POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 02/03/1942
Âge du joueur : 75
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2012
Parchemins postés : 60



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Samuel I. Maxwell


MessageSujet: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Mer 5 Sep - 23:36

En ce début d'après midi à Poudlard, le professeur Maxwell avait récupéré le créneau délicat de fin de soirée, il s'attendait donc à avoir dans son cours, des élèves amorphes ou surexcités.
Le vieil homme avait ses remèdes, pour motiver et intéresser les premiers, et pour calmer et contrôler les autres.
Il envisageait donc de se montrer patient pour un temps avec ses jeunes ados, peut être était il résigné à voir des cerveaux ignorants parmi la masse, espérant que quelques têtes éclairées soient suffisamment averties pour se manifester, bien qu'apparemment, cette promo se révélait être des plus délicates à gérer.

Enfin, le professeur en avait vu des choses durant sa vie, surtout durant son internement à Sainte-Mangouste, et il fallait plus qu'un groupe d'élèves rebelles pour l'énerver et le pousser à bout, d'autant qu'il avait un avantage sur eux, la connaissance et le pouvoir.
Afin de prévenir tout risques encourus, Samuel Maxwell, en bon légilimens qu'il était, s'autorisait à jeter un œil aux pensées de ces élèves, et comme il n'y avait pas de mauvais remèdes, les élèves seraient rapidement au parfum des règles essentielles durant ce cours.

S'approchant de l'embrasure de la porte d'entrée de la salle de magie noire, il donna un bref coup de baguette pour l'orgue se mette à jouer, un morceau de Beethoven, la cinquième symphonie, Maxwell avait le sens du théâtre, et cette partition correspondait assez à son état d'esprit, souriant avec courtoisie, il sortit de sa salle pour trouver quelques élèves présents à qui il adressa la parole.

« Belle journée n'est ce pas ? »

Sa robe noire lui donnait un air strict mais son expression faciale était intrigante, il avait parlé avec justesse, même à des élèves, leur parlant comme il parlerait à un de ses collègues, c'était peut être ça son petit coté décalé, mettre de la forme un peu partout, disait on signe de bonne éducation, et d'éclairement, mais tout le monde savant qu'il était un savant, c'était peut être pourquoi il avait besoin de suivre l'étiquette.
Les élèves présents furent surpris, à tel point que certains se demandèrent s'il s'agissait bien du professeur de magie noire, il amorça donc une conversation avant le début du cours.

« Le beau temps n'incite pas à l'apprentissage malheureusement, j'aime beaucoup l'air du parc voyez vous ? Dommage que nous soyons obligés de rester cloîtrer ici. »

Voyant que les élèves arrivaient, il leur fit signe d'entrer.

« Allez y, vous pouvez entrer, je vous en prie, prenez place. »

Il salua au passage ceux qui le saluaient, en homme de bonne éducation, et ferma la marche, arrêtant l'orgue avec sa baguette. Le professeur de magie noire remarqua déjà quelques têtes, Théodora Malaria, Mercurius Yakovsky que l'on disait adroit en magie noire pour son âge et dont le billet avait interloqué Maxwell, le jeune homme, prétentieux qu'il était, avait évalué son niveau à douze sur dix, il se disait meilleur que le commun et le professeur avait hâte de voir ce qu'il valait car il était l'apprenti d'un mangemort dont le nom était inconnu à l'homme qui avait été enfermé à Sainte-Mangouste.
La présentation du jeune Christopher Runhart avait aussi interpellé, lui que l'on disait perturbateur, n'avait pour l'instant pas manifesté le désir de se rendre intéressant durant ce cours, du moins, son billet ne l'avait pas suggéré, mais Samuel l'aurait à l'oeil, et comptait même essayer de le motiver un peu, affaire à suivre.
D'ailleurs, en parlant de ça, l'ado venait de prendre la position sieste, ce qui ôta un sourire au maître de classe, en bon légilimens, il envoya son esprit dans la tête du jeune homme, une simple présence fortuite pour le réveiller alors qu'il lui adressait un simple sourire, ce n'était pas un avertissement, juste de quoi lui signaler sa présence.
Une fois que les élèves furent installés, le professeur ferma la porte de la salle magiquement et se plaça devant le piédestal pour s'adresser à la classe entière.

« Bonjour à vous les deuxièmes cycles. »

Réponse unanime et avec de l'entrain.

« Comme ceci est votre premier cours de magie noire, nous allons débuter en douceur, d'autant que pour les plus jeunes d'entre-vous, il s'agit là de vos premiers pas, je m'attends donc à avoir un niveau inégal, mais ne nous écartons pas du sujet, nous étudierons donc aujourd'hui les Modalités des Sortilèges de Magie noire. »

Levant sa baguette, le titre de la séance s'écrivit de lui même au tableau d'onyx.

« Un nom trivial vous en conviendrez, pour simplifier l'expression, il s'agit de la manière et des conditions requises pour formuler et exécuter un sortilège de magie noire.

Comme vous le savez, la magie noire requiert un certain doigté pour être exécuté, ce qui la rend d'autant plus complexe que les sortilèges que vous avez l'habitude d'utiliser au quotidien.
Mais passons plutôt à la connexion particulière que ce domaine requiert. »


Il passa un regard sur la foule attentive, chose rare pour une fois.

« Généraliser serait considéré comme une hérésie, cependant, on peut facilement approximer l'exécution des sortilèges de magie noire à une envie. Vous avez bien entendu, une envie, le domaine est très intuitif si je puis dire, pour exécuter vos sortilèges, il faut y mettre votre volonté, désirer l'effet tout en formulant votre sortilège, avez vous des exemples de sortilèges de magie noire ? Si vous les avez déjà utiliser, pouvez vous détailler votre modus operantis à la classe ... »

Les élèves levèrent la main et il en interrogea certains, une fois satisfait des réponses, il reprit.

« Il y a encore des sceptiques parmi vous je présume, peut être qu'une démonstration ne serait pas de trop non ? Pour ça, il me faut un assistant pour montrer à la classe … monsieur Runhart, veuillez vous lever et me rejoindre s'il-vous-plaît, nul doute que vous saurez illuminer la classe de votre présence.»

Attendant que l'élève daigne le rejoindre, le professeur surveillait sa classe avec autorité.

Hrp :
Vous pouvez répondre aux questions, en indiquant que vous levez la main et que Maxwell vous interroge, ensuite, viendra la démo avec Chris, puis nous enchaînerons sur un peu de pratique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 25/07/2012
Parchemins postés : 100



Pensine
Mon casier judiciaire est: rempli
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Christopher Runhart


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Lun 10 Sep - 19:34

-C'est toi Chris'?

Le gryffondor, l'air légèrement endormi, releva la tête, fixa en contre-jour son interlocuteur, entouré de quatre autres types relativement maigrichons et passablement ridicules, et avec un air de moquerie totale et de désinvolture caractéristique il lui balança :

-Nan, c'est ta sœur mon gros.

Il bailla un coup, et adressa un grand sourire bien narquois à ce bouffon de service qui venait l’interpeller pendant qu'il piquait un somme. Runhart aimait bien s'allonger dans le parc, à l'ombre des arbres, et dormir un peu -voire beaucoup- et il n'appréciait guère que l'on vienne le faire chier durant cet instant sacré. En réalité, seule Lola pouvait l'embêter à ce moment-ci, Jules encore pouvait passer si il n'était pas trop chiant, mais le reste, c'était « never ».

-Ouais ouais, fais le malin, paraît que tu fous la merde en cours ?
-P'têt bien, un problème avec ça mon gros ?
-Un peu ouais. On est brigadiers, et si tu veux pas qu'on te tombe sur la tronche à la sortie d'un cours de métamorphose, tiens toi à carreau.


Chris se releva d'un coup, il n'appréciait pas vraiment qu'on lui dicte quoi faire, surtout venant d'une tête de con pareille. Il aurait bien aimé lui rendre l'autoportrait plus abstrait, mais se résigna, après tout, il y avait des moyens plus subtiles de faire comprendre, de un son refus, de deux sa méprise. Il fit tête à tête avec le gars qui devait faire à peu près sa taille, peut-être un peu plus grand, et le poussa du bout de son index.

