POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Les serpents se font voler dans les plumes [PV H &co]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Les serpents se font voler dans les plumes [PV H &co] Dim 14 Oct - 11:59

Par un samedi matin pluvieux, Joan s'installa confortablement dans ses draps soyeux, et plongea sa main pâle dans son sac de cours. Elle saisit sa plus belle plume et un petit pot d'encre à moitié vide. Elle rédigea pendant une heure, assise en tailleur, formant des lettres d'encre légèrement en italique. C'était à son père que la jeune fille consacra tout ce temps, elle lui raconta en détail sa rentrée à Poudlard pour sa cinquième année. Globalement, tout se passait plutôt bien, si l'on excluait la constante pression qui pesait sur les épaules de chaque élève. Mais la Serdaigle avait été maligne ; inutile de raconter à son père déjà fou d'inquiétude que des Mangemorts patrouillaient dans le château. Cependant, il ne devait pas être très loin de la réalité lorsqu'il songeait au pire des cauchemars..

Après avoir apposé le point final à sa missive, la demoiselle daigna enfin se préparer, et enfiler son uniforme de collégienne. Joan portait fièrement le blason de Rowena Serdaigle, une femme qu'elle trouvait brillante et digne d'admiration. Sans se presser, la jeune fille démêla ses longs cheveux blonds avec ses doigts, puis, comme à son habitude, se fit une tresse. En regardant rapidement par sa fenêtre, elle put distinguer la pluie battante et le vent sifflant qui transperçait les sapinières. Dans un soupir résigné, l'intéressée saisit sa cape doublée en fourrure, ainsi que son écharpe aux couleurs de sa maison. Bien décidée à affronter les caprices de la météo, Joan rabattit sa capuche sur son visage et sorti en direction de la Volière, lettre en poche.


La Serdaigle pu constater que même les hiboux et les chouettes préféraient rester au sec aujourd'hui. Elle vint déposer son courrier auprès d'un Grand-Duc endormi, qui claqua du bec à son approche. Visiblement, il n'a pas apprécié le fait d'être réveillé après une longue nuit de chasse. La jeune blonde se hasarda à caresser le plumage tacheté de l'oiseau, mais celui-ci poussa un cri strident. Vexée par cette démonstration de mépris de la part d'un simple rapace, Joan repartit sans regarder où elle allait.

Un choc frontal tira la demoiselle de ses divagations, et lorsqu'elle prit conscience de la situation, elle aurait de loin préféré s'évanouir. Trois Serpentards au regard perçant et vif se tenaient dans l'encadrement de la porte. La demoiselle venait de percuter une fille qui avait l'air outré, et Joan devinait qu'un dessein de vengeance murissait dans son esprit perfide. Dans un sifflement, qui ressemblait étrangement à celui d'un reptile, l'autre jeune fille s'exclama : " Écarte-toi de mon chemin, vulgaire Sang-de-Bourbe."
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Les serpents se font voler dans les plumes [PV H &co] Dim 14 Oct - 12:16

Je me lève
Et je te bouscule
Tu dégages de là
Comme d'habitude.


H le bourrin de base, de bonne heure de bonne humeur, mon poing dans ta gueule, et un léger sentiment d'être seul.
C'était déjà le deuxième Poufsouffle que le Gryffondor bousculait, enfin, envoyait valser dans les airs tel une danseuse étoile squelettique un jour de grands vents, même s'il était assez fin, H avait du muscle, et exclusivement du muscle, c'était pour ça que l'on aimait pas avoir à faire avec lui, il faisait aussi mal avec ses poings qu'avec sa baguette, l'un comme l'autre étant d'un grand secours dans n'importe quelle situation.
L'idée de matin, c'était d'aller se remplir l'estomac dans la grande salle, puis d'aller à la volière pour y envoyer un message à Crow, comme la veille le russe n'avait pas été capable d'alligner trop mots à l'écrit, il avait fait ça le matin même, un peu à l'arrache, mais le message clair et concis décrivait la situation et était digne d'une œuvre littéraire que l'on aurait pu faire étudier à des moldus :

