POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Dossier n°C-004-DO - 13/04/2005

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Dossier n°C-004-DO - 13/04/2005 Sam 13 Avr - 23:30

« Vous avez vu avec Avery pour les prisonniers du compartiment B7 d'Azkaban?

— Oui, Monsieur le Directeur. Ils ont été exécutés et mis dans la fosse commune.

Bien. Savez-vous si on avait fait venir quelques autorités Irlandaises nouvellement nommées du Nord?

— Oui, Monsieur le Directeurs. Ils étaient là.

Envoyez ce courrier à l'Intendance. »

Valverde avait les yeux plongés dans la lecture d'un dossier. De fines lunettes posées sur son nez, il lisait avec attention pendant que Neeson prenait notes des directives du Directeur du Département de l'Ordre Nouveau. Sans aucun doute, les deux formaient une bonne équipe. Valverde avait récemment su s'entourer des bonnes personnes, telles qu'Althea, Neeson et Silverleaf.
Neeson avait su s'adapter au rythme du Directeur de l'Ordre Nouveau. Pour tout dire, Valverde avait un emploi du temps extrêmement chargé. Et une chose était certaine: il fallait suivre ou partir. Car le vieil homme n'avait nul le temps, en temps de guerre, de laisser d'imbéciles incompétents prendre de son temps et de son énergie.
Et c'était pour cette raison qu'il ne considérait pas Yaxley comme le "chef" des Commissaires du Sang. Car malgré tout, son fils avait toujours rêvé de prendre la place de Valverde à l'Ordre Nouveau. Il avait toujours rêvé de prendre la place de tout le monde, partout. Et il en avait oublié de s'occuper de sa propre existence. Valverde ne voulait en aucun cas qu'une once de Yaxley ait une influence dans son Département. Il avait trop donné d'énergie pour qu'une gangrène attaque son oeuvre et celle du Seigneur des Ténèbres. Il savait Silverleaf fidèle et compétente.
C'est tout ce qui importait.

Le vieil homme travaillait d'arrache-pieds depuis la matinée. Il était intervenu dans une conférence universitaire à l'Université Magique de Londres. Sa venue avait été très médiatisée. Les étudiants avaient la chance que le Directeur de l'Ordre Nouveau vienne leur parler de l'évolution de la question du Sang vu à travers la littérature épistolaire des hommes de droit. Car ce qui avait intéressé le vieil homme, c'était ce qui se cachait derrière les hommes politiques de l'ère bourbique. De quelle façon ceux qui prétendaient défendre le Statut du Sang-Pur ne le défendaient finalement pas, et au contraire, montrer que certains bourbistes cachaient très bien leur véritable façon de penser. Pour des étudiants de Droit Magique, Valverde avait voulu montrer qu'en politique, il y a ce qui s'affiche, et ce qui ne se dit pas. Et que la contradiction était parfois si grande qu'aucun équilibre de régissait l'esprit des hommes.
Ainsi, il était revenu aux alentours de onze heures pour la réunion quotidienne, légèrement retardée. Puis il avait consulté des dossiers, pris des notes, lu son courrier et les journaux de l'Intendance. Ne prenant pas le temps de déjeuner, il avait enchaîné avec un entretiens avec Witcher, frère de Mike, rédacteur en chef de la Gazette du Sorcier.
Puis il avait repris la consultation de quelques dossiers. Et depuis peu, il était plongé dans la lecture d'un cas assez spécial: Dolores Ombrage.
Le vieil homme, Mangemort Politicien, considéré depuis peu comme le numéro Trois du régime de Voldemort, détestait Ombrage. Il ne comprenait pas pourquoi ni la Justice ni toute autre personne ne s'était posé de question sur cette personne. Adepte de l'ambition démesurée, prête à tout pour asseoir son pouvoir imbu et orgueilleux, cette personne était à vomir. Et Valverde comptait bien lui faire comprendre que les personnes comme elles devaient se taire pour avoir une place dans le régime de Voldemort.

Au bout de quelques minutes, quatorze heures sonna.
Le vieil homme se leva. Il était habillé d'une longue robe fluide marron, avec des broderies noir et argent sur la poitrine et l'extrémité des jambes.
Il ne prit pas le temps de retirer ses lunettes, refermant le dossier posé sur son bureau. Il quitta la pièce assez rapidement, passant devant le bureau de Neeson, puis traversant le couloir central du Département de l'Ordre Nouveau.
Il arriva, comme de coutume, dans le hall d'entrée du Département de l'Ordre Nouveau. Hall circulaire, aux couleurs habituelles du Ministère de la Magie. Cependant, les bannières de l'Intendance étaient accrochées aux murs et la devise de l'Ordre Nouveau était inscrite en lettres d'or au sol. "Une seule Magie, un seul Sang, un seul Monde."
Puis Valverde emprunta le couloir des Commissions du Sang et de Sécurité. Rapidement, il atteignit la salle d'audience n°9, seule salle d'audience qui restait du temps où le Niveau 10 n'était fait que de salles d'audiences. Seul vestige de ce qui avait précédé la construction du Département de l'Ordre Nouveau.
Ombrage serait interrogée dans l'unique salle d'audience qu'il restait du temps où elle interrogeait pour le compte de la Commission d'Enregistrement des Nés-Moldus. L'ancêtre de la Commission du Sang.

