POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé) Ven 21 Juin - 23:59

Le membre 'Charlyse M. Stuart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sorcier Supérieur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé) Sam 22 Juin - 15:58

Là, il était sérieusement mal en point. La mort regardait, comme toujours, par dessus son épaule, elle n'allait pas le prendre, tout comme il n'aurait aucune blessure à la fin de cet entraînement. Il ne devait pas en avoir.
Ce petit duel venait de mettre en lumière quelques problèmes au niveau de sa condition. Dans un premier temps l'endurance qui lui faisait défaut, il peinait à reprendre convenablement son souffle, puis la souplesse. Les blessures subies l'handicapaient vraiment, l'empêchant d'exécuter pleinement un style qui était le sien, ou plutôt, une seconde main comme disait les duellistes.
Là, il s'agissait avant tout de reprendre le dessus, car c'était bien Lyse qui avait la main mise sur ce duel, aussi étrange que cela pouvait paraître, elle dominait sans vraiment l'affirmer, chose qui lui faisait défaut jusque là.
Il suffisait qu'elle croit un peu plus en elle, et elle pouvait vite devenir une bonne duelliste, à peine majeure, elle allait en surprendre plus d'un.

Un jour, lorsqu'on lui demanderait de qui elle tenait tout ça, elle comprendrait le chemin parcouru, elle verrait d'où elle avait commencé, ce qu'elle avait été, pour devenir une duelliste, une vraie.
Mais là, elle devait faire face à son cousin, qui était dans un sale état.
L'hésitation était palpable, allait elle le faire ? Ou écouter plutôt son humanisme et ne pas achever son adversaire ?
C'était un dilemme qui, pour Tryan, n'avait pas lieu d'être, mais la jeune fille était bien plus sensible que lui, et cela se voyait, elle ne concevait pas de tuer, alors qu'elle y serait tôt ou tard obligé, le plus tard étant le mieux évidemment, mais il fallait s'y préparer. Là, c'était un simple duel, mais elle devait déjà prouver qu'elle ne se laissait plus intimider ou prendre par les sentiments, cela n'avait pas lieu d'être dans un duel.
Il lui fallut un certain temps avant quelle ne se décide, mais elle lança son maléfice. Trop faible pour pouvoir parer efficacement, et passablement désorienté, le français ne put que subir le maléfice de flagrance, sans broncher réellement. Trois sorts d'un niveau qu'elle n'avait pas, trois sorts réussis et efficaces, voilà qu'elle était quasiment prête pour son entraînement avec Faustine.

La peau blanche de Tryan devint rouge sous l'effet de la brûlure immédiate. Les phalanges de sa main droite commencèrent à devenir écarlates, et l'odeur de cochon grillé qui l'accompagnait ne pouvait que prouver la belle réussite de la part de Lyse.
Cette douleur avait de positif qu'elle maintenait les sens du français en éveil, désormais, il ignorait complètement celle en provenance de son oreille, et cela venait de lui servir.
Inconsciemment, il avait déjà choisi le sort qu'il allait essayer sur Lyse. S'il l'avait trouvé dans un vieux manuel, jamais il ne l'avait utilisé, et c'était le moment de voir ce que cela donnait.
La douleur accumulé par le maléfice de flagrance lui serait utile, et la miss allait peut être trouver cela vache, mais les choses étaient ainsi faites.

Tu es sûr que tu veux continuer ?

C'était probablement les mots de trop. Demander cela, c'était s'inquiéter, pire, baisser sa garde, chose qu'elle venait de faire machinalement. De toute façon, l'attaque aurait ignoré cette dernière, étant donné que Lyse ne savait ni parer, ni dévier les sortilèges, ça allait forcément lui faire de gros dégâts, au pire, il y aurait les antalgiques pour la douleur, et pour les vêtements … on verrait plus tard.
La réponse ne se fit pas attendre.

« Un jour tu me pardonneras d'avoir usé de ce sortilège contre toi ... »

Elle semblait surprise, et le français leva légèrement sa baguette.

« Pyrae. »

Une lumière rouge émanant de la peau de Tryan, les brûlures disparurent avant de prendre, une autre forme bien moins formelle. Autour de la gamine, apparut au sol un cercle de flamme qui s'éleva aussitôt en une colonne de feu, un pilier de flamme qui chauffait sévèrement l'endroit.
Lyse était au cœur de ce dernier, et les multiples langues de feu qui le composaient fondirent par moment sur la cible de cette attaque, qui pris feu par endroit, rongeant ses vêtements par pans entiers avant d'attaquer la peau, et pour certaines, la chair.
La colonne brûla un moment, jusqu'à ce qu'elle se dissipe en une explosion vive, projetant le corps inerte de Lyse un peu plus loin dans la pièce.

Réaction exothermique magique, tout le contraire de la cryomancie, mais là, étrangement, la maîtrise entropique jouait étrangement avec l'effet de ce sort, ainsi, Tryan avait bien fait de le lancer après avoir accumulé quelques blessures, là, il s'agissait de restituer la chaleur accumulée à son propriétaire, de quoi regretter d'avoir utilisé la pyromancie.
Une légère fumée émanait du corps de la miss, qui avait subi un assaut bien trop violent pour pouvoir pleinement garder le contrôle, là elle était vaincue, mais la manière était litigieuse, le retour à l'envoyeur avait ça de vicieux que la réussite se payait, cela donnait des idées aux français qui s'entraînerait à renvoyer les sortilèges à son envoyeur, et si possible, le faire de façon endothermique.

Il ne restait plus grand chose de Charlyse et de ses vêtements, et si la baguette qu'elle tenait était encore intact, c'était probablement qu'elle était relativement solide et que l'alchimie utilisée pour la fabriquer, la protégeait efficacement, une arme à utiliser à l'avenir.
Le français, exténué, tomba en arrière sur la partie la plus confortable de son anatomie. Relevant la jambe droite, il s'accouda à son genou avant de pointer la baguette de Tyler sur son oreille.
Il en tira magique un petit caillot de sang, avant de bredouiller une formule de magie blanche pour réparer au mieux les dégâts, mais sans grand effet. Il retrouva ses esprits rapidement, claquant des doigts, il demanda ensuite à son elfe de maison d'aller lui chercher rapidement un soda et un verre d'eau.

Une fois ceci fait, le français vida d'une traite la canette, demanda à l'elfe de poser le reste sur le plateau, avant de se lever difficilement, et de se diriger vers le corps de Lyse, prenant son pouls, il le trouva correct, elle était simplement inconsciente.
La ranimant d'un sort de magie blanche, il lui releva légèrement la tête alors qu'elle ouvrait les yeux.

« Ne dis rien, avale ça ... »

De son autre main, il chercha la boîte d'antalgiques, en prenant deux, il les glissa dans la bouche de la demoiselle avant de lui porter le verre d'eau pour qu'elle puisse convenablement ingérer les deux.
La laissant ainsi quelques minutes, la douleur devait avoir disparu, après quoi, il murmura une formule de magie régénératrice, permettant à Lyse de recouvrer plus vite ses forces, forçant ainsi l'effet des médocs.
Trente secondes plus tard, elle pouvait de nouveau se relever, et bien qu'un peu embrouillée, elle allait quand même pouvoir écouter les recommandations de son mentor.

« Tu t'es bien débrouillée, mieux que je ne le pensais. Bientôt, on passera à la vitesse supérieur, et ce, avant que tu ne rejoignes Faustine pour ton entraînement.
Va te reposer et prendre un bon bain, tu l'as mérité … et change toi par la même occasion, tu verras avec ton elfe pour te racheter une tenue. Tu as bien progressé Lyse ... »


Après quoi, le français la laissa se relever, et il disparut de la salle de duel, s'enfermant dans son bureau, la laissant méditer sur son affinité.
D'ici peu, il allait pouvoir s'améliorer avec elle dans un exercice délicat.
Tout serait affaire de technique. Elle pourrait s'entraîner en pyromancie, en défense et lui en contre-attaque, le tout serait de trouver le filon pour y arriver dans les meilleures conditions.
Se posant dans son fauteuil de cuir dans son alcôve de travail, il referma la porte magiquement avant de poser ses baguettes devant lui.
Faisant pivoter son siège, il regardait désormais l'arrière de sa propriété. Le yeux dans vide, tentant de sonder l'insondable, il prit son habituel posture de réflexion.

Jamais il n'avait une telle progression. En un rien de temps, Charlyse était passé du néant à une compétence assez particulière, celle de pouvoir le mettre en difficulté, chose que certains plus vieux qu'elle, n'avaient pas été en mesure de faire. La chenille devenait papillon, l'oisillon prenait son envol, mais pour aller où ?
Là était la question, où irait elle ? Pas où elle aurait envie d'aller, non, elle était bien trop faible pour s'aventurer seule dehors, sur le marché de la magie, elle irait où il lui dirait d'aller, jusqu'à ce qu'elle ait trouvé son compte. Et après ?
Elle partirait de là, trouverait un travail, probablement mal payé au début, elle grimperait les échelons, rencontrerait un homme qui lui plairait, la suite n'était pas bien compliquée à imaginer.
Elle n'avait rien d'une Stuart carriériste, elle ressemblait plus à sa mère qu'à son père. Elle finirait par se faire bouffer par cet homme, il lui ôterait toute volonté, elle noierait son chagrin dans la corvée et le shopping en pensant qu'en lui donnant un gosse le calmerait et qu'elle pourrait l'aimer comme avant. Et puis elle se tromperait.
Elle allait probablement gâché son potentiel, en ça, sa rencontre avec Faustine devait être déterminante, elle devait devenir une femme forte, à l'image de ce qu'était la cousine directe de Tryan. Elle devait l'envier pour vouloir devenir comme elle.
Il lui faudrait certes un temps considérable pour maîtriser un feudeymon, mais elle y arriverait. Tout comme elle s'intéresserait à la magie blanche, etc, il y avait tant à dire sur le futur de cette gamine.

