POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Vertigo [Jelly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 04/02/2013
Parchemins postés : 229



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Llewelyn Mulciber


MessageSujet: Vertigo [Jelly] Sam 16 Fév - 16:51

Les lettres commençaient toujours de la même manière :

Citation :
Ben,
Je voudrais que tu saches...

Toujours et encore la même appelation, jusqu'au moment fatal de la lettre où Susan, la mère de Llewelyn, se rendait compte de ce qu'elle disait, et à qui elle s'adressait, à savoir à son fils cadet. A ce moment là, ça dégénérait toujours.

Citation :
Tu aurais du mourir. Mourir à sa place. Je ne souhaites que ça, sais tu ?

Oui, Llewelyn le savait, mais ça faisait mal de le lire, mal de l'entendre. Il y avait quelque chose de désespérant dans ces lettres, mais aussi quelque chose de désespéré, un cri de détresse et de malheur venant de sa mère, auquel le Serpentard ne pouvait pas répondre. Je ne peux pas, maman, tu n'en voudrais pas, et je doute d'en avoir l'envie. Il chiffonna la lettre en une boule et l'envoya valser dans l'âtre embrasé de la cheminée de la salle commune des Serpentard. Il ne pensait pas souvent à sa mère, c'était quelque chose que le jeune homme préférait de loin éviter. Avec une mine légérement sombre et agacée, Llewelyn fixa quelques minutes le feu. A quoi pensait-il ? Rien de particulier. Ca faisait des années, avant même la mort de Benjamin, que la rupture était consommée avec sa mère. Il ne lui en voulait pas, il s'était juste habitué à cet état de fait. Je ne pourrais pas y changer grand chose. On ne se comprend pas, elle et moi, alors à quoi bon se faire du mal ? Moins ils se voyaient, moins il pensait à Susan, mieux ça allait. Alors il s'était habitué, et avait décidé de vivre.

Exister pour lui même et par lui même était la meilleure chose qui puisse arriver à Llewelyn. Il voulait y arriver, vraiment. Il voulait faire autre chose qu'être le fils de et le frère de. Etre un Mulciber est un poids, et un avantage. La pression que donnait ce fichu nom, dont pourtant il était fier, était assez terrible. Il y a quelque chose. Si tu n'y arrives pas, tu sais comment on te verra. Un looser, un minable, un raté. Llewelyn s'en foutait ; il avait le temps. Encore un peu.

Et le temps était en partie de l'amusement. Du genre le Quidditch. Depuis qu'il était gosse, Llewelyn adorait ça. C'était du, sans doute, à sa grand-mère, Sinéad Sheridan, ancienne capitaine et poursuiveuse des Harpies de Holyhead, et aussi à son oncle Donny, le propriétaire et le manager des Frelons de Winbourne. L'humeur de Llewelyn s'assombrit un peu lorsqu'il pensa à cette équipe, pensa par association à Emma Witcher, et donc à sa fille, Sara Engels, à qui il préférait ne pas penser, surtout après le rateau magnifique qu'il s'était pris. Ca ne marcherait pas, entre eux, il le savait, et donc s'était arrangé pour éviter de la croiser, ou même de la voir. Ca fait...ouais, ça fait mal.

Il préféra renoncer à se poser des questions là dessus, et rejoignit les tribunes. Trop hautes, vraiment, mais bon, il n'allait pas se priver d'un match. Clarence, Bal et Simon jouaient tous les trois, Llew se retrouvait donc tout seul avec son frère, Hugh, qui ne pouvait pas jouer parce qu'il était en première année. Et pourquoi moi je joue pas ? Parce qu'il avait ce putain de vertige. Llewelyn n'en était pas très fier, ça faisait si con, mais il n'avait jamais pu supporter d'être sur un balai, ni le vide.

Une abomination, le vide, il ne pouvait pas le supporter. Tout ça était...ouais, trop haut. Ca allait lorsqu'il regardait les joueurs, ceux de Serdaigle et de Serpentard, ici, mais sinon c'était juste insupportable. La vieille impression qu'il allait tomber terrifiait Llewelyn, s'il était honnête avec lui même.

Aussi était il assez enclin à être compatissant, et sympa, avec ceux qui étaient dans le même cas que lui. Observant un peu autour de lui, il constata chez sa voisine les mêmes symptômes de peur que chez lui à ses grands épisodes de terreur. Sa tête lui disait quelque chose, ils devaient être du même cycle, mais pas moyen de se souvenir de son nom. Doit être à Serdaigle, je suppose...Il lui tapota l'épaule pour attirer son attention, lui adressant un sourire :

"Vertige, hein ? Faut regarder en haut, ça va passer tout seul, tu verras."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 28/08/2012
Parchemins postés : 647



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Jellyka Rose


MessageSujet: Re: Vertigo [Jelly] Dim 17 Fév - 9:42

Jellyka Rose aurait du se souvenir que Dia, son ersatz d'amie, s'en sortait bien mieux en magie dès lors qu'elle avait un but intéressant à atteindre. Aussi l'autre jour quand elle avait débarquée dans la salle commune des Serdaigle et que Dia était là à se plaindre pour la trente-six millième fois qu'elle n'arrivait pas à informuler et qu'elle allait se planter au prochain contrôle pratique sauf avec un peu de chance, Jellyka n'avait pu s’empêcher de lâcher :

"Il va te falloir une potion de Felix Felicis alors parce que si je me souviens bien, la prof a dit qu'il ne faudrait pas se contenter de le réussir une ou deux fois et si tu n'étais pas capable de le répéter quinze fois à la suite sans te louper ça ne servait à rien."

Tout ça avec un sourire ironique qui formulait un "bonne chance" bien ironique. Suite à ça, Jellyka s'était dirigée vers les dortoirs. Au passage elle avait croisé le regard de deux deuxième année qui la regardait un peu étonnée. Ah oui c'est vrai, elle avait une image de fille très souriante, à priori assez sympa. Il fallait dire qu'elle n'embêtait pas aussi ouvertement Dia d'habitude mais là elle n'était pas d'humeur à faire dans la finesse ; elle venait de se taper les sept étages avec ces charmants escaliers. Elle n'en pouvait plus de Poudlard, revenir chez elle pendant les vacances de Noël lui avait toujours fait un bien fou et cette année elle n'avait pas eu le droit à sa pause d'où une humeur de plus en plus massacrante au fil des jours qui défilaient dans ce lieu qu'elle détestait...

Toutefois elle réussit à faire un magnifique sourire aux deux deuxième années qui ne purent s'empêcher d'y répondre. C'était trop facile. Mais le temps qu'elle fasse cela, Dia semblait avoir décidé qu'elle ne pouvait pas laisser passer cet affront et la Serdaigle lui lança :


"Je te parie que je peux le faire et là maintenant tout de suite."

Jellyka se retourna et lui lança un :

"Eh bien vas-y et arrête de râler."

Elle aurait dû continuer son chemin, ne pas prêter attention au piallement de cet aiglon incapable de se défendre tout seul.

