POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI Lun 1 Avr - 23:26

Il était de ces matins où l'envie d'être seule prenait Ariana aux tripes. Elle devenait alors un véritable fantôme aux yeux du château dans lequel elle vivait presque toute l'année, depuis bientôt sept ans. Elle avançait, d'un pas discret, rapide, et élégant dans les couloirs de Poudlard. Sa démarche n'avait rien à voir avec celle des autres filles de l'école. D'une part car aucune n'avait sa prestance, mais également, et surtout, parce que personne, ou presque, n'avait reçu l'éducation d'Ariana. Venant d'une famille puriste jusqu'à la moelle, elle avait dû se faire aux traditions, aux tenues, et aux manières qu'induisait sa situation familiale. Une morale très spéciale, de laquelle elle s'était rapidement accommodée, et dont elle ne pouvait, au jour d'aujourd'hui, plus se séparer. Oui, mais des enfants puristes, il y en avait un paquet au château. Certains venaient même de Scandinavie, et quelques rares d'Amérique du Nord. Poudlard et sa réputation d'école de magie noire nouvelle acquise, ramenait une population nouvelle en son sein et c'était précisément ce qui faisait la force du domaine : sa diversité culturelle, rassemblée en un unique point : le purisme. Ce qui différenciait tout particulièrement Ariana du reste de la population de l'école, c'était plus précisément la richesse de sa famille. A vrai dire, mis à part Mulciber, il ne devait pas y avoir plus riche qu'elle à l'école. Une famille plongée dans les affaires depuis maintes génération, elle possédait encore aujourd'hui un monopole indéniable des affaires magiques en Scandinavie et faisait de l'ombre à toutes les entreprises importantes du Royaume-Uni. Oui, on pouvait le dire, les Bedan n'étaient pas n'importe quelle famille, et personne, ici, ne pouvait contredire Ariana là-dessus. Elle n'était pas n'importe qui, et elle avait un destin à accomplir. Une sorte de dignité à préserver, un honneur à conserver. Et cela la pesait plus que tout, jour après jour. D'où le fait qu'elle ait besoin de solitude.

Ariana Bedan adorait les cachots de Poudlard, et remontait que très rarement – pour les cours en fait - au-delà du premier étage. C'était là son dernier fief, et elle considérait ce qu'il y avait au-dessus comme le repère de la menace bourbiste juvénile et du ramassis d'insectes qui les suivaient. Elle ferait un grand coup avec l’Élite pour conquérir les étages un à un. Mais pour le moment, le sous-sol était à elle, et à personne d'autre. Elle sortit, pourtant, des tréfonds de l'école, et remonta jusqu'au hall d'entrée où elle se sentait, à chaque fois, toute petite devant la hauteur de plafond qu'imposait le lieu. Elle resta là, quelques instants, avant de sortir dans le parc où elle pu admirer la lumière matinale qui effleurait chaque grain d'herbe de la pelouse quasi parfaite du domaine extérieure de l'école. Son pas était d'un silence absolu, on n'aurait su la détecter, même en tendant l'oreille. Elle foula l'herbe jusqu'à la grande volière de l'école, gravit les marches, jusqu'à atteindre le sommet de la tour où elle s'accouda, cheveux au vent, au rebord du balcon presque en ruine. Elle patienta un temps ainsi jusqu'à l'approche d'un hibou qu'elle ne connaissait ni de son plumage, ni de son cri strident. Le rapace se posa jusqu'à côté d'elle, et lui tendait sa patte droite au bout de laquelle une lettre était fermement attachée.

-Allons bon, les lettres c'est pour Emma normalement...

Elle glissa ses mains vers l'oiseau qui se laissa faire docilement. Elle attrapa la lettre, puis dénoua la ficelle lentement, avec précision, jusqu'à ce que le tout tombe à terre. Immédiatement, le rapace s'envola d'un élan parfait. Son allure était fière et élégante, mais par dessus tout, on sentait la pure liberté de cet animal lorsqu'il était dans les airs. Ariana le regarda s'éloigner jusqu'à ce qu'il ne fusse plus qu'un point noir dans le ciel bleu.

Elle prit la lettre dans ses mains, lu lentement l'adresse qui était la sienne, puis retourna l'enveloppe et décocha rapidement l'ouverture pour se retrouver avec un papier officiel entre les mains, en provenance immédiate du Parti Puriste Anglais, ou plus communément du P.P.A. Elle parcouru les quelques phrases, assez succinctes, et cru tout d'abord à une blague. Elle regarda autour d'elle, comme si il était possible que quelqu'un l'observe pour se foutre d'elle et de sa crédulité face à la nouvelle qu'on lui annonçait. Elle était demandée au PPA, aujourd'hui, afin de traiter d'une affaire importante concernant les Jeunesses Puristes. Tout le monde savait que Maleficus avait démissionné de son poste voilà un jour ou deux. La Gazette avait retranscrit une interview rapide du jeune homme qu'Ariana aurait bien voulu mettre dans son lit au moins une fois. On savait tous qu'il n'était plus aux commandes de la jeunesse de la nation, la jeunesse du parti. Et alors, qui la dirigeait ? Plus personne. Et on envoyait une lettre à Ariana ? Coïncidence? Bien sûr que non. Ça avait forcément un lien avec l'histoire, quoique cela puisse bien être, Ariana peinait à croire que ceci lui était adressé, directement. Peut-être Mike Witcher avait demandé à d'autres grands noms des jeunesses puristes, comme Mulciber, ou même Engels qui faisait partie de sa famille ? Ou peut-être pas. Trop de questions qui restaient sans réponses.

Ariana couru alors direction le château. Elle remonta rapidement les escaliers du château, passa même le premier étage, et se pointa, en âge, devant le portrait menant à la salle commune des Gryffondors. Elle n'attendit pas plus d'une minute avant qu'un autre imbécile rouge et or sorti. Elle le poussa d'un geste et pénétra les lieux qui lui étaient normalement interdits d'accès. Elle chercha pendant un moment le dortoir des filles, se faisant juste insulter par les autres élèves. Vrai qu'elle n'avait pas bonne réputation dans cette partie de l'école, et mieux valait ne pas chercher la merde. Elle réussit à entrer dans le dortoir où sa sœur dormait paisiblement. Elle la secoua violemment afin de la réveiller rapidement.

-Emma ! Emma ! Debout putain ! Emma !
-Qu... Qu'est-ce que... Ariana ?! Mais merde qu'est-ce que tu fiches ici?
-Pas le temps d'expliquer, lève toi!

Emma ne traîna pas, enfila quelques affaires afin de ne pas paraître gueuse dans les couloirs, et suivi Ariana jusqu'en dehors de la salle commune. Elles prirent le temps de s'éloigner des zones de passage, et Ariana s'expliqua alors. La lettre, les événements récents, tout, et ses suspicions.

