POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Je vais très bien [Gordy] Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 15/01/2013
Parchemins postés : 202



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Aileas d'Huntingdon


MessageSujet: Je vais très bien [Gordy] Terminé Mer 8 Mai - 21:57

Lin Strathbogie applaudit quand le combat se finit. Elle ne s'attendait pas à trouver la fille de sa cousine ici. Bien sûr elle avait appris qu'Aileas travaillait désormais -un miracle selon elle qu'elle ait trouvé un boulot et qu'elle arrive à y rester. Mais elle avait tellement l'habitude de cette adolescente que l'on ne laissait pas aller plus loin que la lande autour de son château. Alors non seulement elle était étonnée de la voir à Londres, loin de son Ecosse mais en plus de la voir sur une estrade. Oui elle était plus étonnée de la voir là que de la voir gagner son combat contre le Président du Parti Puriste Anglais, mangemort et ancien militaire. Lin n'avait jamais fait confiance à cette petite. Mais en la voyant là elle se demanda un instant si la demoiselle n'allait pas mieux, ce qui expliquerait cette réussite à s'insérer dans le monde des personnes normales.

Mais la femme dut rapidement se rendre à l'évidence ; il n'en était rien. Ce visage inexpressif, cette façon de lancer des sorts sans se soucier que ce n'était qu'un duel pour un évènement et que donc le but n'était pas de tuer son adversaire. Un moins aguerri au combat se serait transformé en torche vivante en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Et puis à la fin du combat... Lin eut envie de tenir le cou de cette petite entre ses doigts. Pas un salut, pas un mot pour l'homme qu'elle avait vaincu et qui n'était tout de même pas n'importe qui. Et voilà que déjà elle s'éloignait. Petite sotte, profite de ta victoire pour te faire mousser par quelques personnalités présentes !

Et dire que si ça continuait comme ça, c'était cette petite qui allait épouser son fils. Lin n'ignorait pas l'intérêt que Clyde avait pour sa cousine éloignée. Les Sangs Purs ça ne courraient pas les rues et les Strathbogie n'était pas une des familles les plus influentes, Clyde ne serait pas le parti le plus recherché. Au moins avec Aileas, elle était sûre que ses petits enfants seraient de Sangs Purs. Mais si les choses continuaient comme cela, ça ne pourrait pas fonctionner. Encore quand elle ne se montrait pas trop, elle ne posait pas de soucis mais là tout le monde pourrait se rendre compte que la femme de son fils était bizarre et ça elle ne pouvait l'accepter. Surtout qu'elle finirait à faire une connerie un jour ou l'autre. Mais son père refusait catégoriquement qu'elle soit soignée. Mais là ça ne pouvait continuer. Il ne pouvait pas passer à fuir sa fille et à se convaincre lui-même qu'elle était toujours la même qu'avant la morte de sa femme.

C'est alors qu'elle eut une idée. Se dirigeant d'un bon pas vers la jeune fille avant qu'elle ne la perde de vu, elle lui attrapa le bras.


"Aileas ma chérie ! Quel plaisir de te voir ! Mais ! Oh par Merlin tu es blessée, il faut aller soigner ça, allez viens je t'emmène à Sainte Mangouste faire soigner tout cela."


Aileas regarda un moment la femme. Elle allait refuser, ce n'était pas grand chose, elle ne soignerait toute seule au château. Mais elle n'était pas allée à Sainte Mangouste justement parce que c'était toujours quelqu'un qui venait au château les rares fois où elle avait eu besoin de soin. C'était une opportunité à ne pas lâcher aussi elle suivit la femme qui avait un sourire tellement grand qu'Aileas commença à se demander combien de dent elle perdrait si en cet instant elle venait à se prendre une barre de métal dedans.


Le soucis de Lin était maintenant de savoir comment faire en sorte de divertir la jeune femme pendant qu'elle expliquait ce qu'elle voulait réellement à un guérisseur. Mais elle n'eut pas le temps de se tracasser la tête bien longtemps : Aileas semblait absorbé par ce nouveau lieu et elle put sans soucis s'éloigner, attraper un guérisseur par le bras et lui expliquer :


"Monsieur je vous ai amené la jeune fille là-bas. Elle croit qu'elle est là pour les quelques blessures qu'elle a eu lors d'un duel magique mais en vérité j'aimerai que vous vous occupiez d'autre chose... voyez-vous depuis la mort de sa mère qui s'est écrasée sous ses yeux elle a... quelques soucis psychologiques. Elle ne comprend pas toujours ce qu'on lui dit alors qu'elle est loin d'être bête, elle fait souvent les choses comme elle l'entend sans comprendre pourquoi ce n'est pas ainsi qu'il faut agir et parfois cela peut s'avérer dangereux pour elle et pour les autres. Pouvez-vous essayer de voir s'il est possible de remonter à la source du traumatisme pour la soigner ?"