-Alors viens me chercher garçon, parce que c'est pas toi, ni l'inquisitrice qui va me faire gober tes conneries m'okay ? Maintenant les moutons sans cervelle, demi-tour et hop hop hop, en cours.

L'autre sembla ne pas en croire ses oreilles, en réalité, ça devait être la première fois qu'on lui tenait tête comme ça, le Gryffondor venait de le ridiculiser avec minutie et efficacité. Il ne savait plus quoi dire, et prit dans un élan de panique -ou plutôt de volonté de montrer sa puissance inexistante- il sortit sa baguette. Christopher éclata de rire, il poussa le garçon d'un geste et s'éloigna en riant haut et fort, tout en répétant les quelques phrases du brigadier afin de définitivement se foutre de sa gueule. Aujourd'hui, il avait Magie Noire, ce qui signifiait qu'il allait soit en baver comme un chien battu, soit s'en sortir tranquillou avec un prof à la con... c'était kif-kif en fait. Christopher n'avait peur d'à peu près rien (sauf les cochons mutants à nez de chauve-souris, mais ça c'était autre chose), et surtout pas de la matière au nom potentiellement terrifiant pour la moitié des élèves de Poudlard, mais il devait bien avouer que le cours ne mettait pas à l’aise rien qu'à y songer... enfin, il ne mettait pas à l'aise tant qu'on ne savait pas à quoi s'attendre.

Bref, le garçon rejoignit le château d'un pas presque rapide – précision bien le « presque » - et avec un air joyeux. Joyeux car la Magie Noire n'était pas une matière qui lui semblait inutile, ou plutôt c'était la seule matière qui pourrait, potentiellement, l'intéresser. . Autrement dit, jusque là, le gryffondor ne penser tirer de bonnes notes – et encore le mot était fort – que de cette matière. Et Joyeux car il venait de s'amuser un peu avant d'attaquer une journée de cours, et ça, ça n'avait pas de prix.

-Chris' ?
-C'est moi, mais j'ai pas le temps là !
-C'est vrai que tu fais une soirée la semaine prochaine ?
-Exact, pointe toi à 20h précises, sinon tu rentres pas.
-Mais où ?
-Mystère, mystère.


C'était là toute la finesse des soirées qu'il organisait. Étant donné qu'il était interdit d'organiser des rassemblements – et n'imaginons même pas d'organiser des fêtes – il lui fallait user d'une certaine ruse... mais comment prévenir les élèves sans pour autant avertir les brigadiers ? Tout simplement en ne donnant jamais le nom du lieu de la fête. Les personnes en qui il avait spécialement confiance connaissait le lieu, et elles, amenaient des personnes de confiance, mais ça s'arrêtait là, autrement, personne ne rentrait, et personne ne savait où aller de toute façon.

Il monta les escaliers et débarqua au premier étage. C'était un étage de merde, y'avait toujours du monde, et les embouteillages humains, ça lui cassait sacrément l'entre-jambe, bref, il se posa devant la salle, et scruta le parc depuis la fenêtre ouverte, il devait bien avouer au moins que Poudlard avait un charme naturel. Ce qu'il n’aimait pas ici c'était les règles, les cours, les cons, les profs, et les pions. La porte s'ouvrit, tout le monde entra, Chris' en dernier, à peu près comme d'habitude. Il avait une horrible envie de fumer un joint, et c'était pas forcément la meilleure chose à faire pour un cours de Magie Noire – imaginez un cours sur les impardonnables en étant défoncé ? Oh c'te blague !

Par réflexe, et par envie, il se plaça derrière, à gauche, contre le mur. Depuis quelques années cette place lui était attitré et personne n'osait y toucher, seul Uberville avait osé le déplacer, et comme ce bougre n'était pas un type véritablement agaçant, Chris' n'avait pas bronché. Il ne prit pas la peine de sortir ses affaires, s'affala sur sa table et patienta. En réalité, les débuts de cours c'était son gros moment de solitude. Soudainement, une présence intérieure se fit sentir. Il n'aurait su dire comment, mais ça le perturbait. Il releva la tête, et croisant le regard du prof, il comprit assez rapidement que l'autre voulait une attention, même minimale, durant son cours, sinon il allait en chier sévère...

« Bonjour à vous les deuxièmes cycles. »

-Coucou

Avec la réponse unanime de la classe, celle de Christopher ne se fit pas entendre, mais des conneries du genre, il ne pouvait pas s'empêcher, c'était une seconde nature, et même un Doloris n'y changerait rien.

Le prof débuta son speach, bon il avait un assez bon feeling. En fait, il passait pas trop mal, même si il semblait légèrement allumé sur les bords, et un brin flippant. Chris' aurait bien voulu être collé pour voir à quoi ressemblait ses punitions, mais ne voulant pas se précipiter dans sa besogne, il préféra ne rien faire, et rester au possible calme et à peu près concentré.

La première question du prof obligea la plupart des élèves à lever la main. En même temps, la question était simple et sans grand intérêt, mais Christopher ne prit pas la peine de répondre, tout simplement car il préférait écouter et dans le cas de question aussi inutile, il préférait même se taire plutôt que lancer une vanne à la con.

Pour ça, il me faut un assistant pour montrer à la classe … monsieur Runhart, veuillez vous lever et me rejoindre s'il-vous-plaît, nul doute que vous saurez illuminer la classe de votre présence.»
-Ouah... sincèrement je me fais sacquer par tous les profs cette année, c'est abusé. Putain, fais chier

Il avait lâché ça pour lui, peut-être tout le monde l'avait entendu, peut-être pas, en réalité il s'en battait les steaks d'une façon assez impressionnante. Il n'avait pas honte de dire ce qu'il pensait, à la différence de certains qui préférait l'hypocrisie et la lèche. Il se leva, plaça sa main gauche dans sa poche, et prit sa baguette dans sa main droite. Deux choses tournaient dans sa tête, enfin trois : allait-il se faire défoncer ? Allait-il défoncer quelqu'un ? Allait-il fumer un joint avant d'aller se coucher ce soir ?

-Présent m'sieur, au taquet m'sieur.

Bon, au moins, il ne faisait pas preuve de flemmardise... certains auraient appelé ça une exception, il préférait le mot « intuition ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Mer 12 Sep - 18:25

Premier étage, et pour la nouvelle année, il s'agissait là d'un cours totalement intéressant et nouveau pour H, enfin, nouveau parce que le nouvel enseignant semblait être une pointure, à ce qu'on en disait, le gars qui avait repris les cours de MN était une collaborateur de papy Brom, autant dire qu'on avait du niveau.
Le lion avait aussi entendu qu'il était à l'origine de quelques sortilèges sympas et que sa polyvalence lui permettait d'être aussi touche à tout que doué dans ce domaine, une promesse de réel apprentissage, enfin.
Fin d'après midi tranquille, de quoi permettre à un élève turbulent comme lui de pouvoir donner les pleins pouvoirs à son esprit dérangé, une bonne chose, très bonne chose, car il n'avait hésité à clamer tout haut sa supériorité par rapport au commun dans la pratique de son art, à voir comment le prof le prendrait, de toute façon, il n'aurait qu'à voir lui même ce qu'il valait, en pratique, il en savait déjà plus que les autres, donc par défaut, il allait forcément se révéler être une tête et un atout pour ce nouveau cours, il espérait juste pouvoir pratiquer assez vite.

Comme à son habitude, H n'entra pas le premier, on pouvait même dire qu'il était dans l'arrière de la file d'entrée, mais bizarrement, personne ne semblait décidé à vouloir prendre la place à coté du pilier ou une flamme dansait dans une cage, dommage, lui la prendrait volontiers, posant son sac à cet endroit, il voulut toucher la chose, mais le regard insistant du prof l'en dissuada, flippant mais charismatique le petit père, comme quoi, cela s'annonçait prometteur.
Même s'il était mauvais en théorie, car cela ne l'intéressait pas, le lion voulait apprendre de nouvelles choses, à tester évidemment sur les bizuts de l'école, sinon où était le plaisir d'apprendre ?
Nan, il y avait des saloperies à faire, suffisait juste de savoir comment, tout l'art d'être plus vieux que le commun, faire chier sans être inquiété.
Une fois posé, il chercha Malaria du regard pour lui faire signe de se poser à coté de lui, son mannequin d'entraînement dans ce genre de cours, et en plus elle aimait ça alors pourquoi se priver ? H pouvait avoir le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière, si c'était pas le top.

