POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Poudlard et Ministère unis pour une même affaire... {PV Lin}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Poudlard et Ministère unis pour une même affaire... {PV Lin} Mer 23 Jan - 15:24


Quelque part sous terre, ainsi sans lumière du jour, sans fenêtre, sans le regard de la lune et des étoiles, une des cheminées aux manteaux dorés, la seule qui se mit en fonction ce soir là, s’alluma brusquement pour laisser apparaitre l’Inquisitrice. L’atrium, aux vastes murs recouverts de lambris aux bois sombre et vernis, au sol recouvert d’un parquet noirs et à la fontaine centrale de pierres sombres avec pour monument La Magie est Puissance, semblait plongé dans un silence glaçant. Seuls ses pas claquant sur le sol résonnèrent dans le hall. Le gardien du poste de sécurité sursauta quand il la vit franchir les grandes portes en or menant aux ascenseurs. Il voulut l’arrêter et quand il reconnu son visage, il sembla pétrifier. La fille de l’Intendant venait en pleine nuit au Ministère. Quelque chose n’allait pas. Et il savait qu’il risquait gros si il se mettait ainsi sur le chemin de la femme la plus réputée et la plus importante de Grande Bretagne.
La jeune femme pensait à bien autre chose. Elle venait juste de quitter la belle Alex Carroll, son parfum encore imprégné sur sa peau et jouant d’un délicieux mélange avec le sien. Elle venait juste de quitter un moment agréable, un moment trop agréable qu’elle avait fuit pour venir, en quelque sorte, se défouler sur le Directeur des Exécuteurs des Nuisibles. Quand elle arrangea l’une de ses manches pour positionner au mieux son unique mitaine qui dissimulait sa blessure à son avant bras droit, alors que les portes de l’ascenseur se refermaient sur elle, le gardien paniqua croyant qu’elle se munissait de sa baguette. Il fonça sur l’ascenseur pour la rattraper, mais celui-ci filait déjà. Suivant sa destination, il prit l’un des autres disponible.

Niveau 2. Département de la Justice Magique. Bureau des Exécuteurs des Nuisibles.
LeeRoy connaissait assez mal les couloirs du Ministère mais elle n’eut pas de soucis pour trouver l’emplacement de son bureau. Elle se doutait bien qu’à cette heure, il serait en cet endroit après s’être ainsi occupé de l’enfant, qu’elle aurait du elle-même récupérer. Le temps qu’elle avait passé, non sans plaisir, avec sa partenaire de cette nuit, lui avait laissé le délai nécessaire pour être certaine de l’y trouver.
Elle ouvrit la porte de son bureau sans ménagement alors que le gardien arrivait lui aussi à cet étage et se précipitait vers eux. Mais alors qu’il avait à son tour sorti sa baguette, il se rendit compte de sa bêtise, sans doute du à la fatigue et constata qu’elle n’était pas armée de sa baguette. Son visage toujours aussi alarmé de l’avoir ainsi laissé passer, il ne savait pas vraiment quoi faire et essoufflé il tenait maladroitement son instrument.


« Crow… ! Comment avez-vous pu oser… ! »
« Monsieur ! Je vous prie de m’excuser ! Je n’aii pu l’arrêter ! Je ne pouvais pas user de force envers le Professeur LeeRoy, Inquisitrice de Poudlard ! »
« Cessez de geindre sombre incapable et laissez nous… ! »

Sans se retourner vers lui, elle se tenait droite et fière au milieu de la pièce, se retenant de foutre une baffe à cet homme arrogant qui se croyant trop au dessus des lieux et des personnes pourtant de fonction bien plus haute que lui. Elle était la digne représentante des enfants et des jeunes mineurs du monde magique d’Angleterre. Cela n’avait rien à voir avec le rang officiel que tenait Maleficus Serpens. Sa position était plus spirituelle qu’officielle. Elle avait cette place aux yeux de tous. Elle avait cette place car elle dirigeait l’école la plus illustre, la plus importante qu’il puisse être dans ce pays. Elle avait cette place comme d’autres l’avaient eu avant elle et nul ne le remettrait en question. Cela entrait dans la logique. Cela n’avait pas ordre à être discuté. Quand une affaire, une histoire, était liée à un jeune, l’on demandait que sa présence, que sa vision soit effective. Elle était bien plus jeune que n’importe quel directeur d’un département du Ministère. Mais elle avait une expérience dans un domaine qu’ils ne comprendraient certainement jamais. C’était sans doute pour cela qu’il n’existait pas un département de la jeunesse magique.