La femme comptait rester. Elle avait un rendez-vous après mais elle avait encore un peu de... Par merlin il était déjà si tard ?

"Bon voici de quoi payer les soins, je vous la laisse."

La femme laissa une bourse bien pleine à l'homme et se sauva laissant Aileas là sans que celle-ci ne le remarque le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 14/12/2010
Parchemins postés : 1218



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Gordon Weiss


MessageSujet: Re: Je vais très bien [Gordy] Terminé Sam 11 Mai - 1:49

Il avait reprit du service, depuis quelques jours déjà et depuis quelques jours déjà on le zieutait dans les couloirs avec des regard effarés. Eh bien oui, il c'était absenter depuis quelques mois déjà, mon dieu, c'était déjà le mois de mai et il était partie en janvier, ce qui faisait un sacré moment oui. Or, le petit homme ne se rappelait plus exactement se qu'il avait fait durant ces mois, non, il se souvenait avoir bu une potion, une potion de l'oubli et ensuite payer une jeune femme qui avait semblait il confectionner la dite potion. Maintenant, le guérisseur n'arrivait à se rappeler le pourquoi de la potion, une sensation désagréable surgissait au fond de sa tête à chaque fois qu'il tentait de savoir, comme pour le prévenir de ne pas emprunter ce chemin là, qu'il avait bu cette potion pour de bonnes raisons et qu'il devait en profiter. Il était parti pour avoir agresser un collègue, lui avait on dit, il avait été obliger d'aller s'excuser platement auprès de son supérieur, qui l'avait reprit pour un essaie voir si son comportement avait changer.

Il était dépressif, alcoolique, droguée, renfermer, une vraie loque se traînant toute la journée, soignant comme un automate, sans réelle humanités mais compétence, Gordon ne se reconnaissait pas dans cette description, mais encore une fois, il ne se souvenait pas de tout grâce à la potion, beaucoup de choses avaient été effacées de sa mémoire apparemment (bons dieux, qu'avait il vécu pour en arriver là ?). Personnellement le petit homme se sentait bien, oh bien sûr la mort de sa femme lui faisait encore mal, néanmoins, cela faisait des années qu'elle était morte n'est ce pas ? L'alcool ? Il n'avait pas tellement envie d'en boire, fumer par contre était devenu un plaisir, cela l'enfermait dans sa petite bulle, sur un petit nuage et il déambulait dans les couloirs, soignant des patients, l'air vague mais pas déprimer. Peut être était ce pour cela que ses collègues hommes et femmes le dévisageaient, il était partie en pétant un vrai boulon, il revenait calme et détendu. Gordy ne parla pas de la potion à quiconque, sentant que personne ne prendrait bien qu'il du sa meilleure humeur à une potion, quelque chose d'artificiel encore et non un réel changement.

Bref, c'était un nouveau petit homme embuée de fumée qui parcourait Sainte Mangouste, cette journée d'ailleurs était particulièrement calme, jusqu'à ce qu'une femme vienne l'aborder pour lui parler d'une jeune femme, dérangée, de l'avis de la femme en tout cas. Gordon écouta d'une oreille attentive les explications puis observa sans mot dire la femme partir, ensuite, il porta son attention sur sa nouvelle patiente. Il s'approcha d'elle, écrasant au passage son juin entre deux doigts, l'enfilant alors dans sa poche lorsqu'il fit entièrement éteint. A première vue la jeune femme, ne semblait pas folle ou insensée ou il ne savait quoi encore, la folie n'était de toute manière pas quelque chose que l'ont pouvait mettre aisément dans des petites cases, en quoi cette jeune femme avait besoin de soins ? Doucement, le guérisseur roula un autre juin, concentrer à sa tâche, il fini tout de même par dire :

« La femme qui t'a laisser là te crois folle … Ma foi, tu me parais pas plus dingue qu'un autre, qu'est ce que la folie de toute manière ? »