Le prof commença son cours, et étrangement, le lion fut comme intrigué par cet être atypique, très pédagogue sans pour autant lâcher la classe, c'était bizarre, il avait l'impression de subir un cantanae mental mais en moins douloureux, comme du formatage ou presque, c'était assez étrange, et H se demanda un instant s'il n'avait pas subi un sort, mais il préféra continuer d'écouter le prof de magie noire, un homme qu'il se devait d'avoir dans la poche de toute évidence, du moins, s'il voulait progresser un minimum.

« Généraliser serait considéré comme une hérésie, cependant, on peut facilement approximer l'exécution des sortilèges de magie noire à une envie. Vous avez bien entendu, une envie, le domaine est très intuitif si je puis dire, pour exécuter vos sortilèges, il faut y mettre votre volonté, désirer l'effet tout en formulant votre sortilège, avez vous des exemples de sortilèges de magie noire ? Si vous les avez déjà utiliser, pouvez vous détailler votre modus operantis à la classe ... »

Quelques faillots et faillotes levèrent la main, mais bizarrement, les réponses étaient maladroites, et comme personne ne se dévouait, le Gryffondor leva la main et l'homme jovial, lui donna la parole, magie noire, un de ses seuls cours ou en plus de l'étude des nuisibles, H pouvait participer sans passer pour un con ou un boulet.

« L'Ostéoclaste professeur, ou le doloris … pour le premier faut visualiser l'os qu'on veut casser et souhaiter le faire avec force, et pour le doloris faut vouloir voir l'autre souffrir et ressentir le plaisir que ça procure sinon le sort sera pas efficace, après j'sais pas si c'est valable pour le cantanae ... »

Après sa réponse, Mercurius passa par une phase d'endormissement alors que d'autres étaient encore en train d'essayer de répondre correctement, mais de toute façon, le prof donnerait une explication, alors il écouterait à ce moment là.
Pour illustrer celle ci, il demanda à Chris de se bouger le fion et de le rejoindre alors que l'appelé maugréait, lui aurait bien aimé y aller, ne serait ce que pour le simple fait de pouvoir pratiquer éventuellement enfin, ce n'était pas le cas, du coup il regarda son compère passer en attendant la suite, scrutant avec attention la suite du cours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 28/07/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 25/07/2011
Parchemins postés : 601



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Théodora Malaria


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Mar 25 Sep - 1:10

Pourquoi Théodora ne parlait pas et pourquoi ne répondait-elle pas au réponse?Alors même qu'elle connaissait les réponses, alors même qu'elle était censé être intéressée par la matiere, n'était-elle pas en quête de puissance?Ne cherchait-elle pas à s'améliorer par tout les moyens ?Non....Elle ne faisait rien décidément et elle restait bouche close, et ses yeux faisaient de même, elle dormait à point fermé..

L 'erreur est humaine disait le dicton, et ayant passée une nuit...Disons agitée, et elle rattrapait sa nuit limite en bavant sur le bureau, il était fort curieux, que le professeur n'avait encore rien remarqué, elle n'était pas une maîtresse en cet art(Pas comme son cher et tendre par exemple) et il était fort voyant que la gamine passait du bon temps avec Morphée, il fallait être aveugle pour ne pas voir ça..Enfin bref, la jeune fille avait végété toute la journée, faillit s'endormir dans son assiette à midi, une véritable catastrophe quoi cela aurait pu être pire, ce n'était que du rosebeef et pas de la soupe, au sinon la bleue aurait eue une très mauvaise surprise.

Le miracle se faisant, la donzelle sortit enfin du coltar, se demandant un instant ou elle se trouvait n'ayant pas les idées tout a fait en place, elle mit un certain à remarquer qu'elle se trouvait en salle de Magie Noir, n'arrivant toujours pas se souvenir si elle avait bien cours de cette matière ce jour, elle chercha un peu inquiète une mine connue, et victoire elle vit Mercurius, signe presque certain qu'elle se trouvait bien au bon endroit, elle poussa un soupir de soulagement, et essaya de toute ses forces sur le cours du vieil homme.

Apparement elle n'avait pas autant manqué que ça, une bonne chose vu tout ce qu'elle avait manqué aujourd'hui, elle aurait moins à ratraper, elle saisi même la question qu'il leur posa, pas bien difficile en soi, question que répondit sans trop tarder le Rouge, ce qui ne l'étonna guère, il faut dire qu'à ses yeux il était plutôt calé en la matière;elle avait vu plein de démonstration sur des pauvres élèves qui avaient osé les importuner, dont le fameux ostéoclaste, quasiment toujours lui en faite, il l'utilisait si souvent qu'elle l'avait apprit par mimétisme, il n'était certes pas aussi puissant et un aussi un peu maladroit, mais elle pouvait dire qu'elle connaissait au moins un sort de magie noire, qu'on pouvait vraiment qualifier de magie noire..Car c'était autre chose que des sort comme ce ridicule furunculose, on avait vu mieux comme sort maléfique et mal vu par la société sorcière.

Elle bailla à s'en décrocher la mâchoire, sans la moindre distinction car ce n'était pas vraiment la journée pour commencer à se comporter comme une dame et se décida enfin à lever la main pour pendre la parole, son cher et tendre avait quand même oublié des détails des plus basiques et qu'il faut dire, elle avait un peu honte pour lui et ce ne fut qu'après de longue minute, que Maxwell se décida enfin de l'interroger, il était temps son bras était en train de s''engourdir en restant comme ça, .
« Hum..Ce qu'a oublié Mecurius, et pas des moindres ce sont deux sort qui font un trio avec le sortilége du Doloris : le sotilège de l'Imperium et le sortilége de mort : Le premier permet au lanceur de contrôler l'esprit de sa cible donc par extension son corps, après comment ça fonctionne exactement je sais pas, dans le livre que j'ai lu il ne faisait que effleurer le concept, quand à l'autre comme son nom l'indique il tue la cible, c'est aussi simple que ça...Si on suit ce que vous nous dites, il faut vraiment vouloir tuer, pour qu'il marche....Il y a d'autre sort aussi, qu'on utilise régulièrement en duel, pour peu qu'on se bat souvent... »
Elle se tue imédiatement après avoir dit ces mots, car elle savait qu'elle venait de faire une grosse gaffe..Si les duels entre élèves étaient monnaie courante au sein de l'école et plus ou moins tolérer, ce n'était pas une raison de le crier sur tout les toits, car la..Le prof pouvait se donner à cœur joie, de la punir pour avouer sans aucune intelligence ses méfaits,en clair le virus était dans mélasse jusqu'au coup, elle espérait juste qui lui collerait pas la retenue ce soir, elle avait envie de se coucher tôt dans le cas contraire, elle dormirait en retenue qu'a cela ne tienne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 02/03/1942
Âge du joueur : 75
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2012
Parchemins postés : 60



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Samuel I. Maxwell


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Sam 29 Sep - 18:06

Le professeur Maxwell scrutait la salle de ses petits yeux emplis d'un certain mysticisme qui faisait de lui un sorcier des plus intrigants, et peut être un homme de magie noire, car il avait en commun cette faculté de dégager une aura de magie noire que l'on retrouvait chez certaines autres personnes comme Brom ou encore Menroth, il avait connu le premier via son mentor, le second pendant la première guerre, et il l'avait totalement perdu de vue, Sainte-Mangouste n'ayant pas aider les choses, mais il se souvenait particulièrement de ce que dégageait ce jeune sorcier plein d'ambition … il n'en attendait pas autant de ses élèves, mais espérait tout du moins que ceux ci se mettent à participer au cours, la journée avait peut être été dure, mais ils se devaient de rendre la chose vivante s'ils ne voulaient pas assister à des démonstrations musclées sur les mollusques intellectuels qu'ils étaient.