« A présent, je veux des explications… ! Monsieur l’Intendant m’avait chargé de cette affaire… ! Les enfants que l’on devait retrouver devaient être placés sous ma responsabilité avant toute démarche du Ministère… ! Comment osez-vous intervenir dans les investigations de mes hommes… ! Ne croyez pas que la disparition de Scofield et mon implication accrue cette année dans les activités nouvelles à Poudlard ont pu changer l’importance qu’ont ces jeunes disparus à mes yeux… ! »

Le gardien vint à quitter la pièce, refermant la porte derrière lui. Vêtue d’une longue robe verte foncé aux tissus plissés, aux longues manches fondues et au col en dentelle, ajustant son unique gant en dentelle noire remontant jusqu’à la moitié de son bras gauche, elle s’était avancée vers son bureau sur lequel elle posa à plat ses deux mains pour mieux se pencher vers lui. Son visage encadré par ses longs cheveux châtains retombant en cascade sur ses épaules, son regard était sombre du à la colère et à cette contrariété. Malgré tout, elle restait envoutante et magnifique…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 08/10/2011
Parchemins postés : 1575



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Lincoln Crow


MessageSujet: Re: Poudlard et Ministère unis pour une même affaire... {PV Lin} Dim 3 Fév - 1:35

-Que pensez-vous du Parti Puriste Anglais messieurs ? La plus belle et la plus hypocrite forme du purisme de l'Intendance. Pourquoi ne serait-il pas un bon Parti ? Aurait-on loupé quelque chose ? Comment les gens perçoivent cette tentative politique et sociale de les ressembler autour d'un même concept, celui d'une seule Magie, un seul Sang, un seul Monde, à l’image de l'Ordre Nouveau ? Pourquoi, aujourd'hui, le P.P.A est une entité oubliée, déplacée, considérée comme inutile par le peuple du Royaume de l'Intendance ?

La conférence qui se déroulait alors en plein centre de Londres, dans l'immense salle magique, était-elle bourbiste ? Aux yeux de Crow, pas du tout. Elle était réaliste, elle prenait du recul sur l'ensemble de la situation et sur tout ce qui se tramait en Angleterre depuis quelques semaines. Lincoln était un homme appréciant l’honnêteté. Il la plaçait généralement au dessus du reste – du moins, presque au niveau de la pureté du sang – et ne la bannissait absolument pas. Il refusait qu'on lui parle « franchement » sans « argument ». Il voulait une franchise unique, qui s'appuyait sur des faits. Alors, à ce moment là, Crow observa la foule. Certains semblaient absolument fascinés par le concept de la conférence et des sujets abordés, d'autres étaient outrés, et d'autres s'en foutaient royalement. Lincoln n'était pas du genre à prendre la parole en public, notamment car il détestait se mettre en avant devant une populace proprement insensible à ce qu'il ressentait lorsqu'il parlait. Certains débitaient des mots sans réfléchir jusqu'à leur sens, le mangemort pesait chaque parole, chez lui rien n'était laissé au hasard, aucune phrase ne sortait plus vite qu'une autre, et il était ce personnage mystérieux du fond de la salle qui observait, sans dire mot, jusqu'au moment où ça devait sortir.

Débat, sur débat. La vie n'était au fond qu'une éternelle discussion, et rares étaient les gens parvenant à apprécier ces petits moments uniques de parole. On dénigrait trop souvent l'art de s'exprimer aujourd'hui, un tare de la société que Lincoln déplorait grandement. Cependant, il avouait lui-même ne rien faire pour que cela change. Après tout, si les gens veulent tuer l'unique don qu'ils possèdent tous en commun, alors soit, lui ferait son chemin de l'autre côté, du côté des orateurs discrets, rarement mis en avant. C'était mieux ainsi. Alors qu'il écoutait attentivement le conférencier qui était en train d'établir le parallèle entre le purisme internationale et le purisme à l'état d’idéologie guerrière, un homme se pencha à son oreille. C'était un Exécuteur, qui l'avait suivi spécialement aujourd'hui, et qui devait le tenir informer de toutes interventions au Bureau.

-Monsieur, Roberts me fait dire que votre rendez-vous est dans quinze minutes.

Ce qu'il aimait bien chez les Exécuteurs c'était leur façon de rester à leur place. Ainsi, ce type ne l'avait nullement influencé ici. Il lui avait simplement transi l'information, comme on lui avait gentiment expliqué auparavant. Il ne devait pas émettre de supposition sur ce qui allait se passer, ni sur comment devait agir Lincoln. Et si ce dernier décidait de rater ce rendez-vous, l'Exécuteur ne dirait rien. A vrai dire, il s'en ficherait, il était là pour suivre son patron, point.

-Alors nous ferions mieux de partir.

