POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Rien n'est trop difficile pour la jeunesse || Evénement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 31/05/2012
Parchemins postés : 1504



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
James Eccleston


MessageSujet: Re: Rien n'est trop difficile pour la jeunesse || Evénement Mer 1 Mai - 14:56

Le bureau du Président-sorcier du Magenmagot avait bien changé d'aspect ces derniers jours. Il s'agissait toujours de la même pièce et des mêmes meubles, mais l'endroit semblait avoir soudainement rétréci. Des dossiers, des piles de parchemins encombraient presque tout l'espace disponible et, sans le soin scrupuleux avec lequel Cadwallader rangeait régulièrement la pièce, c'eût été un désastre. La raison de ce changement était la récente promotion de James Eccleston, l'occupant des lieux. Quelques jours auparavant, William Avery, l'avait officiellement nommé second du département ; dans la foulée, il lui avait annoncé qu'il quittait le pays pour accomplir une mission confiée par le Seigneur des Ténèbres, et l'avait donc chargé d'assurer l'intérim. Depuis lors, Eccleston essayait de ne pas périr enseveli sous la paperasse. Les dossiers, lettres, circulaires et autres documents qui parvenaient d'ordinaire chez Avery atterrissaient désormais chez lui, en plus de ceux du Magenmagot, et même avec l'aide de deux secrétaires – celle d'Avery n'ayant pas quitté son poste – il était difficile de se maintenir à flot.

Autant dire que le message de l'Ordre Nouveau arrivé la veilel sonnait comme la promesse d'un moment de détente pour James. Il s'agissait d'aller représenter le Département à Poudlard pour un événement un peu spécial, en l'occurrence le châtiment public d'un élève. Pas de dossiers, pas de parchemins pendant ce temps-là. Les deux secrétaires, nantis d'ordres précis, expédieraient les affaires courantes en l'absence de leur patron. Le jeune Mangemort, vêtu pour l'occasion d'un strict costume noir qui n'était pas sans rappeler sa robe de magistrat, arriva dans l'Atrium à l'heure exacte du rendez-vous. Il serra très brièvement la main de Valverde, plus chaleureusement celle de Crow, et tous trois partirent pour l'école de magie. L'Inquisitrice les attendait ; elle les mena aussitôt jusqu'à la Grande Salle, laquelle avait été vidée de ses meubles, à l'exception d'une haute estrade sur laquelle ils montèrent. L'endroit était méconnaissable, sans les longues tables des quatre maisons et les bancs...

Bientôt, une rumeur indiqua que les élèves arrivaient ; les portes de la salle s'ouvrirent, laissant entrer la foule en uniforme, et les conversations des gamins se turent presque aussitôt. Tous comprenaient, en entrant, qu'il se passait quelque chose d'inhabituel. Ils se rangèrent, par maison, à l'emplacement de leurs tables respectives, et Eris Valverde prit la parole. Quelques pas derrière lui, côte à côte, Crow et James se tenaient immobiles, très droits, presque au garde-à-vous, parcourant l'assemblée d'un regard glacial. Les paroles de Valverde résonnaient sous le haut plafond, mais ce n'était pas le ton habituel de ses discours. Cette fois-ci, il mettait les choses au point, avec toute la sévérité requise. Lorsqu'il eut terminé, il rejoignit les trois autres Mangemorts, et ce fut au tour de Crow d'officier. James garda la même posture rigide tandis qu'il écoutait son collègue et observait la torture qu'il infligeait à l'élève. Aucune trace de pitié sur le visage du juge, mais point de contentement non plus. Il était consternant de devoir en arriver à de telles extrémités.

Son travail achevé, Crow descendit de l'estrade et, fendant la foule silencieuse des élèves, quitta les lieux. L'Inquisitrice prit alors la parole, pour le troisième et dernier discours de la matinée. James ne parlerait pas. La Justice n'avait pas besoin de blabla. Elle était là, prête à châtier les insoumis, mais elle n'avait pas à argumenter. Il eut d'ailleurs été bien en peine de faire entendre le moindre mot ; à peine LeeRoy eut-elle achevé son discours qu'un vacarme incroyable éclata dans la Grande Salle. Des pétards, de la fumée, un gigantesque dragon qui avait l'air de se sentir à l'étroit dans la vaste salle... Des cris, des sifflets, des rires, des chansons... et quatre banderoles à la place des bannières des maisons, portant chacune le même slogan hostile à l'Inquisitrice. Eccleston sentait la foule des adolescents s'agiter. Ils étaient des centaines, et la révolte était contagieuse. Les cris se faisaient de plus en plus forts, et même des minuscules première année se joignaient au tumulte. Le professeur LeeRoy, en revanche, semblait avoir été stupéfixées sur place. James rejoignit Valverde et lui dit à l'oreille :