Et le niveau ne volait pas haut, en effet, quelques Serdaigles formulèrent des réponses très maladroites qui ne reflétaient qu'un aspect grossier de l'art des sortilèges en magie noire, et il fallut attendre que Mercurius Yakovsky lève la main pour avoir une réponse qui traduisait déjà une expérience et qui approchait la vérité.

« L'Ostéoclaste professeur, ou le doloris … pour le premier faut visualiser l'os qu'on veut casser et souhaiter le faire avec force, et pour le doloris faut vouloir voir l'autre souffrir et ressentir le plaisir que ça procure sinon le sort sera pas efficace, après j'sais pas si c'est valable pour le cantanae ... »

C'était maladroit comme réponse, mais l'idée y était, et on voyait effectivement qu'il savait de quoi il parlait, et Maxwell devina qu'il avait déjà pratiquer ces trois sorts, et dans l'esprit désordonné du gamin, il vit sa petite séance avec Crow … un mangemort qu'il ne connaissait pas d'ailleurs, disait on en perte de vitesse, pour être honnête, le professeur s'en foutait, un mangemort restait un mangemort, et il aimait bien sa méthode, vrai qu'il fallait avoir subi le doloris pour le réaliser correctement.
Enfin, le Gryffondor avait indiqué avoir une certaine expérience en magie noire, c'était le cas, s'il avait réussi à réaliser un ostéoclaste, c'était peut être une bonne chose pour son avenir, de même que le cantanae mais qui était bien plus simple que le premier sort évoqué.

S'apprêtant à répondre, le professeur de magie noire fut presque surpris de voir qu'une Serdaigle s'acharnait à vouloir répondre, donc il l'interrogea, espérant qu'elle relèverait un peu le niveau.

« Hum..Ce qu'a oublié Mecurius, et pas des moindres ce sont deux sort qui font un trio avec le sortilége du Doloris : le sotilège de l'Imperium et le sortilége de mort : Le premier permet au lanceur de contrôler l'esprit de sa cible donc par extension son corps, après comment ça fonctionne exactement je sais pas, dans le livre que j'ai lu il ne faisait que effleurer le concept, quand à l'autre comme son nom l'indique il tue la cible, c'est aussi simple que ça...Si on suit ce que vous nous dites, il faut vraiment vouloir tuer, pour qu'il marche....Il y a d'autre sort aussi, qu'on utilise régulièrement en duel, pour peu qu'on se bat souvent... »

Maxwell sourit à l'entente de cette explication, tiens donc, une intellectuelle qui pratiquait aussi … et pourtant, il lui semblait qu'elle n'avait pourtant pas daigné se mettre un niveau correct cette petite Théodora Malaria, son interprétation était intéressante, et elle avait introduit une notion de duel dans le concept de l'utilité des sortilèges, nul doute qu'elle pouvait devenir une bonne élève.

Voyant que plus personne ne souhaitait être interrogé, le professeur expliqua donc à la classe ce qu'il en était.

« Monsieur Yakovsky a effleuré le concept intéressant de la volonté, comme je vous l'avais expliqué, appliqué à des procédés de souffrances. En effet, pour l'Ostéoclaste, comme pour le sortilège du doloris, il faut souhaiter la souffrance de la cible, sans quoi votre sort n'aurait guère plus d'effet qu'un maléfice du chatouillis. »

Cela fit rire quelque peu la classe, une boutade pour détendre l'atmosphère avant de reprendre.

« De même que Miss Malaria a évoqué les deux autres impardonnables qui reflètent parfaitement l'exécution de la volonté, de domination pour l'Imperium, de tuer pour le sortilège de mort, mais ce sont des sorts très complexes et nous en reparleront dans un prochain cours.

Yakovsky, vous avez évoqué le Cantanae, que nous étudierons en partie aujourd'hui, vous doutiez du fait qu'il dépende de l'envie, et bien vous aviez raison, ce sortilège relève plus d'une emprise sur son adversaire que d'une volonté propre, pensez à un sorte de cage pour contenir votre adversaire, il s'agit là d'une pensée propre et non d'une volonté. Autre exemple, le Sagitta, que nous verrons si nous avons le temps en fin d'heure, il requiert plus un contrôle de la forme du sortilège, donc de son exécution, que d'une réelle envie de blesser.

Bonnes interventions de monsieur Yakovsky et de miss Malaria qui font gagné 10 points chacun à leur maison. »


C'est alors qu'il appela Christopher pour la démonstration, celui ci faisant une réflexion sur le fait qu'on le sacque ou pas, c'était le cas de nombreux professeurs, mais pas pour Samuel Maxwell, non, il aimait le caractère désinvolte du lion, et aussi son esprit de liberté voulue, une bonne chose, et un premier pas vers un esprit critique, de même que son franc parler devait lui valoir des retenues en pagaille, se ne serait pas le cas en magie noire de toute évidence.

L'esprit du professeur s'arrêta dans l'esprit du jeune homme, y trouvant ses réflexions intérieures d'étudiant pour le moins étranges, et comme le vieil homme n'appréciait que peu l'impolitesse ou la vulgarité, il allait donner un petit aperçu de ses capacités à la classe, et cela passait forcément par l'exemple, aussi quand l'autre se présenta à lui, il ne manqua pas de rappeler à tout le monde quel était son rôle.

-Présent m'sieur, au taquet m'sieur.

Lui souriant, le vieil homme lui répondit sur un ton jovial et détendu :

«  Allons monsieur Runhart, un peu de politesse vous étoufferait moins que le joint que vous envisagez de prendre avant d'aller vous coucher ... »

La classe se tut, plus un bruit, plus un murmure, cette réplique avait eu l'effet d'une bombe, encore plus efficace qu'un Feudeymon lâché sur un stade lors d'une coupe du monde de Quidditch.
Laissant quelques secondes ce blanc, le professeur le rompit en sortant sa baguette, et en incitant le Gryffondor à faire de même, s'adressant à la classe avec sa voix suave et tranquille.

« Je vais donc illustrer l'importance de l'esprit du sorcier sur les sortilèges qu'il lance. Prêt Monsieur Runhart ? Détendez vous … Ostéoclaste ! »

Le trait percuta l'élève qui ne broncha pas et fut sans doute étonné de ne rien avoir, vérifiant alors qu'il était bel et bien entier.

« Comme vous le voyez, le sortilège a bien été réalisé, seulement c'est dans l'effet que se traduit le manque d'esprit, ici je n'avais pas envie de voir monsieur Runhart désossé, ce qui explique qu'il n'ait rien, en revanche avec un peu de volonté et de maîtrise ... »

Sa phrase laissée en suspend se conclut d'une manière inattendue.

« Ostéoclaste ! »

Un nouveau trait partit et toucha le jeune homme au visage alors que son nez craqua sous l'effet du sortilège sans doute douloureux.

« Vous pouvez le réaliser sans problème … approchez Christopher voulez vous … Ostéoblaste … comme vous le voyez, le contre-sort existe bien évidemment, et il s'agit du processus inverse, rien de bien compliqué en somme.

Bien, merci à vous mon garçon, vous pouvez retourner intact à votre place et vous faites gagné cinq points à Gryffondor pour votre courage. »


Une fois l'élève à sa place, le professeur enchaîna sur la partie pratique, il s'agissait donc de réaliser divers sortilèges assez simples, et le professeur attachait une grande importance au fait que ses élèves pratiques la magie noire, c'était le meilleur moyen de la cerner de toute évidence.
Une fois que tout le monde eut fini de prendre des notes, Maxwell fit léviter les tables pour les ranger sur les cotés, et lorsqu'il leva sa baguette devant l'assemblée, apparurent de grands pics sombres sur lesquels étaient attachées des moldus, les chaînes solides et cloutées, maintenaient fermement les cobayes, et les élèves furent assez surpris de ce fait.

« Sortez vos baguettes, nous passons à une séance de travaux pratique, positionnez vous devant vos moldus, dépêchons, les consignes seront les mêmes pour tous les cours, interdiction de libérer votre moldu ou celui d'un de vos camarade, interdiction de les tuer également, n'usez pas de sortilèges sur vos camarades sans quoi vous finirez en retenue avec moi même, et je suis sûr que votre camarade se fera un plaisir de se venger sous mes yeux. Ces recommandations faites, voici les différents sorts que vous allez étudier, dans un premier temps, celui, regardez bien ... »

Le vieil homme se plaça vers son moldu et pointa sa baguette sur lui.