Tryan n'avait pas le contrôle qu'il aurait aimé avoir sur elle, il ne savait pas ce qu'elle éprouvait comme ressenti à son égard, et si autrefois il avait pu savoir, maintenant, il n'y voyait plus rien au travers de cette brume.
Ferait il tout ça pour rien ? Pourrait elle un jour lui rendre la pareille ? C'était étrange, mais il pensait que non. Tout ce qu'elle pouvait obtenir, lui aussi pouvait l'avoir, à peu de choses prêtes.
Non, il ne savait plus trop quoi penser sur Lyse, plus trop où se positionner vis à vis d'elle sur le plan relationnel, si seulement Emily avait été là pour le conseiller.
On en revenait à celle qu'il ne pouvait oublier. Elles se ressemblaient beaucoup, c'était peut être qu'il avait envie qu'elle se ressemble, l'imaginer ne lui suffisait plus, regarder une moldu sous polynectar non plus.
Devait il la forger à l'image d'une autre, ou lui laisser le choix d'être ? C'était bien la première fois qu'il doutait du bien fondé d'une manipulation.

Les temps devenaient plus durs, et il ne fallait présenter que la face claire du monde. Le soir, il prit son dîner avec la demoiselle qui semblait aussi rétablie que lui. Et puis les jours passèrent, jusqu'à ce qu'un beau matin, Lyse reçoive un message de Dwyn, Tryan lui demandait de se préparer pour une journée d'entraînement intensif qui aurait lieu de lendemain. Le mot d'ordre était repos, car il ne l'épargnerait pas pour cette séance, il avait l'occasion de progresser avec elle, il ne s'en priverait pas.
La course au pouvoir continuait …


Hrp:
 


Dernière édition par Tryan De SaintClair le Dim 23 Juin - 14:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé) Sam 22 Juin - 15:58

Le membre 'Tryan De SaintClair' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Connaisseur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 29/10/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 03/11/2012
Parchemins postés : 847



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Charlyse M. Stuart


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé) Mar 25 Juin - 20:51


Mon sort avait encore affaibli Tryan et je m’en voulais d’avoir continuer le duel alors qu’il n’était pas en forme mais je ne voulais pas passer pour trop sentimentale même si c’était mon cousin et que je répugnais à faire du mal à quelqu’un que j’appréciais.

Un jour tu me pardonneras d'avoir usé de ce sortilège contre toi ...

Entendre ses mots me surpris tellement que je baissai légèrement ma baguette alors que le français levait la sienne. Il prononça le nom du sortilège mais je ne le connaissais pas et ne pus que voir le sort fonçait vers moi. Je fus rapidement entourée par de nombreuses flammes qui s’empressèrent de mordre mes vêtements et ma peau. Serrant les dents pour ne pas laisser passer le cri de douleur qui brûlait en moi, je finis par fermer les yeux en attendant que ça s’arrête, parce que j’espérais bien que ça s’arrête un jour, quelque soit la façon …

Ne dis rien, avale ça ...

Rouvrant les yeux, je compris de suite que le duel était terminé. Tryan avait gagné grâce à un seul sort dont j’ignorais la façon de m’en défendre. Je doutais qu’un simple protego aurait été aussi puissant pour me protéger et puis je n’avais pas eu le temps d’y penser avant que ce soit trop tard …

Prenant les comprimés qu’il me tendait, je les avalai en silence, grimaçant légèrement sous la douleur qui émanait de mon corps. Je commençais à avoir l’habitude et m’était endurcie mais ce n’était jamais agréable de souffrir. Tryan utilisa un sort pour m’aider à me remettre et quelques secondes plus tard, je pouvais enfin me lever. Prenant quand même le temps pour être sûre de tenir sur mes jambes, je finis par lever mes yeux vers le jeune homme.

Tu t'es bien débrouillée, mieux que je ne le pensais. Bientôt, on passera à la vitesse supérieur, et ce, avant que tu ne rejoignes Faustine pour ton entraînement. Va te reposer et prendre un bon bain, tu l'as mérité … et change toi par la même occasion, tu verras avec ton elfe pour te racheter une tenue. Tu as bien progressé Lyse ...

Hochant doucement la tête parce que n’étant pas sûre que le geste soit bien accepté par mon corps meurtri, je le regardai quitter la salle avant de ranger ma baguette dans son fourreau. A mon tour, je quittai la pièce pour rejoindre la salle de bain, je me sentais faible et je n’avais qu’une envie c’était d’aller dormir mais avant, la case « bain » était indispensable …

Soupirant doucement alors que je profitais de la tiédeur de l’eau, je fermai les yeux et repensa à l’entrainement d’aujourd’hui et tout ce que j’avais vu. Je n’étais plus la même. Ca c’était un fait certain et avéré, je venais d’en faire la démonstration à Tryan et à moi-même, il ne me restait plus qu’à y croire vraiment …

Le soir même, je mangeai en compagnie de mon cousin. Je me sentais beaucoup mieux, surement grâce à son sortilège et au repos que j’avais pris pour le reste de la journée. Cependant une phrase tournait sans cesse dans ma tête. Pourquoi est-ce que je lui en voudrais pour le sort qu’il avait utilisé ? Il avait bien joué et il avait gagné, c’était la logique d’un duel et je devrais juste travailler plus et apprendre plus de sortilèges.

---------------------------------------------

Quelques jours passèrent avant que je reçoive un message de Tryan me demandant de me tenir prête pour un gros entrainement le lendemain. Je grimaçai légèrement en repensant au dernier entrainement et à ce qui s’était passé. Depuis j’avais pas mal bossé et même passer du temps à la bibliothèque pour essayer d’apprendre de nouveaux sortilèges mais je doutais d’être capable de lui tenir tête s’il était en forme. Il me manquait encore pas mal de confiance en moi et je ne l’aurais pas d’ici qu’on fasse cet entrainement.

Laissant partir Dwyn, j’attrapai une feuille sur mon bureau avant de sortir de la chambre pour rejoindre le bureau du français. J’avais besoin de précision sur certains sortilèges que j’avais trouvés et bien que ça me désole de devoir lui demander de l’aide et donc de ne pouvoir le surprendre, il fallait bien que je sache pour pouvoir m’entrainer correctement.

Frappant à la porte, j’attendis quelques minutes sans rien entendre. Curieuse de voir la pièce où je n’avais jamais mis les pieds, je poussai doucement la porte et entra. Plantée à l’entrée de la pièce, je laissais mon regard se portait sur les différentes étagères avant de me poser sur le bureau. Décidant de lui laisser la feuille avec un petit mot, je m’avançai d’un bon pas vers se dernier et chercha de quoi écrire quand mes yeux se posèrent sur un grimoire qui trônait sur la table. Fronçant les sourcils en reconnaissant le signe des Stuarts sur la couverture, je contournai le bureau pour voir ça de plus près. Posant ma main dessus, je m’apprêtais à l’ouvrir quand je remarquai la chevalière juste à côté. Cette dernière portait aussi le symbole des Stuarts et bien que je n’aie pas vu ça depuis un moment, je ressentais comme une impression d’appartenance.

Marquant une hésitation, je finis par prendre délicatement la bague et la regarder avec attention. M’asseyant doucement sur le fauteuil, je ne quittais pas l’objet du regard tout en me demandant comment cela se faisait que Tryan l’avais en sa possession. Toute à mes observations, je finis par lever les yeux pour croiser celui du jeune homme qui venait de me rejoindre. Je ne prononçai pas un mot, sachant que je tenais toujours la chevalière entre mes doigts. La posant dans ma main, je tendis cette dernière vers Tryan sans le quitter du regard. J’avais besoin d’explications et j’espérais bien qu’il n’allait pas se défiler et me dire franchement ce qu’il en était …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé) Jeu 27 Juin - 1:25

Three Way Deadlock …


Combien y'en restait il ? Deux.
Les deux du légendaire trio de Beauxbâtons. Ne restait que le génie et la blonde sexy. Le petit rigolo était mort. Alors on l'avait vite oublié, et Tryan ne s'en offusquait pas, il ne regrettait pas de ne pas avoir été là.
Les photos sur ses étagères, la coupe de duel de cette prestigieuse école, tout ça n'était que le souvenir d'une époque radieuse. Le mot soucis était proscrit de ce passé, cela n'avait plus de lien par rapport à ce qu'il vivait. Les êtres changeaient, il avait changé.

On ne se souviendrait pas du galant, ne resterait qu'un homme de froid, et une hors la loi, celle qui était la championne officielle de l'école durant le dernier tournois des trois sorciers.
Il était loin le temps où Fleur et lui pouvaient discuter librement, de choses et d'autres, le temps où ils pouvaient s'entraîner, le temps de l'amitié avait laissé place à un long hiver. Cet hiver, il ne savait pas quand il s'arrêterait, probablement jamais.
Maintenant, ils avaient tous les deux une situation différente, qui en plus les obligeait à ne plus se voir aussi souvent qu'ils l'auraient voulu.
Elle était en cavale, veuve, esseulée, et vengeresse, lui était un général des armées, il avait la charge de sa cousine, et pleurait sa chère et tendre en cherchant à se venger de ceux qui lui avaient prise.
Une similitude dans la solitude, mais aucun n'accepterait d'aide de la part de l'autre, orgueil et fierté étant de mise évidemment, comme il avait toujours été entre eux, tout simplement.

