POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn} Sam 19 Jan - 21:48


Bastet, magnifique chat Bombay, au pelage d’un noir de jais, proche de la panthère, appartenait à la jolie brune depuis des années. Protégeant jalousement cette dernière, en digne représentante de son nom, elle assurait la protection spirituelle de ce qui semblait être le foyer de sa maitresse. Elle ne pouvait plus faire grand-chose de plus. Son âge cruellement avancée la contraignait à des déplacements plutôt limités. Elle ressemblait fatalement à elle, ou plutôt, elle avait ces aspects d’une féline. Indépendante, possessive, jalouse, fière, et caractérielle. Mais surtout, mystérieuse.
Cet après-midi là, elle se promenait dans ce qui était le bureau de l’Inquisitrice, en haut de la Tour. Elle avait quitté un peu plus tôt ce qui était la chambre de cette dernière, chassés par les elfes de maison qui comme tous les jours entreprenaient son rangement et son nettoyage. Elle n’affectionnait pas l’endroit. Bien trop grand et trop de recoins qui permettaient aux souris de lui échapper bien trop facilement. Elle préférait son ancien bureau, quand elle avait été Professeur de Sortilèges, dans un premier temps, et bureau qu’elle avait gardé quand elle était devenue en même temps l’année suivante Directrice de Serpentard. Au moins l’ancien bureau présentait un seul niveau où on y trouvait dans la pièce du fond un petit salon qui devançait, dans la même pièce, la partie chambre de la jeune femme. Là, dans ce bureau, il y avait déjà trois niveaux en un seul même endroit. La partie la plus basse comportait deux canapés en cuir noir en son centre, avec un guéridon de chaque coté des canapés fait en bois d’ébène surmonté d’un plaque de marbre noir. On pouvait ainsi circuler autour des deux canapés avec aisance. Les deux murs derrière ceux-ci étaient entièrement recouverts d’armoires vitrées et légèrement éclairées pour faire ressortir les éléments qu’elles contenaient. Bibelots, photos, coupes, bijoux, livres, plumes, verres en cristal. Au dessus de ces armoires, les portraits des anciens directeurs avaient été recouverts d’un linge. Ce niveau là était le préféré du chat. Elle pouvait y dormir de longues heures pendant que sa maitresse travaillait assise derrière son bureau, au niveau un peu plus haut que l’on accédait par quelques marches en pierre. Des fauteuils devançaient son bureau où de nombreux dossiers y étaient reposés. Bastet n’aimait pas s’allonger sur ces fauteuils là même si ils semblaient très moelleux. Elle avait toujours eu peur que le grand chandelier pendant du plafond juste au dessus de ceux-ci puisse se détacher et s’écraser sur elle. Au fond de la pièce, deux escaliers au quart tournant étaient visibles de part et d’autres d’une mezzanine qui représentait la large et vaste bibliothèque que Léon Brom n’avait pas touché du temps de Dumbledore. Aimant les livres, l’actuelle propriétaire des lieux avaient enrichi les étagères. Cet endroit, le chat n’y allait jamais.

Dans sa main reposait un verre d’un de ses alcools forts dont elle ne parvenait plus à se détacher plusieurs heures d’affilées. Assise les jambes croisées sur l’accoudoir d’un des deux canapés en cuir noir trônant au centre de l’avant salle de son bureau, relevant légèrement sa jupe beige plissée jusqu’à mi cuisse, Frédérique fixait les armoires qui étaient devenues entièrement vitrées depuis qu’elle était propriétaire des lieux et qui prenaient tout le mur qui lui faisait face. Sans sortir de ses réflexions, sa main libre vint à se poser sur la tête du félin qui ronronnait déjà à la caresse de sa maitresse.
Ses yeux étaient posés sur une photo des cinq photos de l’équipe de Quidditch de sa maison, Serpentard, où on pouvait la voir, tenant fièrement sa batte. A Poudlard, quand elle était étudiante, elle était brillante dans toutes les matières nécessitant de la recherche, de la réflexion, et des sortilèges. Les autres, liés aux Moldus, à la botanique, à la divination entre autres, elle les négligeait, elle les méprisait, elle s’en désintéressait, volontairement. Pour elle, la vraie magie était la magie qui puisait l’intérieur de soi, qui se nourrissait de leurs êtres, qui s’enrichissait de leur volonté et de leur force. Elle était à présent maitresse des sortilèges et une érudite convoitée, enviée, détestée. Mais elle avait compris durant ses deux premières années qu’à force de travail, elle en était devenue irritante, colérique, déplacée. Il fallait travailler mais aussi trouver du temps à elle, du temps pour elle dans une activité qui lui serait propre, qui la rendrait encore plus forte, plus puissante dans son art. Elle avait ainsi postulé pour devenir batteur, et elle avait réussi. Elle n’aimait pas ce sport, mais il avait étonnement renforcé ses compétences dans les matières qu’elle affectionnait.
A ses cotés, sur le guéridon, reposait une lettre. Elle était la dernière d’une série de correspondance. D’une correspondance inattendue. Celle lettre ci confirmait le rendez vous qu’elle avait donné à sa correspondante. Cet après midi là, d’ici une minute à l’autre. Elle soupira. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas pensé au passé. A ce passé là. A sa jeunesse. Au doux temps d’insoucieuse où elle était à la place de ces élèves, de ses élèves. En fait, en y réfléchissant bien, elle n’avait pas tant changé. Pas dans le caractère, peu dans le physique. Son rang et sa place dans le monde magique n’avaient qu’accentué ce qu’elle était déjà.

Emelyne Selwyn.
Elle haussa un sourire en coin en repensant à la jeune femme, en y repensant avec les souvenirs qu’elle en avait. Le caractère auquel elle l’avait connu, à l’apparence qu’elle avait, à sa voix, à son parfum, à son gout... Son sourire s’accentua alors qu’elle portait son verre à ses lèvres pour laisser le liquide brulant descendre le long de sa gorge. Elle était du genre à ne pas oublier un visage, un son, une odeur. Elle marchait avec ses sens. Elle s’y fiait. Ils étaient les seuls à ne pas l’avoir trahi. Elle n’oubliait pas non plus un nom. Encore moins une aventure.
Il lui semblait bien loin l’époque où elle avait connu cette jeune femme…



~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ FLASHBACK ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Ses longs cheveux bruns parfaitement dénoués, qu’elle avait ramené sur son épaule gauche, adossée au mur, un peu son pied gauche reposant sur celui-ci, sa main gauche jouant avec le plie de sa jupe verte plissée légèrement relevée de par cette position, sa main droite caressant sa nuque ainsi dénudée, sa tête callée contre le mur, elle avait penché légèrement la tête sur le coté pour regarder des jeunes filles qui venaient de sortir des vestiaires de l’équipe de Quiddtich de Serdaigle. Elles ricanèrent à moitié amusée, à moitié gênée de la présence de celle dont on ne présentait plus. Elle n’était pas dérangée par les rumeurs qui courraient sur elle, car elle savait qu’il ne s’agissait pas de rumeurs et qu’en ses temps, la consolation qu’elle apportait ne semblait déranger personne. Ils avaient tous bien mieux à faire que de se préoccuper d’une jeune fille qui faisait tourner la tête aux jeunes filles qu’elle prenait pour proie.
Justement, une jeune fille sortie des vestiaires. Une cinquième année, à Serdaigle donc. Elle semblait être la dernière de son équipe à sortir des lieux. Cela satisfaisait la Serpentard.


« Selwyn… »

Cravate argentée et verte dénouée, chemise blanche dont elle n’avait pas pris la peine de ranger dans sa jupe et dont les deux boutons du haut n’avait pas été refermé, la jolie brune tourna son regard vers elle et la détailla de la tête au pied. Cette jolie blonde avait tout pour lui plaire. Loin d’être chétive, sans non plus avoir des formes volumineuses, elle était agréable à regarder. Et encore, le mot agréable était plutôt faible. Cette jolie blonde était simplement à son gout. Le mystère qui l’entourait donnait une touche de beauté à ce qu’elle était déjà. Plus les personnes étaient mystérieuse et difficile à dompter, plus elle prenait plaisir à les désirer. De deux ans de moins qu’elle, elle avait mené un combat sur le terrain qui avait titillé la rage et la satisfaction de la plus âgée des deux. Elle ne pouvait pas laisser passer une aussi belle jeune fille loin de ses filets.

« Belle endurance… Vous avez eu aussi un joli jeu de batte durant ce match… Presque aussi bon que le mien… Mon Cognard a failli vous faire tomber de votre balai à plusieurs reprises… »

Elle sourit en coin et lui lança un regard rempli de défi. Elle la défiait sur son jeu, elle la défiait sur son charme, elle la défiait sur sa personne. Sur le terrain, la jeune LeeRoy devenait méconnaissable. Si menue, si fragile d’apparence, elle pouvait déployer une force qu’on ne l’imaginait pas. On la savait douce, cruelle, posée et imprévisible. Alors que durant un match, on savait où elle voulait en venir. Elle serait prête à tuer à coup de Cognard pour que son équipe remporte la partie. Et tuer, ça, elle connaissait déjà…

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 29/10/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 26/12/2012
Parchemins postés : 95



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Emelyne Selwyn


MessageSujet: Re: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn} Jeu 24 Jan - 9:22

Le feu, les flammes, la chaleur, … comme toutes ses nuances de rouge jaune et orange étaient belles … Sourire aux lèvres, je regardais la maison qui brûlait, les flammes qui sortaient par les fenêtres et léchaient déjà le toit. Les cris venaient de s’interrompre me laissant légèrement déçue de la rapidité avec laquelle ces stupides moldus étaient morts. Rangeant ma baguette dans son fourreau, je releva la capuche de ma cape sur mes cheveux blond et pivota sur les talons pour m’éloigner d’un pas tranquille.