Son roulage terminer, il alluma le tout à l'aide de sa baguette magique puis le cala entre ses lèvres, inspirant. L'écossais n'attendait pas de réponse de la part de la jeune femme, s'en souciait peut, s'essayant à coté d'elle, il continua de l'observer, essayant de comprendre pourquoi. Pourquoi l'abandonner ainsi juste parce qu'elle ne se comportait pas comme les autres ? Ce n'était peut être pas de la folie, peut être était ce simplement une envie de liberté ou un moyen d'oublier d'atroces souvenirs, aller savoir. Elle, d'après les dires de la femme, avait vu sa mère se faire écraser, d’où son comportement, mais si cette jeune femme se sentait mieux ainsi ou était le problème ? Après tout, lui même avait volontairement effacée une partie de sa mémoire pour ne plus à souffrir de souvenirs trop malheureux (bien qu'un manque dans son cœur continuait à le tirailler, qui venait pas entièrement de la mort de sa femme) ; ou était le mal de rechercher le bien être hors de la norme ?

Se relevant tout doucement, Gordon fit signe à sa patiente de le suivre, être ailleurs, être dans un endroit plus tranquille, ne pas être le centre d'attention, lui s'en fichait mais, peut être qu'elle préférait ? Ils traversèrent plusieurs couloir, les pieds nus du petit homme ne faisant aucuns bruits (certaines choses ne changeraient jamais) et arrivèrent enfin à une chambre. Ce n'était pas spécialement jolie, ni très chaleureux comme chambre, toutefois, la pièce avait au moins le mérite de comporter un lit et plusieurs fauteuils, de couleurs particulièrement criardes. Bien, la femme l'avait suivit, visiblement, il ne l'avait pas forcer en réalité. Reprenant la parole une deuxième fois, le petit homme déclara :

« A défaut d'aller trifouiller dans ta jolie tête, je vais guérir tes blessures physiques, c'est franchement pas pas grave, une simple infirmière aurait pu te soigner, m'enfin bon … »

Pointant sa baguette magique sur la jeune femme, le barbu murmura quelques sorts, une lumière pourpre fit alors le lien entre le petit instrument de bois et le corps meurtrie de la patiente. En attendant que les sorts agissent, Weiss se rendit compte qu'il ne connaissait même pas le nom de sa patiente, ce qui en soit pouvait être fâcheux. Inspirant puis recrachant un nuage de fumée, ce qui lui fit pensée qu'ouvrir la fenêtre serait une riche idée, le guérisseur grommela :

« Au fait, c'est quoi ton nom ? »

Bah oui, il n'allait pas l’appeler la folle tout de même ?! Quoiqu'il en soit, les blessures guérissaient doucement, petit à petit, se renfermant comme si de rien n'était ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 15/01/2013
Parchemins postés : 202



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Aileas d'Huntingdon


MessageSujet: Re: Je vais très bien [Gordy] Terminé Dim 12 Mai - 13:59

Aileas était complétement absorbée dans son observation des lieux. En retour il y avait bien quelques personnes pour regarder cette demoiselle qui à l'évidence était de bonne famille, genre de personnes que l'on ne croisait pas forcément dans des hôpitaux ainsi ouverts à tous. Certains furent contents de voir un guérisseur s'approcher d'elle pour la prendre en charge. C'est vrai quoi, ce n'était pas poli de dévisager ainsi les gens. Et ce regard était d'autant plus dérangeant qu'il était complétement impassible. Impossible de savoir si elle vous jugeait, si elle vous regardait par curiosité ou si au final elle ne faisait que regarder dans le vide dans votre direction... Il y en avait bien pour lui retourner des regards réprobateurs. Le regard de a société qui était censé vous amener à rentrer dans la norme. Mais Aileas, malheureusement pour eux, était insensible à cela et elle continuait à observer ce que la magie pouvait faire comme chose étrange -colorations, plaies indéfinissables, déformations... Et ce n'est quand l'homme qui s'était approché sans qu'elle ne le remarque prit la parole qu'elle se détourna enfin de son observation.

Apprendre le pourquoi du comment sa tante l'avait amenée là ne lui fit ni chaud ni froid. Non pas qu'elle y ait spécialement pensé et que donc elle s'y attendait. Non simplement que le sujet de savoir si elle était folle ou non, psychologiquement dérangé comme l'on se permettait un peu plus de dire mais jamais en sa présence évidemment, ne l'intéressait pas. La folie, elle savait comment on la définissait "Trouble du comportement et/ou de l'esprit, considéré comme l'effet d'une maladie altérant les facultés mentales du sujet." et si on se basait sur cette définition, elle comprenait à vrai dire qu'on la dise folle et elle comprenait à vrai dire moins la raison pour laquelle cela semblait interdit de le dire et encore plus de le dire devant elle. Elle était bien consciente qu'elle ne comprenait pas toujours tout et que du coup elle ne se comportait pas toujours comme ce qu'elle aurait dû apparemment mais elle ne cherchait pas plus que cela à comprendre car folle ou non, elle considérait qu'elle était très bien ainsi.