Lincoln se leva lentement, reboutonnant sa veste, et s'éclipsa d'une démarche fidèle à l'homme important qu'il était devenu. Il se déroba par une porte annexe, suivi de son collègue, et transplana une fois dehors, à l’abri des regard, direction l'Atrium du Ministère. Il fit signe à son Exécuteur de rejoindre son poste et de le laisser, ce que l'autre fit immédiatement, sans question. L’élite du Ministère faisait avant tout confiance leur chef, qui gérait étonnement bien la situation depuis sa nomination après une légère crise de la Justice suite à la mort d'Orcus. Crow passa par les Hautes Sphères afin de déposer un dossier au Bureau du Ministre de la Magie. Un dossier relativement épais concernant la filature de De SaintClair, l'ex-directeur du Département de la Régulation et du Contrôle des Créatures Magiques. Un français tout à fait exécrable que Crow prenait plus pour un péteux qu'autre chose, bien qu'il reconnaissait volontiers ses talents de stratège. Le rapport ne donnait pas grandes informations, et à vrai dire, ce que lui avait demandé Mulciber n'enchantait pas Lincoln. Il n'avait aucunement envie de filer un français. Il avait bien d'autres cas importants à traiter, ce pourquoi le rapport ne donnait rien, car il l'avait donné l'équipe E3-b, et non à la E1-a comme l'aurait voulu le protocole. Lincoln traquait des nuisibles en fuite, pas des français péteux. Et si ce dernier se révélait être un danger pour le Ministère, ce n'était pas à lui de le condamner, mais bien à Valverde et à sa commission du sang. Là où tout s'écroulait dans ce foutu régime, c'est que rien n'était respecté, pas même les institutions mises en place pour l'occasion.

Lincoln rejoignit alors son bureau de Directeur des Exécuteurs de Nuisibles avec la démarche la plus agréable possible. Mains dans les poches, clope au bec, il observait les étages qu'il traversait avec une étrange impression de neutralité. Il ne se sentait bien qu'au niveau deux en réalité, avec des hommes compétents comme James, Avery. Il était là-bas chez lui, et non pas autre part. Trop de politique, trop de parlotte, trop de … trop. Il s'installa confortablement derrière le large office de marbre avant que sa secrétaire ne lui apporte deux dossiers épais comme des dictionnaires et qu'un homme débarque. Un type corpulent, mais néanmoins charismatique, étrangement.

Ils se mirent à discuter un moment, de choses probablement aussi confidentielles qu'importantes, et l'échange fut écourté par un bruit désagréable dans le couloir. On essayait d'arrêter quelqu'un, qui se dirigeait visiblement vers le bureau de Crow. La baguette de se dernier glissa sur le bureau pour rejoindre une zone facile d'accès pour la poigne de son propriétaire. L'autre homme avait déjà le manche en main, et se préparait à stupefixer la menace potentielle qui s'aventurait ici. La porte s'ouvrit à la volée, et ce fut avec surprise qu'ils accueillirent LeeRoy, l'Inquisitrice de Poudlard en personne, qui s’égosillait pour on ne sait trop quelle raison. Lincoln ne l'écoutait même plus. Il attendit simplement qu'elle ait fini, puis il détourna le regard, fixa son ancien invité.

-Nous reprendrons cette conversation une autre fois.
-Bien entendu.


Le type sortit du Bureau, replaçant son chapeau sur la tête. La porte se referma, Crow posa ses yeux sur LeeRoy. Lui avait-il proposé un siège ? Certainement pas. Il détestait qu'on pénètre dans son bureau sans autorisation.

-Cessez vos petits caprices de gamine immature et proprement puérile. Vous êtes ici au Ministère de la Magie LeeRoy, pas dans une cour de récréation.

Que croyait-elle, sincèrement ? Qu'il allait lui cirer les pompes ? Il ne l'avait jamais fait, il ne le ferait jamais. Inquisitrice ou pas, il ne faisait aucune distinction. Que les mangemorts sont prétentieux... toujours à se mettre en valeur, toujours à vouloir être ce qu'ils ne sont pas, ou plus. Cette façon d'être répugnait Crow au plus haut degré, pire, ça le révulsait. Il aurait tué pour moins que cela...

-Et à vrai dire, que ces gamins aient de l'importance à vos yeux, ou pas, je m'en moque. Ces dossiers sont ici, dans ce Bureau, et je ne les ais nullement volé à votre école me semble-t-il ? Ils sont ici car ils reviennent à un bureau d'expertise de l'enquête criminelle. Aux dernières nouvelles Miss, un enlèvement est un crime, et il revient à mes équipes de se charger de ce genre de cas. Et vos braillements n'y changeront, en réalité, pas grand chose.

Il tira une cigarette et l'alluma d'un geste simple. Il tira une latte, puis relâcha la fumée tout en observant longuement la jeune Inquisitrice de Poudlard. Que c'était bas de penser Lincoln suffisamment naïf pour le voir s'incliner devant sa prétendue puissance hiérarchique. Elle n'était rien au Ministère, et de toute façon, Lincoln ne respectait pas la hiérarchie, sauf celle du Seigneur des Ténèbres. Le reste n'avait aucune importance, il faisait ce que bon lui semblait, dans l'intérêt du purisme, et si on venait à le virer pour faute professionnel, alors il dégagerait. Ça n'avait pas plus d'importance que cela pour lui.

-Mais puisque vous semblez si forte LeeRoy, puisque vous semblez tout savoir, prenez les vos dossiers. Nous verrons si vous vous en sortez sans les Exécuteurs pour enquêter.

Il sortit les nombreux dossiers d'un tiroir et les posa devant l'Inquisitrice. Des mois et des mois de recherches menées par les Exécuteurs afin de clore ne serait-ce qu'une petite affaire, mais le tout était très complexe, les enquêtes difficiles, car il n'y avait aucune piste, et imaginer une simple Inquisitrice mener une enquête qu'une équipe d'experts n'aura pas réussi à résoudre en plus d'un an, ça faisait rire Crow.

