la moquerie ? Certes non, cela pouvait être interprété comme tel, mais ce n'en était pas, mais qu'est ce que cela pouvait bien signifier ? Y avait il un sens en la folie ? Pouvait on trouver une raison à chaque pensées ? Pas en Yakovsky.

« Alors c'est tout ce que tu as trouvé ? Intériorisé jusqu'à éclater ? Ahaha vous me faites bien rire ! »

Il la fixa, gardant ce même regard sadique, qui criait à la faim, la faim de sang et de violence.

« Ne le prends pas pour toi, mais vous avez tendance à avoir peur de ce que vous pouvez ressentir, je vais te dire un truc miss, c'est débile ! Tu dois t'en servir … tes émotions, tes envies, ne sont QUE des raisons, des moteurs, elles existent et toi tu veux les contenir ? Bah fais comme tu le sens, mais si tu prends conscience que les utiliser peut te rendre plus forte, alors là ma grande, tu vas voir la nette différence. »

Utiliser ses émotions, les transformer en force magique, donner à une vengeance, la puissance magique pour être assouvie, et là, vous teniez un succès presque assuré.
C'était ce qui rendait H aussi dangereux, la conviction, l'envie de faire mal, de voir les os exploser, le sang couler, et savourer l'instant avec passion.

Son sourire n'avait pas de sens, elle n'avait pas du comprendre, cela viendrait, un jour peut être.

 Et toi? je veux dire tu ne doit te promener à cette heure si et par ce froid. Si tu ne veux pas me répondre je te comprendrais... je ne t'oblige à rien.

Il haussa le sourcil et soupira.

« Tu trouves qui fait froid toi ? »

Il éluda la question, sang doute son sang russe qui le protégeait des ravages d'une fraîcheur matinale.
Le gryffondor ôta sa robe, et la lança à Elia.

« Si ça te permet de plus te plaindre du temps, enfiles ça. »

Comme un geste de bonté déguisé ? Ou un moyen de la faire taire ?

Voyant le regard qu'elle lui lançait, il s'allongea dans l'herbe pour rompre ce contact, pas par crainte ni par respect, juste par envie.
Il ferma les yeux, alors que tout disparaissait autour de lui, il devenait plus ouvert à la parlotte, même si on le savait très bavard.

« Je te l'ai dit, je viens ici pour le calme, même si t'es là, c'est pas gênant … il y a des choses que les païens ne peuvent pas comprendre … la méditation, la foi, être en paix avec soi … mais je suis sûr que t'es comme eux … c'est ton soucis … le matérialisme, s'attacher au corps, à tout ce qui est là, c'est du vent ! »

Elle ne répondit pas, sans doute parcequ'il n'avait pas fini.

« Toute chose à une fin, et la provoquer, c'est ce qu'il y a de plus fin, c'est un précepte que tâche de suivre. Dans la vie, on est obligé de faire des choses, c'est comme ça, on y peut rien. Considères que passer ici et me reposer en méditant en est une. »

Les yeux fermés, il se sentait bien, humain, mais pas trop, les joies d'être ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 11/11/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 21/03/2012
Parchemins postés : 75



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Elia Holm


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Mercurius] Mar 24 Avr - 18:01

Au moins une heure était passé depuis qu'ils avaient commencé à discuter. Il faisait un peu ieurs jours mais le froid des matins d'avril se faisait encore sentir, Elia restait coincé dans ses pensées. Tout ce qu'elle avait entendu sur Yokovsky et son caractère, tout n'était pas forcément vrai et fondé. Il n'était pas fou comme on le disait au contraire tout ce qu'il faisait relevait d'une réflexion bien plus profonde.
Soudain un petit vent frais suivit de Mercurius la ramena à la réalité.

« Tu trouves qui fait froid toi ? »

Cette question la surprit, surtout venant de lui sachant qu'il ne s'intéressait que très peu aux autres. Elle eut un frisson et répondit.

- J'ai beau être Suédoise de naissance et habiter en Écosse je n'arrive pas à ne pas avoir froid... C'est bête mais je préfère la pluie au froid...

Visiblement lui n'avait pas froid, il ôta sa robe et lui lança.

« Si ça te permet de plus te plaindre du temps, enfiles ça. »


Elia prit la robe de Yakovsky et la mit sur ses épaules avec un sourire sincère qu'elle aurait voulu cacher, malgré la façon avec laquelle le jeune homme lui avait donné sa robe elle ne put empêcher ses joues de rougir légèrement.

