POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5396



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Dim 21 Oct - 0:10

Le membre 'Nicci-Rose Benett' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'COURS elève' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'COURS elève' :

#2 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 02/03/1942
Âge du joueur : 75
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2012
Parchemins postés : 60



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Samuel I. Maxwell


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Mar 30 Oct - 0:33

Le professeur regarda sa classe, le niveau était … hétérogène, pour ne pas dire vraiment étagé. On reconnaissait facilement les différents cycles, et même les années à travers les cycles, surtout ici.
Les troisièmes années étaient les plus hésitants, ils avaient peur de la pratique, alors que les cinquièmes années eux, étaient plus sûrs d'eux, on voyait déjà qu'ils commençaient à s'habituer à ce genre de pratiques.
Maxwell allait se montrer clément avec les enfants pour la première séance, par contre, pour les suivantes, il leur demanderait de l'aplomb, le programme ne les attendrait pas, ils devraient donc avancer, et progresser, sans quoi, les traînards se trouveraient larguer au bout de deux ou trois cours, la magie noire était pour le professeur, une affaire de rigueur.

D'ailleurs, il y avait différentes écoles, chacune prônant un penchant différent de la réalisation de l'acte de magie noire, cela faisait débat parmi les mages noirs depuis longtemps, et cela n'avait pas fini de faire parler, et encore moins de faire couler de l'encre.
Maxwell avait en tête une discussion virulente entre Brom et Hopkins, le premier soutenant que tout n'était qu'affaire de dosage, le second une affaire de rigueur et de ligne de conduite, on avait d'ailleurs cru que cette discussion allait finir en duel, et l'assemblée n'aurait pu contenir les deux hommes, réputés pour être d'excellents duellistes, bien que l'un fut plus âgé … Hopkins n'était plus tout jeune et avait pourtant cette fâcheuse à tendance à se considérer comme jeune.
Samuel était de l'école de son mentor, même s'il était ouvert d'esprit, il avait en lui cet héritage de son maître, et ne pouvait s'en défaire, bien que contrairement à ce dernier, il tolérait plus facilement les points de vue, ce qui le rendait probablement plus pédagogue, plus apte à enseigner.

Tiré de ses pensées, il passa dans les différents rangs pour s'occuper de ses élèves, mieux valait les surveiller, et on pouvait dire qu'il était particulièrement attentif aux troisièmes années, ceux ci n'ayant pas d'expérience dans le domaine, ils étaient les plus vulnérables.
C'est pourquoi avant même qu'un jeune Serpentard lance un sort, le professeur le désarma sans un mot, la baguette volant plus loin alors que le mentor s'approchait pour lui demander plus de concentration et de s'appliquer sur les gestes.

Vint alors le moment où il dut s'occuper des autres, le vieil homme s'approcha d'une table un peu particulière, une Serdaigle et un Gryffondor, les deux qui avaient répondu au cours, et à en juger par les regards que la bleue lançait à l'autre, elle devait être dingue de lui, c'est ce que pensa le professeur, mais ce qui l'étonna, ce fut le comportement du dit Gryffondor, qui ne semblait pas s'intéresser à elle bien qu'il devina par lecture de pensées qu'ils étaient ensemble.

Avançant vers la gamine, il la regarda exécuter maladroitement les deux premiers sorts, cela manquait clairement de rigueur, mais l'intention y était d'où le résultat très mitigé. Cependant, il maîtrisait parfaitement les trois qui suivirent, on en devina qu'elle était plus habile avec le physique que l'esprit, une chose courante bien qu'étrange pour une Serdaigle.
Comme une élève intelligente et avec une certaine aise, elle demanda à l'enseignant :

« Monsieur...Je me demandais, pour interrompre le sort cantanae, pourquoi ne pas user simplement d'un sort de découpe?Il en existe de très puissant suffisant pour découper les chaînes je pense, l'effet serait donc finalement le même que expedio, enfin si on occulte que les ronces sont toujours la, la cible est quand même libre. »

La gratifiant d'un petit sourire, le professeur lui répondit calmement :

« Oh vous savez miss Malaria, il y a de multiples moyens de se débarrasser d'un cantane voyez vous, comme vous le mentionnez, une découpe, vous pouvez attaquer aussi physiquement les chaînes, voir utiliser un Lashlabask, mais l'Expedio est un contre-sort spécifique, je ne l'ai mentionné qu'à titre indicatif. Cependant, il n'en reste pas moins tout aussi efficace et utile. »

Regardant le cobaye de la demoiselle, il donna son verdict.

« C'est du bon travail miss Malaria, peut être vous faudrait il un peu plus de travail ou de concentration pour les deux premiers maléfices. »

Alors il passa au Gryffondor, monsieur Yakovsky, celui qui s'était donné une note des plus drôles lors de son auto-évaluation, et ce dernier avait intérêt à sortir une bonne performance, sans quoi il aurait droit à des réponses cinglantes du professeur de magie noire.
Regardant le jeune homme faire, Maxwell comprit relativement vite pourquoi cet élève avait attiré l'attention des mangemorts, il avait la magie noire en lui, cela se voyait son style même brouillon était efficace, il avait la force facile dans cette discipline, et la façon qu'il avait de lancer avec indifférence les sortilèges, le rendait encore plus prometteur.
Mais il n'était pas question de lui dire, ou de lui faire des cadeaux, alors le professeur, Maxwell se garda bien de lui donner l'occasion de choper la grosse tête, il fallait juste l'encourager, mais pas le pousser.

« Alors que nous a fait monsieur Yakovsky … hum … intéressant. Rien à redire ... »

Le professeur commença à partir quand il entendit le lion.