-Tout y est, sauf quelques papelards que je ne vous donnerai pas car ils sont classés secret défense. Mis à part ces quelques documents, le reste est à vous puisque vous les prétendez être de votre ressort.

Il lâcha une nouvelle fois la fumée avant de s'avancer sur le bureau, fixant LeeRoy d'un regard tout à fait neutre et pourtant si froid.

-Mais ne venez pas réclamer l'aide du Département de la Justice Magique si vous venez à échouer, ce qui arrivera, indéniablement.

Il reprit une bouffée de fumée toxique tout en se replongeant au fond de son fauteuil. Il ouvrit un autre dossier, qui n'avait rien à voir puisqu'il s'agissait alors d'un neutre à Manchester.

-Sur ce, je vous souhaite bonne chance, et une agréable journée.

Elle voulait jouer à la petite policière ? A la grande fille ? Soit, elle avait trouvé quelqu'un lui permettant de s'exercer. Mais il n'y avait pas de retour en arrière avec Crow. C'était quitte ou double, réussir ou mourir. Si ces dossiers venaient à quitter l'espace même de ce bureau, il n'en répondrait plus. Mais bien entendu, elle pouvait revenir sur sa décision, ce qui, au fond, importait peu à Lincoln qui avait bien d'autres choses à foutre que de s'occuper de gamins disparus. Après tout, disparus, on pouvait les considérer morts hum ? Et la grande devise d'un Exécuteur était bien « qu'un cadavre remonte toujours seul à la surface ».






____________________________________





Seul l'agent :geek:surveille les deux côtés de la force

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Poudlard et Ministère unis pour une même affaire... {PV Lin} Jeu 7 Fév - 21:13


Frédérique était de nature calme, très calme. Elle avait été une enfant posée et réfléchie, qui n’avait jamais pleuré pour rien, qui n’avait jamais fais de caprice, qui n’avait jamais levé la voix plus haute qu’une autre. Elle avait toujours parlé avec lenteur, comme si depuis toujours elle ne voulait y laisser transparaitre aucun sentiment, aucun état. Elle n’avait pleuré qu’une fois, à la disparition de son fils. Beaucoup avaient pensé que la mort de son mari lui avait causé un si grand chagrin. Elle ne l’avait pas aimé, pas de cet amour véritable. Elle le respectait, elle le sublimait, mais elle ne l’avait pas aimé. Elle ne s’était qu’une fois mise en retrait, s’oubliant, se laissant dompter. C’était quand elle avait enfin aimé. Son cœur appartenant à celle qui restera son grand amour, elle avait pour la première fois de sa vie hurlée de douleur quand celle-ci l’avait abandonné. Ce jour là, s’était la rage qui s’était emparée de son être. Elle était furieuse. Elle était dans une colère d’une ampleur telle que la maitrisait pas. Et elle n’aimait pas ne plus être maitresse d’elle-même.

Ses deux mains à plats reposant sur le bureau du Directeur du Département des Nuisibles, son visage encadré par ses longs cheveux châtains retombant en cascade sur ses épaules, son regard toujours aussi sombre du à la colère et à cette contrariété, elle baissa la tête comme pour retenir la migraine qui lui prenait. Manque de sommeil du à sa nuit dans les bras d’Alex, nuit qu’elle ne regrettait pas, et qu’elle aurait préféré revivre dans cela l’avait transporté que de subir cette confrontation avec cet homme. Si elle avait été à Poudlard, elle aurait pu boire une gorgée d’une de ses boissons fortes qui prenaient de plus en plus possession de son être pour se calmer.
Envoutante et magnifique, son charme ne semblait pas marcher sur cet homme. Et elle ne s’en plaignait pas. Il était bien plus difficile de se débarrasser d’un homme. Une femme, elle n’avait jamais eu envie de s’en débarrasser. Elle ferma les yeux, elle ferma les poings. Elle devait se concentrer sur l’unique but de cette visite. Savoir pourquoi on l’avait devancé, pourquoi on ne l’avait pas prévenu, elle qu’on avait placé comme référence pour cette histoire d’enfants disparus car elle était la seule à s’intéresser à ce dossier. Car elle était la plus effrontée pour oser s’occuper de ces innocents qu’on avait arrachés trop tôt à leur famille. Car elle était l’unique personne qui voulait bien s’en occuper alors que le Ministère lui avait fermé la porte au nez quand elle leur avait demandé de l’aide quand son fils avait disparu.