Fleur devait savoir qui avait tué Emily, ses contacts parmi le monde de l'ombre pouvait lui en assurer, mais il ne voulait pas la mêler à tout ça, non, pas elle, la perte d'un être cher était suffisamment douloureuse, pas besoin de prendre le risque d'en enterrer un deuxième.
Soupirant, le français détourna le regard de l'étagère pour le rabattre sur l'immense loup-garou empaillé à coté de la porte.
Lui aussi devait avoir de la famille, et il lui avait ôté la vie, simplement, avec classe et élégance, Tyler Wallace était devenu un faire-valoir de taille, tout ça pour un individu carriériste, une vie pour une carrière. C'était drôle mais, Tryan s'en foutait, son aigreur devenue personnelle, il n'en avait plus rien à foutre des autres.
S'en était il vraiment un jour inquiété ?
Puis il tourna sur sa chaise, pour regarder le golem glacé derrière lui, à coté de la fenêtre qui donnait sur l'arrière de sa propriété.

Qu'était devenu Malkavian ? Oh il était probablement mort à l'heure qu'il était, Voldemort devait s'en être occupé. Et la vampire capturée ? Elle croupissait dans un coin perdu de la demeure, le français retournait parfois la voir, pour la nourrir de moldu, mais aussi pour la dresser et lui faire comprendre qu'elle n'aurait plus qu'un seul désir, le servir lui, son maître.
Elle était désormais insignifiante.
Comme tous ceux que Tryan avait un jour pu dominer. Pas tous … il y avait bien des êtres qui étaient suite à l'intervention du français, plus qu'on ne pouvait le constater. Le soucis, c'était que certains avaient la fâcheuse tendance à se terrer ou à mourir rapidement, dans un cas comme dans l'autre, il s'en foutait, on faisait rarement le lien. Et puis il y avait Lyse.

Ah Lyse … un cas à part. Oh elle n'était rien de plus qu'une gamine avec une demi-ambition. Et à demi-ambition, demi-compétences.
Surprenante petite que voilà là, elle avait su devenir quelqu'un, ou presque, la mission avec Nolan Seth le prouvait, elle était en mesure de devenir une vraie sorcière, seulement voilà, il n'y avait pas que Tryan qui avait des vues dessus. Autrefois, les Serpens lui couraient après, désormais c'était les Stuarts eux mêmes à ce qu'on en disait, qu'importe, elle était bien à l'abri dans un endroit connu que d'une maigre poignée de personnes, et dans l'ombre, elle grandissait.
Son apprentissage se faisait vraiment rapidement, et elle était désormais en mesure de se défendre contre un adulte, du moins Tryan le pensait, elle savait viser, mais ne savait pas parer, esquiver, ce serait le programme de l'entraînement du lendemain.
Brave petite Charlyse, elle en avait fait du chemin depuis l'hybride qu'elle portait autrefois … oui elle était différente, comme si cet événement n'avait jamais existé. Certaines fois, le français se demandait s'il aurait du lui laisser.
La bête n'était pas morte au moment où il avait trouvé la gamine, certes sans soins elle n'aurait pas survécu, mais qu'avait il seulement fait ? Juste la tuer, pour sauver la mère, pour éviter une faiblesse, en soi, Lyse ne le savait pas, mais si son sauveur l'avait décidé, il aurait certainement pu sauver son 'enfant', mais il ne l'avait pas fait. Aucun sang-mêlé n'habiterait jamais sa Demeure, jamais.

Si elle avait garder ce rebut, alors elle serait une femme faible, une mère heureuse peut être, mais elle serait faible, et que recherchait elle sinon le pouvoir et le confort ? Elle ne trouverait pas de bonheur en ces murs froids, tout du moins, Tryan ne mettait plus la priorité sur ce mot depuis déjà un bon moment. À vrai dire, il ne se souvenait presque plus du sens de ce mot, il n'en était plus certain, allant même jusqu'à douter qu'il eusse un jour existé.
Terminant la transcription d'une page, il referma le grimoire avant laisser sa plume magique se reposer à la place prévue à cet effet.
Puis il prit le passage secret qui le mena aux sous-sols.
Là, il resta un temps à contempler le cercueil de glacéternelle de sa belle.
Toujours à l'attendre, si belle, si souriante, si radieuse. Au fond, et il le savait, il avait peur ; peur de l'oublier, son visage, ses lèvres, son sourire. Ici, elle était immortelle et infinie, c'était comme si elle ne l'avait jamais vraiment quitté. Ne manquait plus que sa voix. Même son odeur semblait présente. Tryan ne savait pas bien s'il s'agissait d'une hallucination ou si cela était réel, mais elle était là d'une certaine manière, d'un coté cela l'apaisait, de l'autre, il y voyait une folie amoureuse relativement glauque, mais il s'en foutait.
Il avait besoin de la voir … comme si elle ne l'avait jamais quitté. Jamais …

Difficile de dire combien de temps il resta là, à la regarder, mais il prenait le temps qu'il lui fallait, après quoi, il lui adressait souvent quelques petits mots, et au final, il remontait par la crypte, vérifiant que les inferi étaient encore là et 'actifs', jusqu'à la cuisine.
En général, il retrouvait là Dwyn, occupé à parler aux cookies pour leur demander de griller plus vite, ou en train de se prendre pour une chevalier en pourfendant un sac de farine à l'aide de sa sublime cuillère rutilante avec une casserole sur la tête.
Il suffisait d'un sourire en coin amusé pour que l'elfe se dépêche de ranger son équipement du parfait preux chevalier avant de se remettre à la tâche.
Comme d'habitude, le français vida une canette de soda avant de discuter un peu avec l'elfe.

Il n'était pas un maître parfait, mais il aimait savoir que ses elfes allaient bien, leur demandant parfois s'ils avaient besoin de matériel, de repos ou bien s'ils souhaitaient une nourriture quelconque, voir une ballade. C'était un maître exigeant, mais tolérant.
En général, ceux ci répondaient que tout allait bien, mais des deux elfes, Dwyn était le plus franc, son amie étant beaucoup plus … réservée suite à la mort d'Emily, qui avait touché la petite créature bien contente de s'occuper de la petite Charlyse pour se changer les idées.

Bref, décidant de remonter dans son bureau, le français s'arrêta dans l'embrasure de la porte, voyant cette dernière ouverte, et la gamine qui était occupée à jouer avec un objet qui, de toute évidence, ne lui appartenait pas.
Enfin elle releva la tête, comprenant rapidement qu'elle était prise sur le fait.
Posant la main sur la baguette de Tyler, Tryan fit que la porte se ferma d'un claquement sec, mais sans courant d'air. Il fixait la gamine qui ne se débinait pas, probablement trop occupée à se demander comment son cousin avait pu avoir ce genre d'objets en sa possession.
Et à son regard, elle n'était plus la gamine peureuse qu'elle eut pu être autrefois, elle ne semblait pas inquiète, sachant pourtant que son cousin n'aurait aucun mal à la réduire à moins que rien, et pourtant, elle ne se débinait pas, voilà qu'elle était une femme désormais.
Elle lui tendit alors la chevalière magique, consciente qu'elle n'était pas sienne, le français prit délicatement la baguette de Tyler pour ensuite faire léviter l'anneau d'or et le poser devant la demoiselle.
Une fois ceci fait, il laissa Charlyse dans son fauteuil, et se posa sur celui devant elle. Les rôles semblaient presque inversés, et cela en était presque amusant, Lyse en propriétaire, et Tryan en invité, mais au fond, l'un comme l'autre savait qu'un seul des deux pouvaient tout posséder.
Regardant un instant la chevalière, ses yeux roulèrent sur le visage de la demoiselle avant de plonger dans les siens, afin de mieux sonder son comportement et son expression.
Là, Tryan releva la tête, un sourire en coin amusé alors qu'il regardait désormais le golem de glace juste derrière la demoiselle.

« Tu dois te demander comment ceci a pu tomber entre mes mains … tu fais toujours preuve d'intérêt pour ton sang, et c'est parfaitement justifié … »

Il passa ensuite sa main droite sur son visage, main qui arborait la chevalière des De SaintClairs.

« Seulement tu dois comprendre que cette histoire te dépasse Lyse. »

Soupirant, il laissa un blanc, voyant le regard insistant de la miss, il se décida à poursuivre sur un ton calme.

« Il faut que tu saches que les Serpens courent après ces affaires depuis le dix-huitième siècle … elles appartenaient à Franck Stuart, le vilain petit canard de son temps, sorte de zoologue qui s'est intéressé à un style de magie disons … particulier.

Ces affaires auraient du revenir à Maleficus, mais je n'ai pas jugé utile de mettre en lumière cette trouvaille, étant donné qu'il nourrit désormais les vers … il s'agit donc de la chevalière personnelle de Franck Stuart, ainsi que de son grimoire, qui servait accessoirement de journal de bord. Officiellement, il a été radié de la famille Stuart pour trahison, parce qu'il accordait du crédit aux vampires, plus qu'à toute autre race d'ailleurs … je ne connais pas tous les détails de l'histoire, et ça ne m'intéresse pas. »


Nouveau soupire.