-Je vais conduire l'Inquitrice à son bureau, elle y sera plus en sécurité, et appeler des renforts, monsieur Valverde

Prenant la jeune femme par les épaules, il lui fit franchir la petite porte réservée aux professeurs, juste derrière l'estrade ; il sortit sa baguette magique et conjura un Patronus parlant pour avertir Crow. Le fennec argenté disparut ; à pas lents, James accompagna une LeeRoy choquée jusqu'à son bureau, avant de redescendre en hâte. Crow n'avait pas traîné : une équipe de Brigadiers avait investi la Grande Salle, ainsi que deux Exécuteurs. Tous avaient tiré leurs baguettes magiques. De quoi calmer tous ces braillards de mômes ! La fumée s'était dissipée, le dragon avait disparu, ainsi que les banderoles. Le jeune Mangemort rejoignit Valverde, prêt à se placer sous ses ordres s'il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 30/04/1996
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/03/2013
Parchemins postés : 39



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Georgie Travis


MessageSujet: Re: Rien n'est trop difficile pour la jeunesse || Evénement Sam 4 Mai - 19:34

Georgie eut un mal fou à s'extirper de son sommeil ce matin. Toute frissonnante et engourdie, elle pouvait encore sentir les mains de H Yakovsky sur sa peau. Avec un demi-sourire sur les lèvres, elle ouvrit prudemment les yeux. Il n'y avait rien à ajouter ; ça avait été une belle nuit. Cependant, un brusque souvenir la frappa comme un éclair. C'était aujourd'hui. Quelques jours plus tôt, la rumeur avait circulé dans le château. Darius Krieger, un Serpentard, serait torturé dans la Grande Salle. La présence de tous les élèves était -malheureusement- exigée. La Serdaigle se sentit brusquement ramenée à une réalité toute autre. Une réalité violente et froide. Un frisson désagréable parcourut sa nuque lorsqu'elle imagina la scène. Non, rien ne servait de se l'imaginer, puisque ce serait forcément pire. Tout en enfilant avec précaution son uniforme bleu et noir, elle se demandait ce que ce jeune homme avait bien pu faire pour mériter cela. Peut-être a-t-on découvert qu'il se positionnait dans le camp des Moldus ? Impossible, sinon on aurait parlé d'exécution publique. Finalement, elle décida d'arrêter de se triturer les méninges à trouver des explications. Du fait de cet événement particulier, les élèves de Poudlard étaient exemptés de cours aujourd'hui. Cela n'arrangeait pas du tout la jeune Travis, qui vivait presque pour les cours et l'apprentissage. L'air morose et agacée, elle descendit de sa tour tout en attachant sa tignasse blonde. Elle rejoignit un groupe de Serdaigle qui se rendait également à la Grande Salle. La progression avait une allure solennelle, ça ressemblait presque à un deuil. Aux yeux de Georgie, cet événement n'était qu'une façon pour le régime de prouver sa supériorité. Et d'écraser ses opposants en toute bonne conscience. Car le régime était supérieur, et si il ne rappelait pas de temps en temps qui détenait réellement le pouvoir, ça pouvait très vite déborder. Quoi que ce Krieger ai fait, il allait le payer très cher.