« Caprice… Comment appelez-vous la responsabilité que l’Intendant lui-même m’avait confiée et que l’on m’évince sans soucis…
Papelards… Comment ne pas voir l’importance de ces dossiers…
Ce ne sont que des enfants… Ces enfants sont tous de familles puristes anglaises… Ces enfants étaient destinés à devenir l’élite du pays… destinés à combattre ses Hors la loi…
Cette affaire n’est pas à traiter à la légère… Il y avait une raison précise pour que j’aie un œil sur chaque enquête…
J’ai retrouvé les premiers enfants… J’ai découvert l’implication des Hors la loi… Quand j’ai réclamé l’aide du Ministère, celui-ci refusait de s’impliquer… Il n’y a eu qu’à l’arrivée de l’Intendant où vous avez daigné vous intéresser à tout cela… Et voila qu’encore une fois, le dialogue est impossible avec ce que l’on appelle la Justice Magique… »


Sa voix n’avait plus aucune trace de colère. N’ayant pas relevé le visage vers lui, le regard distant, sa migraine lui paraissait encore plus forte. Une envie d’alcool et du retour de passion de Alex se faisaient ressentir dans chacun de ses membres. Elle avait un indéniable besoin de repos. Elle serra les poings, non mais de menace, mais pour renfrogner son agacement. Elle avait l’impression qu’il se payait se tête. En parfaite intelligence, elle ne rebondit pas sur les nombres piques qu’il lui lançait. Elle préféra la subtilité que l’affront. Elle préfera le calme à une nouvelle colère. Le Seigneur des Ténèbres ne l’avait pas nommé à son poste d’Inquisitrice, à son rang de Mangemort, à sa fonction de référent dans l’affaire des enfants disparu pour rien. Elle n’inventait rien. Elle n’aimait pas que l’on ne respectait pas à sa juste place.
La jeune Inquisitrice regarda les dossiers qu’il avait sorti de son tiroir. Ils n’avaient pas tous la même taille. Un dossier un nom d’enfants. Celui de Daniel était là, quelque part. Alors qu’elle se retenait de s’emparer de son dossier, elle fut contrariée par la fume de la cigarette, instrument bien inutile de l’univers pourri de Moldu.


« Je suis venue pour des explications… Les ordres de l’Intendant en mon égard n’ont jamais changé… Je suis l’Inquisitrice de Poudlard, je suis la représentante de la jeunesse magique… Je ne suis pas là pour récupérer des dossiers mais pour être traitée à juste titre… Bien que vous vous en débarrassiez bien vite pour quelqu’un qui se dit travailler dessus… »

Elle n’était ni policière, ni enquêtrice, ni exécutrice. Mais elle avait passé assez de temps sur le terrain, assez de temps à éplucher chaque dossier, chaque rapport, chaque indice, chaque témoin, pour savoir comment l’on devait procéder. Cette affaire ne lui était pas inconnue. Elle n’était pas non plus restée bras croisé. Si les dossiers étaient vides ou démunies d’informations valables, ce n’était pas par manque de recherches, mais par manque de moyens et de cohésions. Surtout de cohésions. Elle avait été seule jusque là. Et pour une raison qui l’échappait, le Ministère s’intéressait à ces enfants. Il devait y avoir quelque chose derrière. Et surtout, si cet homme finissait par vite se débarrasser de cette affaire, la raison devait être intéressante à entendre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 08/10/2011
Parchemins postés : 1575



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Lincoln Crow


MessageSujet: Re: Poudlard et Ministère unis pour une même affaire... {PV Lin} Lun 25 Fév - 18:30

LeeRoy était une belle femme, c'était un fait avéré. Des cheveux longs, bruns,un regard envoûtant et profond. Elle semblait si radieuse qu'on en oubliait jusqu'à sa plus grande méchanceté. Elle aurait pu tuer qu'elle serait toujours apparue comme magnifique. Oui, c'était ce qu'on appelait une belle femme. Et Crow en avait connu. Entre Rebecca, Emma, Queen, elles avaient toutes été à un moment ou un autre un rayon de soleil pour les pupilles de l'homme aujourd'hui Directeur des Exécuteurs de Nuisibles. Des femmes à la fois intelligentes, belles, perspicaces et d'une extraordinaire originalité. Chacune d'elles. Elles avaient eu le don d’interpeller le mangemort, elles avaient su le séduire, au moins en partie puisque seule Rebecca avait réussi à être avec lui. Un homme difficile ? Ce serait un euphémisme que de dire cela. Crow n'était pas un homme difficile, il était tout simplement inaccessible, tout particulièrement depuis son envoi à Little Hangleton en Août dernier. A vrai dire, longtemps, il avait été amoureux d'une seule et unique personne. Rebecca. Mais elle était morte maintenant, elle avait disparue de la circulation depuis longtemps, et d'ailleurs, il ne se souvenait plus d'elle. Pour la simple et bonne raison qu'on lui avait retiré tous ses souvenirs. Ses souvenirs heureux passés avec elle. Le Lord était affreux quand il s'y mettait oui. Il avait créé une machine humaine. Un être dénué de tout sentiment amical, amoureux, et autres que la haine et la colère. Pourtant, Lincoln était calme, affreusement calme, il ne perdait que de très rares fois son sang-froid, mais c'était une boule de haine. Il était en constante ébullition, il avait simplement appris à ne pas le retranscrire à chaque moment de sa vie et à passer sa haine sous une autre forme que la violence pure et physique. Il suffisait, cependant, de le voir à l'action lors d'une torture pour comprendre plus finement le personnage. Au delà de l'Homme sans limite, sans conscience du Bien et du Mal, sans avis sur la question de l'Homme en tant qu'individu et non comme Objet, on pouvait apercevoir un homme détruit, brisé, pour lequel l'avenir ne pouvait être plus noir et morose. En soi, Crow était ce genre d'homme que l'on aurait su appréhender. Et ceci pouvait très bien expliquer que seule Rebecca avait su le séduire à la perfection pour qu'il reste éprouvée d'elle jusqu'à récemment, forcé à l'oublier. Et quand bien même Emma avait su l'intéresser, et Queen l’interpeller plus d'une fois, elles avaient fini par arrêter les illusions, du moins ce fut le cas pour Queen. Emma, elle, ne put s'empêcher d'oublier Crow. Elle persévéra. Longtemps. Jusqu'à ce finalement elle tombe ce dans quoi elle n'aurait jamais dû mettre les pieds. Il était évident que cette nuit là, elle avait pensé à autre chose. Cette nuit, lorsque Crow débarqua chez elle en lui signifiant de le suivre rapidement, elle s'attendait plus à une nuit sous la lumière tendancieuse des bougies, dans les bras de cette homme si mystérieux et indéniablement charismatique et fascinant qu'à voir un autre homme soumis à la pire des horreurs, celle de l'Impero. Elle ne s'imaginait pas mourir pour ce juge. Elle ne s’imaginait pas mourir de la main de Crow. Un Crow excessivement violent, sanglant. Un Crow qu'elle n'avait jamais connu... et pourtant, cette nuit là, elle avait découvert le véritable Lincoln, celui qui dicte sa conduite par la violence et le code du sang plus que par les sentiments. En ce sens, oui, Lincoln était purement inaccessible, le poursuivre était un jeu où la seule fin était de perdre, et la punition était la mort.