« Alors comment tout cela est il arrivé ici … pour cela je vais te resituer un peu le contexte ma chère Charlyse. Je cherchais à l'époque des informations compromettantes quant à Jugson, pas encore déserteur à l'époque, et je suis parvenu à une piste qui me menait en Prusse. Le nom de Malkavian était ressorti plusieurs fois, avec des zones d'ombre … »

Elle parut surprise.

« Oui, Malkavian le terroriste. J'étais à l'époque persuadé qu'il n'était pas mort, j'ai donc pris deux de mes meilleurs agents de l'époque, et je me suis rendu à ce fameux manoir. Endroit qui s'avérait être un nid à vampires non répertorié par le RCCM. Éradiquant la menace, tu pourras d'ailleurs trouver dans la crypte des inferi de certaines victimes vampires, nous sommes parvenus à trois à nous glisser jusqu'à l'ultime salle.
Nous avons trouvé le terroriste présumé mort, ainsi qu'un patriarche vampire qu'il m'a fallu éliminer et que je n'ai pu ajouter à ma collection de trophées malheureusement. J'ai toutefois gardé une de ses créations … derrière toi. »


La laissant se retourner, il poursuivit alors.

« Ce que tu ne vois pas sous cette couche de glace, est un golem de sang. Créature que le vampire a pu créer magiquement, sans la moindre aide d'une baguette. Je l'ai gelé afin de mieux contenir la créature désormais inanimé car son créateur n'est plus. »

Elle se retourna à nouveau pour lui faire face.

« Nous avons capturé Malkavian, et alors que mes deux agents étaient conduits à Sainte-Mangouste pour des soins, j'ai entrepris de fouiller l'endroit, et voilà ce sur quoi je suis tombé … »

Il soupira.

« Et force est de constater que Franck Stuart a fricoté avec les vampires … j'ai commencé à traduire ses écrits, et j'ai gardé cette chevalière dans le but de percer les quelques mystères qui l'entourent ...»

Se levant, Tryan contourna le bureau pour ce placer derrière le fauteuil de Charlyse.

« Comme celui ci. »

Touchant du bout du doigt la chevalière, cette dernière se redressa et se mit à tourner sur elle même dans un bruit de métal et de bout particulier.
Le nécromancien la laissa tourner un instant avant de la stopper d'un mouvement de baguette.

« Curieux, quand on sait que tu peux la prendre sans risque … ah, et il y a autre chose que j'ai ramené de là bas …
Dwyn … va me la chercher s'il-te-plaît. »


Le petit elfe était apparu dans l'embrasure de la porte, disparaissant, il laissa le français sourire d'un air particulièrement amusé, alors que le crack sonore du transplanage se faisait à nouveau entendre dans le fond du couloir.
On entendit aucun pas, plus rien, si ce n'était sa propre respiration et le rythme de son cœur.
Quelques secondes plus tard, la créature passa la porte, la tête baissée, le regard bleu vide et comme couvert d'un voile de mort. Il y avait des poches noires sous ses yeux, contrastant avec sa peau encore plus blanche que celle de Tryan. Son visage était mince et tiré, encadré par des cheveux d'un noir foncé qui étaient autrefois doux et soyeux, n'exprimait plus rien du tout, mais n'en demeurait pas moins d'une beauté lugubre et morbide.
Il n'y avait pas de marques sur son corps, si ce n'était sur ses poignets et ses chevilles, corps qui n'était que très peu couvert, signe d'une pauvreté évidente, réduite à un état de servitude.
La vampire, car sa nature était évidente puisque juste avant son entrée, le français avait fermé magiquement la fenêtre et allumé une lumière de bougie magique, ne portait qu'un reste de robe en tissu, lui couvrant exclusivement les hanches et une partie de ses jambes. Elle était torse nu, et sa poitrine, aussi maigre que celle de la gamine, confirmait qu'elle était très peu nourrie.

Alors qu'elle avançait dans la salle, elle posa un genou à terre et s'inclina, sans se relever alors que son maître lui tournait le dos.
Son bras droit accoudé au fauteuil, le français lui fit un signe de la main sans même lui accorder un regard, pas même dédaigneux.

« Relève toi, et sers nous un verre. »

La vampire s'exécuta, prenant le nécessaire dans la petite réserve cachée dans un tiroir.

« Elle ne parle pas encore anglais, mais elle comprend le français … sa race n'est pas réputée pour être docile, mais Luxra pourra un jour devenir plus que ce qu'elle est actuellement … tout comme toi Charlyse. »

Le français prit le verre de vin sans la regarder, laissant la vampire servir la demoiselle, il avait toujours cet air hautain, d'un noble qui avait toujours eu ce qu'il voulait, ce regard narcissique et sarcastique.

« Tout comme toi … et tu ne sais pas à quel point tu lui ressembles Charlyse. »

Sirotant ce vin d'elfe, il claque des doigts et désigna la bague à son esclave. Cette dernière, après un signe de tête, la prit dans sa main droite, avant de la reposer et de se reculer, par crainte sans doute.
Regardant Lyse d'un air amusé, il lui désigna la chevalière.

« Si tu le désires, cette chevalière est à toi … puisque je ne puis rien en faire, je suppose qu'elle te revient de droit. »

Il était peut être temps que la demoiselle porte les armoiries de sa famille, jusqu'à son éventuel mariage, elle devait les défendre. Et si elle n'avait pas eu droit à ce genre de présent à sa majorité, Tryan les lui faisait volontiers, elle allait redorer ce blason, lui donner une nouvelle saveur, elle allait en faire autre chose. La première Stuart qui deviendrait une sorcière sans magie noire.
Tout ça sous le regard d'un De SaintClair, sous ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 29/10/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 03/11/2012
Parchemins postés : 847



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Charlyse M. Stuart


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé) Dim 7 Juil - 12:32


L’entrée de Tryan dans la pièce changeait immédiatement l’ambiance. Je savais parfaitement que je n’avais rien à faire dans cette pièce et encore moins assise dans ce siège mais voir de tels objets en la possession attirait ma curiosité. Depuis mon arrivée ici, je me refusais à penser à ma famille aux Stuarts et au fait qu’ils aient refusés de m’aider quand j’en avais besoin mais aujourd’hui, un soupçon d’intérêt m’avait fait regarder ça de plus près.

Claquant la porte, le français s’avança vers le bureau et utilisa sa baguette pour retirer la chevalière de ma main et la reposer sur le bureau. Pourquoi avait-il agit ainsi ? Je ne m’en posai pas la question immédiatement, préférant m’adosser au fauteuil tout en croisant les bras en attendant une réponse de la part de mon cousin.

Tu dois te demander comment ceci a pu tomber entre mes mains … tu fais toujours preuve d'intérêt pour ton sang, et c'est parfaitement justifié … Seulement tu dois comprendre que cette histoire te dépasse Lyse.

Soutenir le regard de Tryan … Ce n’était pas évident, je savais bien qu’il était capable de me blesser avant même que je n’ai le temps de bouger mais là il me semblait que j’étais dans mes droits et même sa réponse ne me satisfaisait pas. Je voulais en savoir plus et j’espérais bien qu’il ne s’arrête pas là.

Franck Stuarts … Ce nom me disait vaguement quelque chose, pour avoir étudié tous les bouquins traitant de la famille Stuarts pendant les vacances scolaire, je savais un peu qui il était mais je ne m’étais jamais penchée sur son cas vu qu’il avait été renié par la famille mais maintenant j’en venais limite à regretter …

Alors comment tout cela est il arrivé ici … pour cela je vais te resituer un peu le contexte ma chère Charlyse. Je cherchais à l'époque des informations compromettantes quant à Jugson, pas encore déserteur à l'époque, et je suis parvenu à une piste qui me menait en Prusse. Le nom de Malkavian était ressorti plusieurs fois, avec des zones d'ombre …

La suite de ces mots me tira un regard surpris quand il parla de Malkavian. Qui ne connaissait pas cet homme, on en avait assez parlé pendant un moment, du moins dans ma famille et du coup je ne pouvais pas ne pas être surprise d’entendre son nom aujourd’hui.

Oui, Malkavian le terroriste. J'étais à l'époque persuadé qu'il n'était pas mort, j'ai donc pris deux de mes meilleurs agents de l'époque, et je me suis rendu à ce fameux manoir. Endroit qui s'avérait être un nid à vampires non répertorié par le RCCM. Éradiquant la menace, tu pourras d'ailleurs trouver dans la crypte des inferi de certaines victimes vampires, nous sommes parvenus à trois à nous glisser jusqu'à l'ultime salle.
Nous avons trouvé le terroriste présumé mort, ainsi qu'un patriarche vampire qu'il m'a fallu éliminer et que je n'ai pu ajouter à ma collection de trophées malheureusement. J'ai toutefois gardé une de ses créations … derrière toi.


Jetant un regard sur la créature derrière moi, je frissonnai alors qu’il m’expliquait ce que c’était et je me retins de me lever pour m’éloigner de la créature. Je savais que je ne risquais rien mais la Lyse peureuse était revenue l’espace d’un instant avant que je ne la repousse et que je me retourne à nouveau vers le jeune homme pour me concentrer sur ses paroles.

Et force est de constater que Franck Stuart a fricoté avec les vampires … j'ai commencé à traduire ses écrits, et j'ai gardé cette chevalière dans le but de percer les quelques mystères qui l'entourent ... Comme celui ci.