L’information qu’on m’avait donné était fausse … Il allait falloir que je règle son compte à cet homme. Il m’avait fait perdre mon temps en m’envoyant sur une fausse piste. Il n’y avait aucun enfant dans cette maison, rien que des moldus débiles qui n’avaient fait que de me supplier de les laisser en vie. Chose que leur avait laisser croire, avant de les espionner quelques heures, attendant la tombée de la nuit pour revenir terminer mon travail.

Les flammes étaient si haute qu’elles éclairaient complètement le quartier. D’autres moldus devaient être en train d’accourir pour essayer de sauver les habitants de la demeure en feu mais il était déjà trop tard, je m’étais arrangée pour qu’ils soient morts bien avant que l’incendie soit visible pour tout le quartier. Tournant au coin d’une maison, je profita du passage d’un nuage devant la lune et de l’ombre de la maison pour transplaner …

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Tu m’a envoyé sur une fausse piste !
Mais … mais je t’assure …
Qui t’a demandé de faire ça ?
Personne ! Qui voudrais-tu que …
Ferrum volo !

Je n’avais pas de temps à perdre avec un tel incapable … regardant la balle qui filait vers l’homme, je ne souriais pas, poussant même un soupir de lassitude en voyant mon interlocuteur défaillir alors que le sortilège l’avait touché en plein cœur. Baissant mon bras, je resta quelques minutes à regarder le corps du garçon étendu sur le dos. Bientôt une tâche de sang apparut sous son épaule, s’étalant sur le bêton du sol de l’entrepôt. L’endroit avait été judicieusement choisi tout comme le sortilège. Me baissant pour ramasser la baguette du sang-mêlé, je la rangea avec la mienne, cachant ainsi la preuve de son appartenance au monde sorcier. La personne qui trouverait ce corps n’aurait plus qu’à déduire à un règlement de compte typiquement moldu alors qu’il n’en était rien.

Levant les yeux vers les fenêtres, je pus apercevoir un clocher au loin qui sonnait déjà midi. La matinée était passée si vite que je n'avais guère eu le temps de m'ennuyer entre mon emploi d'exécutrice et mes propres démarches personnelles pour retrouver Clovis. Reposant mon regard sur le cadavre, je recula de quelques pas avant de transplaner jusqu’au manoir Dodderidge. Traversant le parc à grandes enjambées, je poussa la porte du hall d’entrée avant de détacher ma cape et de la donner à l’elfe qui venait de se matérialiser à mes côtés. Sans lui adresser la parole, je monta jusqu’à la salle de bain en passant par ma chambre. J’avais besoin de me rafraichir avant mon rendez-vous de cet après-midi.

Me coulant dans un bon bain chaud, je ferma les yeux tout en posant ma tête contre le rebord. Mes pensées s’envolèrent pour rejoindre une certaine jeune femme, celle que je devais voir l’après-midi même. Une … vieille connaissance que je n’avais pas revue depuis son départ de Poudlard après ses ASPIC. Ca remontait déjà à quelques années mais son souvenir était toujours aussi intense. Il faut dire que ce n’était pas une simple élève, oh non elle avait été bien plus que ça …


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ FLASH-BACK ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Hey Selwyn !

Me tournant vers la capitaine, je haussa un sourcil tout en posant ma batte sur mon épaule. La jeune fille s’approcha de moi et me désigna une autre fille du menton.

Méfie-toi de LeeRoy, c’est une dure à cuire. Oublie tout ce que tu as entendue sur elle, elle est dix fois pire sur le terrain !

Dévisageant la brune, je pris le temps de la détailler plus que ce que j’avais fait jusqu’à présent. De deux ans mon ainée, je ne l’avais qu’à peine croiser dans les couloirs mais aujourd’hui j’allais avoir à faire à elle sur le terrain alors que je disputais mon premier match en tant que batteuse titulaire.

Ne t’inquiète pas, je vais me faire un plaisir de la défoncer …

En attendant les autres, je resta le regard figé sur la verte et argent. Elle était plutôt charmante pour une demoiselle et avait une certaine démarche qui me laissait prévoir un beau match à venir. Si je n’avais pas été complètement attentive avant de passer titulaire, je savais que cette batteuse avait envoyé pas mal de monde l‘infirmerie et je me demandais si j’arriverais à faire de même de mon côté. Il allait falloir que je la teste par moi-même voir même que j’apprenne à la connaître plus qu’à travers un simple match …

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Sortant du bain alors que l’eau devenait froide, j’enfila un peignoir et me dirigea vers mon armoire. J’avais envie de faire une folie … Pas de pantalon mais une jupe longue et un haut moulant. Je savais que c’était du passé mais j’avais envie de lui montrer que je n’avais pas changé, que je pouvais toujours lui plaire. Même si le passé n’était plus d’actualité, même si j’étais passée à autre chose depuis longtemps, j’avais toujours un petit sentiment pour la demoiselle, sentiment qu’était ce souvenir que je gardais jalousement comme une preuve de mon passage dans sa vie.

Donnant un dernier coup de brosse dans mes cheveux que je laissa détachés, je rangea ma baguette dans son fourreau et descendit dans le hall. Fredrick s’était occupé de nettoyer ma cape qui en avait eu besoin après mon passage dans cette maison en feu. Pas la peine de sentir la fumée à plein nez surtout que l’incident devait faire la une des journaux. Et même si c’était des journaux moldus, ça ne voulait pas dire que les sorciers n’étaient pas au courant.

D’un pop léger, j’arriva juste devant les grilles du château. Montrant le laisser passer que l’inquisitrice m’avait fait parvenir dans sa dernière lettre, je salua le serviteur et m’avança vers le bâtiment. Levant les yeux, je posa mon regard sur la tour des Serdaigle puis sur la volière et sur le terrain de Quidditch qu’on voyait au loin. Les souvenirs se bousculaient dans ma tête alors que je gravissais les marches menant au hall d’entrée. Je croisa quelques élèves qui me lançaient des regards interrogateurs, surement curieux de savoir qui j’étais et ce que je venais faire en ces lieux. Sans me préoccuper d’eux, je monta en direction du bureau de la jeune femme et m’arrêta quelques instants devant la porte avant de lever la main et de donner quelques coups sec contre le bois.

Une voix féminine retentit, me donnant l’autorisation de pousser le battant, ce que je fis sans attendre, limite pressée de revoir l’ex-serpentarde. Entrant dans la pièce, je la parcourus rapidement du regard, notant vite fait les différences qu’elle avait apporté à la salle. C’était nettement plus féminin qu’autrefois tout en gardant cette note froide et respectueuse qui se devait d’aller avec le rôle de directeur de Poudlard. Enfin mon regard croisa celui de la jeune femme et je lui adressa un léger sourire avant de prononcer quelques mots.

Bonjour Frederique, ça fait plaisir de te revoir …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn} Mar 5 Fév - 18:51


Alors que ses souvenirs s’étaient perdus pour rejoindre ceux de son invitée, Frédérique eut un léger sursaut quand on vint à frapper à sa porte. Nul doute sur l’identité de la personne. Elle était parfaitement ponctuelle. Ne se levant pas de l’accoudoir où elle était assise, gardant toujours ses jambes si pâle croisées, elle lui pria d’entrer avant de siroter une gorgée de sa boisson qui continuait à revigorer son organisme. Revigorer, pour mieux oublier. Oublier une chose, pour mieux faire ressortir une autre. Ce fut le visage de Alex qui lui apparut soudainement quand elle ferma un instant les yeux pour inspirer doucement avant que la jeune femme ne soit entrée dans la salle et ait son regard sur elle. Surprise de penser à sa dernière aventure, elle ouvrit les yeux et se mit à caresser le pan de sa jupe, comme pour occuper sa main libre, comme elle avait fait la première fois qu’elle avait directement interpelé son ancienne camarade.
Bastet ne reconnut pas la visiteuse et repéra immédiatement qu’elle ne faisait pas partie de Poudlard. Se levant d’un bond, elle fit le gros dos avant de se rendre compte qu’elle n’était pas étrangère à sa maitresse qui elle était restée aussi calme qu’à son habitude. S’étirant dans une lenteur extrême, elle quitta doucement la place douillette qu’elle avait sur le canapé et se rendit quelques marches plus haut, sur le fauteuil dissimulé derrière le bureau. Elle n’avait pas pris le temps de s’intéresser à elle. Elle voulait simplement être tranquille.
Alors que son verre quittait ses lèvres, elle posa enfin son regard vers la jeune femme qui venait d’entrer dans ce qui était l’avant salle de son bureau. Emelyne avait les mêmes traits qu’autre fois. Les même traits tout en ayant les formes et la grâce d’une femme. Il lui semblait loin le temps de Poudlard. Loin mais si proche à la fois. Elle détailla justement ses formes, d’un air pourtant si distant, sans doute un mélange de sa froideur habituelle et de l’effluve de l’alcool. Son regard devenu éternellement mélancolique et sombre croisa enfin le sien rempli de plus de vigueur et de vie que le sien. Et ses souvenirs revinrent à nouveau…


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ FLASHBACK ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

La jeune Serpentard venait de lui adresser un sourire en coin tout en lui lançant un regard rempli de défi. Son adversaire n’avait pas repris la parole. Elle ne parvenait pas à lire dans son regard la signification de ce silence. On ne pouvait pas dire qu’elle serait impressionnée de la voir à la sortie de son vestiaire. Elle n’était pas la plus populaire de cette école. Mais elle n’était pas inconnue de ses camarades. Les rumeurs allaient vite. On se demandait comment elle parvenait à être aussi brillante dans certaines matières magiques, importantes à ses yeux, bien précises, tout en ayant une vie aussi peu posée.
Caressant toujours l’un des plies de sa jupe comme elle cherchait à occuper ses mains, le visage légèrement penché sur le coté faisant glisser une mèche de ses cheveux sur son front, elle maintenait volontairement cette distance pour ne pas la faire fuir. Cela aurait été bien dommage. Elle pouvait à présent parfaitement bien la voir, sans cette tenue de Quidditch, sans cette position si peu confortable sur son balai. Il fallait l’avouer, la jeune fille était bien plus à son avantage et bien plus agréable à regarder.