"Si... si j'y arrive, tu devras venir voir le prochain match de Quidditch où Serdaigle joue !"

Jellyka leva les yeux au ciel, ne pouvait-elle pas se dépêcher de se planter comme une merde et lui foutre la paix. Avec un sourire agacé, elle lança :

"Tout ce que tu veux, allez j'ai pas que ça à faire moi."

Dia piquée au vif commença à lever sa baguette rageusement. Là Lily crut qu'elle avait gagné. Le problème avec Dia au final n'était pas qu'elle n'était pas capable de se concentrer mais elle ne prenait pas le temps de le faire, elle était trop impatiente et plutôt que de prendre le temps de faire les choses correctement, elle se cachait derrière le fait que "de toute façon l'informulation et elle ça faisait deux", ce qu'elle répétait à longueur à qui voulait -ou ne voulait pas d'ailleurs- l'entendre, histoire que tout le monde sache bien que ce n'était pas de sa faute...

Toutefois Dia interrompit son mouvement et là Lily sut qu'elle venait de réaliser ce que la serdaigle qui n'aimait pas le vide et qui le fuyait comme la peste venait de lui promettre. Et comme souvent quand Dia avait un objectif intéressant, elle prit enfin le temps de se concentrer. Ainsi elle avait réussit ses quinze informulation et toute fière avait annoncé :


"Pff c'est trop facile, je peux en faire cent comme ça !"


Et elle avait loupé le seizième ayant de nouveau complètement oublié de se concentrer. Jellyka avait soupiré et s'était barré.



C'était donc pour cela que Jellyka mettait de nouveau les pieds dans les gradins du stade, ce qu'elle n'avait plus fait depuis bien longtemps. Oh à vrai dire elle ne se sentait aucune obligation de venir. Elle avait promis ? Et après ? Jellyka n'avait pas d'honneur, elle ne faisait bien que ce qui l'arrangeait, elle en était allée jusqu'à faire en sorte d'être Sang Mélée alors qu'il y avait 99% de chance qu'elle ne le soit pas. Et alors ? Elle était bien plus libre ainsi. Donc ne pas venir à ce match ne lui aurait fait ni chaud ni froid. Toutefois si elle voyait les choses d'un côté bien plus pratique, si elle ne s’exécutait pas, Dia considérerait qu'elle n'avait pas non plus à mettre en oeuvre les paris qu'elle perdait avec Lily. Car Dia perdait bien plus souvent que Lily il fallait l'avouer. Jellyka perdrait donc un de ses rares sujet d'amusement ici à Poudlard.

De plus elle était en train de travailler sur ses inventions autour du monde du Quidditch donc venir trouver un peu d'inspiration ne lui ferait pas de mal... si elle réussissait à jeter le moindre coup d'oeil à ce qui se passait car elle n'était même pas assise à une place qu'elle sentait déjà que ça allait être long, très long, trop long. Elle ne pouvait pas. Même sous les bancs, il y avait du vide. Jellyka aperçut Dia et son groupe d'amis un peu plus loin qui l'avait vu arrivé et qui se marraient. Bien, elle allait se divertir un peu l'esprit. Sortant sa baguette, elle vit Dia grimacer. Avec un sourire qui disait "Tu l'as cherché" Jellyka fit un mouvement du poignet et le sac de Dia qui se trouvait sur le banc au dessus d'elle tomba du banc comme s'il avait été poussé. Le contenu se déversa partout dans et sous les gradins. Jellyka prononça un "Dommage" silencieux et alla s'asseoir. Pas trop près du bord et en même temps pas trop haut dans les gradins. Précautions inutiles, dans tous les cas le vide lui était insupportable.

Elle en avait déjà oublié Dia que tout le monde regardait en train de ramasser ses affaires. Elle avait beau le vouloir, elle ne pouvait pas ignorer le vide qui l'entourait. Son rythme cardiaque s'accéléra. Elle essayait de s'empêcher de s'imaginer en train de tomber. Ses mains se crispèrent sur le bord du banc comme si cela pouvait l'empêcher de tomber.


*Mais tu ne tombes pas idiote, tu ne tombes pas.*

Mais si le vide allait l'aspirer, c'était sûr. Cette horrible impression que quoi qu'elle fasse elle allait se retrouver en train de chuter.

Soudain elle sentit une main sur son épaule. Sa première pensée fut qu'on allait la pousser. Un bref instant de panique pur qui fit qu'elle se retourna un peu trop brusquement vers un garçon qui ne faisait qu'attirer son attention pour lui dire :


"Vertige, hein ? Faut regarder en haut, ça va passer tout seul, tu verras."


Jellyka mit un petit temps à réagir mais au moins cette adresse, lui permit de penser à autre chose et avec un sourire qui se voulait reconnaissant mais qui était sans doute un peu trop crispé en raison de son état actuel.


"J'aimerais bien que ça soit aussi facile."

Pas très sympa comme réponse alors qu'il avait voulu l'aider. Enfin il était bien connu que Jellyka n'était pas bien sociale mais elle n'était pas une garce... enfin elle pouvait l'être mais pas comme ça, pas sans raison. Aussi elle ajouta ce qui se voulait être un semblant de blague pour contrebalancer sa première réponse un peu abrupte :

"Quoique facile... c'est vite dit, je m'imagine bien descendre les escaliers de Poudlard le nez en l'air, je suis sûre que je me casserai la gueule au bout de trois pauvres secondes."

Le sourire de Lily se fit plus naturel. Parler lui permettait de se changer un peu les idées même si elle sentait toujours le vide qui essayait de l'aspirer et que ses doigts ne lâchaient pas le moins du monde les bords de son banc.

Mais comme si elle ne pouvait jamais être tranquille, elle sentit qu'on la regardait. Tournant la tête, elle ne fut pas étonnée de croiser le regard de Dia. Elle et son groupe d'amis la regardait... non regardait le garçon avec qui elle parlait en fait. C'était vrai que Jellyka ne s'était pas vraiment posé la question de qui pouvait bien lui adresser la parole ainsi et au vu de l'intérêt qu'il avait provoqué chez les aigles qui faisaient plus penser en l’occurrence à des poules, elle aurait sans doute dû le connaître. Enfin oui le visage lui disait quelque chose, il devait être dans son cycle mais de dehors de ça... Jellyka ne s'intéressait pas aux autres et elle était incapable de retenir les noms des gens... enfin si elle en était capable mais elle n'en faisait pas l'effort. Le jeune homme resterait donc un inconnu.

Et puisqu'elle avait un interlocuteur, elle profita pour demander :


"Tu sais si ça va commencer bientôt ?"

