POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Pour retrouver la gloire, il faut retrouver le travail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Pour retrouver la gloire, il faut retrouver le travail Lun 25 Mar - 19:38

La matinée était brumeuse. L'air semblait quasi inexistant. Malgré l'épais brouillard matinal, on pouvait distinguer la route des trottoirs. Bien heureusement, d'ailleurs ! Quelque part dans Londres, là où les transports se font rares et le bruit inaudible, une femme sortit d'un long bâtiment ancien datant du XIXe siècle. C'était sans nul doute sa résidence personnelle. La bâtisse possédait trois étages dans lesquels se trouvaient cinq appartements. La grandeur de ceux-ci variait en fonction de la rémunération de chacun de ses habitants. La dame en question possédait certainement le plus grand. Celle-ci était bien en chair et paraissait sans le moindre doute sûr d'elle vu le pas élancé avec lequel elle marchait. La bonne femme portait un lourd cardigan rose ainsi qu'une broche où un chat blanc y était représenté épinglée audit veston. Elle avait une lourde bague qui lui encombrait la main droite. Une large coiffe en pétales de roses dominait son crâne. On l'avait reconnu. C'était la sorcière-crapaud, l'ancienne Sous-secrétaire d'Etat au Ministre Cornelius Fudge.

Dolores Ombrage se rendait donc d'un pas hardi vers Gringotts, la banque des sorciers pour y retirer quelques mornilles. Pourquoi en avait-elle besoin ? C'était très simple. Elle désirait acheter une boite de chocolats pour le ministre de la magie actuel. La Dame en Rose voulait acquérir un nouveau poste au sein du Ministère de la Magie... et quel poste ! Elle voulait siéger en tant que directrice au département de régulation et contrôles des créatures magiques. Ainsi, Ombrage n'allait certainement pas se présenter sans un petit présent et un curriculum vitae digne de ce nom ! Elle passa donc dans une ruelle sale et ouvrit soudain une porte en bois pourri où derrière se dissimulait une cheminette. Elle allait donc se rendre à ladite banque. Elle jeta un peu de poudre de cheminette dans l'âtre ce qui produisit une énorme flamme verte. Ainsi, elle transplana jusqu'à Gringotts.

Dolores était donc arrivé. Le chemin de traverse se tenait devant elle tout en longueur. En poussant un léger gémissement, elle marcha jusqu'au bâtiment difforme qu'était la banque des sorciers. La sorcière crapaud poussa la porte après avoir inspiré grandement. Elle se retrouva dans une salle encore une fois tout en longueur où se trouvait des tables dressées en parallèle et au bout de cette file, une sorte de reception. Des gobelins dirigeaient l'endroit. Des gobelins, vous rendez-vous compte à quel point c'est grave ?! Mettre une bande de sauvage aux doigts crochus et au nez aussi long que les pieds d'un méprisant géant à la tête d'une banque ! Enfin... Ombrage marcha aisément en regardant le gobelin à l'accueil.

« Bonjour ! J'aimerais retirer de l'argent de mon compte ! »

L'affreuse créature ne bougeait pas d'un pouce et semblait rivée sur un registre. Quel imbécile de premier nom ! On ne leur avait donc pas appris la politesse à ces idiots ?! En se demandant si le gobelin avait bien entendu la requête de sa cliente, Ombrage crut un instant que le sordide petit homme ne lui répondrait sans doute jamais puis, dans un semblant d'espoir, la créature leva la tête en relevant avec son annulaire crochu ses petites lunettes en demi-lune. Il possédait des yeux noirs et des cheveux gris, arborait une mine déconfite et siffla dans un air désespéré.

«Vous avez votre clé ? »

Dolores pensa en un moment de pur plaisir égorger ce pitoyable personnage mais elle devait avoir un minimum de retenue. Ce ne serait que honte de toiser du regard un individu pareil !

« Bien sûr ! »

En esquissant un sourire qui trahissait ses pensées, elle sortit de son sac rose une petite clé qui était censée ouvrir son coffre. L'immonde créature l'inspecta soigneusement comme s'il venait de découvrir une nouvelle pièce. A son tour, le gobelin sourit.