Ce fut ce moment là que choisit la capitaine de l’équipe de Serdaigle pour sortir de ses vestiaires, se pensant être la dernière dans le coin. La verte et argent fut la première qu’elle vit. Elle rougit, comme l’on pouvait rougir en croisant le plus beau garçon de l’équipe de football du lycée. Mais là il s’agissait d’une jeune fille, et elle faisait le même effet. Il n’était pas question de sexe pour parvenir à faire succomber les sens d’une personne. Mais la Serdaigle se rendit compte rapidement de la présence de sa partenaire de jeu et malgré ses joues encore bien rouges son regard devint à la fois contrariée et blessée. Elle qui un peu plus tot lui avait conseillé de faire attention à LeeRoy, à présent elle se trouvait embarrassée face à elle.


« Joli match, Fred. », avait commencé la capitaine en insistant bien sur le diminutif de la dernière année, montrant bien qu’elle la connaissait plus que de nom.
« Je te fais le même compliment… bien que je t’ai trouvé… troublée… ? »
« Je ne vois pas en quoi j’aurais pu être troublée. »
« Je ne pensais pas en quoi… »

La capitaine commença par ouvrir la bouche mais rien n’en sortit. Elle rougit à nouveau avant de serrer son sac contre sa poitrine, baisser le regard et partir en bafouillant un « au revoir Fred ». Cette dernière sourit en coin en la regardant partir. Elle savait que la capitaine avait un faible pour elle. Pas qu’elle ne soit pas jolie, mais elle ne voulait pas lui donner satisfaction si vite. Elle ne voulait pas qu’elle puisse par la suite s’attacher à elle. Son destin était lié à d’autres horizons, elle le sentait. Et dès qu’il était question de sentiments, elle fuyait.

Frédérique reposa son regard sur la blonde. Son regard lui demandait de se rapprocher. La blonde n’avait pas encore eu l’occasion de répondre à ses premiers propos. Elle s’était attendue à quelques provocations dans ses propos, mais la plus jeune n’avait toujours pas parlé. Elle aurait bien voulu connaitre l’art de la legilimencie et de l’occlumancie pour lire en elle. Mais cela n’était pas au programme de ses défenseurs des valeurs de Dumbledore. Elle voulait travailler à Poudlard plus tard, et si elle y parvenait à un poste assez important, elle ferait en sorte de changer par mal de choses. Pour l’heure, elle voulait Emelyne, et pas seulement pour discuter. Et elle n’allait pas rester éternellement distante d’elle. Nul ne lui résister longtemps, et bien qu’elle l’ignorait pourquoi, elle ne s’en privait pas.…

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

La jeune Selwyn lui avait adressé un léger sourire qu’elle répondait dans un sourire en coin. Inconsciemment, la belle Inquisitrice avait mis une tenue qui la mettait en valeur, comme pour lui montrer à quel point elle pouvait toujours la charmer. Elle se rendit compte que la jeune femme en avait fait autant, comme pour lui montrer qu’elle ne l’avait pas oublié, et que son souvenir d’elle lui restait agréable. Elle lui plaisait toujours et elle ignorait si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Tant de choses s’étaient écoulés depuis leur dernière rencontre, lors de sa dernière journée à Poudlard.

« Bonjour Emelyne… le plaisir est partagé… bien que j’avoue avoir été surprise par ta première lettre… Il est dommage que l’on puisse se revoir à cause de telles circonstances… »

Elle lui désignait les canapés la laissant le choix de place où s’installer. Elle ne l’accueillait pas dans son antre avec la même formalité que ses autres invités. Aucun bureau ne séparerait ces deux personnes. Sa main tenant toujours son verre, contenant toujours un peu de sa boisson, elle continuait à détailler la jeune femme, la déshabillant presque du regard, comme autrefois…[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 29/10/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 26/12/2012
Parchemins postés : 95



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Emelyne Selwyn


MessageSujet: Re: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn} Lun 11 Fév - 22:51

Pourquoi avoir envoyé cette lettre à l’inquisitrice … Je me posais encore la question … Est-ce que c’était les dires d’Eris Valverde ? Oui possible … Savoir que l’ex-serpentarde s’occupait déjà en partie de l’affaire, m’avait rappelé beaucoup de souvenir, la plupart bon, je devais bien l’avouer …

Posant mon regard sur la jeune femme, je ne pus m’empêcher de profiter de la vue que j’avais. Son attitude, ainsi installée sur l'accoudoir du canapé, me faisait sourire alors qu’un flot de souvenirs envahissait ma mémoire.


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ FLASH-BACK ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

A peine étais-je sortie du vestiaire qu’une voix m’interpella. Je levai les yeux pour voir l’une des batteuses de l’équipe adverse et pas n’importe laquelle. LeeRoy était la meilleure des deux, voir peut-être même la meilleure batteuse de Poudlard. J’avais été bien en peine de lui résister dans le match mais son attitude si hargneuse n’avait eu pour résultat qu’attiser ma curiosité pour elle. Sa présence ici, ne voulait-elle pas dire que c’était réciproque ?

Belle endurance… Vous avez eu aussi un joli jeu de batte durant ce match… Presque aussi bon que le mien… Mon Cognard a failli vous faire tomber de votre balai à plusieurs reprises…

Un léger sourire passa sur mon visage alors que je croisais les bras sur ma poitrine. Oui elle avait faillit m’avoir, mais seulement faillit, ce qui me rassurait un peu sur mon niveau. Ce fut le moment que choisi la capitaine de mon équipe pour sortir. Malgré que je ne sois pas loin de la porte, elle ne me remarqua pas de suite et échangea quelques mots avec Frederique. Il ne fallait pas être idiot pour voir le trouble qui s’était emparée de la jeune femme, faisant sourire la Serpentarde.

Je regardai ensuite ma capitaine qui fuyait plutôt qu’elle ne s’en allait. Elle était très gênée, cela se voyait mais je m’en fichais bien. Que ce soit de la réaction de la jeune fille et même des ragots à propos de LeeRoy. Retenant un nouveau sourire, je reportai mon attention sur la jeune femme et m’approcha d’elle de quelques pas. Cherchant ce que je pouvais répondre sans ouvrir les hostilités. J’étais curieuse de connaître plus mon interlocutrice et être trop directe ne risquait pas arranger les choses.

Presque aussi bon ? Oh alors ayant un an de moins, j’ai toutes les chances de vous dépasser ! Surtout avec une telle … motivation !

Mon regard en profita pour la détailler un peu plus en terminant ma phrase. Cette fois ce fut un sourire franc qui s’installa sur mes lèvres. La jeune femme m’intéressait. Je ne savais pas jusqu’à quel point mais rester avec elle me permettrait d’en savoir plus.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Une vision agréable … tout à fait agréable … et qui me rappelait qu’elle avait été la seule femme à pouvoir me toucher, à pouvoir se permettre de dire qu’elle me connaissait vraiment. Pourquoi avais-je repris contact avec elle dans un tel moment ? Pour partager notre désespoir quant à la disparition de nos fils ? Pour se soutenir mutuellement ? Ou tout simplement par curiosité de savoir ce qu’elle était devenue ? Très certainement un mélange de tout ça …

Bonjour Emelyne… le plaisir est partagé… bien que j’avoue avoir été surprise par ta première lettre… Il est dommage que l’on puisse se revoir à cause de telles circonstances…

Hochant la tête doucement, je me dirigeai vers les canapés qu’elle me désignait. M’installant tranquillement sur le premier, c'est à dire en face d'elle, je me mis à l’aise, m’appuyant contre le dossier et croisant les jambes, un léger sourire sur mes lèvres.

Oh mais moi aussi j’ai été surprise d’une telle initiative de ma part … Et c’est vrai que c’est dommage comme situation mais que veux-tu, on ne choisi pas forcément tous les évènements qui ont lieu …

Cette lettre … je l’avais écrite lors d’un de mes moments d’absence, lors d’un de ces moments où je n’arrivais pas à me contrôler. Quand j’avais reçue la réponse de Fred, il m’avait fallut du temps pour comprendre ce que j’avais fait et surtout pour me dire que finalement c’était un bien …

Laissant mon regard dérivait sur la décoration des lieux, je secouai la tête en souriant. C’était fou le changement qu’elle avait apporté ici. Elle avait su redonné un petit goût de fraicheur à un endroit qui avait appartenu à déjà pas mal de directeur d’un certain âge. Elle était la plus jeune et dans un sens, j’étais admirative de sa réussite. Même si j’étais désormais exécutrice, j’étais passée par pas mal de travail et même par un petit séjour à Azkaban avant enfin de trouver ma place. Une place que ma … folie pourrait bien me faire perdre si je n’arrivais pas à la dominer.