« Comme ceci, vous balancez votre baguette sur la gauche d'un mouvement délicat du poignet, et la ramenez vers le centre en formulant le sort suivant : Scaevola ! »

Le sortilège fusa, et percuta le moldu, qui rendu muet par un sortilège, ne put que se débattre et gigoter dans tous les sens.

« Ce sort est appelé le Maléfice du Gaucher, si vous n'en voyez pas les effets tout de suite, c'est que la cible est attachée, ce sortilège spécifique, à pour but de désorienter votre adversaire, il ne fonctionne que sur un droitier, et aura pour effet d'intervertir ses mains directrices … un plus indéniable à votre niveau pour ce qui est des duels. Si vous voulez une astuce pour le réaliser, pensez fortement à un changement de main, et fixez la main gauche de votre cible.

Bien évidemment, il y a un contre-sort, mais qui peut être un sort gênant pour les gauchers, il a pour formule Dextros, pour le réaliser, phénomène inverse de l'autre, mouvement de poignet à droite, puis ramené vers le centre, il permettra à un droitier de retrouver sa main directrice, et à un gaucher de se retrouver dans une posture délicate.

Troisième sort que vous devrez réalisez, le Cantanae. C'est un sortilège similaire à l'Incarcerem, seulement vous verrez que l'étreinte est plus efficace … Cantanae ! Voyez, les chaînes cloutées et parsemées de morceaux métalliques coupants, à utiliser avec prudence cependant. Le contre-sort est expedio, mais vous n'êtes pas obligés de le lancer ici.

Et enfin, le dernier sortilège plus complexe, Praem Mordeo, il contracte violemment un muscle de votre cible, vous pouvez l'utiliser sur un bras, une jambe, une épaule … il peut être très douloureux s'il est bien réalisé.

C'est à vous, je passerais dans les rangs pour examiner vos résultats et votre façon de faire. »


Et les élèves commencèrent à lancer leurs sortilèges.


Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 28/07/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 25/07/2011
Parchemins postés : 601



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Théodora Malaria


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Dim 30 Sep - 0:14

Rien?Il ne passait rien...Le vioque ne lui faisait rien...Etonnant et présomption hative qu'elle avait faites, cet homme ne comptait pas la punir, tant mieux elle pourrait dormir à sa guise ce soir, ou il l'attendait au tournant?Allait il la pieger?Il pouvait....Mais elle y réfléchirait plus tard, son cerveau était trop embrumé pour ça..Que ce cours pouvait être long...Pourquoi répétait-il des choses qu'on avait déjà compris et déjà énoncé?Il était sénile, à coup sur...Mais bon, ils avaient bien eu dans l'histoire de l'école un fantôme enseignant, un travelo hors d'usage alors pourquoi pas un papi échappé d'une maison de retraite ?

Puis l’ancêtre appela un gryffondor à venir le rejoindre, pas une connaissance immédiate mais il avait le même age, elle ne l'avait pour ainsi jamais parlé et ce n'était pas plus mal, elle s'en portait plus que bien, et ça ne changera rien quelle ne lui parle jamais, il faudrait un coup du sort ou que Mercurius lui oblige pour qu'elle daigne lui adresser à cet chose, il faisait décidément honte à Poudlard et aux sorciers...

Suite a la réplique du vielard tout le monde se tut, probablement choqué qu'il dise cela avec une tel désinvolture...Quel bande d'hypocrite!Qui ne savait que ce gryffondor était un camé?Vraiment ila fallait être le dernier des imbéciles pour ne pas le savoir, cet homme avait au moins le cran de dire les choses en face, mais non, dire la vérité choquait, elle le savait...Mais ce n'était pas une raison de se voiler la face, il fallait dire les choses telle qu'elles le sont réellement et pas telle qu'on voudrait qu'elle soient.

Suite à sa petite démonstration elle apprit deux chose quand on voulait quelque chose en magie noire, il fallait le vouloir, le désirer, saisir jusqu'au moindre détail l’effet que cela procurera à la cible, jusqu'au plus profond de son être et enfin et seulement la agir sinon cela ne marchait pas...L'autre chose et pas des moindres, elle découvrait enfin le contre-sort de ostéoclaste, et ça elle était fort surprise qu'il existe, elle n'avait jamais conçu à l'idée qu'on puisse soigner ça par un sort, le rouge n'aillant jamais utilisé devant elle, une bonne chose donc.

Viens le moment redouté des travaux pratiques, elle allait être exécrable dans son état, raté sa cible alors qu'elle se trouvait pas si loin de lui, elle en était certaine elle ferait un échec retentissant, pas qu'elle ne soit pas habitué, non elle avait même décrété que c'était un fait établit qu'elle était un échec ambulant mais...Elle voulait vaincre...Et c'est pas en échouant pendant un cours qu'elle y arrivera, elle devait se réveiller, elle devait le faire elle dormirait plus tard, maintenant, elle devait latter de la vermine.

C'était une femme, si on pouvait encore appelé ça une femme, elle était mortellement maigre, toutes sa féminité avait disparue, plus rien, un corps décharné affreux, immonde à regarder, elle ne portait comme habit que le strict minimum et le reste était à la vue de tous, on pouvait voir, voir l’étendue de l'atrocité, c'était un squelette, une femme qui ne vivait plus que par l'intervention divine d'un dieu sadique, elle était morte dans son âme, son seul souhait était de mourir en paix loin de cet endroit, loin de son tortionnaire pourtant....Même si Théodora pouvait l'aider, elle ne fera pas, elle n'aidera personne à mourir et puis surtout....C'était une putain de moldue, une immondice, une raclure leur vie doivent être leur fardeau la mort étant une trop belle délivrance, alors elle devait vivre, cette chose devait vivre et souffrir éternellement, et souffrir encore et encore et la bleue se fera une joie d'être l'un de ses bourreaux....

Venant au premier sort, qui prime abord ne lui semblait pas des plus transcendant, surtout qui a ses yeux il avait un défaut majeur, on ne pouvait pas toujours savoir, si l’adversaire était gaucher ou droitier pire ces deux sort étaient totalement inopérant sur un ambidextre, le risque était trop grand pour tenter le diable et de lancer, mais un bon expelliarmus...C'était beaucoup plus efficace et sur

Ce fut donc sans grande conviction qu'elle lança les deux sorts, les deux touchèrent leurs cibles sans problème et bien sur, elle ne vit aucune différence, car c'était attaché mais elle savait pourtant que cela n'avait pas réussi, elle n'y était pas, elle n'y croyait pas, ça servait à rien elle se décida donc de passer au suivant, le cantanae variante de son sort fétiche comme l'avait si bien dit le professeur malgré son intérêt évident, qu'elle ne saurait dénigré, l'inacarcerem avait le mérite d'être plus maniable pour d'autres « taches ».
« Cantanae ! »
Cela fit mouche, les ronces ténébreuse enserrait leur victime qui mystérieusement ne se débattait pas, s'était donc lancé de la douleur qui était pour elle quotidienne?Sûrement, a vrai dire c'était dommage, il fallait qu'elle la ressente, oui il le fallait, c'était son dût, elle resserra encore plus l’étreinte, toujours plus et à un point que sa victime cria de douleur et surtout elle pleurait, satisfaite, elle cessa le supplice avec l'aide du contre sort, et les chaînes tombèrent d'elle même au sol puis retournèrent au néant comme si elle n'avait jamais existé et on pourrait le croire si la moldue n'était pas en sang.

Le virus eu soudain une illumination, sa curiosité était attisé et pour la tarir elle devait absolument demader à Maxwell, le pourquoi du comment, la jeune fille était parfaitement reveillé à présent, tout se passait pour le mieux, cela faisait du bien.
« Monsieur...Je me demandais, pour interrompre le sort cantanae, pourquoi ne pas user simplement d'un sort de découpe?Il en existe de très puissant suffisant pour découper les chaînes je pense, l'effet serait donc finalement le même que expedio, enfin si on occulte que les ronces sont toujours la, la cible est quand même libre. »
Ayant eu sa réponse elle retourna à ses manipulations, ce sort il fallait dire promettait, elle avait hâte d’essayait, hâte de voir cela à l’œuvre, cela serait le point final de la petite torture de la chose, elle visa avec attention l'endroit ou la peau était la plus déchiqueté par le sort précédant, dans le but précis de remuer le couteau dans la plaie, mais littéralement pas au sens figuré, elle murmura alors à mi voix la formule du maléfice :
« Praem Mordeo....Bien, voila qui est fait...»
Et l'aigle souriait.