-Mais qu'est-ce que t'attends ?! Fonce!
-Tu crois?
-Ariana, écoute-moi, tu n'auras pas d'autres occasions. Souviens-toi quand je te disais d'être plus politique, de te faire voir autrement... c'est l'occasion !
-Mais je vais y arriver tu crois?
-Quelle question idiote. On croirait entendre un sang-mêlé ! Allez, vas-y!

Pas besoin de plus pour la jeune Bedan. Elle sourit à sa sœur, l'enlaça longuement, et l'embrassa sur la joue avant de filer aussi vite qu'elle était venue. Elle ne passa même pas par la Grande Salle, et descendit aux cachots pour prendre une douche fraîche et s'habiller de la meilleure façon possible. Aujourd'hui il n'y avait pas de cours, c'était un jour de week-end, et c'était tant mieux. Ainsi elle n'aurait rien à rattraper. Elle se vêtit d'une jupe mi-longue noire, serrée, et d'un haut légèrement ample laissant voir une partie de son dos. Elle enfila par dessus une veste qu'elle ne ferma pas complètement, des chaussures à talons relativement bas, et un maquillage discret qui ne manquait pas, cependant, de la mettre en valeur. Elle était une fille qui aurait toute la carrure nécessaire pour devenir une sorcière médiatique.

Elle ne se fit pas prier, et se rendit aussi rapidement que possible au bureau de transplanage de l'école où elle montra sa lettre de convocation. On l'accompagna jusqu'au hall même du Parti Puriste Anglais, où on la laissa vaguer à ses occupations. Elle se rendit à l'accueil, se présenta comme étant Ariana Bedan, convoquée par le président du Parti Puriste Anglais. On la fit monter jusqu'au sommet où elle patienta dans une salle d'attente luxueuse. L'étage était réservé aux deux dirigeants du Parti, d'un côté, Mike Witcher, celui qu'elle allait rencontrer aujourd'hui mais qu'elle connaissait car étant de sa famille éloignée, et de l'autre, Lincoln Crow. Le Directeur des Exécuteurs de Nuisibles, la puissance même du Ministère de la Magie, l'homme d'élite de l'institution magique anglaise... diantre qu'elle aurait aimé arrivé à ce point.

Finalement, la porte du bureau de Witcher s'ouvrit, et on vint la chercher. Elle s'avança d'un pas décidé, tranquille, elle paraissait d'une sérénité hors du commun pour une jeune fille, et sa prestance restait inchangée entre Poudlard et ici. Elle se présenta avec un sourire en coin, un sourire discret, aimable.

-Monsieur le Président, bonjour.

Les réponses aux questions allaient-elles venir?

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI Mar 2 Avr - 18:50

"Tu as vu ta femme ?
- Qui, Nancy ? Elle doit venir prendre Karen pour le week-end de Pâques. Je prie pour pas la croiser.
- Mike...
- Quoi ?
- Pâques c'était hier.
- Ah. Tu vas rire, je crois que je travaille trop, Evangelyn...
- Pff. Idiot, va."

Evangelyn Van Speer embrassa Mike Witcher avec un sourire pour lequel le président du Parti Puriste Anglais se serait damné. Il adorait Evangelyn, qu'il le veuille ou pas. D'ailleurs, cette question ne rimait à rien, puisqu'il le voulait. Mike adorait qu'elle vienne le déranger pour rien, comme ça, elle passait juste de temps en temps, et ça lui faisait une pause dans son emploi du temps chargé. Mais Evangelyn avait elle même ses propres contraintes, vu que travailler pour Lincoln Crow, ce n'était pas de la tarte non plus. Witcher n'enviait en rien le sort des exécuteurs, il connaissait trop bien son cousin, véritable bourreau de travail, pour cela. Lui aussi l'était devenu. La tâche de chef du PPA n'était pas si facile qu'elle en avait l'air.

Witcher était un homme travailleur, on ne pouvait pas lui enlever ça, et il aimait les défis. Le Parti Puriste Anglais partait de très loin. Ce n'était pas, à proprement parler, une institution importante. Witcher comprenait parfaitement le pourquoi de cette absence de poids. D'une le Parti était jeune. Moins ancien que le Ministère, et encore moins que l'Intendance, il lui restait à trouver sa place dans le paysage politique. Et deuxièmement, son absence de chef, et puis la trahison de Jugson n'avait pas arrangé les choses. Thomas Willem Jugson. Mike en serra les poings de rage. Il haissait proprement Tom depuis qu'ils étaient ensemble à Poudlard. Même maison, parcours assez semblable puisqu'ils avaient fait tous deux du droit, Tom était monté bien plus vite que Mike. Plus voyant, plus imposant, plus avide de pouvoir aussi peut-être, Jugson était tombé alors que le président du PPA montait. C'était la loi du plus fort, et Mike voyait ça comme le juste retour du bâton. On avait imposé Jugson comme Ministre. Lui avait travaillé avec, toujours. Mais Tom l'avait toujours méprisé. Sale con arrogant.

Intellectuel.

Witcher ne supportait pas qu'on le prenne de haut. Il n'était pas faible, il n'était pas n'importe qui. Il valait mieux que Jugson, et que toutes ses belles théories et ses grands discours. Lui était encore là. Lui n'avait pas trahi. Lui aurait choisi l'unique porte de sortie possible. La mort. Lorsqu'on recevait la Marque, c'était un honneur, une quête. Witcher se considérait lui même comme un outil, un rouage de la société, qui n'avait que des devoirs, qu'il devait remplir. Et ça lui donnait le droit d'être fier.

Jugson avait trahi, il était parti lachement.

Connard.

Mike maintenait la barre du PPA. Il adorait les défis, et il ferait ce qu'il fallait pour que ce Parti serve bien le purisme. Il avait commencé de grands chantiers, mis en oeuvre la popularisation du Purisme en Irlande avec l'Ordre Nouveau, il participait au repérage des élèments perturbateurs en informant ledit Ordre Nouveau des sorciers anglais qui ne s'inscrivaient pas au Parti. Il remplissait la mission diplomatique du Parti de manière calme, avec l'Irlande, et militairement, comme avec l'action menée en Allemagne. Restait à former la jeunesse.

Serpens ne l'avait pas aidé en démissionnant. Mike connaissait peu ce gamin, mais il lui semblait impliqué et ça l'ennuyait de le perdre. Il fallait nommer quelqu'un d'autre au plus vite. Qui ? Un élève d'une bonne maison. Gryffondor ou Serpentard. Pas de Poufsouffle, maison de ratés, pas de Serdaigle, maison d'intellos. Et un sang pur. Qui ? Mulciber ? Mike ne pouvait pas voir le petit copain de sa nièce en peinture, justemment parce qu'il était son petit copain. Sara ? Ce n'était en soi même pas une bonne idée, elle s'en foutait. Restait par exemple, quelqu'un comme Ariana Bedan.

Le dossier lui parut intéressant. Witcher prit son temps avant de faire son choix, analysant le tout en détail. Puis il prit une feuille frappée de l'emblème du PPA, et adressa la convocation à ladite jeune fille.