- M...Merci


Pitoyable, voilà ce qui la représentait bien à ce moment-là. Yokovsky recommença à parler, elle espérait qu'il n'avait rien vu et rien entendu dans sa gêne.

« Je te l'ai dit, je viens ici pour le calme, même si t'es là, c'est pas gênant … il y a des choses que les païens ne peuvent pas comprendre … la méditation, la foi, être en paix avec soi … mais je suis sûr que t'es comme eux … c'est ton soucis … le matérialisme, s'attacher au corps, à tout ce qui est là, c'est du vent ! Toute chose à une fin, et la provoquer, c'est ce qu'il y a de plus fin, c'est un précepte que tâche de suivre. Dans la vie, on est obligé de faire des choses, c'est comme ça, on y peut rien. Considères que passer ici et me reposer en méditant en est une. »

Parfois elle avait du mal à le suivre, à quoi est-ce qu'il pensait? D'une certaine façon Elia voulait savoir ce qu'il avait dans la tête.

- Être en paix avec soi est pas donné à tout le monde, si tu y arrive tu es bien un des seuls que je connais, méditer ce n'est pas pour moi ça ne sert qu'à se remémorer des choses ou de s'inquiéter pour rien. Certes toutes choses à une fin mais je pense pas que la provoquer soit quelque chose de bien, au contraire on doit attendre qu'elle vienne et vivre au jour le jour...


Elle avait beau réfléchir elle n'arrivait pas à le comprendre, elle était un peu perdue dans ses pensées, tout se mélangeait, elle n'arrivait plus à réfléchir.

- Je dois t'avouer que j'ai du mal à te comprendre. Tu es une personne bien plus complexe que je l'aurais cru.


Elle avait replanté ses yeux dans ceux du Gryffondor, des yeux pleins de détresse et d'appel à l'aide. Sans le vouloir elle avait donné sa confiance à Mercurius et se livrait à lui alors qu'elle n'aimait pas les gens comme lui, visiblement elle se perdait petit à petit et elle avait besoin d'aide pour remettre de l'ordre dans son esprit.

HRP: Désolé pour le temps de réponse mais j'ai eu quelques problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Mercurius] Mer 25 Avr - 1:24

C'était étrange, mais Mercurius ne se rappelait pas d'Elia, dans tout se passé lointain, il n'y avait pas de traces d'elle, un fantôme, inexistant à ses yeux, d'où sortait elle comme ça ?
Il ne savait pas trop comment cela se faisait, mais pas un détail, même son visage lui était inconnu, jamais il ne l'avait croisé, comme si par le plus grand des hasards, elle n'était apparue à lui que maintenant pour une raison bien précise, allez savoir laquelle.

Le providence, le destin, tout ça, il n'y croyait pas, tout ceci, n'était que l'accomplissement d'un homme pour la volonté d'un Dieu, point final.
Les gens ne voyaient pas H comme quelqu'un de pieu, de convaincu, et de pratiquant d'une quelconque religion, et pourtant … personne ne le voyait le soir, embrasser son amulette, s'allonger sur son lit, fermer les yeux, et prier pendant au moins une demi-heure.
Les autres, ne voyaient qu'un monstre, qui n'existait que par la magie noire, qui n'était là que pour semer le chaos et la désolation, et ces deux choses, il les désirait plus que tout.
C'était dans sa nature, de tout détruire, une volonté franche et massive, quelque chose d'inébranlable, le précepte premier d'un dogme complexe.

Mais ça, ils ne pouvaient pas comprendre, ils n'avaient pas passé plus d'un an dans le néant absolu, dans le vide, vivre sans rien faire, sans action, sans corps … vivre en n'étant plus.

C'était à compter de son réveil, qu'il était devenu ainsi, plus franc destructeur, avant, ce n'était qu'un trouble, rien de bien méchant, mais cette foi impie, avait fait naître en lui bien des choses, une intolérance encore plus profonde que celle qu'engendrait le purisme.
Ce n'était pas un sang qu'il voulait détruire, ceux qui ne se soumettaient pas au Chaos.

Qui pouvait le comprendre ? Pas Elia, ni aucun autre élève dans ce château, pas même les profs, ni Crow, son mentor, le seul à croire que le salut de l'âme, passait par la destruction de la vie.