« Dis, t'as fait comment pour le lancer le dernier ? Moi ça veut pas ... »

Se retournant pour le regarder dans les yeux, il répondit à la place de la Serdaigle :

« En se concentrant un peu plus que vous Mercurius, et en ne cherchant pas à désarticuler complètement sa victime. »

Et il repartit.
Continuant son tour, le vieil homme tomba sur un Christopher Runhart des plus maladroits, et absolument pas 'au taquet', comme il l'avait annoncé pour la démonstration, réussissant un beau zéro pointé par ailleurs.
Vint alors le tour d'une petite Poufsouffle, très discrète, et qui avait une sainte horreur de ce qu'elle devait faire, pas besoin d'être légilimens pour le voir, elle n'était pas très à l'aise, et n'arrivait pas à finaliser un acte, c'était assez malheureux à voir.
Arrivant derrière elle, toute gênée, le professeur Maxwell posa une main presque paternelle sur son épaule avant de lui dire :

« Allons mon enfant, qu'y a t'il ? »

Trop intimidée pour parler peut être, le professeur dut faire la conversation seule, il avait l'habitude de faire les questions et les réponses, triste expérience d'un personnage ambiguë qui, en tant que légilimens, avait passé vingt ans interné à Sainte-Mangouste, avec pour seul compagnie son esprit, et celui de tous les timbrés et infirmières qu'il pouvait aller visiter.

« N'ayez pas peur de votre résultat miss Benett, vous êtes capable de faire bien plus que ça, vous le savez pourtant … un peu de confiance en vous, ne soyez pas nerveuse, ne vous sentez pas coupable de faire ce que vous faites, dites vous que tout ceci est mon fait, si vous ne pouvez vous résoudre à assumer vos talents de sorcière. »

Il se tut quelques secondes avant de répondre.

« La magie noire, ce n'est pas qu'une affaire de souffrance miss Benett, comprenez le bien … c'est l'utilité qu'en fait le sorcier, qui détermine si un acte est bon … ou non. Il ne tient qu'à vous de voir ce que vous voulez faire de votre magie, et de vos actes. »

Lui donnant une dernière tape sur l'épaule, il ajouta avant de partir.

« Courage miss Benett … courage ... »

Une fois son tour de table terminé, le professeur revint au tableau et s'adressa à la classe entière, donnant les prochaines consignes pour le cours.

« Bien, je constate que tout le monde s'est prêté au jeu de l'exercice, avec plus ou moins de réussite, sachez qu'aucun d'entre vous n'aura donc la subtile et délicieuse mention 'Troll', oui, vous pouvez vous réjouir monsieur Runhart, vous sauverez l'honneur.

Je vous présente vos prochains sorts à exécuter, le premier, est une variante du sortilège de furoncle, je vous demanderais de réussir les deux, pour saisir la comparaison, les furoncles se synthétisent avec la formule Furunculus alors que le sortilège que je vous propose, à pour formule : Alvios ! »


Réalisant les deux sorts, le professeur leur expliqua la différence :

« Le sortilège de furoncles est assez spécifique comme vous pouvez le voir sur ce moldu, en revanche le sortilège Alvios, à pour effet d'endommager la peau de la victime. On reconnaît une victime de ce sortilège à cause de l'aspect fripé, grisâtre et friable de la peau, naturellement, cela provoque quelques démangeaisons. Dans le cas d'un sort mal exécuté, la victime se verra juste couverte de cloques à l'endroit de l'impact du sortilège.
Compris ?

Le second est une manipulation magique qui vous sera bien utile, en particulier si vous êtes amenés à travailler sur le terrain dans votre futur travail, ou lorsque vous découvrez un objet ensorcelé, ou pour détecter la présence d'un enchantement de magie noire … il est semblable au révélasort de Scarpin, mais spécifique à la magie noire. Pointez votre baguette en direction du probable enchantement, et formulez distinctement en articulant bien : Cantatrix Hex.
En cas de réussite, l'enchantement vous apparaîtra clair, vous détecterez sa présence et sa nature, mais il est peu probable que vous puissiez en deviner les effets, cela viendra avec l'expérience, en cas de semi réussite, vous serez envahis d'un sentiment de doute, vous ne serez pas très sûrs de votre de votre résultat. Naturellement, en cas d'échec, le tout vous restera aussi flou qu'il ne l'est déjà.

Dernier sort que je vous demanderais de réaliser, il ne concerne QUE les quatrièmes et cinquièmes cycles, et pour se faire je vous demanderais de vous mettre par deux, pour plus de sécurité, il s'agit du sortilège Timoris, dit de la sortilège d'illusion phobique. Pour le réaliser, vous devez penser à quelque chose d'effrayant, prononcez la formule, et cette vision se matérialisera sous forme d'illusion dans l'esprit de votre victime si le sort est réussi, ou dans le votre s'il est échoué. Je vous demande de vous mettre par deux car pour délivrer la victime du sortilège, il faut utiliser le sortilège du patronus, assurez vous bien que votre binôme soit capable de le réaliser …

Allez y, j'interviendrais en cas de problèmes. »


Et il ne souhaitait pas en avoir, mais connaissant les lascars, c'était mal barré.


Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2012
Parchemins postés : 680



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Nicci-Rose Benett


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Mar 30 Oct - 13:21

    Nicci-Rose ne restait à la fois soulagé et stupéfaite. Le professeur s'était rapidement manifesté dans son dos, sa main sur son épaule était certainement censé la réconforter. L'homme ne s'était montré ni sévère, ni rude ou brutal mais avait fait preuve de compréhension et avait tenté de lui remonter le moral. La poufsouffle en restait baba. Surtout que si Nicci-Rose avait du mal à intégrer son discours sur la confiance en elle et sur sa non-culpabilité dont elle doutait réellement, elle était d'accord avec le fait que la magie ni bonne ni mauvaise. Mais son acte de lui faire mal n'était-il pas mauvais? Non, si on écoutait le professeur de magie noire. Mais Nicci avait beau chercher, elle ne voyait pas le bon côté là-dedans... Néanmoins sa compréhension et son soutien rassérénèrent la jeune Poufsouffle, soulagée et étonnée de passer à travers la sanction, mais revigorée quand même... quand elle ne regardait pas les moldus qui lui faisait face.

