POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

L'art de diriger et l'art de détruire [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2009
Parchemins postés : 5644



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA6 - Guerrier Exceptionnel
Ma résistance magique est de: 15PV
Léon Brom


MessageSujet: L'art de diriger et l'art de détruire [SOLO] Lun 15 Avr - 18:11

Demeure des Faust, la première nuit du printemps.

Léon Brom était dans son laboratoire, au bureau de son Grand-Père, celui qui lui avait tout appris, celui qui lui avait montré les arts obscurs, son véritable mentor. Il était assis dans son siège, à sa place, en ce jour du 66 ème anniversaire de la mort de ses parents. Brom avait eut une pensée pour eux, naturellement, mais il en avait surtout eut une pour lui, car c'était là la date butoir de son passé.

Même les moldus connaissaient l'histoire de sa famille, qui fut racontée par un de leur proche en son temps, Goethe. Les Faust étaient liés à la traditionnelle démonologie, la plus puissant qu'il soit, et dans le pacte de sang qui fut signé, le Démon Majeur de l'Enfer, le plus puissant des serviteurs de Lucifer lui même, avait offert le pouvoir de la transmission de son invocation.

Tout descendant des Faust étant de 66 ans orphelin obtenait le pouvoir d'effectuer un nouveau pacte avec le premier des démons majeurs, Méphistophélès.

Son grand-père n'avait pas pu le faire, il était le premier depuis six générations à y prétendre. Et c'était ce soir qu'il avait obtenu ce droit, écrit avec le sang de ses ancêtres. Brom sirotait une coupe de vin, en toute simplicité, il ne bougeait pas, étant face à un dilemme, sa puissance lui permettrait d'invoquer un tel démon, il n'en doutait pas, ce qu'il craignait était la contrepartie que la créature exigerait en échange de son pouvoir. Il ne pourrait pas battre un tel démon, même avec le pouvoir d'Anubis. Son pouvoir était l'égal d'un demi dieu, il serait profitable, mais serait-il gourmand ?

La prudence la plus élémentaire dictait à Brom de laisser le démon en paix, mais au plus profond de lui, il savait pertinemment que rares étaient les démonologistes ayant accès à une telle puissance. Et il savait qu'il serait vraiment très stupide de ne pas en profiter. Son maître n'en saurait rien, car Lord Voldemort ne s'intéressait pas aux entités démoniaques, car il estimait son pouvoir suffisant à lui même, Brom comprenait ce sentiment, l'ayant ressenti à une époque, mais il avait ensuite côtoyé des puissances et des connaissances le surpassant, ce qui visiblement n'était pas le cas de son Maître.

Léon vida le reste de sa coupe, et la posa bruyamment sur le bureau. Il se leva, regardant le cadre resplendissant qui contenait l'arbre généalogique de sa famille, il regarda sa branche un instant, tristement seule et vide de toute compagnie, il leva sa baguette magique, décrochant le tableau de bois, il le retourna d'un mouvement du poignet et il regarda le verso de la toile : la Pacte Originel.

Signé par le sang du bon docteur Faust, il faisait ses "f" de la même façon que Léon. Brom lut les lignes en latin du contrat démoniaque, il les comprenait dans leur globalité, malgré le manque de pratique de cette langue ancienne. Il sourit un instant, et posa au sol le Pacte. Comme il l'avait apprit, il allait devoir montrer son pouvoir et son allégence à cette créature, un pouvoir lui serait donné en échange. Il le voulait ce don, il le désirait plus que tout, pour faire de lui plus qu'un grand sorcier, un Mage Exceptionnel.

Le Sorcier se dévêtit, et il était parfaitement nu quand il s'avança vers le parchemin, baguette à la main. Il prononça un mot inaudible en levant son bâton, avant de l'abattre vers son poignet, coupant ses veines gauches desquelles son sang jaillit rapidement, il posa sa baguette au sol, et pris soin de pas tâcher le parchemin de son sang. Il prit du liquide rouge sur ses doigts, et se dessina un crucifix inversé sur son front, il poursuivit sa tâche, notant en langue morte des promesses de haine de violence et puissance sur son corps via son hémoglobine.

Une fois recouvert d'écritures ensanglantées, il ramassa sa baguette et referma sa plaie d'un geste quasiment anodin. Il fit léviter le Pacte à hauteur de son visage, il posa son regard sur le nom du démon, prit une grande inspiration, il posa sa main gauche sur le papier et prononça d'une voix forte :


Voco Méphistophélès !

Le sang sur son corps se mit à briller d'une vive lumière, tout comme les écritures du Pacte. Léon Brom venait de libérer son pouvoir, il Le sentait. Il était là, dans la pièce, quelque part. la magie Lui donnait forme, lui donnait vie, une apparence, un but, et une puissance propre à celle d'un Démon Majeur. L'Intendant senti l'air se charger d'une fraîcheur nouvelle, il ne s'en inquiéta pas, c'était un signe de Sa matérialisation.

Les ombres semblèrent se rassembler devant lui, elles se compactèrent, telle la glaise servant au potier, afin de prendre une forme humaine. Presque humaine devrait-on dire, car l'être face à Léon Brom portait depuis ses tempes d'immenses cornes hélicoïdales qui longeaient sa voûte crânienne avant de redescendre de part et d'autre de sa colonne vertébrale. Le démon portait un costume trois pièce noir sur une chemise blanche, sa peau était d'une pâleur inégalable par un homme vivant. Ses traits faisaient penser à un Abraham Lincoln extrêmement cruel. Ses yeux avait un aspect parfaitement inhumain puisque ce qui devait être blanc était d'un rouge sombre alors que ses iris étaient d'un blanc d'une pureté effrayante.