Le vieil homme s'installa derrière le pupitre surelevé de bois noir. Il ouvrit le dossier qu'il tenait dans les bras quelques secondes auparavant, prit quelques feuilles de parchemins et y inscrivit des notes avec sa plume personnelle déjà présente dans la salle d'audience. Il était le seul qui utilisait cette salle.

« Faite-la entrer je vous prie. La voix glaciale et calme du vieil homme précéda l'entrée d'Ombrage dans la salle d'audience. On l'installa sur une chaise de bois, tandis que Valverde ne prêtait aucune attention à la petite dame. Il leva la tête. Dossier n°C-004-DO, du treize Avril deux-mille cinq. Interrogateur: Eris Leddicus Valverde, Directeur du Département de l'Ordre Nouveau auprès de l'Intendance du Royaume-Uni, Mage-Commandeur de l'Ordre de Salazar Serpentard. Interrogée: Dolores Jane Ombrage, Directrice du Département de Régulation et Contrôle des Créatures Magiques du Ministère de la Magie Anglais. Ses yeux froids fixaient avec concentration l'ancienne directrice de Poudlard. Derrière ses lunettes aux fines montures d'argent, le vieil homme semblait voir tout, savoir tout, comprendre tout de l'âme d'Ombrage. La sorcière devait avoir la désagréable sensation de se retrouver, de nouveau, devant un vieil homme à la sagesse entendue et écoutée et au calme déroutant. Mais Valverde, lui, se battait pour le purisme. Bien, Dolores Ombrage. Pouvez-vous répondre de votre fidélité au régime du Seigneur des Ténèbres en nous expliquant pour quelle raison vous avez soutenu le gouvernement Scrimgeour? Il est inutile, je pense, de rappeler que ce gouvernement a eu pour principal objectif la chute du Purisme et le combat du Seigneur des Ténèbres. Il attendit un temps. Ses yeux froids ne laissaient rien paraître. Je vous écoute. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Dossier n°C-004-DO - 13/04/2005 Lun 15 Avr - 20:15

Aujourd'hui  était un grand jour ! Alors que Big Ben sonnait midi, les volatiles de Trafalgar Square s'envolaient pour aller migrer vers les pays chaud. Les passants semblaient arriver en masse dans la ville. Surtout des touristes la plupart du temps. Ces moldus ne savaient pas quel danger ils couraient ! Mais certains sorciers ne savaient encore moins que l'épée de Damoclès régnait sur leur tête...

Dolores Jane Ombrage sortit de son appartement qu'elle avait acheté il y a cela trois années. Elle portait un simple costume rose bonbon surmonté d'un flot qui joignait les deux extrêmités de la veste. Elle marchait dans des chaussures à talons roses. Elle semblait de bonne humeur mais l'être et le paraître sont deux choses distinctes...

Elle traversa donc avec un élan considérable la place de Londres et s'enfonça dans une ruelle annexe où elle transplana. Elle arrivait bien prestement au ministère de la Magie. Elle aperçut alors Traverse qui lisait la Gazette du Sorcier dans l'Atrium, Yaxley prenait un malin plaisir de sourire aux employés d'un air ahuri et Mafalda Hopkrik regardait l'insigne « Magic is might de l'atrium ». Tout le monde défigurait Ombrage. La pauvre était dans de beaux draps. Ayant travaillé pour un gouvernement qui, à la base, prônait l'égalité des sangs, elle n'avait plus d'honneur à maintenir au Ministère. Elle faisait une moue particulière en s'enfonçant dans les ascenseurs. Elle rejoingnit le niveau 10. Le département de l'ordre Nouveau était tout aussi froid que les autres niveaux du ministère. Elle parut vite dans la salle d'audience où Eris Valverde l'attendait. On la fit s'asseoir dans une grande chaise en bois et Dolores n'avait plus qu'à patienter jusqu'à ce que Eris daigne parler.