    Mais le professeur Maxwell leur fit grâce en coupant court aux exercices et même, leur annonça que personne n'avait ni la note minimum. Pour Nicci qui s'était carrément loupé partout, et qui frissonnait encore d'horreur, c'était une très bonne nouvelle. En plus d'être compréhensif, était-il charitable, cet homme? La poufsouffle en était étonnée mais non moins ravie. Comme quoi, il ne fallait pas se fier aux apparences. Le professeur était intimidant, mais visiblement pas méchant. Enfin, elle était certaine qu'il était capable de serrer les vis si cela était nécessaire, mais il fallait croire qu'il préférait sans doute faire preuve de pédagogie plutôt que de brutalité...

    Mais le cours n'était pourtant pas terminé puisqu'il leur annonça qu'ils avaient d'autres exercices à pratiquer. Ceux-ci semblaient cependant moins cruels puisqu'il s'agissait pour le premier qu'une variante du sortilège de furoncles. Bien que appréciable à utiliser, Nicci-Rose le préférait nettement à un sort qui aurait pu, de nouveau, vraiment faire souffrir. La variante en question était tout de même assez peu recommandable et pour la énième fois, Nicci se demanda sincèrement comment l'on pouvait trouver une quelconque utilité à ces maléfices. Qui donc pourrait avoir la fantaisie de rendre la peau d'une personne digne d'un personnage âgé d'au moins 120 ans? Aucune idée... Elle espérait néanmoins que ce ne fut pas trop douloureux... et temporaire car les démangeaisons sur une peau friable... Bouh! Nicci en avait des frissons!

    Le second était déjà nettement plus inoffensif, à son grand soulagement. Si ce n'était que la détection, elle y mettrait toute sa détermination. Si un sortilège collait au programme de magie noire et à ses profondes convictions, autant en profiter pour remonter sa note, certainement catastrophique... A voix basse, la poufsouffle marmonna la formule deux ou trois fois pour se l'inscrire dans le crâne. Mais déjà, le professeur Maxwell passait à l'exécution d'un autre sortilège. Faire peur. Dieu, mais pourquoi devait-elle répandre la peur, à présent? d'autant plus qu'elle allait devoir faire équipe avec un de ses camarades. Elle, si minable, allait devoir porter atteinte à la dignité d'un élève non seulement bien plus douée qu'elle mais qui avait une supériorité incontestable sur sa personne en tant qu'être humain et sorcier. Vraiment, était-elle obligé d'effectuer un tel affront? Oserait-elle se permettre un tel geste? Les paroles du professeur résonnèrent dans sa tête. Le sortilège du patronus. Okay, ça, elle connaissait. Jamais pratiqué encore, mais elle l'avait étudié. Bah oui, quand on veut garder un niveau convenable pour être à la hauteur des attentes des professeurs quand on avait autant de difficultés qu'elle, fallait bien prendre un peu d'avance!

    Bon... pour ce qui était de son binôme... Nicci-Rose regarda autour d'elle avant de se souvenir qu'elle se devait d'abord d'exécuter ces maléfices "seule" avant d'exécuter le dernier sortilège. D'un pas lourd, limite à reculons, Nicci-Rose se remit devant la moldue qui lui servait de cobaye. Comment pouvait-elle lui infliger plus de douleurs qu'elle n'en avait déjà subit? La moldue était un être humain! Nicci valait-elle vraiment plus que cette femme? Elle en doutait. Vraiment. Qu'avait-elle pour mériter d'être ici, là et maintenant à servir de cobaye pour une bande d'élèves qui avaient été éduqués dans la violence et la haine -suffisamment pour obéir sans se poser de questions? Nicci-Rose doutait qu'il put y avoir un seul acte au monde qui puisse mériter une tel sentence. Une vague d'indignation l'envahit et elle se sentait prête à ne pas obéir, cette fois-ci.

    Mais la présence de ses camarades lançant leurs sortilèges et celle de son professeur dont elle se souvenait l'indulgence qu'il avait été capable de faire de preuve envers elle la rendit soudain moins sûre d'elle. Pouvait-elle vraiment se révolter alors qu'il s'était montré charitable en faisant montre de compréhension? Il lui avait laissé une chance, devait-elle vraiment la gâcher? Cela décevrait la prof sans aucun doute et il se montrerait certainement moins gentil... Résignée, la poufsouffle se décida d'un essai, histoire de dire qu'elle faisait des efforts. Levant sa baguette, tentant de faire abstraction de l'horreur que lui inspirait et le sort de la moldue, et son acte, elle prononça la formule. Le sortilège frappa la jeune femme mais sa peau ne fit que se couvrir de furoncles à l'endroit de l'impact. Il y avait déjà un mieux : son sortilège avait-il eu au moins un effet. Sa répulsion à faire souffrir avait certainement fait raté l'enchantement, mais peu importait. En fait, Nicci en était presque satisfaite. Les furoncles ne seraient pas trop difficiles à supporter en comparaison à ce que subissaient d'autres cobayes. Sûr, Nicci aurait préféré clairement se louper dans ce cas-là, autant ne pas faire les choses à moitié, mais ça se révélait être un bon compromis entre l'effort fournis et ses propres principes.

    Plus sûre d'elle, Nicci-Rose enchaina avec le sortilège de détection de magie noire. Avec ce sortilège, elle renoua avec le feeling naturel qu'elle avait avec la pratique de la magie. Ce n'était pas douloureux, ni compliqué, et comme d'habitude, une fois qu'elle avait comprit comment cela fonctionnait, elle n'eut aucun mal à lancer le maléfice. Son enchantement -pas son sort mais son état d'esprit- s'évanouit cependant rapidement en se rendant compte qu'à présent, elle allait devoir faire équipe avec un élève pour... Encore pour faire du mal. Déjà que cette perspective était peu réjouissante, mais il allait déjà falloir qu'elle ait le cran d'aller voir un élève pour lui demander de faire équipe avec elle. La poufsouffle regarda autour d'elle et nota avec étonnement que peu d'élèves avaient déjà terminés les exercices. Son regard tomba sur l'un des deux perturbateurs habituel des cours. Pour une fois, il n'y avait pas de cafouillage, très étonnant, mais bon, elle commençait à connaitre leur tête à la fin. Ce dernier avait donc terminés ces exercices et Nicci hésita un instant, mal à l'aise avant de prendre son courage à deux mains pour aller le voir. Elle prit soin de s'éclaircir la gorge pour éviter d'avoir une voix de souris avant de lui demander, un peu gênée :

    "Heu... Tu veux bien finir l'exercice avec moi?"

