POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Aelita Blackrose [Validée - New Perso]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Aelita Blackrose [Validée - New Perso] Sam 16 Juin - 11:17

..




© copyright
Aelita Blackrose (ft. Michelle Trachtenberg)

    » SURNOM(S) : Ae' ~ Princesse
    » NÉ(E) LE : 13/03/1987
    » LIEU DE NAISSANCE : Londres
    » ÂGE : 17 ans
    » ANNÉE À POUDLARD : 7ème année
    » ORIGINE(S) & NATIONALITÉ : Anglaise (pure souche ^^)
    » SANG CERTIFIÉ COMME : Impur (mais elle n'est toujours pas passé devant la commission)
    » BAGUETTE : La baguette magique est en bois de platane. Elle mesure 21,5 cm et contient un cheveu de Vélane. Elle est souple et se trouve parfaite pour tous types de sorts et d'enchantements.
    » ANIMAL DE COMPAGNIE : Aelita a un hibou mais à aussi un chat qu'elle garde cacher car le nombre d'animaux domestiques par personne autorisé est de un.
    » PATRONUS : Phénix



INFORMATIONS GÉNÉRALES





» FAMILLE : Sebastien, son majordome, partit peu après l'assassinat des parents de la jeune fille. L'oncle de la jeune fille, le seul membre encore en vie, reste le seul vers qui Aelita put se tourner afin d'éviter l'orphelinat.
» AMITIÉ / RIVALITÉ : Aelita a pour rivale toute personne prête à faire couler du sang, donner la mort, etc...



PERSONNALITÉ



» QUALITÉ(S) :
» DÉFAUT(S) :
» RÉGIME DE TERREUR : Aelita est contre ce régime. Elle se rebelle et ça ce voit.
» NÉ MOLDU : En tant que Née-Moldue, la jeune fille ressent une profonde amitié envers tous ceux qui sont considérés comme des Impurs, indignent de pratiquer la magie.
» AMBITIONS : Aelita vit au jour le jour, elle n'a pas le temps de penser à son avenir, d'autant plus que rien n'est sûr pour elle.

» CARACTÈRE :
C'est un véritable vif-argent qu'Aelita qui possède l'art et la manière de passer d'un état émotionnel à un autre en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire ! Hypersensible et particulièrement féminine, elle est un mélange de femme-enfant, charmante, sensible et douce ; et de maîtresse femme, conquérante, séductrice et entreprenante... une sacrée personnalité qui oscille entre timidité, effacement, dépendance, soumission et leur contraire. Il est vrai que bien-être et équilibre affectif lui sont nécessaires pour développer son assurance. Ainsi pourra-t-on la voir tour à tour réservée et timide, intériorisée, ravie de passer inaperçue, puis pétillante, espiègle, enchantée d'être sur le devant de la scène et même effrontée, selon que l'ambiance dans laquelle elle se trouve est affective ou non... Elle oscille entre des phases d'hésitation et d'autres où elle est capable de tenter le tout pour le tout. C'est une affective qui a un grand sens de l'amitié, et montre des qualités certaines d'écoute, de finesse, et de psychologie certaines, ayant à la fois un sens aigu des détails et un intérêt pour ce qui est intimiste. L'humour est l'une de ses caractéristiques, et s'en sert souvent, tout autant pour sauver la face lorsqu'elle est dans ses phases à haute nerveuse que pour plaire ou encore faire un bon jeu de mots. Extravertie, elle aime communiquer, plaire, séduire et possède un charme fou. Elle rêve d'être le point de mire d'une assemblée ou d'un public qu'elle sait animer par sa présence et ses facultés d'expression. Tout en ayant besoin d'une sécurisation affective, elle déteste la monotonie et apprécie l'aventure et les nouveautés. Enfin, la vie est un peu un jeu pour elle, aussi possède-t-elle un côté ludique. Sentimentalement, c'est une femme agréable et de bonne humeur qui met de l'ambiance dans une maison, une hôtesse remarquable et remarquée. Certes, elle est séduisante, mais ne vous y fiez pas messieurs, à son sourire angélique : au fond c'est une insoumise qui ne se laisse pas si facilement séduire.

Il lui arrive bien d'échouer par les voies les plus accessibles, en gaspillant les chances les plus évidentes, les moyens les plus à sa portée, que triompher par les détours les plus inattendus, les chemins où nul n'aurait osé s'aventurer, où tout autre se serait irrémédiablement égaré. Plus le milieu est vaste, flue, voire inconfortable, plus elle se sent à l'aise. Autrement, dans les cas les plus négatifs, Aelita peut être entraînée, presque malgré elle, (parce qu’elle subit les influences et se prête aux manœuvres tortueuses) dans des imbroglios d'affaires suspectes, plus ou moins légales, de procédés douteux, d'opérations suspectes ou franchement fructueuses... Au reste, elle joue sur une gamme de réactions et de comportements assez variés : tout en s'immergeant dans les eaux troubles d'une glauque insécurité, dans un bizarre mélange d'erreurs, de gaffes, d'à-peu-près et d'opportunisme, elle peut se tirer parfaitement des situations les plus tordues et les plus impossibles - exploitant même les éléments les plus embrouillés, les plus absurdes, en apportant soudain des solutions miraculeuses. N'essayant jamais d'imposer son jugement, d'exercer une quelconque pression sur la volonté d'autrui, on la voit se plier devant l'autorité - par l'esquive ou la dérobade - et laisser aux autres l'entière indépendance de leurs opinions, options et initiatives. Pour atteindre la pleine mesure de son rendement, elle a besoin de se sentir soutenue, comprise, aimée, portée par un courant, une ambiance inconditionnellement favorable, bien veillante, amicale. Si elle n'est pas littéralement "dans le bain", elle étouffe et s'asphyxie. Sa faiblesse est de ne savoir résister aux tentations et sollicitations multiples et contradictoires, de mal se contrôler, de se laisser trop aisément disperser, séduire, emporter par le flot des événements extérieurs ou de sa propre effervescence, avec une confiance exagérée, un peu laxiste, aux circonstances - ou à la providence. Si elle s'agrège spontanément à l'ensemble d'une collectivité ou d'une communauté, elle ne s'accorde pas volontiers aux structures particulières d'un groupe, aux détails d'une équipe, aux impératifs d'organisation, de précision, de délai, de répartition de tâches, des compétences et des spécialisations. Certes, elle accomplit assez docilement ce qu'on lui demande, mais elle demeure étrangère aux méthodes rationnelles, et réfractaire aux carences de la discipline. Plus éprise de pittoresque et de chimère que d'efficacité, plus fantaisiste que ponctuelle, elle évolue dans un fouillis, un fatras, un magma où elle est la seule à se repérer - et, qui peut même dans certains cas lui fournir les bases d'une surprenante méticulosité, véritable chaos à rebours.

