POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Un avenir à Poudlard [Fred]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 22/01/2008
Parchemins postés : 7117



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Kristin Kreuk


MessageSujet: Un avenir à Poudlard [Fred] Lun 4 Fév - 14:37

    Le parchemin était devenu informe à force d'avoir été raturé et raturé et raturé. Il s'y mélangeait deux écritures, la sienne, plus sûre, mieux formé, et celle de Miranda, plus académique, plus brutal, plus ronde également. A moitié chiffonné, il reposait dans la poubelle. Plus haut, sur le bureau, reposait la version au propre du message et qui attendait sagement d'être envoyé. Mais il devrait attendre le lendemain matin car Kristin souhaitait laisser le moins de temps possible à son ancienne collègue à se préparer à cet étrange rendez-vous. Moins elle aurait de temps, plus Kristin serait en sécurité.

    La jeune femme avait mit du temps à réfléchir à l’éventualité d'une Miranda à Poudlard. Personnellement, la confiance qu'elle avait en l'inquisitrice était très limité. Cela pouvait paraitre étrange pour une ancienne mangemorte alors qu'elle aurait du savoir mieux que personne que le monde n'était pas tout noir ou tout blanc, mais elle savait également qu'un manque de précaution ou de prudence, un soupçon de naïveté pouvait conduire n'importe qui à la tombe. Et son pire danger, en l'occurrence, aurait été de sous-estimer son adversaire. Assez difficile de savoir où était le trop et le pas assez quand on ne connaissait pas la personne mais finalement, la jeune femme était assez satisfaite d'elle.

    Miranda avait le droit d'aller à Poudlard. C'était un peu la cadeau d'anniversaire que lui faisait Kristin, essayer de lui obtenir une place à Poudlard. Ça ne coûtait rien d'essayer, Kristin prenait ses précautions. Miranda avait émit l'idée d'écrire elle-même à Frédérique et si Kristin c'était laisser aller à y réfléchir, elle avait finalement repousser l'idée. Elle préférait que Miranda soit exclus de ce genre de manœuvre si elle devait, un jour, rejoindre les rangs de Poudlard. Finalement, elles avaient réussit à trouver les mots qui leur convenait à toutes les deux. Patou jouerait les messagers le lendemain matin et il avait intérêt à faire preuve de rapidité comme jamais auparavant.

    Spoiler:
     


    Parfois, Kristin trouvait cette lettre d'un ridicule sans nom mais parfois ça prenait l'apparence d'une lettre dangereuse qui nouait le reste de sa vie. L'impression était étrange et imprécise et surtout guère rassurant. Il fallait être aveugle pour ne pas penser qu'il s'agissait d'un piège de résistant mais Kristin et Mira avaient fait de leur mieux pour que cela apparaisse comme une lettre désespérée d'une mère x. Mais pour le moment, Kristin dormait, miracle s'il en était, elle qui se couchait si peu souvent avant 2h du matin...

    ***

    21h.
    Le cloche de la cathédrale St-Paul raisonnait dans les rues londoniennes et se faisait entendre jusque dans les entrailles de la tour de Londres. Les sons de cloches des églises qui reprenaient le même balancier et leur son venait se répandre dans la chapelle St-John's. Les lieux sombres étaient rythmés par ses secondes. Le silence revint tout-à-coup et, si on écoutait attentivement, on pouvait percevoir les bruits d'une respiration. Le noir était presque total si on oubliait une torche qui brûlait sur le sol de pierre face au premier blanc de bois de la chapelle. Dessus, une fillette de 8 ans avait croisé ses jambes et regardait le feu, passant sa main au-dessus de temps en temps, quand la torche s'éteignait, poussant les flammes à monter plus haut. Au début, la lumière ne lui était pas apparut comme un problème mais après cinq minutes dans le froid de la chapelle et face à la torche qui s'éteignait peu à peu, Miranda s'était recroquevillé et la torche avait soudain brûler de plus belle. Manifestation de ses pouvoirs? Sans doute. Il n'empêchait pas moins qu'elle s'amusait à présent à voir la torche s'éteindre pour avoir le plaisir de la raviver.

    Les cloches avaient sonnés et Miranda se cala sagement sur son banc, attendant avec une certaine forme d'excitation, la directrice de Poudlard. Est-ce qu'elle se souviendrait d'elle? Frédérique LeeRoy reconnaitrait-elle en Miranda, la nièce de Shaé qu'elle avait croisé chez Madame Guipure 3 ans auparavant? Mira l'espérait vraiment. Elle aurait détesté donner raison à Kristin. le coeur battant, elle attendit un bruit qui l'avertirait de l'arrivée de la jeune femme. Avait-elle changé? Voudrait-elle bien l'aidé? Rien n'était moins sûre, malgré toute l'assurance qu'elle avait fait preuve devant l'asiatique...


Dernière édition par Kristin Kreuk le Ven 8 Fév - 2:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Un avenir à Poudlard [Fred] Jeu 7 Fév - 23:41


Réduire la vie à
Des formules indécises
C'est bien impossible...
Tu vois, se nuance à l'infini
C'est comme une lettre
Qui c'était écrite à l'envers
Coule dans ma tête
Un monde fou qui veut naître...

Mais tu sais, son âme est belle
Dans les rues de Londres...
J'ai puisé plus de lumières
Qu'il n'en faut pour voir...
Dieu a des projets pour elle
Et les rues de Londres
Souffleront sur des mystères
D'une autre fois...

Je remets ma vie à
Un plus tard abandonné
Pour simplement vivre et
Tenter d'atteindre une humanité...
Des lambeaux de terre
Me regardaient disparaître...
Et parmi les pierres
Je vivais et j'espérais, tu sais...

Pas cette fois...

Frédérique marchait dans les rues de Londres. Ses pas étaient accompagnés par le silence et le vide des rues dépeuplées. Une cloche, sans doute d’une cathédrale moldue, sonnait. Elle marquait l’heure de rendez vous. Elle serait à l’heure. La chapelle se trouvait dans cette même cathédrale. La lettre dans la poche intérieure de sa cape de sorcière sombre, elle ne cessait de se répéter qu’être là n’était pas de la folie. Elle avait toujours écouté son cœur avant son instinct. Son cœur lui disait d’y aller, son instinct voulait l’y convaincre le contraire. Elle avait fait son choix. Le cœur était sa plus grande faiblesse.

N’était-elle pas à elle seule, la femme la plus puissante de Grande Bretagne ? N’était-elle pas la sorcière la plus forte de Grande Bretagne ? Indéniablement oui à tout cela. Alors elle n’avait rien à craindre. Alors elle ripostait assez longtemps avant qu’un sort puisse alerter ses hommes et être secourue. Elle craignait le piège, l’embuscade, mais elle avait prévenu qui elle devait d’où elle allait et comment elle y allait. Elle gardait le pourquoi pour elle, cela ne les regardait pas. Si elle ne donnait pas de nouvelles selon un délai mis en place, l’intervention ne tarderait pas. Il aurait été stupide, manquer d’intelligence, être aveugle pour ne pas se dire au moins une fois qu’il pouvait s’agir d’un piège. Elle était justement, la femme la plus puissante du pays, la sorcière la plus forte, que l’on pouvait échanger contre des choses incroyables si on parvenait à capture. Elle ne l’ignorait pas. C’était pour cela qu’elle peaufinait son art des Sortilèges et sa maitrise élémentaliste des éclairs, élément qui lui était propre et dont elle se rapprochait le plus du point de vu de son caractère et de son tempérament. Elle aimait se savoir en danger et convoiter. Peut-être était-ce pour cela qu’elle avait accepté ce rendez-vous.

La jeune LeeRoy entra dans les lieux par les portes principales. Elle se moquait qu’il s’agissait d’un lieu saint. Elle se moquait de tous les superstitions moldues. Elle était pourtant une sorcière, l’une des plus cruelles. Elle avait pour amante des jeunes femmes, l’une des plus passionnées. Et elle n’était pas foudroyée en ce lieu. A croire qu’une religieux ne tenait ses fidèles que par la peur et non pas par l’amour qu’ils semblaient vous prôner. Elle sourit en coin et une lueur sombre passa dans son regard.
Une torche brulait sur le sol en pierre où ses pas avaient résonné un peu plus tôt. L’endroit était sombre, lugubre, mystérieux, tout ce qu’elle aimait. On pouvait distinguer une fillette de 8ans, assise sur le banc qui faisait face à ces flammes. Elle semblait regarder le feu, mais elle l’avait sans nul doute entendu approcher. La jeune femme put constater la magie naissant en l’enfant. Elle pouvait se rapprocher de l’élémentalisme du feu. Elle semblait avoir déjà des prédispositions que l’on ne pouvait pas renier. Cela était plus fort qu’elle, l’Inquisitrice prenait le pas. Peut-être qu’elle était l’enfant dont l’avenir dépendait d’elle. Ses conclusions ne seraient donc pas veine.


« Bonsoir chère enfant… N’est-il pas un peu tard pour que tu veilles ici ce soir… ? »

Elle regardait autour d’elle tout en lui parlant, s’assurant qu’il n’y avait aucun danger. Son instinct lui disait qu’elle n’était pas seule. S’étant ainsi approchée depuis son dos, elle n’avait pas vu immédiatement son visage. Lui parlant de manière douce et presque maternelle, comme elle le faisait avec ses élèves, du moins les plus jeunes, elle n’avait dans sa voix rien de bien cruel, rien de bien machiavélique. Il était étonnant qu’une femme qui protégeait aussi bien les enfants, ces êtres innocents comme elle les avait désigné lors de sa confrontation avec Crow, étonnant ainsi que cette femme puissent sans peine tuer un adulte de sang froid et sans remord…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 22/01/2008
Parchemins postés : 7117



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Kristin Kreuk


MessageSujet: Re: Un avenir à Poudlard [Fred] Ven 8 Fév - 3:02

    Kristin ne disposait pas d'un fortune considérable. L'argent moldus gagné en étant médecin s'épuisait sans cesse depuis qu'elle était rentré du pays de galles. Quant à la monnaie sorcière, il fallait l'avouer que le revenus de professeur de Poudlard lui manquait depuis que la source s'était taris faute de pouvoir continuer longtemps sans y laisser des plumes, sa morale et ses principes. Heureusement, pour le moment, l'argent de son père, de sa belle-mère et, dans une moindre mesure, son demi-frère, palliait confortablement ce manque de revenus. La famille n'était pas riche, mais elle avait vécu sur ses propres ressources et à la mort de chacun de ces membres, son capital avait augmenté. Un patrimoine qu'elle n'usait qu'assez peu puisqu'il n'était pas conseillé pour une Hors-la-Loi de se balader sur le Chemin de Traverse en toute impunité, surtout à visage découvert, sauf si c'était pour finir à Azkaban. Allez expliquer ensuite que c'était pour habiller une petite fille, les autorités de ce gouvernement corrompu ne l'aurait pas entendu de cette oreille et serait passer outre. Ainsi Miranda, malgré le fait qu'elle grandissait, n'avait pas souvent de nouveaux vêtements. Son actuel sous-pull lui serrait un peu sous les aisselles et au niveau des épaules et l'effet de sa croissance commençait à se faire sentir au niveau des poignet qui semblait à découvert. Cependant, rien de cela ne pouvait être visible sous le pull informe et bleu de Shaé qu'elle portait ce soir-là. Elle aimait bien s'y blottir car ça lui rappelait sa tante, son odeur, sa voix et ses mots. Et tout cela lui redonnait le sourire et lui donnait envie de vivre autant qu'elle la rendait triste de savoir que plus rien de tout cela n'existerait plus jamais.