-Responsabilité ? De quoi me parlez-vous LeeRoy. Vous gérez des gamins vivants, pas des cadavres disparus et des criminels. Remettez-vous à votre place au lieu de vouloir prendre celle des autres.

La supposition était claire : ces gamins étaient probablement tous morts, ou du moins avaient-ils d'ores et déjà oublié de quelles familles ils descendaient. Vrai que l'affaire était glauque. Des enfants de familles puristes enlevés pendant plusieurs années. Pourquoi ? Dans quel but ? C'étaient les questions existentielles de ce dossier. Questions qui n'avaient aucune réponse pour le moment. Il était parfaitement au courant que ce n'était que de la supposition et que ça n'avait rien de fondé. Peut-être ces gamins étaient encore en vie, et il le souhaitait - enfin non, il s'en foutait, mais l'idée était la même – cependant, le fond de sa pensée était toujours la même : ce n'était pas du ressort de LeeRoy. Et si ça le devenait, alors ça n'était plus celui des Exécuteurs. Point.

-Comment jugez-vous l'importance d'une enquête ? Seriez-vous qualifiée de la Justice Magique ? Au risque de froisser votre formidable sens de la maternité, non, ces enfants ne sont pas la priorité du Département. Ils ne l'ont jamais été, et à vrai dire, à moins que l'on n'ait que ça à traiter ou que les autres dossiers ne relèvent plus que de la Brigade Magique, ils passeront en dernier, car ce ne sont que des enfants justement.

Lincoln n'avait, pour ainsi dire, aucune compassion. Enfant, adulte, vieillard, ça lui était égal. Un dossier était un dossier, et certains avaient bien plus de sens que d'autres d'être traités en premiers. C'était le cas pour certains qui relevaient des attentats terroristes, et autres activités clandestines voués à détruire le régime de façon frontale et non implicite. LeeRoy pouvait bien s'égosiller, ça ne changerait, fondamentalement, rien. Crow était un homme d'un professionnalisme sans faille et il ne se laissait dicter sa conduite que par quelqu'un de qualifié, comme Avery, pas par ces imbéciles qui croyaient avoir la science infuse. Il ne pouvait pas voir LeeRoy autrement à ce moment là. Autant, il l'avait toujours trouvé d'une incroyable efficacité à Poudlard lorsqu'il y était affecté, mais aujourd'hui au Ministère, dans un domaine bien différent, elle s'illustrait à ses yeux comme une bien piètre arriviste.

-Vous voulez du dialogue ? Vous n'êtes pas au bon endroit je le crains. Je n'aime pas dialoguer, surtout pas avec vous. Ces affaires sont en dehors de toute juridiction de Poudlard et bien loin de toutes vos compétences. Si ce n'est pas le cas, alors prenez ma place, je vous la laisse volontiers.

Il fit une pause, la fixant longuement. Pas qu'elle commençait à lui chauffer les écoutilles, mais un peu quand même.

-Mais, ceci dit, félicitations pour vos efforts dans cette enquête, aucun doute qu'ils nous seront plus qu'utiles cependant... ça ne vous donne aucune légitimité par rapport au dossier, désolé de vous l'apprendre. Et l'avis de l'Intendant n'y changera pas grand chose.