Impatiente ? Oui mais pas que ça commence... que ça finisse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 04/02/2013
Parchemins postés : 229



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Llewelyn Mulciber


MessageSujet: Re: Vertigo [Jelly] Dim 17 Fév - 17:48

Le mépris était quelque chose d'assez particulier chez Llewelyn. Il était naturellement hautain, et quand il voulait, il pouvait réellement être imbuvable et détestable. Il ne fallait pas pousser beaucoup le Serpentard pour qu'il le soit, d'ailleurs. Il suffisait d'être en première année, et d'être sur son chemin, par exemple, ou de simplement être sang mêlé et de l'avoir un peu emmerdé. Il n'était pas mauvais sans raison, mais être impur pouvait être suffisant pour que par exemple, se trouver sur le chemin de Llew devienne un crime de lèse-majesté. La plupart du temps, l se contentait d'ignorer tout le monde, ce reste du monde auquel il était supérieur de droit. Donc par droit, il pouvait ignorer ceux qui ne l'intéressaient pas. Simple et logique, non ? Toute façon, je vois pourquoi je m'en occuperais, est-ce que j'ai l'air d'être la nounou de tout le monde ? Non ? Bon.

Après, Llewelyn n'avait pas pour vocation d'être un salaud. Et si il n'avait aucun problème pour flanquer une rouste à quelqu'un si c'était mérité, il n'attaquait pas sans raison non plus. Et puis bon, il était dur aussi de ne pas venir en aide à quelqu'un si la personne galérait juste devant vous. La cruauté était inutile. La cruauté engendre la haine, la rancoeur, ect...toutes sortes de choses dont on n'a pas besoin. Passer pour un salaud fait que vous finissez seul. Fait qu'on vous craint. Fait qu'on vous trahit. L'analyse de Llewelyn était qu'être mauvais rendait les gens mauvais à votre égard. Et comme il n'avait pas vraiment envie de finir seul, et détesté de tous, comme il n'avait pas non plus envie de passer pour un salaud, et comme il était dur d'ignorer le mal juste sous son nez, bah...il était à peu près humain. Llewelyn avait beau être un Mulciber, il n'était pas aussi cynique, aussi violent, aussi dur que John, son cousin, pouvait l'être. En même temps, Jack est un extrême...un condensé de ce qu'il y a de meilleur et de pire dans cette famille. Mais ce n'était pas le cas de Llewelyn. Le meilleur ? Le pire ? Trop tôt pour juger, sans doute, mais il n'était pas fou, et détruire n'était pas un passe-temps extraordinaire pour lui.

Le Quidditch l'était. Réellement. Llewelyn adorait ça. Mais franchement, il ne supportait pas d'être sur un balai. Il ne comprenait pas non plus comment faisaient les autres pour y rester. Même s'il n'en parlait pas, monter sur ces choses déclenchait chez lui une véritable crise de panique du à la sensation assez immonde qu'il allait tomber. Quasi certitude. Jvais me péter la gueule et mourir. Même dans les gradins, il n'était pas à l'aise. La hauteur, ça craint.

Aussi il comprenait et compatissait à ce que pouvait ressentir sa voisine, même s'il ne se rappelait toujours pas de son nom. Vrai qu'elle avait vraiment l'air de flipper, plus que lui d'ailleurs. Je la plains un peu, pour le coup...Elle faisait ce qu'elle pouvait pour continuer à sourire, mais ça marchait moyennement bien, vu le ton qu'elle eut au début. Et ben en ce moment, toutes les filles me prennent pour un chien, c'est super...cela dit, la mauvaise humeur de la Serdaigle passa plus vite que celle de Sara.

Il lui adressa lui aussi un sourire :

"Tant que ça ? Cela dit, je fais le fier, mais je suis pas très à l'aise non plus, j'avoue."

Pas au point de s'agripper au banc, mais tout de même. Il n'avait pas la moindre envie de regarder vers le bas, ça allait le tétaniser. Avec un léger rire, Llew reprit :

"En principe, dans dix minutes...par contre, combien de temps ça va durer, mystère, on va prier pour que le vif soit vite attrapé, qu'on puisse filer."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 28/08/2012
Parchemins postés : 647



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Jellyka Rose


MessageSujet: Re: Vertigo [Jelly] Lun 18 Fév - 22:16

Jellyka ne se serait même pas étonnée si le jeune homme s'était énervé. Ces derniers temps les ennuis suivaient la serdaigle. Ou alors elle ne faisait pas en sorte que les ennuis ne lui tombent pas dessus. Les deux sûrement. Cette année avait mal commencé de toute façon avec dès les premiers jours de cours une retenue pour une stupide histoire d'escalier. Mais à l'époque elle avait encore le courage de jouer les idiotes et de contenir son énervement. Depuis les vacances de Noël pourries qu'elle avait passée à Poudlard, elle n'avait plus ce courage. Il y avait eu sa charmante discussion avec sa tout aussi charmante pseudo cousine de Bedan. Et ce combat avec une autre élève de sixième année. Plutôt que de calmer les choses avec cette Poufsouffle dont elle avait cramé -par la faute de la Poufsouffle- un devoir, elle avait riposté. Non mais tout de même, elle l'avait attaqué dans le dos ! Mais Jellyka avait beau se dire cela, elle savait que quelques semaines plus tôt, elle aurait tout de même réussi à prendre sur elle et à s'excuser même si elle ne se considérait absolument pas en tort. Sa fierté ? Elle n'en avait pas, cherchez pas.

Mais là, à proximité du vide, Jellyka avait déjà suffisamment de soucis pour en plus s'attirer les foudres de quelqu'un aussi elle fut soulagée de voir qu'il ne lui en voulait. Au contraire il sourit à sa remarque. Habituellement Jellyka voyait plutôt le fait d'avoir à discuter avec quelqu'un comme une plaie mais là cela lui permettait de penser à autre chose aussi puisque cela ne semblait pas le déranger, au moins pour l'instant, elle allait continuer à le solliciter un peu. Le problème c'est quand quand elle se demanda ce qu'elle pouvait bien lui dire, elle ne trouva rien. Enfin si il aurait été judicieux de lui demander son nom mais vu qu'il n'était pas apparemment n'importe qui, pour un peu qu'il soit susceptible ou fier, il prendrait mal le fait qu'elle ne sache pas qui elle est.

Les gens étaient bien compliqués, après on s'étonnait qu'elle ne veuille pas se sociabiliser... Bon d'accord le problème venait plus d'elle que des autres et après ? Elle en vivait bien.

"En principe, dans dix minutes...par contre, combien de temps ça va durer, mystère, on va prier pour que le vif soit vite attrapé, qu'on puisse filer."

Mince Jellyka n'avait pas vu de Quidditch depuis si longtemps qu'elle en avait oublié ce point.

"Qu'est-ce qui m'a pris de venir... je vais jamais tenir..."

Jellyka remonta ses genoux contre sa poitrine et lâchant enfin le banc, elle emprisonna le tout dans ses bras, devenant un bloc avec cette sensation illusoire que rien ne pourrait la faire bouger. Et pour ceux qui pensaient se rincer l’œil, c'était loupé. S'il y avait bien quelqu'un qui voulait être libre de ses mouvements, c'était Lily aussi sous la jupe elle portait un short qui lui arrivait jusqu'à mi-cuisse par dessus son collant mais ça, le collant, au vu de la saison, toutes les filles en avaient un.

