POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Les impardonnables sur papier [Sara & Mary]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2012
Parchemins postés : 680



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Nicci-Rose Benett


MessageSujet: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary] Mar 5 Fév - 20:47

    Travail en Groupe. Rien que ces mots suffisait à mettre le moral de Nicci-Rose dans ses chaussettes. Non pas qu'elle n'aimait pas cela, ça pouvait être agréable mais c'était assez rare. Timide, la jeune Benett se mettait rarement en avant dans ce genre de boulot. Soit elle n'était pas assez pointu sur le sujet et était un vrai boulet pour ces camarades, soit ils ne pensaient qu'à bâcler le travail pour passer autre chose et elle prenait le rôle de rabat-joie. C'était quelque chose qu'elle supportait assez mal. Nicci aurait bien aimé demander au professeur si elle ne pouvait pas bosser seule pour ce devoir mais malheureusement, certains aspects du devoir lui était hors de ses moyens, des questions d'ordre pratique. Difficile alors qu'elle n'avait réussit ses sortilèges. Or Sara Engels, la gryffondor, avait réussit le premier sort et, de toute manière, elle était la seule à ne pas avoir lancer le sortilège de la mort, elle ne pouvait pas travailler seule...

    Ainsi, elles s'étaient trouvé à la fin du cours pour convenir d'un jour et d'une heure pour travailler en groupe au devoir que leur avait imposé le professeur Maxwell. En ce vendredi après-midi, Nicci-Rose arrivait à la bibliothèque, les bras fermés sur son livre de sortilège, son sac sur l'épaule, coinçant une partie de ses longs cheveux noirs. Marchant à petits pas pour faire le moins de bruit possible, elle regarda autour d'elle pour voir si ses deux camarades, respectivement à gryffondor et serdaigle, étaient déjà sur les lieux. Bientôt, elle du cesser de tourner en rond, ayant attirer l'attention de la bibliothèque, et, n'ayant vue aucune des deux filles, alla s'assoir à une table déserte. Elle posa son livre sur la table avant de le remettre dans son sac. Elle sortait à peine de cours de sortilège mais elle savait que ses autres camarades ne seraient peut-être pas aussi prompte qu'elle à arriver sur les lieux.

    Ne sachant comment ces camarades avaient l'habitude de procéder pour le travail, elle sortit néanmoins du parchemin, une plume et de l'encre. De toute manière, il faudrait bien le mettre au propre ce devoir, non? La jeune fille s'appliqua à écrire les exigences du professeur sur le parchemin sous forme de tableau. En colonne se trouvaient les trois sorts et en lignes "effet sur la cible" "effet sur le lanceur". Il était vrai que seule, elle aurait eu du mal à répondre à ses questions... Est-ce que ces camarades seraient plus avancés qu'elle? Est-ce que ce devoir s'annonçait comme une longue recherche? Bah, autant qu'elle serve à quelque chose, elle écrirait à défaut de pouvoir répondre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 12/11/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 31/12/2012
Parchemins postés : 72



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Mary Eccleston


MessageSujet: Re: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary] Jeu 7 Fév - 13:04

Mary était arrivée à la bibliothèque un peu plus tôt, elle n'avait pas cours l'heure qui précédait le rendez-vous d'étude pris avec ses camarades de Magie Noire. Elle s'était enterrée dans la section consacrée aux sortilèges avancés et, sa silhouette de gringalette presque dissimulée par les lourdes étagères, avait passé un long moment à sélectionner les ouvrages qui lui paraissaient les plus appropriés à l’exécution du devoir.
Faire un devoir sans bibliographie de référence était une velléité que n'aurait jamais eu la jeune fille, l'idée même (qui ne lui avait sans doute jamais traversé l'esprit) étant propre à lui donner des sueurs froides. Elle avait déjà lu, ou au moins parcouru, bon nombre de livres de la section sortilèges avancés et sélectionna rapidement deux grimoires qui lui semblaient pertinents, avant de tergiverser pendant l'essentiel de l'heure sur le troisième ouvrage qu'elle allait choisir.

La sélection opérée, bras chargés de son trio livresque, elle se dirigea vers les tables de travail en cherchant les deux autres filles du regard.
Seule Nicci était arrivée. Cela n'étonna guère Mary, Sara, bien qu'elle la connaisse peu, lui semblant du genre désinvolte quand on en venait à l'académisme scolaire.
La jeune fille s'approcha de la table et y déposa les grimoires délicatement (la bibliothécaire rabrouant quiconque avait l'audace de produire plus de deux décibels).


- Nicci ? Salut.

Mary sourit à la Poufsouffle. Elle ne la connaissait pas très bien non plus (elle connaissait très peu de monde, au fond, à part les membres de son équipe de Quidditch) mais elle lui avait toujours fait l'effet d'une fille gentille - une qualité à laquelle Mary accordait d'autant plus de valeur qu'aucun membre de sa famille n'en était doté. La jeune fille avait en outre noté que Nicci n'avait pas tenté de lancer l'Avada Kedavra dans la classe de Maxwell, ce qui était en soi suffisant pour qu'elle accorde à cette dernière un a priori immensément positif.


