POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Pour un travail [PV Eris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Pour un travail [PV Eris] Mer 1 Mai - 2:10

Il trouvait le temps long. Ce n'était la faute de personne sinon de lui même... lui même et encore lui même. Trop de choses semblaient irréelles et pourtant étaient vrai, il suffisait de jeter un œil attentionné pour comprendre que le rêve était finalement éveillé. Il n'y avait pas de bruit dans cette pièce, juste peut être l'infime battement des cœurs, les respirations saccadés, calmes, forte ou faible, malade ou en parfaite santé. Quel genre de personne fait donc attention à ces petits détails qui n'intéressent pas les gens ? Actuellement, c'était bien le passe temps de Graham. Pas qu'en temps normal ça l'intéresse vraiment, mais l'ennui l'avait poussé à compter les différents bruits qu'il entendait. Après avoir compté le nombre de dalles qu'il voyait aux sols, il c'était attelé à cette tache dans l'attente de son rendez vous. Et quel rendez vous ! Il n'y avait pas de quoi sauter au plafond, non, pas vraiment. L'ex policier en arrêt maladie avait du mal à supporter cette convalescence obligatoire et cette nécessité de changer de poste pendant un long moment. Il n'aimait pas l'idée à devoir rester cloitrer devant un bureau. Mais... d'un autre côté, il pouvait aider la société à débusquer les nuisibles et tout ceux qui ne pouvaient rentrer dans la norme de la société. Graham pouvait-il se considérer dans la norme ? Honnêtement, il n'aurait pas juré de ce fait, surtout pas si on arrivait un jour à lire dans son esprit un chouilla dérangé qui ressemblaient plus à un foutoir dans un placard à balais qu'a une bibliothèque parfaitement rangé et classé. Le pire, c'est que s'en rien faire pour s'arranger, le jeune homme prétendait à cette bibliothèque parfaite. D'un autre côté, il n'avait pas vraiment l'envie de se pâmer d'un esprit aussi mal fichu que ce qu'était devenu le sien. Pas vraiment de sa faute au final.

Il jeta un œil à sa montre. Bizarre, était-elle arrêtée ou simplement n'avait-il jamais entendu les tic tac réguliers de celle ci ? Peut être bien. Graham avait un sens particulier des détails. Il releva les yeux, vérifia l'heure à l'horloge murale, constatant bien qu'il était un peu en avance, ce qui expliquait cet ennui. Pourtant, il n'était pas là depuis bien longtemps, à peine sept minutes lui soufflait sa conscience. Étrange, vu comme ça il aurait dit un quart d'heure. Mais le jeune homme était loin d'être patient, et au fond, malgré la confiance qui régnait sur ses traits, il avait l'impression qu'il allait être jugé. Il ne connaissait Eris Valverde que de nom et cela lui suffisait pour le convaincre que le bonhomme n'était pas à prendre avec bonne humeur et un simple sourire. Graham avait les motivations, ça pour sûr, mais il ne savait si l'entretient se passerait bien ou non, si sa petite voix n'allait pas venir lui murmurer quelques absurdités. Encore que, il pouvait ne pas en être influencé.

Enfin, 10h 15 sonna, à sa montre comme à l'horloge. L'heure prévue pour son rendez vous. Étonnant comme la ponctualité était forte par ici. Habitué à un peu plus de relâchement aux Etats Unis où le travail était tout aussi efficace, la bride était bien plus tenue ici et ne laissait pas place à quelconques bavures. Être mal vu dès un premier rendez vous, ça faisait quand même assez tache, surtout pour une embauche. Sans doute devrait-il parler de ses motivations, et tout le blabla. Même si il était sincère, ses actes ne parlaient-ils pas plus que ses mots ? Pas nécessairement, en tout cas pas dans le rôle d'un commissaire du sang qui avait plus à parler qu'a user de sort. Mais là encore, là dessus, Graham n'avait pas à se plaindre. Un homme vint le chercher, le secrétaire sans doute, le menant jusqu'au bureau d'Eris Valverde. Une des premières fois qu'il descendait à cet étage. En deux ans remarquez, ce n'était pas surprenant. L'américain avait déjà dû se débrouiller à refaire ses marques au niveau 2. Et dire qu'il le quittait pour une blessure, ça avait le don de l'énerver. Se levant, il serra cependant les dents sous le léger tiraillement, les os de ses côtes se tendant sur le coup du mouvement. Ce n'était pas bien pratique cette blessure en effet.

« Monsieur Valverde va vous recevoir, suivez moi.
-Très bien. »

L'homme grimaça légèrement, imperceptible pour rester professionnel, mais ce regard, Graham avait l'habitude de le croiser chez les personnes qui entendait l'accent américain, pas toujours apprécié d'ailleurs. Il fallait dire qu'il l'avait gardé très marqué et ne risquait pas de pouvoir s'en débarrasser. Ce n'était pas comme si il avait voulu de toute façon.