Une cousine éloignée, qu'elle était. Il la connaissait de nom, vaguement de vue, mais n'aurait pas pu la différencier de sa soeur, sinon peut-être par le caractère, vu qu'elle devait avoir celui des Serpentards. C'était un bon choix.

Vint le moment de l'entretien. Une gamine respectueuse et polie, voilà ce que vit Mike. Cela dit, il avait quitté Poudlard depuis trop longtemps pour pouvoir juger des jeunes gens en vérité. La secrétaire ferma la porte, et Witcher se leva. Il sourit, sa machoire carrée toujours balafrée par ses vieilles cicatrices. Il lui serra fermement la main, se rasseyant derrière son propre bureau, image tranquille d'un homme puissant avec son sourire et son costume sombre.

"Ariana, entre, assieds toi. Nous ne nous sommes pas vus depuis longtemps. Tes études vont bien ?"

Politesse élémentaires entre cousins éloignés. Puis il continua, allumant une cigarette :

"Je suppose que tu as vu la démission de Maleficus Serpens dans la Gazette. A présent, je dois nommer quelqu'un d'autre. "


Le style était direct. On sentait, clairement, les origines Mulciber de Witcher, renforcée par le coté militaire du mangemort. Il secoua sa cigarette au dessus du cendrier, la fixant d'un air inquisiteur, son regard sombre l'observant tranquillement.

"Je me proposais de te nommer toi. Tu sais pourquoi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI Mar 2 Avr - 21:52

La famille possédait une place primordiale dans le cœur d'Ariana. C'était l'entité intouchable, qu'elle ne pouvait pas trahir, à laquelle ne pouvait mentir. On disait souvent de la jeune fille qu'elle était aussi fourbe que le serpent qu'elle portait sur son écusson, mais si il y avait bien une catégorie de personnes qui ne pouvaient pas la décrire ainsi, c'était bien ses proches, par le sang. Devait-elle en déduire que son éducation induisait son comportement face aux différentes personnes qui croisaient sa route ? Ou devait-elle plutôt prendre ça comme un atout ? Après tout, sa famille était liée à une foule d'autres, notamment les Mulciber, les Witcher, les Sweet, et il était presque évident, pour une jeune sorcière de sa trempe, de se considérer comme supérieure au reste. Elle ne pouvait pas, psychologiquement, se rabaisser au niveau d'un sang-mêlé lambda. De une parce que son sang l'en empêchait, moralement, mais surtout parce que ses relations induisaient qu'on la connaisse partout où elle allait. Ainsi, parfois on ne tiltait qu'à l'annonce du nom « Bedan », et on ne savait parfois pas qui était Ariana Bedan dans la famille, mais quoiqu'il en soit, on savait obligatoirement à qui elle appartenait, les relations qu'elle possédait, et ce dont elle hériterait plus tard. En réalité, pour la plupart des jeunes de l'âge de la Serpentard, savoir qu'ils allaient hériter d'une fortune aussi colossale que celle des Bedan, leur aurait d'ores et déjà fait tourner la tête. Ca se chiffrait en millions de gallions, peut-être plus, ça n'en finissait plus de grimper, les coffres – oui, « les » - étaient plein à craquer, et à ce que l'on disait, il y avait même une protection permanente autour de leur fortune tant elle était convoitée par d'autres. D'aucun n'aurait eu l'audace de dire d'Ariana qu'elle n'avait aucun style, ni aucun goût, elle était pour le moins d'une finesse sans égale dans ces domaines là, que ce fusse vestimentaire, culinaire, parfumerie, ou même littérature, elle était d'une précision que cela en devenait, parfois, aberrant. Cependant, contrairement à son frère, Abarta, elle n'était pas dépensière en veux-tu en voilà. Elle ne jetait pas l'argent par les fenêtres et ne s'achetait des affaires que lorsqu'elle en avait, véritablement, besoin. Abarta prenait tout ce qui lui passait sous le nez. Que ce fusse des livres dont il ne comprenait même pas le titre, ou un chaudron qu'il possédait en soixante exemplaires au manoir. Il n'avait aucun notion de logique, ni même de préservation des biens. C'était en partie ce pourquoi Ariana était persuadée, à juste titre, qu'il n'hériterait pas du tiers de la richesse familiale. Est-ce que leur père s'exécutera comme le pensait alors Ariana ? D'aucun n'avait la réponse, mais Emma, elle-même, penchait du côté de sa sœur sur ce coup là. Non, Ariana ne dépensait pas n'importe comment, par contre, lorsqu'elle se mettait en tête d'acheter quelque chose, ce quelque chose devait être parfait. Peut-être même ce qu'il y avait de plus cher. Et c'était on-ne-peut plus justifié qu'elle n'avait pas besoin de regarder le prix pour se le payer. Ainsi, sa robe d'école valait plus cher que toutes les affaires réunies de ce bouffon de Peterson de Serdaigle qui était d'un miteux sans égal. Ce qu'elle portait au quotidien, lorsqu'elle n'était pas à l'école, n'avait pas de prix, et c'était précisément ce qui la trahissait le plus, plus encore que son nom : ses habits. On pouvait ne pas savoir qu'elle était une Bedan, rien qu'à la regarder on percevait qu'elle était plus riche que la plupart des autres sorciers. Et si l'on s'y connaissait un peu plus, c'est à dire, si l'on n'était pas un individu noyé par la vague nommée « Mode », on saurait immédiatement que ce qu'elle portait était unique. Unique, oui, fait sur mesure, généralement par des couturiers étrangers, renommés, qui avaient travaillés pour elle exprès car elle avait demandé à son père de le faire. En fait, si. Une personne pouvait actuellement dire qu'Ariana était fourbe : c'était bien son père. Lui qu'elle manipulait d'une aisance sans pareille mais avec un amour véritable qu'on ne saurait, pourtant, attribuer à Ariana Bedan.

Elle replaça une mèche de cheveux rebelle qui s'était frayée un chemin jusque devant ses yeux. Elle prit place lorsque Mike le lui demanda. Le siège sur lequel elle se plaça fut celui de droite. Notamment car elle se sentait mieux à droite, et puis parce qu'elle n'avait pas pour habitude d'aller à gauche. D'autant plus qu'il semblait plus confortable – bien que les deux furent le même modèle – et qu'elle s'y sentait comme chez elle une fois installée. Le velours qui ornait le coussin n'avait d'égal que la douceur qui l'accompagnait, d'autant plus que la couleur qu'il affichait exprimait toute la richesse des lieux. Le siège du Parti Puriste Anglais était également reconnu pour cela après tout. On savait que ceux qui le maintenaient à flots n'étaient pas les plus pauvres du régime et qu'ils mettaient le paquet pour paraître au top politiquement parlant. Est-ce que cela portait ses fruits ? Est-ce que cela ridiculisait le PPA car tout le monde le savait ? Au fond, on ne le saura jamais. Par propagande, ou simple retenu d'informations, quoiqu'il en soit, Ariana n'en avait, pour ainsi dire, rien à foutre. Elle appréciait tout autant que sa sœur la luxure et le témoignage qu'en faisaient les lieux. C'était suffisant pour que la jeune sorcière se sente bien dans un endroit comme le bureau de Witcher.