Elle ne répondit donc pas, le sujet ne l'intéressant pas, contrairement à d'autres elle n'avait nulle raison de ne pas s'interroger sur le sujet, elle l'avait fait et à présent elle était déjà passé à autre chose puisqu'il n'y avait rien de grave là dedans contrairement à ce que tout le monde pensait. Par contre elle le suivit. Elle ne savait pas vraiment pourquoi il lui faisait signe de se rendre ailleurs mais si cela lui permettait de voir un peu plus que le hall d'accueil de ce lieu qui avait l'air immense, elle ne voyait pas où était le problème.

Ils finirent par arriver dans une pièce où les fauteuils apportèrent un peu de couleurs à ce lieu qui transpirait plutôt le blanc jusqu'à présent. Cela permettait-il de guérir plus vite ? D'apaiser les esprits ? Mais du coup ces fauteuils étaient-ils à leur place ? Aileas ne savait pas trop mais elle aimait la couleur alors elle ne s'en formalisa pas trop.


« A défaut d'aller trifouiller dans ta jolie tête, je vais guérir tes blessures physiques, c'est franchement pas pas grave, une simple infirmière aurait pu te soigner, m'enfin bon … »

Ah oui elle en avait presque oublier qu'elle était venue là pour se faire soigner. Enfin non elle n'était pas venue pour cela, mais c'était sa bonne excuse pour se rendre dans ce lieu. Sans quoi sa présence n'aurait pas d'utilité et elle n'aurait donc rien à faire là. Elle savait bien que ce n'était pas grave aussi elle laissa immédiatement tomber cette considération pour s'intéresser au fait que du coup il ne ferait rien pour sa folie. Non pas que cela la dérange évidemment, elle ne considérait pas qu'elle avait besoin d'être soignée de ce côté là mais si c'était ce que sa tante lui avait demandé, était-il normal qu'il ne le fasse pas ? Sans doute oui si elle n'exprimait pas le désir que cela fut fait. Après tout elle était la première à faire ses choix.

Elle laissa donc tomber aussi cette considération. C'est alors qu'elle remarqua les pieds nus de l'homme. Trop occupée à observer les lieux et les personnes qui venaient se faire soigner, elle n'avait pas vu la chose. Il arrivait à Aileas de marcher pieds nus mais plutôt quand elle sortait sur la lande, c'était plus agréable. En ville ce n'était pas la même chose. Puis les chaussures perdaient leur utilité si elles n'étaient pas utilisées comme elle le devrait. Hors elle avait des chaussures donc il fallait qu'elle les utilise.


« Au fait, c'est quoi ton nom ? »

D'ailleurs Billy devenait énervant quand elle ne portait pas de chaussures.

"Aileas."

Cela ne l'empêchait généralement de faire ce qu'elle voulait mais ça et les habits -même quand elle était seule dans son château- c'était quelque chose qu'il ne lâchait pas. Ah non son nom.

"D'Huntingdon."

Aileas coupée dans ses pensées posa un instant les yeux sur ses quelques blessures qui se refermaient sans soucis. Et puis comme finalement cet aspect ne quittait pas son esprit, elle demanda :

"Qu'est-ce que vous ressentez en marchant pieds-nus ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 14/12/2010
Parchemins postés : 1218



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Gordon Weiss


MessageSujet: Re: Je vais très bien [Gordy] Terminé Lun 20 Mai - 16:36

La fumée l'entourait dans une sorte de cocon d'odeur d'herbes, ce n'était pas désagréable, cela lui donnant la sensation d'être à la fois ailleurs et ici, dans cette pièce. La jeune femme ne semblait pas vouloir se formaliser de ne pas être soignée pour sa folie, tant mieux, Gordon n'aimait pas entré dans la tête des gens, c'était comme violé leur intimité, l’ultime endroit ou l'esprit pouvait être seul, y entrer serait comme entré dans un sanctuaire interdit.