La première chose qui frappait dans ce bureau, c'était sans doute la lumière froide qui éclairait d'un seul tenant la pièce. Clair, lumineuse, mais glacée. À l'image de l'homme qui en était le propriétaire en jugea d'un simple regard Graham. Il laissa le secrétaire l'annoncer puis salua à son tour le directeur de l'Ordre Nouveau, respectueusement, du moins, du mieux qu'il le pu. Il attendit que Valverde l'invite à s'assoir, essayant d'éviter le regard de l'homme. Ce n'était pas que Graham eut peur ou quoique ce soit, la folie avait changé bien des ressentis en lui, mais justement depuis, croiser le regard des gens était assez déstabilisant. C'était souvent dans ces occasions que la petite voix s'en donnait à cœur joie.


Dernière édition par Graham Ferwright le Sam 4 Mai - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Re: Pour un travail [PV Eris] Jeu 2 Mai - 10:54

« Nous savons très bien que vous et le Secrétaire d'Etat à la Régulation du Sang avez le véritable pouvoir aux Etats-Unis, et que Luttwak n'est qu'un banal pantin. Nous avons d'ailleurs fait en sorte que cela arrive de cette façon. Cependant, vous devez convenir que vous n'êtes pas assez scrupuleux quant au comportement des Sangs-Mêlés. Je vous rappelle qu'ils doivent être étroitement surveillés.

— Nous le savons très bien Monsieur Valverde. Cependant, notre pays est en train de changer de voie et le Purisme s'installe peu à peu. Vous savez tout aussi bien que moi qu'il faut laisser les choses se faire.

Certes. La voix de Valverde était calme et froide. Cependant, en Angleterre, nous avons déjà du faire face à des violences et imposer le Purisme avec force. Seulement après est venue la diplomatie. C'est là que notre Département de l'Ordre Nouveau a joué son rôle. Vous devez faire en sorte d'imposer le Purisme par la force. Ensuite viendra le temps de la paix intérieure. Car le bourbisme gangrène tout des profondeurs d'une Nation. Et pour se rendre dans ces profondeurs, il faut faire exploser la Nation, pour mieux la faire cicatriser.

— Que conseillez-vous de faire?

Pour le moment, le Secrétariat d'Etat ne doit jouer qu'un rôle secondaire, de maintien et de continuité. C'est aux forces de l'ordre d'imposer la loi Puriste. Vous devriez vous entretenir avec notre nouveau Directeur du Département de la Justice Magique, je le suppose bien plus au fait des méthodes policières qui permettent l'installation d'une loi. »

Le bureau de Valverde était plongé dans son calme habituel.
Les trois personnes étaient assises dans la première pièce, réservée aux réunions. Une table rondes, huit chaises. Les yeux froids et observateurs du Mangemort ne lâchaient pas du regard les deux haut-placés américains venus en visite diplomatique.
Ils passeraient deux jours dans les territoires de l'Intendance et leur première rencontre s'effectuait avec Eris Valverde.
C'était lui qui s'était rendu un an auparavant dans différents états puristes afin d'y signer un accord qui viserait à endiguer géographiquement l'Irlande. Ainsi, l'Islande, l'Espagne, la France et les Etats-Unis avaient accepté de mettre en place différents sortilèges qui bloqueraient massivement les transplanages et autres moyens de transports à l'Ouest de l'Irlande. A l'Est de cette dernière, l'Angleterre faisait front. Nuls doutes que les bourbistes irlandais, aidés des hors-la-loi de l'Ordre du Phénix et de la Vague avaient trouvé un moyen. Mais le temps mis à trouver ce moyen de transport avait permis au camp puriste de gagner largement de temps. Et les puristes n'étaient pas contre un peu de temps. Il y avait toujours du bon à trouver en toute chose. Valverde ne l'ignorait pas.

