POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

"Qu'il est loin le temps des amours...des camarades"[Ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: "Qu'il est loin le temps des amours...des camarades"[Ouvert] Jeu 18 Oct - 19:56


Ronald n’avait pas vraiment pour habitude de sortir seul, même s’il se le permettait cette fois là. Il avait besoin d’air et le quotidien l’étouffait. Déguisé habilement et méconnaissable (brun, chapeau sur la tête, paré de lunettes et le visage quelque peu allongé par un sort), sa baguette en poche, il avait choisit de faire un peu de lèches vitrines. Il portait la barbe épaisse, ce qui le vieillissait de quelques années et, par dessus le marché, il avait des lentilles de contact marron qui diminuaient d’autant plus sa ressemblance avec l’homme à l’air agressif qui était recherché et placardé. Sans doute, la volonté de rencontrer de nouvelles personnes l’avait-elle mit sur cette voie. Il était heureux de pouvoir voir quelques personnes dont la main brillait d’une lueur argentée parfois. Et qu’il saluait avec un sourire complice. Pas tout à fait consciemment, il se mit en quête d’un lieu de rencontres. Et, à vrai dire, quoi de mieux que la tete de sanglier à l’heure de la sortie des bureaux pour ce faire. Il s’installa au comptoir et retira son chapeau.

Les papiers de sang qu’il avait étaient authentiques. Au nom d’Henry Whitman, ils lui avaient fabriqués par le Ministère grâce à l’aide d’un commissaire converti à l’Ordre du Phénix. Tout avait été fait dans les règles. Whitman n’avait guère de famille qu’une vieille tante et avait trouvé la mort dans un accident. Le commissaire avait maquillé le tout, brouillé les registres habilement et, comme le contrôle ne pouvait être réalisé et mis à jour de manière infaillible, comme la mort n’avait pas été signalée et comme Whitman était un homme dont tout le monde se fichait, membre du PPA pour son avancement depuis six mois, employé des chemins de fer magiques dans les iles écossaises, cela n’avait pas d’importance. Ron commença tout d’abord par discuter avec le patron, l’eternel Abelforth, un allié de poids bien dissimulé. Le Quidditch avait été leur sujet favori.

Les canons jouaient toujours aussi mal et les harpies de hollyhead jouaient le top du classement. On parlait faiblement, dans l’humidité de l’automne, mais avec passion. Plusieurs clients se mèlerent à la discussion. Lorsque la RITM retransmit le match, on écouta avec ferveur. Les Harpies devançaient les Fleches de douze points. Rien n’était joué. Les paris se firent plus pressant et Ron misa douze mornilles et treize noises sur l’identité de l’attrapeur qui le premier visera la vif d’or. La voix de Ludo Verpey était fatiguée de nombreuses années difficiles mais il semblait finalement s’etre accomodé à l’ère puriste et avait continué à travaillé en collaborant, sans envie avec l’occupant.

Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2012
Parchemins postés : 680



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Nicci-Rose Benett


MessageSujet: Re: "Qu'il est loin le temps des amours...des camarades"[Ouvert] Mer 24 Oct - 2:43

    Les sorties à Pré-au-Lard étaient rares, et plus rares encore étaient les fois où Nicci s'y rendait. N'étant pas du genre à être très entourée, la jeune fille ne voyait pas bien l'intérêt de s'y rendre. Là-bas, on y allait pour discuter, acheter des friandises ou des farces et attrapes, voir pour des week-end en amoureux mais Nicci... Avec qui aurait-elle pu discuter? Si elle achetait des friandises, ça aurait été pour ses frères mais avec le balai qu'elle était acheté cet été, elle devait coupé court à toutes dépenses si elle voulait pouvoir s'offrir ses fournitures scolaires l'an prochain et combler les désirs professoraux au niveau des bibliographie cette année. La prof de politique internationale les avait particulièrement chargé sur ce terrain-là. Quant aux week-end en amoureux... Peut-être faudrait-il qu'elle se fasse apprécié tout court avant de chercher à nouer des liens amoureux avec qui que ce soit, non?