La caractéristique principale d'Aelita est sa malléabilité psychique, qui conduit à une très grande plasticité mentale et à une ouverture intellectuelle aux nombreuses disciplines de l'esprit humain. Malheureusement comme elle s'intéresse à tout, elle a tendance à survoler les choses. La véritable "intelligence - Aelita" consiste à embrasser un maximum de systèmes de pensées, à relier les unes aux autres des idées apparemment dénudées de rapport : son intuition lui dévoile les fils ténus qui courent, indispensables, sous l'apparence des choses. Cette faculté, liée à l'imagination, peut aussi conduire à une sorte de génie créatif mais aussi un opportunisme exceptionnel. Mais tout en Aelita n'est pas "abstrait". Elle bénéficie, par exemple, d'un remarquable sens du commerce. Mais lorsqu'elle ne parvient pas à dominer, à canaliser les courants innombrables auxquels son esprit est réceptif, elle devient brouillon, étourdie, nébuleuse. Aelita a besoin d'éprouver ses capacités et d'affermir ses préférences pour telle ou telle discipline. Ce qui n'existe pas son imagination mobilise moins son attention. Elle apprécie peu les faits rigoureux et les leçons normalisantes. Aelita n'ayant pas un tempérament de solitaire, préfère les activités qui s'exercent au sein d'une collectivité ou dans un but humanitaire. Elle aime venir en aide aux autres et se sentir utile au groupe. Ce qui compte avant tout pour elle, c'est de pouvoir s'exprimer, que ce soit par le biais d'une activité artisanale ou artistique, ou de sentir, pour le moins, qu'elle ne végète pas dans l'anonymat complet et que son action change un petit quelque chose dans l'ordre du mode.



HISTOIRE


Une enfance entravée
Chapitre 1

Aelita dormait profondément. Sa chambre plongée dans le noir, regorgeait d'une odeur particulièrement concentrée de rose, comme si la jeune fille avant de se coucher, avait vidé un flacon entier de parfum. La porte de sa chambre s'ouvrit et un homme habillé d'un costume trois-pièces entra sans prendre le temps de frapper. Il alla jusqu'aux rideaux et tira dessus pour les ouvrir. Le soleil emplit automatiquement la salle et vint frapper le visage de la jeune fille. Cette dernière ouvrit les yeux en se redressant sur quelques centimètres.

Le majordome se tourna vers elle et frappa dans ses mains. Le bruits du choc se répercuta sur les murs qui emplissaient le son. Aelita reposa sa tête sur son oreiller avant de prendre le deuxième qui se trouvait à côté de sa tête et de l'appliquer sur ses oreilles. Sebastian s'approcha d'elle et se posta devant son lit. Il s'inclina et dit :

« Mademoiselle, vous devez vous levez. Une journée chargée vous attend. Vous devez vous préparer... »

Aelita sortit sa main gauche de dessous ses oreillers et lui fit signe de la laisser. Elle n'avait aucune envie de se lever pour ses cours de bienséance qu'elle trouvait démodé. Dans un grognement, elle leva durant quelques secondes l'oreiller sous lequel elle se trouvait et lâcha d'un voix exténuée :

« S'il vous plais, dites que vous je vous ai donné votre journée et que j'ai pris la mienne pour aller en ville. Je n'ai pas envie de me pavaner avec le comte de Rochefort. Depuis qu'il est arrivé de France, il n'arrête pas d'essayer de me coincer pour me lire des poèmes et je n'ai pas que cela à faire ! De plus, j'en ai marre de ces cours de musique. Pourquoi n'ai-je pas le droit d'écouter la musique de mon choix plutôt que de devoir toujours étudier des partitions datant de la renaissance ? Je veux être une fille normale qui ait droit à des cors normaux, c'est à dire dans une école... et pas à domicile avec un précepteur, qui plus est ! »

Sebastian se retient de pousser un soupir et attrapa le bout du drap de la jeune fille avant de tirer dessus. La jeune duchesse fut ainsi découverte et se redressa complètement en protestant. Les yeux fermés, elle chercha à tâtons ses couvertures mais son majordome les avaient tellement tiré qu'elle ne les trouva point. Fatiguée, Aelita reposa sa tête sur ses oreillers et ferma les yeux. Son sous-fifre en profita pour lui préparer ses vêtements.