-Longtemps oui... d'un autre côté, je crois que cela fait un moment que les Witcher et les Bedan n'ont pas eu l'occasion de se revoir.

Et pourtant, ce n'était pas comme si la tache était compliquée. Autant Mark Sweet et sa femme avait rendu visite voilà quelques temps aux Bedan par simple courtoisie, autant, les Mulciber et les Bedan se côtoyaient régulièrement, autant ce n'était pas réellement le cas avec les Witcher. C'était une branche peut-être un peu plus éloignée, trop éloignée. Peut-être les relations n'étaient pas aussi faciles, ne coulaient pas de source. Tant pis, les choses se résoudraient d'elles-même, les Witcher et les Bedan viendraient à se voir plus d'une fois désormais... pourquoi ? Mais parce qu'Ariana ne comptait pas laisser une si belle occasion de gagner en prestige, à la fois pour sa famille, et puis, évidemment, pour elle.

-Mes études se passent bien, merci. Il se trouve que j'ai eu l'honneur d'être choisie par l'Inquisitrice pour participer au stage de liaison entre le Département de la Justice Magique et Poudlard. Je pense qu'il s'agit d'une bonne occasion d'apprendre à mieux s'y reconnaître dans un monde qui ne l'est pas aux premiers abords.

Si elle avait vu la démission de Maleficus ? Sans blague ? Elle n'avait fait qu'en parler avec Morgane et Laura le soir même de la parution du journal. Toute la nuit, ou presque, à spéculer sur l'avenir du bonhomme et du Parti qui l'avait accueilli. Elle n'avait pas saisi son geste. Pourquoi ? Pourquoi refuser un tel honneur ? On pouvait dire ce que l'on voulait aux journalistes, on ne ferait pas croire, cependant, à Ariana, qu'un type comme Serpens cherchait à donner la palme aux générations suivantes. Foutaises, il y avait autre chose, quelque chose de plus profond assurément, quelque chose de plus difficile à comprendre, et qui lui était très certainement personnel. Un élément qu'il ne partagerait, de toute façon, pas.

-Oui, je me suis tenue étroitement au courant de cette affaire. C’est regrettable que le Parti perde un élément aussi brillant que Maleficus que je connaissais personnellement.

La réponse était enfin arrivée. Comme un élément tant attendu et qui n'arriverait jamais. C'était tombé aussi lourdement qu'une brique dans l'eau, ça avait fait autant d'éclaboussures qu'un flan explosé, ça n'avait pas plus de sens aux yeux d'Ariana que n'en avait l'honneur d'être sang-mêlé. Cependant, pourquoi elle ? Bonne question ? Est-ce qu'elle le savait ?

-Je suppose que mon sang et mon ascendance n'y sont pas pour rien. Peut-être parce que je suis l'une des seules de Poudlard à m'intéresser à la politique, au purisme. Que je me soucis de l'avenir de notre jeunesse déphasée vis à vis du régime du Lord, de part une politique laxiste à Poudlard. Peut-être aussi parce que je ne suis pas inconnue des différents dirigeants du gouvernement, et que cela pourrait être un bon atout pour diriger les Jeunesses Puristes. Dans tous les cas, et quelles qu'en soit les raisons, Monsieur le Président, je suis honorée que vous ayez pensé à moi.

Et c'était au moins pensé avec sincérité. Elle n'était pas du genre à mentir dans ce style de conversation. Notamment car elle n'avait rien à cacher, et car elle était, de nature, du style à jouer cartes sur table. Elle tablait effectivement sur le fait qu'elle n'appréciait pas la direction de Poudlard... et alors ? Si ça avait été quelqu'un comme Valverde, tout aurait été différent.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI Jeu 4 Avr - 17:06

La politique puriste et Poudlard. Les deux sujets semblaient s'opposer. C'était l'avis général, et Mike Witcher le partageait. Non pas qu'il détestât Frederique LeeRoy, pour parler vrai, Witcher ne la connaissait pas assez pour dire ce que valait cette femme. Mais elle était selon lui trop jeune pour accéder à d'aussi hautes fonctions. Il lui semblait que ses relations avec l'Intendant y étaient plus pour quelque chose que ses compétences. Une chose que Witcher appréciait moyennement, lui qui croyait fermement à la méritocratie. Il était puriste, mais il croyait que les actes pouvaient plus ou moins racheter un sang mêlé. Plus ou moins. On parlait du même homme qui aurait été ravi d'un fichage des sang mêlés, et du fait que le secret magique soit aboli. Mike Witcher n'était pas un modéré, même si sa famille l'était. Et il était droit. Prônant la vérité plutôt que les magouilles politiques, son utilisation du Convent se basait surtout sur des faits. Secrètement, mais des faits. Witcher n'aimait pas mentir, mais il utilisait souvent la déformation de la vérité. Et s'il fallait vraiment mentir, il envoyait Sheridan.

Les Witcher partageaient avec les Mulciber la culture commune de l'honnêteté et de la droiture. Pas forcément de l'honneur, c'était différent. L'honneur imposait la morale, la morale imposait la faiblesse et l'impossibilité. La droiture revenait à dire qu'il ferait sans problème les pires horreurs, mais Mike ne le niait pas. Cette culture commune, elle n'était propre qu'à eux. On ne trouvait pas ça chez les Bedan ou les Jugson. Chez les Bedan, parce que la politique était leur spécialité. Chez les Jugson, parce que l'honneur prédominait-avant leur chute et leur déshonneur. Witcher n'était pas un politique, même s'il en comprenait les rouages, ni un homme d'honneur, ce qui l'avait éloigné, et avec lui sa famille, à l'origine simple et assez tournée vers ses terres, de ces familles, avec qu'il était pourtant parent.

Witcher n'était pas un homme d'honneur, mais ce qu'il n'avait pas mérité, il ne le demandait pas. Et surtout lorsqu'il n'était pas compétent pour le faire. Il était évident que le bourbisme s'était multiplié à Poudlard, nécessitant l'intervention de l'Intendance et du Ministère. LeeRoy se croyait indépendante, mais tôt ou tard le recadrage allait tomber. Ses erreurs se multipliaient, les élèves prenaient de l'assurance, et les traîtres devenaient provocateurs ouvertement. Elle n'arrivait pas à gérer, et si même une élève comme Ariana Bedan était capable de le voir, c'est qu'il était temps de faire quelque chose.