    Miranda avait changé en plus de trois ans. Elle s'était affiné, affermit. Son visage gardait encore une trace enfantine et ses yeux reflétait son insouciance mais on y lisait également qu'elle avait également vécut son bout de chemin, qu'elle avait vu des horreurs et qu'elle en était sortit encore plus forte. Miranda s'était occupé de gens qui hurlaient à la mort parce qu'il se faisaient soigné après avoir eu une partie de leur corps brûlés, les premiers soins n'étaient jamais facile à donner. Et Shaé ne l'avait pas laissé là, car puisque la fillette était alors incapable d'user de la magie, sa tante avait prit soin à ce que sa nièce sache manier un poignard suffisamment efficacement pour être capable de se défendre et fuir. Le Japon l'avait endurcit et Miranda ne s'était malheureusement pas arrêté là puisqu'elle avait du subir l'hystérie d'une femme qui s'enfonçait dans un cercle destructeur. Kristin n'avait pas été facile à vivre. Il ne s'agissait pas seulement de cris, aussi déplaisants qu'ils soient, mais également de mots provocateurs, d'attitudes et de regards. Si Miranda était encore aussi enfantine aujourd'hui, c'était certainement parce qu'elle avait aimé Shaé et sa manière de vivre. Si Shaé avait vécut pire qu'elle, elle pouvait bien être capable de sourire encore à la la face du monde, n'est-ce pas?

    Derrière cette maturité digne d'une adolescence alors qu'elle en effleurait à peine l'âge de l'entrée ne la rendait pourtant pas adulte pour autant. Les combats, les idéologie,s tout ça, c'était un peu... nouveau pour elle. Elle s'y intéressait depuis peu. Depuis qu'Alex avait rejoint la maison en fait. Curieuse de savoir ce qui avait motivé la fuite de sa nouvelle Tatie, Miranda essayait de comprendre dans quel monde elle vivait. Et le moins que l'on puisse dire, c'était qu'il était sacrément curieux! Sans compter qu'elle aurait bien aimé rejoindre Poudlard, comme elle avait pu y habiter étant enfant, d'être une enfant normale, comme toutes les autres... Convaincre Kristin n'avait pas été facile. Surtout que cette dernière était partit d'un refus au départ. Qu'est-ce qui avait poussé sa "tutrice" de changer d'avis? Miranda l'ignorait mais elle en était contente.

    Les cheveux dispersés sur le pull en laine, ses doigts dépassant de ses gants dont elle s'était amusé à découpé les bouts pour faire "cool", Miranda paraissait seule, abandonnée et inoffensive. Cependant, elle était très contente d'être là. Non seulement pour peut-être aller à Poudlard un jour, c'était sa chance! Mais également parce que Kristin n'avait pas hésité une seule seconde à lui donner le premier rôle dans cette scène. Certes, il lui était préférable de ne pas se montrer de suite pour voir si Miranda avait réellement raison de faire confiance à l'inquisitrice de Poudlard, mais surtout la jeune asiatique n'avait semblé avoir eu aucun doute dans les capacités de Miranda à se débrouiller si les choses devaient mal tourné. Mira se souvenait encore du regard indéchiffrable mais approbateur de la jeune femme quand elle avait vu Miranda prendre la dague de Shaé avec elle. Mais elle n'avait pas vu les autres qu'elle avait prise. La jeune O'Derry ne comptait pas réellement s'en servir, pour elle, c'était encore un jeu. Elle avait beau avoir vu la mort, la haine, la souffrance et la maladie, il n'en restait pas moins que son pire crime fut d'avoir briser des balais-jouet et de ne pas respecter Kristin et d'avoir une certaine allergie aux ordres. Pas de quoi casser trois pattes à un canard.

    Dans la chapelle, on entendait la respiration de Miranda et les crépitements du feu de la torche. Il n'était donc pas étonnant qu'elle est entendue les pas de son rendez-vous claqués sur le marbre. Aimant se la jouer théâtrale, comme Shaé son éternelle modèle, Miranda ne tourna pas la tête, attendant que l'ancienne enseignante de sortilège s'approche d'elle. La voix agréable et douce comme du miel couru jusqu'aux oreilles de la jeune Miranda qui sourit en l'entendant. Mlle LeeRoy avait la même voix que dans son souvenir. L'avait-elle reconnu? Difficile à voir en la jeune fille assise sagement sur le banc, celle qui jouait avec une pelote de laine sur le bureau de Mme Guipure et voulait s'habiller d'une magnifique robe rouge digne d'une adulte dans laquelle elle nagerait encore...

    "Je vous attendais madame..."

    Sa voix lui sonnait étrangement enfantine à côté de celle de l'inquisitrice. Miranda leva les yeux vers l'inquisitrice. Elle tritura le bout de ses manches avec le même sourire joyeux :

    "Bonsoir Professeur LeeRoy... Je sais pas si vous vous souvenez de moi..."


    La fillette tendit sa main droite dans son geste naturelle pour lui serrer la main comme une grande personne. N'était-ce pas ainsi qu'agissait ceux qui guidait leur vie eux-mêmes? N'était-ce pas ce à quoi elle était parvenu en voyant Kristin la laisser prendre les choses en main? Agir comme une adulte, forcer le respect et rester innocente. Shaé ne lui avait jamais rien demandé de tout cela. Mais il fallait avoué que Miranda s'y essayait régulièrement sans jamais bouger d'un iota ses principes moraux et ses valeurs. Droite dans ses baskets et elle comptait le rester.

    "Je m'appelle Miranda O'Derry... J'étais la nièce de l'ancienne concierge de Poudlard, Shaé... On s'était rencontré chez Mme Guipure..."

    ______________________


    La noirceur du tribun qui surplombait le premier étage de la chapelle restait insondable et la patience était son amie. La vérité apparaitrait rapidement au grand jour. Qui aurait tort? Kristin ou Miranda?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Un avenir à Poudlard [Fred] Ven 8 Fév - 16:55


Le feu.
Symbole de la protection et de la destruction. Il nous réchauffe, nous brule, nous éclaire, nous conçûmes. Image de force et de fureur. Image de douceur et de grâce. Le feu jouait un double jeu depuis la nuit des temps. Tantôt le bien, tantôt le mal. Il semblait relier les deux camps éternellement en conflit. Energie, passion. Naissant d’un tout, naissant d’un rien, ce phénomène fascinait encore. On ne pouvait pas être sur de le domestiquer pleinement. A la fois libre et prisonnière, elle était ce feu qui des quatre éléments était le seul à être obscure.

Vêtue d’un simple pantalon noir et d’un pull tout aussi noir par dessus une chemise verte foncée, l’Inquisitrice avait regardé autour d’elle pour s’assurer de l’absence de danger. Se rapprochant dans le dos de la fille, elle avait émis des paroles douces loin de l’être diabolique que l’on décrivait dans les journaux. Elle était un peu comme ce feu, à double tranchant, à double aspect. Pourtant, elle savait où elle allait et comment elle allait. Mais son être était double et s’était peut-être pour cela qu’elle était souvent emprise à la réflexion. Et depuis sa rencontre avec Alex, qui lui avait laissé une trace en elle qu’elle n’aurait pas imaginé si forte en une seule nuit, elle n’avait cessé de passer du calme à la tempête. Un peu comme si elle se refusait ces réflexions. Mais son travail avait repris. Le fil de ses investigations dans les disparitions d’enfant s’était poursuivi. Elle n’y pensait plus. Ou peu. Ou trop justement.


« Tu m’attendais… Mais pas seule n’est-ce pas… ? »

LeeRoy s’assit aux cotés de la fillette, toujours en faisant attention de ne pas relâcher ses sens quand à la présence que son instinct semblait ressentir autour d’elles. Il fallait dire aussi qu’elle était surprise de trouver une enfant alors que l’auteur de la lettre qui l’avait mené jusqu’ici ne pouvait être une aussi jeune personne. Chaque mot semblait avoir été choisi avec précision. Pour ne pas trop en révéler, mais pour titiller malgré tout la curiosité. Désir de discrétion, espoir de réponse, choix difficile, unique personne de confiance, besoin d’aide, qualifications idéales, faveur, rendez-vous.
Elle écoutait l’enfant parler alors que ses sens continuaient à se concentrer à ce qui l’entourait. Le lieu ne lui plaisait guère. L’ambiance de ce lieu la gênait. Son inquiétude lui venait de ses souvenirs de l’école privée où elle avait été forcée de suivre une scolarité moldue jusqu’à son entrée à Poudlard. Elle représentait tout ce que ce lieu aurait voulu foudroyer, si réellement leur Dieu méprisait tout ce qu’elle était. Mais elle n’était toujours pas foudroyée. Ainsi, elle démontrait que tout ceci n’était que machinerie, que mensonge des hommes pour se contrôler les uns les autres. On ne la contrôlerait pas ainsi.