Les deux membres de l'Etat magique des Etats-Unis quittèrent le bureau de Valverde quelques minutes plus tard.
La matinée allait être chargée. Il était dix heures, et Valverde était au Ministère depuis six heure du matin. Le temps de faire une réunion prévue plus tôt avec la Gazette du Sorcier, puis une autre réunion avec Yaxley et Althea. Depuis que Silverleaf était partie superviser les commissaires du Nord de l'Irlande, Yaxley était officieusement celui qui représentait les Commissaires du Sang de l'Ordre Nouveau. Une heure plus tard, à huit heure trente, les deux envoyés américains arrivaient au Ministère de la Magie.
Valverde n'avait donc pas eu le temps de lire son courrier, encore moins la presse. Il n'avait pas encore consulté les différents dossiers pour les Commissions du Sang et de Sécurité. Et a dix heures quinze, il devait recevoir un sorcier désirant un poste de Commissaire du Sang.
En temps de guerre, c'était indéniable que les journées de Valverde étaient remplies. Le Directeur du Département de l'Ordre Nouveau rencontrait toute sorte de personne, d'autant plus que l'Irlande était sur le point de tomber du jour au lendemain.
Le vieil homme, à qui on avait confié la tâche du message Puriste et de la purification du monde magique ne cessait de passer la plupart de son temps au Ministère. Et depuis que Mulciber avait été capturé, il recevait tous les jours des courriers des Mystères lui annonçant qu'ils avaient fait en sorte de faire taire quelques rumeurs à propos du Ministre. Valverde se devait alors de finaliser la mission du célèbre département anglais, et avait pour objectif de fixer quelques petites phrases dans quelques oreilles quelque peu corrompues.
Car les personnes tenaient pour vrai ce qu'elles avaient peur de voir vrai. Il suffisait de les rassurer, en leur faisant accroître d'autres peurs plus grandes.

Valverde quitta la première pièce, ouvrit les portes coulissantes et entra dans le reste de son bureau.
Une tasse de thé fumante attendait le vieil homme sur le petit guéridon posé à côté de la cheminée de marbre noir. Valverde prit le courrier posé sur son bureau et vint s'installer dans un des deux fauteuils installé à côté de la cheminée.
Il se mit à lire les différentes lettres. Département des Mystères, Ministère de la Magie d'Espagne, Ministère Ecossais, Intendance, PPA, Gazette du Sorcier, demande d'interview, rapports de Commissaires du Sang. Toute une série d'écrits qui, tous les jours, étaient lus par le Mangemort Politicien.
Malgré un printemps de retour, un feu de cheminée illuminait toujours la pièce. Pour la simple raison qu'étant placé au dernier niveau, le Département de l'Ordre Nouveau n'était pas le plus chaud. De plus, la présence perpétuelle des détraqueurs dans le couloir des Commissions du Sang ajoutait de la froideur au niveau 10. Valverde, de ce fait, éteignait sa cheminée seulement en été, quand la chaleur et l'énervement gagnait le Ministère de la Magie dans son entiereté.

Dix heure quinze sonna et Valverde se réinstalla derrière son bureau. Derrière lui, l'immense baie vitrée magique donnait la sensation que le bureau du vieil homme surplombait l'Atrium alors que le département se trouvait deux niveaux en dessous.
Il plaça sur son nez ses fines lunettes aux montures d'argent. Sur sa table de travail, à gauche, deux piles de dossier, au centre, quelques feuilles de parchemins, un nécessaire de bureau (encrier, plume, coupe-papier, loupe) et à droite, une pile de quelques ouvrages. Le vieil homme prit dans la pile de gauche un dossier, puis un autre.
Quelques secondes plus tard, on frappa à la porte de Valverde. Neeson annonça un certain Graham Ferwright qui s'installa.

Le Mangemort déposa son regard empli de froideur et de maîtrise dans celui du jeune américain. Il avait lu beaucoup de choses sur cet homme. Un militaire à la vocation de Commissaire du Sang. Peut-être une bonne chose, surtout en des temps de guerre.

« Rien n'a été signalé par le Département des Mystères pour notre Commission de Sécurité. Il semblerait que vous soyez un individu de confiance. Valverde marqua un temps. Sa voix froide et dénuée de sentiment, bien que très peu forte se faisait entendre dans tonte la pièce. Cependant, j'aimerai que vous m'expliquiez sans rien n’omettre pour quelle raison vous choisissez de quitter le terrain pour venir à l'Ordre Nouveau. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité


MessageSujet: Re: Pour un travail [PV Eris] Dim 5 Mai - 0:51

Cet homme n'avait positivement pas l'air hostile, en tout cas, c'était ainsi que le ressentait Graham malgré le regard froid qu'il savait posé sur lui et qui avait légèrement tendance à le faire détourner encore plus les yeux. C'était visible d'ailleurs, mais c'était simplement de son propre mal aise qu'il n'aimait pas voir les gens en face. C'était comme si, dès qu'il posait les yeux sur les autres son esprit se mettait à imaginer bien des choses, trop de choses et c'était gênant tant certaines ne pouvaient être vrai. D'ailleurs pour la plupart elles ne devaient pas l'être, mais jamais le jeune homme ne c'était un jour risqué à demander. Et sa petite voix lui conseillait de ne pas tenter avec Eris Valverde. Rien que de se rappeler sa commission du sang passé quelques jours avant, il supposait que le directeur de l'Ordre Nouveau n'était pas plus fin que ses employés, ou en tout cas de Rygger Yaxley. Cela dit, ce n'était pas comme si il connaissait ces gens, et les voir une seule fois ne suffisait pas à en comprendre plus sur eux. Quoique dans le cas de Valverde, sa réputation passait avant l'information, ce qui faisait que Graham connaissait déjà une partie de cet homme. Enfin... ce qu'il laissait savoir de lui en tout cas.