Dernière édition par Théodora Malaria le Dim 30 Sep - 4:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5396



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Dim 30 Sep - 0:14

Le membre 'Théodora Malaria' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'COURS élève connaiss' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'COURS élève connaiss' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'COURS élève connaiss' :

#3 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Mer 3 Oct - 19:58

H aimait la magie noire, seule forme de magie qu'il pratiquait avec une aisance démesurée, c'était tout naturel pour lui, une évidence parmi l'évidence, comme si sans elle, la magie ne valait pas le coup d'être pratiquée, et cela, il ne l'avait découvert qu'il y avait un an déjà, l'année de son retour à Poudlard.
Désormais, le Gryffondor s'imposait comme un des élèves les plus dangereux de l'école, celui qui maîtrisait les sortilèges que Brom avait tenté d'enseigner aux plus doués, lui, le cancre de base, élève peu futé et fouteur de merde, avait réussi à acquérir l'entière maîtrise de ceux ci, l'ostéoclaste, le cantanae, toute cette catégorie de sorts rentrait dans son répertoire, qui, si maigre soit il, avait le mérite d'en faire trembler plus d'un.

On racontait dans les couloirs que le professeur Maxwell était bel et bien un expert en magie noire, qu'il avait longtemps côtoyé Léon Brom ainsi que les plus grands, un Serdaigle avec la langue bien pendue avait assuré à qui l'écoutait que le professeur de magie noire était capable de lancer trois sorts de mort en même temps et sur trois cibles différentes. Une Serpentard avait elle affirmé qu'il avait été interné à Sainte-Mangouste pour des crimes et des actes qu'il valait mieux taire, quand un surveillant lui disait qu'il y avait des choses répugnantes dans son bureau, et qu'il était probable qu'il soit à l'origine de la disparition de certains élèves, soit disant qu'il les mangeait pour rester jeune … enfin bref, tout ça pour dire qu'il y avait une sphère de mythes assez intrigants autour de ce vieillard aux allures sympathiques et à la répartie des plus vivaces.
D'ailleurs, H eut un doute quand le professeur fit taire la salle en chambrant Chris sur ses tendances à la fumette illicite, comment pouvait il le savoir ? C'était encore plus étrange si on notait le fait qu'il mentionne le joint du soir, celui que Chris prenait en cachette au dortoir quand il y était … là, le lion se demanda un instant si l'autre n'était pas une sorte de voyant, un oubliator ou encore un légilimens, il y avait tant de possibilités qu'on en oubliait presque le pourquoi du comment à savoir qu'il devait leur enseigner la magie noire.

L'attrapeur des lions se marra lorsqu'il vit Maxwell lancer un ostéoclaste sur son camarade, il avait vraiment des tendances bizarres ce gars, il était pas net, mais c'était bien kiffant, du moins le pensait il, il aurait peut être aimé être à la place de cette loque juste pour le fun, il fallait dire que c'était sympa de monter se faire martyriser devant la classe, et puis, ça permettait aussi de s'attirer les bonnes grâces du prof … de quoi passer d'acceptable à effort exceptionnel par exemple, mais lui ne fonctionnait pas aux notes.
Le prof soigna Chris avant de le renvoyer à sa place, et quand celui ci passa à coté de H, ce dernier lui murmura à voix basse :

« Champion ! »

Avant d'afficher un sourire en coin alors que le cancre retournait dans le fond de la classe, le cours reprenant.
Les tables allèrent se ranger contre le mur alors que des pics avec un moldu venaient de sortir du sol, c'était sympa tout ça, la couleur noir, semblable à un métal incassable, donnait l'impression que tout ceci était une partie d'échec version sorcier, sauf que des moldus étaient attachés dessus, H put même reconnaître que certains étaient attachés par des Cantanae, c'était le cas de sa moldu.
Il ne savait pas si sa petite amie, qui se trouvait la place à coté, avait remarqué, mais son homme avait hérité d'une demoiselle pas trop moche comme cobaye, une moldue, les cheveux bruns, assez longs, un visage fin et gracile qui pouvait s'émerveiller sans trop de problème, les yeux noisettes, elle avait certaines formes assez prononcées, comme sa poitrine qui était comprimée par les chaînes cloutées, ce qui laissait à penser aux vues de celle ci qu'elle devait avoir une vingtaine d'année, elle était d'ailleurs un peu plus petite que lui.
Le russe regarda son cobaye dans les yeux, elle était pas mal, mais son rôle se limitait à celui de victime et non autre chose … il continuait de la regarder avec en bruit de fond la voix du professeur Maxwell qui leur détaillait les sortilèges à exécuter.

« Comme ceci, vous balancez votre baguette sur la gauche d'un mouvement délicat du poignet, et la ramenez vers le centre en formulant le sort suivant : Scaevola ! Blablablablablablabla  il a pour formule Dextros, pour le réaliser, phénomène inverse de l'autre, mouvement de poignet à droite, puis ramené vers le centre … blablablablablablablabla …  sort que vous devrez réalisez, le Cantanae … blablablablablabla … Et enfin, le dernier sortilège plus complexe, Praem Mordeo, il contracte violemment un muscle de votre cible, vous pouvez l'utiliser sur un bras, une jambe, une épaule … il peut être très douloureux s'il est bien réalisé. »

Mercurius bailla sans retenue avant de s'étirer un coup, tout ça l'avait un peu endormi, heureusement qu'il y avait de la pratique, sans quoi il aurait comaté sévère, l'avantage d'être un élève qui en a rien à foutre de ce qu'on lui apprenait, juste que là, il fallait exécuter correctement ces sorts, tant mieux, et puis, H en connaissait déjà un, le cantanae, il avait déjà eu l'habitude de l'utiliser alors bon.

Se reculant, il lança un regard presque complice dans la malice à Malaria, elle allait pouvoir s'entraîner la petite, elle avait de la chance pour une fois que ce n'était pas elle la cible, étrangement, il pensa après ça que sa tâche pour se débarrasser d'elle quand il en aurait plus besoin, serait peut être plus difficile après ce genre de cours, mais bon, il avait confiance en lui, à savoir qu'il savait qu'elle ne pouvait pas lui faire de mal, suffirait d'arriver dans son dos, et de lui lancer un Ostéoclaste, emballé c'était pesé, enfin, c'était pas prévu pour tout de suite, mais il fallait y penser tout de même.

Les sorts commençaient déjà à voler sur les cibles, la moldu le supplia du regard, mais étrangement, elle n'eut droit en réponse qu'un hochement de tête suivit d'un clin d’œil, le Gryffondor brandissant sa baguette sans prendre le soin de se rapprocher, il lui demanda de tenir la chaîne de ses deux mains et de la bouger de la droite, sans quoi ça serait moins douloureux, et elle s'exécuta, pauvre conne qu'elle était, elle n'avait pas vu que ce n'était que pour tester l'efficacité de ces sorts.
La baguette en ébène du lion se redressa alors qu'il formulait :

« Scaevola ! »

Elle continua de bouger la chaîne alors que tout ceci semblait avoir fonctionné, le trait l'avait touché, et elle bougeait la chaîne avec étonnamment moins d'aisance de la main droite, signe que c'était une réussite, elle semblait ne plus rien comprendre et supplier son bourreau pour arrêter tout ça.
Celui ci se remit en position et lança à son tour :

« Dextros ! »