Pas mal la déco, ça change d’autrefois !

Autrefois … Une façon détournée de nous ramener à notre dernière rencontre ou bien à la première, au choix, mais surtout une façon de rappeler qui nous étions à l’époque pour essayer de nous situer désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn} Mar 12 Fév - 21:01


La belle Inquisitrice ne serait pas attendue que le Ministère s’intéresse enfin plus en profondeur à cette histoire de disparitions d’enfants. Il semblait évident que l’Intendant avait pris les choses en main et faisait en sorte qu’implicitement honorer la promesse qu’il avait fais à son héritière. Il lui avait donné sa parole de l’aider autant qu’il le voulait pour retrouver son fils. Et de ce but qu’elle s’était fixée il y avait quatre ans quand Daniel avait disparu, elle en était arrivée à celui de libérer tous ces innocents qui avaient été arroche à leur famille. Et parmi eux, comptait bien évidemment l’enfant de la belle Exécutrice.
Ainsi, cette dernière confirma son propre étonnement à la correspondance qu’elles avaient eu et qui les avaient mené à enfin se revoir. L’attraction entre les deux jeunes femmes était toujours aussi présente. Elles avaient eu toutes deux de nombreux partenaires, mais rien n’était comparable à ce que leurs êtres avaient ressenti à leur union. Attraction physique, attraction charnelle. Il n’y avait eu que de la passion entre elles mais une passion qui laissait une trace indélébile sur leur être, sur leur corps.


« Tu devrais connaitre mes initiatives pourtant… Elles sont toujours aussi surprenantes et imprévisibles… »

Haussant un sourire diaboliquement envoutant, Frédérique savait pertinemment ce dont elle parlait et où elle voulait en venir. La plus jeune des deux était la seule à dire qu’elle avait su percé à jour sa camarade, plus en profondeur que toute autre personne, plus intimement que n’importe quel autre partenaire qu’elle n’aurait. Bien que l’on vieillissait. Bien que les choses de la vie nous emportaient. Bien que des étapes nous transportaient. Il y avait des choses qui ne changeraient pas. Et qui ne changeront jamais…

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ FLASH-BACK ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


La Serpentard voyait bien le regard de son adversaire la détailler. Elle était déjà assez experte dans ce domaine pour savoir un minimum ce qui traversait son esprit. Elle sourit satisfaite. Elle n’aurait pas besoin de se fatiguer longtemps. Le match avait déjà eu raison de sa patience. Elle savait ce qu’elle voulait et elle obtenait toujours le fruit de ses désirs, même si cela ne se passait pas toujours de la même manière à chaque fois. L’on ne parvenait rarement à fuir une personne qui nous donnait de l’importance, qui nous montrait à quel point l’on pouvait être beau.

« Une telle motivation dites-vous… ? »

Il y avait des moyens de lire entre les lignes. Ce qui pouvait être une mauvaise chose comme une bonne chose. L’interprétation n’était pas toujours en lien avec la véritable signification d’un mot. Ici, Frédérique espérait que cela entrait dans le jeu de séduction qu’elle lui offrait. Alors que beaucoup de jeunes hommes de cette école tueraient pour connaitre les attraits de cette belle Lilith, celle-ci choisissait une toute autre proie. C’était peut-être aussi pour cela qu’elle troublait autant sans pour autant avoir un physique attrayant, sans forme ni valeur, banal et commun.

« Presque aussi bon en effet… avec un peu d’entrainement… avec un peu de concentration… vous pourriez espérer avoir un jour mon niveau… Même ses idiots de jumeau n’ont pas réussi à me faire chuter de mon balai… Peut-être auriez-vous la chance que je m’occupe de vous… »

En effet, elles venaient de disputer un match. Ce match était un avant gout de la Mangemort qu’elle allait devenir. Cruelle et impitoyable, déterminée et imprévisible. Le dernier match sans doute qu’elles joueraient l’une contre l’autre. Si la Serdaigle voulait des conseils, il n’y avait qu’à présent qu’elle pouvait lui en donner. Des conseils comme toute autre chose. Car d’ici quelques semaines, la plus âgée aurait son diplôme et quitterait Poudlard. Bien qu’elle ne savait pas encore qu’elle y reviendrait et quel destin elle en aurait…

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Un elfe de maison apparut dans un coin discret de la salle et sa propriétaire lui fit signe d’approcher afin de servir à son invité ce dont elle pourrait avoir envie. En attendant sa réponse, il versa un peu de cette boisson alcoolisé dans le verre ainsi vidé de sa patronne. Si elle n’avait pas bu ces quelques gorgées un peu plus tot, elle se serait déjà jetée sur la jeune femme. Et n’était-elle pas là envoyée officiellement par le Ministère pour discuter sur cette affaire de disparition d’enfants ?

« Décoration à mon image… Vois comme la luminosité et la couleur ne sont toujours pas mon fort… »

Entre le vert, le noir, et l’argenté, on ne doutait pas de l’ancienne maison d’appartenance de la jeune femme, même maison qu’elle avait dirigé durant deux ans. Mais les valeurs de Serpentard étaient si encrées en elle qu’elle ne parvenait plus objectivement à s’en détacher. Elle était à présent la dirigeante de cette école et elle se moquait bien de mettre en avant ses préférences. Elle était de nature juste et droite. Bien que partisante du Seigneur des Ténèbres, si un élève se montrait remarquable à Gryffondor, elle saurait tout aussi bien le porter en avant.
Portant ainsi la discussion à son but véritable, la jeune LeeRoy eut un air plus grave et plus mélancolique. Elle n’avait jamais véritablement eu l’occasion de parler de l’enlèvement de son fils. Souvent vaguement, souvent succinctement. Elle n’aimait ni se plaindre ni larmoyer en public. Elle ravalait ses douleurs, elle ravalait ses peines, elle ravalait ses rancœurs. Ainsi, son être empli de tous ses états, elle en devenait plus forte pour mener le combat. Si elle parvenait à avoir Emelyne auprès d’elle pour mener à bien ses recherches, elle n’en était que plus satisfaite. Les choses avanceront enfin et en parfaite cohésion.


« On ne choisit certes pas les situations… mais on peut choisir leur finalité… Et j’ai moi-même choisi de me battre jusqu’au bout… ! Explique-moi enfin en détail le but de ta visite… »

Frédérique, toujours assise sur son accoudoir, la regardait avec attention féline. Le parfum de sa boisson lui venait à ses narines, comme le parfum envoutant de la jeune femme. Elle avait toujours cette même essence. Cette essence qui donnait envie de la prendre et de laisser surgir ses pulsions. Mais le doux sourire d’Alex vint passer devant ses yeux et elle détourna le regard d’Emelyne. Elle pensait de plus en plus souvent à cette jeune femme. Elles n’avaient eu pourtant qu’une seule aventure. Et d’ordinaire, elle ne pensait plus à ses aventures, sauf si elle recroisait la personne. Mais là, sa vision lui revenait, souvent, non pas pour la hanter, mais pour la charmer.
Passant une main dans ses longs cheveux, qu’elle repoussa en arrière avant de les ramener sur son épaule gauche, elle expira doucement laissant imaginer tout, sauf la réelle signification de ce presque soupire. Ce mélange d’états ne lui plaisait pas vraiment. Elle ne voulait plus réfléchir. Elle voulait agir. Elle ne voulait plus ressentir. Elle voulait seulement se laisser porter. Mais une toute autre personne semblait l’emporter malgré elle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 29/10/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 26/12/2012
Parchemins postés : 95



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Emelyne Selwyn


MessageSujet: Re: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn} Lun 18 Fév - 17:48

Tu devrais connaitre mes initiatives pourtant… Elles sont toujours aussi surprenantes et imprévisibles…

Je me retins de rire en entendant Frederique sortir ça. Oh que oui que je connaissais sa façon d’agir et j’étais même limite surprise qu’elle soit aussi calme. Elle avait murit. Surement mieux que moi vu le poste qu’elle avait réussi à obtenir alors que moi j’arrivais à grande peine à rester à un poste fixe.

Posant mon regard dans celui de la jeune femme, je parvins à récupérer son sourire, comme un souvenir du passé, comme un « rappelle-toi c’était hier … ». C’était en faite il y a quelques années mais rien qu’en échangeant quelques mots, on était presque revenue à cette période, comme si ça nous manquait.


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ FLASH-BACK ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Une telle motivation dites-vous… ?