La jeune fille ouvrit les yeux et le regard faire avant de se redresser. Décidément, Sebastian gagnait toujours à ce jeu. Aelita alla aux pieds son lit et s'assit sur ses talons. Son regard perçant, fixait l'homme qu'elle avait en face de lui. Elle décryptait... Tous les gestes, les regards, les mots, les souffles. Tout. La jeune duchesse adorait faire cela et était même passée maître dans ce domaine. Conscient de ce que faisait la jeune fille, Sebastian se redressa et se tourna vers elle.

- Oui ?
- Non, rien, répondit la jeune fille en se levant, puis après un silence... Sebastian, penses-tu que père m'autorisera à aller faire une promenade dans Londres, habillée... normalement ?

Le majordome haussa les sourcils et regarda la jeune fille. Aelita se sentit rougir sous son regard flamboyant. Elle se tourna vers la fenêtre et croisa les bras sur sa poitrine. Elle ne voulait pas être capricieuse mais cela faisait des mois qu'elle n'était pas sortis en ville pour le plaisir de sortir, du coup cela lui manquait affreusement. Sebastian ne répondit pas et commença à habiller la jeune fille. Ses habits étaient créés par les meilleurs couturiers de Londres.

Lorsqu'elle fut prête, Sebastian laissa la jeune fille seule. Cette dernière s'approcha de son miroir et lança à un reflet un regard dégoûté. Comme habituellement, elle portait une robe lui arrivant à mi-mollets, des bas de soie et des chaussures à talons légers. Elle avait souvent l'impression d'être retournée à une époque depuis longtemps dépassée. Fort heureusement, aujourd'hui elle ne devait pas se rendre en ville pour affaire. Elle sortit de sa chambre et rejoint se parents qui l'attendaient pour prendre leur petit déjeuner.

Aelita arriva dans la salle à manger qui était vraiment très grande et alla s'asseoir en face de sa mère, à droite de son père. Celui-ci était toujours assis en bout de table. Lorsqu'elle fut assise, Aelita dit bonjour à ses parents et prit sa serviette qu'elle mit sur ses cuisses. Le dos bien droit et collé contre le dossier de sa chaise Aelita commença à manger en silence. Son père prit parole.

« Aelita, tu n'oublieras pas ton cours de solfège et de bonnes manières. L'un aura lieu à neuf heures précise et l'autre à onze heures. Je veux ensuite que tu répondes à la lettre que m'a envoyé le compte de Rochefort. Il organise une soirée demain et nous y convie tous. J'aimerais que tu le remercies pour moi et lui écrire que nous viendrons. Ensuite tu... »

Mais Aelita n'écoutait déjà plus. Mon dieu tant de choses à faire et si peu pour vivre.





Le sang et le vin ont la même couleur
Chapitre 2

La nuit était tombée depuis une heure ou deux sur Londres. Aelita était partie se coucher tôt ce soir-là. Son majordome l'aida à se déshabiller et à enfiler son pyjamas de satin vert avant de la laisser se coucher tranquillement au milieu de son lit deux places. Il lui demanda s'il pouvait éteindre les lumière et disposer. La jeune fille l'y autorisa. L'homme referma la porte après avoir plonger la chambre de la jeune fille dans le noir. Aelita ne tarda pas à s'endormir.

Tout paraissait calme. Mais comme la pluie succède au soleil, après l'Éden survient l'Enfer. Le duc Blackrose et sa femme étaient tous deux dans le salon. L'un occupé à boire un verre de whisky, l'autre à lire un livre auprès du feu. Le manoir était plongé dans le silence. Le personnel avait été libéré pour la soirée et passait leur soirée dans leur appartements au rez-de-chaussé. Aucun n'entendirent les bruits de pas dans les flaques d'eau dehors. S'était des pas d'une course silencieuse.

Fatiguée, Anthéa, la mère d'Aelita se leva et posa son livre avant de souhaiter une bonne soirée à son mari avant de quitter le salon. Georges Blackrose finit son verre de Whisky et se servit un autre verre d'alcool. Cette fois-ci un vin français. Il en but une gorgée en regardant les flammes qui dansaient devant lui.

Soudain, la porte principale s'ouvrit avec un grand bruit. Quatre hommes entrèrent en trombe dans le manoir. Trois d'entre eux traversèrent le couloir après avoir entendu les ordres du premier. Quand au quatrième, il entra dans le salon pour y trouver un le comte. Celui-ci se leva et tenant toujours son verre dans la main pour faire face à l'intrus. Il sortit son révolver mais l'homme avait déjà tirer trois balles.

« Tiens mon gars ! Un petit cadeau de mon patron et mon patron... Prends ça... et ça... Tu ris moins maintenant sale aristocrate de mes deux ! Basil t'avais prévenu ! Il te l'avait dis qu'il te ferait la peau ! Je suis son messager ! »

Tandis que Georges tomba au sol, tué par les balles du malfrat, ce dernier visita le salon et y découvrit un cigare. Il le mit dans sa bouche et l'alluma avant de commencer à le fumer. Il entendit des cris résonner jusqu'à lui. Les autres assassins étaient déjà en train de visiter les quartiers du personnel afin de mettre tout le mon de sous silence. L'un finit le travail tandis que les deux autres montèrent à l'étage.

La porte de la chambre d'Aelita s'ouvrit brusquement et la jeune fille, réveillée dans un sursaut regarda la personne qui était entrée dans sa chambre. Les lumières du couloirs étaient éteintes et la jeune fille avait du mal à discerner qui cela pouvait bien être. Ce fut la voix qui lui permit de déterminer exactement la personne présente.