« Miranda… En effet, je me souviens… Shaé était une femme que l’on n’oublie pas si vite… »

En effet elle se souvenait de sa tante. Elle en avait même fait une remarque amusante à l’époque au sujet de son nom de famille, le même que celui du père de Frédérique. Les Lee. Elle continuait à ignorer si de près ou de loin leurs familles étaient liées. Cette femme, belle et énergique, avait un souvenir à Frédérique qui venait tout juste de prendre ses fonctions en tant que Professeur de Sortilèges. Ou plutôt ce souvenir se maintenait dans sa tête parce que la petite Miranda en faisait parti. A un an près, elle avait le même âge que son fils. Elle avait eu des attentions et des remarques tendres à son égard. Elle n’avait pas oublié Shaé, mais elle n’avait pas non plus oublié cette enfant. Mais elle ne l’aurait sans doute pas reconnu si elle l’avait croisé au hasard d’une rue.
Ainsi le souvenir remit en place, elle se remémorait la lettre qu’elle avait reçu. « L’avenir d’une enfant dépend de vous ». Qu’est ce que cela voulait-il dire ? Avait-elle était victime des kidnappeurs d’enfant ? La traquaient-ils ? S’en était-elle échappée ? Tant de questions qui n’attendaient que des réponses. Mais tant de questions, qui pouvaient tout autant n’avoir aucun rapport avec elle. Cette affaire de disparitions d’enfants prenait une place telle dans sa vie, qu’elle ne parvenait pas à raisonner sans la mettre en avant.


« Puisque tu n’ignores pas qui je suis… Tu n’ignores pas que je ne te ferais jamais aucun mal… Mais que ma patience a ses limites… Pourquoi ce rendez-vous… ? »

Miranda n’était qu’une enfant. Si piège il était, elle démontrerait ainsi que les Hors la loi n’étaient pas aussi bons qu’ils le prétendaient sans cesse. Sortant à peine de ce monde d’innocence, n’étant toujours pas pleinement acceptée dans ce monde de sagesse, Frédérique mauvaise, mais n’appartenait pas vraiment à son camp. Elle était loin du leur pourtant. Pas de place ici, pas de place là bas. Elle faisait son chemin seule, n’écoutant qu’elle et s’associant uniquement à ceux qui pourraient l’apporter, dans son sens.
Elle posa son regard sur Miranda et sourit doucement. Elle n’était vraiment qu’une enfant, si loin de ces conflits là. Une enfant qui paraissait pourtant suffisamment mature et intelligence pour se présenter seule à elle et lui parler avec autant d’affirmation. A son age, elle n’aurait pas adressé plus de deux mots à une personne de ce rang là. Réservée, solitaire, distante, elle était de ceux qui voulaient se mêler de rien, ni de personne. L’aura de cette enfant était tout autre. Il y avait un mélange de force et vérité. Mais un soupçon de mensonges et de secrets.
Mais elle n’en restait qu’une enfant…

Car tu sais, son âme est belle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 22/01/2008
Parchemins postés : 7117



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Kristin Kreuk


MessageSujet: Re: Un avenir à Poudlard [Fred] Sam 9 Fév - 17:40

    Miranda avait 8 ans. Depuis peu. A huit ans, elle savait manier une lame, répondre avec effronterie à Kristin, voler sur un balai, garder son calme face à une personne blessée, voler une baguette dans la poche d'un sorcier, et restait définitivement débrouillarde. Mais contrairement aux autres enfants de son âge, le Chemin de Traverse n'était qu'un lointain souvenir, Poudlard semblait devoir le rester. Elle n'avait jamais vu de match de quidditch même si elle aimait voler. Elle n'avait jamais été à Pré-au-lard, son monde se réduisait à la maison des Kreuk et les rares sorties qu'elle avait fait depuis qu'elle habitait avec Kristin concernait Hyde Park avec Shaun et, à présent, la tour blanche. Mais, en effet, elle était accompagnée. Mira n'aurait pas fait nombres de kilomètres à pied seules et pénétrer la tour protéger par des systèmes moldus sans user de magie. La fillette haussa les épaules. La jeune O'Derry savait qu'elles n'étaient pas seules. Cachée, Kristin les observait silencieusement pour avoir la confirmation ou la réfutation de la possible confiance qu'elle pouvait accordée à l'inquisitrice. Elle savait également qu'elle était susceptible d'intervenir d'un instant à l'autre mais Mira espérait que ce serait le plus tard possible pour ne pas commencer les hostilités.

    Miranda sourit en voyant la jeune femme s'assoir à ses côtés. Voler une baguette était dans ses compétences. On ne se méfiait pas d'une enfant, on se méfiait seulement de ce qui pouvait l'entourer. C'était ce que Kristin lui avait dit. Et l'asiatique était bien placé pour le dire même si Mira l'ignorait. Elle était même surprise que sa "tutrice" ait raison. Cependant, Miranda était ravie d'avoir la sorcière à ces côtés pour une autre raison. S'assoir était la preuve qu'elle était prête à lui parler et qu'elle se détendait. En plus, elle se souvenait de Shaé! Ça ne pouvait que l'enchanter. Était-ce un compliment que Mlle LeeRoy n'est pu oublier Shaé ou l'inverse? Miranda prit partit que c'en était un car il lui semblait inconcevable de ne pas apprécier sa tante alors qu'elle avait tant aimé et admiré. Shaé avait été si vivante, si souriante, si énergique, si amusante, qu'on ne pouvait pas avoir une mauvaise opinion de la jeune femme, cela semblait impossible à la fillette.

    "C'est chouette alors, j'avais peur que vous m'avez oublié. Vous avez vu ce que je sais faire?"

    Miranda restait souriante, et se tourna vers la torche qui perdait de sa vitalité. Elle passa la main au-dessus et les flammes reprirent de plus belles. Ravie de son petit effet, ça aurait été bête qu'elle subisse un échec alors qu'elle avait fait ça pendant près d'une demi-heure, Miranda regarda LeeRoy, attendant une réaction de sa part. Miranda découvrait ses pouvoirs depuis plusieurs mois déjà. Une vitre brisée avait été la première manifestation de ses pouvoirs. Ça avait surpris la fillette au premier abord mais elle avait vite été excité par son pouvoir. Sa colère brisait le verre, sa joie faisait éclaté les ampoules qui se mettaient à flamber, sa peur fermait les portes et ses désirs s'accomplissaient de temps à autres. Aussi son bol s'était remplis le matin même tout seul mais n'avait pas voulu venir se poser sur la table devant elle comme elle l'aurait voulu. Ses pouvoirs devenaient problématique quand, pousser par l'envie de voler, le balai s'envolait avant même qu'elle l'ait enfourché.

    Cependant, l'inquisitrice était bien plus intéressé de savoir pourquoi elle était là. Bien sûr que Miranda savait que le professeur LeeRoy ne lui ferait pas de mal mais si elle, elle en était convaincue, ce n'était pas le cas de Kristin. De plus, la phrase mentionnant les limites de la patience de la jeune femme fit percuter à Miranda que Kristin n'exagérait peut-être pas en disant que les mangemorts étaient dangereux. Que se passerait-il si elle arrivait au bout de la patience de la jeune femme? Non, Miranda ne voulait pas savoir. De toute manière, ce soir, elle ne voulait pas de combat.

    "La mienne également."

    Miranda s'y était relativement attendu, Kristin était resté silencieuse depuis que la directrice de Poudlard avait pénétré les lieux et elle savait que la confiance de la jeune femme était limité, et sa patience, dans ces cas-là, encore plus. La fillette leva les yeux vers Kristin. Habillée de bleu sous sa cape noire de sorcière, les cheveux courts lui donnait cet air rebelle qu'elle ignorait. Elle était assise sur le bord du tribun, une jambe dans le vide, l'autre plié à côté d'elle, un bras autour. sa capuche tombait sur ses épaules. Miranda fut, cependant, rassurée de voir qu'elle n'avait pas sortit sa baguette.

    Kristin avait, en effet, atteint les limites de sa patience. Elle avait déjà fait un effort surhumain pour laisser la mangemorte s'assoir si près de Miranda. Elle n'avait nul confiance en Frédérique LeeRoy parce qu'elle savait qu'elle aurait été elle-même était prête à tout pour se protéger et pour la détruire. Avec cette nonchalance insultante qu'elle affichait, Kristin avait bien conscience de ne pas arranger les choses mais si elle avait promis à Miranda de ne pas attaquer la mangemorte, elle n'avait nullement dit qu'elle serait l'image même de la courtoisie.

    "Inutile de sortir votre baguette, Miranda vous l'a certainement déjà prise. De toute manière, je suis pas là pour ça, mais pour Mira, et je lui ai promis de ne pas profiter de la situation."

    Il était clair que cette promesse lui avait coûté, mais elle ferait son possible pour qu'elle ne lui coûte pas Miranda. Si Kristin était une femme de parole, il y avait un pas entre le pacifisme et le suicide. Un pas qu'elle ne franchirait pas. Pour preuve de sa bonne foi, elle leva les mains, vides, avant d'enrouler son bras autour de sa jambe et de laisser l'autre s'appuyer sur sa cuisse qui se balançait dans le vide. Elle devait l'avouer, elle était surprise de voir que la jeune femme était venue, moins qu'elle se montre d'une patience et d'une douceur exemplaire. Après tout, elle était directrice non? En revanche sa voix lui hérissait les poils de la nuque, on aurait dit une araignée qui susurrait des mots doux pour endormir une proie sur sa toile. Mais peut-être cette impression était-elle du à ce qu'elle savait de la jeune femme. Néanmoins, elle gardait en tête les mots de Shaé "attirer par les enfants".

    Kristin avait jouer double-jeu pendant des années, la prudence était une seconde nature chez elle. Aujourd'hui la méfiance régnait dans son cœur. Et même dans le cas où les choses se passeraient bien, elle doutait pouvoir un jour avoir la moindre confiance en la jeune professeur pour lui laisser la moindre marge de manœuvre. En l'occurrence, si elle n'aimait pas la voir si proche de Miranda, elle avait suffisamment confiance dans les capacités de Miranda pour ne pas s'approcher. Si ce n'était pas le cas, elle aurait déjà été en bas. Cependant, LeeRoy avait déjà été surprenante en suivant les consignes édictés au pied de la lettre, et il était de son devoir d'essayer de faire la même chose de son côté : rester tranquille et ne pas entamer les hostilités.

    La touche d'amertume de sa voix était là depuis le départ. Kristin n'aimait pas la situation et le faisait clairement savoir. Cependant, elle restait là où elle était, comme un spectateur. Il valait mieux pour Miranda qu'elle reste en hauteur, cela lui éviterait de provoquer la jeune mangemorte. Devant le silence de Kristin, et le regard qui pesait sur elle, Miranda sut que c'était à elle de parler. N'était-ce pas à cause d'elle, que Kristin et elle étaient ici dans la tour blanche à parler avec une mangemorte. La fillette se tourna vers le professeur LeeRoy et lui montra la baguette qu'elle avait dans la main. Elle ignorait quel attitude adopté alors elle prit une mine contrit, espérant que son vol ne lui vaudrait pas un refus par la suite :

    "Voilà votre baguette. Je vous la rends, mais vous n'allez pas l'attaquer, hein? Si on vous a envoyer une lettre, c'est à cause de moi. Kristin est juste là pour veiller sur moi..."