    Cette fois-ci, pas de maladresse du genre "tu veux te mettre avec moi", du genre ambigüe qui l'avait fait rougir elle-ne-savait-combien de fois quand elle s'adressait aux garçons. Cette fois, elle avait réfléchit avant de l'ouvrir, Nicci-Rose s'en serait presque féliciter. Peu à l'aise, autant vis-à-vis de son binôme que pour l'acte qu'elle allait devoir accomplir, Nicci-Rose décida pourtant de commencer. Voyons... qu'est-ce qui lui faisait peur? L'image d'une araignée géante germa dans son esprit. Il était vrai qu'elle avait une sainte horreur de ces bestioles, ce qui rendait les cours de potions parfois vraiment difficile. Ces horribles pattes, longues et filiformes... pouah! Nicci-Rose en avait des frissons rien que d'y penser. Elle leva sa baguette pour tenter le sortilège. Mais entre ressentir cette horreur et l'idée de l'imposer à quelqu'un, ce gryffondor-ci qui puis est, il y avait un pas. Un pas immense. Suffisamment pour qu'elle se loupe. Elle s'en rendit compte avant même d'avoir terminé la prononciation de l'incantation. Elle abaissa la baguette en secouant la tête.

    "De toute manière, je n'y arriverais pas... Vas-y..."

    Tant pis pour le sortilège du patronus. Inutile de l'exécuter si elle se loupait, n'est-ce pas?


Dernière édition par Nicci-Rose Benett le Mar 30 Oct - 13:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5396



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Mar 30 Oct - 13:21

Le membre 'Nicci-Rose Benett' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'COURS élève connaiss' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'COURS élève connaiss' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'COURS élève connaiss' :

#3 Résultat :


--------------------------------

#4 'COURS élève connaiss' :

#4 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Mar 30 Oct - 13:55

Le cours de magie noire était un des plus intéressants de Poudlard, un des rares pour lesquels H se levait sans grogner ou râler, c'était le cours pour lequel il se réservait l'attention d'une journée, peut être même d'une semaine, répartie entre ces cours là, et ceux de nuisibles.
Le prof avait ce petit truc d’intrigant, d'étrange, qui attirait l'attention et qui faisait réfléchir, au fond, H ne comprenait pas vraiment comment cela fonctionnait, mais force était de constater que ça marchait.

Et puis, outre l'aspect pédagogique, les sorts étaient utiles, ou drôles.
Rien que ce sort pour changer les mains directrices, le trip que le lion se taperait dans le dortoir des Gryffondors de cinquième années, genre quand Chris se raserait le maigre duvet, tac, un sort de changement de main, et ça lui ferait une bonne balafre bien drôle, une saloperie d'interne du dortoir évidemment.
Et pis, ce sort pour contracter les muscles avaient l'air bien sympa …

« En se concentrant un peu plus que vous Mercurius, et en ne cherchant pas à désarticuler complètement sa victime. »

Comment il avait su ?!
Devin le type ! H en restait baba. Comment ce gars pouvait il deviner ce qu'il pensait ? Un truc de ouf.
Le lion regarda sa petite amie, mine déconfite, vraiment, il ne comprenait pas comment il avait fait.
Ce prof était plus intrigant que prévu, et il semblait, un peu comme Brom d'ailleurs, relativement insaisissable. Il y avait un truc, et quand bien même H l'eut connu, il savait pertinemment qu'il n'avait pas le niveau pour le reproduire, alors, il se contenterait, de connaître, ou bien d'ignorer.
Après tout, la magie n'avait d'intérêt que si elle pouvait être utilisée à son niveau.

Se retournant pour voir où en était le prof, il le vit en train de 'materner' une petite Pouffy, la miss bizarre comme il l'appelait. Elle était tout le temps seule, et le lion n'avait pas souvenir de lui avoir déjà refait la face, il se souvenait toujours, ne serait ce que grossièrement, de ses victimes, et elle ne semblait pas en faire partie. Question de temps ? Peut être, H n'était pas du genre à faire de cadeaux, surtout pas s'il foirait son cours à cause d'elle.
Intolérant au plus haut point, si jamais, elle venait à faire un faux pas, on retrouverait son corps pendu dans les escaliers, complètement dénudé et bardé de lardasses plus profondes et violentes les unes que les autres, elle porterait là l'ultime avertissement : Il n'y avait pas de place pour les faibles ici.

Vint le moment, où le professeur Maxwell retourna au tableau pour annoncer la suite, et peut être fin de son cours.
La surprise fut bonne, personne n'aurait un Troll, c'était moche, et H eut un sourire mauvais en direction d'un groupe de Pouffy de troisième années, dommage pour eux, ils l'avaient mérité.
Ce fut donc le moment de découvrir la suite du cours, à savoir une nouvelle salve de sortilèges.
Le premier fut une variante du maléfice de furoncles, coup de bol, le Gryffondor le maîtrisait, pour l'avoir vu grossièrement avec Bellatrix, du temps où elle avait un peu enseigné.
Ensuite, une détection de maléfice de magie noire … pas très utile en combat, du moins, c'est ce qu'il pensait.
Et le dernier … ah le dernier sort, le Timoris, il le connaissait bien. Évidemment, il l'avait déjà lancé à plusieurs reprises, et bizarrement, il l'avait aussi subi, il connaissait le coté victime de la chose, et en même temps ce que cela faisait de le lancer.
Du déjà vu pour ce dernier sort.