La gryffondor plaça la robe sur ses épaules pour se réchauffer, elle semblait … plus surprise qu'inquiète, ça changeait de l'ordinaire, le sang russe semblait mieux tenir le froid que le sang suédois, un fait désormais, peut être que des générations de beuveries à la vodka avait en partie contribué à ce résultat.
Elle devait se demander si c'était bien la personne qu'on lui décrivait comme étant le H de l'Elite, le capitaine des lions à titre de remplacement, celui qui avait tué devant une foule d'élèves, ce même mec, qui ne jurait que par les sortilèges de magie noire.
De toute façon, qui pouvait prétendre le connaître, le peu qui avaient osé le penser avaient fini dans le lac, pour certain(e)s.

Être en paix avec soi est pas donné à tout le monde, si tu y arrive tu es bien un des seuls que je connais, méditer ce n'est pas pour moi ça ne sert qu'à se remémorer des choses ou de s'inquiéter pour rien. Certes toutes choses à une fin mais je pense pas que la provoquer soit quelque chose de bien, au contraire on doit attendre qu'elle vienne et vivre au jour le jour...

*Typique de la pensée païenne, matérialiste et abjecte, elle comprend vraiment rien à la vie celle la. *

Haussant un sourcil, il ne prêta pas gaffe à l'impact des paroles d'Elia, pour lui, ça ou de la bouse de troll, c'était du pareil au même.

Je dois t'avouer que j'ai du mal à te comprendre. Tu es une personne bien plus complexe que je l'aurais cru.

Pas très surprenant, elle ne l'avait rencontré qu'il n'y avait qu'une petite heure, pas étonnant que le suivre était impossible, déjà qu'en six ans, ses parents adoptifs n'en savaient guère plus.

Elle le fixait, désorientée, elle semblait nager dans un flou artistique vraiment étrange, H connaissait ça, il vivait la même chose avec son passé, sauf que lui, c'était pas les émotions qui lui semblaient confuses, c'était huit ans de sa vie, sur dix-sept, ça commençait à faire.
Mais Elia était différente, elle essayait de le comprendre, de communiquer avec lui, de voir où menait sa pensée, son raisonnement, avait elle envie de le connaître ?

Le gryffondor n'y prit pas attention, il se foutait bien de ce qu'une inconnue pensait de lui, si elle se confiait, c'était son problème, à ce moment, son cerveau se déconnectait tout seul, ou bien sélectionnait les bouts plus intéressants, à savoir douleur, violence, histoires larmoyantes, massacres, après, c'était tout bonnement inutile de s'intéresser au reste.

L'attrapeur des rouges sembla décidé à répondre, allongé, les yeux fermés, il ne se relèverait pas pour la fixer les yeux dans les yeux, il n'avait pas besoin de ça.

« D'ailleurs machine … est ce que tu es croyante ? »

La question semblait brute, et il n'y avait pas de détour.

« Je dis ça parce que ta pensée n'est ni plus ni moins que l'application pure et simple du paganisme le plus barbare qui soit.

Tout le monde peut être en paix avec soi même, c'est pas compliqué, c'est même pas une question de conscience ou de passé … peu importe ce que t'as fait, buter un mec, voler les affaires de ta meilleure amie, ce qui compte c'est pas de méditer pour se vider l'esprit, c'est de le faire.

Tu crois que je le fais par plaisir ? Les règles sont les règles, on enfreint pas un commandement sacré, point final. »


Il fit une pause.

« Si tu me demandes pourquoi tu vas replonger dans le lac je te préviens ... »

Pas d'humour, il semblait sérieux à cette phrase.

« Tu vois, ya un truc qui est génial, c'est de comprendre la finalité de toute chose, de tout ça, la vie, l'école et tout se merdier … c'est rien … c'est qu'une étape, ya mieux que tout ça, le plaisir, et plus que tout, l'élévation spirituelle. »

Il souffla un coup, ceci ressemblant fort à un soupire dissimulé.

« Ah mais je suis con … tu sais pas ce que c'est ! Si on vit, c'est pour détruire, semer le chaos et la désolation, c'est dans la nature et l'âme humaine. Au fond, à chaque fois que tu tues quelqu'un, c'est un rite, une cérémonie mal exécutée, mais qui rend hommage à ce qui nous domine tous, une puissance vengeresse. Et la finalité de tout ça est simple, c'est le précepte même de l'humanité, la destruction de toute forme de vie ... »

Marquant une pause, il conclut son monologue.