Laissant Tryan contourner le bureau, je posai mes yeux sur la chevalière alors qu’il la touchait du bout du doigt. La réaction fut immédiate et me fit froncer les sourcils. Pourquoi agissait-elle ainsi alors que j’avais pu la prendre sans aucun problème. Il y avait de la magie là-dessous et je réalisai que j’aurais pu avoir des soucis si je n’avais pas eu la possibilité de la toucher mais là c’était le contraire. J’étais une Stuarts certes, mais je me refusais à utiliser ce nom comme je le faisais si souvent avant.

Curieux, quand on sait que tu peux la prendre sans risque … ah, et il y a autre chose que j'ai ramené de là bas …
Dwyn … va me la chercher s'il-te-plaît.


Les yeux toujours posés sur l’objet, je restai immobile et silencieuse tandis que mon cousin fermait les rideaux. Enfin je levai la tête pour regarder la jeune femme ou plutôt la créature qui venait d’entrer. Me levant rapidement du fauteuil, je fixais la vampire qui me semblait soumise à je ne sais quel sortilège, à moins que Tryan n’est réussi à la … domestiquer mais je ne savais pas trop si c’était possible …

Elle ne parle pas encore anglais, mais elle comprend le français … sa race n'est pas réputée pour être docile, mais Luxra pourra un jour devenir plus que ce qu'elle est actuellement … tout comme toi Charlyse. Tout comme toi … et tu ne sais pas à quel point tu lui ressembles Charlyse.

Me reposant doucement dans le fauteuil, je la regardais vaquer à ses occupations, servant mon cousin avant de venir vers moi. Je refusai le verre d’un simple signe de la main. Je n’avais pas soif, j’étais trop occupée à essayer de comprendre. Tryan utilisait les recherches de Franck Stuarts pour progresser lui-même en magie, qui ne le faisait pas après tout, c’était logique mais j’avais quand même une certaine réticence venant de je ne sais où …

Quand la vampire essaya à son tour de prendre la bague, elle la reposa rapidement avant de s’éloigner. Mon regard passa de la chevalière à Tryan comprenant que le jeune homme essayait de me dire que j’étais la seule ici à pouvoir la prendre sans risque. J’étais une Stuarts et c’était surement pour cette raison …

Si tu le désires, cette chevalière est à toi … puisque je ne puis rien en faire, je suppose qu'elle te revient de droit.

Doucement, je tendis la main vers l’objet et la pris avec délicatesse. Rien, je ne ressentais rien si ce n’est qu’un petit je ne sais quoi qui me faisait dire de la garder. Me mordant les lèvres, je fermai les yeux quelques secondes avant de reposer la chevalière sur la table et de me lever rapidement. Contournant le bureau, je m’en éloignai avant de me retourner vers mon cousin.

Je ne vois pas pourquoi je la prendrais. Oui je peux la toucher et alors ? Je suis sûre que tu trouveras un moyen pour lever le sort et ainsi la prendre toi-même.

Croisant les bras sur ma poitrine, je lançai un regard rapide vers la vampire avant de continuer.

Je porte peut-être le nom de Stuarts mais je refuse de me l’approprier. Ils ont refusés de m’aider quand j’en avais besoin et cette famille ne mérite pas que je reste parmi eux.

Fixant à nouveau Tryan, je secouai la tête d’un air déçu et ajouta.

Je me fiche des expériences que tu tente, je veux juste ne pas me retrouver face à elles. Une rencontre avec tes inféris m’a largement suffit et bien que mon intérêt pour les créatures magiques soit grand, je doute qu’on ait la même façon de voir les choses et surtout la même façon de les approcher.

Jamais je n’avais parlé ainsi à Tryan mais voir le symbole des Stuarts ici et toucher cette chevalière m’avait rappelée à la réalité de ma condition de jeune femme rejetée par sa famille et qui se devait de se faire sa place autrement que par son nom. Ce n’était pas forcément agréable mais ça avait le mérite de me remettre les pieds sur terre. Cette chevalière appartenait aux Stuarts et même si on pouvait dire que Tryan l’avait volé, jamais je ne le lui reprocherais, je me fichais bien de cette famille, de ma famille. Ou du moins, c’était ce que je voulais faire croire aux autres et surtout à moi-même …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé) Mer 10 Juil - 18:48

Comment ne pas voir l'enfant en elle ? Comment ?
Elle qui avait été si fragile, si frêle, une brindille, elle était devenue une femme. Tout du moins, elle en avait l'air, même si son corps changerait probablement encore un peu, et que son esprit s’affûterait, elle avait tant grandi. L'innocence toujours présente ne faisait presque plus ombre au tableau, il n'y avait plus qu'une jeune femme qui se voulait déterminée, qui essayait de s'imposer.
Mais face à son cousin, elle ne pouvait s'affirmer autant qu'elle le voudrait, question de charisme et de force sans doute, le caractère le plus fort dominait, l'autre s'écrasait.
À traiter avec plus grand qu'elle, elle s'était imposée à sa manière, elle avait pris de l'assurance, plus qu'elle n'aurait pu le faire dans cette école, elle avait pris le temps de devenir une adulte, et de ce fait, une vraie sorcière.
Car oui, il l'affirmait désormais, dans peu de temps, Lyse pourrait vaincre n'importe quel élève sorti de cette misérable blague qu'était Poudlard. Elle en avait le potentiel, elle avait le sang des puissants en elle.
Comme un vin qui ne demande qu'à vieillir avant d'être consommé, avant de sublimer celui qui le déguste, qui le savoure. Lyse était le fruit d'une noblesse, et inconsciemment, elle ne demandait qu'à devenir plus noble, elle ne demandait qu'à briller.

Elle reniait ses origines, comme un sang-de-bourbe qui se ment à lui même en cherchant à se prouver qu'il est un sorcier, elle niait son ascendance, elle s'enfonçait un peu plus dans une spirale de négation qui ne menait tout simplement en aucun lieu qui lui soit profitable.
Le travail de Tryan étant justement d'apporter un équilibre à Lyse, pour lui permettre de mieux s'émanciper et de servir plus facilement. Elle allait devenir une pièce maîtresse de son jeu une fois arrivée au terme de son entraînement, un pièce des plus utiles.
Mais le français avait bien des projets pour elle, des projets qu'elle ne soupçonnait même pas, tant ils étaient signes de grandeur, elle allait prendre une place toute particulière sur un échiquier dont elle ignorait tout. Après tout, elle n'avait pas besoin de tout savoir, être elle suffirait à faire son travail correctement.
En portant cette chevalière, elle donnerait un nouveau sens à cet emblème, mais ça, elle ne l'avait pas encore compris, au grand dam du français.

Je ne vois pas pourquoi je la prendrais. Oui je peux la toucher et alors ? Je suis sûre que tu trouveras un moyen pour lever le sort et ainsi la prendre toi-même.
Je porte peut-être le nom de Stuarts mais je refuse de me l’approprier. Ils ont refusés de m’aider quand j’en avais besoin et cette famille ne mérite pas que je reste parmi eux.


Son mentor resta impassible alors qu'elle reportait son attention sur lui, comme pour le défier du regard après dévisager l'esclave vampire.

Je me fiche des expériences que tu tente, je veux juste ne pas me retrouver face à elles. Une rencontre avec tes inféris m’a largement suffit et bien que mon intérêt pour les créatures magiques soit grand, je doute qu’on ait la même façon de voir les choses et surtout la même façon de les approcher.

Serait elle en train de prendre de l'aplomb ? Elle essayait de soutenir un regard qu'elle ne pourrait jamais surpasser, elle essayait de se rebeller, de devenir plus qu'elle ne l'était. Et l'espace d'un instant, elle semblait avoir oublié qui était en face d'elle ? Avait elle oublié qui lui avait sauvé la vie ? Avait elle oublié qui lui apprenait plus qu'elle n'aurait jamais pu apprendre ?
Elle était haineuse envers sa famille, et encore une fois, elle se laissait emporter par ses émotions, une force qui devenait une faiblesse à son niveau, un détail que le français pensait avoir corrigé par un entraînement intense et en la privant de l'hybride qu'elle portait. Il semblait qu'il n'avait pas spécialement raison, et il restait du travail pour arriver à un résultat correct vis à vis d'elle à ce niveau.
Il n'exigeait pas de son apprentie une parfaite obéissance, ni une discipline de fer, et encore moins une absence d'émotions, il voulait seulement qu'elle puisse les contrôler, ne serait ce qu'un minimum, et ce n'était clairement pas le cas.

Continuant de la fixer, gardant le silence pour instaurer volontairement un malaise évident, il voulait la faire douter, et visiblement, avec ce regard froid et cette ambiance glacial, la miss semblait perdre son sang froid, pire encore, elle devait douter d'elle.
C'était bien l'effet recherché. Elle devait comprendre que seule, elle n'était rien, pas même l'ombre d'une sorcière, elle avait besoin d'un nom, elle avait besoin d'apprendre, elle avait besoin de serviteurs, tout simplement.

Alors qu'elle semblait bouder, le français se leva, et alla s'asseoir à sa place, sur son fauteuil, reprenant le siège qui était le sien, laissant la miss debout. Il s'accouda à ce dernier, et cala le bas de sa mâchoire avec sa main gauche repliée, main qui arborait l'insigne des De SaintClairs. Cette position de réflexion était là synonyme d'un ennui profond face à l'attitude de la miss.
Après quelques secondes, il brisa ce silence qu'il avait entretenu, d'une voix blasé, mais pas moins froide que d'ordinaire.