Comme il n'y avait rien à regarder dans le stade et qu'à vrai dire elle ne voulait absolument pas tourner la tête de ce côté-là, elle la posa sur ses genoux -un bloc, elle était un bloc- et, toujours tournée vers le jeune homme, elle demanda :

"Du coup j'ai bien compris tu as le vertige aussi, tu dois sacrément aimer le quidditch pour supporter ça, je ne pourrais pas."

Ou alors à l'instar de Lily il avait une raison bien précise d'être là. Mais il semblait réellement connaître ce sport aussi il semblait à Lily qu'il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'il aime ce sport.

C'est alors que Jellyka se dit que peut-être si elle se présentait, il y avait une chance que le jeune homme le face, juste pour la forme.

"Sinon moi c'est Jellyka. Jellyka Calypso Eleonore Rose. Enchantée."

Jellyka détacha sa main gauche de sa jambe pour la tendre au jeune homme mais celle-ci tremblait comme une feuille aussi Jellyka la remit à sa place en disant avec un sourire plein d’auto-dérision :

"Je crois que je vais la laisser là celle-là."

Elle avait beau sourire, discuter comme si de rien n'était, cette main rappelait qu'elle n'en menait pas large.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 04/02/2013
Parchemins postés : 229



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Llewelyn Mulciber


MessageSujet: Re: Vertigo [Jelly] Jeu 21 Fév - 18:41

Règle numéro un : affronter ses peurs était le meilleur moyen de les contrer. Llewelyn était persuadé de ça depuis un bout de temps. La peur nous tétanise, mais c'est surtout une question de volonté. Si on veut, on peut. Et pour le Serpentard, c'était comme ça pour tout dans la vie. Il n'était pas du genre à ne pas prendre de risque, du genre à laisser filer, et à se planquer. Quel genre de mec ferait ça ? Ce n'était pas que Llewelyn ait eu un quelconque sens de l'honneur, mais on pouvait admettre qu'un de ses multiples défauts était l'orgueil. L'orgueil si on le poussait à son maximum. Dans un autre sens, c'était un type courageux. Prêt à assumer ses actes, ses peurs, ses erreurs. C'est comme ça. Y a personne pour te rattraper, derrière. T'es en roue libre, alors faut bien que t'assume qui t'es et ce que tu fais.

Mais il y avait bien de l'orgueil oui. Il avait le vertige, et le reconnaissait volontiers, mais il venait aussi d'une famille où tout le monde se serait moqué de lui s'il s'était laissé aller à vivre avec et à ne pas le combattre. Il n'y avait pas de pitié dans les familles puristes, c'était un univers impitoyable. Beaucoup moins protecteur et sympathique, beaucoup enclin aux passe-droits, finalement. En tout cas c'était ainsi chez les Mulciber. Llewelyn le savait, personne ne lui ferait de cadeau. On me tournera le dos. Pour si peu ? Oui, pour si peu. Ce n'était pas qu'un défaut de vertige, une peur banale. Si le Serpentard se laissait aller à ça, on lui dirait que pour tout le reste il serait faible, et inutile. Et ça, Llewelyn ne pouvait pas l'accepter. L'audace faisait partie de lui même, la notion de dépassement aussi. Un coup d'oeil vers le bas. Léger, et rapide. Pas trop longtemps non plus, il ne tiendrait pas. Mais il fallait essayer. Qu'est-ce que ça coute ? Llewelyn eut un légère grimace. Bon, c'est pas une idée. Ne regarde pas en bas. Ce n'était pas le moment de se ridiculiser. Oui, le ridicule, Llewelyn l'avait en horreur. Il ne voulait pas qu'on se fiche de lui. C'était déjà ce que mère faisait, avant...et ce qu'elle fait toujours. Alors non. Il ne l'acceptait pas. Et qu'on se foute de lui, il trouvait ça insupportable. Du coup, il devenait parfois très mauvais quand c'était le cas. Du genre à cogner.

Dans le cas présent, il se posait surtout des questions. Llew était un type psychorigide. Quand ton surnom c'est Law, en même temps, "la loi...", ça peut pas être autrement. Mais cette fille, dont il ne connaissait toujours pas le nom, remettait en doute certaines de ses idées. Il n'aimait pas les Serdaigles. Pour lui les Aigles étaient des cons et des intellos, ce qu'il ne supportait pas. Des chieurs, quoi, donneurs de leçons, qu'il ne pouvait pas encadrer même en carte de chocogrenouille. Mais elle n'était pas méchante, il en avait même un peu pitié, parce qu'elle avait vraiment l'air de flipper. Il ne pouvait pas y faire grand chose, même si pour le coup, il aurait bien voulu. Mais le vertige ne passait pas comme ça...preuve en était de sa simple tenue. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était continuer à parler. Toujours souriant, il plaisanta :

"Tu as le droit de hurler, je ne t'en voudrais pas, j'ai fait pire..."

Ce n'était pas un type méchant, Llew. Tant qu'on ne l'emmerdait pas, il ne cherchait pas les gens.

Ouais, vrai qu'il aimait ça, le quidditch. Un peu trop. Faut être suicidaire pour venir à ça, mais bon. Il se mit à rire, sortant un paquet de cigarette frappé de l'emblème de la Mulciberian Gold Tobacco et alluma une cigarette :

"Bof, je baigne dedans depuis que je suis tout petit. J'aurais adoré en faire, mais quand mon frère m'a mis sur un balai, il en a conclu que j'étais nul... j'avais l'impression que voler allait être ma mort. Y avait que lui qu'était brillant là-dedans. Mon autre frère est trop jeune pour y jouer, alors on verra dans deux ou trois ans..."

Ben était brillant en tout. Maintenant, Llewelyn arrivait à en parler, utilisant le passé sans aucun problème pour parler de son ainé mort au combat. Avant, il n'aurait même pas évoqué le sujet. Il sourit lorsque la fille lui dit son nom. Rose hein ? C'est la cousine que Ariana aime pas ? Cela dit, elle n'aimait aucune de ses cousines, mis à part Laura...Llewelyn jugeait par lui même. Il n'avait rien contre Jellyka. Mis à part que c'était une sang mêlée.

Pour l'instant, c'était un détail.

"Moi c'est Llewelyn. Llewelyn Mantus Mulciber, en fait. On est dans le même cycle, je crois, non ?"