J’avais intrigué la jeune femme en parlant de motivation. Il faut dire qu’en connaissant les rumeurs courant sur la Serpentarde, ma phrase avait limite un double sens. Mais je m’en fichais. Je n’étais moi-même pas fixée sur mes intentions et je préférais donc être ainsi pour voir ce qui allait se passer. La curiosité était un vilain défaut disait-on … Ca restait encore à prouver …

Presque aussi bon en effet… avec un peu d’entrainement… avec un peu de concentration… vous pourriez espérer avoir un jour mon niveau… Même ses idiots de jumeau n’ont pas réussi à me faire chuter de mon balai… Peut-être auriez-vous la chance que je m’occupe de vous…

Les jumeaux Weasley … Deux idiots qui se croyaient plus fort que tout parce que leur lien familial était si important que ça leur donnait un avantage tactique sur les autres. Sauf qu’avec un peu d’entrainement et beaucoup de volonté, c’était facile à dépasser vu comme ils se reposaient sur leurs lauriers …

Ca serait vraiment une chance et … un grand honneur …

Souriant doucement, je m’inclinai légèrement comme en signe de respect. Elle avait attisé bien plus que ma curiosité que ce soit par ses mots ou par son attitude et je me doutais qu’elle n’était pas là juste pour me faire des compliments aussi, je n’avançai encore d’un pas, réduisant l’écart qui nous séparer avant de lancer à voix plus basse.

Je doute que tu sois venue juste pour me complimenter sur ma façon de jouer alors … Que veux-tu ?

J’étais passé du vouvoiement au tutoiement sans hésiter, comme pour rendre notre échange plus secret, plus personnel et surtout pour lui montrer que je me fichais bien qu’elle soit mon ainée. Ca ne me dérangerait pas de la défier puisque c’était ce que je faisais avec tout le monde …


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Décoration à mon image… Vois comme la luminosité et la couleur ne sont toujours pas mon fort…

Alors que je venais de dire à l’elfe de me servir un whisky, je souris doucement. Il était difficile de ne pas savoir de quelle maison venait Fred rien qu’en voyant les différentes couleurs qui prédominaient dans la pièce.

Je vois ça ! Mais … moi j’aurais ajouté une petite touche de bleue …

Moi une chiasse ? Mais non, je faisais prévaloir que je venais de Serdaigle c’est tout. Après tout, ce n’était pas comme si je lui disais que c’était mal décoré. En faite, j’aimais bien même …

On ne choisit certes pas les situations… mais on peut choisir leur finalité… Et j’ai moi-même choisi de me battre jusqu’au bout… ! Explique-moi enfin en détail le but de ta visite…

L’elfe me rapporta ma boisson demandée. La prenant sans le remercier, je portai le verre à mes lèvres, laissant mes pensées se focalisaient sur la demande de l’inquisitrice et surtout sur ma façon de lui expliquer ça. Posant sur mes genoux ma main qui tenait le verre, je plongeai mon regard dans le liquide ambré avant de lancer.

Mon fils a disparu, il y a six mois de ça …

Relevant la tête, je plongeai mon regard dans celui de la jeune femme. Je savais qu’elle-même avait perdu son fils et qu’il devait donc comprendre le désarroi qui m’avait envahi à cette nouvelle.

Je suis devenue raffleuse pour tenter de retrouver les kidnappeurs et de ce fait, j’en ai appris un peu plus sur cette affaire, apprenant ainsi qu’il était loin d’être le seul mais qui peu de personnes étaient au courant de ce fait. J’ai … donc décidé de taper plus haut. Je suis devenue exécutrice des nuisibles mais malheureusement ça ne m’a pas ouvert les portes à cause de mon statut de … victime …

Serrant les dents, je fermai les yeux quelques secondes, sentant ce petit bout de moi si violent qui tentait de prendre le dessus. Je ne voulais pas changer face à elle, je ne voulais pas lui montrer cette part de moi que je détestais … Respirant doucement, je rouvris les yeux et continua.

J’ai donc pris rendez-vous avec le ministre mais … Ca ne s’est pas passé comme prévu …

Pas la peine d’entrer dans les détails, pas la peine de lui parler de cette semaine d’enfer que j’avais vécue à Azkaban et qui avait permis à la partie de moi que je déteste, de grandir et de devenir plus forte, lui permettant ainsi de prendre plus facilement le dessus sur moi …

Mon dernier rendez-vous date d’il y a peu, juste avant notre correspondance. Tu as … peut-être reçue aussi une lettre du directeur de l’Ordre Nouveau qui devait d’ailleurs t’informer du fait qu’il me mettait sur l’enquête à tes côtés.

Eris Valverde … Un rendez-vous que j’appréhendais beaucoup. C’était le premier que j’avais depuis ma sortie de la prison et j’avais du mal à gérer mes deux moi mais sa façon d’agir avait réussit à me faire tenir, à me donner la motivation pour être plus forte.

Il m'a donné quelques renseignements intéressants … Une organisation en Suède qui pourrait avoir des indices, des choses pour nous permettre d’avancer dans nos recherches … Je compte y partir rapidement mais il fallait que je te vois d’abord, que je sache quels renseignements tu pourrais avoir et que je n’aurais pas. Histoire de bien avoir toutes les cartes en main pour ne pas foirer cette mission parce que Crow ne me ratera pas si jamais j’échoue …

Portant de nouveau mon verre à mes lèvres, je dus me concentrer pour cacher le tremblement qui m’avait pris. Le mauvais moi tentait encore de devenir plus fort, il voulait remonter à la surface mais j’avais peur, peur de ce qu’il pourrait faire à Fred et surtout peur de comment elle pourrait me percevoir après ...Je n’étais pas dangereuse, du moins je ne croyais pas, mais cette folie était tellement bizarre qu’elle pouvait effrayée bien des gens …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn} Jeu 21 Fév - 18:28


Frédérique était devenue si calme, trop calme. Un calme qui ne laissait pas toujours présager quelque chose de bon. Elle pouvait s’emporter rapidement, brusquement. Mais elle en restait posée. C’était sans doute le plus à craindre dans des personnes comme elle. Pourtant, il y avait dix ans, elle était plus vive, moins tempérée. Elle n’hésitait pas à parler fort en classe, à hurler durant un match. Elle était plus directe, moins réfléchie. Elle agissait et les conséquences lui étaient égales. A présent, elle cogitait trop. Elle ne levait plus la voix. Elle était devenue douce, presque tendre. Si elle n’avait pas gardé sa facilité à tuer, et son allégeance pour le régime, on aurait pu penser qu’elle avait changé de camp. Mais sa fougue d’entant ne revenait que durant ses ébats…

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ FLASHBACK ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

La jeune Serpentard avait été intriguée par sa rivale tout le long du match. A présent, elle titillait son intérêt. Plus elle la scrutait, plus elle éveillait ses sens. Plus elle l’écoutait et l’observait, plus elle voulait la bousculer d’avantage. Elle aimait le double sens de son comportement et des propos qu’elle lui tenait. Elle aimait son coté directe qui lui plaisait bien plus que la réserve de la Capitaine. Fougueuse, elle aimait retrouver en ses amantes la même fougue. Pleine de vie, elle aimait la retrouver chez les autres jeunes filles. Encore mineure, elle n’avait pas eu droit à l’expérience de ses ainées. Mais qu’importe, elle avait de quoi se contenter à Poudlard.
Frédérique émit un rire d’amusement à la révérence de la jeune Serdaigle et elle se détacha enfin de son mur pour s’avancer vers elle alors qu’elle-même s’était elle aussi avancée. La jeune prédatrice marchait aux cinq sens. Sa vue et son ouïe étaient comblés. Son odorat était en éveil. Son toucher et son goût voulaient être satisfaits. Elle haussa un sourire malicieux en coin. Emelyne venait de la tutoyer. Entre élève, l’on ne se posait pas de question, l’on se tutoyait. Pas pour l’ainée des deux. Mais ce changement d’appellation lui plaisait.
Ce qu’elle voulait ?


« Toi… »

Voyant qu’elle jouait le même jeu de provocation qu’elle, Frédérique attrapa sa camarade par la taille et vint la coller à elle. Elle la défiait et on ne l’a provoqué pas longtemps sans conséquence. Elle jouait dans la cours des grands. Directe, elle l’était aussi dans ses actes. Elle n’y réfléchissait pas. Elle voulait, elle prenait. Faisant déjà rejoindre leurs lèvres, elle se moquait bien qu’elles pouvaient se faire surprendre. Elle la voulait, elle la prenait. Le reste n’avait pas d’importance…

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Emelyne avait réussi à faire sourire l’ancienne Serpentard. Cette dernière souriait peu, ne souriait plus. Son visage semblait éternellement mélancolique, éternellement triste. Son regard était habituellement distant, son air habituellement froid. Elle était entourée d’un mystère que nul ne pouvait atteindre. Enfin, elle le pensait. La joie de vivre, la vie qu’elle croquait à pleine dents autrefois, avait petit à petit disparu pour laisser ce voile noir s’envelopper autour d’elle.
Frédérique ressentait quelque chose de différents chez cette ancienne rivale. Dans ses attitudes, dans son état, dans son être. Elle avait l’impression d’à la fois la retrouver mais aussi d’être face à une nouvelle personne. Elle ne retrouvait pas ce regard provoquant et rempli de malice. Elle ne retrouvait pas cette jeune fille fougueuse qui avait su la provoquer assez fort durant un match de Quidditch pour avoir envie de la découvrir en dehors du terrain.

Ses pensées furent détournées par les quelques banalités sur la décoration de son bureau. Oui les couleurs prédominantes étaient le vert, le noir et l’argent. On y trouvait les autres couleurs des autres maisons de Poudlard, mais elles en étaient bien moins nombreuses. Cela marquait en effet l’importance de mon rang face à eux tous. Mais elle ne parvenait pas à se montrer infidèle à ses convictions, infidèle à mon ancienne maison, infidèle à moi-même. Bien que blessée, perdue, différentes, elle était toujours Frédérique LeeRoy.