- Aelita, caches-toi ! Vite ! Ne fais pas de bruit, et ne bouges pas jusqu'à ce que tout le monde soit parti ! Tu m'entends ?
- Mais pourquoi ? Que ce passe-t-il ?
- Ne discutes pas et fais ce que je te dis !

Aelita glissa sous son lit et recula jusqu'à ce qu'elle touche mur derrière elle avec ses pieds. La jeune fille alors âgée de dix ans ne comprenait pas ce qu'il se passait mais cela devait être grave si sa mère lui demandait de se cacher. Se cacher comme dans un jeu. Quelques secondes après avoir rouler sous le lit, la jeune fille vit de nouveau la porte s'ouvrir dans un grand fracas. Elle pouvait voir les chaussons de sa mère juste devant son lit et un peu plus loin les chaussures de la personne qui venait d'entrer. Vu la forme, s'était un homme.

Aelita retient son souffle attendant la suite. Pas un mot ne fut prononcé mais soudain plusieurs coups de feu retentirent dans la pièce. La jeune duchesse se boucha les oreilles et ferma les yeux, réprimant un cri. Une masse sombre tomba devant elle. Horrifiée, elle vit sa mère toussoter cracher sur sang avant que son corps ne devienne soudain inerte. Aelita posa sa main droite sur sa bouche afin de s'empêcher de crier. Tant de questions lui vinrent en tête mais à aucune elle n'avait de réponse.

L'homme s'approcha du corps de sa mère et la retourna de la pointe de la chaussure. *Quel dommage, se dit-il, une si jolie femme devant ainsi mourir, c'est presque... inhumain.* Il se mit à rire et quitta la pièce en laissant la porte grande ouverte. Aelita commença à sangloter doucement, ne pouvant plus retenir ses larmes. Au rez-de-chaussé les hommes s'activaient. Elle entendaient leurs voix lui parvenir.

- Aller les gars ! Brûlez-moi tout ça ! Je veux que toutes les preuves soient carbonisées.
- Ouais patron !
- C'est comme si s'était fait chef !
- John, passes-moi le bidon à côté de toi...

L'essence fut rapidement versée et son odeur emplit fortement les lieux. Aelita n'osait toujours pas bouger du à leur présence et resta sous le lit sans un bruit, le cadavre de sa mère gisant devant ses yeux. Les hommes sortirent devant la maison et jetèrent le dernier bidon vidé dans le hall. L'homme qui avait pris le cigare le retira de sa bouche et souffla un peu sur le bout incandescent. Puis avec un large sourire, il le jeta dans l'essence tout juste versée. Celle-ci prit soudainement feu à une vitesse phénoménale.

Elles montèrent les escaliers et commencèrent à enflammer les étages un à un. Aelita poussa un cri lorsque les flammes léchèrent les murs de sa chambre ainsi que le lit sous lequel elle se trouvait. La fumée, épaisse et acre, qu'elle inspirait la faisait tousser. Tant bien que mal, l'adolescente sortit de sous son lit et commença à courir vers la sortie. Le désespoir la saisit lorsqu'elle vit l'entendu des dégâts. Elle ne pouvait pas rester là à entendre que les flammes la ronge à son tour.

Elle sortit de sa chambre et se dirigea vers la sortie mais avant même d'avoir atteint les escaliers, Aelita s'effondra par terre, inconsciente. Les gaz et la fumée avaient empli ses poumons l'empêchant de respirer correctement. Les hommes partirent dans un crissement de pneus et un nuage de fumée. Aelita, dans une semi-inconscience, ouvrit les yeux et découvrit une silhouette devant elle. Elle ne put la reconnaître et perdit entièrement connaissance.

Sebastian s'agenouilla à côté de la jeune fille passa ses bras sous elle avant de la soulever. Il commença à courir évitant les flammes et les poutres enflammées qui tombaient sur son chemin. Après une dizaines de minutes dans ce cauchemar, il sortit dans la nuit noire avant de se tourner vers le manoir. Ce dernier brûlait. Des flammes sortaient de parts et d'autres.

Le majordome s'éloigna un peu et allongea l'adolescente à même le sol du jardin. Il rejeta sa tête en arrière afin de déboucher les voies respiratoires et approcha son oreille de son visage. Il pouvait sentir un léger souffle sur sa joue et voyait la poitrine d'Aelita se lever et se baisser au rythme de sa respiration. L'affaire fut retransmise dans les journaux ainsi que la survie d'Aelita.





Quand la magie fait son entrée dans une vie de moldu
Chapitre 3

Aelita s'éveilla et regarda autours d'elle.

Elle sut qu'il était tôt grâce à la lumière grise qui filtrait à travers sa chambre provisoire du bureau de police où elle avait été placée le temps que l'on retrouve un membre de sa famille. La jeune fille enfouit son visage dans son oreiller, en entendant une certaine agitation. Cela faisait maintenant trois jours qu'elle était là à attendre que l'on vienne la chercher. Soudain une voix se fit entendre près des fenêtres.

« Il serait temps de se lever, ma petite...»

La jeune fille se redressa et regarda d'où elle provenait. Durant un moment, la fillette crut qu'elle rêvait. Assit dans un fauteuil, James Blackrose, son oncle et le frère de Georges son défunt père, la regardait, une coupe de champagne à la main. Il lui adressait un large sourire à sa nièce qui ne bougeait pas plus qu'une pierre, le dévisageant. Puis, sans crier gare, Aelita repoussa ses couvertures, sauta de son lit et se jeta dans les bras de son oncle. Celui-ci l'accueillit à bras ouverts et la serra dans ses bras. D'un geste prudent, il déposa sa coupe sur une table proche de lui. Il lui baisa le front et caressa, d'un geste réconfortant, la chevelure de la jeune fille. Cette dernière s'était mise à pleurer.