Le départ de Maleficus Serpens donnait à Witcher l'occasion de tenter, en collaboration avec le Ministère et l'Intendance, de redresser la barre. Les Jeunesses Puristes auraient du être prises en main mieux que ça, s'imposer à Poudlard, puisque c'était leur terrain d'action privilégié, là où il y avait des jeunes. Mais rien n'avait été fait pour ça, parce que si lui avait essayé, LeeRoy n'y était pas pour grand chose, et les différents présidents du Parti n'avaient pas aidé non plus. Mulciber avait autre chose à faire, Lincoln n'était pas resté assez longtemps, et Jugson...c'était Jugson, quoi.

Cette gamine était intelligente. Elle cumulait l'avantage d'être une sang pure, d'être intéressée par ce qui se passait, et réfractaire à ce que disait LeeRoy. Mike sourit, amusé, disant sur le ton de la confidence :

« Hm. Pour les apparences, mieux vaut ne pas critiquer trop mademoiselle LeeRoy. Mais nous avons besoin d'imposer une politique vraiment puriste à Poudlard. Messieurs Mulciber et Valverde nous accordons là dessus. Nous ne pouvons pas abandonner la Jeunesse, et sa formation a été délégué au Parti en partenariat avec la Justice. Il va falloir nous imposer, Ariana, toi et moi. Ce n'est pas un honneur, c'est une mission. Tu crois que tu seras capable de faire ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI Jeu 4 Avr - 22:06

Est-ce qu'Ariana aurait due se convertir plus tôt à la politique ? Aurait-elle due viser l'élite intellectuelle de ce nouveau régime prometteur et, pour une fois, symbolisant le mérite et la pureté totale. Nul doute que les Bedan avaient de l'impact, politiquement parlant. Elle le savait très bien. Mais elle savait aussi qu'Emma visait la politique – ou plus particulièrement les relations internationales. Laura visait, quant à elle, les Mystères, bien qu'elle fusse tout aussi intéressée par la politique que le reste de la famille. Au fond, Ariana avait le sentiment d'être comme tout un chacun en se rangeant du côté politique du régime. Pourquoi n'aurait-elle pas pu rejoindre l'armée ? Et les Exécuteurs ? Et toute cette part qu'on oubliait trop souvent chez les Bedan. Emma voulait absolument lui faire comprendre quelque chose. Peut-être qu'elle n'avait pas envie d'être seule à monter les échelons d'un département bureaucratique... mais Ariana devait-elle endurer la même torture en réconfort pour sa sœur ? Devait-elle se convertir à une vie presque plus banale que celle que menaient les différents sous-fifres du Ministère ? Car voilà, le nom Bedan avait beau être connu, ça n'empêcherait aucunement les directeurs de Départements de mettre Emma, ou Ariana, ou Laura au stade basique d'employé lambda. Elles pourraient gueuler, et gueuler, ça reviendrait, approximativement, au même. Alors pourtant, ici, une occasion unique se présentait. L'occasion de se faire un nom avant d'entrer, après Poudlard, dans un tout autre monde. Hors de question, pour la jeune sorcière, de finir en université magique. Ça ne l'intéressait pas, elle voulait entrer dans le monde du travail directement et aider la famille à prospérer toujours plus – déjà qu'elle était déjà bien réputée. Ici, elle serait une reine, elle serait, aux yeux de tous, une intouchable. Oui, elle serait médiatisée, et ce n'était pas pour lui déplaire. Oui, elle serait une cible pour la résistance, mais cette résistance là, elle l'attendait de pieds fermes, cette belle bande de strongulots mal séchés. Alors, oui, elle serait vulnérable en un sens, mais Dieu qu'elle se sentirait puissante. Elle, qui rêvait d'imposer sa vision des choses, serait enfin écoutée comme une personne responsable et capable. Enfin. Elle qui se battait depuis sa première année pour imposer un purisme d'un extrémisme sans égal, allait enfin pouvoir le faire. Sur un autre terrain, peut-être, mais sur la même jeunesse. Les moyens sont différents, mais la fin est la même.

-Je n'ai, je crois, aucune apparences à sauver ici, Monsieur le Président.

Elle disait cela avec le sourire, un humour qui laissait sous entendre aussi qu'elle savait parfaitement ce qu'elle affirmait, et qu'elle le pensait réellement. Un humour que seuls ceux qui étaient en eux-mêmes réfractaires à LeeRoy saisiraient, et Ariana pouvait affirmer, sans trop se tromper, que Mike était de ce genre là. Oui, sinon il n'aurait pas été aussi indulgent avec elle. Personne n'était indulgent avec personne pour le simple plaisir de la rassurer. Les moyens de pression aujourd'hui étaient la meilleure arme pour se faire une place. Ariana s'en servirait un jour, quand elle en aurait sous la main, et à ce moment là elle saurait parfaitement ceux qui auront été de son côté, et ceux qui se seront opposés à elle. Elle observait, elle encaissait, mais elle n'oubliait pas. Elle ne pardonnait pas. Elle n'était pas indulgente, elle. Un défaut ? Oui, en quelque sorte, on pouvait dire que c'était un défaut. En réalité, c'était surtout lié à ses nombreux caprice. Elle était bien trop capricieuse, et elle ne se cachait pas. Caprices, sur caprices, elle finissait par devenir irritable au moindre « non » donné. Au final, elle pouvait considérer qu'une personne était contre-elle pour un rien... c'était toute son agressivité qui s'exprimait dans cette manière excessive de voir les choses, et les gens.

Une politique puriste ? Voilà. Voilà enfin quelque chose de concret, quelque chose de tangible qui semblait réjouir la jeune sorcière. Elle croisa les jambes, et posa ses mains sur ses genoux et continua d'écouter le Président du Parti Puriste Anglais qui l'intéressait de plus en plus. Ses yeux passèrent de sa coupe de cheveux légèrement ébouriffée, à ses yeux perçants, jusqu'à sa barbe grise et noire qui lui donnait une allure virile tellement plus sensuelle. Non pas qu'Ariana aurait voulu le mettre au fond de son lit – elle n'était pas trop du genre à coucher avec des types de vingt ans de plus qu'elle – mais elle devait bien lui reconnaître un charme indéniable.

-Étant plutôt bien placée pour le savoir, je ne peux que vous appuyer Monsieur Witcher, la jeunesse est perdue. Complètement. Que ce soit à Poudlard, ou en dehors. Le purisme n'est pas assez présent dans notre vie quotidienne, et il serait important de le faire intégrer plus rapidement les mœurs de chacun.

S'imposer... s'imposer... il y avait deux façons de le faire : de manière violente, ou intelligente. Ariana était assez barrée pour connaître les deux. D'un côté, c'était dû à H qui avait voulu imposer l’Élite à Poudlard par la force de la baguette. De l'autre, Emma, qui avait voulu imposer elle et sa sœur comme le duo inséparable et à craindre de Poudlard, de manière intelligente, par la menace, par l'apparence, moins que par les coups. Que préférait Witcher ? Un ancien militaire aujourd'hui Politique ? Il connaissait mieux encore les deux façons de s'imposer qu'Ariana, assurément.

-Et nous imposer de quelle façon Monsieur?