Léon Brom était un des rares hommes que Crow respectait. Cependant, comme demander à un homme tel que Lincoln de respecter la hiérarchie établie quand celui-ci n'en avait absolument pas conscience. La seule hiérarchie que connaissait le mangemort était celle de la baguette, celle de l'effort, et non des relations et du pouvoir politique. On pouvait lui donner des ordres, oui, il s'exécuterait, mais lui demander ensuite de respecter ce qu'on lui avait démontré comme n'étant pas une hiérarchie logique, c'était peine perdue. L'effort donnait droit à des avantages, les relations détruisaient l'effort de l'individu, ainsi, si l'effort était détruit, alors l'on pouvait mépriser les relations.

-Soit ce dossier revient aux Exécuteurs et vous n'avez rien à faire dans ce bureau. Soit ce dossier vous revient à vous LeeRoy, et à ce moment-là, je ne vois pas ce que vous faîtes dans ce bureau non plus, car le dossier n'est plus de mon ressort. A vous de voir.

Le deal était plutôt simple, soit elle le laissait au Ministère et elle prendrait son mal en patience, auquel cas Crow ferait au moins l'effort – car c'était quelqu'un de consciencieux dans son travail – de traiter le dossier personnellement et rapidement, sans pour autant le bâcler, soit elle le prenait définitivement sous son aile, se trouvait une équipe d'enquêteurs et tout le tralala. Le seul soucis là-dedans était bien entendu le fait qu'elle n'avait aucune qualification dans ce domaine, et une équipe de pseudo-enquêteurs passeraient forcément mal devant le Magenmagot.

Elle confondait visiblement tout, et ne semblait pas comprendre où elle était. Son statut n'avait ici pas plus d'effet que d'être Directeur de la Coopération Magique Internationale, ou des Sports Magiques. Crow, en tout bon homme détaché du système hiérarchique qu'il était, n'accordait pas un poil de considération aux différents statuts du système, exceptés ceux de Seigneur des Ténèbres, de Ministre de la Magie, de Directeur de la Justice Magique et d'Intendant du Royaume-Uni. Cependant, quand bien même il les considérerait, il n'y apportait aucune réelle autorité vis à vis de ce qu'il avait envie d'entreprendre. Tout ceci eut le don d’apaiser la colère de Crow et de lui faire esquisser un sourire tant la situation lui semblait improbable et hilarante.

-Mais, vous ne semblez pas comprendre, ce que vous êtes m'est complètement égal. Représentante de rien du tout à mes yeux, vous êtes une civile, et vous le resterez. Je vous fais une proposition qui s'intitule ainsi, prenez le dossier et débrouillez vous sans mes hommes, ou retournez à vos occupations légitimes et laissez mon Bureau gérer ce qui lui revient de droit, auquel cas j'aurai au moins la décence de vous éviter l'affront, et je traiterai le dossier rapidement. Vous choisissez ici LeeRoy, mais arrêtez vos jérémiades quant à votre pseudo-poste et votre rapport à l'Intendant, ça a le don de m'amuser certes, mais c'est totalement déplacé et foncièrement inutile dans le cas présent. Suis-je bien clair?

Entendre par-là que si elle s'y remettait il la ferait dégager vite fait. Crow gardait en toute circonstance, ou presque, son sang-froid, et pour ce faire, il utilisait des moyens détournés très subtils et efficaces. La présence de l’Élite du Ministère sous ses ordres n'y était en vérité pas pour rien.

____________________________________





Seul l'agent :geek:surveille les deux côtés de la force

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Poudlard et Ministère unis pour une même affaire... {PV Lin} Sam 30 Mar - 22:32


Il y avait des moments où elle aurait aimé n’avoir aucune retenue. Cela lui aurait permis de liquéfier sur place cette tête de mulot sans se poser trop de questions. Mais elle n’était pas comme cela et cela faisait sa singularité au milieu de cet univers. L’Inquisitrice ne ressemblait en rien dans son comportement à ses semblables. Elle était même tendre et douce, adorable et avenante aux premiers abords. Mais si l’on ne lui connaissait pas ses facilités à tuer, sa ferveur pour le Lord, et ses petits plaisirs quotidien, on aurait pu lui donner le bon dieu sans confession. S’était pour cela qu’elle amadouait si aisément ses ennemis, ses alliés, ses élèves, ses amantes. Elle était à la fois magnifique et cruelle.
En le voyant faire, en l’entendant lui parler, elle renforçait son mépris pour la gente masculine. Elle savait que si il touchait un seul de ses cheveux, il le paierait. Par son père entre autre. Mais elle tenait trop à la vie et au but qu’elle lui en donnait pour tenter le diable. Elle l’aurait d’une autre manière, à sa manière. C’était pour cela qu’elle était revenue parfaitement calme. Ce dossier lui reviendra, mais il passera pour un incapable pour l’avoir perdu avant que cela ne lui soit remis à elle. La saveur de l’échec lui en sera plus savoureuse.
Elle en riait presque, intérieurement. Scofield l’aurait déjà couché sur son bureau pour avoir osé pénétrer ainsi dans cette pièce. Valverde lui aurait adouci le dialogue, et il y aurait eu dialogue justement. Elle savait ce qu’elle faisait, et elle savait ce qu’elle disait. Crow n’était qu’un incapable. On lui apportait des preuves et des pièces importantes d’un puzzle et il préférait le balancer dans la cheminée quitte à avoir un trou à la fin du tableau. Un incapable. Il aurait du rester à Poudlard. Là il avait été, même si le terme l’étoufferait ce jour là, brillant.