- Tu seras la secrétaire de cette session de travail, donc ? dit-elle gaiement en remarquant le parchemin que la Poufsouffle avait étalé devant elle, et sur lequel elle semblait avoir esquissé un plan. Parfait ! Normalement, dans les travaux collectifs, les autres me collent tout sur le dos, alors...

Elle lui adressa un nouveau sourire.

- J'ai pris quelques bouquins qui devraient nous aider.

Et, sans plus de cérémonie, elle ouvrit lesdits bouquins et commença à en tourner fébrilement les pages pour atteindre les chapitres idoines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 06/01/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 06/12/2012
Parchemins postés : 170



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Sara Engels


MessageSujet: Re: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary] Jeu 7 Fév - 22:04

La magie noire, c'était bien, un cours intéressant avec un professeur qui selon Sara, savait captiver ses élèves. La matière qu'il enseignait n'était pas facile et la jeune Gryffondor avouait sans problème que depuis le départ inexpliqué du professeur d'Urberville, la magie noire était devenu sa matière préférée, passant devant l'étude des nuisibles. Elle était fière de son dernier cours mine de rien, parmi tous les élèves qui avaient lancés les trois impardonnables, elle faisait partie des deux seuls qui avaient réussit à la perfection le doloris, et elle avait presque réussi l'imperium. Bon, elle préférait ne pas évoquer son échec total sur l'AK, mais finalement, ce n'était pas plus mal, elle savait maintenant qu'elle n'était pas encore capable de tuer, et même si elle s'en fichait pour l'instant, elle savait que selon ses ambitions, ça pourrait changer. Et puis il n'y avait pas que l'impardonnable pour infliger la mort après tout. Mais ça c'était une autre histoire et la jeune lionne préférait ne pas y penser (d'ailleurs elle n'y pensait pas) et se plongeait avec délice dans le sport et surtout le quidditch. Dieu qu'elle avait hâte que le prochain match des rouges arrive, qu'ils puissent foutre la pâté aux prochains sur la liste. Personne ne pouvait faire face à l'équipe des lions, bien trop complète et entrainé par H, la star du quidditch à Poudlard, et ça n'était une surprise pour personne.

Si Sara avait aimé le cours en lui même que ce soit sur la théorique où la pratique, elle avait mal digéré l'idée de faire un travail de groupe. Pas qu'elle ait vraiment de problème avec ça, mais vu les deux filles avec qui Maxwell l'avait foutue, ça risquait de donner une sacrée ambiance. La jeune Gryffondor ne cachait à personne qu'elle n'était pas vraiment du genre bosseuse, et à l'inverse, Mary et Nicci donnaient tout l'inverse... mais finalement, dans ce groupe, elle était un peu un avantage, venant d'une famille usant la magie noire et impardonnables sans doute (avec un oncle Mangemort ça peut aider) elle en savait un peu sur le rayon. Et nul doute que miss Je-sais-tout aura apporté son attirail de bouquins pour pallier à d'éventuels lacunes.

D'avance elle en soupirait. Tout ça l'ennuyait au plus haut point et elle aurait franchement préféré se retrouver seule pour faire ce boulot à défaut d'avoir un groupe où ça ne clacherait pas. Parce que forcément, avec des caractères et des avis aussi divergeant, ça allait à un moment ou un autre se taper dessus. Enfin façon de parler. Puis les rendez vous dans la bibliothèque... très peu pour la jeune fille, mais elle avait donné son accord, sans vraiment avoir le choix puisque au final ça semblait le meilleur endroit pour travailler... il fallait dire que Sara et le travail hors cours... bah c'était pas tip top.

Néanmoins, après être sortie de cours, elle se dirigea d'un pas lent vers la bibliothèque, faisant tout pour arriver le moins vite possible, mais trop ralentir le pas faisait suspect et en fait, le froid dans les couloirs ça donnait pas envie. Cherchant des yeux ses camarades, elle les trouva attablées, leurs affaires déjà sorties sur la table, et comme s'y attendait Sara, des livres. Ça allait donner. Posant son sac à bandoulière sur le côté, elle s'assit à côté de Nicci, sachant qu'il était préférable d'être à côté d'elle pour éviter toutes catastrophes avec miss Je-sais-tout. Elle ne la connaissait pas réellement, mais son côté première de la classe et je le fais exprès d'être la meilleur et nianiania lui sortait littéralement par les trous de nez. Bref, à côté de la Pouffy, ça limiterait la casse. Puis Sara n'était pas foncièrement une violente tant qu'on la faisait pas chier.

« Bon on commence, j'ai un entrainement après. »

Ah oui, on ne fait pas attendre le quidditch. Quand elle y repensait, elle faisait pas partie de son équipe à Serdy la Mary ? Encore une raison d'opposition...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2012
Parchemins postés : 680



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Nicci-Rose Benett


MessageSujet: Re: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary] Ven 8 Fév - 2:07