Haussant les épaules, il regarda le prof passer dans les rangs, alors il ne perdit pas de temps.
Sa baguette d'aubépine vint à pointer la moldu, et il formula avec détachement :

« Alvios ! »

La peau de la moldu prit un aspect gris étrange, et commença à partir petit à petit alors qu'elle se débattait. En comparaison, il jeta vite fait un maléfice des furoncles, et découvrit que la différence était nette, l'un était efficace, l'autre servait simplement à faire moche … super trouvaille.

Venait alors le suivant, le sortilège de détection de magie noire.

« Cantatrix Hex ! »

Réussite, H put dire que la cible avait été victime d'un certain nombre de sorts pas forcément tous très sympathique, et put même donner quelques noms, ceux qu'il avait lancé, mais également certains qu'il ne connaissait pas, probablement l’œuvre du professeur avant le cours, des soins, des entraves, et très récemment, des blessures … il pouvait même en donner l'ordre, une belle jambe tiens !
Puis ce fut le temps de faire la manipulation à deux … cherchant Malaria du regard, il vit qu'elle était encore en train de s'agacer après son moldu, problème de sortilèges sans doute.

Alors quoi faire ? Bah attendre.
Après quelques minutes, l'attrapeur des rouges entendit une voix frêle derrière lui.

"Heu... Tu veux bien finir l'exercice avec moi?"

Se retournant, il la toisa une seconde, avant au final de hausser les épaules, et de lui répondre avec un air de rien à foutre complet :

« S'tu veux ... »

Elle le fixa un instant et semblait décider à lancer le sort sur lui ?! Débile la nana ? Si elle osait, le lion allait la dépecer vivante ! Foutue débile.
Mais heureusement, elle se ravisa avant de lui dire :

"De toute manière, je n'y arriverais pas... Vas-y..."

Il soupira très fortement avant de lui demander :

« C'quoi ton nom à toi miss Pouffy ? »

Belette !
Ouais, ça serait son surnom, belette !
Attrapant le mustélidé par le bras, il la tira vers sa moldu à lui, avant de lui expliquer vite fait le sort.

« Tu vois Belette, je pense que t'as rien pané à ce qu'à dit le prof … en gros, le sort, ça fait une illusion, mais c'est sur le moldu que faut le lancer. T'l'as jamais fait ou quoi ?! »

Il n'attendit pas une réponse de toute manière.

« Par contre si tu te foires, c'est toi qui te bouffe ton sort … sympa le concept hein ? »

Hochant la tête, il regarda autour de lui, ils étaient vraiment en avance sur le reste.

« Bon t'as pas à t'en faire, je le maîtrise ce sort, t'auras pas de patronus à faire ... »

Pointant sa baguette avec un air mauvais sur sa victime sans magie, formulant avec mépris et dédain :

« Timoris ... »

Le trait fusa pour percuter la cible.
Instantanément, sa tête bascula en avant, les yeux dans le vide, un filet de bave coulant de sa bouche, le lion fit craquer nuque avant de bailler, vraiment trop facile.
Le timoris était simple, comparé à l'Amet que Crow lui avait appris, alors bon … et sans prévenir, la moldu se mit à bouger dans tous les sens, les chaînes métalliques faisant un bruit des plus atroces, ce qui attira l'attention de tous les élèves aux alentours.
La victime avait les yeux dans le vide, et gigotait comme si elle avait le diable aux trousses.

S'étirant, il était bien content de son illusion.
Ce qu'il avait voulu lui faire voir ? Oh … sa version de l'enfer.
Elle était en train de se faire torturer d'horribles manières, sans qu'elle ne puisse rien faire d'autre que ce débattre comme elle le faisait en vrai, actuellement, il en était au dépeçage de la demoiselle.

Mercurius regarda alors la belette avant de lui dire :

« T'vois, c'est facile … »

Comparé à l'Amet … en fait, le Timoris avait ça de drôle qu'on choisissait quoi lui faire voir, alors que l'Amet, c'était plus cru, plus gras, mais foutrement plus efficace.

Sympathique ce cours tiens !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5396



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Mar 30 Oct - 13:55

Le membre 'Mercurius H. Yakovsky' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'COURS élève connaiss' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'COURS élève connaiss' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'COURS élève connaiss' :

#3 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 02/03/1942
Âge du joueur : 75
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2012
Parchemins postés : 60



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Samuel I. Maxwell


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Jeu 13 Déc - 19:33

Le professeur Maxwell vit l'hésitation dans le regard de bon nombre de ces élèves, ces derniers ne semblant vraiment pas sûr d'eux, et l'idée d'une magie qu'on leur disait en tout point dangereuse n'accentuait absolument pas le fait. D'un coté, il préférait cette attitude à un excès de zèle et de confiance, les cas étaient moins nombreux, mais il y en avait, rien que dans cette classe, il y avait des personnes à surveiller, comme Yakovsky entre autre.
S'il avait brillé dans un premier temps, en fouinant un peu dans sa tête, le professeur découvrit que le jeune homme était un inconscient de première et qu'il n'avait pas peur d'user de sortilèges qu'il ne maîtrisait que moyennement, voir pas du tout … et on pouvait vraiment dire qu'il était le seul élève ici, à se penser au dessus des autres pour en user et en abuser.
Mais il n'était pas dans les habitudes du vieil homme de juger avant de voir …

Ah, il y avait aussi la petite Nicci-Rose à surveiller de près, cette petite qui était vraiment en manque de confiance, et qui avait pour aversion l'utilisation de la magie noire, mêlée à une sorte de tendance naturelle à la maladresse … un jolie mélange qui lui donnait un aspect patibulaire, mais mignon, sorte de petite chose fragile avec des principes qu'il ne valait mieux pas amocher.