« Justement, je comprends parfaitement Monsieur Crow… Il est sur que si vous les considérez comme des cadavres, l’affaire n’avancera jamais… et elle sera close avant même d’avoir commencé… Je ne reprends pas ces dossiers… Je vais en référer auprès de l’intendance… Je vais faire moi, les choses dans les règles… »

Il y avait bien trop d’hommes au sein de la direction de ce pays. Les femmes s’y faisaient rares. Et le peu se faire marcher dessus pour ses machos imbus de leur personne, se croyant tout aussi supérieurs que meilleurs. Il n’y avait qu’une seule d’entre elles qui avaient eu la chance d’avoir été repéré par Voldemort. Et cette femme, c’était elle. De tous les Mangemorts, elle avait sans doute été la seule à avoir été convoqué par lui-même pour se voir recevoir la Marque des Ténèbres. Bon nombre de ses fidèles avaient du quémander cette faveur. Pas elle. Qu’importait ce que pouvait dire ce pion, car il n’était que cela au milieu de toute cette multitude de directeur du Ministère. Plus il y avait de chefs, moins ce rang avait de la valeur. Elle ne s’était jamais dirigée vers le Ministère pour cette raison. Elle visait mieux, elle visait ce qui était le cœur du Lord. Poudlard. Elle avait visé juste et elle aimait ce qu’elle faisait pour cette école qui était chère pour ses yeux aussi.
Elle voulait du dialogue, il ne lui en offrait aucune. Il ordonnait, il concluait, il affirmait. Il ne s’agissait là en rien à une discussion. L’échange était stérile. Elle le déplorait. Mais comme toujours, elle agirait avec réflexion. Elle ne tomberait pas dans son piège. Elle était jeune, elle était une femme, elle était belle, mais elle était avisée, elle était imprévisible. Elle se servait des hommes, mais aucun homme n’aura jamais le dessus sur elle. Elle pouvait être plus maline que cela. Bien plus.
Elle haussa un sourire en coin et se redressa enfin. Ajustant sa mitaine, repoussant ses cheveux longs derrière son épaule droite, devant son épaule gauche, elle reprit en employant son éternel ton calme, son magnifique ton posé. Il l’agaçait. Elle ne s’en cachait pas. Mais elle saurait lui faire payer d’une manière plus fine sa façon de passer au dessus d’elle pour non pas résoudre une affaire complexe, mais pour plutôt le mettre à la poubelle. Elle ne pouvait pas se permettre de le laisser faire. Elle agirait, mais elle agirait finement.


« Ma place est là où le Seigneur des Ténèbres me met… Il m’a mis comme référente sur cette histoire de disparition d’enfants… autant qu’il m’a mis à la tête de Poudlard… J’honorerais ces deux tâches qu’il m’a confié jusqu’au bout…
De plus, votre place ne vous permet pas de me parler comme vous parler à un simple Exécuteur… L’Intendant vous rappellera la hiérarchie, que cela vous plaise ou non… Suis-je bien clair… ? »


Elle rajusta sa capuche sur sa tête et reprit le chemin du retour sans plus de cérémonie qu’à son arrivée. Elle se moquait d’une réponse. Il était évident qu’il ne voulait pas l’écouter. Il avait son avis, le reste n’avait pas d’importance. En parfaite oratrice, elle ne l’entendait pas ainsi. Elle était du même niveau hiérarchique que le Ministre. Il n’y avait ainsi que devant deux personnes qu’elle faisait la révérence, et cette tête de mulot n’en faisait pas parti. Le gardien avait repris son poste et n’osa pas interpeler la jeune femme quand elle arrivait vers les cheminées qu’elle emprunta pour retrouver sa cheminée personnelle qui lui parvenait de retourner à Poudlard bien plus rapidement que nul autre.
Frédérique n’en avait que faire de ses menaces. Il n’était qu’un pantin du Ministère. Elle n’était qu’un pantin du Lord, mais un pantin que le Lord était lui même venue chercher. Et par cela, elle en avait fait des jaloux. Elle en avait fait des ennemis parmi ses alliés. Elle s’en moquait. Seul l’intérêt de Voldemort l’importait. Le reste, ces hommes comme Lincoln Crow, si semblable à Michael Scofield, finissait par le payer tot ou tard. Car leurs erreurs, leur retomberont toujours un jour dessus sans crier gare…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Poudlard et Ministère unis pour une même affaire... {PV Lin}

Revenir en haut Aller en bas

Poudlard et Ministère unis pour une même affaire... {PV Lin}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-