    Léger silence. Ménagement quelque peu théâtrale dont profita la fillette pour baisser les yeux :

    "Je voudrais aller à Poudlard... Enfin pas maintenant, j'ai pas l'âge, mais quand ce sera le cas... Et je sais bien qu'avec Kristin comme tutrice, j'aurais pas le droit... Mais j'espérais que vous pourriez m'aider... et faire une exception..."

    Levant un œil timide vers la jeune femme, Miranda espérait que son numéro de fille désolée et humble calmerait et réduirait à néant la possible rancœur que lui tenait Frédérique quant au vol de sa baguette. Après tout... Elle la lui avait bien rendu, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Un avenir à Poudlard [Fred] Lun 11 Fév - 20:32


Si l’Intendant avait placé sa jeune héritière à la tête de Poudlard s’était parce qu’il avait vu un don bien particulier qui lui était propre. Elle attirait les enfants. Son visage d’ange, ses attitudes maternels, ses gestes tendres et ses paroles douces se rapprochaient bien plus de l’ange que du démon qu’elle était. Si proche des sorcières des comptes de fée, on ne pouvait pas lui donner de réelle beauté, on ne pouvait pas non plus lui accorder une quelconque laideur. Elle charmait et ainsi on la trouvait belle. Elle envoutait, et ainsi on se mettait à l’apprécier malgré ce qu’elle était. Grace à l’innocence des enfants, elle parvenait à les ensorceler sans qu’ils ne puissent s’en rendre compte. Ils voulaient être au plus près d’elle. Ils voulaient avoir ses bonnes grâces. Ils voulaient avoir sa fierté. Elle mettait les adultes dans ses filets en commençant pas les mêmes charmes mais en finissant par des atouts plus vicieux. Il n’y avait pas besoin de magie pour tromper l’œil d’une personne. Ce qui jouait contre elle était sa réputation et sa cruauté.
Assise ainsi près de cette enfant, inconsciemment, elle œuvrait déjà à l’ensorceler de ses manières diaboliquement gentilles. Elle-même attirée par les enfants, lui rappelant éternellement l’enfant qu’on lui avait arraché trop tôt, elle semblait vouloir maintenir une jeunesse éternelle en gardant un telle proximité avec eux. Elle redoutait de vieillir. Elle redoutait les ravages du temps sur son visage et son corps encore si jeune. Elle redoutait la finalité, la mort, l’oubli.

Ainsi, assise à coté de Miranda, Frédérique n’avait pas sa totale attention sur elle. Elle connaissait les enfants. Mais elle connaissait aussi les adultes. Persuadée que la lettre n’avait pas été écrite pour cette fille, elle se doutait tout autant qu’elle n’avait pas pu venir seule à ce rendez-vous que l’on pouvait juger de dangereux. La patience de la jeune femme avait d’égale à sa soif de meurtre et de sang. Tentant de percevoir le moindre bruit, le moindre souffle, le moindre regard, elle ne se rendit pas compte que sa baguette lui avait été si habilement dérobée.
Regardant la petite s’amusait avec les flammes de la torche, elle ne put s’empêcher de maintenir la réflexion qu’elle s’était faite un peu plus tôt. Bien que son visage et son regard ne démontre aucune réaction, son esprit n’en pensait pas moins. Il s’agissait de là d’un grand potentiel à ne surtout pas perdre.


« Je n’oublie ni un nom, ni un visage… Ton don est à exploiter avec la plus grande attention… As-tu déjà parlé de l’élémentalisme… ? »

Répondant à son sourire, elle avait été sincère jusque là. Elle avait une grande mémoire. Elle n’avait pas été la brillante élève qu’elle avait été juste en battant des cils. Elle n’était pas une grande érudit que parce qu’elle passait le plus clair de son temps à remplir son esprit de livres et de nouveaux savoirs. Ainsi, sa mémoire était sans cesse sollicitée et elle était capable d’allier sa connaissance dans une situation donnée. Il en était de même pour les lieux où elle était passée, pour les gens qu’elle rencontrait. Comme la jolie Carroll, qui lui laissait un souvenir toujours aussi passionné, toujours aussi troublant, dont le visage avait éveillé son esprit mais dont elle ne parvenait pas à retrouver où ni pourquoi.

Soudain, une voix, parfaitement adulte, et loin de lui être inconnue la fit se lever d’un bond. Son instinct ne la trompait jamais et elle en avait ainsi la preuve. La petite était effectivement accompagnée et pas par n’importe qui. Levant les yeux en direction de cette voix, elle la reconnut immédiatement. Fronçant les sourcils et portant sa main à sa baguette, son visage se crispa quand elle constata la disparition de celle-ci. Elle était une sorcière extraordinaire, la plus puissante de Grande Bretagne. Mais sans celle-ci, elle ne valait pas moins que ces pouilleux de Moldus. Quand Kristin lui confirma la disparition de sa baguette, sans doute en la voyant la chercher, son visage devenu sombre, Frédérique aurait tout donné pour casser la nonchalance et l’assurance excessive qu’elle continuait à afficher.


« Kristin Kreuk…ancienne camarade… ancienne collègue… actuelle traitre et ennemie… Si ma baguette ne m’avait pas été ainsi dérobée, vous seriez déjà morte en cet instant… Il ne faut jamais sous estimer ma puissance… nombre ont péri pour cela… Je trouve étonnant de votre part de ne pas chercher à me capturer… ou pire, à m’abattre… »

La jeune LeeRoy savait pertinemment ce qu’elle aurait fait de cette traitresse si la situation avait été inversée. Elle ne doutait pas que celle-ci aurait aimé en faire de même. Elle était à leur merci. Elle était désarmée. Il n’y aurait sans doute pas d’autres occasions pour l’attraper. Récupérant sa baguette, que la fillette lui rendait au final, elle ne comprenait pas vraiment quels jeux elles jouaient. Elle n’avait aucune confiance en cette jeune femme, qu’elle n’avait que peu connu à son arrivée à Poudlard. Mais une enfant avait sa part d’innocence. Et une enfant venant d’un milieu aussi corrompu ne pouvait que nuire aux autres si purs qui évoluaient dans cette école.

« Je ne peux te promettre cela chère enfant… A la moindre attaque, je riposterais… je n’aurais jamais confiance en une Hors la loi… Et ma confiance se fait moindre à votre égard également… »

De longs silences s’installèrent. Le froid de la situation se faisait de plus en plus sentir. A présent à armes égales, la discussion, si l’on pouvait dire, pouvait reprendre. Mais il était certain que la jeune LeeRoy était moins disposée à être conciliante qu’au départ. Elle se retenait d’attaquer la Miss Kreuk. Un duel pourrait être attrayant. Mais avec cette enfant au milieu, cela était bien trop risquée. Elle avait des valeurs et ses valeurs étaient des plus rares parmi les Mangemorts. Mais n’était-elle pas une Mangemort pas comme les autres ?

« Pourquoi serais-je indulgente en ton égard… ? Surtout après avoir pris ma baguette… Poudlard n’est fait que pour l’élite de ce pays… Je n’y forme pas les futures terroristes… Nous prônons et louons la bienveillance du Seigneur des Ténèbres pour qui chacun de nos élèves travailleront à la sortie de notre établissement… Nous inculquons la Magie Noire et les forces obscures, le respect et la rigueur… Mes petits protégés sont ceux qui à mes yeux sont les plus loyaux à cette enseignement que nous donnons… Même pour cette charmante Shaé, je ne vois pas ce que je gagnerais à faire de toi une exception… »

Si Frédérique avait su qu’elles étaient proche de Alex, elle aurait voulu la mort de cette dernière. Ou du moins une vengeance. Ou finalement une explication. Il était certain que si Kristin avait su cette aventure, elle aurait voulu détruire la jeune femme qui pourrait nuire à son amie. Ou bien elle pourrait marchander sans peine au prix de nuire ou d’embellir cette idile qui ne tarderait pas à être réel. Mais il était à savoir ce comment elle marchanderait et pourquoi elle marchanderait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 22/01/2008
Parchemins postés : 7117



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Kristin Kreuk


MessageSujet: Re: Un avenir à Poudlard [Fred] Mar 12 Fév - 12:52

    Miranda était la Reine de Shaé. L'ancienne concierge avait toujours été convaincue que Shaé deviendrait une grande sorcière. Quand elle était à Poudlard et même au Japon, Shaé n'avait pas cessée de lui dire qu'elle deviendrait une grande sorcière. Et dans son carnet, Miranda se souvenait avoir lu que sa tante lui savait un grand potentiel. Pour Miranda, ça n'avait jamais été quelque chose de sérieux. Sa tante lui disant qu'elle deviendrait une grande sorcière, c'était quelque chose qui avait sonné comme une phrase normale que lui avait sortit Shaé. Miranda s'y habituée. Elle ne l'avait jamais prise réellement au sérieux. Un peu comme une phrase pour faire plaisir, pour faire rire. Cependant, Kristin avait déjà eu l'occasion de voir que tout cela n'était pas juste motivé par l'amour que Shaé portait à Miranda, c'était bien réel. Miranda se souvenait encore de la tête de Kristin quand elle lui avait montré qu'elle était capable de faire chauffe son lait sans bouger le petit doigt et que les ampoules avaient flambés.

    L'élémentarisme. C'était un mot qui sonnait familièrement aux oreilles de Kristin, mais qui restait complément inconnu pour Miranda. Penchant la tête sur le côté, la fillette observa l'inquisitrice avant de secouer la tête. Le professeur LeeRoy disait qu'elle avait un don à exploiter. C'était peut-être que Shaé avait eu raison depuis le début alors... Miranda rayonnait de fierté, en partie parce qu'elle aimait savoir que la directrice semblait reconnaitre son talent. C'était pas la même chose de recevoir des compliment de Shaun ou d'inconnu. Ces derniers lui prouvaient que ces proches disaient vrai.

    "Non, qu'est-ce que c'est?"

    Frédérique LeeRoy était sans conteste une bonne sorcière. Mais à quelle point elle l'était, ça, Kristin l'ignorait complétement. C'est pour ça qu'elle avait pris de nombreuses précautions quand à ce rendez-vous. Kristin versait dans la méfiance extrême, on ne pouvait décemment pas lui demander de ne pas attaquer une sorcière ennemie si celle-ci était armée et aurait pu l'attaquer. La jeune femme restait à sa place, sa baguette restait dans sa manche mais au moindre geste suspect, Kristin était prête à attaquer. Si elle avait pu avoir John, tenir tête à son amant, elle ne devrait pas avoir de monstrueuses difficulté pour tenir LeeRoy à distance. Même si elle avait, manifestement, plus de connaissance dans la branche de l'élémentarisme qu'elle n'en avait jamais su de toute sa vie.