Sirotant toutes deux les boissons apportées par l’elfe de maison, la jeune Inquisitrice écouta les raisons de la venue de l’Exécutrice entre ses murs. Ainsi cette dernière était venue par rapport à la disparition de son fils. Après avoir tenu une place de fait divers dans les journaux, cette histoire remontait enfin aux hautes instances. Cela avait mis du temps, trop de temps, mais elle était ravie de voir que son acharnement n’avait pas été veine. Ainsi, elle compatissait sans peine à la colère et à la tristesse de cette jeune femme. Elle était passée par là, par toutes ses portes closes, par toutes ses étapes. Elle ne l’interrompit pas à un seul instant. Elle attendait qu’elle finisse pour lui répondre à chaque de ses interrogations directes ou dissimulées.


« J’ai su pour ton fils et j’en suis navrée… Comme tu le sais, mon fils a été dans les premiers à être enlevé… Je ne l’ai toujours pas retrouvé…
Je ne suis pas étonnée de voir le peu de réponses qu’on a pu t’apporter… Le Ministère, après avoir refusé de s’occuper de cette affaire, semble prendre cette histoire à la légère… Alors nous savons tout, mais nous ne savons rien…
J’ai de la chance que mon père est l’Intendant de Grande Bretagne… Cela me permet quelques privilèges et surtout la possibilité d’être la référente de cette affaire tout en étant l’une des victimes…
Le Ministre est un sombre idiot… Je ne suis pas étonnée de l’échec que tu as pu en avoir… Le Directeur de l’Ordre Nouveau est un homme de confiance… Je ne le porte pas en haute estime, mais son travail a le mérite d’être fait comme il se doit… Je suis ravie de savoir que l’on peut compter à présent sur lui…
Crow ne me porte pas non plus dans son cœur… Et je n’ai aucune confiance en lui… Il est tant d’un remaniement au Ministère… Ils sont en train de gâcher les entreprises du Seigneur des Ténèbres…
Comment la Suède pourrait avoir des indices… ? Ce que je sais… si peu de choses malgré tout l’acharnement que j’y mets depuis quatre ans… De la bouche de Sheppard, j’ai su que les Hors la loi était derrière tout ça… Mais cette vermine se multiplie plus rapidement que la peste… Ils pourraient être tous concernés, comme juste une poignée… J’opterais pour la poignée seulement… »


En effet, elle avait rencontré Kristin Kreuk il y avait peu de temps, et elle semblait ignorer tout de cette affaire. Elle ne lui faisait pas confiance, mais elle avait la parole franche et l’acte sincère pour que l’on ne doute pas de ses dires. Si les uns se vantaient de leurs actions contre le régime, contre les familles vouaient à ce régime, les autres niaient ardemment ces actes et même ne semblaient pas avoir eu vent de cette histoire. Trop de contradiction qui faisait que les plus idiots laissaient rapidement tomber. Ces deux femmes ne lâcheraient jamais.
Elle lui parlait du Ministre, un homme qu’elle ne connaissait que peu mais dont elle en ne parvenait pas à s’en faire une image positive. Puis elle lui parla de Crow, un homme qu’elle ne parvenait pas à supporter et qui lui rendait parfaitement bien la pareille. Elle le maudissait bien plus que le Ministre qui du haut de sa sphère ne faisait pas grand-chose au final. Ils étaient des hommes de terrain qui une fois derrière un bureau n’étaient plus bon à rien. Il fallait plus de personnes comme Valverde si l’on voulait que le gouvernement avance à nouveau.

LeeRoy voyait les différents états exprimés par la jeune femme. Mais bien évidemment, elle ne parvenait pas à les interpréter comme il se devait. Elle ignorait tout de ce qui se passait en réalité en Selwyn. Cette dernière fermait les yeux comme pour se ressaisir, et elle crut là un signe de fierté, comme pour ne pas pleurer. Elle respirait doucement, elle tentait de renfrogner un état qui lutter pour prendre le dessus. Quand elle porta son verre à ses lèvres, Frédérique se leva. Quelque chose n’allait pas. Elle ignorait quoi et elle se doutait qu’elle ne le lui dirait pas. Pourtant, elle s’approcha d’elle, se débarrassa de son verre, et vint à s’assoir à coté d’elle. Ainsi assise de profil sur le canapé pour être face à elle, une jambe repliée sous ses fesses, elle prit son verre qu’elle déposa, en se penchant au dessus d’elle sur le guéridon. Se redressant doucement, emprunte des souvenirs qui revenaient sans cesse alors que son parfum imprégnait ses sens, elle prit sa main dans les siennes tout en caressant le revers de ses pouces.


« Que t’arrive-t-il ma belle amie… ? »

Voila dix ans qu’elle ne l’avait plus appelé ainsi. Plus depuis la seconde et dernière fois où elles s’étaient revues, le jour même de son départ de Poudlard, quand l’ainée des deux avait laissé un message indélébile sur son corps, comme pour contredire des adieux, comme une promesse d’au revoir.…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 29/10/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 26/12/2012
Parchemins postés : 95



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Emelyne Selwyn


MessageSujet: Re: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn} Lun 4 Mar - 21:47

La folie … Si j’écoutais ma grand-mère paternelle, Abigaël, la folie était une douceur, quelque chose qu’il fallait apprécier et même redemander. Mais moi je n’étais pas d’accord. La folie me faisait avoir des réactions bizarres qui m’empêchaient de me reconnaître moi-même. Je n’étais plus la même enfin … si mais il y avait un degré de violence et de goût de cette violence que je ne reconnaissais pas. J’étais une sang-pur et j’avais été élevée dans l’optique de servir le seigneur des ténèbres. Je le faisais avec grand plaisir mais devenir un monstre n’avait jamais été au programme de mon évolution …


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ FLASH-BACK ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


J’étais tout à fait consciente que j’étais en train de provoquer la jeune fille et qu’elle n’allait pas tarder à répondre. Je voulais savoir jusqu’où elle allait se permettre d’aller alors qu’elle ne me connaissait pas. C’était comme un jeu pour moi, un jeu plutôt dangereux mais qui me donnait de l’adrénaline comme j’aimais.

Je m’étais avancée pour lui montrer qu’elle ne me faisait pas peur, que son attitude provoquant ne me faisait pas fuir voir même le contraire. J’avais usé d’une autre façon de lui parler pour lui faire comprendre que j’éprouvais une envie particulière de la connaître. Ou en étais-je de mes désirs, de mes sentiments, je n’en avais aucune idée mais peut-être pourrait-elle m’aider à y voir plus clair …

Toi…

Ce simple mot ainsi que l’intonation qu’employa Frederique me permis d’en savoir plus. Un sourire franchit mes lèvres alors que la Serpentarde réduisait encore l’espace qui nous séparait. Immobile, je la laissais faire, voulant savoir si elle allait oser ou pas, voulait savoir si ce que je ressentais, était réciproque.

Quand ses lèvres se posèrent sur les miennes, je ne pus m’empêcher de poser mes mains sur ses bras et de répondre à son baiser. Tout ce qui était autour de nous, je m’en fichais royalement. Qu’on puisse nous voir ne me causait aucun soucis vu que mon caractère assez direct effrayait déjà pas mal de monde. Ce baiser était différent de ceux que j’avais déjà échangés. Etait-ce parce que c’était une fille en face de moi ? Je n’en avais aucune idée mais une chose était sûre, c’était que j’aimais ça !

Mettant un terme au baiser, je me reculai juste assez pour regarder la demoiselle dans les yeux. J’avais toujours mes mains sur ses bras et je ne comptais pas la lâcher de suite, je n’en avais pas fini avec elle …

Pas mal comme approche mais je préfère nettement être directe !

Et sans attendre qu’elle ajoute un mot, je capturai à mon tour ses lèvres dans un baiser beaucoup plus fougueux. A l’image de ma véritable personnalité, à l’image de la serpentarde que je n’étais pas …


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


La boisson était parfaite, le décor était parfait, ma compagne parfaite mais je n’étais pas là pour passer un bon moment, j’étais là pour … le travail devrais-je dire. Mais pourquoi alors est-ce que je me sentais si mal ? Il était vrai que je n’étais plus la jeune Emelyne Selwyn insouciante et rebelle que la jeune LeeRoy avait rencontrée à Poudlard. J’avais bien murit, j’étais devenue mère et surtout j’avais cette partie de moi qui grandissait de plus en plus, m’effrayant autant qu’elle me rendait curieuse.

J’ai su pour ton fils et j’en suis navrée… Comme tu le sais, mon fils a été dans les premiers à être enlevé… Je ne l’ai toujours pas retrouvé…

Oh oui que j’avais su, mais je n’avais jamais eu le courage de lui envoyer un hibou, ne sachant pas trop quoi lui dire alors qu’à ce moment là, j’étais enceinte de mon propre fils et que tout se passait à merveille pour moi …

Je ne suis pas étonnée de voir le peu de réponses qu’on a pu t’apporter… Le Ministère, après avoir refusé de s’occuper de cette affaire, semble prendre cette histoire à la légère… Alors nous savons tout, mais nous ne savons rien…

Je m’en étais rendue compte … Particulièrement avec mon rendez-vous auprès du ministre. John était un cousin par alliance et je n’avais jamais rien eu contre lui jusqu’à présent mais ses réponses m’avaient laissé un goût amer que j’avais évacué sur lui, un peu malgré moi …

J’ai de la chance que mon père est l’Intendant de Grande Bretagne… Cela me permet quelques privilèges et surtout la possibilité d’être la référente de cette affaire tout en étant l’une des victimes…

Une chance …Je n’étais pas sûre qu’on puisse dire ça puisqu’elle était aussi une des premières victimes mais c’était une façon de voir les choses. Façon que je commençais à partager depuis peu.