    Alors qu'elle venait de dessiner le tableau et s’apprêtait à sortir un nouveau parchemin qui servirait pour mettre le devoir au propre quelqu'un arrivera près de la table. Puisqu'elle était pas très éloignée de la porte, Nicci-Rose n'y fit pas attention tout de suite car les gens qui passeraient ici seraient pas rare. Cependant comme l'ombre s'était arrêté, Nicci relevait la tête une seconde après que l'élève est posée des grimoires sur la table. La jeune fille semblait être Mary Eccleston, une jeune serdaigle qui semblait bien plus douce que leur camarade de gryffondor. Nicci lui sourit aimablement. Visiblement sa camarade avait apporté quelques grimoires pour travailler. Est-ce que ce serait un groupe travailler celui dans lequel elle tomberait cette fois-ci? En plus Mary, avec son sourire, semblait assez aimable. Peut-être que travailler en groupe lui serait agréable? Ce serait étonnant et, ne fait, ça n'avait guère d'importance. Elle n'était pas là pour se faire plaisir et elle ne souhaitait pas y penser. Il fallait surtout qu'elle soit utile lors de ce devoir à ses deux camarades, qu'elle leurs soit agréable ou, en tout cas, ne soit pas un boulet comme elle avait pu sentir être dans d'autres groupes.

    Mary n'était pas à Serdaigle pour rien car après avoir signalé son soulagement de ne pas servir de secrétaire, elle commençait déjà ses recherches dans ses livres. Nicci-Rose s'abstint de commentaire car elle n'avait rien d'intelligent à dire et elle préférait passer sur le fait que si elle souhaitait jouer les secrétaires, c'était surtout parce qu'elle ne pourrait pas apporter grand chose au groupe. D'abord parce que Nicci n'aimait guère la magie noire, matière qu'elle trouvait odieuse, repoussante et effrayante, malgré un professeur étonnamment agréable et sympathique. Ensuite parce que Nicci n'avait rien réussit du tout au dernier cours sur lequel le devoir portait. Mais au moins était-elle agréable à Mary. Ce devoir semblait bien s'annoncer.

    A peine quelques minutes après, leur camarade de gryffondor vint les rejoindre et posant son sac sans la moindre douceur à côté de la jeune Benett. Levant les yeux, Nicci-Rose vit qu'il s'agit, en effet, de la dernière du trio. Cependant si Mary semblait assez bien tourner vers le travail, Sara semblait avoir d'autres priorités, en l'occurrence le quidditch. Nicci désapprouvait le fait de faire passer le sport avant les cours mais elle ne se permit pas le moindre commentaire. La gryffondor menait sa vie comme bon lui semblait et ça aurait vraiment été chercher la petite bête et les ennuis que de lui répondre. Avec un sourire moins sincère car plus hésitant que pour Mary, Nicci termina d'accueillir la gryffondor à leur table. Elle-même jouait au quidditch mais sa dernière et unique performance avait été un échec et elle préférait passer l'éponge dessus et se concentrer sur la suite des évènements.

    Ne sachant pas trop comment commencer ce devoir en groupe, Nicci mit la feuille quadrillé entre les trois filles après une seconde d'hésitation. A voix basse, car chaque son semblait se reproduire au centuple ici, et pour ne pas déranger ces camarades qui travaillaient également, la jeune Benett osa se lancer :

    "Je sais pas si vous avez une idée de plan mais comme le devoir dit qu'ils faut décrire les effets des sortilèges impardonnables sur le lanceur et la cible, j'ai fait ça..."

    Après réflexion, son commentaire lui semblait un peu ridicule, ces camarades avaient bien du voir ce qu'elle avait fait et elles n'étaient complétement idiote, elles savaient lire, non?

    "Hum... Je pense qu'on devrait déjà posé ce qu'on sait avant de regarder dans les livres, ça évitera d'assimiler ce qu'on sait à ce qui est écrit. Enfin... surtout pour les effets sur le lanceur... Comme vous avez à toutes deux réussit ou presque tous les sorts, je me disais qu'on pourrait déjà mettre vos impressions sur papier avant de voir ce qui est conventionnellement admis... non? Enfin, c'est juste une idée..."

    Ne rien imposer. Elle savait que, parfois, son côté sérieux pouvait agacer les gens désinvoltes. Or, elle semblait se retrouver entre une Mary fanatique des études et une Sara pour qui ça passait bien au-dessus de la tête. Elle ne pouvait pas plaire au deux... Et elle pariait à coup sûr qu'elle avait déplut à Sara par sa proposition d'élève sage et fait pitié à Mary par son manque de savoir sur le sujet. Ce travail ne serait pas aussi facile que prévu. Se tournant vers Sara, elle lui... demanda? annonça?

    "Heu... ça dérange pas Mary que j'écrive... Ca t'irait?"

    Convenir à tout le monde ne serait pas facile... Mais cela ne l'empêchait nullement d'essayer et de persévérer dans cette voie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 12/11/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 31/12/2012
Parchemins postés : 72



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Mary Eccleston


MessageSujet: Re: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary] Dim 10 Fév - 13:32

Mary sourit à Nicci pour la rassurer quant à sa proposition de plan pour le devoir - la pauvre avait l'air de manquer cruellement de confiance en elle. En même temps, on ne pouvait guère l'en blâmer, le comportement de Sara Engels, arrivée façon "ni bonjour ni merde", étant impropre à mettre à l'aise qui que ce soit.