« Madame Ombrage ! Suivez-moi ! »

Il était temps. Cet imbécile d'une sottise peu commune irritait notre ancienne Directrice de la commission d'enregistrement des Nés-Moldus. […]

Une heure avait passé. Le soleil commençait à se lever et à bercer chaleureusement le chemin de traverse. Chassant sans pitié l'infâme brouillard. Miss Dolores Jane Ombrage sortait d'une boutique de chocolats. Elle avait acheté les meilleurs. Elle se rendit désormais au Ministère de la magie, niveau 1, Bureaux des hautes sphères. La bonne femme passa une nouvelle fois dans une rue sale et tapota avec sa baguette le mur moisit de la rue. Sans doute un des ces raccourcis que Dolores connaissait par cœur depuis le temps qu'elle travaillait au ministère de la Magie. Effectivement, ce minable mur souillée d’immondices était un chemin vers le Ministère. Elle posa un pied surmonté d'un talon rose bonbon sur le sol carrelé en marbre de l'atrium. Elle se sentait revivre. Depuis le temps qu'elle n'avait pas travaillé ici ! Ahhh... Amour, Amour, quand tu nous tiens. On peut bien dire adieu Prudence...

Dolores se rendit aux ascenseurs avec une gaieté singulière. Elle arborait un sourire idiot depuis son entrée dans l'atrium. Elle croisa deux ou trois anciens collègues qu'elle salua respectueusement. Sans perdre une minute. Elle entra dans un ascenseur et monta au niveau 1. Elle marcha rapidement en émettant un cliquetis mystérieux avec ses talons. Le bureau de John Mulciber se tenait devant elle. Dolores frappa à la porte et attendit qu'on lui réponde simplement « Entrez ».
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 23/02/2012
Parchemins postés : 1286



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
John Mulciber


MessageSujet: Re: Pour retrouver la gloire, il faut retrouver le travail Mer 27 Mar - 12:03

Matin. Le soleil se levait sur le manoir de Oxburgh Hall, dans la brume presque sombre, éclairant le paysage d'une lumière fantomatique. John Mulciber ne dormait pas, à vrai dire, il était réveillé depuis deux bonnes heures. Il ne dormait pas beaucoup. Son sommeil étai toujours hanté de cauchemars, de rêves étranges, le plus souvent en rapport avec la démonologie, ou le combat, ou la mort. Ce n'était pas que ça le dérangeait vraiment, parce qu'il était habitué, mais il ne voulait pas trop y penser. La mort ne lui faisait pas vraiment peur, ce n'était là encore qu'une question d'habitude. Il y a des gens qui peignent, des gens qui écrivent, qui dirigent, qui font n'importe quoi de leur vie, il y a ceux qui se battent. Moi c'est différent. Je me suis toujours bien entendu avec la mort.

John était dans son bureau. Il écoutait les bruits de la maison, l'elfe qui passait, Marciana qui se réveillait, dans la chambre, à coté, le léger bruissement de la robe de la femme de son fils qui passait pour aller voir William, son gamin, à peine réveillé. Nathaniel lui même qui passait, faisant craquer le bois du couloir, et et qui descendait. John imaginait la scène, entendant ses pas sur le grand escalier de marbre noir, noir et or avec la balustrade, cet escalier brillant et poli, luisant d'un éclat sombre. Bien propre, l'escalier. John divaguait en fumant son premier cigarillo de la matinée. Son petit déjeuner refroidissait sur la table, à coté de lui, et il n'aimait pas les oeufs froids. Il ferma le dossier qu'il lisait, le rangea dans sa serviette. Il était temps de partir pour le Ministère. Lentement, il prit son manteau, qu'il passa par dessus son costume. Il écrasa avec méthode son cigare dans le cendrier, puis s'en alla tranquillement, sortant de chez lui pour se retrouver dans le jardin. La brume était toujours là, avec le soleil derrière. John transplana directement au Ministère.