Le Ministre est un sombre idiot… Je ne suis pas étonnée de l’échec que tu as pu en avoir… Le Directeur de l’Ordre Nouveau est un homme de confiance… Je ne le porte pas en haute estime, mais son travail à le mérite d’être fait comme il se doit… Je suis ravie de savoir que l’on peut compter à présent sur lui…

Un sourire passa sur mon visage en l’entendant parler du ministre. Moi j’avais osé lui dire en face et j’y avais gagné un séjour d’une semaine tout frais payé à Azkaban ! Je ne sais pas si c’était bien mais ça m’avait permise de me découvrir et surtout que je puisse rencontrer le directeur de l’Ordre Nouveau et ainsi avoir enfin des renseignements un peu plus intéressant.

Crow ne me porte pas non plus dans son cœur… Et je n’ai aucune confiance en lui… Il est tant d’un remaniement au Ministère… Ils sont en train de gâcher les entreprises du Seigneur des Ténèbres…

Je hochai la tête en silence. Elle n’avait pas tord et bien que je sois sous les ordres de Crow, je m’étais jurée d’en découvrir un peu plus sur lui. Ca serait peut-être long et difficile mais j’étais très têtue, et je trouverais à coup sûr …

Comment la Suède pourrait avoir des indices… ? Ce que je sais… si peu de choses malgré tout l’acharnement que j’y mets depuis quatre ans… De la bouche de Sheppard, j’ai su que les Hors la loi était derrière tout ça… Mais cette vermine se multiplie plus rapidement que la peste… Ils pourraient être tous concernés, comme juste une poignée… J’opterais pour la poignée seulement…

Serrant les dents, je baissai les yeux sur mes mains qui tenaient mon verre. J’avais assez tué de hors-la-loi pour savoir qu’il y en avait toujours autant. C’était de la mauvaise herbe et comme on disait, la mauvaise herbe était celle qui poussait la plus vite.

Savoir cacher son malaise était une chose que j’avais l’habitude de faire mais devant Fred je n’y arrivais pas … Je n’avais aucune idée du pourquoi, peut-être parce que nous avions été proche, très proche … Buvant une nouvelle gorgée du breuvage, je n’osai regarder la jeune femme qui venait de quitter son canapé pour rejoindre la place juste à côté de moi. La laissant me prendre mon verre, je fermai à nouveau les yeux quand elle se pencha au dessus de moi pour poser le récipient sur la table. Elle n’avait pas changé … L’odeur de sa peau était la même qu’autrefois. Peut-être avec un soupçon de différence du à sa nouvelle maturité mais je la reconnaissais et elle me transportait à une époque où je n’avais pas à me soucier de mon second moi …

Que t’arrive-t-il ma belle amie… ?

Je devais me taire … Ne pas l’effrayer, ne pas lui avouer mes peurs et mes angoisses. C’était difficile mais il fallait que je le fasse. C’était une question de fierté, une question d’honneur, une question de liberté …

Relevant les yeux, j’allais repousser sa question par une réponse évasive mais j’eue le malheur de croiser son regard et ma détermination s’écroula. Laissant retomber mes épaules, je poussai un soupir avant d’ouvrir la bouche pour répondre mais aucun son ne passait mes lèvres, aucun mot ne franchissait le barrage de ma gorge. Alors je fis ce que je pensais le mieux pour me donner du courage. Me penchant sur la jeune femme, je pris possession de ses lèvres dans un baiser violent et brutal avant de m’écarter à nouveau.

Excuse-moi, je … je ne sais plus où j’en suis …

Me mordant les lèvres, je plongeai mon regard dans celui de la jeune femme avant de lancer rapidement pour être sûr qu’elle ne m’interrompe pas.

Je suis malade Fred … ce n’est pas une maladie grave mais personne ne doit savoir ! C’est dur … dur de la combattre pour qu’elle ne prenne pas le dessus. Je ne veux pas être vu comme ma grand-mère, je ne veux pas qu’on me désigne du doigt en me traitant de folle. Je ne veux pas aussi qu’on ait peur de moi alors j’espère que je ne me suis pas trompée en me confiant à toi, j’espère que j’ai raison de voir en toi bien plus qu’une simple ancienne camarade …

Retirant mes mains d’entre celles de la jeune femme, je me levai d’un bond et m’éloigna de quelques pas avant de lui tourner le dos. Je ne voulais pas la regarder, je ne voulais surtout pas voir dans ses yeux cet air compatissant que j’avais souvent vu chez ceux qui croisaient ma grand-mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn} Jeu 7 Mar - 21:37


Il y avait des affections mentales graves qui poussaient à des comportements extrêmes, à des pulsions incontrôlables. Il était possible d’échapper au contrôle de la raison, au bon sens. On appelait ça la folie, une psychose qui nous prenait pour ne plus nous lâcher. Des actes excessifs, déraisonnables, malsains, pouvaient ainsi surgir. Parfois pour le bien d’autrui, souvent pour leur mal. Cet excès poussait à aller toujours plus loin, mais brutalement, sans retenu. Il y avait un peu de folie en chacun d’entre nous. Fou de colère, fou de joie, fou de douleur, fou d’une personne, fou d’une chose, fou rire, succès fou, fou de rage, fou d’amour…

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ FLASHBACK ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Généralement, à son premier baiser, les jeunes filles fondaient sur place et se laissaient totalement faire. De part son caractère et son expérience, elle dominait, elle le savait. Mais cela en était devenu lassant alors elle avait cherché de plus en plus les difficultés quand elle voulait s’amuser. Quand elle ne voulait pas perdre son temps, elle savait à qui s’adresser. Elle était une prédatrice redoutable et elle aimait trop ses jeux pour s’arrêter un jour. Une chance que Mitch se moquait de tout ça, tant qu’il était sur qu’elle était à lui malgré tout. A lui et à aucun autre jeune homme. Pour cela, il n’aura jamais aucun souci à se faire.
Ainsi, Emelyne avait mis fin à leur baiser sans lâcher tout contact physique. Cela l’étonna. Cette fille était aussi joueuse qu’elle. Elle était la première a ne pas fondre devant elle. Elle était la première à la défier. Elle était la seule à oser la provoquer sur un terrain pourtant parfaitement acquis pour elle. Il était certain que la Serdaigle voulait la connaitre. Mais la Serpentard voulait la découvrir sur un tout autre terrain. Intelligente mais pas encore l’érudite qu’elle sera à l’avenir, elle n’usait pourtant pas autant de son esprit qu’elle ne pourrait le faire. Surtout dans ses moments là.
LeeRoy l’écouta alors parler, et elle fut satisfaite de ses paroles. Son baiser ne tarda pas et elle y répondit avec la même fougue avant d’arrêter à son tour brutalement ses embrassades mais en maintenant l’étreinte de sa taille. Il n’était pas compliqué pour éveiller ses sens. Une voix agréable, un parfum enivrant, un délicieux baiser, une peau douce, une silhouette gracile. On la qualifiait à un homme pour ce coté là et elle en rigolait volontiers. Elle n’avait rien d’un homme, elle était juste elle, une femme remplie de désirs et de passions.


« Voyons si tu peux avoir autant de fougue que sur un terrain de Quidditch… »

Brutalement, Frédérique l’entraina à l’intérieur des vestiaires attribués aux Serdaigle. Son geste fut si brusque que la jeune fille percuta un banc et le mur qui s’y trouvait derrière et s’y retrouva assise malgré elle. D’un mouvement vif, elle referma la porte qui se claqua derrière elle et elle revint vers son adversaire avec un sourire en coin qui donnait envie de la crainte et de la désirer à la fois. Attrapant son visage de ses deux mains, elle lui arracha un baiser fougueux tout en s’asseyant en califourchon sur ses genoux…

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Parfaitement raisonnée, réfléchie, contrôlant sans cesse son être, son esprit, son cœur, son âme, LeeRoy ne pouvait pas comprendre ce qui pouvait se passer en son amie. Elle ne pouvait ni le comprendre ni l’imaginer. Impuissante et surtout attentive à chaque parole, à chaque regard, à chaque mouvement de son amie, elle avait bien vu que quelque chose n’allait pas, qu’elle ne lui disait que la moitié des choses. Elle n’avait cessé d’être raisonnable et discrète, posée et calme. C’était pour cela que tout en elle était ambigu, mystérieux, attirant.
Elle avait cherché ce baiser et elle le savait. Elle avait tout provoqué comme pour s’assurer que l’alchimie qui avait existé entre elles dans le passé, l’attraction qu’elles avaient fait naitre, perdurait toujours. Mais elle l’avait cherché d’une manière bien plus subtile que les fois où elles étaient trouvées quand elles étaient élèves à Poudlard. A présent elle charmait plus qu’elle ne prenait. Elle attirait plus qu’elle ne provoquait. Elle la féline, était plus proche du chat que de la panthère.