« C'est dans la nature humaine, mais tu peux pas le comprendre je pense … vous autres, croyez en des trucs plus farfelus les uns que les autres, nan mais c'est vrai, même dire ne pas croire, c'est au final croire qu'il n'y a pas de Dieu … c'est ça qu'apporte la méditation et la prière, la communion avec la vraie nature de l'homme, et la vraie voie qu'on doit suivre. »

Toujours au sol, il tourna la tête, faisant craquer ses cervicales, sa robe étant retirée, la miss Holm put sans doute apercevoir les sutures de son opération suite à son accident, mais ça, il n'y pensa pas.
Il termina sur une dernière phrase.

« Je te dis, tu devrais essayer, tu te poses, tranquille, tu t'allonges une demi-heure, et pendant ce temps là, tu rentres en toi, et tu médites à ça, la nature de l'homme, la destruction de la vie et tout, tu verras, ça changera ta vision du monde …

… et t'auras plus les mêmes soucis après. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 11/11/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 21/03/2012
Parchemins postés : 75



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Elia Holm


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Mercurius] Ven 11 Mai - 22:43

Toujours rester méfiante et sur ses gardes, c'est ce que sa grand-mère lui avait appris, toujours être égal à soi-même et ne faire confiance qu'à soi Mais petit à petit Elia baissait sa garde envers Mercurius, le jeune était quelqu'un de censer avec qui il était agréable de parler. Elle n'avait jamais osé parler au jeune homme auparavant, mais en ces temps incertains elle était décidée à faire tomber les masques, se faire des alliers et des amis. Ne pas avoir de problème avec le Gryffondor était une bonne idée mais c'était risqué. Malgré le fait que le jeune homme soit foncièrement dangereux elle se laissa tomber dans l'herbe et ferma les yeux. Durant quelques minutes il n'y eut plus un bruit, même pas le bruit des feuilles sur les arbres. D'un seul coup elle se releva une pensée traversant son esprit. Elle regarda longuement Mercurius avant de lui en faire part.

- Être plus forte, c'est ce que j'aimerais. Pouvoir me défendre et choisir moi quand est-ce que je vais mourir. je ne veux pas me faire tuer par n'importe qui. J'en ai marre d'être toujours dans l'ombre des autres, courber la tête sous les ordres de personnes plus fortes en sachant que je n'ai pas la force de leur tenir tête... C'est frustrant et ça m'empêche de dormir. Mes parents étaient faibles, et ils en ont fait les frais. Méditer? J'aimerais, mais pensée pouvoir trouver la paix intérieure avec ma position ne serait qu'euphémisme. Être prise pour un moins que rien ne me plaît pas, je suis sur que tu ne savais même pas que j'existais... C'est pitoyable.

Pitoyable, voilà qui la représentait bien à cet instant. Elle n'avait jamais voulu faire d'histoire, rentrer dans les rangs pour qu'on la laisse tranquille, faire la courbette à des personnes répugnantes... Elia suffoquait, elle en avait assez de faire comme tout le monde et d'étudier comme une gentille petite Gryffondor. La fin de l'année devait être un tournant, il ne devait pas en être autrement!
Elia sera les poings, elle se trouvait tellement minable! Et elle allait surement l'être encore plus après la question qu'elle allait poser.

- Tu pourrais m'apprendre? Ne plus avoir peur, méditer sur soi même, être maitre de son destin et être plus forte physiquement et moralement... Tu pourrais me l'apprendre?

Il y eut un petit moment de silence, Elia avait planté son regard dans celui du Gryffondor, ce n'était pas un regard suppliant mais un regard plein de détermination. Il fallait qu'il accepte! Mercurius devait la prendre pour une folle et elle se demandait si elle ne l'était pas un peu...

- C'est un peu brusque mais j'en ai assez de me faire marcher sur les pieds, je voudrais me reprendre en main... Comment fais-tu?

La question qui allait peu être changer sa vie venait d'être posé, il ne restait plus qu'à attendre la réponse de l’intéressé.

HRP: Pardon pour le temps de réponse.


Dernière édition par Elia Holm le Sam 12 Mai - 15:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Mercurius] Ven 11 Mai - 23:43

Des questions !
Encore et toujours des questions.
Même une questionnement sur ces questions.
Tout ça ne servait foutrement à rien.