En un sens, n'être connu de personne n'était pas si dérangeant, au moins le secret de la vie était plutôt bien gardé et temps qu'on ne s'intéressait pas à lui, Graham avait plus ou moins une vie tranquille. Cependant, l'ex policier ne manquait pas d'ambition, et bien sur c'était le cas de tout homme d'avoir envie de monter en grade. Et même si il devait redémarrer pour un temps dans une nouvelle branche, et bien qu'il en soit ainsi. De toute façon, peut être ne resterait-il pas éternellement derrière un bureau. Il espérait franchement un jour (et le plus tôt possible) revoir le terrain. Pour autant, et comme il en avait pris la résolution, il comptait tout mettre en œuvre pour servir la société sorcière, le purisme et surtout la sécurité des individus honnête contre la menace bourbiste. Les États Unis n'étaient malheureusement pas aussi extrême et la petite voix de Graham ne cessait de s'en plaindre.
Assez rapidement, l'esprit du jeune homme dévia une nouvelle fois sur le décor de ce bureau et plus particulièrement de l'immense paperasse qui régnait en ordre particulier sur le bureau du maitre des lieux. Encore un peu et une remarque tout à fait innocente aurait pu sortir de sa bouche. Mais l'ex policier avait apprit à éviter ce genre d'écart, sachant parfaitement que les remarques en tout genre ne pouvaient pas plaire à tout le monde. Et quand on prenait l'exemple de Yaxley, ça prouvait bien qu'il était totalement dénué d'humour. Ou alors l'américain avait un humour de merde, ce qui n'était pas impossible. L'absence ne dura que quelques secondes et Eris Valverde se mit à parler, et docilement, le jeune homme écouta, commençant d'ores et déjà à réfléchir à ce qu'il allait bien pouvoir dire. Honnêtement, il avait déjà réfléchi des milliers de fois aux mots qui sortiraient de sa bouche, mais incapable de se satisfaire de ceux ci, il était rentré dans ce bureau avec la certitude de ne pas savoir comment formuler sa pensée. Il acquiesça simplement lorsque le directeur lui fit une remarque sur le faite qu'il soit de confiance. Il n'allait pas refuser ce commentaire, surtout qu'en soi, Graham n'était absolument pas mal honnête, clairement offert à ses propres convictions.

C'était évident que la suite de l'entretien allait se passer ainsi. Une question qui semblait la même à chaque entretien d'embauche comme on dit. Pourquoi cette voix plutôt qu'une autre. Le doute revint bizarrement trop rapidement à l'esprit de Graham, bloquant toutes les pensées qu'il tentait d'avoir. Il avait peur de ce qu'il allait dire et la confiance en lui, bien qu'encore forte, venait d'en prendre un sacré coup. Pourtant, ce n'était plus le moment de repartir en arrière, d'abandonner. Il avait besoin de ce travail.

« J'ai quitté le terrain pour des problèmes de santé assez graves qui ne me permettent pas de continuer dans la police magique. Pour l'instant en tout cas. Il fit une petite pause, chose franchement habituelle chez les gens qui cherchaient leurs mots. Cependant, par rapport au métier que j'ai exercé, l'Ordre Nouveau me paraissait le plus proche de ce que je voulais faire. Durant toute ma vie j'ai arrêté les nuisibles à l'ordre et à la société, il me paraissait impensable de ne pas continuer dans cette optique et l'Ordre Nouveau c'est présenté à moi. Il y a d'autre profession proche de cela me direz vous, mais la commission à la particularité d'être celle qui élimine le plus le danger bourbiste, et c'est ce qui me fascine autant que ça m'intéresse. Je ne veux pas attendre idiotement que mes problèmes de santé se soignent sans rien faire d'utile. Même si je ne suis pas d'ici, à partir du moment où je partage la communauté sorcière d'Angleterre, il me parait normal de faire quelque chose pour celle ci. Graham venait des Etats Unis, et la commission du sang n'existait pas à la même échelle malheureusement, ce qui aurait pourtant permis d'éliminer bien des individus dangereux. Pour une des rares fois, il releva plus ou moins les yeux vers son interlocuteur. Voilà pourquoi j'ai choisi la commission du sang et l'Ordre Nouveau. »

C'était avec toute la sincérité don il était capable de faire preuve que Graham cessa de parler, supposant avoir dit tout ce qu'il avait à dire. Pourtant, son esprit, comme toujours (et cette foutue voix) ne pouvait s'empêcher de se remémorer ces mots pour y déceler quelconques soucis.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pour un travail [PV Eris]

Revenir en haut Aller en bas

Pour un travail [PV Eris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-