POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Le temps nous appartient [Molly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2012
Parchemins postés : 680



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Nicci-Rose Benett


MessageSujet: Le temps nous appartient [Molly] Mar 20 Nov - 17:20

    Nicci-Rose aimait bien être seule. Non pas que les autres attendent son souhait pour la laisser seule. Mais être vraiment seule. Pas parce qu'on gêne et qu'on ennuis, mais parce qu'elle le choisissait. Des balades dans le parc ou des heures passés à la bibliothèque jusqu'aux rêveries passer en haut de l'astronomie. C'était des instant qui n'appartenaient qu'à elle. Elle aimait cette solitude choisi, ces moments à voir le temps passé. Oui, elle perdait son temps. Mais c'était là qu'elle mettait des points et des virgules dans ce qu'elle vivait. Ça lui permettait de prendre une recul sur les gens et sur les choses. Peu pratiquante mais aussi croyante que sa mère, elle aimait ce calme environnant. C'était des instants précieux pour elle avant de redescendre parmi ces camarades spirituellement et littéralement parlant. Moments de réflexion et surtout de rêveries.

    Comment ne pas se laisser aller à la rêverie en haut de la tour d'astronomie. La vue était splendide. Savoir que Jellyka ne pourrait jamais jouir d'une telle vue sans avoir le cœur soulevé peinait beaucoup Nicci-Rose. Jellyka ne savait pas ce qu'elle loupait! Mais il était vrai qu'elle n'aurait pas pu apprécié la vue, pas alors qu'elle peinait à supporter l'altitude dans la haute tour de Serdaigle. Mais il était vrai que les lieux n'étaient pas aussi confortable qu'ils en avaient l'air. L'endroit était en plein courant d'air. Froid et humidité imprégnait les lieux. Ce n'était pas vraiment la bonne saison pour prendre du bon temps à paresser. Mais existait-il un bon moment pour profiter de sa solitude? Non, ni instants, ni saisons. La pluie tombait dru et la jeune fille, frigorifié, frottait ses mains l'une contre l'autre.

    Nicci-Rose s'approcha de la rambarde et mit ses froides sur le métal bien plus froid encore. Elle ne tint que quelqu'un de secondes avant de les retirer et de souffler dessus pour retirer cette froideur mordante incrusté dans ses paumes. Bientôt les extrémités de ses doigts deviendraient rouges et elle les sucerait un à un pour les réchauffer, ce qui serait guère utile puisque sitôt qu'elle les aurait tous fait, elle devrait bientôt recommencer. Elle prit ses cheveux machinalement et les entortilla pour s'en faire un chignon si mal fait qu'il ne fallut guère plus de deux mouvements de tête pour que ses cheveux prennent leur place originelle quand elle les eu lâcher. Elle mit en avant une partie de ses cheveux alors pour éviter d'avoir froid, mais cela était guère utile.

    Son regard se perdait dans les collines comme si elle essayait de distinguer chaque arbre pour les compter ou chaque buisson. Elle avait beau avoir regarder cet endroit des centaines de fois, elle y voyait toujours quelque chose de nouveau à chaque fois, quelque chose qui n'avait vraiment attiré son attention les fois précédentes et s'en étonnait alors. Nicci aurait avoir du papier et du crayon pour dessiner comme elle tenté de nombreuses fois dessiné ce paysage mais elle n'avait jamais vraiment réussit et ses doigts étaient bien trop engourdit pour le faire. de toute manière, l'endroit n'était vraiment pas confortable pour un moment de crayonnage. Le mur n'était pas pratique et la rambarde plus encore. Mais assise, elle aurait vraiment eu froid et aurait tremblé, ce qui n'aurait rien arrangé. Bref, par un temps celui-ci, le dessin était à oublier.

    Elle aimait cet endroit parce qu'elle pouvait y rester tant qu'elle le voulait. Elle avait l'impression de regarder les secondes défilés, de pouvoir s'en saisir et le caresser. Le temps lui appartenait, s'écoulant doucement entre ses doigts comme on tente de retenir l'eau. Tant que ses jambes ne criait pas grâce, elle aurait pu rester là longtemps, malgré la pluie qui venait la toucher de temps à autre ou le vent qui ne manquait pas de lui fouetter le visage et de faire virevolter ses cheveux comme s'il ne voulait qu'une chose : qu'elle en hurle de douleur le soir même de ses nœuds dans les cheveux qu'elle tenterait de retirer. mais pour l'instant, rien de tout ça ne lui importait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Le temps nous appartient [Molly] Sam 16 Fév - 17:22

    10 minutes… allez bon sang, alleeeeeeez ! Elle était en cours de potions et tapotait nerveusement avec le bon de sa plume ses notes… Dans 10 minutes elle serait libre et pourrait enfin rejoindre son lieu du lundi soir. 5…4….3…2…1…Elle entendit à peine la cloche sonner tellement elle était joyeuse d’être enfin libre. Elle attrapa son sac avec une vivacité déconcertante, d’un geste circulaire renversa tout dedans pêle-mêle, s’entoura de sa cape rapidement, couru presque vers le bureau du professeur, lui claqua ses observations demandées et fut la première à être dehors. Sourire aux lèvres, elle se rua hors des cachots et monta quatre à quatre les marches jusqu’à la tour d’astronomie.