D'un côté, elle n'était pas dupe, ça allait se faire sur le plan politique. Ramener les Jeunesses Puristes sur le devant de la scène. Oui, mais qui pouvait alors affirmer que ça n'agirait pas dans l'ombre en même temps ?

-Bien entendu que je me sens prête Monsieur le Président. Sinon, je ne serai pas ici.

Vrai que si elle n'avait pas été intéressée par l'offre, elle ne serait pas venue ici. Elle aurait, au mieux, fait acte de présence, mais n'aurait en aucun cas justifié sa venue, ni même sa potentielle raison de nomination. En d'autres termes, elle allait gérer les Jeunesses Puristes mieux qu'aucun autre dans ce régime. Et personne ne s'opposerait à elle.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI Sam 6 Avr - 16:53

Michael F.I.D. Witcher. On connaissait peu ce nom, au final, alors qu'il était celui d'un homme compétent. Witcher avait de multiples facettes, ce qui amusait ceux qui le connaissaient, et qui l'amusait beaucoup moins lui, puisqu'elles étaient finalement assez douloureuses. Il n'avait pas forcément envie d'y penser, d'ailleurs. On connaissait de Mike Witcher ce qu'il voulait bien montrer. C'était la meilleure solution que le mangemort avait trouvé. Il se voyait lui même comme étant effrayant, parfois, alors qu'auraient pensé les autres ? Qu'il était fou ? Sans aucun doute, mais il n'avait pas envie que ça se voie. Mike le savait, il n'était plus l'homme qu'il avait été. Il s'en souvenait pourtant. Il arrivait encore à sourire, encore à être, e apparence, un militaire jovial et séduisant, calme et accessible. Honnête et droit. Mais en apparence seulement.

Oh, Witcher était toujours honnête et calme, toujours patient, et toujours aussi stratège. C'était un chef dans l'âme, et on le respectait. Il n'avait pas besoin d'essayer à tout prix de s'imposer, il était naturellement ce qu'il voulait être. On l'écoutait, on parlait avec lui, on riait de ce qu'il disait. Il souriait et il avait l'air heureux. Mais il était loin d'être heureux en réalité. Witcher était devenu cynique, il observait le monde avec froideur. Il savait que dehors des ennemis l'attendaient, qu'il n'avait presque pas d'alliés, que tout serait difficile, et que la mort était là, au tournant. Witcher ne la craignait pas. Mais tout le monde trichait autour de lui. Peu voyaient autre chose que leur propre intérêt. Mike les regardait froidement. Il ne craignait personne. Et il continuait à sourire, voyant les ordures autour de lui, et ses yeux ne souriaient pas. Il y avait bien peu de gens vraiment convaincus qu'ils pouvaient aider le régime, bien peu de gens vraiment utiles.

Voilà sans doute pourquoi Witcher restait très sceptique face à un homme comme Tryan De SaintClair, ou à Frederique LeeRoy. Pourquoi ? Parce qu'elle ne faisait rien. Elle était inquisitrice, bon dieu ! Mais mis à part se vanter d'être la protégée de Brom et rester etherée, elle ne faisait pas grand chose. Witcher était persuadé qu'il aurait fallu quelqu'un d'autre. Ce n'était pas que LeeRoy était mauvaise. Mais elle était trop jeune, trop proche de ses élèves, trop inexpérimentée pour les cadrer. Il fallait quelqu'un qui aie de la poigne, pas une femme vivant sur une autre planète et décidant lorsqu'elle était en colère de frapper au hasard et injustement. Il fallait un cadre, du concret, et pour cela, il n'y avait pas trente-six solutions, il fallait s'imposer avec des gens qui y croyaient.

Il fallait avoir l'honnêteté de reconnaitre qu'il y avait un problème, et être sérieux, ne rien laisser passer, le traiter et le résoudre. Mike était un homme carré, et le Ministère et l'Intendance lui avaient délégué la tâche de former la Jeunesse. Witcher savait qu'un jour il mourrait, comme tout le monde, et en regardant Poudlard, il s'inquiétait pour ceux qui viendraient après lui. Seraient-ils capables de tenir la barre ? Il n'en était pas sur, mais on ne dirait pas qu'il n'aurait rien fait pour empêcher que ça arrive.

Ariana Bedan était une gamine intelligente. Elle comprenait ce que Witcher disait, et ne disait pas. Et c'était pour ça, bien plus que pour son sang pur, son amitié avec Serpen, le fait qu'elle présentait bien pour une gamine de son âge, ou toutes les raisons qu'elle avait pu donner, qu'il voulait la nommer. Witcher sourit et écrasa sa cigarette devant lui d'un geste volontaire. Honnête, froid, et séduisant. Sur le plan militaire, il était resté le même, stratège, montant au combat s'il le fallait, comme le prouvait sa présence en Irlande. Mais le temps qu'il avait passé au Ministère, et globalement sa vie, avaient rendu Mike froid et calculateur.

"Le service de sécurité de Poudlard sera contrôlé par le Parti, désormais. Il est plus que temps que les bourbistes soient éliminés. Leur permettre de se pavaner à l'intérieur du chateau sans rien faire est intolérable."


Cette première annonce était faite froidement. Tranquillement. Witcher irait lui même s'il le fallait, puisque personne là-bas ne semblait capable de faire fermer la gueule de gamins. Techniquement, ce qu'il comptait faire était simple. Imposer une loi martiale à Poudlard. La deuxième annonce était moins militaire.

"D'autre part, nous allons faire intervenir le Ministère, et l'Intendance, à Poudlard directement. James Eccleston a eu une bonne idée lorsqu'il a proposé le stage auquel tu participes. Mais ce n'est pas assez. Maintenant, nous allons toucher la masse."

Witcher sourit :

"Nous allons commencer bientôt. Il est temps que Poudlard soit vraiment un rouage efficace de la machine puriste. Je dois voir William Avery pour ça, et parler avec LeeRoy."