Continuant son inspection, Maxwell passa vers la petite Poufsouffle et la regarda de loin effectuer ses sortilèges.
Ne préférant pas la stresser encore plus par sa présence physique, il entra dans l'esprit de la demoiselle, sans se faire repérer pour visualiser les résultats.
Aussi, il vit une demi-réussite pour l'Alvios, une réussite pour le sortilège de détection, et une peur d'effectuer un timoris … mais cela ne dura qu'un instant car au même instant, des bruits le tirèrent de l'esprit de la jeune fille pour qu'il rejoigne son corps et regarde la source de se boucan.
La moldue de Yakovsky, avec un aspect grisâtre proche de celui d'une momie, s'agitait dans tous les sens, la bave aux lèvres et le regard vide, signe caractéristique d'un Timoris intense, et passablement bien effectué, pour ne pas dire excellent.
S'approchant, le professeur jeta un regard inquisiteur au Gryffondor, avant d'entrer dans le crâne de la moldue pour y voir les tourments qu'elle subissait.
Si pour bon nombre de legilimens, cette vision aurait été dure, il n'en fut rien pour un être aussi expérimenté que Maxwell, et malgré les scènes de torture, il ne fut pas le moins du monde victime des maux qu'elle subissait sans pouvoir répliquer.
Quittant l'esprit décharné, sortant sa baguette, le professeur vérifia à l'aide du Cantatrix Hex, que le jeune homme avait bien effectué les sorts voulus … et ce fut le cas, il avait exécuté les trois, et bien que cela ne soit qu'une grande réussite, il nota aussi la présence de Nicci-Rose qui n'avait pas souhaité réaliser, ou subir ce sort … défaut de confiance pour le sortilège de patronus sans doute.

D'un signe de la main, il invita les deux jeunes gens à le rejoindre.
Une fois ceci fait, il s'adressa dans un premier temps à la poufsouffle qui avait toujours ces hésitations parasites.

« Miss Benett, très bon sortilège de détection, de même que votre Alvios était presque bon, avec un peu d'entraînement vous le réussirez. Vous aviez peur de lancer le Timoris ? Je peux comprendre que vous ne souhaitez pas subir votre propre sort, ou que cela est effrayant … mais vous serez bientôt obliger de le faire dans le cadre de la suite de mon cours, si vous vous sentez plus rassuré par ma présence, je me tiendrais à votre disposition pour réaliser un patronus pour vous sortir au plus vite de vos tourmentes. »

Puis il se tourna vers H.

« Monsieur Yakovsky, c'est excellent toutefois, je ne peux que vous inviter à la prudence … un excès de zèle pourrait vous coûter cher, même malgré votre bon niveau. »

Enfin, il leur demanda par curiosité :

« J'ai d'ailleurs une question à vous poser, avez vous déjà réalisé le sortilège du patronus ? »

Vrai qu'il avait considéré ceci comme acquis alors que peut être, cela n'était pas le cas …
Après réponse des deux, il voulut continuer la discussion, mais un cri retentit de l'autre bout de la salle. Un élève de Serpentard de quatrième année était à terre en train de hurler et de convulser, victime de son timoris. Sa camarade n'avait pas pu le délivrer de son maléfice, et le professeur sortit rapidement sa baguette avant de formuler :

« Spero Patronum ! »

Un phacochère argenté et brumeux sortit de la baguette pour foncer en chargeant vers l'élève à terre, le groin de l'être spectral toucha le Serpentard qui fut délivré de ce sort.
Alors que l'agitation gagnait la classe, le professeur garda son patronus matériel avant de rassurer tout le monde en haussant la voix.

« On reste calmes jeunes gens s'il-vous-plaît, pas de précipitation, ce n'est rien de grave … retournez à vos moldus en silence je vous prie. »

Et ils s'exécutèrent.
Par soucis de calme, le vieux professeur garda son patronus actif, ce dernier vadrouillant dans la classe sans avoir de réel incidence sur le cours, se déplaçant ci et là, en premier lieux pour aller vers ceux qui exécutaient le timoris, le reste du temps il trottinait, détournant parfois le regard de quelques troisièmes années admiratifs.
Enfin, quand tout fut terminé, le mage noir mit fin à son enchantement, retournant à son pupitre pour s'adresser à la classe, le cours était terminé, et il était temps de conclure.

« Ce cours touche à sa fin, vos affaires sont contre le mur du fond, je vous demanderais pour la prochaine fois de savoir maîtriser les premiers sortilèges que nous avons vu aujourd'hui. Ce sera tout.

Ceux qui veulent apprendre, ou réviser le patronus peuvent venir me voir à la fin de l'heure, et en fonction des disponibilités des volontaires, je fixerais une heure facultative. Bonne fin journée à vous et portez vous bien, on se revoit Lundi. »


Les élèves retournèrent à leurs affaires, et le professeur Maxwell à son pupitre, se dirigea vers l'étude, là où les volontaires pour le sortilège du patronus pourrait le trouver.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2012
Parchemins postés : 680