Et tout redevint comme avant, le trait magique résolvant le problème pour l'instant, c'était assez simple, et Malaria avait cependant du mal avec ces deux sorts, pourtant, H n'y voyait rien de compliqué, donc ce n'était pas vraiment son problème.
Venait alors le tour du Cantanae, une simple routine, faisant craquer ses cervicales, il envoya le trait magique avec la formule, alors que les chaînes cloutées et parsemées de morceaux de métal venait se planter en son cobaye, au niveau de son torse et de sa poitrine, déchirant le tissu et la peau pour entailler la chaire et faire saigner alors qu'elle pleurait, mais soumise à un sortilège de mutisme, il ne restait que des larmes muettes de cette douleur partagée et dont le bourreau se délectait à la vue de la torture.
Pour vérifier son résultat, H se rapprocha au plus près de la moldu, elle était vraiment saucissonnée comme ça, il passa la main le long de la chaîne qui commençait à transpirer le sang et la souffrance, alors que la moldu devait sentir chaque parcelle de la magie viciée, frottant et agressant les pores de sa frêle peau de jeune femme. La chaîne supplémentaire semblait plus agressive que la chaîne de Maxwell, il y avait des morceaux de métal et non des piques, c'était le but qui différait, H ne voulait pas que contenir, il voulait également faire mal, et cela se voyait. Aussi, lorsqu'il suivit son œuvre de la main pour sentir les morceaux piquants s'insérer violemment dans la poitrine désormais couverte de sang de la moldu, il la regarda souffrir, les yeux dans les yeux, avant qu'elle ne détourne le regard, en pleurs, c'était triste d'en arriver là, mais le jeune homme prenait un pied monstre à la regarder souffrir, d'autant plus que le tissu et la peau n'avait pas résisté à son attaque, une réussite double.
Il glissa alors un mot à l'oreille de la chanceuse :

« Tu sais quoi ? Le prof nous a dit de tenter le contre-sort pour libérer des chaînes … mais toi … tu as moins de chance que les autres … fallait pas tomber sur moi. »

Et il se recula, sourire aux lèvres, vraiment, elle avait tout faux cette belle gueule, alors il se prépara et formula le dernier sort en écorchant la formule sans le faire exprès :

« Prem Mordeo ! »

Rien ne se passa, alors il hocha la tête et demanda au virus qui avait réussi ce sort …

« Dis, t'as fait comment pour le lancer le dernier ? Moi ça veut pas ... »

Peut être qu'en fait le muscle qu'il voulait contracter n'existait pas, après tout, yen avait bien dans le cœur nan ? Lui, la seule chose qu'il connaissait de l'anatomie humaine, outre les pratiques dans la salle de bain des préfets et capitaine, c'était le sang et les os qui éclataient bien, bizarrement, c'était presque décevant pour lui de ne pas pouvoir buter sa moldu par infarctus, au pire, elle finirait bien par se vider de son sang, à moins qu'elle ne finisse déshydrater avant à cause de ses larmes, les paris étaient ouverts ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5396



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Mer 3 Oct - 19:58

Le membre 'Mercurius H. Yakovsky' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'COURS élève connaiss' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'COURS élève connaiss' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'COURS élève connaiss' :

#3 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2012
Parchemins postés : 680



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Nicci-Rose Benett


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Dim 21 Oct - 0:10

    La magie noire... Quelle horreur! Nicci-Rose en frissonnait d'avance. C'était affreux, horrible, monstrueux! Nicci ne pouvait réussir à concevoir qu'on puisse aimer, et prendre du plaisir à faire du mal... Pourtant, plus le temps passait, plus elle en doutait... Nicci-Rose aurait aimé n'avoir que des cours théoriques pour une fois, quitte à perdre une heure de son temps, autant s'essayer à quelque chose où elle avait une chance de réussir. Quant à vouloir du mal à quelqu'un, elle en était parfaitement incapable. Pourtant, cette matière demeurait obligatoire, elle ne savait pas ce qui pouvait bien se passer si elle n'y allait pas, mais elle n'avait aucune envie de le savoir.

    Ses longs cheveux noirs, à peine démêlés, ni lisse ou soyeux, encore moins soignés, glissèrent devant son épaule quand elle baissa la tête pour regarder ses chaussures. Sa nervosité ne se voyait guère chez la jeune fille. Non pas que ce ne soit pas visible, mais cela semblait être son état permanent. Du moins quand elle allait en cours. Le professeur ne tarda pas à les faire entrer dans son sanctuaire. Nicci-Rose était passé devant lui, baissant les yeux, tentant de se faire toute petite. Elle s'était assise non loin des premiers rang, mais pas tout devant, ne souhaitant pas attirer l'attention. Seule à une table, Nicci-Rose ne prit pas la peine de sortir ses affaires, le professeur leur dirait certainement quoi faire... Le professeur Maxwell semblait plutôt sympathique au premier abord. Son visage n'était pas repoussant et ne transpirait pas la haine mais l'aura qu'il dégageait le rendait très... disons intimidant. Voilà qui n'allait pas pousser Nicci à prendre la parole en cours...

    Nicci-Rose écouta attentivement ce que leur professeur avait à leur dire, et finalement, sortit un parchemin, une plume et de l'encre pour prendre des notes. Elle se connaissait très bien, et savait que si elle comprenait aujourd'hui ce qu'il leur disait, il y avait peu de chance pour qu'elle s'en souvienne de manière aussi clair le cours suivant. Désirer l'effet du sortilège, une affaire de volonté... Nicci-Rose sentait que ce cours allait se passer encore plus mal qu'elle ne l'avait imaginé. C'était vraiment ignoble! Dieu, elle en était presque à prier pour que ce cours ne soit que de la théorie! Jamais de pratique, pitié! Nicci en était dégouté et condamnait le plus mince acte de méchanceté... sans vraiment le faire... Car après tout, il y avait une raison pour cette violence, qui serait-elle pour juger sans les connaitre?

    Nombres d'élèves s'essayèrent à répondre aux questions du professeur. Pas Nicci. Elle n'y connaissait, sincèrement, rien. Et pour être franche, elle aurait aimé ne rien y connaitre du tout à jamais. Les élèves parlaient, tentaient, et Nicci restait silencieuse. Elle parut choqué par la manière de parler d'un de ses camarades, quel manque de respect! Mais sitôt cette remarque lui avait-elle traversé l'esprit qu'elle conçut pour lui une peine immense. Pauvre garçon qui ne connaissait que la vulgarité, Nicci le plaignait sincèrement et espérait pouvoir un jour prochain, le remettre sur le droit chemin. Mais sincèrement, elle doutait de sa réussite. Ce qui ne l'empêchait pourtant pas d'essayer, avec toute la bonne volonté du monde. La jeune fille écouta presque religieusement les réponses d'un gryffondor et d'un serdaigle qui semblait, selon l'appréciation du professeur, être capable de comprendre comment fonctionnait la magie noire. Du moins un minimum. Nicci enviait presque leur intellect et résolut de redoubler d'efforts. Pourtant son moral presque regonflé repartit en chute quand elle comprit que le professeur avait été sérieux en demandant à une élève de jouer les cobayes. Nicci en tremblait d'horreur, n'osant pas y croire. Comment pouvait-il accepter une chose pareille? Il n'allait tout de même pas oser... Nicci-Rose faillit pousser un soupir de soulagement en voyant que le sort lancé par le professeur ne réussit pas... Presque parce que le prof lui fit perdre ses illusions en disant qu'il avait fait exprès. Le bruit des os qui se craque provenant du nez du malheureux gryffondor la fit frissonner et Nicci-Rose détourna les yeux. Horrible, elle en avait des frissons partout. Pourtant, elle avait un mauvais pressentiment quand à la suite du cours. Si cela commençait par un nez cassé, que se passerait-il ensuite? Comment le professeur Maxwell pouvait-il faire d'innocents élèves le cobaye d'expérience douloureuse et clairement sadique? Nicci ne parvenait pas à le comprendre. Elle n'y voyait ni intérêt, ni plaisir et encore moins raison valable.