Lettre à Crow:
 

Efficace, bon, il ne valait mieux pas lui demander de développer le sujet, à vrai dire, il en avait pas vraiment envie, annoncer qu'en plus d'avoir cramé les sangs-de-bourbe, il avait buté sa partenaire de baston, c'était légèrement déplacé, et ça, le mangemort n'avait pas vraiment besoin de le savoir, ça ne devait pas l'intéresser.
Et comme ce fainéant pensait plus à lui qu'à son élève, H avait décidé de se consacrer aux cours de magie noire puisqu'il n'y avait que là qu'il pouvait clairement exprimer son potentiel, déjà, il laissait entrevoir à son avenir, un chemin semé de cadavres et de théâtre de la désolation, pour son plus grand amusement.

Mais bon, la formation d'un mangemort ça passait clairement mieux et il avait de la pratique, chose qu'il avait aussi cours, mais c'était moins 'amusant' pour lui, il s'agissait juste de torturer un moldu sur un poteau, après ça, c'était comment dire … redondant et rébarbatif, le feeling qu'il avait avec la magie noire était bien plus important qu'avec tout autre arcane, par conséquent, il fallait lui trouver sans cesse quelque chose à faire, et puis, il était de notoriété publique que H usait uniquement de ce style de magie, si tôt qu'on en sortait, il devenait un élève plus que moyen, le principal soucis quand on avait à faire avec lui, c'était qu'il utilisait la plupart du temps des sorts relativement … douloureux.

Mais l'intention de la journée n'était pas au duel, il en avait clairement rien à foutre de ce qu'il se passait autour de lui, du moins le pensait il lorsqu'il décida de se rendre à la volière avec sa missive pour le directeur des exécuteurs de nuisible, un sandwich jambon, bacon, fromage dans la main, croquant dans celui ci, il ne craignit pas la pluie, au contraire, il aimait bien ça d'ailleurs, au moins, personne ne le faisait chier quand il était dessous.

Complètement mouillé et une fois dans l'endroit, le jeune homme fit fis de tout ce qu'il y avait autour de lui, c'est à peine s'il avait remarqué, la gamine de Serdaigle qui venait de faire piailler un hibou, c'était bien sa veine tiens, lui qui voulait être tranquille …
Attrapant le premier volatile qui passait, il essaya de lui attacher la missive à la patte, mais le bestiaux avait décidé d'être chiant, et c'était pas la journée pour ça.
Se débattant avec le volatile, H en eut ras le bol au bout d'un moment, et laissa le hibou retourner sur son perchoir avant de chercher du regard celui de James Ashford, son père adoptif, il le laissait là, alors autant le prendre, lui au moins obéirait … ou pas d'ailleurs.
Sifflant comme si la bête était dressée, le petit hibou de la famille arriva en sautillant contre les pierres, il était frappé celui la, il l'avait toujours dit, un vieux volatile qui avait perdu la boule, et une des rares bestioles connues à ne pas aimer être regardé.
Le petit grand-duc d'un âge certain avança jusqu'à sauter sur l'épaule du lion, manquant de se faire volailler au passage, mais il resta calme, là au moins, il était proche de son maître, et savait qu'on ne pouvait pas le regarder, une bonne chose.
Exodius, c'était le nom de cette chose étrange, un vieux hibou au plumage noir ou gris foncé, on ne savait pas trop, mais il n'était pas improbable que la teinte avait perdu de son éclat avec les années, ou que l'animal ait subi durant les années précédentes des traitements divers.

Après avoir gratté le coup de l'animal, H lui attacha la missive avant de lui parler pour lui indiquer le destinataire.