    Kristin encaissa la description et les menaces de son "ancienne camarade". LeeRoy se trompait. Kristin n'était pas une traitresse. Pour trahir, il aurait fallu qu'elle ait été loyale au Seigneur des Ténèbres, ce qui n'avait jamais été le cas. Elle aurait été traitresse, si elle avait trahit sa mère, mais grâce à Shaé, elle ne l'avait pas fait. Mais il était, bien sûr, compréhensible que LeeRoy fasse ce type d'erreur, mais la jeune femme n'aimait pas être considéré comme tel. Quant à la sous-estimer, ce n'était pas son type d'erreur habituelle. Si vraiment, elle l'avait sous-estimer, elle n'aurait pas laisser carte blanche à Miranda et ne lui aurait pas demandé de désarmer la mangemorte. Elle n'était pas complément suicidaire non plus! Et si Miranda avait raison, Frédérique ne tenterait pas de la tuer non plus. Le jeu était risqué et il valait mieux que cette histoire en vaille la chandelle.

    "Vous n'avez peut-être aucune parole, mais je viens de vous dire que j'avais promis à Mira de ne pas profiter de la situation. Et je met un point d'honneur à tenir mes promesses tant qu'elle ne me coûte pas la vie."

    Les chances pour que Miranda entre à l'école de Poudlard étaient mince. Il était d'abord peu probable que LeeRoy fasse une exception. Elle était attirer par les enfants, ce n'était pas pour autant qu'elle les aimait. Et, en l'occurrence, si Mira avait raison, LeeRoy aurait accepté, pour la protéger de l'influence néfaste que Kristin et ses petits camarades auraient pu avoir sur la fillette. De plus, il lui semblait également improbable que la mangemorte accepte Miranda sans avoir le droit de lui soutirer quelques infos sur la résistance, ce qui n'était pas acceptable. Non, vraiment, il y avait peu de chance que la fillette arrive à obtenir ce qu'elle voulait. Surtout après le discours qu'elle balançait sur ses gentils élèves...

    Kristin aurait pu s'occuper de l'éducation magique de Miranda. Sur le plan des potions et de la métamorphose, elle n'aurait aucune difficulté, et assez peu en sortilèges. Mais il y avait des tas d'autres matières enseignés à Poudlard et la jeune asiatique n'était pas capable de gérer le don que Miranda avait. C'était au-delà de ses compétences.

    Mais Mira n'avait guère conscience du potentiel qu'elle abritait. L'élémentarisme était quelque chose de très vague pour elle. Un nom obscure désignant certainement une partie de son don. Mais comme ça lui semblait naturel, Mira n'y voyait aucun prodige et ne comprenait pas en quoi cela faisait d'elle quelqu'un de particulier. Que ce soit pour ses capacités à manier un couteau ou pour voler les autres, ça, à la rigueur, elle aurait pu comprendre, encore que faire appel à ces compétences ne lui était pas difficile. Et Mira n'avait pas plus conscience de la puissance de la sorcière qui lui faisait face. Mangemort était un titre donné à Kristin et que portait LeeRoy, pourtant elles avaient été toutes les deux gentilles avec elle. Bien qu'elle est vécu sous le toit de l'asiatique difficilement pendant les premiers mois, ce titre ne parlait pas à Miranda, elle n'avait pas conscience que ça impliquait.

    Miranda baissa la tête en entendant LeeRoy lui dire que sa confiance en elle s'était amoindrit. Était-ce de sa faute à elle si les deux femmes étaient ennemis? N'était-ce pas quelque peu paradoxale que ce soit à elle de leur prendre à l'une sa baguette et à l'autre une promesse pour éviter qu'elles se mettent sur la tête comme des chiffonnières. Était-ce son rôle de jouer les médiatrices? Kristin et Frédérique étaient adultes et pourtant c'était à Miranda de les retenir et de se comporter avec maturité. C'était le monde à l'envers!

    "Ne vous inquiétez pas, j'ai pas la moindre confiance en vous également."

    Miranda foudroya Kristin du regard. Ne pouvait-elle pas se taire? Elle essayait de capoter ses chances d'aller à Poudlard ou quoi? Miranda voulait aller à Poudlard. Elle voulait être une élève comme les autres. Elle voulait apprendre à Poudlard, apprendre la magie. C'était juste un désir d'être comme les autres. Miranda en avait beaucoup appris ces derniers temps sur les motivations de Kristin. Cela lui avait semblé juste parce qu'Alex était quelqu'un de géniale et que cela lui semblait injuste de vouloir sa mort juste parce que ces parents n'étaient pas des sorciers. Mais d'un autre côté, sa tante lui avait toujours dit que la vérité était une immense diamant et que chaque sorcier se battait pour défendre la vision qu'ils avaient de la vérité qu'ils voyaient dans ce diamant. Et Miranda aurait aimé savoir ce que voyait LeeRoy. Cela lui semblait tellement injuste et stupide de tuer des gens pour leur naissance, tellement absurde, tellement illogique. Les gens ne pouvaient pas être stupide à ce point, n'est-ce pas? C'était donc bien qu'il y avait des raisons obscures à ces comportements, non? Et Miranda voulait comprendre.

    Normalement, Kristin aurait du l'empêcher. Aller à Poudlard n'était pas une bonne idée mais elle voyait le même feu dans les yeux de Miranda qu'elle ne l'avait vu dans ceux de Shaé. Elle avait confiance en Shaé, elle pouvait faire de même en Mira. La considérer comme une adulte, la voir comme Shaé aurait été une erreur, mais cela ne l'empêchait nullement d'avoir la chance de faire son chemin elle-même et de se forger son propre destin. Après avoir été construit à coup de cris et d'horreur, elle méritait de vivre sa propre vie de sa propre manière. Et cela, même s'il y avait un risque que Miranda adhère à l'idéologie puriste.

    Miranda ouvrit la bouche pour se défendre sous les accusations de la directrice. Elle entrevoyait le monde qu'elle aurait si elle allait à Poudlard. Un monde d'élite où le Seigneur des Ténèbres régnait en maitre. Le même homme qui avait poussé Kristin à espionner des gens, qui lui avait posé la marque des ténèbres sur le bras... Mais elle ne la recevrait pas, hein? A force d'entendre dire qu'il était responsable de millions de morts, ce nom commençait à déplaire à la fillette. La bienveillance? Il y avait vraiment des choses à éclaircir si Kristin le considérait comme un monstre et LeeRoy comme un Dieu. Cela ne la décourageait nullement à poursuivre pour aller à Poudlard. Elle voulait apprendre et comprendre. Miranda répondit sur la défensive :

    "Mais je vous l'ai rendu! C'était juste pour éviter que vous ne l'attaquiez! Je vivrais où, moi, si j'ai pas Kristin? C'est tout ce qu'il me reste..."

    Kristin n'avait jamais remarqué à quel point Miranda savait bien mentir. Ça en devenait troublant. Mais en même temps, elle n'avait pas le choix. L'existence de Shaun était son joker, sa carte maitresse, il fallait pas que leurs ennemis connaissent leur existence. Et il n'aurait pas été prudent que Frédérique connaissent l'existence d'Alex. La mettre sur la piste d'une née-moldue aurait été une mauvaise idée.

    Miranda poursuivit, indignée d'être accusée de cette manière :

    "Mais j'suis pas terroriste! J'ai sauvé des gens moi, vous pouvez demander à Kristin, je l'ai aidé à sauver des gens! J'ai jamais tué personne moi! Je sais Kristin l'a fait et je suis sûre que vous l'avez fait également! Mais moi, j'ai jamais tué personne, c'est pas bien. Et je tuerais jamais."

    La mine boudeuse face à Frédérique qui venait de l'accuser de manière si injuste, Miranda se demanda ce qu'elle aurait dit si elle savait que la "charmante Shaé" avait combattu pour la résistance. Mais peut-être qu'il valait mieux pas qu'elle ne le sache. Déjà qu'elle saurait bientôt que les parents de Mira étaient également des résistants... C'était une exigence de Kristin, être franche au sujet de ses origines avec Frédérique. Lui mentir n'aurait aucun intérêt et cela ferait une base de confiance entre l'inquisitrice et Miranda si jamais la mangemorte acceptait Miranda à Poudlard.

    "Je veux juste être une élève comme les autres..."

    Sous sa mine boudeuse qui tendait à disparaitre, se cachait la réelle tristesse de la fillette. Elle voulait juste avoir une vie normale? Était-ce donc si compliquée à comprendre? Miranda se tourna vers Frédérique, une lueur d'espoir dans les yeux :

    "Vous avez dit que j'avais un don qu'il fallait exploiter avec la plus grande attention. Si vous m'acceptiez à Poudlard, vous pourriez peut-être m'aider? Je vous assure que je ferais ce que vous voulez et je serais très sage!"

    Mauvaise idée ça, de promettre de faire ce que voulait LeeRoy, la jeune femme risquait de la prendre au mot. Toujours assise en hauteur, Kristin suivait la... conversation entre Mira et LeeRoy. Elle espérait sincèrement que le jeu en valait la chandelle. En attendant, elle surveillait toujours la mangemorte. Elle n'attaquerait pas. Pas la première. Un retour à Poudlard... ça laissait rêveur... Pour peu, Kristin aurait presque envié Miranda. Presque parce que Poudlard n'était plus réellement Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Un avenir à Poudlard [Fred] Jeu 14 Fév - 18:37


La fierté de Miranda se faisait largement sentir. Mais elle avait été sincère sur son cas et ses capacités. Elle n’avait pas de raison de faire des compliments gratuitement. Elle disait ce qu’elle en pensait. Si la petite était sans talent, elle le lui aurait dit avec autant de détachement. Mais cela n’en était pas le cas et la seule chose pourquoi elle continuait à discuter avec elle, s’était à cause, ou grâce, tout dépendait du point de vu que l’on avait, des dons qu’elle avait immédiatement vu en elle.
L’ancienne professeur des Sortilèges fut titillée dans un domaine qu’elle avait toujours affectionné. L’enseignement et la connaissance. Là, la petite fille lui posait une question qui répondait directement à une envie de savoir. Cela montrait l’intérêt qu’elle pourrait avoir à l’avenir si elle se trouvait à Poudlard. Une envie de connaissance montrait la capacité d’une personne à développer son propre savoir, à l’approfondir, pour, il suffisait de l’espérer, la mettre ensuite en application.