 Dossier n°C-004-DO, du treize Avril deux-mille cinq. Interrogateur: Eris Leddicus Valverde, Directeur du Département de l'Ordre Nouveau auprès de l'Intendance du Royaume-Uni, Mage-Commandeur de l'Ordre de Salazar Serpentard. Interrogée: Dolores Jane Ombrage, Directrice du Département de Régulation et Contrôle des Créatures Magiques du Ministère de la Magie Anglais.  Bien, Dolores Ombrage. Pouvez-vous répondre de votre fidélité au régime du Seigneur des Ténèbres en nous expliquant pour quelle raison vous avez soutenu le gouvernement Scrimgeour? Il est inutile, je pense, de rappeler que ce gouvernement a eu pour principal objectif la chute du Purisme et le combat du Seigneur des Ténèbres. Je vous écoute. 


Dolores respira un grand coup et décida au grand damne de sa personne, de parler.

«J'ai effectivement soutenu le gouvernement Scrimgeour pour une seule raison. Comme vous le savez peut être j'étais il y a un temps, directrice de l'école de sorcellerie de Poudlard. Ainsi, je souhaitais plus que tout faire régner ordre et discipline dans une école qu'Albus Dumbledore dirigeait de façon … peu commune. Si j'ai soutenu Rufus Scrimgeour dans sa lutte contre le seigneur des Ténèbress ce n'est que pour une chose. Espérer acquérir un poste après l'odieux moment que j'ai passé avec les sales gamins de Poudlard. Mon seul désir, était que le Ministère soit réformé pour que l'ordre dans le monde magique soit rétabli! Nous n'osiez imaginer le nombre de décrets que Cornelius Fudge a validé sans mon opinion juste par la crainte que Vous Savez Qui était revenu. C'était un faible qui dirigeait les Sorciers. Désormais, Le mage noir a instauré la discipline au sein du monde de la sorcellerie ! Ainsi, en tant que digne employée du ministère de la magie, je m’efforcerai à faire régner l'ordre. »


Ombrage avait parlé. C'était à Eris de juger désormais de l'avenir d'Ombrage.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Re: Dossier n°C-004-DO - 13/04/2005 Mer 17 Avr - 14:40

Les yeux froids et calmes du vieil homme ne lâchaient pas ceux de la femme qui se tenait devant lui. Elle avait du déjà croiser Valverde dans les couloirs du Ministère, dans les années soixante-dix, du temps où il était un Mangemort de l'Ombre, et tout juste Juge au Magenmagot.
Mais Ombrage avait fait partie du Magenmagot, et peut-être était-elle à l'origine de lois contre les Mangemorts, dont notamment celles qui étaient apparues en 1996-1997, lors du mandat de Scrimgeour.
Elle ne pouvait le nier, le Ministre de la magie bourbiste avait été un Auror. Et la définition même d'Auror était antynomique avec celle de Mangemort. Les deux institutions se haïssaient, et la plus forte avait alors cherché à faire tomber l'autre.
Valverde le savait, si elle avait pu faire tomber le vieil homme pour avoir plus de pouvoir, elle l'aurait fait. Mais les années de corruptions étaient passées. L'ère bureaucrate de Fudge était terminée. Il y avait eu un unique soubresaut sous les Malfoy, aux premiers moments du Purisme. Mais il en était terminé de ces coups bas et sombres, qui n'ont rien d'autre comme conséquences que l'enrichissement personnel.
Eris Valverde était un politicien. Il avait grandi dans la méfiance de la corruption et avait appris à s'en servir contre elle-même. Mais il y avait une différence entre Ombrage et Valverde. Valverde était le Mangemort Politicien, celui qui mettait au service du Purisme les rouages complexes et sans-âmes de la politique. Ombrage, elle, était ce qu'on pouvait dire une ambitieuse qui cherchait à se servir des événements pour apporter plus de pouvoir à son ego, et plus de son ego à la politique du Ministère de la Magie.
En se retrouvant face à une telle personne, Valverde était content de n'être plus lié au Ministère anglais. Il le considérait comme sur la même longueur d'ondes que le Ministère Ecossais, ou Gallois. Et à l'Intendance, les choses étaient autrement. Car le lieu même de l'Intendance se trouvait dans un château reculé du monde, où une poignée de fonctionnaires, conseillers et secrétaires tournaient autour de la seule figure de Brom. Rien ni personne d'autre. L'Ordre Nouveau, l'unique Département de l'Intendance, se trouvait encore dans les locaux du Ministère de la Magie. Autrement dit, les conflits d'intérêts étaient absents de l'Intendance.

Le Directeur du Département de l'Ordre Nouveau écouta ce qu'avait à dire Ombrage.
Encore une fois, il n'en crut pas un mot. Pas un mot de ce que la petite dame lui disait de son action. Non Ombrage, n'avait pas cherché à imposer la loi du Ministère à Poudlard. Elle avait imposé sa propre loi. Et Fudge, dans cette folie -qui, cependant, avait servi au Seigneur des Ténèbres, avait pris la méthode Ombrage comme révolutionnaire et l'avait accepté sans discuter. Tant qu'elle éloignait la menace Dumbledore du Ministère de la Magie.
D'un autre sens, et cela, en tout bon politicien qu'était le vieil homme, il était possible de voir l'action d'Ombrage comme bénéfique. Elle avait permis la division -évidemment, sans aucune prémiditation de Fudge et de son gouvernement, et avait donc permis l'arrivée du Purisme et du Seigneur des Ténèbres. Lord Voldemort avait comme une dette envers cette femme.
Toutefois, et c'était sur le point de vue que s'arrêta le vieil homme, Ombrage n'avait pas voulu permettre le retour de Lord Voldemort. Bien au contraire, elle avait voulu empêcher ce retour.