Un discours soulignant l'importance et le dévouement du régime précéda le châtiment du Serpentard. C'était un sorcier d'un âge déjà avancé qui parlait avec fermeté et ses mots sonnaient comme une menace. Darius Krieger était l'exemple concret de l'ennemi du régime puriste. Pour que chacun retienne bien la leçon, il allait subir les conséquences de ses actes en public. Le sorcier dégageait une assurance et une puissance presque palpables. Toutes les paroles qu'il disait, il les pensait et en était fermement convaincu. Cela se sentait dans le ton. Le moment pratique suivit le moment théorique. Le corps du Serpentard était maltraité, dégradé, mutilé. Les éclaboussures de sang tachetaient l'estrade en bois vernis. Le savoir faire du Mangemort en charge de la torture l'impressionna presque, tant il se donnait un mal fou à faire ressortir la souffrance. Un homme qui fait si méticuleusement son travail ne peut qu'être un des meilleurs éléments du régime. Georgie ressentait toute cette violence comme un avertissement, et se promit de ne jamais trahir son régime et ses convictions. Après tout, les raisons de ce supplice public devaient forcément concorder avec quelque chose qui concernait le bourbisme. Tout à coup, la Serdaigle adopta une allure méprisante à l'égard de la victime. Elle qui avait des idées profondément puristes, elle en vint à la conclusion que Darius Krieger devait mériter son châtiment. Il faut éradiquer la vermine tant qu'elle n'a pas quitté le nid, et l'étouffer dans l'œuf. Afin que jamais elle ne souille tout ce que les autres ont durement bâti.

Une fois que le Mangemort estima que sa victime avait été assez amochée pour servir d'exemple, il rangea sa baguette et se dirigea simplement vers la sortie. Sa démarche était dure et déterminée, comme les coups qu'ils venaient de porter à Darius Krieger. Enfin, s'ensuivit le discours de LeeRoy. Georgie esquissa un sourire mesquin à son égard, et aussi car elle se doutait de quelque chose. H lui avait fait quelques sous-entendus à propos de qui allait se produire aujourd'hui. Le pressentiment que la demoiselle avait était que ça allait être une véritable hécatombe pour LeeRoy. Il faut avouer qu'elle ne se trompa pas. Un nuage opaque se répandit à vive allure dans la salle, englobant tout ses occupants. Georgie ne pouvait même plus distinguer ses propres mains, mais elle trouvait la situation tellement amusante qu'elle se garda de bouger. H était doué, mais il n'était certainement pas le seul à avoir agit. Par simple curiosité, la blonde aurait voulu connaître l'identité de tous ceux qui avaient participé à ce chaos organisé. Des pétards explosèrent à intervalles réguliers, et un faux dragon se matérialisa, crachant des flammes inoffensives. La Serdaigle reconnut en son for intérieur que c'était du beau travail, mais, à sa grande surprise, c'était loin d'être terminé. Lorsque la poudre du Pérou se dissipa, les banderoles où sont habituellement affichés les blasons de la maison victorieuse se déroulèrent. Néanmoins, le message qui y était inscrit ne laissait pas de place au doute. "Casse-toi Leeroy". Certes, il y avait plus poétique, mais parfois, il faut savoir être laconique quand on veut être compris. Ce funeste événement tournait au règlement de comptes entre les élèves et la directrice de Poudlard. De quoi égayer un peu la journée. Toutefois, les autorités supérieures trouvèrent la plaisanterie moins à leur goût. Du renfort magique arriva, et très vite, tous les élèves furent encerclés par des adultes. Ils étaient tous prêts à les abattre si il le fallait, et Georgie faisait évidemment partie du lot. La tension monta alors d'un cran pour elle, même si elle n'avait rien à se reprocher. Ils pourraient très bien choisir de torturer d'autres élèves au hasard. Pour l'exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Re: Rien n'est trop difficile pour la jeunesse || Evénement Sam 11 Mai - 16:02

LeeRoy fit son discours.
Aussitôt, se produisit quelque chose de particulièrement innatendu. Des explosions retentirent après un assombrissement soudain de la célèbre Grande-Salle de Poudlard.
Automatiquement, Valverde invoqua un bouclier runique qui éviterait que quiconque puisse s'en prendre au vieil homme le temps que les choses n'étaient pas visuellement plus claires.
Le tout se transforma en un horrible spectacle de feux d'artifices, quémandés par quelques élèves alors inconnus, qui prirent la décision de s'en prendre à LeeRoy. Cette dernière fut alors attaquée physiquement et moralement, notamment par l'affichage des bannières qui signifièrent un très lisible "Casse-toi LeeRoy". Ironie du sort, c'est ce que préféra effectuer le grandiose Eccleston tandis que les yeux froids de Valverde gardaient le regard sur la foule amusée.