Il fallait voir.
Sentir.
Il y avait bien assez de personnes intelligentes dans ce monde, des gens qui ne vivaient que par le cerveau et l'analyse, tout ceux la, ne servaient à rien, n'existaient pas, et ne devaient pas exister.
À quoi bon questionner sur ce qui n'est pas, ou n'a pas de raison d'être, je vais vous en donner une réponse, à rien.
Si on ne vivait, c'était que pour le Tout-Puissant, suivre ce qu'il nous dit, ces préceptes, il fait ce qu'il veut, sa force est partout, autour de nous, son jugement fait foi de loi, et son pouvoir était infini, mais il pouvait vous l'accorder, vous pouviez devenir son envoyé sur terre.
D'où H tirait il cette force ? De la magie noire, d'où lui venait elle ? Pourquoi s'imposait elle comme une évidence à ses yeux ? Parce que c'était la volonté du Grand, souffrir et faire souffrir, c'était ça sa volonté. Tuer … être.

Ce n'était pas une révélation, c'était une illumination, on l'avait, ou on ne l'avait pas. Là était la différence entre le pécheur et le fidèle, ce n'était pas grand chose, le Tout-Puissant ne demandait pas grand chose face à ce qu'il pouvait vous offrir, mais ça, les païens ne le voyaient pas.
Il ne demandait à l'humain que d'être, et être, c'était le servir, mourir, c'était le rejoindre en le servant, une mort lente et douloureuse, comme la condition de primate l'imposait.
H était dangereux, peut être plus que Lestrange, il suffisait juste de le penser à l'oeuvre, s'ils savaient, s'ils avaient été là en Irlande, s'ils avaient vu le massacre du village moldu, ah vraiment, ils comprendraient.

Elia ne pouvait pas comprendre, elle n'avait pas vu, elle n'avait pas souffert comme il le fallait, elle n'avait pas appris dans la douleur, la méthode n'était pas bonne. Et ce n'était pas de se questionner qui allait faire avancer les choses. Ça, elle ne le savait pas, et si H avait suivi son modèle, il l'aurait laissé se démerder, seule, sans aide, comme lui avait fait, passer par le fil de la baguette.

Être plus forte, c'est ce que j'aimerais. Pouvoir me défendre et choisir moi quand est-ce que je vais mourir. je ne veux pas me faire tuer par n'importe qui.

Ainsi, elle ne comprenait pas … mourir, c'était la plus belle des délivrances, le meilleur des plaisirs, le plus beau des cadeaux.

J'en ai marre d'être toujours dans l'ombre des autres, courber la tête sous les ordres de personnes plus fortes en sachant que je n'ai pas la force de leur tenir tête... C'est frustrant et ça m'empêche de dormir. Mes parents étaient faibles, et ils en ont fait les frais. Méditer? J'aimerais, mais pensée pouvoir trouver la paix intérieure avec ma position ne serait qu'euphémisme. Être prise pour un moins que rien ne me plaît pas, je suis sur que tu ne savais même pas que j'existais...

Euphémisme, un mot que H ne comprit pas, tant pis, il composerait sans, et puis quoi ? Elle était faible, née de parents faibles, ça n'empêchait pas de trouver sa force, le russe lui, était né de parents inconnus, et alors ? Il s'affirmait, on ne naissait pas de tel ou tel personnes, non, on naissait pour servir la nature humaine, pour être.
Au fond, elle avait compris qu'elle n'existait pas, qu'elle luttait contre elle même, contre sa nature, ce qu'elle avait toujours été n'était que réprimé, mais effacé, certainement pas.
Et elle avait encore raison sur un point, H ne savait pas qu'elle existait, d'ailleurs elle n'existait toujours pas, et n'existerait uniquement si elle réussissait à se rendre compte qu'elle se fourvoyait depuis le début, jusqu'à même la nature de son être.

C'est pitoyable.

Il n'y avait pas d'autre mot.
Elle l'était, ils l'étaient, tous.
Tous les païens qui crachaient sur eux même sans s'en rendre compte, ils se refusaient, et n'étaient que des sacrifices à la grandeur suprême.

La suite fut surprenante, tant dans l'idée que dans le fond.

Tu pourrais m'apprendre? Ne plus avoir peur, méditer sur soi même, être maitre de son destin et être plus forte physiquement et moralement... Tu pourrais me l'apprendre?

H sourit de son air sadique, il avait compris où elle venait en venir, mais elle se trompait encore, Elia Holm, n'était pas maîtresse de son destin, et elle ne le serait jamais, sa vie ne lui appartenait pas.
Durant ce silence, elle plongea son regard dans le sien, qu'y voyait elle ? Si son âme se reflétait en H, que pouvait elle y voir ? Sa nature, la vraie, celle qu'elle réprimait ?
Oui, Elia l'enviait, peut être plus qu'il ne l'imaginait ou pourrait le concevoir.
Mercurius ne questionnait pas sur les préceptes, sur le qui, le quoi, le pourquoi ou encore moins le comment, il avait accepté un triste constat : Les choses sont ce qu'elles sont.