Il y avait encore peu de gens. Ils arrivaient après, en général, et le Ministre était toujours dans les premiers. On le salua avec respect partout où il passait. Tant de monde, si peu que je connais, et ils me connaissent. Diable, ce ministère est une fourmilière. Soudainement, John décida qu'il n'aimait pas ça. Il prit l'ascenseur pour quitter le hall. Le monde commençait à arriver, et finalement, il se dit, en entendant les employés qui s'interpellaient, que ce n'était pas trop mal. Le bruit lui déplaisait parfois, mais il avait besoin de l'agitation et du mouvement;

John monta à son bureau, Fearbody et Hilliker venaient d'arriver. La première partie de la matinée fut consacrée à la lecture et à la réponse du courrier. Cela prit environ une heure, puis il fallut étudier et commenter les rapports des différents départements. L'après midi serait consacré aux dossiers urgents, en attendant, il devait avoir un rendez vous ou deux.

Il est temps de nommer quelqu'un pour remplacer De SaintClair. On disait que Dolores Ombrage était éventuellement candidate pour le poste, si ce n'était pas le cas, il la nommerait. On dit qu'elle veut la coopération internationale. Ca, John n'était pas d'accord. Je ne nommerais pas une ancienne du gouvernement Fudge et Scrimgeour pour représenter l'Angleterre à l'étranger, d'autant qu'elle n'a aucune compétence là dedans. En revanche, peut-être que le RCCM...Selon son dossier, elle y avait bossé, elle avait les compétences. Il faudrait réfléchir à ça, d'autant que si on excluait le passage de De SaintClair, ce département était loin d'être médiatique.

Mais il faudra qu'elle demande. Après tout, c'est elle qui voulait un boulot. John lança nonchalament, sans quitter son bureau :

"C'est ouvert !"


Dolores Ombrage entra. Elle avait l'air d'un crapaud rosatre, oui. John comprenait fort bien qu'on ne l'aime pas. Lui n'avait pas d'avis dessus. Elle était compétente mais venait de gouvernements bourbistes. Il était reservé dessus. Attendait de se faire son avis.

"Vous vouliez me voir, Dolores ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Pour retrouver la gloire, il faut retrouver le travail Mer 27 Mar - 17:36

La Dame en Rose entra doucement dans le bureau. C'était un bureau assez simple avec quelques fioritures anciennes qui rappelait à notre ancienne Sous-Secrétaire d'Etat le sien il y a de cela quelques mois.
Elle vit donc John Mulciber assit sur un large fauteuil dont la couleur paraissait âcre pour Dolores Jane Ombrage. Sans attendre, elle salua le ministre de la Magie.

«Bonjour, John ! »

Elle esquissait un sourire ravit quoiqu'un peu stressé. Son esprit était embrouillé par les paroles qu'elle pouvait ou non dire devant le ministre. Ainsi, Dolores ne prit pas la peine de s'asseoir, puisqu'on ne lui avait pas autorisé. Elle regarda Mulciber attentivement avant de pouvoir recommencer à parler.

«J'ai pensé à vous ce matin. Aussi, me suis-je dit qu'une petite douceur vous ferait le plus grand bien. N'y voyez aucun soudoiement ! Juste le plaisir d'offrir ! »

La sorcière crapaud ouvrit son sac dans un mystérieux silence et y sortit la boîte de chocolats destinés à John. Elle posa la boîte doucement sur le bureau et prit la peine de surenchérir.

«Comme vous pouvez le voir, John, ces chocolats ont été goûté et approuver par la rubrique cuisine de la Gazette du Sorcier. Je suis sûre que vous allez vous régaler... »

Ombrage esquissa de nouveau un large sourire. Elle ressentait une légère brise lui parcourir la nuque lorsqu'elle comprit qu'une fenêtre était ouverte, dans la pièce annexe du bureau de Mulciber.

«Quel temps ! »

Dolores, pria pour que Mulciber daigne s'interesser à son cas. Effectivement la direction du RCCM devait lui revenir puisqu'elle avait travaillé au Ministère et qu'elle connaissait déjà parfaitement les ficelles du métier. Ainsi, Dolores sortit un CV avant de se racler la gorge.