La baguette de Valverde pointa en direction des bannières qui prirent alors feu et se désintégrèrent. Le sortilège à double portée de Valverde réussit car les morceaux enflammés des bannières tombèrent sur quelques élèves, innocents ou coupables. Leurs habits s'enflammèrent à leur tour et certains élèves moururent, au sol, brûlés.
Les yeux de Valverde étaient d'un calme désarmant. Aussi, l'immobilisme du vieil homme, la isparition des bannières et la mort horrible de quelques élèves provoquèrent une élan de calme et de maintien de l'ordre soudain.
Eris Valverde était ce qu'il était. Ce n'était pour rien si Voldemort avait décidé de lui confier la tâche des nombreux discours, dont celui de Juillet 2003 au stade de la Coupe du Monde de Quidditch de 1994. S'il avait de nombreuses fois su emporter de grandes foules, il réussissait aussi à les calmes en un seul regard.
Car la jeunesse, et elle était loin d'être idiote, avait alors compris que ce n'était plus Crow, ou LeeRoy, subalternes de Mulciber lui-même subalterne de Brom qui les regardait. Il s'agissait là de Valverde, l'homme de confiance de Voldemort lui-même. L'homme qui tous les jours travaillait en collaboration avec Brom en personne.
Aussi, à la minute même, Eris Valverde représentait l'homme de l'Intendance, l'Homme de l'Union venu écouter mais surtout avertir la jeunesse.
Autrement dit, la jeunesse n'avait aucun grief contre un Homme qui avait choisi de les considérer en tant que moteur du Purisme. Contrairement à LeeRoy, Valverde regardait la jeunesse telle qu'elle était. Et là, face à cette statue de froideur et de calme, les élèves de Poudlard se retrouvaient devant une des mains de Voldemort. Et ils savaient pertinement qu'Eris Valverde était le dernier stade avant l'arrivée du Seigneur des Ténèbres.

En humiliant LeeRoy, ils prenaient le risque que Crow arrive. Puis éventuellement, faire face à Crow mènerait Eccleston à Poudlard. Et si Eccleston était à son tour humilité, viendrait le Conseiller du Ministre. Puis le Ministre, puis Brom, puis éventuellement le Seigneur des Ténèbres. Mais entre LeeRoy et le Seigneur des Ténèbres, il y avait de nombreuses marches à monter.
Or, Valverde appartenait à l'Intendance. Il avait été nommé par Voldemort en personne. Aussi, si à son tour, il était humilité par la jeunesse, il n'y aurait plus d'autres marches entre lui et Voldemort.
C'est sans-doutes ce que comprirent rapidement les élèves de Poudlard en voyant Valverde, seule personne encore présente sur l'estrade. Crow était parti, LeeRoy et Eccleston mis en sécurité. Aldureen était partie tenir quelques Serdaigles.
Il ne restait plus que Valverde. Vieillard presque inconnu par la Jeunesse, seul contre une foule d'élèves. Mais, le vieil homme fut fier de l'action de Brom. Il fut fier d'avoir vu l'Ordre Nouveau rattaché à l'Intendance. Car enfin l'arbre offrait ses fruits mûrs.

Quand les portes de la Grande-Salle s'ouvrirent pour faire entrer de nombreux brigadiers de la police magique et Exécuteurs, le calme était entièrement revenu.
Le tout en était presque gênant.
Valverde observa les élèves de Poudlard de son regard glacial. Comme une unique mise en garde.

Le vieil homme avait reçu le message de la Jeunesse, mais il fallait maintenant qu'elle se contrôle et qu'elle attende que l'aide du Seigneur des Ténèbres arrive.
Il y eut un moment de calme assez longs, où seuls les voix des Exécuteurs se firent entendre. L'un d'eux s'avança auprès de Valverde. Devant toute la foule d'élèves qui observaient.

« Tout va bien Monsieur le Directeur?

Il est un peu tard pour se poser la question, Monsieur. Valverde observa la foule de son regard froid. Puis reprit, avec un calme profond dans la voix. Un peu tard pour ce que vous représentez. Ôtez-vous de mon chemin, je vous prie. »

Le Directeur de l'Ordre Nouveau passa alors devant l'Exécuteur, puis traversa la salle sans aucun encombres. La foule d'étudiants observa le Mangemort Politicien traverser la salle, de son pas mesuré et fluide.

Une autre ère attendait Poudlard.
Il fallait juste que l'Ecole soit patiente et prête à jouer le jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rien n'est trop difficile pour la jeunesse || Evénement

Revenir en haut Aller en bas

Rien n'est trop difficile pour la jeunesse || Evénement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-