Et sans l'accepter, elle ne progresserait pas, pas d'un pouce, rien, c'était se freiner que de réprimer son être, cette Gryffondor, elle ne l'était pas pour rien, une chanceuse, avec le potentiel destructeur le plus grand, une boule de haine et de mépris, mêlée à de la force et une détermination sans faille, voilà ce qu'elle se refusait de voir, la vraie signification de cette maison.

C'est un peu brusque mais j'en ai assez de me faire marcher sur les pieds, je voudrais me reprendre en main... Comment fais-tu?

Elle ne tarderait pas à le savoir.
L'attrapeur haussa les sourcils, surpris et méfiant avec le constat qu'il était vraiment le seul à comprendre ce dont il s'agissait.
D'abord, il se chargea d'éclaircir un point central.

« Déjà je te le dis direct miss, tu seras jamais à même de choisir ton destin, quand tu le comprendras, tu verras que ça ira de suite mieux. »

Aussi, il refit craquer ses cervicales avec un mouvement de la tête comme une girouette un jour de grand vent.

« D'une, tu vas rejoindre l'équipe de quidditch de Gryffondor, et t'entrainer avec nous, ça te fera les pieds. Après ya pas trente-six manières d'arriver à ce résultat. »

Il se leva, frotta son pantalon plein d'herbe, et sortit sa baguette, il visa la Gryffondor et lui dit d'un air mauvais :

« Pour ça, il faut souffrir ! Ostéoclaste !! »

Le craquement sonore se fit entendre instantanément, le genou droit d'Elia Holm venait d'exploser littéralement, à l'intérieur, l'os avait été fracturé de manière sévère, la magie noire n'était jamais clémente, les petits morceaux ne se répareraient que par contre-sort, et s'il était lancé trop tard, ça serait infirmerie, Josh Eden en gardait un bon souvenir, lui, il avait eu moins de chance, au lieu du genou, H s'était montré plus méchant et incisif, c'était le bassin qui avait été réduit en miettes.

Toisant l'autre à terre qui devait souffrir le martyre, il reprit.

« Il est jamais trop tard pour se convertir, juste trop tard pour se faire pardonner. »

Cette phrase, c'était la pure vérité, et elle devait la garder à l'esprit tant qu'elle serait dans cet état pitoyable.

« Tu veux devenir plus forte ? Je t'aurais bien dit démerdes toi, c'est ton problème … mais ça ne serait pas correct vis à vis de ce en quoi je crois. Pour devenir plus forte, tu dois comprendre que la destruction, la haine, la souffrance, tout ça fait partie intégrante de toi Holm ! Tu dois ressentir tout ça, devenir la personnification de tout ça, tu dois croire en Lui. »

Il était vague, mais on le savait, il ne brillait pas par ses descriptions très précises.

« Respectes ses principes, fais souffrir, apprends à ressentir le plaisir dans la souffrance, et enfin, devient actrice de cette foi, provoques la. Découvres ce que tu es, à savoir un pion choisi par la Toute-Puissance pour semer le chaos et la destruction ici bas, après quoi ... »

Faisant une pause, il désigna sa baguette appuyant un peu dessus.

« Ça, sera ton arme, tu verras comment t'en servir, et t'arriveras à ce résultat là ! »

Reprenant en main sa baguette, il termina par ceci.

« Maintenant tu lèves ton cul, peu importe la douleur, et tu me montres de quoi tu es capable, envoies la sauce … on va s'amuser  ahah ! »

Elle avait tout intérêt à se montrer incisive, peut être pas autant que lui, elle n'avait sans doute pas de don pour la magie noire, mais peu importe tant qu'elle lui prouvait qu'elle pouvait aller au dela de la limite commune, c'était déjà ça.
Peu c'était relevé d'un Ostéoclaste lancé par Mercurius Hidan Yakovsky, si elle le faisait, elle aurait fait un pas, mais le chemin vers la rédemption était long .


Hrp : petit échange de sort, je note les Pv' pour qu'on voit où est la limite de chacun Wink

Elia : 5 Pv 2 Pa
H : 7 Pv 2 Pa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un nouveau commencement [Mercurius]

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau commencement [Mercurius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-