    Cependant, ce jour-ci, Nicci avait choisit de rendre service, comme à son habitude, et avait accepté d'aller acheter des une paires de plumes et du parchemin à une voisine de chambre qui lui avait dit être trop occupée par ses devoirs pour s'en acheter. A dire vrai, Nicci-Rose doutait que al fille en question soit réellement occupé, elle devait plutôt ne pas avoir envie de se déplacer ce week-end là, mais ce n'était pas dans la nature de la poufsouffle de condamner les actes des gens qui lui demandait son aide. Chaque fois qu'elle pouvait rendre service, la Benett le faisait de bonne grâce, ayant bon espoir, qu'au final, ces camarades lui fassent confiance et discute avec elle, se rendant compte que la méchanceté et l'orgueil était inutile avec elle comme c'était le cas un peu partout.

    La journée n'était pas très chaude et Nicci-Rose, en sortant de Scribenpenne, céda à l'envie de prendre une bierraubeurre pour se réchauffer. Sa camarade de chambre n'aurait certainement pas besoin de tout ce matériel avant le soir... Même si la poufsouffle comptait bien rentrer un peu plus tôt quand même. Une main dans la poche de son pull favoris, l'autre tenant son sac contenant les fournitures acquises, l'apprentie sorcière se rendit à la Tête de Sanglier. L'endroit était, certes, moins chaleureux que les Trois-Balais, mais Nicci-Rose était tombé amoureuse de l'ambiance tranquille, du lieux, et appréciait même la bizarrerie des clients qui y venaient. Nicci-Rose pressa la pas en sentant le froid pénétré sa main qui s'était à plein réchauffer pendant qu'elle était dans la boutique.

    La poufsouffle poussa la porte d'entrée et pénétra dans les lieux déjà plutôt bien remplit. Rose hésita un instant à entrer, mais puisqu'elle était là... Elle sourit à un client qui la regardait, poliment, et se dirigea vers le comptoir. S'installer seule à une table n'était pas dans ses habitudes. Réservée, la poufsouffle aimait bien s'assoir ici, même quand il y avait du monde pas loin, elle s'y sentait plus à l'aise en plus de l'avantage non négligeable de gagner un peu de hauteur qu'elle aimait bien. Elle appréciait aussi le barman un peu bourru qui ne changeait jamais. Comme tous les autres personnes terrestres, elle était sûre que c'était quelqu'un de bien et espérait bien qu'un jour, il finisse par s'adoucir en sa présence.

    L'air semblait plutôt à la ferveur du sportif de quidditch moyen ce jour-là. Plusieurs clients continuaient de bavarder, d'autres on se demandaient ce qu'ils faisaient ici comme le couple d'amoureux près de la fenêtre poussiéreuse, mais la plupart écoutaient le match que la radio retransmettait. En essayant de faire le moins de bruit possible pour éviter de gêner les supporters qui suivaient le match avec attention, la poufsouffle s'assit à droite d'un homme qui occupait déjà une partie du comptoir. Un homme qui venait de parier, visiblement, compris Nicci-Rose en voyant les pièces sur le comptoir. Ne souhaitant pas s'attirer l'animosité des clients, elle attendit un certain temps, un moment où les cris des supporters des tribunes couvrait la voix du commentateur pour attirer l'attention du barman en forçant sur sa voix qui, comme à chaque fois qu'elle n'avait pas décocher un mot de la journée, sonnait bizarrement :

    "Pardon monsieur, je pourrais avoir une bieraubeurre?"

    Sans un mot, l'homme lui prépara sa boisson, l'oreille attentive au commentaire de l'ancien directeur du département des Jeux & Sports Magiques. A vrai dire, Nicci-Rose le connaissait surtout comme ancien batteur des Frelons. Cela aide Le quidditch à travers les âges pour avoir des connaissances sur le sujet, elle l'avait lu quand elle avait commencé à s'intéresser sérieusement à ce sport en deuxième année. Ce n'était que l'an dernier qu'elle envisagée sérieusement de faire partit de l'équipe de quidditch de Poudlard. Cette année, elle avait enfin posé sa candidature, mais elle attendait une possible confirmation ou refus.

    Le barman lui posa son verre sans un mot autour duquel Nicci-Rose s'empressa de mettre ses mains pour se réchauffer les mains et suivit avec plaisir le match sans en avoir l'air, les yeux perdus dans les méandres de sa boisson, eux-mêmes cachés sous ses cheveux noirs qui tombaient comme un rideau quelque peu chiffonné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

"Qu'il est loin le temps des amours...des camarades"[Ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-