« C'est bon tu as fini ? Ou tu préfères que l'on s'attarde sur ma vision de la vie et la gestion de ce qui est mien ? »

Plissant les yeux, il la fixa froidement, de sorte à ce qu'elle ne puisse plus rien dire sous cet effet de glace. Après quoi, il reprit.

« Parfait. Maintenant je vais éclairé ta lanterne, puisque tu sembles tant détester les vampires et les inferi … sache qu'elle sera traitée pareillement à mes elfes de maison, elle effectue un travail similaire, et sa situation ne sera en rien différente à celle de Dwyn … et tu sais comment je traite mes serviteurs. Et je ne compte pas changer mes plans pour un de tes petits caprices. »

La dernière phrase avait été cinglante.
C'était encore lui le maître de maison, et il n'aimait pas voir sa cousine jouer les enfants gâtés, elle devait grandir, devenir forte, elle devait se surpasser, alors peur ou pas, elle devrait avec, ou ne pas faire du tout, rien ne l'empêchait de partir maintenant. Elle allait devoir dépasser cette peur pour grandir, sinon elle resterait la petite fille peureuse qui ne méritait pas qu'on lui donne une telle chance …

« Ceci étant dit, je ne t'oblige pas à partager ma vision des choses, seulement tu n'auras pas à la subir tant que tu ne l'agresseras pas. »

Déportant son regard sur la vampire qui ne bougeait plus, en bonne servante bien dressée, le français poursuivit alors.

« Revenons en à ce qui est un sujet qui semble te fâcher, ton nom et ton sang. Que tu le veuilles ou non Lyse, tu es une Stuart, c'est un fait, et tu ne pourras rien y changer. »

Il fit alors léviter la baguette devant lui, la faisant tourner dans les airs alors qu'il la fixait.

« Je ne pourrais pas briser cet enchantement, pour la simple et bonne raison que je ne maîtrise pas la magie dont il est issu. Mais toi … tu la maîtrises de par ton sang, voilà pourquoi tu peux toucher cette bague et pas moi. »

Le français se leva, alors que la bague continuait de léviter à coté de lui. Il vint se placer à coté de la demoiselle, lui prit la main délicatement en la fixant droit dans les yeux, sans hésiter, et avec une certitude absolue, il ajouta calmement :

« En portant cette chevalière … en assumant ton nom … tu pourras devenir une plus grande sorcière encore. Je ne te dis pas d'appartenir au clan Stuart tel que tu le connais … forme ta propre branche Lyse, façonne là à ton image, donne le visage que tu voudrais donner à ta famille. »

D'un coup de baguette, la chevalière rejoint la main de Lyse, prenant la place qui lui était due.

« En portant ceci, tu seras légitimée. Charlyse Stuart ... on t'a donné un nom, à toi d'en faire ce qui te semble juste. »

Le français retourna à son siège, reprenant sa position de réflexion. Il l'incitait à voler de ses propres ailes, à briller, à devenir une brillante sorcière. En fondant une nouvelle branche de Stuart, la prochaine qui naîtrait, assurément, elle donnerait une nouvelle optique à cette dernière, plus proche des SaintClairs, plus proche de la magie blanche, jusqu'au rapprochement qui, des générations plus tard, unirait à nouveau les deux familles.
Le clan SaintClair prendrait de l'importance, emportant avec lui l'héritage des Stuarts en avalant l'ancienne famille. Lyse ne savait rien des us et coutumes des clans, elle n'y avait pas été formée, et n'y serait probablement, à moins que les autres Stuarts ne décèdent prématurément.
Elle allait pouvoir créer un nouvel ordre de Stuart, comme elle le voudrait, avec des responsabilités, avec les plus belles idées puristes, sans forcément spécifier de la magie noire, car à la mort de son père, ce serait elle qui hériterait, sa mère ne pourrait pas lui refuser.

Elle allait devenir une vrai sorcière puriste et respectée, avec un domaine, avec un nom, et elle choisirait quoi en faire. L'émancipation, la vraie.
Tryan souhaitait la formation de Lyse, et cela passait par assumer qui elle était avant de pouvoir vraiment en faire quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 29/10/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 03/11/2012
Parchemins postés : 847



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Charlyse M. Stuart


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé) Mar 20 Aoû - 21:56


Soutenir le regard de Tryan était une nouveauté pour moi mais à peine avais-je fait ça que je ne me sentis pas bien. Ce n’était pas mon genre de tenir tête à quelqu’un et encore moins à mon cousin ! Baissant les yeux, je restai silencieuse un petit moment en espérant qu’il ne me reprenne pas sur ce que j’avais osé faire l’espace d’un instant. Aucun bruit ne vint troubler le calme et je finis par relever la tête pour remarquer que le français me dévisageait en sans un mot. Il n’avait pas besoin de prononcer quoique ce soit pour que je comprenne que j’avais été légèrement trop loin. Avec tous les entrainements quotidiens, je commençais à savoir sa façon d’agir et souvent le silence était bien plus éloquent que les paroles.

Toujours en silence, Tryan se leva et repris sa place derrière le bureau, me faisant ainsi comprendre qui était le chef ici, enfin c’était une façon de dire bien évidemment mais disons que j’avais de nouveau l’impression d’être une véritable gamine en train de faire un caprice alors que j’avais en vérité bien murit depuis mon arrivée ici.

C'est bon tu as fini ? Ou tu préfères que l'on s'attarde sur ma vision de la vie et la gestion de ce qui est mien ?

Je n’aimais pas ce regard froid et glacial … Il m’intimidait. Enfin c’était le cas au début. Maintenant, je l’appréhendais juste parce qu’il était significatif de quelque chose, qu’en principe, je n’allais pas aimer. Je gardai donc le silence et attendis la suite qui ne tarda pas à arriver.

Parfait. Maintenant je vais éclairé ta lanterne, puisque tu sembles tant détester les vampires et les inferi … sache qu'elle sera traitée pareillement à mes elfes de maison, elle effectue un travail similaire, et sa situation ne sera en rien différente à celle de Dwyn … et tu sais comment je traite mes serviteurs. Et je ne compte pas changer mes plans pour un de tes petits caprices.

Un caprice … Oui il pouvait nommer ça comme ça parce que c’était vraiment le cas. Encore que je nommerais ça aussi de la peur. Peur de quoi ? Du fait que même ma famille entre dans cette maison grâce à cette bague, à cette marque qui venait me troublait pour me rappeler que je n’étais pas celle qu’ils voulaient que je sois. Serrant les lèvres, je le laissai continuer à dire, n’ayant rien à ajouter sans m’enfoncer un peu plus.

Ceci étant dit, je ne t'oblige pas à partager ma vision des choses, seulement tu n'auras pas à la subir tant que tu ne l'agresseras pas.

Comme si j’allais l’agresser ! Ce n’était pas mon genre ! Et en plus je n’avais finalement pas grand chose contre les vampires, en faite il fut même un temps où j’étais curieuse à propos de toutes les créatures magiques et où j’avais hésité à m’orienter vers leurs études. Peut-être que je pourrais m’y remettre ? J’avais là un bon professeur avec l’ex-directeur du RCCM.

Revenons-en à ce qui est un sujet qui semble te fâcher, ton nom et ton sang. Que tu le veuilles ou non Lyse, tu es une Stuart, c'est un fait, et tu ne pourras rien y changer. Je ne pourrais pas briser cet enchantement, pour la simple et bonne raison que je ne maîtrise pas la magie dont il est issu. Mais toi … tu la maîtrise de par ton sang, voilà pourquoi tu peux toucher cette bague et pas moi. En portant cette chevalière … en assumant ton nom … tu pourras devenir une plus grande sorcière encore. Je ne te dis pas d'appartenir au clan Stuart tel que tu le connais … forme ta propre branche Lyse, façonne là à ton image, donne le visage que tu voudrais donner à ta famille.

Tryan avait fait léviter la bague alors qu’il se relevait pour me rejoindre. Immobile, je le laissai me prendre la main et regarda la chevalière venir se placer là où je devais la porter. Je ne prononçais toujours pas un mot, plongée dans mes pensées et dans les tourments que prenait mon esprit à cause des mots du jeune homme. « Forme ta propre branche » … C’était tentant mais j’étais jeune et encore naïve sur beaucoup de points … Et si je me trompais ? Et si j’échouais ? Et si je décevais Tryan ?

En portant ceci, tu seras légitimée. Charlyse Stuart ... on t'a donné un nom, à toi d'en faire ce qui te semble juste.

Les yeux posés sur la bague, je ne remarquai pas de suite qu’il avait repris sa place derrière le bureau. Je pensais à mon frère … C’était lui qui aurait du avoir cette bague et assurément il aurait suivit notre père sans hésiter alors que moi … Moi je me refusais à subir sans agir mais encore fallait-il agir correctement et ça je n’étais pas sûre d’en être capable. Relevant la tête, je posai mon regard sur mon cousin et vins m’asseoir dans le fauteuil lui faisant face, celui-là même où il s’était installé quand il était entré dans la pièce tout à l’heure. Je ne posai même pas un regard sur la vampire, pourtant non loin du siège et continua de regarder le français avant d’oser enfin lancer d’une voix hésitante.

Et si je me trompais ? Je sais que tout le monde fait des erreurs mais … je suis jeune. Enfin, je veux dire que je n’en connais pas encore assez pour prétendre à faire quoique ce soit d’aussi grand que ça.