Elle faillit d'abord protester devant sa proposition de ne pas utiliser de livres en premier lieu (est-ce que les oiseaux préfèrent marcher plutôt qu'utiliser leurs ailes ? est-ce que les poissons essaient de respirer hors de l'eau comme ça, juste pour voir ? est-ce que les Serdaigle font leurs devoirs sans livres ?), mais s'abstint. Elle sentait la patience de Sara limitée, et ne voulait pas donner à Nicci l'impression qu'elle désavouait ses propositions. Elle semblait tellement fragile... Ce n'était pas le genre de Mary de marcher sur la tête de ceux qu'elle sentait vulnérables pour imposer ses vues. Et puis Nicci n'avait pas tort, se força à penser la jeune fille, il était intéressant de commencer la partie qui concernait le ressenti du lanceur sans préconceptions académiques.


"Comme vous avez à toutes deux réussit ou presque tous les sorts, je me disais qu'on pourrait déjà mettre vos impressions sur papier avant de voir ce qui est conventionnellement admis... non? Enfin, c'est juste une idée..."

- Les sorts ont atteint ma blatte, statua-t-elle, mais ils n'ont eu aucun effet, donc je ne peux pas vraiment parler de ce que ressent le lanceur... Mais Sara a réussi le Doloris.

Cette dernière phrase avait été prononcée de manière neutre, de façon à ce que n'y apparaisse nullement sa répugnance à l'encontre du sortilège.


- Donc je ne sais pas... Tu peux nous en dire plus, Sara ? Sur les effets que le sort a eu sur toi ?

Cette fois-ci, elle n'avait eu nul besoin de feindre ou de dissimuler une émotion : c'était avec une véritable curiosité qu'elle avait posé la question. Elle s'était même légèrement penché vers la Gryffondor, le regard fiévreux et interrogateur. Elle avait lu, beaucoup lu, sur les impardonnables, évidemment... Mais Nicci avait raison, réalisa-t-elle, il y avait une différence entre ce qu'on lit dans un livre et un témoignage de première main...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 06/01/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 06/12/2012
Parchemins postés : 170



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Sara Engels


MessageSujet: Re: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary] Mar 12 Fév - 23:18

Mon Dieu, Sara était assise dans la bibliothèque depuis même pas deux minutes et déjà elle soupirait d'ennui et d'appréhension quant-à ce devoir commun à rendre. Sérieusement, elle était tombée avec les deux silencieuses et sérieuses de la classe, en l'occurrence Nicci qui souhaitait absolument pas s'imposer et Mary qui à tout moment risquait d'étaler sa science chiante et sans intérêt. Pour l'instant, la seule chose que voulait le jeune lionne c'était de commencer vite, comme elle l'avait dit, pour terminer ce machin rapidement. On avait pas idée de donner des devoirs communs... ou alors ne pas faire des groupes aussi susceptible de s'opposer. M'enfin, c'était ainsi et elle n'y pouvait rien sinon se soustraire à la dur loi du prof qui spécifiait donc de bosser en groupe sur les impardonnables. Ô joie... si encore le sujet était bien, ce n'était pas le cas des partenaires, mais il était inutile de revenir là dessus. En termes simple, Sara n'aimait pas particulièrement Mary parce qu'elle s'affichait comme Miss-je-sais-tout et ça avait le don de mettre la jeune fille en rogne, mais encore, ce n'était qu'annexe. Mais pire, elle n'aimait pas les gens faibles comme Nicci qui se laissaient marcher sur les pieds, sans rien dire en disant merci quand on la bousculait dans un couloir. Où était la fierté la dedans, son statut d'être vivant ne valait t-il rien, n'avait-elle pas de respect envers elle même ? C'était clairement quelque chose que Sara n'arrivait pas à comprendre, en tout cas elle, elle ne se privait pas pour cogner une personne qui ne s'excusait pas de l'avoir bousculé, ou en tout cas, à défaut de pouvoir taper, elle l'insultait avec en prime des répliques cinglantes. A espérer que ça ne finisse pas comme ça ici.

C'était quoi ces explications, elle les prenait pour des idiotes ou quoi ? Bien sur qu'elles avaient vu son tableau. Sara se retient rapidement de ne pas faire sa vacharde, estimant inutile de mettre de l'huile sur le feu pour des raisons aussi bête. D'accord elle était un peu bourrine, sanguine, mais elle était une gryffondor quoi. La jeune lionne écouta les propositions sans rien dire, puis répondit d'une voix complètement neutre à Nicci sur sa question.


« Honnêtement, j'en ai rien à foutre. »

Qu'elle écrive si ça lui chantait, faire le boulot ingrat en disant merci, encore... ça dépassait Sara ça. Tant pis pour elle après tout, elle faisait comme elle voulait, elle n'allait pas lui dire de faire ainsi si c'était contre ses principes, ce n'était pas le genre de la lionne. Puis, tant que ça l'emmerdait pas outre mesure, elle laissait filer. Ah... sans oublier que Miss Eccleston avait mis son petit mot... bon, elle avait le droit, ce n'était pas la question...

Ce qu'elle avait elle même ressenti du doloris ? Oh fort simple, ça se définissait en deux mots :


« Du plaisir. »


Elle remarqua aux regards de ses deux partenaires que ce n'était pas tellement clair, aussi elle se redressa sur sa chaise et ajouta quelques détails.