« Ils ont tué papa et maman ! Snif ! Pourquoi ont-ils fais cela ? Ils n'avaient rien fais. Ils tentaient de rendre le monde meilleur en ouvrant un refuge... Je ne comprends pas... Pourquoi les avoir tuer... eux... qui ne faisaient de tord à personne... Oh mon oncle... »

James secoua la tête doucement afin de répondre qu'il ne savait pourquoi ces personnes avaient fais ça. Il resta un moment avec sur lui, pleurant en silence. Cette gamine avait vu ses parents mourir sous ses yeux, pas étonnant qu'elle soit encore sous le choc. Attentionné, monsieur Blackrose repoussa gentillement sa nièce afin de pouvoir plonger son regard dans le sien. Cela faisait si longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu.

Alors qu'ils étaient ainsi, quelqu'un frappa à la porte et un agent de police entra. Il les regarda et focalisa son regard sur James avant de lui demander de venir le rejoindre d'un signe de main. L'oncle soupira et souleva la fillette avant de la poser à la place qu'il avait occupé. Il lui dit que cela ne serait pas long et qu'il reviendrait très vite. Puis il se redressa et suis l'agent de police. Celui-ci le mena dans une salle d'interrogatoire où se trouvaient une femme des services sociaux et un inspecteur qui parlaient avec agitation.

« ... Il est hors de question qu'elle parte avec ce dérangé ! Vous savez que c'est un fou. De plus il seul, dans son manoir perdu dans les montagnes. Je ne veux pas prendre le risque que... »

La femme s'arrêta lorsque James entra dans la salle. L'agent des services sociaux lui jeta un regard noir et croisa les bras d'un air contrarié. L'homme les salua et demanda la raison de sa convocation. L'inspecteur le regarda et répondit qu'il y avait apparemment un soucis, un refus catégorique de la part des services sociaux, du moins de la femme qui était venue, pour qu'il prennent Aelita avec lui. Pourtant le papier qu'elle avait apporté avec elle stipulait bien qu'il avait dès à présent la charge de la fillette. Jamais tourna son regard vers la femme et secoua la tête avant de dire :

« Madame, Aelita Blackrose est ma nièce. Je ne pourrais jamais lui faire le moindre mal. Je suis prêt à vous le prouver en vous hébergeant durant une semaine au manoir afin que vous constatiez vous-même que le château n'est pas plus dangereux qu'une maison. Et vous pourrez passer quand vous voulez afin de voir qu'Aelita se porte bien. »

La jeune femme le regarda avec suspicion et hocha de la tête afin d'approuver cette solution, avant de refermer d'un geste sec sa pochette à main. Elle rejeta ses cheveux en arrière et serra la main de l'inspecteur avant de passer devant sans lui accorder le moindre regard. Elle sortit de la salle et quitta le batiment. La mine renfrognée, James salua à son tour l'inspecteur et sortit de la pièce pour rejoindre sa nièce.

Celle-ci avait revêtu une tunique évasée bleuté et un short noir très moulant s'arrêtant à mi-cuisse, un peu plus bas que sa tunique et de bottines lui arrivant aux trois-quart des mollets. La fillette se retourna en entendant la porte s'ouvrir et lorsqu'elle aperçut son oncle, elle courut vers lui et l'attrapa par la main avant de l'attirer près du lit où se trouvait une petite valise avec des vêtements dedant.

« Regardes tonton ! J'ai préparé ma valise toute seule ! On part bientôt ? »

L'homme la regarda et lui ébouriffa gentimment les cheveux. Elle n'était pas sa nièce pour rien. Avec un sourire, il referma la valise, la prit dans une main et souleva Aelita de l'autre. Qu'est-ce qu'elle avait grandis ! Il se dirigea vers la sortie et remercia une dernière fois les agents de police qui avaient veillé sur elle le temps qu'il soit prévenu et qu'il ne puisse venir. Il quitta le batiment et alla au niveau du parking avant de chercher sa voiture des yeux. Une fois devant la voiture, il ouvrit l'une des portes arrière et fit monter la fillette sur la banquette arrière avant de lui demander de s'attacher en posant la valise à côté et d'elle. Il alla s'installer à la place du conducteur et mit la voiture en route.

Le trajet fut long, très long, tellement long qu'Aelita finit par s'endormir, allongée sur la banquette arrière. James la regarda dans son rétroviseur avant de repporter son attention sur la route. Il arrivèrent dans un petit village appelé Loweswater. A partir de la James prit une toute petite route cabossée en direction de la forêt de Holm. Il continua d'avancer jusqu'à ce que la forêt soit moins dense. On pouvait voir se dessiner sur le ciel de plus en plus foncé, les murs d'un château. S'arrêtant devant le perron, James détacha sa ceinture et se tourna vers Aelita qui continuait de dormir. Esquissant un sourire, il sortit et ouvrit la porte arrière afin de la sortit de la voiture. Il prit en même temps la petite valise et rentra dans le manoir...


~ * ~

A partir du moment où Aelita Blackrose s'installa chez son oncle, des choses étranges commencèrent à lui arriver. Elle commença à faire bouger les objets par le simple fait d'y penser, allumait des feux rien qu'en fixant la cheminée et pouvait soulever de l'eau en soufflant dessus lui faisant prendre diverses formes. James Blackrose l'apprit bien vite et le cacha à la population, interdisant à la jeune fille de sortir de la propriété. Celle-ci resta donc dans le parc allant se promener jusqu'au lac qui se trouvait en bas de la falaise où était le manoir.