    Elle avait le souffle cours, l’air entrait dans sa gorge en brûlant, ses muscles lui tiraient et lui sommait d’arrêter la torture mais elle s’en contre-fichait. Elle ne pensa même pas à passer par la salle commune des Serdaigles. Si elle le faisait, elle s’arrêterait pour parler et elle perdait le temps précieux d’avant le dîner pour rejoindre la tour d’astronomie. Elle salua les gens qu’elle connaissait au passage et, dans un dernier virage, arriva enfin au sommet de son but. Sans chercher à comprendre ni à regarder si le lieu était désert, elle posa son sac à la va-vite et monta sur la balustrade pour s’y assoir.

    Il pleuvait, elle ne s’en était pas aperçut, enfermé dans les sombres cachots. Mais elle s’en contre-fichait. Les yeux fermes, elle laissait les gouttes lui caresser le visage, les bourrasques de vent lui fouetter ses cheveux chatoyants. Il faisait froid, mais peut l’importait. Quant à l’altitude… elle avait toujours aimé ça, elle n’était pas un aigle pour rien. Elle aimait s’assoir sur la balustrade, a bord du vide, entre la vie et la chute mortelle. Elle s’était mis à fredonner quand un bruissement de cape répété lui fit comprendre qu’elle n’était pas seule. Elle tourna rapidement la tête et vit une fille, cheveux bruns, fine… une poufsouffle qui devait être un peu plus jeune qu’elle… en tout cas, elle n’était pas avec elle en court. Surprise, elle sauta de son perchoir, remis ses cheveux derrières les oreilles et se dirigea vivement vers la jeune fille, comme un ouragan.

    - Oups ! Je suis désolée je ne t’avais pas vu ! J’ai tendance à venir ici le lundi soir et je suis seule habituellement, j’espère que je ne te dérange pas au moins… Je m’appelle Molly Alexis Walsh et toi ?
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2012
Parchemins postés : 680



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Nicci-Rose Benett


MessageSujet: Re: Le temps nous appartient [Molly] Mar 19 Fév - 14:52

[list]Le vent soufflait fort. Mais pas assez pour cacher le bruit des pas qui grimpaient les escaliers en ferrailles et venait se poser sur le sol de la tour d'Astronomie. Quand ce n'était pas le bruit de 20 élèves qui tapait sur ce sol de métal, le bruit n'était pas si désagréable mais parmi le silence ambiant, cela faisait comme le bruit d'un chandelier qui s'écraserait sur le sol d'une église. Nicci-Rose se tourna vers les marches dès les débuts de cette montée. Les pas étaient précipités et Nicci ne comprenait pas pourquoi. Qui voudrait monter les escaliers si rapidement, augmentant le bruit des pas, comment si on avait le diable au trousse pour venir se confronter au vent et à la pluie de cette météo? A moins qu'il y ait une inconnue à cette équation. Était-ce un professeur? Quelqu'un qui fuyait quelqu'un d'autre? Ne pas savoir stressait un peu la jeune fille... sans la moindre raison. Après tout, n'avait-elle pas le droit d'être en haut? Mais ça n'avait pas beaucoup d'importance, le cœur de la jeune poufsouffle se précipitait quelque peu.

Une tête aux cheveux roux et long émergea de l'escalier, bientôt suivit de son corps. Le sac tomba sur le sol sans la moindre douceur, faisant grimacer Nicci. La Serdaigle -Nicci avait reconnut l'uniforme qui battait au vent- sauta presque sur la balustrade, faisant face au vent qui faisait battre ses vêtements et virevolter ses cheveux. Un peu prise au dépourvue, Nicci regarda sa camarade, hésitant à se manifester... Mais devant le côté compliqué de la chose et son manque d'imagination quant à ce qu'elle dirait, Nicci-Rose abandonna l'idée. Après tout, elles avaient d'être en haut de cette tour sans forcément se parler. Surtout qu'il lui semblait que l'aiglonne fermait les yeux, elle n'aurait pas aimer la déranger. Nicci-Rose se détourna et se remit à regarder le paysage. Mais sa quiétude avait été troublé et la présence d'un de ses camarades, elle peinait à se détendre. Elle pouvait toujours savoir que la serdaigle ne l'avait pas remarquer, ça ne lui permettait pas de s'imaginer comme seule au monde.

Le vent tourna quelque peu et ses cheveux changèrent de direction. Nicci-Rose peine à dégager son visage et repousse ses cheveux en arrière, se résoudant à devoir coincé quelques mèches derrières ses oreilles pour éviter de les avoir devant les yeux. Un bruit de déraille résonna et la jeune fille se retourna. La Serdaigle avait pris compte de sa présence et se dirigeait vers elle avec avoir -vu le bruit- sauté de la balustrade où elle avait grimpé. Un peu prise au dépourvue, la jeune Benett resta immobile, ne sachant pas trop comment réagir. Sa camarade se retrouvait déjà devant elle, s'excusant, se justifiant, se présentant, tout ça à la suite. Nicci-Rose sourit devant tant de vitalité. Elle ne lui tenait, bien sûr, pas rigueur de ne pas l'avoir aperçue. Ce n'était pas son genre. C'était même un peu gênant que sa camarade s'excuse alors qu'elle valait bien mieux qu'elle.

"Non, ne t'inquiète pas, tu n'as pas à t'excuser. Moi, c'est Nicci-Rose Benett. Mais Nicci suffit. Ca ne te dérange pas tout ce vent?"

Molly semblait assez ouverte et agréable et Nicci-Rose prenait plaisir à se préoccuper du bien-être de sa camarade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le temps nous appartient [Molly]

Revenir en haut Aller en bas

Le temps nous appartient [Molly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-