Il prit la parole, d'une voix étonnamment proche de celle du Seigneur des Ténèbres :


Voilà bien longtemps qu'un Faust n'avait pas fait appel à moi. Je me demande même si je te dois encore allégeance Léon Brom... Ce pacte n'est pas le tien. Le dernier des Faust à m'avoir appelé était Sabellicus, il le fit dans les années 1850... Il le regretta, naturellement.

So tell me, que me vaut ce soudain intérêt... Intendant ?


Le démon força sur le titre avec un mépris peu commun. Il sourit afin de marquer sa propre satisfaction quand à sa cruauté, puis redevint sérieux alors que son invocateur prenait la parole.

Salut à toi Méphistophélès, deuxième Prince des Enfers. Je t'ai appelé car bientôt j'aurai une tâche titanesque à accomplir, et que ton pouvoir serait une aide précieuse et appréciable. mais pour en jouir nous devons reforger un pacte.

Un rire cruel retentit, un rire si froid et si emplit de méchanceté qu'il aurait pu en tirer des larmes à des individus robustes. Le démon stoppa son hilarité aussi vivement qu'elle éclata. Puis il répondit :

Un nouveau Pacte ? Avec toi ? Tu me crois assez stupide pour m'unir à quelqu'un qui détient le pouvoir d'absolution d'Anubis ? Tu le sais parfaitement, seules deux entités peuvent détruire les démons, les anges et les dieux. Anubis était un dieu, gardien des Morts de l'Egypte Antique, il a refusé allégeance à Lucifer comme à Jehova. Et tu crois que je te servirai alors que tu partage une partie de ses pouvoirs ? L'immortalité m'est trop douce que pour y renoncer humain...

Je ne te tuerai pas. J'ai besoin de toi Démon.

Ce ne sera pas toujours le cas, Léon fils de Georgius. Ne me crois pas ignorant parce que je vis dans le Purgatoire. Bien des hommes ont promis à bien des démons la vie avant de la leur ôter. Je ne serai pas un trophée de plus pour les Paladins et autres exorcistes. Servir de décoration de cheminée dans uen demeur de mage blanc c'est pas vraiment ma vocation. De plus ...

Léon le coupas net :

Assez. Tu ne me manipuleras pas. Tu es maître dans les Pactes de Sang, véritables Serments Inviolables entre Démon et Démoniste. En une clause sur le pacte toutes tes réserves disparaissent aussi vite que la virginité devant un Incube.

Tu ose me dicter mes actes homme ? Tu te méprends si tu pense que ta magie peut rivaliser avec la mienne. Je pourrais tuer le plus puissant des sorciers sans même me fatiguer, même celui auquel tu t'es soumis !

Alors que crains-tu de moi Démon ? Si tu me surpasse, si tu peux m'empêcher d'user d'une invocation double tu te protège du pouvoir d'Anubis à jamais. Tu as pour dessein de modeler un monde à ton image. Tout comme moi. Ensemble nous y parviendrons. Sans un démonologiste tu n'auras pas de prise sur le Monde des hommes. Je t'offre un nouveau monde sur lequel imposer un culte à ta gloire. Mais pour celà j'ai besoin de ta puissance et de tes connaissances.

Méphistophélès ne chercha pas à cacher sa tentation, il fit cependant une moue dubitative, car il connaissait trop bien le monde des dieux que pour se prétendre à se les mettre à dos :

Les Pactes de Sang ne font pas de moi le maître mais le serviteur Léon Brom.

C'est un fait que tu devras accepter. Soit tu craindras le pourvoir d'Anubis et ta mort, soit tu m'obéiras de gré ou de force. Dans tous les cas c'est moi qui ai l'ascendant sur toi Méphistophélès. Malgré tes prestigieux pouvoirs.

Le plus méprisable dans ton espèce est la suffisance des gens intelligents. J'ai horreur de ça.

Tu t'en accommoderas.

Très bien Léon Brom, descendant des Faust. Tu m'a prouvé ta valeur. Ton âme mutilée est aussi noire que la mienne. Je te suis ton débiteur, mais en échange de deux conditions :

La première est naturellement l'interdiction sous peine de mort d'Invoquer l'essence d'Anubis en ma présence dans une enveloppe corporelle.
La seconde est que tu accepte que je vive à tes côtés dans une forme non vivante et non corporelle. Dans un bijou, une montre, un vêtement, peu m'importe. J'y tiens afin de veiller sur mes intérêts. De plus cette existence te permettra de m'appeler bien plus rapidement.


Huuum, ta deuxième condition doit être soumis à une interdiction de tentative de possession. Sous peine d'invalidation du Pacte.

Le démon eut une lueure de vive colère dans les yeux et il répondit :

Naturellement humain.

D'un geste de la main gauche il fit apparaître un parchemin neuf sur lequel le Nouveau pacte des Faust était inscrit, de la droite, il fit apparaître une plume dans laquelle le sang de Brom était présent, fait qui fit se rendre compte au mage noire, qu'il était vêtu et que le sang sur son corps avait disparu. Léon relut le Pacte, par méfiance absolue envers le manipulateur de l'Enfer, tout était correct, alors il signa de son sang, le lien qu'il venait de renouer avec les vieilles traditions familiales.

Le démon disparut une fois la signature accomplie, un bracelet d'argent apparaissant à l'endroit où Méphistophélès s'était trouvé une seconde plus tôt. Des flammes noires le parcouraient sporadiquement, rappelant que le grand démon des Faust y avait trouvé résidence.

____________________________________





 



Multi-compte : Lord Voldemort,  Pr Naesala Gamp, Gauthier Paravell
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'art de diriger et l'art de détruire [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-