« J'ai aimé faire du mal. Comme l'a dit le prof, c'est le principe du doloris, vouloir faire souffrir. Alors j'ai souhaitais faire du mal à ma souris, et résultat, j'ai aimé ça, entendre ses couinements, la voir se tordre de douleur et tout. C'est une question de vouloir et de pouvoir. Si t'es pas capable, alors tu réussis pas. Un peu comme l'Avada. Ce sort, si tu veux pas la mort, bah ça marche pas. Et encore, là c'est aussi une question de puissance. 'Fin ça c'est du théorique au cours. Bref pour en revenir au doloris, le principal que j'ai ressenti c'est du plaisir, et pas de remords non plus. Enfin c'était qu'une souris au final. »

Il n'y avait pas de description plus simple pour définir ce qu'elle avait ressenti. Elle ignorait si c'était une généralité pour tout ceux maitrisant le doloris, mais en tout cas c'était son cas à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2012
Parchemins postés : 680



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Nicci-Rose Benett


MessageSujet: Re: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary] Mar 12 Fév - 23:55

    Essayer d'être agréable à Sara et Mary en même temps relevait du miracle. L'un affichait clairement son envie d'être ailleurs, peu importe où, tant que ce n'était pas ici. L'autre aurait voulu recopier mot pour mot ce qu'elle avait appris dans les livres. L'une comme l'autre avaient leur raison. La gryffondor avait un caractère désinvolte proche de Yakovsky qu'elle plaignait, alors que Mary ressemblait plus à Jellyka car elle était sérieuse et appliquée, même si elle ne la pensait pas aussi légère. L'une voulait s'amuser, l'autre apprendre. Avec des volonté si opposé, il était peu étonnant qu'elles se toisent. Enfin, pas Mary qui restait neutre et agréable. Mais Nicci sentait clairement le regard méprisant de la gryffondor sur son dos. cela ne la dérangeait pas, elle avait l'habitude de voir les autres la rabaisser pour se sentir plus fort et elle se laissait faire, persuadée que ça n'arrangerait nullement les choses d'essayer de les contrer. Nicci-Rose était déjà plus vertueuse qu'eux, elle n'avait pas le droit de faire montre de ces qualités et de s'en vanter, mais se devait plutôt de les aider à avancer sur la bonne voix.

    Interrogeant ces camarades du regard quant à sa proposition avancée timidement, Nicci attendait une quelconque réaction qui vint d'abord de Engels. Sa hauteur et son mépris faisaient peine à voir. La jeune poufsouffle aurait aimé faire un geste réconfortant pour la jeune fille qui était tombé si bas qu'elle se fichait de ses devoirs, mais elle sentait que ça n'allait pas être très bien interprétée et mal pris. Les gens n'aimaient affiché leur faiblesse d'où naissait toute cette agressivité, toute cette colère... La mettre en valeur la rendrait hargneuse et ce n'était pas ce que voulait la jeune Jaune & Noir. Mary, en revanche, prit sa proposition plus au sérieux. La jeune Serdaigle n'avait cependant réussit aucun de ses sorts et il revenait donc à la lionne de palier à leur ignorance. Peut-être qu'elle serait assez aimable pour leur filer un coup de main?

    Sara n'était pas si égoïste que cela puisqu'elle leur répondit mais sa réponse révulsa la jeune fille. De tels mots étaient inconcevable. Sara ignorait de quoi elle parlait, complètement inconsciente du mal qu'elle se faisait. Comment pouvait-on ressentir du plaisir à torturer un être vivant? Quel sorte de sorcier, d'être humain pouvait-on être à être heureux de voir une souris souffrir? Les couinements des souris avaient été plus du genre à coller des frissons d'horreur à la jeune sorcière. Ce qu'on faisait vivre à ces camarades étaient tellement triste... Ils faisaient le mal sans s'en rendre compte, sans avoir conscience et se détruisaient jour après jour. C'était tellement triste... D'abord dégoutée, Nicci-Rose compatissait à la situation que devait vivre Sara :

    "Je suis désolée... Ta vie ne doit vraiment pas être facile pour que tu prennes plaisir à torturer un être vivant... En faisant du mal autour de toi, c'est à toi que tu fais du mal et tu ne t'en rends plus compte... Tu seras jamais heureuse... C'est triste..."

    Nicci-Rose détourna la tête sur son parchemin, sincèrement désolée pour sa camarade. Après un instant d'hésitation, elle écrivit dans le tableau "Doloris - Effet sur le lanceur" que "Puisqu'il faut prendre du plaisir à faire souffrir sa victime, on prend naturellement plaisir à la douleur de la victime. Par exemple, avec une souris, la voir se tordre et couiner de douleur est une source de plaisir qui auto-alimente la durée du sortilège." Bien sûr, ce n'était que du brouillon, mais Nicci était méticuleuse dans son travail et elle ne se contenta donc pas d'écrire les arguments de Sara. Levant les yeux sur Mary, Nicci-Rose attendait que celle-ci leur apporte la connaissance sur les impardonnables qui lui faisait défaut. Certes, ils les avaient étudié en cours, mais l'aiglonne semblait être calée en la matière et serait donc mieux qu'elle ce qu'il faudrait écrire... Mais avant...