« Allez, t'vas me porter ça à Crow, dirlo des exécuteurs au ministère. Ok ? »

Comme si l'animal pouvait répondre.
Le hibou plana pour atterrir sur le rebord avant d'hésiter à s'envoler le mauvais temps devait le faire hésiter, et il y avait de quoi, s'il ne voulait pas encore se voir rincer et perdre encore en teinte de ramage et de plumage.
Le Gryffondor dut se rapproche de son animal de compagnie pour le faire exécuter sa tâche avant de le pousser par la force à y aller en l'encourageant à sa manière :

« Allez tête de nœud bouge toi le fion ! »

Et le hibou partit dans le ciel, si bien qu'au bout de dix secondes on ne le voyait déjà plus, le connaissant, il aurait été possible qu'il se prenne la foudre, du moins, H n'en aurait pas été surpris.
Reprenant son sandwich qui était des plus délicieux, le jeune Mercurius décida de retourner sous sa couette, après tout, plus rien ne le retenait éveillé désormais, et comme il n'y avait personne pour lui proposer du Quidditch vu le temps, c'était le bon plan.
Mais c'était trop beau pour être vrai … forcément fallait que les Serpentards fassent chier, et ils ne semblaient pas près de s'arrêter, il y avait la gamine qui semblait légèrement dans la merde, et alors ?
Chacun ses affaires, le lion décida dans un premier temps de ne pas se mêler de ça, c'était pas son affaire.
Deux gars encadraient la porte alors que la pimbêche qu'ils escortaient semblait se prendre le bec avec la blondinette de Serdaigle.
Passant son chemin avec son sandwich, le Gryffondor ne regarda pas où il allait et tapa dans l'épaule d'un des gars, mais le balourd avait fait tombé son sandwich.
HORREUR MALHEUR !

Il ne fallait pas toucher à la bouffe de Mercurius Yakovsky, surtout pas malheureux, surtout pas.
L'autre Serpentard grommela :

« Hey regarde où tu vas ! »

Avant de remarquer qu'il parlait à LA personne à qui il ne fallait pas parler, il avait signé son arrêt de mort, et comme si cela ne suffisait pas, H eut la bonne idée de lancer les hostilités, à sa manière.
Envoyant un coup de genou dans les valseuses du gars, il sortit sa baguette avant de la pointer sur sa victime de formuler distinctement :

« Ostéoclaste ! »

Sa signature, magie noire for ever.
A quatre pattes à terre le Serpentard put recevoir le trait magique, et on entendit ses côtes explosées sous l'impact alors qu'il trainait par terre en se lamentant de douleur et en pleurant toutes les larmes de son corps.
Les autres ne comprirent pas de suite ce qu'il se passait, mais une chose était certaine, la situation allait dégénérer assez rapidement, surtout avec H ... ce dernier jetant un coup d'oeil avant de lui dire d'un air assez narquois :

« Tu me suis pour leur rétamer la face ? »

Comme si elle avait vraiment le choix, en tout cas, c'était plus propice à la situation que : 'Follow me if you want to live'


Hrp:
 


Dernière édition par Mercurius H. Yakovsky le Dim 14 Oct - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Les serpents se font voler dans les plumes [PV H &co] Dim 14 Oct - 12:16

Le membre 'Mercurius H. Yakovsky' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Connaisseur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 25/07/2012
Parchemins postés : 100



Pensine
Mon casier judiciaire est: rempli
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Christopher Runhart


MessageSujet: Re: Les serpents se font voler dans les plumes [PV H &co] Lun 15 Oct - 20:44

Comment être agréable un Samedi Matin, après une semaine de cours à la noix, pluvieux, moche, gris, froid, où même l'envie de plonger sa tête dans un bol de chocolat n'est plus au rendez-vous ? Christopher se levait ce matin là avec une envie de vomir, une sale envie d'envoyer chier tout le monde et de rester pioncer. Il avait réussi à échapper au réveil fatidique et avait pu dormir pendant deux heures de plus, soit jusqu'à dix heures trente environ. Il rêvait plus ou moins d'une bonne balade à l'étranger, peut-être en Croatie ou en Italie, à voir, les deux pays le fascinaient tant par la beauté des paysages que par leur histoire. C'était un gamin qui, si il n'avait pas le sens de la ponctualité ni même du travail, connaissait l'essence du mot Culture. Ce n'était pas un élève studieux, loin de là, il préférait s'amuser plus qu'autre chose, mais si l'on venait à le connaître plus que ce qu'il semblait montrer au quotidien, on s'apercevait qu'il possédait une culture élargie, relativement grande et conséquente. A défaut de pouvoir voyager librement pour le moment, il était à peu près incollable sur les pays qu'il souhaitait parcourir, et était assez large sur le reste, sauf quelques exceptions comme la Papouasie Nouvelle-Guinée sur laquelle il ne savait pas plus que « Jungle, île, océan ».