    La jeune fille resta figé un certain moment avant de finir de prendre des notes alors que son cœur ralentissait la cadence dans sa poitrine... pour peu de temps. Sitôt terminé, le professeur jugea bon de leur faire une séance pratique. Exactement ce que redoutait la jeune Benett. Un cauchemar. Nicci-Rose avait beau se démener, elle ne trouvait aucune explication au comportement de son professeur et c'est d'un œil absolument horrifié qu'elle fixa les personnes qui étaient enchainés douloureusement à leur piquet, détournant les yeux tellement le spectacle lui semblait affreux. Non, décidément, elle ne pouvait pas. Malgré elle, Nicci-Rose entendait le professeur parler. Parler, parler, parler, parler, encore et encore. Ce qu'elle entendait l'intéressait autant que cela l'horrifiait. Les exécutions de sortilèges ne cessait de la faire trembler, elle ne cessait de ressentir la peur et la douleur du moldu. Lui couper la voix ne changerait rien. Nicci-Rose aurait préférer l'entendre hurler plutôt que de subir cette torture sans nom, théâtre d'une violence et d'une cruauté qu'elle ne pouvait cautionner. Les yeux de Nicci transpirait la souffrance, caché derrière ses longs cheveux noirs qui avaient de nouveau glissé devant ses épaules. Les regards qu'elle lançait parfois sur le cobaye de son professeur lorsqu'il leur demandait de regarder lui était insupportable et l'horrifiait un peu plus à chaque fois. Pas obligé de faire un contre-sort? Il était sérieux, là? Si elle osait lancer un tel sortilège, elle utiliserait à coup-sur son contre-sort! C'était une honte de faire mal de cette manière! Nicci savait que c'était des moldus, des gens qui, semblait-il, pourrissait la société des sorciers, qu'il n'avait, paraissait-il, que ce qu'ils méritaient. Mais comme d'habitude, se dire ça n'arrangeait rien du tout. Elle ne croyait pas le moins du monde qu'un être humain, qui qu'il fut, ne méritait un tel sort. Il fallait être sacrément cruel pour oser infliger cela...

    Nicci-Rose regarda quelques uns de ses camarades exécuté leurs sortilèges et fut choqué de voir qu'ils y prenaient du plaisir. L'un d'entre eux s'amusaient même à tourné autour comme s'il s'en délectait. Ecoeurée, dégoutée, Nicci-Rose détourna les yeux. Elle prit soudain conscience qu'elle devait faire même. Le professeur avait été clair, il passerait vers eux pour voir comment ils s'en sortaient. Révulsée, Nicci resta immobile, les yeux fixés sur le bout de ses chaussures. C'était impossible. Elle en était incapable. Elle préférait mille fois subir leur sort, être à leur place, que d'être le bourreau d'une telle souffrance. Son regard se leva vers son professeur mais elle n'osait pas protester ou s'expliquer, ne souhaitant en aucun cas, s'attirer d'ennuis ou des reproches... Prenant son courage à deux mains, Nicci leva les yeux vers le corps squelettique de la pauvre victime. Un instant, elle fut horrifié, croyant reconnaitre le visage de sa mère mais après quelques instants, figée sur place, Nicci-Rose recommença à peine à respirer en se rendant compte de son erreur. Nicci-Rose avait honte. Honte d'être là, immobile à ne rien faire. Honte d'être incapable d'aider cette femme. Honte d'avoir pitié d'elle quand il fallait, de toute évidence, la détester. Honte de devoir faire ce qu'elle allait faire et d'en être incapable en même temps. Elle aurait souhaité être à mille lieux d'ici, peu importe où, quand, comment et pourquoi, du moment qu'elle disparaissait.

    Le regard de la jeune femme ne la suppliait pas. Il était vide. Décharnée, visiblement plus morte que vive, le spectacle retournait l'estomac de la Poufsouffle. Nicci-Rose ne supportait pas cette vision et était pourtant incapable de détourner les yeux. Sans croire ce qu'elle faisait, Nicci leva sa baguette d'une main tremblante mais fut incapable de prononcer un seul mot. Elle avait perdu toute ta voix, toute énergie, toute force. Il lui était incapable de faire souffrir cette femme, elle en était incapable. Son cœur battait sa chamade alors que ses oreilles semblaient amplifiés les marmonnements d'incantation de ses camarades et que la douleur, les cris et les visages des suppliciés s'inscrivaient dans sa tête. Fermant les yeux pour s'éviter un tel spectacle, Nicci se rendit compte que c'était encore pire les yeux fermés. Elles les rouvrit. Il fallait qu'elle sorte. Immédiatement. Qu'elle prenne les jambes à son coup et s'enfuit, très loin d'ici. Pourtant, ces membres restaient figés, incapable d’émettre le moindre son elle semblait également incapable de bouger.

    La jeune Poufsouffle savait pourtant qu'il lui faudrait exécuter au moins un sortilège si elle ne voulait pas attirer l'attention. Les deux premiers n'étaient pas si terrible... Nicci se répéta cette phrase plusieurs fois à voix basse, le visage caché sous ses cheveux de jais. Une fois qu'elle eut contrôler ses tremblements, elle tenta de se concentrer sur la main gauche de sa victime. Révulsée, elle ferma les yeux un instant, puis les rouvrit. Mais peu importe, elle ne voyait pas qu'un simple entrainement, elle voyait une main décharnée d'une femme qui n'était plus qu'un fantôme dans son pauvre corps. Nicci ne pouvait s'empêcher de penser aux tortures qu'elle avait du subir pour se retrouver dans cet état. Sa mère s'était-elle retrouvé dans cet état aussi? La poufsouffle s'éclaircit la gorge et tenta de se concentrer pour lancer son sortilège. Sa prise se raffermit sur sa baguette et elle tenta d'exécuter son sortilège autant du mouvement que du poignet... Elle exécuta son mouvement de baguette en prononçant la formule d'une voix qu'il lui semblait lointaine et vide, comme quand elle avait la gorge enroué et qu'elle était malade. S'éclaircir la gorge n'avait pas servit à grand chose... Son sortilège toucha la jeune femme mais il ne lui sembla pas avoir beaucoup d'effet. Nicci-Rose s'empressa d’exécuter le sortilège contraire mais il ne lui sembla pas beaucoup plus efficace. Nerveuse, elle se demanda ce qu'elle devait faire. Poursuivre ou s'arrêter...

    Nicci commençait à avoir chaud, le sort précédent, même s'il avait échoué, l'avait privé de toutes ses forces. Le professeur n'allait certainement pas tardé à voir comment elle se débrouillait. Comment lui faire face? Nicci-Rose n'était pas sûr d'en avoir le courage. Mais était-elle capable de lancer son sortilège pour autant? Se faisant violence pour lever sa baguette de nouveau, Nicci se promit d'exécuter immédiatement après le contre-sort si jamais, par malheur ou un hasard motivé par le Diable en personne, elle réussissait son maléfice. Nicci s'appliqua à parler d'une voix plus assurée mais il fallait croire que le professeur avait raison. Elle était incapable de vouloir du mal à la moldue, incapable de vouloir que ses chaines s'enfoncent dans sa peau. Rien qu'à l'idée, cela la faisait frissonner de dégoût. Pourtant, elle avait tenté sa chance... Mais il ne se passa rien.

    Nicci-Rose était émotionnellement à bout. Elle se détestait, se haïssait, se répugnait d'avoir oser lancer ces sortilèges. Ses actes étaient impardonnable. La jeune fille baissa sa baguette. Elle se refusait de lancer un sortilège de plus qui pouvait faire souffrir. Pour aujourd'hui, c'était terminé. Elle se soumettrait bien évidemment au châtiment que lui réserverait son professeur pour sa désobéissance, mais il lui était impossible d'oser faire du mal de nouveau. Jamais. Elle préférait souffrir mille morts que de la donner. Aucun sorts n'avaient marché... Nicci n'en était pas soulagé pour autant. Pourtant, sa décision de s’arrêter là la calmait. Elle était nerveuse quand à la réaction de son professeur mais rien ne pourrait lui faire regretter d'avoir renoncé à ses violences gratuites. Ce n'était pas elle et ça ne le serait jamais. Les yeux baissés sur le bout de ses chaussures, ses cheveux noirs dévoilant sa nuque, cachant entièrement son visage, Nicci attendit la réprimande ou pire, qui n'allait pas tarder de lui tomber dessus, résigné à subir cela sereinement.


Dernière édition par Nicci-Rose Benett le Dim 21 Oct - 0:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire

Revenir en haut Aller en bas

Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Poudlard
-