    "Mais... Mary, tu n'as pas réussit le sortilège de la mort? Tu n'as rien ressenti? Aucun contre-coup? Aucune émotion? En terme de préparation mentale?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 12/11/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 31/12/2012
Parchemins postés : 72



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Mary Eccleston


MessageSujet: Re: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary] Jeu 14 Fév - 13:54

Mary déglutit fortement à la réponse de Sara. Elle ne pouvait pas dire qu'elle était surprise, pas vraiment : Maxwell avait décrit le plaisir devant la douleur de l'autre comme un des pré-requis pour lancer le sortilège, et la jeune fille ne s'était jamais représentée Sara Engels comme une grande résistante devant l'éternel. C'était plutôt du genre petite pouffe impulsive, plutôt du genre à se lancer dans toutes les sources de défoulement qu'on lui proposait sans se soucier du fait de faire ou non du bien, de faire ou non souffrir.
Mais entendre de sa bouche ainsi combien elle avait pris son pied à infliger une telle douleur... C'était autre chose que de simplement le savoir intellectuellement, c'était se prendre tout ce qui n'allait pas dans cette école en pleine poire.

Cela dit, la réaction de Nicci la glaça tout autant. Elle était folle ou quoi ? Manifester sa réprobation en public, critiquer le Doloris, qui était un peu l'idée que les Mangemorts se faisaient d'un apéro avec saucisses cocktail, se découvrir sans autre forme de précaution ? Elle était folle, folle et complètement naïve.


- Oh, c'est très intéressant, tu sais, enchaîna-t-elle immédiatement, comme si elle espérait effacer la réponse de la Poufsouffle des oreilles de Sara en parlant tout de suite après et en abondance, car une myriade d'essais parus dans les années 70 défendaient une thèse relativement contraire. Ils prétendaient que, avec l'entraînement idoine, le Doloris pouvait être lancé non pas en souhaitant la douleur de l'autre ou en y prenait plaisir mais par un simple désir froid d'exercer un pouvoir judiciaire, lors d'une capture, par exemple. Evidemment, ces essais ont été abondamment critiqués, et comme ils datent de la période où le directeur du Département des Lois Magiques, Bartemius Croupion je crois, avait autorisé les Aurors à utiliser les Impardonnables contre les serviteurs du Seigneur des Ténèbres, c'est sujet à caution. D'ailleurs, un des auteurs avait de forts liens avec le Ministère, CQFD. On devrait peut-être parler de ça dans le devoir, d'ailleurs ? De la polémique autour des effets sur le lanceur, l'hypocrisie ministérielle, etc. Non ?

Mary s'arrêta, légèrement hors d'haleine, la main posée sur Grandeur et hurlements par Tess Rippert, prête à l'ouvrir pour chercher des références supplémentaires si besoin.
Se plonger dans un livre, là, tout de suite, pour ne pas avoir à regarder la réaction de Grolol... Mary se mordit vaguement les lèvres et essaya très fort de ne pas regarder la poitrine de la Gryffondor en passant. Ce débile de H ne cessait de gueuler ce surnom stupide à tout bout de champ, aussi...
Heureusement, l'intervention de Nicci vint la distraire de ces considérations pulmonaires.


"Mais... Mary, tu n'as pas réussit le sortilège de la mort? Tu n'as rien ressenti? Aucun contre-coup? Aucune émotion? En terme de préparation mentale?"

- Hmmm, mon éclair a atteint sa cible, mais ça n'a rien produit. Donc non, je n'ai rien ressenti. Concernant la préparation mentale, contrairement à ce que préconisait le professeur Maxwell, je pense que je me suis plus concentrée sur l'envie de réussir le sortilège que véritablement sur le désir d'infliger la mort. D'où mon échec, même si c'est aussi une question de puissance magique, évidemment.

Elle avait parlé sur un ton désinvolte, comme si elle commentait la météo de la veille. L'idée que Nicci en vienne à lui manifester la même pitié qu'à Sara ne lui plaisait guère, mais elle ne pouvait simplement pas se permettre de remettre en cause la doctrine de l'école devant qui que ce soit, et surtout pas devant une fille du genre de Groslo... Sara Engels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 06/01/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 06/12/2012
Parchemins postés : 170



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Sara Engels


MessageSujet: Re: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary] Jeu 14 Fév - 16:09

Il ne fallait pas croire Sara totalement idiote portée sur l'envie de foncer dans le tas à tout bout de champs. C'était en parti très vrai, mais la jeune fille était aussi et avant tout une joueuse, mais pas dans le sens ou tout était un jeu et tout ne valait rien et je me fiche des conséquences. Ou plutôt ça lui arrivait d'y faire attention... En fait, comprendre Sara pouvait à la fois être très simple et très compliqué puisque la Gryffondor était une véritable girouette et se fichait bien de faire tourner la tête des gens tant ses avis et ses humeurs changeaient. Mais une chose était sûr concernant ce devoir et le doloris, elle n'était pas une fervente partisane de la douleur et ça, c'était sans doute ce que n'avait pas compris les deux autres élèves. Elle semblaient, et on ne pouvait pas leur en vouloir, croire que Sara appréciait de torturer les être vivants, y compris les gens. C'était absolument faux. Il y avait une différence entre torturer les inutiles dénués de conscience et d'intelligence que les sorciers. Oui elle avait pris plaisir à torturer la souris, mais qu'importait, ce n'était qu'une souris, on s'en fichait après tout non ? Elle n'allait pas revenir la hanter, lui manger les orteils et lui crier "monstre tu m'as fait souffrir !" C'était bête de s'en faire pour une créatures comme ça. Oh elle n'aurait sans doute jamais eu le courage de torturer Haytham ou Milo, encore moins une des ses collègues ici présente... Sara n'était pas une personne mauvaise, elle n'était pas folle, juste pleinement consciente qu'il y avait des choses plus importantes que des histoires de conscience sur des animaux comme les souris, les grenouilles ou les blattes. Après, si on lui avait demandé de torturer un sang de bourbe, un traitre ou ennemis du purisme, était-il possible d'y avoir hésitation ? Non. Mais elle n'était pas du genre Ariana à cogner tout ceux qui lui semblaient suspect ou tout simplement qui ne lui revenait pas.