« Tu t’excuses à présent d’un baiser que tu me donnes… à moi… Frédérique LeeRoy… la plus grosse prédatrice que Poudlard a connu… J’ai toujours su t’aider à savoir où tu en étais… »

Elle avait apprécié ce baiser, mais pas autant qu’elle ne l’aurait pensé. Elle avait ressenti cette rage d’antan, mais elle n’avait pas ressenti cette envie bouillonnante que cela aurait du naitre en elle. Au lieu de réagir dans l’immédiat comme elle l’aurait toujours fait, elle eut un temps d’arrêt, de surprise, de réflexion. Alex. Et son cœur s’emballa. Si bien que ce ne fut qu’à ce moment que l’effet de fièvre lui prit, que le trouble lui prit. Ce fut pour cela que dès qu’Emelyne stoppa ce baiser, elle ne la retint pas et écouta avec attention ses propos, pour ne plus avoir à penser.

« A l’époque de Poudlard, c’était moi que l’on voyait comme folle… quand on ne me voyait pas comme mauvaise… quand on ne me voyait pas comme…
Une fille de mauvaise vie ? Une trainée ? Une mauvaise fille ? Une moins que rien… ? Maintenant on me voit comme l’une des meilleures éléments au service du Maitre… »


La jolie brune se leva doucement et avança vers son amie qui lui tournait toujours le dos. Elle glissa ses bras autour de sa taille et plongea son nez dans son cou dans une douceur qu’elle n’aurait jamais eu autre fois. L’une et l’autre avaient tant changé et étaient les même pourtant. Elles se connaissaient, plus que de raison. Trop pour ressentir un sentiment amoureux, ou pour se détester. L’extrême limite des doigts, l’extrême ambigüité de tout état. Suffisante pour qu’elle cherche à la désirer. Suffisante pour s’en vouloir de la désirer. Car son cœur désirait une autre, que son esprit refusait d’accepter ce désir. Les réflexions devenant trop lourdes et compliquées, elle voulait que l’ancienne Serdaigle les fasse taire.

« N’ai aucun soucis… Ton secret serait bien gardé avec moi… Il t’en faudrait beaucoup pour que je te craigne un jour… Je pourrais peut-être t’aider à la contrôler… ou la laisser agir… !
Peut-être que ta folie pourrait… m’intéresser… »


LeeRoy se recula légèrement, sans retirer ses mains. Elle fit le tour d’elle pour lui faire face enfin, ses mains toujours posées sur sa taille. Elle chercha son regard en haussant un sourire en coin. Elle n’exprimait ni compassion, ni peur, ni crainte. Un mélange d’indifférence et de compréhension. Elle était Emelyne Selwyn. Elle la reconnaissait. Et pourtant, elle la trouvait différente. Mais elle voulait faire de cette différence une richesse et non comme une malédiction qu’elle présentait.
Attrapant son visage de ses deux mains, elle lui prit à son tour un baiser. Un baiser rempli de sensualité qui la caractérisait à présent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 29/10/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 26/12/2012
Parchemins postés : 95



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Emelyne Selwyn


MessageSujet: Re: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn} Mar 26 Mar - 17:24

Retenir cette folie était très difficile, il n’était pas rare que je choppe de sacré mal de tête et justement il y en avait un qui était en train de pointer son nez … Posant mes doigts sur mes tempes, je les massai doucement tout en fermant les yeux. Il fallait que je me reprenne, que je garde le dessus. J’étais forte, assez forte pour résister …


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ FLASH-BACK ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

C’était surprenant que j’agisse ainsi … Enfin pas d’être aussi franche, non ça c’était tout à fait moi, mais plutôt avec cette fille … je la connaissais à peine et pourtant j’étais là en train de l’embrasser et d’y prendre plaisir comme si c’était naturel …

La jeune femme répondit à mon baiser avec plaisir, ne me donnant que plus envie de la connaître. Mais de quelle façon ? Ca me faisait limite peur … J’avais l’impression de ne plus rien gérer …

Voyons si tu peux avoir autant de fougue que sur un terrain de Quidditch…

Les paroles de Frederique me surprirent tout comme son geste, me laissant faire, je me retrouvai rapidement assise sur un banc, à la regarder fermer la porte avant de revenir vers moi. Son baiser fongueux eut raison de moi et bientôt, je plaquai mes mains sur les hanches de la jeune fille tout en répondant à son baiser. J’étais une débutante dans ce domaine mais pas la serpentarde, on voyait nettement son expérience et son habitude à agir ainsi. La capitaine des bleue et bronze avait-elle aussi céder à la verte et argent ? Surement mais elle était mal à l’aise alors que moi … Bah moi je ne savais pas ce que voulait dire ce mot … Mettant fin au baiser, je plongeai mon regard dans celui de la demoiselle et lui fit une grimace qui se voulait être un sourire.

Je sais pas si j’ai autant de fougue mais … contrairement au Quidditch, je suis novice pour ça …

Dire que je ne savais pas, dire que je ne connaissais pas … Rha !!! Ce que je détestais être prise au dépourvue ! Ca ne devait pas être si compliqué que ça non ? Déjà me laisser aller, ne pas stressée et paniquer, ça ce n’était pas difficile à faire … Me mordant la lèvre inférieure quelques instant, je finis par me lancer et captura à nouveau les lèvres de la demoiselle. L’embrasser était déjà très agréable et j’en voulais plus, encore plus … Glissant mes mains de ses hanches vers le bas de son dos, je passai ces dernières sous sa chemise avant de remonter le long de sa colonne vertébrale tout en l’attirant contre moi. Jusque là tout aller bien. Ne pas réfléchir et se laisser aller, oui c’était l’idéal …


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Tu t’excuses à présent d’un baiser que tu me donnes… à moi… Frédérique LeeRoy… la plus grosse prédatrice que Poudlard a connu… J’ai toujours su t’aider à savoir où tu en étais…

Un léger sourire passa sur mon visage à la réponse de l’inquisitrice. Elle n’avait pas tord, je me souvenais encore des rumeurs qui couraient sur elle du temps où nous étions à Poudlard, les rumeurs mais aussi les faits réels puisque j’avais fait partie de ses conquêtes.

A l’époque de Poudlard, c’était moi que l’on voyait comme folle… quand on ne me voyait pas comme mauvaise… quand on ne me voyait pas comme… Une fille de mauvaise vie ? Une trainée ? Une mauvaise fille ? Une moins que rien… ? Maintenant on me voit comme l’une des meilleurs éléments au service du Maitre…

Elle une folle ? Ah non surement pas ! C’était la fille à qui j’aurais voulu ressembler, celle qui m’avait permis de mieux me comprendre, de savoir vers quelle voie me diriger. Et encore aujourd’hui c’était la même chose, elle était mangemorte alors que moi je n’étais qu’un simple serviteur des ténèbres … Une parmi tant d’autres … J’aimerais être aussi spéciale mais je ne savais comment faire … Ma folie pouvait-elle m’y aider ? J’y avais pensé mais sans savoir comment m’y prendre …

Les bras de Frederique, qui venaient me serrer la taille, me firent frissonner légèrement alors que je fermais les yeux pour sentir le parfum de la jeune femme. Sa tête dans mon cou me ramenait à un passé qui me semblait si lointain en un pareil moment que j’avais même cru l’avoir oublié.

N’ai aucun soucis… Ton secret serait bien gardé avec moi… Il t’en faudrait beaucoup pour que je te craigne un jour… Je pourrais peut-être t’aider à la contrôler… ou la laisser agir… ! Peut-être que ta folie pourrait… m’intéresser…

M’aider … Jamais je n’avais demandé d’aide, enfin si, juste une fois à mon cousin pour retrouver Clovis et j’avais récolté un séjour à Azkaban. Du coup j’hésitais à accepter de l’aide. Me débrouiller par moi-même serait plus simple … enfin pas forcément mais du moins, je connaitrais plus facilement les conséquences de mes actes …

T’intéresser ? Je ne vois pas comment …

J’avais prononcé ces mots d’une petite voix, le regard toujours baissé sur le sol, malgré la présence de la jeune femme derrière moi. Finalement elle me contourna pour me faire face, m’obligeant à relever la tête pour plonger mon regard dans le sien. Je n’y lus pas cette compassion que je craignais voir mais plutôt une envie de m’aider, un besoin irrépressible de faire son possible pour que je me sente bien. Alors que j’allais ajouter quelques mots, elle m’en empêcha d’un baiser doux et tendre, comme jamais je n’avais eu l’occasion d’avoir de sa part. Quand nous étions à Poudlard c’était plus de la fougue et de l’empressement qui nous caractérisaient contrairement à ce que nous étions maintenant.

Je ne veux pas la contrôler, je veux juste qu’elle … disparaisse … Redevenir celle que j’étais avant, celle que j’ai toujours voulu être et non cette … chose qui parfois me faire dire et agir de façon que je ne m’aurais jamais cru capable.

Je m’étais séparée d’elle, enfin juste un peu, juste assez pour pouvoir chercher son regard et lui faire comprendre que j’avais peur. Oui, moi Emelyne Selwyn, celle qui n’hésitait pas à provoquer quiconque se mettait en travers de son chemin, j’avais peur …

Oh Fred … Aide-moi …

Je ne pleurais pas, mais je crois qu’il ne fallait pas grand chose de plus pour que les larmes coulent. Je les empêchais de venir tout comme j’empêchais la folie de m’envahir, je me contrôlais, ou du moins je tentais de la faire avec plus ou moins de réussite mais jusqu’à présent, ça fonctionnait …


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn}

Revenir en haut Aller en bas

Saveurs passées au gout d'aujourd'hui... {PV Emy Selwyn}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-