Même s'il ne comptait pas vraiment demander son avis à cette dernière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI Mar 9 Avr - 14:43

Poudlard. Une magnifique entreprise endoctrinement et de formation de futures troupes bonnes à être envoyées sans scrupules en Irlande. C'était un peu ce que le Ministère, et désormais l'Intendance, s'étaient fixés de construire. Une usine, ni plus ni moins, de fidèles. Est-ce que les choses se passaient exactement comme prévues ? Nul doute que non. Brom avait peut-être d'autres occupations que Poudlard dans ses papelards, et cela n'aurait en rien choqué la jeune sorcière qu'était Arian Bedan, mais force était de constater que rien n'était fait, là-haut, pour améliorer les choses. Mulciber n'avait pas eu assez de temps pour gérer ce problème. Arrivé en pleine crise, il n'était pas le meilleur Ministre que le gouvernement Puriste ait connu, mais aux yeux de la jeune Bedan, il avait le plus de crédibilité et de légitimité. Lui avait le mérite d'être réellement puriste, et n'avait rien à cacher, pas même la moitié d'un traître. Oui, Mulciber n'était pas un fin politique par moment, mais il était au-dessus de tout ce qu'on pouvait espérer de lui. Il était, et resterait, un fidèle du régime, un puriste, un vrai. Alors, dans ce minuscule chaos auquel semblait difficilement échapper Poudlard, on apercevait une espèce de trahison. Une espèce de route annexe qui n'avait été empruntée que d'une seule et unique personne. Cette personne avait fait en sorte – clairement – que les choses ne se déroulent jamais comme l'eurent prévu Brom ou Mulciber, ou le Lord, ou Scofield à l'époque. Cette personne n'était autre que l'Inquisitrice en personne. Bedan maudissait Jugson. Elle le maudissait car il avait trahi, et elle le maudissait car il avait nommé cette jeune adulte pas plus expérimentée qu'un strongulot en mare à un poste de haute instance. Pourquoi ? Pour réduire à néant les projets du Lord ? Ou parce qu'on l'avait obligé. Bedan partait du principe qu'aucune hypothèse n'était rejetable tant qu'on ne viendrait pas lui prouver le contraire. LeeRoy avait ses qualités, c'était une excellente professeur, attentionnée, proche de ses élèves, mais peut-être trop, justement. A ce qu'on disait dans les couloirs, elle clopinait avec Green, ou même avec d'autres femmes du régime. Non pas que ça dégoûte Ariana, mais elle trouvait cela fort osé de se taper une autre femme alors qu'à côté, Poudlard en lui-même s'effondrait sur ses fondations. Elle n'avait donc aucunement saisi le pouvoir de cette école. C'était un moyen de propagande unique qui menerait les élèves à adorer le Lord si c'était bien fait. Mais comment croire en Lui, avec Elle à la tête de l'équipe de direction. La moitié des élèves se foutaient de inquisitoire tant elle ne semblait pas importante, et dans la deuxième moitié, les élèves se divisaient en trois. D'un côté, les adorateurs. Ceux qui croyaient en LeeRoy. Cela étaient rares, qu'on se le dise, mais ils existaient. Venait ensuite le groupe bourbiste, ceux qu'Ariana haïssait par-dessus tout et qu'elle détruirait dès qu'ils montreraient le bout de leur museau mouillé. Eux n'écoutaient pas LeeRoy car ils étaient illuminés par une espèce de vision pseudo-révolutionnaire qui visait à refuser le pouvoir suprême des Ténèbres. Pensée bête et stupide, mais pensée tout de même. Enfin, et c'était là l'exemple parfait illustrant l'incompétence notoire de LeeRoy : l’Élite.

Pouvait-on, de toute manière, contrer l’Élite ? On l'avait avec nous, ou on l'avait contre-nous. Il n'y avait pas de demi-mesure, et il valait mieux être de leur côté, que de l'autre. Ils avaient d'ores et déjà écraser les menaces bourbistes naissantes l'année passée, ils recommenceraient au moindre signe de contestation, que ce soit de leur suprématie sur Poudlard, ou plus largement, de la domination Puriste. D'un autre côté, ils affrontaient la politique de LeeRoy, car ceux qui rejoignaient l’Élite ne la portaient aucunement dans leur cœur. Ils la voulaient dehors, pour avoir une véritable école, digne de ce nom, et pas une espèce de pâté laxiste indigeste. Ariana était une personne franche, mais elle n'était pas du genre suicidaire. Elle n'irait pas clamer sur tous les toits ce qu'elle pensait chaque jour. Elle ne se permettrait ses commentaires que devant certaines personnes, comme Witcher, comme Mulciber. Elle semblait si brutale par moment, elle était bien plus fine dans ses réflexions en vérité. Mais montrer autre chose que soi-même était son parti pris.

-Bien entendu, il serait extrêmement agréable d'avoir un véritable service de sécurité utile et efficace.

Elle croisa les jambes et replaça une mèche rebelle avant de se replacer au fond de son siège.

-A ce propos, Monsieur le Président, j'en profite pour vous parler d'une organisation de Poudlard à laquelle j'appartiens, et qui vise à la fois le purisme, et la suprématie du sang-pur par la force. Elle porte le nom d’Élite, et ne compte pas laisser les choses inchangées dans l'école. Nous avons déjà combattu une menace bourbiste l'année dernière composée, à l'époque, de Théodora Malaria, récemment inculpée pour crime, ainsi que John Adams. Je crains qu'un retour d'une bande pareille est prévue. Qui en fera partie, je ne peux pas m'avancer, mais je tenais tout de même à vous avertir que l’Élite veillera à ce que tout ceci ne fasse pas d'éclaboussures sur les entreprises du Seigneur des Ténèbres. J'ose alors vous demander un accord. Entre votre force de sécurité, et nous, membres de l’Élite. Nous ne pourrons pas agir librement sinon, et vous serez, irrémédiablement, dépassé, de part ces bourbistes qui connaissent mieux l'école que vos agents, et d'une autre part car vous n'aurez pas le soutien d'une force bien plus puissante, et tout aussi à l'aise à Poudlard qu'eux.

Si Ariana s'aventurait sur ce chemin risqué d'évoquer l’Élite devant un Mangemort aussi important que Mike Witcher, c'était notamment car Mercurius lui avait laissé à elle, et à Emma, la lourde tâche de la politique. L’Élite était une organisation bâtie sur la force et la supériorité, mais son importance indéniable au sein de l'école, et également ses affinités morales entraînaient forcément une implication politique. Et là où H ne souhaitait pas s'aventurer car ce terrain là n'avait rien d'intéressant pour lui, c'était les deux jumelles, membres de l’Élite depuis sa création l'année dernière, qui s'en chargeaient. Ainsi, la jeune sorcière avait choisi d'évoquer l'organisation devant le président du Parti Puriste Anglais. Car elle était certaine qu'il n'y avait qu'en osant qu'elle parviendrait à un résultat intéressant. Elle débutait en politique, et pour le moment, cela n'avait rien d'extrêmement excitant à ses yeux. Cependant, elle était intelligente, du moins suffisamment pour savoir qu'on ne gagne pas une guerre sans allié, et quoi de mieux que l'appui de l'unique parti politique du pays ? H n'y verrait pas d'intérêt, car il était renfrogné et fermé à tout ce qui n'était pas lui. Mais ceux qui avaient la véritable foi puriste, comme Llew, Laura, eux, verraient en cet accord le renouveau de l’Élite comme le gryffondor l'avait annoncé.