Dans son explications du doloris, elle n'avait jamais précisé aimer la torture autre que dans cet exercice, et au fond, elle préférait la mort plutôt que la souffrance. A la réflexion c'était nettement plus abordable, et plus humain. Non, la Gryffondor n'était pas une folle psychopathe dénuée de sentiment, et simplement bourrine comme on pouvait le croire. Après, oui elle aimait les jeux, les tests, se moquait un peu des autres, se fichait de savoir si oui ou non elle avait le droit. Bref, oui elle fonçait dans le tas, mais connaissait la notion de pitié. Et faire du mal pour du mal, non clairement ce n'était pas dans ses joies. Aussi, la réflexion de Nicci, même si elle était particulièrement étrange et possiblement vexante, n'offensa pas Sara comme ça aurait pu l'être pour une autre personne (qu'elle ne nommerait pas !). Au fond, discuter avec la lionne n'était pas suicidaire tant qu'on ne lui parlait pas d'être contre le purisme. A la différence de certains de ses paires sang pur, elle ne révulsait pas de côtoyer quelques sang mêlés, sinon, la vie était trop ennuyante.

C'est dommage que Mary se senti obligé de déblatérer sa science à ce moment là, comme pour changer de sujet. Mais comme elle continua d'aborder le thème du doloris, c'était pas plus mal. Même si l'histoire des sorts et des expériences encourues c'était assez peu passionnant pour une personne comme Sara.


"Ça peut toujours être intéressant de le rajouter en annexe oui."

On sentait, étrangement, que la suffisance et le léger mépris de Sara c'étaient éloignés. Elle était un peu comme tout le monde à se faire des films sur les personnes, mais une fois qu'on les côtoyait un peu plus, ça changeait les choses. En premier lieu, elle avait un nouvel apriori sur Nicci, qui lui paraissait moins écrasée qu'on ne pouvait le croire, et finalement très à l'écoute. Bon certes un peu pitoyable de ne pas vouloir s'imposer plus mais Sara n'était absolument pas là pour imposer au gens, pas plus qu'elle ne voulait qu'on lui impose. Aussi, si Nicci préférait rester ainsi, pourquoi pas, au moins elle n'aurait plus le regard méprisant de la Gryffondor puisque simplement en s'exprimant ainsi, elle lui avait inconsciemment prouvé qu'elle n'était pas qu'un chien. Il en fallait peu parfois. Pour Mary c'était un peu plus compliqué, mais le côté Serdaigle je sais tout était sans doute le principal problème. Bon, elle n'allait pas non plus lui dire de se la fermer, mais les explications de masse c'était moyen. En tout cas elle ne lui était pas aussi antipathique qu'une certaine Ariana.

"L'AK est un sortilège complexe parce que même si on souhaite réussir du plus fort, qu'on se le convainc, ça sert à rien. On m'a dit un jour que l'AK c'était plus seulement une question de le vouloir, l'inconscient joue aussi. En gros, même si on est convaincu de pouvoir tuer, le sort ne marchera pas si inconsciemment ce n'est pas ce que tu veux. Et comme tu dis Mary, c'est une question de puissance aussi. C'est pour ça que j'ai pas réussi, j'ai pas pour vocation de tuer... Ni celle de faire souffrir."

Elle rajouta un peu cette dernière phrase pour mettre les choses au clair, au moins au cas où.

"J'ai lancé l'impérium, mais pareil que Mary, le sort à touché, mais rien ne c'est passé... Difficile à comprendre comme sort. Aucunes sensations, rien."

Elle haussa les épaules. L'impérium était pourtant cool comme sort, bien que particulièrement vachard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/03/1993
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2012
Parchemins postés : 680



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Nicci-Rose Benett


MessageSujet: Re: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary] Ven 15 Fév - 16:48