Finalement, ce matin-là, ce fut Jules qui vint le réveiller. Un bon gros « Debouuuuuuuuuut » plus « aquamenti » dans le lit revenaient à le lever presque instantanément. Premièrement, Chris' crut vouloir le tuer sur place, l'égorger, le massacrer, lui mettre la tête dans les chiottes, pisser sur sa tête et tirer la chasse d'eau, mais finalement, à la simple vue du sourire sur le visage de son comparse, il se ravisa et se contenta de râler comme à son habitude le matin.

-Lève toi.
-Parle mieux toi. Ah putain, bahut de merde, population de merde, bande de connards finis. T'sais quoi ? Casse toi, moi je dors.


Il se recoucha, tirant sa couette jusqu'à ce que le haut parvienne au niveau du haut du crâne. Les draps mouillés rendait le sommeil difficile même si il serait parvenu à s'y habituer tout en attrapant une crève de chien. Jules, lui, était posé sur son propre lit qui était le suivant par la droite de celui de Chris. Il lui lança un bouquin qui lui percuta le nez de plein fouet.

-Ah enfoiré...
-Allez, debout, Lola veut te voir.
-Ah qu'est-ce qu'elle me veut celle-la ?
-Parle mieux de ta meuf bouffon. Allez debout, j'ai un peu de weed pour te réveiller.
-Sérieux ?
-Oui!


La couette se souleva d'un coup, le garçon en sortie en moins de deux, s'habilla plus rapidement que jamais, et alla rejoindre son ami qui était dors et déjà en train de rouler un pète. Jules n'était pas un junkie à la manière de Christopher. Il aimait se défoncer, il adorait ça même, mais c'était plus le week-end, en soirée, entre amis. Pour Chris' se défoncer était une seconde nature, alors autant dire que fumer le matin en se levant, à dix heures, à midi, ou à quatre heures, pour lui, c'était pareil. Ils restèrent dans la salle commune vide tout en fumant. Ils avaient ouvert la fenêtre et pouvaient, ainsi, laisser la fumée s'échapper, évitant ainsi l'incident diplomatique.

-Ouah, t'as chargé...
-Tu rigoles ? Il est light !
-Déconne pas, y'a au moins un trente là-dedans...
-Pouhahaha, p'tite nature!


On toqua à la porte, Chris' qui avait le pétard dans la bouche ouvrit ses yeux, tourna le regard vers la porte de bois sans même décocher son joint de ses lèvres. Jules se leva, lentement – les deux avaient une façon toute particulière de se foutre des conséquences – et alla ouvrir. Il fut pousser d'un seul coup en arrière, tomba à terre, et une fille de leur âge, les cheveux bruns, l'air révoltée débarqua en trombe.

-PUTAIN ! UNE HEURE QUE JE T'ATTENDS PAUV' CON !
-Hé, oh t'énerves pas tranquille, relax...
-Mais non ! Mais je rêve ?! Tu fumes ?! Mais il est dix heures du matin Chris' ! Dix heures ! Mais qu'est-ce que tu fous ?!
-Ah, lâche moi.


Il tourna la tête et fixa le lac que l'on observait depuis la fenêtre en contre-bas derrière deux tours du château. Le matin, l’environnement de Poudlard était tout particulièrement enivrant, et il avait soudainement envie d'aller faire un tour.

-Chris', écoute moi au moins !
-Mais je t'écoute, mais tu t'énerves là, pour rien.
-Bah si tu fumais pas comme un... un... bref.
-Bon, tu voulais ?
-''Tu voulais'' ? Mais attends oh ! Je suis pas une servante !
-Excuse moi Lola.