Il lui adressa un nouveau sourire, tirant sur sa cigarette-celles de son père. Il ne cherchait même pas à l'impressionner, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 28/08/2012
Parchemins postés : 647



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Jellyka Rose


MessageSujet: Re: Vertigo [Jelly] Sam 23 Fév - 16:39

Hurler ? Quand était-ce la dernière fois que Jellyka avait hurlé ? Elle ne se souvenait pas. Sans doute ne hurlait-elle pas parce qu'il n'était pas possible de hurler avec le sourire ? Elle ne savait pas mais le fait est qu'elle ne s'imaginait pas hurler. Se faire mal pour pouvoir se concentrer sur la douleur plutôt que sur sa peur oui. Pas hurler. Elle se sentait incapable d'hurler. C'était déjà bien qu'elle puisse parler parce que là elle avait limpression, si elle s'imaginait hurler, qu'aucun son ne sortirait, que tout resterait coincé là où un poids était en train de se former dans sa poitrine. Respire calmement. Tu peux respirer, il n'y a pas de poids dans ta poitrine qui t'empêche de remplir tes poumons. Respire calmement, tu n'as pas besoin de tout cet air. Jellyka essayait par ces mots de prévenir l'hyperventilation qui pouvait venir si elle se laissait aller à croire que les sensations qu'elle ressentait étaient vraies. Elle survivait aux escaliers de Poudlard chaque jour. Sauf que les escaliers elle y restait le moins possible et que vu qu'elle y courrait majorité du temps, elle pouvait toujours respirer beaucoup, elle en avait besoin. Alors que là clairement, elle était assise sur un banc à ne rien faire, elle n'avait pas besoin d'air supplémentaire.

Mais le fait est qu'elle ne hurlerait pas aussi elle secoua la tête :

"C'est gentil mais après je n'aurais plus de voix pour encourager les joueurs se seraient dommage."

Dommage mon.... bref. Le fait est qu'elle n'avait nulle intention d'encourager qui que ce soit, elle voulait observer, retirer un maximum de cette torture pour créer les objets magiques les plus extraordinaires. Et rien ne pouvait la limité dans sa volonté inventrice. Pas une peur du vide stupide, pas une Bedan enfermée dans ses idées. Jellyka savait que l'on pouvait aller loin avec la magie. Et Bedan qui associait cette volonté à du bourbisme... Tsss. Le progrès n'était pas quelque chose réservée aux moldus, Lily irait puiser dans ce que la magie avait de plus extraordinaire à lui offrir et s'ils n'en voulaient pas tant pis pour eux. Et si elle devait se brûler dans cette entreprise folle tant pis aussi. Les inventeurs étaient souvent les plus fous parce qu'ils ne se posaient pas de limite. Jellyka n'avait pas l'intention d'en avoir. Bedan lui avait au moins fait comprendre cela, toute incapable de comprendre dans son incapacité à voir plus loin que les bornes de ses idées arrêtées.

Le jeune homme à ses côtés sortit une cigarette. Ben tiens, si ça ce n'était pas typiquement quelque chose venu tout droit de chez les moldus. Elle voulait leur prendre leur étude du monde que les sorciers ne prenaient plus la peine de faire pour mener la magie dans des domaines insoupçonnés, dans des choses que l’œil humain n'était parfois même pas capable de voir et on la traitait de bourbiste. On fumait une invention purement moldue et tout le monde trouvait cela normal ? Là oui pour le coup Jellyka en aurait presque poussé une gueulante. Mais non toujours pas. Elle était Jellyka Calypso Eleanore Rose après tout, toujours le sourire aux lèvres pour le meilleur et pour le pire. Et puis ce n'était tout de même pas de la faute à ce jeune homme si elle était frustrée de ne pas pouvoir aller au bout de son ambition. Les moldus s'étaient appropriés la connaissance du monde et en faisant cela ils la leur avait en un sens volé. Et les sorciers dans leur éternelle volonté de se montrer plus puissant que les moldus les avait laissé les déposséder de ce qui pouvaient être l'objet de découvertes plus qu'intéressantes dans le domaine de la magie ! Si les sorciers étaient supérieurs, ils ne pouvaient pas accepter ce vol plus longtemps. Mais Bedan avait vu là encore une critique de son petit monde. Eh bien qu'elle fasse, Jellyka ne changerait pas sa vision du monde pour autant.

Heureusement pour Jellyka, le sujet se posa sur autre chose que la raison de sa frustration pour laquelle elle ne pouvait rien changer.

"Bof, je baigne dedans depuis que je suis tout petit. J'aurais adoré en faire, mais quand mon frère m'a mis sur un balai, il en a conclu que j'étais nul... j'avais l'impression que voler allait être ma mort. Y avait que lui qu'était brillant là-dedans. Mon autre frère est trop jeune pour y jouer, alors on verra dans deux ou trois ans..."

Compatir ? Jellyka n'était pas suffisamment tournée vers autrui sans doute pour pouvoir faire cela. De toute façon la compassion tirait les gens vers le bas plus qu'elle les soutenait en vérité alors pourquoi tomber là-dedans. Jellyka préférait aller de l'avant. Jellyka allait toujours de l'avant et ces frustrations qu'elle avait, elle ne les laisserait pas devenir des freins.

A cela il ajouta :

"Moi c'est Llewelyn. Llewelyn Mantus Mulciber, en fait. On est dans le même cycle, je crois, non ?"

Allons bon, un Mulciber. Jellyka ne savait même pas quel lien il avait avec le ministre mais bon au vu de ce qu'il fumait, il y en avait un à l'évidence. Jellyka comprenait mieux les chuchotements des poules tout à l'heure. Eh bien soit, elle tenait compagnie à un Mulciber. A vrai dire même la compagnie d'une Bedan ne l'aurait pas dérangée en cet instant. Et à vrai dire en dehors de l'esprit borné de la jeune fille, elle n'avait rien fondamentalement contre elle. Jellyka n'avait rien fondamentalement contre personne, elle était juste asociale et donc en temps normal elle en avait contre tous ceux qui venaient la déranger mais après si la personne ne dérangeait pas, tant qu'elle n'apportait pas d'ennuis bah elle ne voyait pas le soucis. Un Mulciber pouvait apporter beaucoup d'ennuis. Le fait est que ce n'était pas le cas donc elle n'allait pas se plaindre.

Jellyka tout en se rendant compte qu'elle respirait un peu mieux répondit non sans devoir fournir un effort pour se dire que retenir sa respiration quelques secondes le temps de répondre au jeune homme ne la ferait pas s'étouffer.

"Oui, on est dans le même cycle."


Respire, tu vois tu n'es pas morte, keep cool tout va bien.

"Et du coup à défaut de faire du Quidditch tu fais quoi ?"