Cependant, alors que la jeune fille entamait son troisième mois dans sa nouvelle demeure, durant la nuit il se produisit quelque chose d'étrange. Alors qu'elle dormait profondément, elle vit dans un rêve un jeune homme de dix-sept ou dix-huit ans marcher dans une forêt sombre envahie par le brouillard. Il avait l'air serein. Il arriva enfin dans une sorte de clairière où étaient rassemblés un grand nombre de personne, toute silencieuses sauf un qui s'agitait, tournait en rond comme un animal en cage. Le jeune homme s'arrêta et le regarda. L'homme tout de noir vêtu s'arrêta et le fixa à son tour et dit soudain :

« Harry Potter... Le garçon qui a survécu... Prépares-toi à mourir... »

Le jeune homme ferma les yeux et tendit que le premier levait une sorte de baguette fine et bois. Aelita regarda la scène sans savoir quoi faire, paralysée par la peur. L'homme ne semblait pas la voir, ni le garçon, ni personne d'ailleur. C'était comme si elle était invisible. Soudain l'homme s'agita et fit un grand mouvement de bras en criant :

« AVADA KEDAVRA !!! »

Une lumière verte sortit de sa baguette et alla droit vers le jeune homme qui se trouvait toujours immobile les yeux fermés. Intriguée, la jeune fille la regarda heurter le garçon qui tomba soudain à terre, mort. Aelita poussa alors un hurlement d'horreur...



~ * ~

Aelita ouvrit les yeux.

Le cri qu'elle poussait dans son rêve semblait la poursuivre jusque dans la réalité. Ce cri d'horreur qu'elle avait commençé à pousser lorsqu'elle s'était rendue compte que le garçon était mort. Se rendant compte qu'il sortait directement de sa bouche elle la referma aussitôt faisant cesser le cri automatiquement. Son oncle était là, à ses côté les mains sur ses épaules. Apparemment, cela faisait un moment qu'il était là car il semblait éssouflé. En effet, cela faisait environ dix minutes qu'il tentait de réveiller la fillette.

« Aelita calmes-toi... Aelita écoutes-moi, ce n'était qu'un rêve ! Ma puce... Calmes-toi... »

Il s'assit sur le rebort du lit et la prit dans ses bras avant de la berçer comme un bébé pour la rassurer. Cette dernière tremblait telle une feuille par temps d'hiver. Elle avait le souffle court comme si elle venait de faire un marathon et était baignée de sueur. Parlant doucement, James tenta de la calmer comme il pouvait. La trouvant brûlante, il la porta à la salle de bain, prit un gans, l'humidifia et le passa sur le visage de sa nièce. Il n'avait jamais assisté à un pareil spectacle mais restait étrangement calme pour de semblables circonstances.

Il ramena Aelita dans sa chambre et la déposa dans son lit. Celle-ci se remit à trembler et demanda d'une voix mal assurée si elle pouvait dormir avec lui pour le reste de la nuit. James la regarda et réfléchit un instant. Aelita le soutient son regard. Sa peur de se rendormir, du moins seule, était compréhensible. Il hocha et lui tendit une main pour l'aider à se relever. La fillette repoussa ses couvertures et le suivit. Lorsqu'elle arriva dans la chambre de son oncle, elle lâcha la main de ce dernier avant de courir et sauter sur le matelas. James la rejoint et la recouvrir des couvertures.

« Aller... dors maintenant. Tu dois dormir ma princesse. Dors... »





Passé, Présent & Future
Chapitre 4

Durant les trois mois qui suivirent, les visions de la jeunes firent devinrent plus régulières. Elles devenaient plus longues, plus précises et plus intenses. Mais elles devenaient aussi de plus en plus meurtrière. La jeune fille voyait beaucoup la peur, la souffrance et la mort. Parfoit des familles entière mourraient touchées par cette mystérieuse lumière verte.

La jeune fille avait pris beaucoup de maturité en peu de temps. Son oncle la regardait, impuissant, supporter jour après jour les morts qu'elle voyait dès que ses yeux se fermaient et qu'elle plongeait dans le monde des rêves. Il savait que ces derniers n'étaient pas de simples rêves communs que l'on faisait. Non, il ressentait depuis qu'elle était là que l'énergie qui parcourait son manoir avait changé. Elle était plus présente, plus forte et semblait converger vers un point unique : Aelita. Comme si la mort de ses parents et sa nouvelle maison, bref tous ces changements l'avait tellement affecté qu'ils avaient réveillé... ses pouvoirs et particulièrement celui de voyance.

Soudain alors qu'Aelita se trouvait dans le jardin sur une balançoire, James fut fut saisit par un doute affreux. Il se leva de sa chaise et traversa son bureau d'une traite allant ainsi jusqu'à sa bibiothèque. Là il regarda avec intérêt les livres qu'il avait avait à la recherche d'un et d'un seul. Il retira un à un les livres des étagères avant de regarder les couvertures et les laisser tomber tout en n'en reprenant un autre. Avidemment, il chercha, chercha... quand soudain, il s'arrêta et se retourna avant d'aller au niveau de son bureau et d'ouvrir l'un des tiroires. Celui-ci était rempli de carte étranges. James fouilla et en sortie une où il était marqué sous un buste très réaliste :

Mopsus est un sorcier célèbre. Il était devin et a vaincu Calchas lors d'un concours d'augures. Mopsus était un devin grec et devin dans la cour de Amphiloque. Il a correctement prédit qu'une bataille à venir se terminerait en grande défaite, au contraire de la prédiction Calchas devin rivales enfants qu'elle mettrait fin à la grande victoire. Il est mort plus tard dans une querelle avec Amphiloque sur le droit au trône. Durant l'année 1993 - 1994, un portrait de Mopsus gardait une pièce secrète de Poudlard située dans les cachots : le mot de passe pour y accéder était "Ça par exemple".