Elle donna son nom, au moins elle était cohérente sur se point, ce qui était une bonne chose mais elle aurait pu lui faire croire qu'elle s’appelait pâté en croûte qu'il en aurait pas été plus ému que ça, des gens aux noms bizarres après tout, ça courrait les rues partout. Non, Aileas semblait plutôt s'interroger sur ses pieds, plus précisément sur les sensations que lui procurait le fait de marcher pieds nus. Le petit homme alors fut amusé et déconcerter par une telle question, a vrai dire, il n'avait jamais réfléchi à ça.

Marcher pied nu lui semblait tout aussi naturel que respirer ou dormir ou encore boire du thé, marché pied nu était passer au second plan dans sa tête, ce n'était que peu de chose, pas d'une réelle importance. Or, cela n'empêcha pas le petit homme de réfléchir à la question, voulant apporter une réponse approprié et non rétorquer quelque chose de formel comme « tu devrais t'occuper de tes propres affaires jeune fille », ce qui serait idiot et condescendant. Finalement, avec un sourire en coin le guérisseur répondit tout simplement :

« J'aime le sentiment de liberté que ça procure, sentir la terre sous mes pieds, j'ai l'impression que je peux aller n'importe ou comme ça, que rien n'entravera mes pas … Je suppose que tout le monde essaye de trouver ce genres de sensations de n'importe quelle manière que se soit, j'imagine que c'est ce que toutes personnes désires.»

Bon, ce n'était pas tout à fait ce qu'il aurait voulu répondre, néanmoins, le petit homme espéra que cela convienne à la jeune femme. En attendant, les plaies étaient désormais totalement guéri, ce qui avait pris que quelques malheureuses minutes en tout. Ce qui lui fit de nouveau revenir sur l'inutilité totale d'amener Aileas à l'hôpital, parfois la nature humaine déconcertait Gordon, mais il n'avait peut être pas envie de comprendre, peut être qu'avant il comprenait, seulement, depuis cette potion … Une partie de sa personne avait disparu, une mauvaise partie visiblement, maintenant l'homme se sentait juste un peut perdu, perdu et bien, drôle de combinaison n'est ce pas ?

Sauf, que ce n'était pas lui le plus important dans cette pièce, c'était cette jeune femme, ce qu'elle voulait car, Gordon préférait laisser le choix à sa patiente, choix de partir ou rester, discuter ou non, fumer un peut, aller savoir. De ce fait, il demanda d'une voix douce, tout en rangeant sa baguette dans l'une des manches de sa robe verte de guérisseur :

« Que veux tu faire ? Tu es libre de choisir, on peut rester ici ou explorer l’hôpital, tu peux repartir chez toi je te retiendrais pas ou nous pourrions même aller sur le toit si cela t'enchante, la vue y est imprenable ! Vraiment, vraiment magnifique !»

A cette mention du toit, un souvenir s'imposa à lui (ce qui était rare ces temps ci), le souvenir d'un patient, d'un délire, d'une promenade sur le toit … Qu'était devenu ce patient d'ailleurs ? Gordon n'en avait pas la moindre idée et repenser à cet homme lui donna un effroyable et soudain mal de crâne. Préférant donc ne plus y penser d'avantage, le petit homme alla ouvrir en grand la fenêtre. L'air doux de la ville de Londres entra alors dans la petite pièce coloré, remettant tranquillement ses idées en place, ce n'était pas désagréable.

Il attendait une réponse de la jeune femme, qui viendrait ou non, si elle ne voulait pas parler alors ce serait son choix, pas le sien. Quoiqu'il en fut, Gordy s'installa sur le rebord de la fenêtre, ses pieds nus justement, balançant dans le vide, ce n'était pas si dangereux, après tout, il restait encore assez de place pour qu'une autre personne vienne s'asseoir. Tout à fait amuser par sa nouvelle position, le guérisseur lâcha un rire cristallin, un sourire éclairant son visage, sans raison apparente. Le vide semblait il, procurait des sensations encore plus enivrantes que de marcher pieds nus, si seulement il pouvait voler.