Car aller de l'avant ce n'était pas s'attarder sur les éventuels échecs, c'était voir au delà. D'ailleurs en parlant de Quidditch une rumeur emplit les lieux alors que les joueurs entraient sur le terrain. Jellyka eut le réflexe stupide de tourner la tête. Le temps d'une fraction de seconde avant qu'elle ne se rende compte de la bourde et qu'elle repose son regard sur le jeune homme plutôt que sur le vide. Il allait falloir pourtant qu'elle regarde si elle voulait que sa venue serve à quelque chose. Mais pas tout de suite. Quand ça serait utile, oui elle le ferait à ce moment-là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 04/02/2013
Parchemins postés : 229



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Llewelyn Mulciber


MessageSujet: Re: Vertigo [Jelly] Dim 24 Fév - 16:36

Qu'est-ce que faisait Llewelyn Mulciber de sa vie ? Bonne question. Dans l'ordre. Eh bien, c'était dur à définir. Actuellement, il savait ce qu'il faisait, là. L'instant présent était facile à définir, toujours. Facile à évaluer. Là, j'ai le vertige. J'ai peur de me casser la gueule. Je parle avec une fille qui a aussi le vertige. Je regarde un match de Quidditch. Les joueurs entrent. J'applaudis. L'instant présent, oui, était ce qu'il y avait de plus simple à comprendre, et à analyser. Mais dés qu'on lui parlait de ce qu'il faisait ailleurs, à d'autres temps, il ne savait plus trop bien. C'était pourtant une question simple. Ca devait être le vertige qui le perturbait, il n'arrivait pas bien à se concentrer du tout. Il essayait pourtant, de faire une phrase cohérente. Il frimait pas mal, il n'y paraissait pas, comme ça, mais il était proprement terrifié par la hauteur. Véritablement. Ca faisait con, et il craignait encore plus de l'avouer que de tomber, mais il avait peur, véritablement. Du coup, obtenir une réponse cohérente du Serpentard allait devenir assez compliqué.

Llewelyn regardait les joueurs, en essayant de se calmer un peu. Ca va passer tout seul. Tu parles, des conneries, oui, ça reste. Il fumait nerveusement, tirant sur sa cigarette pour se calmer. Le tabac lui fit du bien, un peu. Un instant, il tacha de repérer Clarence, Bal, et Simon qui jouaient dans l'équipe de Serpentard. Ils étaient bon. Ca tuait le jeune homme de ne pas être avec eux. Ils faisaient tout ensemble, sauf le Quidditch. Llewelyn en était vraiment incapable. Autant dire qu'il ne pouvait pas échapper aux quolibets de Clarence. Cela dit, ça craint vraiment. L'héritier de Teddy Mulciber, incapable de tenir sur un putain de balai...Oui, ça faisait complétement idiot et foutage de gueule. Mais qu'est-ce qu'il y pouvait ? D'un coup, le coté colérique de Llewelyn ressortait, accentué par la peur. Il avait envie de fuir, et ça le mettait en rage. Je ne suis pas un lâche. Je ne veux pas l'être. Je reste. Pourtant, il avait peur, et il refusait de l'admettre. C'était la peur qui le mettait en colère, et puis la honte. Il ne voulait pas avoir honte, admettre qu'il pouvait être comme tout le monde, comme le dernier des sang mêlés de bas étage, comme un stupide moldu, et avoir peur. Une peur stupide. Indigne de qui je suis. De qui il voulait être. Il voulait être dur. Etre un bon héritier. Etre un Mulciber. Comprendre la simple signification de ce nom, l'admettre, la soumettre, se l'approprier, et la faire sienne.

Ne te dis pas que tu es stupide. Ne pense pas. Ou plutôt si, pense. Pense à ce qu'elle te dit, regarde le match, fume cette cigarette. Son esprit se calma un peu. Un peu, pas beaucoup. Qu'est-ce qu'il faisait dans la vie, bonne question. Draguer Sara ? Non, le terme aurait été se prendre un rateau par Sara. Trainer avec des potes. Se foutre des sang mêlés...ouais, pas sur que ça lui plaise, on va éviter de s'engueuler avec quelqu'un dans les gradins, je vais me péter la gueule. Et ça, il n'en avait pas envie du tout. Mieux valait jouer la prudence. Il tira une nouvelle bouffée de cigarette, réalisant qu'il n'avait du être ailleurs qu'une poignée de secondes. Le match allait débuter.

"Eh ben...je suis une enseigne vivante pour la Marque de mon père, la baby sitter de mon frère que tu vois là, pis j'étudie quand même un peu pour essayer de devenir brigadier. "

Pour se faire un nom à lui aurait été plus vrai, mais ça elle ne pouvait pas le comprendre, ce n'était qu'une sang mêlée, elle n'avait pas ces préoccupations là. D'ailleurs qu'est-ce que Jellyka Rose pouvait bien avoir comme préoccupation, elle ? Il ne savait pas, donc du coup, il demanda, logiquement :

"Et toi ? Je suppose que tu viens pas beaucoup par ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 28/08/2012
Parchemins postés : 647



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Jellyka Rose


MessageSujet: Re: Vertigo [Jelly] Mer 27 Fév - 19:46

Quelles activités passionnantes que voilà... Décidément s'il y avait bien une chose qu'elle ne regrettait pas c'était de ne pas avoir cherché à savoir si sa mère avec sa prestigieuse famille, fondatrice d'une ville dédiée uniquement aux sorciers au Canada, était réellement une Sang Pure comme elle devait sûrement l'être au vu de l'histoire de ses ancêtres que Jellyka avait pu lire dans un bouquin. Le genre d'histoire qui fait que l'on était fier de sa famille, que l'on voulait continuer dans la lignée de ce qu'ils avaient fait. Mais la mère de Jellyka était morte à sa naissance et elle ne lui avait pas transmis cette fierté là. Jellyka n'avait eu que son père qui n'avait nulle fierté à retirer de ses propres ancêtres. Depuis le temps que les Rose vivaient dans cette décrépitude, Jellyka ne pouvait retirer aucune fierté d'avoir leur sang. Les gens regardaient son père de travers. Un sang pur fabriquant de Farces et Attrapes ? Une honte. Ils ne voyaient pas qu'il était le premier Rose depuis des générations à avoir réussit à ne pas céder à cette folie des jeux qui ruinait chaque membre les uns après les autres.

Enfin le résultat final était là : une fille qui avait toujours peu ou proue sut que sa mère était sang pur et qui découvrait quelques semaines avant sa commission que son père l'était aussi. Il lui avait suffit de faire un détour par le manoir en ruine des Rose pour comprendre pourquoi son père n'avait jamais évoqué ce fait. Il n'y avait aucune fierté à retirer d'être un Rose. Cela n'avait pas dérangé Jellyka, de fierté elle n'en avait pas. De statut de sang-mêlé qu'elle croyait avoir par son père, elle avait fait en sorte de l'avoir par sa mère. C'était passé comme une lettre à la poste. Sans doute n’envisageait on pas une seule seconde qu'une très probablement Sang Pure cherche à avoir un statut de Sang Mêlé. Oh elle n'avait pas dit que sa mère était Sang Mêlée, si on apprenait qu'elle était Sang Pure on en viendrait à s'interroger sur les motivations de Jellyka qui n'étaient autres que sa liberté. Elle avait dit la vérité : elle manquait d'informations ; elle ne connaissait personne du côté de sa famille maternelle qui puisse la renseigner et elle ne pouvait en ce sens pas prétendre au Sang Pur. Et on l'avait laissé partir avec cela. Parfait. Juste parfait.