Me mordant les lèvres, je baissai rapidement les yeux sur la bague avant de la caresser du bout des doigts. Je me sentais finalement bien avec elle mais une appréhension m’envahissait. Quelque chose qui me faisait dire que désormais même si je voulais encore agir comme une enfant, c’était terminé …

Avec toi j’ai confiance. Je sais que je peux parler sans hésiter, que tu me donneras un avis sans chichi sans tourner autour du pot ou me disant ce que je veux entendre. Je … je t’aime beaucoup Tryan, ça fait un moment que je voulais te le dire mais je ne savais pas comment le dire alors peut-être que c’est le bon moment ou pas mais voilà c’est dit ! La dernière fois que j’ai ressenti ça, c’était quand mon frère était encore vivant, pour dire comme ça date …

Avais-je raison de dire ça à un homme qui n’était pas réputé pour faire part de ses sentiments ? Peut-être pas mais tant qu’à grandir un bon coup, autant mettre directement les choses au clair. J’avais dit tout ça sans quitter ma bague du regard alors que je savais que j’allais devoir affronter le regard du jeune homme pour savoir ce qu’il pensait de mes mots mais je ne voulais pas aussi qu’il le prenne mal ou qu’il me remballe pour me faire mal au cœur, aussi je préféra de suite ajouter quelques mots en lui lançant un regard rapide avant de détourner les yeux vers un coin de la pièce.

A l’origine, j’étais venue ici pour te poser une question sur un sortilège mais c’est fou, je ne m’en souviens plus ! Tant pis, je me débrouillerais seule. Avec tous les bouquins qui trainent par ici, je devrais trouver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé) Mer 21 Aoû - 19:25

Faire d'une enfant une personne responsable n'était pas chose aisée, et Tryan le savait bien, la preuve en était avec Maleficus.
Encore gamin, il avait voulu devenir chef de son clan, chose qu'il fit à la mort de ses parents, mais il était loin d'avoir l'étoffe d'un meneur ou encore d'un diplomate, un sorcier de seconde zone qui, avec prétention, pensait que tout lui était acquis de par son nom, et c'était là qu'il se trompait car c'était bel et bien le contraire. Un inconnu doit se faire un nom, mais pour celui qui en a déjà un, il doit en supporter le poids, en assumer les conséquences qu'elles fussent bonnes ou mauvaises, c'était toujours plus difficile de reprendre une affaire que d'en créer une, à long terme évidemment.
Lyse partait avec l'étiquette Stuart, c'était à dire fourberie, magie noire, coups foireux, lâcheté et purisme. Difficile à porter tant elle ne correspondait à quasiment aucun de ces noms, pour ainsi dire, il n'y avait que purisme, et encore, on avait vu ce que cela donnait alors qu'elle faillit enfanter d'un bâtard.
Concrètement, elle était à l'opposée de ce que son nom clamait haut et fort. En réalité, elle se rapprochait bien plus des SaintClairs, de bien des aspects. Mystère, discrétion, purisme, magie blanche, stratégie et réflexion. Ou encore des Anderson, même si cela devait être lointain … manque de confiance, travail, honneur et caractère fort. Ainsi, la voir passer d'un camp à l'autre n'était pas tant une surprise, la question restait la suivante, qu'évoquerait le nom de Charlyse Stuart ? À elle de voir comment elle s'imposerait sur la scène une fois qu'elle y serait projetée.

Imaginer la gamine en serviteur des ténèbres ou en mangemorte était risible à souhait, pour la simple et bonne raison qu'elle ne pliait que devant la preuve, et pas sur une supposition de puissance adverse, en d'autres termes, elle se serait faite tuer bien rapidement. Pour intégrer ces rangs, il fallait être soumis et aveugle, avant de devenir borgne une fois marqué, et encore, quand on voyait les autistes qui portaient un tatouage …
Mais Tryan n'était pas maître du destin de Charlyse, et malgré le fait qu'il soit là à la surveiller, la demoiselle était tout de même libre de faire ses propres choix. Si elle décidait de partir de la Demeure Glaciaire, même sur un coup de tête, la porte serait ouverte, dans les deux sens. Toutefois, elle se savait gamine et tributaire, et n'arrivait pas encore à se détacher de cette foutue manie de se comporter comme une pourrie gâtée. Si elle avait pu dire qu'elle avait été délaissée par sa famille autrefois, rien n'était comparable avec ce qu'elle vivait chez son cousin, où elle était livrée à elle même en quelques sortes.
Et contrairement à ses parents, Tryan ne fuyait pas le conflit, et affrontait Lyse, n'hésitant pas à lui foutre la vérité crue devant le nez, lui faisant clairement comprendre qu'elle n'était rien, un rien qu'il pouvait balayer d'un coup de baguette, et elle savait que si la situation devait se produire, ce coup de baguette serait bel et bien là.

L'objectif n'était pas de la martyriser, simplement de transformer une fillette en jeune femme à même de se gérer, puis en meneuse d'hommes, car elle en avait le potentiel.
Mais elle était encore faible, et elle aurait toujours l'impression de ne pas se suffire parce qu'elle vivait avec quelqu'un qui la dépassait et la dépasserait toujours. Alors elle doutait …

Et si je me trompais ? Je sais que tout le monde fait des erreurs mais … je suis jeune. Enfin, je veux dire que je n’en connais pas encore assez pour prétendre à faire quoique ce soit d’aussi grand que ça.

Et c'était justement pour ça qu'elle était en train d'être formée, dans un premier temps magiquement, mais à travers cette formation, elle n'avait pas obtenu qu'un bagage magique, mais un état d'esprit qui lui apparaîtrait une fois seule. Pour l'instant, elle ne le voyait pas, mais les germes du talent étaient déjà là, inconsciemment.

Avec toi j’ai confiance. Je sais que je peux parler sans hésiter, que tu me donneras un avis sans chichi sans tourner autour du pot ou me disant ce que je veux entendre. Je … je t’aime beaucoup Tryan, ça fait un moment que je voulais te le dire mais je ne savais pas comment le dire alors peut-être que c’est le bon moment ou pas mais voilà c’est dit ! La dernière fois que j’ai ressenti ça, c’était quand mon frère était encore vivant, pour dire comme ça date …

Le français détourna le regard pour ne pas l'oppresser. Il se savait oppressant, mais elle n'avait pas besoin de se croire jugée alors qu'elle s'ouvrait à lui, comme ça. Dans un sens, il en avait honte.
Lui était incapable de lui dire qu'il l'appréciait, il essayait bien de lui faire comprendre, mais ce n'était pas toujours ça, et il fallait lui reconnaître une certaine maladresse en le domaine, tout comme le sujet devenait sensible depuis la disparition d'Emily.
Sur ce point là, il ressemblait énormément à Eris. Avec ce dernier, il n'avait pas besoin de mots pour lui dire qu'il appréciait sa compagnie, un simple regard, une attitude, un bref sourire, même froid, un signe de tête, et l'autre comprenait ce qu'un long discours n'aurait qu'effleuré du doigt. Les mots ne pouvaient pas dépasser la pensée, jamais.
'Je t'aime.' Voilà bien quelque chose qu'il n'avait plus entendu et n'avait plus souhaité entendre depuis des mois. Tryan fuyait un bonheur qu'il savait inaccessible pour lui même, et le voir chez les autres, cela le dégoûtait.
Il ne savait pas comment réagir vis à vis de cette phrase qu'il avait prédit, mais là, il avait honte de ne pas pouvoir le comprendre, le saisir lui était devenu impossible. Des mots qui étaient plus que ça, et pourtant il était foutrement incapable de mettre un sens là dessus.

Car aimer n'avait plus de sens. Il connaissait la haine, mais l'amour, au fond, n'en était ce pas ? Plus les jours passaient, et plus il commençait à confondre les deux, sans jamais savoir ce qui était supposé être juste.
Se sachant sensible sur le domaine, il chassa rapidement ses pensées, faisant le vide avant qu'une image de sa belle ne resurgisse pour couper court à la conversation et punir une Lyse qui n'avait rien fait de mal. Le domaine était gardé par un cerbère qu'on appelait Vengeance, inaccessible pour ceux qui ne pouvaient pas entrer dans le cœur ou l'esprit du maître des lieux.
Il détournait le regard pas que pour la mettre à l'aise, mais pour la fuir. Il ne pourrait rien donner à Lyse de ce qu'elle pouvait attendre, mais lui briser ses envies comme ça, si facilement, était ce bien judicieux ?
Tryan retourna la question en une fraction de seconde, se terrant dans un mutisme qui devait créer le malaise chez son interlocutrice qui elle aussi, devait commencer à regretter ses mots. Elle était incapable de le regarder, et lui aussi, curieuse situation où on pouvait logiquement se demander qui était le plus à l'aise des deux, tout en sachant ce que chacun pouvait, ou ne pouvait pas dans le cas de Tryan, ressentir.

Et il ne put lui dire un mot … incapable de trouver quoi dire suite à cette ouverture émotionnelle.

A l’origine, j’étais venue ici pour te poser une question sur un sortilège mais c’est fou, je ne m’en souviens plus ! Tant pis, je me débrouillerais seule. Avec tous les bouquins qui trainent par ici, je devrais trouver !

Briser le silence, et détourner la conversation voilà ce qui les sauva probablement d'une situation des plus embarrassantes, où ni l'un ni l'autre ne pouvait vraiment espérer quoi que ce soit de l'autre. Voilà bien la dernière chose dont ils avaient besoin, d'un tabou.
Oui, il fallait briser ces chaînes pour avancer, mais n'était ce pas douloureux ? Était ce le bon choix ? Tryan avait déjà suffisamment de choses à regretter pour hésiter. Encore une fois, il n'allait pas ménager sa pensionnaire, mais sur ce plan là, elle ne devait en aucun cas être habituée à la discussion.