-Toucher la masse va nécessiter des moyens Monsieur le Président. Notamment car une partie de Poudlard ne se range dans aucune case politique. Ils sont « neutres » si cela peut encore avoir un sens. Les intéresser au purisme ne sera pas facile. M'est avis qu'il faudrait procéder lentement, afin de les sensibiliser à une nouvelle ère qu'apporte le Seigneur des Ténèbres. Ils n'y voient pas d'intérêt, pour le moment, car nous ne faisons pas partie du monde adulte. J'ai la chance d'être formée par ma famille, par mon stage, et par mes pensées, mais eux, qui ont-ils, à part leurs présupposés ? Il faut leur rendre une image plus que positive du purisme, une image qui leur permettra de croire que leur avenir est certain dans cette voie. Pour peu que ça compte, j'ai de nombreuses connaissances dans l'école qui me permettront d'organiser des événements puristes afin de sensibiliser les autres. Mais cela ne se fera qu'avec le soutien de l’Élite, et donc de vos agents.

Commencer bientôt ? Ariana n'avait qu'une hâte, c'était que les choses démarrent sérieusement. Elle avait réellement besoin de voir les choses changer. Plus d'un an avec LeeRoy aux commandes et on s'attardait toujours à savoir comment gérer quelques troubles de l'ordre ? Lorsque Crow était encore à la sécurité, les choses remuaient moins. On avait longtemps entendu parler de Franz le poufsouffle qui se serait fait couper le doigt par Lestrange et Crow. On se souvenait de l'altercation entre l’Élite et la Milice du Phénix qui s'était soldée chez Crow. On se souvenait de beaucoup de choses que Crow avait permises, et avait réglées avec impartialité et fermeté. Mais des souvenirs avec LeeRoy ? On n'en avait peu, voire pas. C'était bien le véritable problème de ce professeur après tout. Elle se croyait puissante et belle.

Mais elle était proprement impopulaire.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI Mar 9 Avr - 17:06

Mike Witcher aimait l'initiative. Il était un militaire, il donnait des ordres, il en recevait, en principe, il ne sortait pas du cadre. Il n'aimait pas mentir, pas improviser. Witcher créait un plan, il s'arrangeait pour le suivre. C'était tout. Il n'y avait rien là d'incompréhensible, c'était presque binaire. Mais Mike Witcher n'avait pas fait que l'armée, et il avait aussi appris que son honnêteté n'était pas forcément monnaie courante. Beaucoup n'avaient aucuns scrupules à servir leur intérêt personnel et a laisser tomber l'intéret de tous. De tous les gens, c'étaient des arrivistes, bien plus que des gens malhonnêtes, dont le mangemort avait appris à se méfier. Exemple typique, Crow. Magouilleur, et malhonnête, il l'était certainement. Mais dans le fond, il ne faisait pas ça pour lui, il n'en avait pas besoin. Il faisait ça pour la société, pour le régime, et en ce sens, ce qu'il faisait était excusable. Witcher croyait fermement, au final, que la fin justifiait les moyens, et que la grandeur valait le coup de se salir les mains. C'est pour cela qu'il tolérait la malhonnêteté, le mensonge, même si ce n'était pas sa tasse de thé. Chacun servait à sa manière. Il n'y avait au final qu'une chose importante.

La Marque. La fierté de servir le régime. Witcher, était, véritablement, honoré, fier, de servir Lord Voldemort. Pas pour le pouvoir que ça lui apportait. S'il l'avait désiré, Witcher aurait eu le potentiel suffisant pour être médiatiquement exposé, et avoir un poste plus important; Mais non. Il était là où il était le plus utile. Il restait un stratège, ellaborant des plans pour servir le Maitre, le servir bien. Pourquoi ? Parce qu'il se reconnaissait dans l'idéologie violente et dominatrice du Lord. Parce qu'elle lui donnait l'occasion de faire payer à ces ordures de moldus et d'impurs le fait de s'en prendre à des sorciers. Le glas avait sonné pour eux, tout cela était fini, bien terminé. Le Maitre avait le pouvoir, et c'étaient des gens comme Witcher qui dirigeaient.

Il faisait ça pour le régime, pour leur faire payer. Il faisait personnellement, pour lui, mais aussi pour le reste du monde, afin que les gens ne deviennent justement pas comme lui. Witcher regardait pas de trop près sa face sombre et violente, bien moins souriante que celle qu'il affichait, ici dans, ce bureau. Il savait que ce coté là existait chez lui, et il ne l'aimait pas, et ne souhaitait pas que d'autres l'aient. En conséquence, il éliminait ce qui devait l'être.

Il faisait ce qu'il fallait, son devoir, avec honnêteté et calme. Sans mentir. Mais il avait besoin de ceux qui le faisait. A un moment, il fallait mettre de coté ce qu'on était, et admettre que tout le monde pouvait être utile. C'était de la stratégie, ni plus ni moins. Witcher n'était pas un menteur, mais c'était un stratège. Il était décidé à ce que Poudlard ne devienne pas une zone de non droit. LeeRoy n'avait pas la volonté, ou les compétences pour le faire, peu importait, Witcher s'en foutait, ce n'était pas à lui de juger, si un jour elle tombait, il ne la pleurerait pas. Mais lui ferait son devoir.

Witcher n'était pas un menteur, mais il était radical et prêt à tout. Et il était bon en politique. Les ennemis de mes ennemis sont mes ennemis, même si je n'approuve pas leur méthode, ainsi pensait le mangemort. Aussi écouta il, vaguement amusé, ce que disait Ariana Bedan. Il voulait bien croire que ce groupe connaissait le terrain, et il voulait bien croire aussi qu'ils avaient de la bonne volonté. Même s'il ne pensait pas vraiment qu'ils étaient autre chose que des gamins. Enfin...des gamins dont le chef était Serpens. Peut-être que ça valait le coup de tenter, et il n'avait pas besoin de manquer d'alliés. Witcher sourit :

"L'Elite, hein ? Nous n'avons pas pour ambition de détruire ceux qui servent le purisme, même s'ils ne sont pas reconnus par qui de droit. Mais ceci va, d'une, changer, puisque le qui de droit, ce sera moi, et de deux, nous pouvons nous passer de l'accord de certaines autorités qui paraissent débordées. Tout ce que je veux, ce sont des résultats-que vous avez l'air d'avoir, j'entends. Alors dans ce cas je vous couvrirais. Si vous échouez, par contre...je pense que vous êtes assez adultes pour assumer vos erreurs. "

Il s'arrêta avec un sourire :

"L'idée est bonne, ne t'y trompe pas. Et nous félicitons toutes les bonnes volontés. Alors continuez. En silence. Et on s'arrangera pour que vous n'ayez pas de problèmes. Et puis après tout, nous sommes sensés repérer l’Élite, celle du régime, cette fois tôt...a toi d'en conclure ce que tu veux."

C'est à dire qu'il les surveillerait de très près pour en déterminer les meilleurs éléments. Car Witcher était bien plus intéressé que ce qu'il admettait par l'Elite. Et sur ce que seraient capables de faire ses membres pour le régime.

Tout était toujours bon à prendre. Il salua Ariana avec un sourire :

"Tu peux filer, Ariana. Nous devrions nous revoir dans peu de temps."

Très peu de temps, même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI

Revenir en haut Aller en bas

Politique puriste et nouvelle jeunesse FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-