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Nicci-Rose Benett


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Ven 14 Déc - 12:03

    Si Nicci avait encore un doute sur le type de fréquentation à laquelle Yakovski appartenait, il n'était à présent plus permis. Pas vraiment, le type d'élève sympathique et aimable, plus ceux pour qui elle avait beaucoup de peine, autant pour la facilité avec laquelle il répandait le mal autour de lui sans avoir conscience -c'était du moins la version qu'elle préférait, l'autre voulant dire qu'il le faisait exprès ce qu'elle était encore incapable d'assumer- que pour le langage qu'il employait. Bonjour, au revoir, merci, s'il vous plait, la base du langage quoi, ne connaissait-il pas? Il y avait une certaine familiarité à laquelle Nicci tentait de ne pas être choqué, ne souhaitant pas essuyé des moqueries supplémentaires. En même temps, qu'attendait-elle de lui? On ne pouvait pas lui demander plus que ce qu'il voulait faire... C'est avec beaucoup de compassion et de... recul au sens littérale du terme qu'elle le considérait, n'osant pas trop l'approcher, à la fois timide et également... un peu dégoûtée. Disons également dérouté par son attitude. Si l'autre "terreur", Chris, était aimable, sociable et taquin, ce qui était aussi surprenant qu'agréable, lui méritait tout-à-fait sa réputation. Comment pouvait-on tomber aussi bas? Le pauvre n'avait pas du avoir une enfance très heureuse... Comme pour en rajouter une couche, il semblait qu'elle avait mal compris les consignes du professeur... Mais si c'était pas pour lancer un sortilège sur un élève, quel était l'intérêt de se mettre par deux? Nicci se retrouva un peu perdue avant de comprendre que c'était par pur mesure de sécurité, au cas où que l'on échouerait, pour être "secouru", et non pas pour s'entrainer. Mais cela ne la rassurait pas pour autant. Valait-il réellement mieux torturer des moldus que ces camarades? Mais pourquoi? Qu'avaient-ils donc fait de mal? Les pauvres hurlaient à la mort, du moins le feraient-ils s'ils pouvaient parler. C'était cruel, non? Comment le gryffondor pouvait-il accomplir un tel acte sans la moindre... gène, au minimum? Ne pouvait-il pas s'imaginer, au minimum, à leur place? Cela n'aurait-il pas suffit à l'arrêter? Pourtant ce n'était pas le cas non...

    Alors euh... non, elle ne l'avait jamais fait, et non, elle ne trouvait pas le concept particulièrement sympa. Fallait-il réellement le préciser? Non, son interlocuteur s'en fichait comme de la moldue qui lui faisait face. Un tantinet égocentrique? Surement. Le pauvre... incapable de s'intéresser à autrui... Son monde devait être bien petit... Surtout qu'il la prenait un peu pour une incapable. certes, elle n'avait jamais user du patronus de sa vie, mais elle l'avait déjà étudié. Pensait-il réellement qu'elle craignait de faire l'exercice à cause de cela? Surement, après tout, il ne la connaissait pas. Et si ça arrivait qu'il s'intéresse à elle moins d'une minute il la réduirait certainement au rang d'une enfant naïve sans intérêt, comme beaucoup d'autres le faisait, ou peut-être amusante. Nicci n'avait jamais compris comment on pouvait être assez méchant pour ignorer ses conseils. Croyaient-ils réellement qu'elle faisait ça pour épater la galerie? Pas du tout! Elle pensait réellement ce qu'elle disait! Mais bien sûr, personne ne semblait la prendre au sérieux... Quand le lion se tourna vers elle pou lui faire remarquer que c'était facile, Nicci n'osa pas répondre. Elle n'aurait pas eu le cran de lui répondre non fermement. De toute manière, il y avait des chances pour qu'il ne comprenne pas et qu'il s'en fiche. La poufsouffle se maudit de penser aussi négativement, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être légèrement pessimiste quand à la moral de ce garçon. Elle se garda pourtant de le juger, comme elle le faisait habituellement, sachant pertinemment qu'il n'était pas responsable de son ignorance et de son manque d'éducation.

    Soudain, Nicci sentit quelqu'un s'approcher, les ou l'intuition, peu importe et se tourna pour voir le professeur s'approcher d'eux, appréciant du regard le travail de son camarade. La différence entre eux, était flagrante, le premier était nonchalant, le second minutieux et pourtant le résultat satisfaisait les deux personnages. Étonnamment, pourtant, après l'avoir avoir fait signe de les rejoindre, c'est à elle qui s'adressa le premier. C'était un peu gênant de recevoir les commentaires sous le regard d'un de ses camarades, surtout quand celui-ci avait de manifestes facilités en la matière. La professeur crut qu'elle avait eu peur de recevoir son propre sortilège, pourtant il se trompait, c'était bien la perspective de faire peur que d'avoir peur qui l'avait arrêter. Mais pouvait-on leur en vouloir de se tromper? Peu de gens réussissait à comprendre comment Nicci pouvait être aussi altruiste, et elle ne comprenait pas les êtres individualistes à l'extrême. Cependant, elle se garda bien de le corriger, sachant parfaitement que de l'indulgence envers un moldu serait mal perçu, et ce, même si le professeur Maxwell était un modèle d'indulgence et d'encouragement. De toute sa scolarité, elle devait l'avouer, elle n'était jamais tomber sur un professeur aussi pédagogue. Pas forcément proche de ses élèves, mais presque... sympathique. Mieux encore, après avoir coincer cette remarque après un compliment, il la coinçait également derrière une proposition d'aide!

    Les remarques vis-à-vis du gryffondor tournèrent court, elle ne s'était visiblement pas trompé en supposant qu'il était doué en la matière, ce qui expliquait certainement le manque flagrant d'entrain qu'il présentait à vouloir transformer ce cours en champs de bataille. D'une certaine manière, avec les bourreaux d'un côté et les victimes de l'autre, c'en était déjà mais bon... Avait-elle jamais usé du sortilège du patronus? La poufsouffle ne put s'empêcher de jeter un regard curieux à son camarade après lequel elle répondit, se sentant encore en nette position d'infériorité :

    "Non, monsieur, je ne l'ai jamais lancé, mais j'ai étudié la théorie..."