James ouvrit la boite de chocogrenouille et redécouvrit un morceau de papier qui était resté là depuis un peu plus de dix ans. L'homme le prit et l'ouvrit avant de le lire les quelques lignes écrites en grec ancien. Au fur et à mesure qu'il lisait ses mains se mirent à trembler jusqu'à lâcher le petit bout de papier tomba en tourbillonnant sur le sol. Le propriétaire des lieux alla à la fenêtre et s'appuya dessus tout en regardant Aelita.

« Tu es... la descendante de Mopsus... »

Il resta un moment contre la fenêtre sans quitter sa nièce des yeux, bouche bée. Il décida de ne rien révéler à Aelita.





Un nouveau facteur
Chapitre 5

Durant les jours qui suivirent la découverte de James, ce dernier fit faire à Aelita plusieurs testes ludique afin de tester ses pouvoirs. L'homme avait toujours été considéré comme bizarre et peu fréquentable car il restait la plupart de son temps enfermé mais personne ne savait ce qu'il faisait vraiment. Tout le monde ingnoraient purement et simple qu'il était un sorcier. Le premier de sa lignée depuis le devin Mopsus suivit de près par sa nièce. Cependant, il n'avait pratiquement aucun pouvoir. Il avait seulement de grandes capacités dans la préparation de potions et arrivait sans trop mal à à jeter des sorts simples comme celui d'Attraction. Il faut aussi savoir que James rata pratiquement tous ses examens d'ASPIC et ne réussit, que par miracle, à obtenir son BUSE.

Il alla s'asseoir et machinalement sortit une cigarette qu'il placa dans sa bouche et l'alluma avant de recracher un nuage de fumée. Il se laissa aller contre le dossier de son fauteuil tandis que son esprit divaguait un peu. Il se surprit à repenser à ses années d'études et se dit que s'il avait un peut plus travailler, il aurait certainement put fournir à Aelita une meilleure protection qu'elle n'en bénéficiait à l'heure qu'il était. Il fut soudain sortit de sa réflexion par sa nièce qui l'appela doucement. Le sorcier se redressa et la regarda par dessus son bureau, puis ce qu'elle venait de finir.

Aelita avait du préparer un Philtre de Paix. Le chaudron devant lequel elle était dégageait un vapeur argentée. James se leva de son fauteuil et regarda le chaudron puis sa nièce, pouche bée. Celle-ci ne dit rien se demandant si elle avait fait quelque chose de mal cependant alors qu'elle commençait vraiment à douter d'elle, son oncle poussa un cri et se précipita vers sa nièce avant de la prendre dans ses bras.

« Tu es géniale Aelita ! Maintenant voyont voir si elle aura les effets qu'il faut. »


Il prit une louche en bois qu'il plongea dans la mixture et en but une gorgée. Aussitôt il sentit ses nerfs se détendrent et il s'apaisa et retourna s'asseoir dans son fauteuil. Aelita avait aussi tout comme lui des facilités dans la préparation des potions. Celle-ci demanda si elle pouvait aller jouer dans le parc. James ne put refuser et il la vit partir en courant et en riant. Il se leva et alla à la fenêtre d'où il pouvait surveiller la jeune fille. Décidement, elle l'étonnerait toujours. Un Philtre de Paix, une potion de cinquième année à Poudlard, souvent demandée au BUSE afin d'apaiser élèves et examinateurs. Le sorcier prit son calepin et nota :

Philtre de Paix : Réussi parfaitement


Au dessus s'étalait un bon nombre de potions qu'Aelita avait du concocté. James tourna les pages de son bloc note et relut une à une les visions d'Aelita.

3 Avril 1997

Aelita a fais un rêve étrange.
Où : Dans une forêt. D'après sa description, peut-être la Forêt Interdite de Poudlard
Quand : Date inconnue
Qui : Jeune garçon et un homme avec un visage dont le nez ressemble à celui d'un serpent (Voldemort ?)
Ce qu'il se passe : Le garçon meurt assassiné par l'homme plus âgé.

Réalisé : Pas à ma connaissance


12 Avril 1997

Nouveau rêve d'Aelita.
Une famille est retrouvée morte dans leur propre maison, sans marque apparente de lutte. Les voisins ne comprennent pas ce qu'il s'est passé.

Réalisé : Oui


23 Avril 1997

Aelita continue de faire ces rêves étranges.
Elle a vu un accident de la route près de notre village. Quatre morts, dont un enfant de deux ans.

Réalisé : Evité


06 Mai 1997

Nouveau rêve d'Aelita.
Le manoir prend feu. Nous mourrons tous les deux...

Réalisé : Non, heureusement.


10 mai 1997

Encore un rêve.
Meurtre d'une famille moldue - Londres (nombre de mort : 5 - les deux parents, l'ainé de 16 ans, le fils de 12 ans et la petite fille de 4 ans)

Réalisé : En partie, les deux derniers de la famille ont survécu.


...

James referma le calepin et hocha la tête mi-exaspéré, mi heureux. Mais est-ce que ses visions s'estomperaient-elles avec le temps ? Rien n'était moins sûr. En trois mois, elle avait fais une vingtaine de prédictions, seulement une s'était réalisé complètement, une avait été évité et deux autre s'était passé mais le résultat était différent de ce qu'Aelita avait pu voir.