Un greffier entra dans la salle d'audience.
Il se fit très discret, apporta une lettre au vieil homme où l'on voyait le cachet du Ministre de la Magie Anglais.
Valverde s'étonna de voir cette lettre, puisque Mulciber avait été capturé deux jours auparavant. Mais sans-nuls doutes cette dernière avait été rédigée, et suite à l'affolement de sa capture, on avait peu fait gaffe au courrier de Mulciber.
Valverde l'ouvrit, préservant un silence glacial entre lui et l'ancienne Sous-secrétaire d'Etat. Ses yeux noirs parcoururent le morceau de papier très rapidement - l'habitude de la lecture, puis se posèrent de nouveau sur Ombrage.

« Il semble, d'après John Mulciber en personne, que vous ne soyez plus Directrice du Département de Régulation et Contrôle des Créatures Magiques. Son regard était plongé dans celui de laccolite de Fudge. Ses yeux froids et calmes semblaient tout observer et sonder de l'âme d'Ombrage. La raison est l'absence d'inscription aux fichiers du Parti Puriste Anglais. Quelle explication pouvez-vous donner au régime que vous prétendez servir, Madame Ombrage? »

Elle agaçait Valverde à répéter à tout va le mot "ordre". A chacun son ordre. Et Ombrage était la preuve même qu'elle n'était pas très bien ordonnée psychologiquement. C'était une sadique, qui n'avait rien apporté de bon à Poudlard. Car, malgré tout ce que l'on pouvait reprocher à Dumbledore, lui au moins, n'avait pas eu la bêtise de montrer sa manipulation. Le bourbisme s'était infiltré avec une merveilleuse discrétion, sans que personne ne s'en rende totalement compte.
Au contraire, Ombrage avait cherché, en un an, à réformer toute l'école, embourbée dans un bourbisme bien ancré dans les moeurs de la célèbre école de Sorcellerie.

« Vous n'avez plus aucune raison de faire partie d'un gouvernement Puriste, Dolores Ombrage. Valverde garda un temps son regard sur la dame. Puis, il reprit. Par votre faute, des centaines d'innocents ont péri sous l'ère Scrimgeour. Vos compétences de Secrétaire d'Etat n'étaient pas à remettre en question. Toutefois, vous avez choisi de les mettre au service du bourbisme, quoique vous en disiez. Vous étiez au courant du retour du Seigneur des Ténèbres, vous connaissiez l'existence des Mangemorts. Au risque de ne pas paraître honnête face au régime, soyez-le au moins devant vous-mêmes. Vous n'avez eu aucun courage pour affronter la réalité et avez cherché à profiter des divisions pour instaurer votre égocentrique pouvoir. Valverde semblait faire couler chaque mot, dans un calme et une froideur impressionnante. Au nom du Seigneur des Ténèbres et de l'Intendance du Royaume-Uni, vous êtes interdite d'exercice de toute haute-fonction d'Etat. Aussi, vous pourrez vous contenter d'un poste de professeur, ou juge au Mangemagot. Sous l'accord des personnes qui dirigent les dites institutions. Valverde écrivit quelques notes sur une feuille de papier. Puis, il reprit, toujours avec ce ton sec et froid. J'espère de vous que vous ferez preuve d'intelligence et tenterez de servir le régime du Seigneur des Ténèbres et le Purisme à la place qui vous est due. Une chance vous a été donnée, lors de votre entrée au Ministère, vous l'avez gâchée en vous alliant avec des gouvernements bourbistes. John Mulciber semble penser, et moi aussi, que la dernière chance donnée par le Purisme n'a pas été utilisée à bon escient. Vous redeviendrez une sorcière du commun, et comme tout le monde, vous prouverez votre fidélité au Purisme. Estimez-vous heureuse de ne pas finir à Azkaban pour trahison. L'ordre auquel vous aspiriez tant vient d'être rétabli. Il ne vous reste plus qu'à vous en réjouir. »

Valverde ferma le dossier Ombrage.
Il se leva, parcouru de son regard la salle d'audience, posa un regard froid et mesuré sur Ombrage, puis quitta la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dossier n°C-004-DO - 13/04/2005

Revenir en haut Aller en bas

Dossier n°C-004-DO - 13/04/2005

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-