Habituellement elle aurait bien rit intérieurement de cette vie de responsabilités qu'ils s'infligeaient. Mais là Jellyka avait abandonné la Lily aigrie, mauvaise avec Dia et c'est sincère qu'elle répondit :

"Cela te fait déjà beaucoup de responsabilités."

Sans doute que ce qu'il faisait ne paraissait pas grand chose mais même si Jellyka n'était pas Sang Pure, elle savait ce que l'on aurait attendue d'elle si elle l'avait été. Être parfait tout le temps, être un modèle. Il devait représenter ce qu'il y avait de mieux dans ce monde : il était sang pur. Tout reposait dans ce mot. Si son père recevait le mépris c'était qu'il n'agissait pas comme un sang pur. Avec ce statut tu te trouvais obligé de représenter avant d'être. Après on pouvait devenir ce que l'on représentait mais Jellyka était sûre qu'il y avait quelque chose de l'individu originel qui était perdu dans le processus.

"Je te souhaite donc bonne..."

Chance ? Non ce n'était pas de la chance dont on n'avait besoin quand on était un Mulciber, un sang pur. C'était un boulot à temps plein ce truc là et ne parler que de chance aurait été dégradant pour lui. Jellyka eut un blanc avant de se corriger :

"Je te souhaite de réussir dans ton entreprise. Celle pour devenir brigadier et toutes les autres que tu auras à mener."

Car il en aurait et dans la manière dont il avait dit les choses, elle se doutait qu'il le savait. Jellyka allait répondre à sa question quand le match commença. Lentement elle tourna la tête vers le stade. Elle devait regarder, elle devait regarder, elle devait... Elle tombait, elle tombait, elle

Jellyka ferma les yeux et porta les mains à ses tempes. Que ne pouvait-elle pas arracher ce cerveau qui lui jouait de si horribles tours. Répond à sa question le temps de te reprendre. Allez ! Vite !

"Non comme tu t'en doutes je ne viens pas souvent ici."

Yeux fermés, elle avait même réussit à avoir un ton de plaisanterie convaincant. Enfin son aplomb ne dura pas longtemps.

"Je... je..."

C'est bon calme-toi, respire, finit de répondre. Voilà...

"Je viens faire des recherches. Je... il faut que je regarde."

Elle devait avoir l'air d'une folle. Dia devait bien se marrer avec ses potes mais s'ils savaient combien elle s'en fichait. Ils avaient autant d'importance à ses yeux que des vers de terre se tortillant dans le sol.

Jellyka rouvrit les yeux. Elle respirait trop du coup la boule dans sa poitrine était enfoncée. Jellyka avait l'impression qu'on allait lui transpercer la poitrine, que la boule voulait briser sa colonne vertébrale pour sortir par son dos. Mais quelque part la douleur lui permettait d'oublier un peu le vide qui l'aspirait inexorablement. Mais non il ne t'attire pas.

Les balais. C'était tout de même magnifique. Insupportable mais magnifique cette manière de filer. Il fallait qu'elle puisse reproduire la même chose. Quels sorts pouvait-elle utiliser ? Quels matériaux ? Ca et puis cette ambiance dans les gradins, ces regards que les joueurs se lançaient, ces...

Jellyka détourna les yeux. C'était trop douloureux. Elle ne voulait plus respirer tant c'était douloureux. Le picotement dans ses mains indiquaient que ses muscles n'étaient pas content du sang qu'elle leur envoyait. Un sang beaucoup trop chargé en oxygènes. Ses mains allaient se tétaniser si elle continuait et puis après le reste du corps. Elle ne l'avait plus fait depuis si longtemps mais elle n'avait pas oublié la sensation.

Son cerveau, son corps la maudissait de rester là. Mais Jellyka ne céderait pas contre des choses qui n'étaient que des inventions de son esprit. Elle ne céderait pas, elle ne céderait pas.

Se tournant de nouveau vers son voisin, s'accordant une pause plus que nécessaire même si elle ne serait pas en paix tant qu'elle serait là, elle demanda :

"Sais-tu quel balai le gardien des serpentard possède ?"


Ce balai paraissait particulièrement stable et robuste, pas forcément le plus rapide aurait dit Lily mais un balai efficace à l'évidence pour un tel poste. Il ne tenait pas forcément dans une course mais il réagissait vite ce qui était intéressant pour passer d'un but à l'autre. C'était celui-là qui intéressait le plus Jellyka et sans le voir, elle n'aurait pu le deviner. Elle n'avait pas à regretter d'être venue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 04/02/2013
Parchemins postés : 229



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Llewelyn Mulciber


MessageSujet: Re: Vertigo [Jelly] Ven 1 Mar - 17:44

Des responsabilités. Oui, on pouvait dire que Llewelyn en avait pas mal, des responsabilités. C'était si étrange, d'être responsable, comme Jellyka disait, à seize ans. Il n'enviait pas les sang mêlés, à cause de leur sang corrompu et foncièrement tourné vers le bourbisme. Après tout, chassez le naturel, il revient au galop, et bon, rien ne dit qu'ils ne vont pas dévier vers la facilité, et tous les trucs de moldus. Par exemple, Jellyka Rose pouvait très bien, un jour, se retrouver du mauvais coté. Tout le monde pouvait se retrouver du mauvais coté, il suffisait de voir ce qui était arrivé à Jugson. Llewelyn était critique à cet égard. Nous avons un rang à défendre. Un nom à porter. Ceux qui n'en sont pas capables et qui fuient sont des lâches. Llewelyn avait des idées très arrêtées là dessus, mais il n'avait jamais fui, cela au moins il en était sur. J'ai fait des erreurs, mais je n'ai pas fui.

Mais ce n'était pas forcément glorieux. Les responsabilités qu'il avait n'aurait pas du lui revenir. Tout ça était pour Benjamin. Le Serpentard le savait parfaitement. Il essayait de faire de son mieux, il essayait d'être aussi doué que son frère, mais ça ne marcherait pas. Ben était brillant ; Llew ne se voyait pas comme tel. Son frère ainé réussissait tout ce qu'il touchait. Llewelyn doutait franchement d'avoir cette capacité là. Pour Ben tout était facile. Et pour moi ? Je n'avais pas demandé ça. Oh, maintenant, je l'ai, alors je le ferais. Je montrerais que je peux le faire. Mais j'aurais toujours le regard de maman pour me rapeller que je ne suis pas le fils qu'elle voudrait voir en vie.

Pourtant, ce n'était pas ce qui l'arrêterait. Etre ce qu'il était, pour Llewelyn, ce n'était pas une question. Ce n'était pas un choix. Je suis Llewelyn Mulciber. Je suis l'héritier de Teddy Mulciber. Par défaut, surement, mais son nom lui donnait ce devoir. Sa fierté personnelle lui donnait ce devoir. Alors il prenait les responsabilités sans rechigner. Le Serpentard n'était pas résigné de nature, mais il acceptait ce qui était.