    Mary empêcha la gryffondor de lui faire la moindre réflexion. Habitué à être vertement invitée à s'occuper de ses affaires, Nicci n'aurait pas été touché dans son orgueil si Sara lui avait répondu. La jeune Poufsouffle n'en avait aucun, mais elle aurait été peinée pour elle. Cependant Mary empêcha Sara de lui faire la moindre réflexion. Du moins, Nicci le supposa car elle semblait absolument vouloir engranger avec ce qu'elle savait sur le Doloris. C'était intéressant quoi qu'un peu inquiétant car ça élargissait grandement le nombre de sorciers qui pouvaient lancer ce sort sans la moindre difficulté. Donc plus de victimes, plus de souffrance, plus de destruction, plus de malheur... Tout ça était vraiment trop noir... En même temps, Nicci se demanda si c'était vraiment aussi pertinent que Mary semblait le sous-entendre. Dire au professeur, qu'en quelque sorte, il se trompait avec, en appui, des preuves qui datait de l'ancien régime, assez mal vu, n'était pas une sorte de manière déguisé de se prendre une retenue avec un joli T? Nicci s'était attendu à une opposition de Sara. Elle semblait bien en phase avec les morales actuelles, pourtant elle écoutait Mary proposer d'écrire noir sur blanc que le professeur Maxwell se trompait peut-être à cause d'un homme qui avait été proche de l'ancien ministère... Était-ce vraiment très malin...? Cependant, Nicci n'osa pas donner son avis. Mary comme Sara étaient plus intelligentes qu'elle et elles avaient certainement une bonne raison d'écrire cela, elle était juste trop bête pour le comprendre.

    "Pourquoi en annexe?"

    Nicci-Rose n'était pas sûre de comprendre exactement ce que voulait dire Sara...
    En revanche, sa théorie comme quoi, ayant réussit partiellement un sortilège, ces camarades avaient peut-être ressentit quelque chose était un échec. Mary comme Sara l'affirmèrent. Nicci fut plutôt contente pour Mary en sachant que cette dernière n'avait pas tendance à vouloir tuer. Elle ne comprenait pas pourquoi ces camarades l'avaient essayé alors qu'il était facteur de mort, de malheur et de chagrin. Qui pourrait avoir envie de tuer qui que ce soit? Personne. Et les gens qui pensaient ainsi se fourvoyaient, ils se détruisaient et se mentaient. Et il était difficile de les sortir de là.

    "Pourquoi vous avez voulu lancer le sortilège de la mort?"

    Il y avait une répulsion évidente dans sa voix, cependant, c'était aussi motivée par son incompréhension des plus totales face à un acte aussi abject. Les gens n'avaient pas conscience de ce qu'un acte pareil impliquait, ils n'avaient pas conscience qu'il s'agissait pas seulement de détruire une vie, c'était détruire une âme, un être vivant, une personnalité, des espérances, des expériences, une partie de la famille de la victime, une partie de soi, au profit d'une noirceur qui n'attirait que la malheur. C'était destructeur et mal. Cependant, Sara prétendait n'avoir pas l'âme pour tuer ou torturer. Une affirmation paradoxale vis-à-vis de ce qu'elle venait de dire et ce qu'elle avait fait. Nicci-Rose se souvenait très bien qu'elle avait pas été des plus heureuses de se louper sur le second, et très fière d'avoir réussit le premier. Était-ce une manière de se rassure,r et de dédramatiser ces actes? Fuir la réalité n'était jamais une bonne chose... Nicci espérait qu'elle disait vrai et que la gryffondor ne ferait plus jamais ça...

    "Pourtant, tu as fais souffrir une souris, sans le moindre scrupule. Aujourd'hui, c'est une souris, demain ce sera ta chouette parce qu'elle n'a pas obéit, et le jour suivant ton camarade parce qu'il t'a bousculé. Le meilleur moyen d'éviter ce genre de dérive, d'être aussi faible, même si c'est typiquement humain, c'est de refuser d'entrer dans cette voie-là."

    C'était avec une assurance sans faille que Nicci-Rose venait de parler. La jeune fille n'aimait pas critiquer ces camarades. Mais visiblement, Sara avait conscience qu'elle n'était pas faite pour tuer et faire souffrir, mais ça ne l'empêchait pas d'essayer. Il n'y avait rien de plus mesquin et de plus méchant que de s'obstiner dans une voie que l'on savait mauvaise et destructrice. Si on avait conscience du mal fait, l'acte ne relevait plus de l'ignorance, que Nicci-Rose pardonnait avec indulgence, mais de l'égoïsme, qu'elle condamnait. Et si Sara faisait du mal en ayant conscience de ces actes, c'était mal et elle se devait de lui rappeler qu'elle devait changer. Et là-dessus, Nicci serait intransigeante. Le bien de l'humanité. Ça passait par là, faire prendre conscience du mal effectué et pousser ceux qui le savait à changer. Car seule, elle ne pourrait jamais aller bien loin. Nicci avait une certaine assurance là-dessus, non pas parce qu'elle était orgueilleuse, elle n'avait que faire de sa propre personne sauf si elle pouvait être utile, mais parce qu'elle était entièrement convaincue qu'elle avait raison et celui qui la ferait changer d'avis n'était pas encore né.

    "Je crois que l'imperium se base d'abord sur la volonté de manipulation. Il faut une certaine puissance et maitrise de soi pour être capable de contrôler un autre être, même un simple animal..."

    Ce qui prouvait bien que la barrière entre animaux et humain, sur ce terrain-là, était relativement comparable à la transformation animal-objet entre un escargot et un corbeau. Sa résistance ne faisait pas du corbeau, un animal considéré par ses camarades...

    "Pour imposer des actes à un autre être vivant contre sa volonté, ça doit pas être une simple question de volonté..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les impardonnables sur papier [Sara & Mary]

Revenir en haut Aller en bas

Les impardonnables sur papier [Sara & Mary]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-