« Un élémentaliste est une personne qui a les dons nécessaires pour maitriser les éléments… tous n’en sont pas capable et tout sorcier n’est pas élémentaliste… Ce que je veux dire par élément c’est l’Eau, le Feu, la Terre, l’Air… mais ceux-ci sont bien trop puissants pour qu’un individu parvienne à maitriser au moins un élément réellement… Ainsi l’on dira que dans l’élémentarisme, l’on parvient à contrôler, voir créer, une magie basée sur ses éléments : flamme, glace, neige, grêle, bois, fissure, séisme, vent, éclair… Je suis élémentaliste… Et pour développer un don, Poudlard n’est pas suffisant… il en donne la base, mais un mentor vous élèverait encore plus»

Frédérique était une bonne sorcière, dans tous les sens du terme.
Bonne au niveau de ses capacités magiques. Elle avait cette puissance, cette rage, cette force, ce courage qui faisait qu’elle pouvait développer son don qu’elle ne cessait de mettre en avant. Mais elle manquait d’expérience, elle manquait de pratique. Elle n’était pas reconnue dans le camp auquel elle appartenait car on ne la prenait pas au sérieux. Elle ne niait pas avoir fait ce qu’il fallait pour accéder au poste qui était le sien. Elle ne niait pas d’avoir pris parti de la situation pour parvenir à ses fins. Une femme, si jeune, au physique si frêle, une érudit, si réfléchie, n’était jamais acceptée dans un milieu d’hommes, et tous avides de combats et d’action. Elle était intelligente, calculée, mais ses atouts n’étaient pas qu’à son avantage. On ne voyait que ses aventures, on ne voyait pas le talent que l’on gâchait à ne pas l’exploiter. Elle les maudissait tous. Seul son père croyait en elle et il avait été le seul à relever son potentiel. Il était son mentor et il l’en avait fait son héritière.
Bonne au niveau de son cœur. Bien qu’elle avait déjà tué des personnes, de nombreuses personnes, sorciers et moldus, elle avait cette faiblesse qui ne semblait pas appartenir à son camp. Elle ressentait. Son être passait par des états qui la mettaient dans une position de faiblesse évidente. Peu le savaient. Personne en fait. Elle souffrait, aimait, détestait, protégeait, détruisait. Tout en elle était ambigüité. C’était ce qui pouvait en faire aussi sa force, et son mystère.


« J’ai peut-être une parole, mais cela ne s’applique pas à une personne comme vous… Vous bafouez votre espèce… Vous avez trahi la confiance que vous avez donné le Maitre, vous, Mangemort… Comment peut-on avoir confiance en ce que vous dites… en ce que vous faites… Vous, des voleurs d’enfant… »

Ainsi elle répondit à Kristin qui avait repris un instant la parole. Bien que parlant d’une manière toujours aussi lente, régulière, posée. Bien qu’elle posait chaque mot, chaque phrase, chaque intonation. Bien qu’elle énonçait ces propos avec conviction, sa voix se perdit à sa dernière phrase. Depuis qu’elle avait appris la responsabilité de ces Hors la loi par la bouche même de Sheppard, elle s’était promise de les détruire tous et de libérer ces innocents qui avaient été arraché trop tôt à leur famille. On n’avait aucun droit de faire du mal à un enfant. Que l’on se trouvait bon ou mauvais, on ne devrait jamais les faire souffrir. Campant le poste de direction de l’école de la magie de Grande Bretagne, elle avait mis un point d’honneur à la cause de la jeunesse anglaise. Une chance que ses revendications avaient été entendues par l’Intendance et le Minstère.

« Ne pas avoir confiance ni en l’une ni en l’autre… Au moins nous serons d’accord sur un point… »

Ayant repris son air hautain, elle reporta son attention sur l’enfant qui avait repris la parole, comme pour chasser les paroles néfastes de la hors la loi qui nuiraient au but de ce rendez-vous. Son expression ainsi changea. Son regard semblait déjà moins sombre et son intonation bien moins tranchant. Elle ne détestait pas Miranda, elle trouvait cela regrettable qu’elle ait été ainsi endoctrinée par des gens pareils. Des gens qui faisaient autant de mal et de dégâts que les siens. Il n’y avait aucune logique en tout cas.

« Sans Miss Kreuk… ? Vous vivrez à Poudlard sous ma protection bien évidemment… Puisque vous ne semblez pas avoir de confrères pour vous soutenir si vous vous retrouvez seule… »

Cela semblait tentant de prendre la nièce de Shaé sous sa protection. A la fois tentant mais déstabilisant. Il y avait trop de risque à la faire entrer à Poudlard. Des risques qu’elle ne pouvait pas négliger. Dix mois sur douze dans cet établissement. Un suivi accru de son cas. Un soutien de l’équipe enseignante qui lui montrait le véritable bien et le véritable mal. Et elle aurait des informations primordiales sur ces traitres. Il y avait matière à réflexion. Et il ne fallait surtout pas se tromper.

« En effet vous m’avez rendu ma baguette, mais pour que l’on ai confiance en une personne, ne faudrait-il pas lui montrer sa bonne foi dès le début… ? A Poudlard nous ne tolérons pas les voleurs, ni les mensonges, encore moins les hors la loi…
Vous n’êtes pas une terroriste, mais vous avez suivi mes enseignements de ceux-ci… Qui me dit qu’une fois dans mon établissement vous ne mettrez pas en place un plan contre nous…
Tuer n’est pas un problème pour moi… »


Diaboliquement, elle sourit en coin. Etonnement sensée, étonnement juste, elle continuait à peser le pour et le contre tout en lui répondant. La jeune femme n’avait pas confiance aux autres, elle lui démontrait qu’ils ne pouvaient pas non plus avoir confiance en elle. Mais elle n’avait pas non plus confiance en elle-même. Tout aurait pu sembler contradiction, mais tout était profondément logique. Elle savait à qui s’adresser pour la formation. Elle savait comment la faire s’unir à leur pensée, à la meilleure des pensées, la plus juste aussi.

« Vous ne serez jamais une élève comme les autres… »

Cette phrase sonnait comme avec un double sens. Elle le lui avait déjà clairement expliqué ce qu’elle aurait comme enseignement. La menace de Kristin laissait sous entendre qu’en plus d’être obligée d’accepter la petite à Poudlard, elle devrait la laisser informer son camp sur l’enseignement que l’on donnait dans cette école. Cela lui semblait intolérable. Si l’on n’acceptait ni les enfants de hors la loi, ni les né-moldus, c’était qu’il y en avait bien une raison. Elle se demandait justement l’origine de son sang. Sa décision s’en reposerait tout autant. Et si elles étaient venues à sa rencontre, si elles faisaient une telle demande, loin du circuit habituel, elle se doutait implicitement que la petite n’avait rien qui puisse lui permettre de parfaire son savoir magique. Rien, sauf son donc d’élémentaliste.

« Mais votre don est en effet intéressant… Nous avons un élève actuellement avec une capable troublante à maitriser les flammes… Si vous venez à Poudlard, sachez que je ne vous aiderais qu’à une seule condition… et comme vous semblez disposer à m’accorder tout ce dont je désire… »

Frédérique leva son regard vers Kristin qui se trouvait toujours un peu plus haut. Son regard sombre fut accentué par un sourire en coin qui ne laissait présager rien de bon. Peu de personnes osaient lui promettre de lui donner tout ce qu’elle voulait, car justement, elle ne l’oubliait pas et cela pouvait se retourner contre eux. L’occasion était bien trop alléchante en cet instant pour la laisser passer. Tout son être respirait en cet instant le vice et elle se moquait bien de cette part là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 22/01/2008
Parchemins postés : 7117



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Kristin Kreuk


MessageSujet: Re: Un avenir à Poudlard [Fred] Sam 16 Fév - 5:10

    L'assurance. L'assurance de savoir où on allait, ce qu'on voulait, de posséder ce qu'on désirait. Cette assurance, Miranda la possédait. La fillette avait hérité de la chevelure de sa mère et des yeux de son père. Elle n'avait pourtant rien de la douceur de sa mère et la botanique ne la passionnait pas le moins du monde. Pourtant, elle avait cette joie de vivre de sa mère, sa manière de prendre la vie avec le sourire, et on pouvait entrevoir les traits de son paternel quand elle réfléchissait. Mais dans tout ce qui était Mira, son sourire, ses taquineries, ces grimaces, sa curiosité, sa franchise, son obstination, son assurance, ses gamineries... Kristin y voyait la trace de Shaé. Shaé et son obstination, sa tendance tête-brûlée et à improviser selon les aléas de la vie. Miranda possédait tout ça. Mais peut-être que Kristin, à ne connaitre que Shaé, ne voyait qu'elle en Miranda. Et peut-être que Mira, à ne connaitre que Shaé, elle avait appris plus d'elle que de ses parents biologiques.

    Miranda avait soif d'apprendre. Vivre avec Kristin comme vivre avec Shaé avaient été des expériences... Mais elle n'aimait pas vivre enfermé. Elle ne voyait rien, rien de plus que ce qu'on lui donnait à voir. Certes, elle était déjà sortit une ou deux fois, et puis, elle avait pu vivre en liberté au pays de galles, sortir, se promener comme n'importe qui... Mais elle avait envie de plus. Elle aurait voulu changer de vie, vivre autrement. Et elle avait la chance que Kristin la laisse faire. On avait choisit à la place de Kristin tout au long de sa vie, elle ne retiendrait pas Miranda si elle voulait à Poudlard mais elle lui parfaitement exposé les conditions de son départ... qui avaient convenu à la jeune Miranda. Un pacte. De toute manière, Kristin pensait déjà à un plan b.

    Miranda était sûre d'elle, sûre de ce qu'elle voulait et comme d'habitude, elle n'abandonnerait pas. Peu importait pourquoi le professeur LeeRoy l'accepterait, et peu importe pourquoi Kristin accepterait son départ. Elle souhaitait juste aller à Poudlard. Sa curiosité, sa soif d'apprendre et de comprendre étaient nés avec Shaé. L'ancienne concierge avait toujours fait en sorte que sa nièce pose des questions, les bonnes questions et de ne jamais lâcher tant que ce n'était pas clair. Peut-être même un peu trop car elle se retrouvait souvent à court de réponse... Mais Frédérique ignorait tout cela, elle ignorait qu'elle avait affaire à une curieuse insatiable. Un domaine que Kristin avait toujours crut dominé, mais elle était stoppé par son tact, sa politesse, ce que ne possédait pas Miranda qui restait franche jusqu'au bout des ongles. Une manie qu'elle devrait certainement réprimer quand elle irait à Poudlard. Mais elle avait encore 3 ans au moins pour en être capable.