Elle le regarda pendant quelques instants, mais finalement, avec un air dédaigneux, elle tourna les talons, sortie de la pièce et dévala les escaliers. Silence total jusqu'à ce que l'on entende le tableau d'entrée claquer. Chris' ne broncha pas, il se leva, lentement, tira quelques fois sur le pète, passa devant Jules, et d'un signe de main lui fit « à tout à l'heure ».

Il sortit à son tour de la salle commune des Griffons, et ttermina son joint en passant par un coin très vide du château, un couloir perdu du sixième étage. Il était complètement défoncé, il voyait trouble, il avait l'impression de marcher sur du nougat et il riait pour rien... c'était pour dire, même la gargouille pendante de la tour Nord l'avait émerveillée et l'avait fait hurler de rire pendant au moins cinq minutes. Il prit quelques instants pour s'asseoir, regarder autour de lui, admirer l'environnement et reprit la route... une route sans but, il errait dans le château sans envie. Il était habillé d'un jean pendant jusque sur le sol, des baskets trouées en partie, un tee-shirt blanc un peu grand et voilà tout. Il avait la parfaite dégaine du Samedi Matin, et il s'en fichait éperdument. Sa baguette était à sa ceinture, comme toujours, et tandis qu'il s'allumait une clope – à vrai dire il était rare de croiser un professeur au Sixième le Samedi Matin.

La clope était un élément appréciable du début de journée, ça lui rappelait un peu la campagne et le glandage infini qu'il pouvait y trouver. Ainsi, il se pavana pendant quelques temps, la clope au bec, jusqu'à passer devant la volière. Il vit, rapidement, quelques serpentards, une serdaigle et... oh GOD ! C'était Mercurius ! Il sourit, rit en même temps, et s'élança jusqu'à la rencontre de son voisin de classe, son pote trolleur, le gars qui était à peu près aussi cancre que lui – voir plus parfois. Il se stoppa net en voyant que le sandwich dudit H était pr terre, que le Serpentard lui avait mal parlé et surtout, surtout, qu'il y avait une baguette dégainée. Tout s'enchaîna rapidement, un coup dans les couilles, et un ostéoclaste et l'autre fut calé.

Christopher était toujours assez loin, il regardait la scène avec amusement, la clope au bec, toujours, et quand le gros serpent tomba à terre, se tordant de douleur, il explosa de rire. Un autre serpentard, plus costaud mais néanmoins tout aussi con de facial, se retourna et lui avoina sèchement

-Toi le camé, casse toi.

Christopher explosa de rire de plus belle. Il aimait cette insulte « camé » et prononcer avec ce bel accent British si pompeux l'amusait encore plus. Visiblement ce ne fut pas au goût de l'autre qui sortit sa baguette et lui envoya un expulso qu'il rata avec naïveté.

-Oh putain quel naze tu fais!

Christopher était rouge tomate tellement il riait. Le joint et la scène avait raison de lui, il n'arrivait plus à s'arrêter de rire, et n'importe qui ici connaissait bien Christopher pour sa réputation de junkie fêtard. A vrai dire, y'avait pas plus camé, et y'avait pas plus fêtard dans tout le bahut alors forcément...

-Hé ben mon gros, tu m'as pas l'air bien doué haha!

En fait, si il y en avait un qui déconnait comme il fallait ce matin, c'était bien lui. Finalement, il prit sa baguette, et tenta de renvoyer le sort, mais il explosa de rire une nouvelle fois et le sortilège partit suffisamment loin de la cible pour l'inquiéter. L'onde de choc percuta le mur de la volière qui trembla légèrement et laissa tomber quelques pierres...

-Bande de connards, z'avez pas honte de vous en prendre à une belle demoiselle ? Ah les Serpentards, z'êtes bien des p'tites bites vous hein...

Au moins c'était dit...


Dernière édition par Christopher Runhart le Lun 15 Oct - 22:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Les serpents se font voler dans les plumes [PV H &co] Lun 15 Oct - 20:44

Le membre 'Christopher Runhart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Connaisseur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les serpents se font voler dans les plumes [PV H &co]

Revenir en haut Aller en bas

Les serpents se font voler dans les plumes [PV H &co]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-