«J'ai effectivement une requête à vous soumettre. Comme vous le savez sûrement je suis arrivé au Ministère il y a de cela vingt ans. Vous devriez aussi savoir que je fus Sous-Secrétaire d'Etat auprès de monsieur Cornelius Fudge ! Un poste qui m'a valu la Direction de l'école de Sorcellerie de Poudlard. Enfin ne parlons pas de cela. J'ai ensuite été promue avec la plus grande joie Directrice de la Commission d'Enregistrement des Nés-Moldus. La chasse du bourbisme étant nécessaire, j'ai fait mon travail avec le plus grand soin. Pourtant, quelque temps après, j'ai été honteusement renvoyé de mon poste. Ni une ni deux, je me suis permise de prendre rendez-vous avec vous, John Mulciber, afin que vous ayiez une once de compréhension à mon égard et un minimum d'écoute. Comme vous le savez peut être, le RCCM est resté sans directeur depuis monsieur de Saint Clair. Aussi, je me propose, moi, Dolores Jane Ombrage, pour reprendre la direction du département et pouvoir imposer la discipline et l'ordre au sein du monde magique. Qu'en pensez-vous ? »

Dolores gémit alors quelque peu avant d'entendre la réponse du ministre de la magie.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 23/02/2012
Parchemins postés : 1286



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
John Mulciber


MessageSujet: Re: Pour retrouver la gloire, il faut retrouver le travail Jeu 28 Mar - 12:38

De manière personnelle, John Mulciber était médusé. Il ne détestait pas Dolores Ombrage, non, il eut été faux de dire ça. En revanche, on ne pouvait pas dire qu'il l'apprécia non plus. Le Ministre était foncièrement un homme honnête. Il n'aimait pas la corruption qu'elle soit à grande échelle, ou qu'elle consiste simplement à offrir une boite de chocolats. En plus, il n'aimait pas les sucreries. Personne ne m'achète. Je ne suis pas comme ça. On pouvait reprocher beaucoup de choses à John Mulciber, mais pas celle de ne pas être un homme droit. Non, globalement, cela il ne l'appréciait pas, et ce n'était pas un point favorable pour Dolores Ombrage. Mulciber sourit pourtant, d'un air froid, sans rien dire, pas plus qu'il ne fit cas des récriminations insidieuses de la bonne femme qui se plaignait sous couvert de banalités. Rose. Bon Dieu, elle est toute en rose...c'est effrayant. John eut la désagréable sensation d'être face à sa mère, Alice Yaxley, et ses amis. Des bonnes femmes minaudantes et mièvres, proprement imbuvables, se racontant des horreurs en buvant du thé et en mangeant des petits gâteaux. Oui, petite, tu n'essaies pas de me soudoyer...

"Eh bien, asseyez vous donc, et puis parlez, je dois avouer que mon emploi du temps est chargé et que je n'ai malheureusement pas le temps de vous voir très longtemps."

Traduisez cette déclaration pourtant aimable sur le principe, mais dites très froidement par : "plus tôt tu dégages, mieux ça me va.". Mulciber n'aimait pas ce genre de personnes, parce que Dolores Ombrage était une arriviste de première. Oh, certes, il admettait volontiers, très volontiers, même, qu'elle était compétente. Mais il restait quand même un problème de taille. Fudge. Scrimgeour. Malefoy. Dolores Ombrage s'adaptait aussi bien aux gouvernements bourbistes que puristes. C'est une arriviste. Elle pourrait très bien trahir, tôt ou tard. Valverde voulait la faire passer en commission de sécurité, et il avait raison, quelque part. Mais John avait compris quelque chose avec les arrivistes. Ils voulaient monter à tout prix, et il savait que tant qu'il avait le pouvoir, ils lui seraient fidèles. Tant qu'il pouvait leur promettre quelque chose. Pas tant qu'il leur donnait. Tant qu'il promettait. La nuance était importante. Il fallait juste la faire fonctionner à la carotte, et utiliser ses compétences.


"Mouais, vous avez des compétences, de ça, je n'en doute pas. Je sais bien que vous avez travaillé au RCCM avant l'avénement du Lord, mais c'était avant, justement sous des bourbistes. Et la règle est simple. Je ne prends pas de gens ayant des convictions allant à l'encontre de notre régime. Au contraire, je les fais emprisonner. Vous comprenez ? Alors dites moi. Qu'est-ce qui me prouve que vous ne nous trahirez pas ? Qu'est-ce qui me prouve que vous êtes une loyale partisante du purisme ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Pour retrouver la gloire, il faut retrouver le travail Jeu 28 Mar - 18:56

Le ministre de la magie avait donc parlé. Pas un seul bruit ne se fit entendre après ses paroles. Dolores réfléchissait. Mulciber avait un talent inébranlable, seul un idiot le contesterait. Ombrage lui avait offert une simple boîte de chocolats qui devait ravir notre ministre. Il ne le fut par lors. La sorcière crapaud passa outre et écouta donc John parler.