    Frédérique lui offrit de quoi satisfaire sa curiosité. Kristin lui avait jamais parlé d'élémentarisme. Elle lui avait juste dit que ces talents dépassaient ses compétences. Non pas qu'elle fut ignorante en matière de magie, mais la jeune asiatique avait d'autres domaines de spécialisation et cette matière n'en faisait pas parti. Cependant, Miranda avait huit ans et sa capacité de compréhension n'était pas aussi élevé que LeeRoy semblait le penser. La fillette fronça les sourcils :

    "Ça veut dire que mon élément est le feu, mais que j'arriverais jamais à le contrôler?"

    Il aurait été faux de dire que Kristin ne craignait pas qu'un de ses jours la fillette mette le feu aux meubles...

    "C'est quoi votre élément à vous?"

    Miranda était sincèrement curieuse sur LeeRoy, mais elle avait oublié que la professeur ne faisait pas confiance à Kristin et qu'il était donc probable qu'elle ne réponde pas en sa présence.

    "Vous voudriez être mon mentor?"

    LeeRoy avait l'air de s'y connaitre et Miranda n'était pas du genre à tourner trois heures autour du pot. Une pensée, une parole, une question, une parole, un reproche, une parole. Elle fonctionnait comme ça parce qu'on lui avait appris à fonctionner comme ça. Miranda aurait été capable de remettre en doute la parole de n'importe qui, Kristin, Alex, Frédérique... Malheureusement, son cercle de connaissance était quelque limité. Shaun, c'était autre chose, Mira savait qu'il lui disait toujours la vérité mais elle savait aussi qu'il pouvait la cacher sans lui mentir pour autant. L'unique personne que Miranda avait suivit aveuglement avait été sa tante. A l'admiration qu'elle éprouvait pour sa tante, se mêlait une véritable foi en ce qu'elle lui avait appris et il était peu probable qu'elle abandonne un jour sa manière de vivre et de pensée qu'elle lui avait inculqué. Mais ça n'empêchait pourtant Miranda d'avancer.

    Et Shaé n'avait pas non plus empêcher Kristin d'avancer. Bien au contraire. Tout, jusque dans sa mort, avait poussé Kristin à s'affirmer, à avancer et à faire tomber les barrières. Aujourd'hui, Kristin ne voyait plus de barrière, juste des portes qu'elle pouvait ouvrir à volonté. La confiance en était une. La cruauté en était une autre. Le cynisme encore une autre. La douceur, une quatrième... Toutes ses portes, elle les avait franchit mais elle avait aussi décidé de ne pas y vivre. Elle avait choisit de ne pas s'enfermer et de pouvoir choisir elle-même qui elle voulait être et quand elle voulait l'être. Et aujourd'hui, elle avait la tête haute.

    "J'ai jamais trahit ton maitre. Je peux pas trahir quelqu'un envers qui j'ai jamais eu la moindre once de loyauté."

    Kristin mentait. Elle le savait. Mais les deux ans qu'elle avait passé après la révolte de Londres ne comptait pas. Elle n'avait pas tué à cette époque, elle s'était juste laissé sombrer. Elle avait flirté, avait obéit au Lord en se laissant se perdre dans la souffrance. Elle n'avait pas fait ça par loyauté mais par tristesse. Donc, elle ne mentait pas réellement en fait. Et ses années à Poudlard? Encore une fois, elle ne pouvait guère dire avoir été loyale envers cet homme alors qu'elle avait gardé sa mère comme modèle pendant tout ce temps...

    "Voleurs d'enfant?"

    Si Kristin n'avait pas entendu les derniers mots de Frédérique, ce n'était pas le cas de Miranda qui s'étonnait des mots de la jeune femme.

    "Vous pensez qu'elle m'a volé?"

    Kristin ne put retenir un pouffement de rire :

    "C'te blague, comme si j'avais que ça à faire..."

    La jeune femme leva les yeux au ciel. Les mangemorts ne savaient vraiment plus quoi inventé pour discréditer les résistants aux yeux de la population, vraiment... Sérieusement, elle croyait quoi? Qu'elle tenait une garderie? Les résistants risquaient leur vie chaque jour que Dieu fait et elle pensait qu'ils avaient le temps d'aller kidnapper des enfants? C'était tellement ridicule... Qui aurait l'idée de s'embarrasser d'enfants en étant en fuite? C'était complétement absurde. Miranda foudroya Kristin du regard et se retourna vers Frédérique, piquée de curiosité :

    "Vous savez... Si je suis avec Kristin, c'est parce qu'elle a pas eu le choix. Shaé est morte et elle a été obligé de me recueillir.
    -Je suis pas sans cœur comme vous semblez le penser, j'allais pas l'abandonner. Si vous croyez que j'ai que ça à faire de m'encombrer de gosses à élever quand j'ai déjà du mal à me gérer moi, vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu'au coude.
    -Kristin-euh! Pourquoi vous pensez qu'elle vole des enfants?"

    Miranda avait été réellement piquée de curiosité par la remarque de Frédérique et elle n'aimait pas que Kristin parle, ça envenimait la situation et cela réduisait ces chances d'aller à Poudlard. En même temps, lui parler de cette manière montrerait peut-être au professeur LeeRoy que Miranda était capable de se gérer seule et qu'elle pouvait dire non. En espérant qu'elle ne comprenne pas que Miranda était capable de lui la même chose si quelque chose lui déplaisait. Mais au moins, elle verrait qu'elle était un électron libre.

    Miranda n'aimait ses échanges entre Kristin et Frédérique car cette dernière prenait une expression de visage qu'elle n'aimait pas. Une sorte de hauteur et de mépris qui lui semblait déplacer. Kristin n'avait pas été facile à vivre mais elle faisait aujourd'hui de son mieux et elle la laissait faire ses choix. Miranda ne lui avait pas tout pardonner, loin de là, mais elle ne sentait plus obligé d'être en conflit permanent avec elle. Surtout que si elle disait vrai, si Shaé était vraiment morte pour Kristin, son obstination à se dresser contre elle n'était pas une bonne chose... Shaé ne l'aurait pas voulu...

    Kristin comprenait tout cela. Elle comprenait l'agacement de Miranda. Mira avait élevé de manière assez laxiste et elle se jugeait mal placé pour lui parler comme sa mère ou lui donner des leçons. Elle se tut donc, laissant Miranda mené l'entretien avec la mangemorte, sans pour autant lâcher la femme du regard. Si elle croyait qu'elle hésiterait un seul instant à l'attaquer si jamais Miranda était en danger, elle se trompait.

    La fillette ouvrit de grands yeux à la réponse de l'inquisitrice et fit un grand sourire, très heureuse :

    "C'est vrai? Vous voudriez bien alors? Vous me prendrez en charge pendant 7 ans?"

    Ça, c'était un des points de conditions de Kristin. Un point qui n'avait pas été abordé. Pas encore. Mais Kristin ne tarderait pas à mettre les choses au clair. Elle se contenta de sourire face à la joie de la fillette, même si elle était un peu blasé d'un tel comportement. Elle ne voyait pas que LeeRoy chercherait à se servir d'elle, elle ne connaissait pas la manière de penser des mangemorts. Elle n'avait aucune expérience et bien qu'elle soit futée, elle avait encore cette naïveté et cette innocence caractéristique de son âge. Ce qui était, au sens de Kristin, une bonne chose. Miranda ne devait pas oublier de vivre. Poudlard ne serait pas facile mais la jeune femme avait confiance en elle. Mira avait passé bon nombre d'épreuve, elle avait l'habitude. Pour Kristin, il n'y avait aucun doute que la fillette avait la mentalité d'une battante, elle n'abandonnerait pas ses buts, quels qu'ils soient. Du moins, Kristin espérait qu'elle serait toujours ainsi à sa sortie de Poudlard.

    Kristin allait finir par croire que LeeRoy était comme elle : elle surestimait ou sous-estimait tour à tour Miranda et surtout, restait méfiante. En l'occurrence, elle la surestimait. Kristin s'autorisa un ricanement :

    "Vous la surestimez sur ce coup-là. Miranda n'était pas l'image même de l'obéissance et de la sagesse, mais elle n'est pas non plus de ce genre-là..."

    Miranda enchaina directement, ignorant complétement Kristin :

    "Vous auriez été capable de ne pas attaquer Kristin si je vous l'avais pas prise? Kristin était assurée que vous ne l'attaquiez pas et moi, en vous la rendant, je vous assure que vous pouvez me faire confiance. Elle m'a promis de ne pas vous attaquez et elle le fera."

    Miranda avait sa propre manière d'obtenir les choses... le chantage. Un jeu auquel elle excellait, sans compter qu'il lui était difficile de lui résister... Surtout quand Shaun ne soutenait personne ou pire, soutenait Miranda. En l'occurrence, il l'avait laissé se débrouiller...

    "Je serais sage, je vous l'assure. Je veux aller à Poudlard pour apprendre et être une élève comme les autres! J'y gagnerais rien du tout à vous trahir. J'y perdrais votre confiance et mes chances d'être une vraie sorcière..."

    Miranda tenait réellement à aller à Poudlard. Pas pour une histoire de résistance ou de combat mais pour une question de compréhension. Et aussi l'envie d'y aller. Poudlard était mythique et les souvenirs qu'elle en avait lui donnait envie d'y rester toute sa vie. Elle voulait y étudier et elle y étudierait. Et elle ferait tout pour ça. Hésitante, la fillette souligna la remarque de Frédérique :

    "Parce que j'ai une affinité avec le feu?"

    Ça, c'est la supposition qu'elle préférait. Il y avait également le fait qu'elle avait vécu des choses que ces camarades n'avaient jamais vécus. Ou celle qui disait qu'elle avait été élevé dans un milieu dit "bourbiste". Cependant, LeeRoy semblait apprécié l'idée d'avoir Miranda à Poudlard. Mais si Kristin ne se faisait aucune illusion sur le pourquoi de cette décision, Miranda, elle, restait au stade "chouette, elle va m'accepter!"

    "Quelle condition, dites? Je vous ai dit que je serais sage...
    -Mira."

    La fillette leva les yeux vers sa "tutrice" mais cette dernière fixait LeeRoy dans les yeux. Bien qu'elle regardait froidement la mangemorte, c'était à la fillette qu'elle s'adressait.

    "Tu as été trop trop loin. On ne promet pas mont et merveilles à une mangemorte, ce genre de promesse mène à la mort. Dis la même chose à son maitre et tu te trouveras obligé de tuer des gens innocents tel que nos amis."