« ... »

Et pas un mot ne put sortir. Pas un.
Pourtant, il n'y avait aucune frustration suite à cette échec cuisant, pas le moindre ressenti négatif, rien, comme si cela n'était qu'une normalité de laquelle il s'accommodait sans broncher. Son mental ne l'avait pas habitué à l'échec ou au contretemps, et là, il l'acceptait, naturellement.
Son soupire, bien audible, put passer pour de la désinvolture auprès de Lyse, un moyen de la snober et de spécifier que tout ceci était pathétique, mais ce n'était en rien le cas. Non, ce qui était blasant, c'était son incapacité à faire face sur ce terrain.
Et dire qu'il n'était pas même capable d'affronter le regard de son esclave vampire qui n'avait rien à voir avec cette histoire, c'était d'un pathétique.
Après ce soupire, il enchaîna directement pour ne pas blesser inutilement la demoiselle.

« Sauf que je ne serais jamais ton frère Lyse.

Je te dirais bien ne pas t'attacher à ce souvenir, mais je sais qu'il est impossible de le quitter. Ne t'attends à rien de plus que ce que je t'ai déjà donné … cela pourrait t'éviter des déceptions inutiles. Si tu vois ce que je veux dire. »


Il espérait bien que oui, car il serait impossible pour lui de développer et de ne pas en parler autrement que par des métaphores et des comparaisons lointaines. Tout simplement, il était incapable de parler directement de ce sujet qu'il fuyait comme la peste. Là était sa plus grande Némésis, et il n'était pas impossible que s'il croisait un épouvantard, ce dernier prenne une forme découlant de cela.
Avec lui, tout était si froid … si froid qu'il ne pouvait même pas se geler lui même. La mort respirait à travers lui, tangible à son contact, comme si on touchait un cadavre. Une coquille vide sans sentiments.

« Passons, tu es jeune. Des erreurs tu en ferras, et pas qu'un peu. Cela fait partie de mon rôle de t'éviter d'en faire, et si jamais tu dois en faire pour apprendre, mieux vaut que je sois là.
Lorsque je te parle de ton nom, cela n'implique pas un futur proche, je ne suis même pas encore amené à siéger auprès de ma propre famille, c'est dire si tu as le temps ... »


On sentait là comme une pointe de reproche et d'injustice, mais les De SaintClairs étaient ce qu'ils étaient, des gens réfléchis, un peu trop, parfois.

« Quoi qu'il en soit, tu n'as pas encore à te préoccuper de ça. Fais ta vie, le reste suivra, simplement. Tu n'auras pas besoin de provoquer le destin, c'est lui qui viendra à toi.
Et lorsque ce sera le cas, crois moi, tu seras prête à y faire face. »


Sous-entendue seule. Car il ne serait pas toujours derrière elle à la pousser, simplement, quand elle prendrait son envol, elle serait livrée à une vie qu'elle ne connaîtrait qu'à travers le prisme de l'expérience de son cousin, et donc de quelque chose de plus déformé que ce qui était. Toutefois, la porte resterait ouverte, et il ne manquerait pas de lui préciser lorsque le moment serait venu.
Pour l'instant, elle n'était qu'une élève, une apprentie, appelez ça comme vous le voulez, elle n'avait pas à se préoccuper de l'après, pas encore. Les élèves de Poudlard ne se préoccupaient que peu de l'après, et ils ne s'en portaient pas plus mal. Tryan avait été insouciant, n'avait pas préparé son avenir, et même si cela avait été le cas, avec son nom, il aurait tout de même du trimer pour y arriver. Lyse avait la chance de partir avec un piston invisible qu'elle n'imaginait pas, même sans le moindre diplômes, elle s'en sortirait.
On lui demanderait qui lui avait enseigné la magie, puis de faire ses preuves. Elle réussirait, et après ? Après, elle gérerait sa propre vie.

Reposant son regard sur Lyse, espérant avoir clos le sujet, Tryan venait encore une fois de prouver à Lyse qu'il serait là, sans le lui dire, et il espérait ne pas avoir à le faire. Elle était sous sa responsabilité, et il se devait de l'assumer. Si Emily pouvait le voir … si seulement … qu'aurait elle dit de tout ça ? Il se le demandait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 29/10/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 03/11/2012
Parchemins postés : 847



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Charlyse M. Stuart


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé) Lun 9 Sep - 13:12


Pourquoi avais-je déballé mes sentiments ? Je savais pourtant très bien que ce n’était pas le style à Tryan et que le simple fait de parler ainsi allait créer un malaise entre nous. Ce n’était pas ce que j’avais voulu mais c’était sorti tout seul. Comme un besoin urgent de dire ce que j’avais sur le cœur pour me sentir plus libre et enfin avancer. Ce n’était peut-être pas le genre de mon cousin de s’ouvrir ainsi mais depuis le temps que je vivais chez lui, il fallait que je le lui dise avant que … Avant que quoi ? Que je ne change, que je ne sois plus une simple gamine mais une femme déterminée, sûre d’elle et cachant ses sentiments comme le faisait si bien le français. Est-ce que j’en serais capable un jour ? Vu la façon dont il m’entrainait, il devait penser que oui mais la confiance qu’il avait en moi était bloquée par le fait que je n’y croyais pas assez.

Le silence fut sa réponse. Le silence et un long soupir. J’aurais pu me sentir mal et je l’aurais été si je ne commençais pas à connaître un peu plus Tryan mais cette réponse ne m’étonne pas complètement même si j’aurais préféré une phrase plus claire.

Sauf que je ne serais jamais ton frère Lyse. Je te dirais bien ne pas t'attacher à ce souvenir, mais je sais qu'il est impossible de le quitter. Ne t'attends à rien de plus que ce que je t'ai déjà donné … cela pourrait t'éviter des déceptions inutiles. Si tu vois ce que je veux dire.

Je serrai les dents et les poings en entendant ses dires. Finalement j’aurais préféré qu’il se taise plutôt que de sortir de tels mots. M’éviter des déceptions ? Je n’avais eu quasiment que ça dans ma vie donc je n’étais plus à une près mais j’aurais pensé qu’il utiliserait plus de tacts pour me répondre.

Oui je vois très bien !

J’avais répondu sur un ton sec tout en lui lançant un regard noir. Si j’acceptais pas mal de chose de lui, il y avait quand même des limites et là, il venait d’y arriver. Ne voulant pas partir sur une dispute où il finira vainqueur vu qu’il était chez lui et que je devais me taire un minimum, je détournai les yeux et regarda la vampire. Elle n’avait pas bougé de sa place comme un elfe de maison l’aurait fait. Contrairement à ce que j’avais dit plus tôt, je n’avais rien contre les vampires. En faite, il fut même un temps où j’avais pensé à orienter mon métier vers les créatures magiques mais désormais je ne savais plus. J’étais perdu et franchement je ne cherchais même pas vraiment, profitant plutôt de l’instant présent.

Passons, tu es jeune. Des erreurs tu en ferras, et pas qu'un peu. Cela fait partie de mon rôle de t'éviter d'en faire, et si jamais tu dois en faire pour apprendre, mieux vaut que je sois là. Lorsque je te parle de ton nom, cela n'implique pas un futur proche, je ne suis même pas encore amené à siéger auprès de ma propre famille, c'est dire si tu as le temps ...

Un léger sourire passa sur mes lèvres en entendant le ton de sa phrase. J’y sentais comme du regret ou des reproches qu’il se faisait à lui-même. C’est vrai qu’il était un grand sorcier mais la famille De SaintClair était loin d’être une famille simple et discrète ! Surement la raison pour laquelle ils étaient si à cheval sur certaines conditions pour y siéger.

Quoi qu'il en soit, tu n'as pas encore à te préoccuper de ça. Fais ta vie, le reste suivra, simplement. Tu n'auras pas besoin de provoquer le destin, c'est lui qui viendra à toi. Et lorsque ce sera le cas, crois moi, tu seras prête à y faire face.

Avec Tryan à mes côtés, je savais que mon apprentissage serait des plus poussés et des plus performants. J’avais déjà souffert pas mal lors des entrainements et je savais que c’était loin d’être terminé mais contrairement au temps de Poudlard où je détestais qu’on me bouscule, ici c’était tout le contraire. Il m’obligeait à revoir mes limites et à les repousser au maximum, ce qui commençait à faire de moi une fille différente, une fille beaucoup moins timide, et bientôt j’espère, une fille sachant ce qu’elle veut …

Merci pour tes conseils et pour la bague.

Ne pas répondre à son discours … C’était peut-être pas génial mais c’était ce qu’il avait fait avec le mien, non ? Et puis moi, je ne restais quand même pas silencieuse et je ne fuyais pas son regard, enfin plus maintenant. Lui adressant un léger sourire, je me levai de ma chaise, hésitant sur la suite à donner à cette discussion. Pour moi, elle était terminée mais pour lui, je n’en avais aucune idée.

Et excuse-moi pour être entrée dans ton bureau sans ta permission. Ca ne se reproduira plus.

J’avais l’impression de parler comme une gamine mais j’avais réagis comme une gamine tout à l’heure et avec cette phrase, je voulais lui prouver que c’était terminé, que désormais j’allais changer et que bientôt, il serait fier de moi. Autant que je serais fière de ce que je serais devenue …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé)

Revenir en haut Aller en bas

Impasse à trois voies [Pv' Lyse] (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-