Ainsi donc notre dirigeant voulait plus que des mots. Amplement normal pour un homme de son rang. Il devait savoir si les employés qui le servait étaient digne de confiance. Ombrage prit une grande respiration avant de parler.

«J'approuve totalement votre point de vue, John. Vous avez totalement raison. Après tout, pourquoi faire confiance à quelqu'un qui servait l'ancien régime ? Cependant, je pense ne pas vous avoir bien compris. Si vous insinuez que j'approuve les méthodes d'un régime n’imposant aucune discipline, vous vous méprenez, très cher. Il est tout à fait normal que le ministre de la magie lui même se pose des questions quant à la fiabilité de ses employés. C'est peu être idiot, mais je pense sincèrement que des actions appuieraient davantage ma harangue que des mots. Ainsi je vous suggère de me placer dans ce département une semaine ou deux afin que vous évaluiez vous même ma fiabilité envers le régime puriste. »


Ayant parlée de cette sorte, Dolores esquissa un léger sourire de coin et laissa Mulciber dans ses plus profondes réflexions pour savoir quel jugement il apporterait au cas Dolores Jane Ombrage, ancienne Sous-secrétaire d'Etat et ex-directrice de la commission d'enregistrement des Nés-Moldus.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 23/02/2012
Parchemins postés : 1286



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
John Mulciber


MessageSujet: Re: Pour retrouver la gloire, il faut retrouver le travail Ven 29 Mar - 16:39

Que faire ?

D'un coté, ce n'était pas un département spécialement important. Ce n'était pas comme si Dolores Ombrage demandait la Justice Magique, ou n'importe lequel des services qui s'y trouvaient. Si ça avait été le cas, elle se serait pris un non retentissant d'office, car John Mulciber n'avait pas d'affection pour elle. Il reconnaissait certaines de ses compétences, mais il n'oubliait pas non plus qu'elle avait fait partie de deux gouvernements contre lesquels il avait lutté. Et elle minaudait, prétendant lui donner des leçons de politique. Méfiance, donc, méfiance. John était très sceptique sur ce qui se passait, vraiment. Et sur le personnage elle-même. C'était l'autre coté, car bien que moins important que d'autres départements, le RCCM restait un département du Ministère de la Magie, représentant le régime. Tryan De SaintClair, au moins, était compétent à ce poste, et même si son purisme n'était pas celui de John, au moins il avait l'immense avantage de ne pas travaillé, ou d'avoir travaillé, pour des bourbistes. Mais bon dieu , il était insupportable. Au moins, peut-être qu'elle obéira si elle est nommée...

Ce fut ce qui décida John Mulciber.

"Vous serez à l'essai. Si je ne dis rien, vous pourrez vous considérer comme ayant obtenu le poste. Votre salaire sera versé sur votre compte à Gringotts. Vous prendrez éventuellement contact avec votre prédecesseur pour de plus amples informations sur la manière de diriger le bureau. Demandez à Fearbody de rédiger votre contrat de travail en partant. Bonne journée, Dolores."

Il lui ouvrit la porte, et la ferma derrière lui. A son secrétaire de se débrouiller avec cette bonne femme, John n'en avait plus envie. Il adressa une note à Brom et Valverde sur son embauche, relevant le fait qu'il jugeait qu'on ne pouvait pas encore lui faire confiance et que sa nomination ne serait peut-être que provisoire, ajoutant qu'une surveillance discrète serait opérée sur Dolores Ombrage.

Même si tout ce qui intéressait cette femme était le pouvoir, et que par conséquent elle lui obéira, John Mulciber conservait ce doute. Il se méfiait. Mais il se méfiait toujours.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pour retrouver la gloire, il faut retrouver le travail

Revenir en haut Aller en bas

Pour retrouver la gloire, il faut retrouver le travail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-