    Miranda sembla plus hésitante. Bien sûr, elle comprenait que "amis" comprenaient Alex et Louve mais elle se voyait mal tuer des gens. Acte affreux même si sa tante n'a jamais eu de scrupule, qu'elle sache, à l'utiliser. La fillette se tourna vers la directrice de Poudlard, hésitante :

    "Vous... vous me demanderez pas de faire du mal à qui que ce soit, hein...?"

    Et si c'était le cas? Que ferait-elle? Irait-elle jusqu'à tuer quelqu'un pour pouvoir vivre, ou renoncerait-elle à son rêve pour préserver une vie? Non, l'inquisitrice ne lui demanderait jamais une chose pareille, elle avait 8 ans! Mais elle n'avait pas conscience de toute ce qu'on pouvait demander à une enfant... Kristin, elle, le savait. Et c'était une chose qu'elle ne tolérait pas, que ça plaise ou non à Miranda. Sans laisser le temps à la fillette de se partir dans des suppositions et des hésitations, elle décida de prendre les choses en main et d'exposer clairement ses propres conditions :

    "J'ignore ce que vous vous imaginez, mais je veux être clair. Quand Miranda partira à Poudlard, je ne m'en occupe plus. Vous en faites ce que vous voulez, vous la gardez avec vous, vous l'envoyez dans un orphelinat pendant les vacances, mais je ne la prendrais plus en charge. Secondo, pas de torture et pas d'interrogatoire de quelque sorte que ce soit, pas de flatterie non plus pour obtenir des infos. Je sais très bien que vous seriez ravie d'avoir des infos sur la résistance mais il est hors de question que Miranda fasse les choses contre sa volonté ou qu'elle soit malmené. Vous l'aurez pendant 7 ans où je n'aurais aucun infos. On joue à armes égales, il est pas question que vous en sachiez plus que moi. Et croyez-moi, si vous osez violez cette condition, je le saurais."

    Comment? Aucune idée. Mais Kristin n'était pas sans ressources, elle trouverait bien. Au pire, le plan b était toujours là si elle ne se voyait vraiment pas faire confiance à LeeRoy. Kristin resta immobile, attendant la moindre objection de la mangemorte. Miranda aurait vécu 5-6 ans en compagnie de résistants, elle vivrait 7 ans en compagnie de puriste, ça lui semblait un bon compromis pour LeeRoy, cette dernière en sortait plutôt gagnante. Mais s'il y avait un truc sur lequel elle ne transigeait pas, c'était l'utilisation de Miranda. Kristin avait servit d'instrument aux mangemorts dans son enfance, et elle n'avait jamais eu son mot à dire. Il était hors de question qu'elle laisse Miranda vivre la même chose. Elle avait le droit d'avoir une chance de se construire et de choisir. Une possibilité qu'on ne lui avait jamais laissé. Sauf que Miranda le méritait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Date de naissance du joueur : 06/11/1986
Âge du joueur : 31
Arrivé sur Poudnoir : 11/10/2009
Parchemins postés : 10112



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Pr Frédérique LeeRoy


MessageSujet: Re: Un avenir à Poudlard [Fred] Ven 22 Fév - 13:51


L’Inquisitrice regardait ainsi la jeune femme plaçait toujours au dessus. Qu’elle n’imaginait pas que sa position lui apportait une certaine force. Qu’elle n’imaginait pas que son franc parlé puisse l’impressionner. Elle avait appris qu’un ton calme agacé bien plus que des hurlements. Elle avait appris que la force ne résidait pas dans l’intonation mais dans les mots. Elle était loin de la craindre car elle savait que dans cette histoire, c’était elle qui tenait les rênes.

« Parfaitement… Ton élément est le feu… mais il faut plus d’une vie pour le maitriser… Quand on prend la peine de mon connaitre, mon élément est une évidence… Mon élémentalisme ne pourrait te former au mieux… Pourtant, il y a une chose que tu dois savoir sur les mentors… ils ne forment que dans l’optique de faire de leurs disciples un remplaçant… une copie conforme du modèle qu’ils sont… Dois-je te rappeler qui je suis et ce que je suis… ? »

LeeRoy avait déjà eu deux disciples. Deux expériences catastrophiques. Et elle n’avait que 26ans. Elle se doutait bien que le nombre de disciples s’allongeraient encore et qu’avant de trouver la perle rare pour la succéder allait être difficile. Peut-être impossible. Mais elle ferait tout pour que l’impossible devienne possible. Elle apprenait de ses erreurs et en sortait à chaque fois plus forte et plus performante. Ainsi en plus de ne pas lui révéler la nature de son élément de prédilection, elle se garda de lui répondre à sa demande d’apprentissage. Elle avait encore quelques années avant de prendre cette décision. Quelques années pour voir la fidélité de Miranda mais aussi la confiance qu’elle pouvait avoir à cette Kristin.

« Si le Maitre vous avez fait accéder au rang de Mangemort, c’est qu’il a vu cette part d’ombre en toi… Si douce… Si chaude… Votre rage et votre colère ne cessent de rappeler qu’il avait fait le bon choix… Quel gâchis…
Miss Kreuk, au lieu de cracher votre venin, rapprochez vous de vos chers camarades… Vous sauriez que c’est John Sheppard lui-même qui m’a confirmé votre implication dans cette histoire d’enlèvements… Mon fils m’a été arraché par des gens de votre espèce… Vous ignorez tant de ceux que vous jugez comme bons…
Vous vous placez comme une personne avec un cœur… ne vous êtes vous jamais dis que moi et les miens pouvions en avoir un… ? »


Ce fut à ce moment là que Frédérique se rendit compte que comme dans son camp à elle, les Hors la loi étaient divisés en plusieurs groupes et que ces groupes n’avaient pas de lien entre eux. Ils pouvaient y avoir des secrets, des mystères, de mensonges, des conflits comme elle connaissait entre ceux qui menaient pourtant le même combat qu’elle. Si elle n’avait pas promis d’abattre Kristin, elle l’aurait fait sur le choix pour le coté si détestable qu’elle pouvait avoir envers elle. Mais elle s’en montra intelligente. Elle l’attaquait verbalement, la provoquait, et elle n’y répondait pas par la pareille, gardant son calme et ses airs posés. Car un cœur, elle en avait un, à son grand désespoir.

« Miranda… Je ne suis pas Inquisitrice de Poudlard pour cet abus de pouvoir comme le démontre le Ministère avec ces directeurs… Je ne leur appartiens pas… Je ne suis pas faite de cette même rage… Les enfants que l’on me confie peuvent tous assurés de la bienveillance que je leur apporte… Mon écoute, mes attentions, ma présence, ma douceur… Ils n’ont rien à craindre si ils restent loyaux et respectueux… Sept ans à mes cotés ne t’assureraient pas qu’un savoir… Tu n’en serais jamais un encombrement ni une obligation pour moi…
Miss Kreuk, si j’accepte cette enfant à Poudlard, elle devra justement être l’image de l’obéissance et de la sagesse… Comme vis-à-vis des autres élèves, nous n’y tolérerons aucun écart… Cela n’est pas négociable… »


Plus la conversation se menait, plus la jolie Mangemort se rendait compte qu’elle avait l’attention mais surtout l’intérêt de cette enfant. Une discussion surtout avec elle, car si elle n’avait parlé qu’avec Kreuk, il était certain qu’elle l’aurait déjà envoyé promener, sans doute combattu avant de rentrer à son château sans lui donner satisfaction à sa demande. En dehors de l’Intendant et du Seigneur des Ténèbres, personne ne lui donnait d’ordres. Et elle ne recevait d’ordre de personne.

« Sa promesse a été faite justement… Si je l’accepte à Poudlard, il faudra me donner… ce dont je désirerais…
Pourquoi voyez-vous le mal en la mort… Il s’agit de là la finalité d’une chose et le commencement d’une autre… Avez-vous déjà senti un corps quitté par la vie… Avez-vous déjà écouté son dernier souffle… Avez-vous pris le temps de voir les raideurs de son corps et son dernier sursaut… Je vois en la mort un passage de la vie… J’affectionne la mort… je me délecte de la donner… La mort n’est qu’un arrêt de nos fonctions vitales… Mais l’âme, elle, reste éternelle… Pourquoi ne devrais-je pas mourir alors… ? Car je suis déjà morte, il y a quatre ans… »


Kristin tentait veinement de rattraper les erreurs de la petite, mais les propos avaient été dites et il était trop tard pour revenir en arrière. Elle devait comprendre qu’en laissant Miranda parler, elle lui laissait les cartes pour jouer son avenir. Car il s’agissait de son avenir, pas du sien. Et elle l’avait démontré plusieurs fois qu’elle était plus un encombrement qu’autre chose, qu’elle était prête sans peine à tirer un trait sur elle sans remord ni regret. Ce qui arrangeait au plus au point la belle qui, ayant la confiance et la loyauté de la petite, elle pourrait sans torture ni manipulation lui soutirait des informations. Son innocence serait à son avantage. Comme elle l’avait déjà démontré.

« Je vais être claire à mon tour… Aucun marchandage ne sera possible… Quand Miranda partira à Poudlard, ainsi, puisqu’elle ne sera plus votre occupation, elle deviendra à part entière la mienne d’occupation… Je la formerais, l’élèverais… Je n’en deviendrais pas son mentor… mais sa tutrice officielle… Plus de lien avec vous et les vôtres… plus de contact… Poudlard est une véritable forteresse… jamais vous ne saurez ce qu’il s’y passera… Aucune information ne vous sera apportés… Vous ne saurez rien, plus rien… Miranda sera une pensionnaire annuelle… Elle n’aura droit à aucun séjour parmi vous durant les vacances… Si un simple hibou est échangé, vous risquerez sa mort… Et la vue du sang s’échappa de ses veines n’est pas un souci pour moi… »

Il fallait que la jeune femme comprenne que l’on ne marchandait pas avec la diabolique brune. Elle dirigeait son établissement et personne ne lui imposerait un règlement ni des directives à son bon vouloir. L’avantage, Kristin ne l’avait pas. Une fois les portes de Poudlard refermait derrière Miranda, elle pourrait tenter toutes les investigations, elle aura perdu cette enfant. Frédérique, elle, se moquait d’avoir Miranda ou pas à Poudlard. Mais si elle y était, s’était dans ses conditions à elle et sous sa direction à elle et elle seule. Il s’agissait de son école, et pas celle des Résistants…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un avenir à Poudlard [Fred]

Revenir en haut Aller en bas

Un avenir à Poudlard [Fred]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-