    Un hurlement retentit dans la salle et Nicci se retourna pour assister au spectacle terrifiant d'un élève de serpentard qui semblait avoir mal fait usage du timoris. Heureusement, le professeur s'empressa de calmer la classe qui semblait soudain en ébullition, en réclamant le silence après avoir usé du patronus. Nicci resta dans son coin alors que le professeur continuait à surveiller les élèves, laissant vagabonder son patronus, une sorte de gros sanglier, entre les élèves. Il semblait que Nicci n'était pas la seule à n'avoir jamais user du sortilège du patronus. Elle avait bien déjà essayé quelque fois, mais c'était des essais bien trop faible pour espérer une quelconque réussite. Cependant, tous eurent bientôt terminé et le professeur annonça la fin de l'heure, en précisant que ceux qui le souhaitait pouvait lui demander de l'aide pour le sortilège du patronus. Nicci hésita longuement, en allant chercher ses affaire,s un peu timide à l'idée d'aller voir le prof, mais même si elle savait qu'elle était capable de s'entrainer toute seule, il était clair qu'avoir le soutien d'un professeur, avec ses conseils, ne pourrait que la faire progresser, et certainement plus rapidement que si elle essayait seule. Sans compter qu'il y avait ces autres sorts qu'il avait annoncés à maitriser pour le prochain cours. Au moins saurait-il usé du patronus... Sûre de sa décision, la poufsouffle évita quelques uns de ses camarades, qui allaient également chercher leurs affaires et se dirigea vers le professeur, à son pupitre. En le voyant, elle retrouva sa timidité, sachant qu'elle n'était rien par rapport à lui, plus encore que vis-à-vis de quiconque. Se triturant les mains, elle s'éclaircit la gorge pour éviter cette maudite voix de souris parfaitement pitoyable et grotesque : elle n'avait nul raison d'avoir peur de lui au vu de son comportement froid mais pédagogue de son professeur. Il n'allait pas la manger tout de même! mais ces pensées n'avaient aucune prise sur la réalité et ne l'empêcha pas de se triturer les mains et les manches de sa robe de sorcière comme il ne lui fit pas retirer le masque de timidité qui prenait place sur son visage :

    "Euh... monsieur, euh... Vous m'avez proposé de l'aide pour le patronus et... et bien, je serais intéressée."

    Se rappelant qu'il avait parlé d'horaire, Nicci s'empressa de rajouter :

    "Je suis libre le mardi matin et tous les soirs dès 18h sauf ce jeudi où on a un entrainement de quidditch... monsieur."

    Bien important, rester poli. Elle ne souhaitait pas paraitre irrespectueuse. Dans la mesure où l'a connaissait peu, certains prenaient parfois son manque de politesse pour ce qu'elle n'était pas : de grosses lacunes dans son éducation, alors que c'était simplement sa timidité qui parfois, accumulé à son stress, lui faisait oublier les plus simples règles de savoir-vivre. Ainsi, merci, bonjour ou au revoir pouvait être oublier, soit par anxiété, soit dans le désir de ne pas dérange davantage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 02/03/1942
Âge du joueur : 75
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2012
Parchemins postés : 60



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Samuel I. Maxwell


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire Jeu 27 Déc - 14:29

En fait, il y avait peu d'élèves présents désormais, entre ceux qui chahutaient, le reste qui se dépêchait de sortir de ce calvaire et les retardataires, difficile de distinguer qui et qui était totalement sûr de vouloir rester, seulement, il y avait bien une élève qui peinait à se frayer un chemin jusqu'au pupitre du professeur de magie noire, et sans grand étonnement, le vieil homme vit Nicci-Rose Benett, petite élève en difficulté mais qui voulait réussir, s'approcher pour sans doute lui faire part de sa volonté de progresser.
Arrivant jusqu'à lui, la petite Poufsouffle s'exprima avec son habituelle timidité maladive.

"Euh... monsieur, euh... Vous m'avez proposé de l'aide pour le patronus et... et bien, je serais intéressée.
Je suis libre le mardi matin et tous les soirs dès 18h sauf ce jeudi où on a un entrainement de quidditch... monsieur."


Maxwell aimait voir des élèves intéressés, d'autant plus s'ils avaient l'envie de progresser par eux même et pas forcément dans le cadre des cours imposés, c'était là un montre de débrouillardise, et une volonté de faire par soi même, la présence d'un mentor n'étant qu'une aide pas forcément nécessaire, cela dépendait des circonstances.
D'ailleurs, en parlant de ça, cette attitude lui rappelait un élève.
Mercurius Yakovsky.
Un gamin qui avait appris par lui même dans un certain sens, car il n'hésitait pas à pratiquer inconsciemment la magie noire par lui même, et quand bien même il l'utilisait pour torturer d'autres élèves, le professeur était il en droit de le juger ? Bien sûr que non.
En fait, Nicci-Rose et Mercurius étaient les exacts opposés, l'une talentueuse en théorie et habile sur la majorité des cours, l'autre le cancre détesté doué baguette en main, mais dont la connaissance théorique ne frôlait guère le néant.
Fort de ce paradoxe, le vieux professeur vit que le Gryffondor dont il parlait était encore dans la salle, sans doute ce dernier avait il eu la flemme de se mêler au flot d'élèves pour sortir, aussi Maxwell eut une idée bien adroite pour éprouver cette théorie très intéressante.

« Monsieur Yakovsky, approchez s'il-vous-plaît ... »

L'autre soupira, et son sac sur les épaules, il se posa à coté de la petite avant que le professeur ne lui demande :

« Que faites vous le mardi matin ou les soirs sauf le jeudi ? »

Se doutant que l'autre allait lui mentir, le professeur n'hésita pas à tenter l'intrusion dans l'esprit du jeune homme, découvrant là un bordel sans nom, et l'emploi du temps mal connu du lion.
Visiblement, il était occupé le mardi matin, à savoir que la sieste ne semblait pas être quelque chose sur laquelle on pouvait transiger avec lui. Le lion répondit donc :

« Bof, dispo le vendredi soir et le mardi soir, Mercredi je dois entraîner les lions pour le Quidditch. »

Le vieux Maxwell sourit d'un air sympathique avant de répondre :

« Soit, vous me rejoindrez mardi soir à dix huit heures dans cette salle, si vous trouvez d'autres élèves intéressés, n'hésitez pas à les faire venir, et surtout n'oubliez pas votre baguette, bonne fin de journée à vous. »

Les deux s'éloignèrent, enfin, l'expérience révélerait qui de la théorie ou de la pratique aurait le dessus … et Maxwell avait hâte d'être Mardi, ce petit cours particulier se promettait d'être intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire

Revenir en haut Aller en bas

Cours 1, Cycle 2 : Modalités des Sortilèges de Magie Noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Poudlard
-