"Pas mal, ouais. Ca aurait du revenir à mon frère, mais j'ai pas vraiment eu le choix quand il est mort..."


Nom de Dieu, pourquoi est-ce qu'il lui racontait sa vie, à elle ? A l'origine, il ne connaissait pas le moins du monde Jellyka Rose. C'était juste une fille croisée au hasard lors d'un match de quidditch, match qui commençait bien pour les Serpentard, vu qu'ils menaient 30 à 10. Llew ne savait pas bien. Peut-être parce qu'elle avait aussi le vertige et que ça faisait un point commun. Il se mit à rire :

"Chance allait aussi, tu sais. Tout le monde en a toujours besoin, même les sang purs. Mais merci quand même. Et je souhaite la même chose."


Il était philosophe là dessus. Ce n'était pas parce qu'on était né dans une bonne famille que la vie n'était pas dure. Qu'on était à l'abri de tout. Peut-être que certains croyaient à ça, mais pas le Serpentard. Le jeune homme savait que c'était foncièrement faux. Ca n'a pas sauvé Ben d'être riche et puissant. Il écouta sa réponse. Il ne pouvait pas faire grand chose pour l'aider à ne pas paniquer. Une fois que le vertige était parti, impossible de l'arrêter, il savait ça mieux que quiconque. Llewelyn leva donc les yeux vers le gardien des Serpentards, William Harper. Son balai...Il réfléchit quelques instant, grimaçant lorsque le gardien vert et argent laissa passer un tir des Aigles. Pas un mauvais tir, d'ailleurs.

"Hm, ce n'est pas un Nimbus, ni un Eclair de Feu...je dirais un Brossdur 5. Ou alors un Brossdur 11, mais en tout cas un Brossdur. A moins que ce ne soit un Lancechêne 79, mais il ne me parait pas assez épais pour ça."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 28/08/2012
Parchemins postés : 647



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Jellyka Rose


MessageSujet: Re: Vertigo [Jelly] Dim 3 Mar - 10:39

La mort d'un proche... Jellyka ne savait pas ce que c'était, elle n'avait jamais connu cela. Bien sûr sa mère était morte mais elle ne l'avait même pas connu. A ses yeux elle n'avait rien à regretter. Sans doute parce que son père avait su combler cette absence... quoique non. Il n'avait jamais joué le rôle de mère. C'était d'ailleurs sans doute pour cela que Jellyka était aussi peu féminine... Oh elle n'était pas la caricature du garçon manqué mais... assurément elle sortait un peu du lot : des cheveux longs qu'elle coiffait à peine, un intérêt pour le sexe opposé inexistant dans le sens où elle n'y avait à vrai dire jamais songé... Oui son père n'avait rien comblé ; il avait juste fait en sorte, sans doute sans même le vouloir, que le trou appelé "absence de mère" n'existe pas. Il n'avait pas été rempli, il n'avait pas été caché, il n'existait tout simplement pas

Ainsi elle ne savait pas ce que c'était de perdre un proche et elle ne le saurait sans doute pas avant longtemps au vu du peu de personnes proches qu'elle comptait dans son entourage. Elle ne pouvait donc pas prétendre comprendre, compatir ou quoi que ce soit d'autre dans le même style sans être la plus sombre des hypocrites. Oh elle l'était souvent, Jellyka ne comptait plus le nombre de fois où son sourire à Poudlard n'était qu'une façade et non pas quelque chose de sincère. Mais en l'occurrence, elle s'était montrée plutôt ouverte alors elle n'allait pas rajouter au vertige, le soucis de jouer l'adorable, gentille, petite mignonne élève de Serdaigle. Rôle qui commençait à la gonfler plus que de raison qui plus est...

Il n'y eut donc pas de "toute mes condoléances", pas même de "je vois" ; elle ne voyait rien. Elle ne poussa toutefois pas les choses jusqu'à lui sortir "on a toujours le choix". Une phrase si facile à prononcer mais qui ne prenait pas en compte l'essence de l'humain faillible et mortel, humain qui vivait sur une montagne de constructions humaines tel que l'honneur qui poussaient souvent les hommes à ne pas avoir le choix là où fondamentalement ils l'avaient.

Il n'y eut donc qu'un silence. Pas un silence gêné. Jellyka n'avait rien à répondre à cela et elle l'assumait. Pourquoi toujours faire croire qu'elle devait parler là où elle n'avait rien à dire. Llewelyn n'attendait d'ailleurs sans doute pas de réponses, ni une quelconque marque de sympathie ou de compassion à son égard.


"Chance allait aussi, tu sais. Tout le monde en a toujours besoin, même les sang purs. Mais merci quand même. Et je souhaite la même chose."

Cela n'aurait pas gêné Jellyka de ne pas laisser la place à la chance du tout dans sa vie. Certes elle aimait les surprises mais celles-ci n'étaient souvent pas bonnes alors si elle perdait un peu de fun dans sa vie pour un peu plus de contrôle, elle ne dirait sans doute pas non. Ne rien laisser à la chance... c'était utopique, elle le savait mais la chance était trop peu fiable pour que Jellyka ait réellement envie de lui confier ses projets d'avenirs. Elle préférait prendre les choses en main. Toutefois elle n'était pas d'humeur à partir dans de grands débats, aussi se contenta-t-elle de se réjouir du rire que cela avait provoqué chez le jeune homme et répondit à son tour :

"Merci !"

D'ailleurs ce n'était pas la seule raison pour laquelle Jellyka avait envie de le remercier. En effet il lui fit une réponse bien plus précise que ce qu'elle n'aurait cru à sa dernière question et Jellyka s'empressa de graver les informations dans un coin de son esprit.

Jellyka voulut attendre que les piaillements suraiguës de Dia et de son groupe -toutes contentes ou plutôt toutes hystériques du but qui venait d'être marqué par Serdaigle- s'arrêtent mais comme cela ne semblait pas arriver, elle prit sa baguette et informula un silencio sur Dia. Le temps que cette dernière comprenne qu'elle ne venait pas simplement de se casser la voix mais que Jellyka était à l'origine de cela, le match serait sans doute déjà finit. Alors que le groupe se taisait pour voir ce qui arrivait à leur camarade, Jellyka put enfin répondre :


"Tu as raison finalement... un peu de chance ne fait pas de mal et j'ai aujourd'hui celle de t'avoir comme voisin pour ce match. Merci pour cette réponse, cela va m'être très utile. J'aurai été bien embêtée si tu n'avais pas été là pour me répondre. Enfin j'espère que je ne te dérange pas trop."

Jellyka eut un sourire d'excuse ignorant volontairement le regard de Dia sur elle qui finalement se doutait de quelque chose. Il fallait dire que le silencio était le sort que Lily lui lançait dès qu'elle en avait l'occasion, elle était tellement mignonne quand elle essayait d'informuler en vain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vertigo [Jelly]

Revenir en haut Aller en bas

Vertigo [Jelly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-