Aelita jouait dans le parc quand soudain elle entendit un hululement. Se retournant, elle vit voler vers elle un hibou de belle taille. Il se posa sur un banc de pierre près d'elle et la regarda avec insistance, une patte levée. Durant quelques instants, la jeune fille resta là où elle était le regardant sans bouger. Puis lentement, elle se redressa et alla doucement vers lui. Ce dernier poussa un hululement mais ne bouga pas. Aelita le regarda de la tête aux pattes et aperçut soudain à l'une d'elle une enveloppe. Avec précaution, elle la défit et regarda à qui elle était adressée.

Mademoiselle Aelita Blackrose
Manoir de Loweswater
Loweswater

La jeune fille lança un regard surpris au hibou et tendit le bras vers lui. Celui-ci monta dessus et Aelita partit en direction du bureau de son oncle. Elle entra en trombe dans la pièce et rejoint James aussi vite qu'elle put avant de lui expliquer ce qu'il s'était passé. Puis elle lui tendit l'enveloppe et alla préparer un petit récipiant où elle versa de l'eau qu'elle mit à disposition du moyen duc. Celui-ci but à grandes gorgées et hulula un remerciement. Pendant ce temps James lut la lettre qui indiquait qu'Aelita était dès à présent incrite à Poudlard et qu'elle devait prendre le Poudlard'Express à la voie 9 ¾, le 1er Septembre à 11h...


Lors de sa première année à Poudlard, Aelita put aperçevoir Harry Potter, lors de la grande guerre qui opposa les Mangemorts aux sorciers indésirables. Soudain elle fit le raccord entre lui et son rêve. Ce garçon... c'était lui. Elle tenta de le prévenir mais au milieu du chaos total, elle le perdit de vue. Un peu plus tard, les attaques cessèrent et Aelita redécouvrit le corps du garçon qui avait été autrefois appelé : Le Survivant.

Par la suite, ces visions diminièrent et elle n'eut pratiquement plus. Un jour elle sortit le calepin que lui avait confié son oncle, c'était à la fin de sa 6ème année. Elle relut toutes les visions qu'elle avait pu avoir. Cinq s'étaient réalisées. Il y avait donc eut plus un peu plus de cinq morts qui auraient put être évitée. Aelita rangea le calepin et fondit en larmes...




QUI EST DERRIÈRE L'ÉCRAN ?




    » SURNOM(S) : Aelita
    » ÂGE : 19 ans
    » GARÇON OU FILLE ? : Fille
    » COMMENT AS-TU CONNU POUDNOIR ? : Ouf je ne m'en souviens plus
    » AVIS / SUGGESTIONS ? : Nop
    » PARRAINAGE? : Nop
    » MULTICOMPTE ? : Nop
    » CODES :


..


Dernière édition par Aelita Blackrose le Mar 19 Juin - 0:07, édité 36 fois
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 13/07/2011
Parchemins postés : 5536



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 9PV
Lyna Sweet


MessageSujet: Re: Aelita Blackrose [Validée - New Perso] Sam 16 Juin - 12:02

Bienvenue !

Hé ben, superbe fiche ^^
Introduire les images de cette façon dans l'histoire, j'adore !

Bonne continuation de fiche Wink

Bon courage pour les codes Wink

____________________________________


Membre de l'Ordre du Phénix


L'unique Agent :geek: surveille
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Aelita Blackrose [Validée - New Perso] Sam 16 Juin - 12:06

Merci j'espère que ça ne gène personne que j'ai modifié légèrement le codage pour ma fiche...

Je finis les deux (ou trois - à voir) parties de mon histoire, complète la personnalité, mes les codes et les images et vous préviens quand c'est fait.
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Aelita Blackrose [Validée - New Perso] Sam 16 Juin - 12:10

bienvenue !! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Aelita Blackrose [Validée - New Perso] Sam 16 Juin - 12:12

Merci mais je suis une ancienne Wink Very Happy
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 13/07/2011
Parchemins postés : 5536



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 9PV
Lyna Sweet


MessageSujet: Re: Aelita Blackrose [Validée - New Perso] Sam 16 Juin - 12:14

Vu que tu n'as pas modifié le codage de base, que tu as juste rajouté des éléments, je pense que ça ne gênera pas Wink

____________________________________


Membre de l'Ordre du Phénix


L'unique Agent :geek: surveille
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Aelita Blackrose [Validée - New Perso] Sam 16 Juin - 12:23

Okay merci ^^
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 03/06/1999
Âge du joueur : 18
Arrivé sur Poudnoir : 06/12/2011
Parchemins postés : 709



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Leonora Levinson


MessageSujet: Re: Aelita Blackrose [Validée - New Perso] Sam 16 Juin - 13:04

HIIII Une sdb de plus! *Contente*
Oui donc, rebienvenue visiblement, mais bienvenue. Amuse toi bien ici ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 23/04/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 14/05/2011
Parchemins postés : 3095



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Maleficus Serpens


MessageSujet: Re: Aelita Blackrose [Validée - New Perso] Sam 16 Juin - 13:50

Hellcome Twisted Evil fiche MAGNIFIQUE !

Petite remarque: si tu est validée en étant de Septième année, sachant que la fin d'année est dans quelques jours, cela voudrait dire que tu seras immédiatement passée Adulte et que par conséquent tu n'auras pas fait grand chose à Poudlard.

Enjoy ! Wink Je sens qu'on a une bonne joueuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Aelita Blackrose [Validée - New Perso] Sam 16 Juin - 14:00

Je vais attendre que la fin de l'année passe Wink
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Aelita Blackrose [Validée - New Perso]

Revenir en haut Aller en bas

Aelita Blackrose [Validée - New Perso]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Archives générales :: Fiches Elèves
-