Une balade en balai plairait il à sa patiente ? Dommage qu'aucuns balais de ce genres ne se trouvaient dans la petite chambre et les autres balais de l'hôpital, Weiss s'en méfiait comme de la peste. Souriant toujours, il reporta finalement son attention sur l'autre personne présente, alors, qu'avait elle décider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 15/01/2013
Parchemins postés : 202



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Aileas d'Huntingdon


MessageSujet: Re: Je vais très bien [Gordy] Terminé Lun 27 Mai - 22:51

Il n'était pas rare qu'on la regarde de travers pour certaines de ses interrogations. Et que par ailleurs on ne lui réponde pas. Qu'on ne lui réponde pas à vrai dire elle aurait trouvé cela pas si étonnant. Certaines questions nécessitaient de prendre le temps de la réponse et Aileas ne se serait pas formalisé que l'on considère que dans un temps court il n'était pas possible d'apporter une réponse. Ou alors la personne qui lui faisait face n'était pas intéressé par sa question et alors de même il n'y avait pas de mal à ce qu'il ne prenne pas la peine de répondre. Simplement pourquoi reprocher à l'autre son manque d'intérêt par des remarques acerbes ou des regards condescendants ? Aileas ne comprenait pas et avait arrêté de comprendre depuis qu’elle voyait que systématiquement c’était elle qui semblait être dans le faux quand elle ne répondait pas à ce que ni l’intéressait pas. Elle en était venue tout simplement à ne plus poser souvent de questions, se faisant ses propres hypothèses dans son esprit mais de temps en temps, quand elle rencontrait une nouvelle personne, elle se permettait de retenter le coup -sait-on jamais. Puis il y avait des questions, elle ne pouvait s’empêcher de les poser.

Et visiblement se permettre de le faire n’avait pas été une mauvaise idée, vu que l’homme ne réagit pas comme bien des gens ne l’avaient fait avant lui. Sa réponse était même très intéressante. Aileas observa l’homme. Une impression de pouvoir aller où il voulait. Effectivement pouvoir faire ce que l’on voulait quand on le voulait était quelque chose que toute personne devait rechercher. Mais ce qu’Aileas ne comprenait pas c’était pourquoi se contentaient-ils de le rechercher. En soit qu’est-ce qui les empêchait de faire autrement. L’homme par exemple n’était pas enfermé, rien ne le retenait de franchir les portes de ce lieu, de prendre ses cliques et ses claques s’il le souhaitait. Mais Aileas avait remarqué qu’ils se construisaient souvent des barrières. Des barrières qu’à l’évidence elle ne parvenait pas à voir mais sur lesquels ils semblaient tous s’accorder. Qu’est-ce qui au-delà d’eux les contraignait à ne pas totalement être eux-mêmes, leurs désirs, leurs volontés emprisonnés dans des bouteilles de conventions ?


“Dommage que cela ne reste qu’une impression alors.”


Aileas disait plus cela pour elle-même car après tout cela convenait sans doute à l’homme de vivre ainsi.

D’ailleurs celui-ci avait fini de soigner le peu qu’il y avait à soigner et embrayait sur autre chose. Mais Aileas qui avait porté son regard sur l’homme ne s’attarda pas tout de suite sur la question qu’il venait de lui soumettre. Maintenant qu’elle prenait le temps de l’observer, elle se rendait compte que la sensation qui émergeait de lui n’était pas clair. Pourtant il ne montrait rien qui puisse dire qu’il y ait quelque chose qui clochait. Alors pourquoi Aileas n’arrivait-elle pas à définir une couleur pour l’homme ? Non pas qu’il n’en avait pas mais dès qu’elle croyait la saisir, elle lui échappait, changeant légèrement de teinte.

Aileas s’approcha de l’homme qui s’était installé sur le rebord de la fenêtre et décida de s’asseoir à côté de lui, les jambes à l’intérieur car si elle avait la place de s’installer, elle n’avait pas celle de faire passer ses jambes de l’autre côté sans bousculer l’homme. Elle savait qu’elle n’allait pas répondre à l’homme dans l’immédiat même si la réponse allait venir... sûrement. Mais avant de faire son choix, elle avait besoin de savoir. Savoir ce que sa présence pourrait apporter ou au contraire détruire. Car Aileas savait qu’elle risquait de ne pas adopter une position neutre vis à vis de cet étrange phénomène de couleur. Et ce phénomène signifiait certainement quelque chose. Quelque chose qu’il n’avait peut-être pas envie de connaître.

Aileas, toujours les jambes dans la pièce se tourna de manière à faire face du mieux qu’elle le pouvait à l’homme. Présentant sa main à l’homme, elle demanda :


“Si cette main devait contenir tout ce que vous craignez le plus au monde, la saisiriez-vous ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 14/12/2010
Parchemins postés : 1218



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Gordon Weiss


MessageSujet: Re: Je vais très bien [Gordy] Terminé Dim 9 Juin - 0:19

Elle ne s’installa pas du coté extérieur mais préféra rester vers l’intérieur de la chambre, le petit homme n’allait pas lui en vouloir, eh bien au moins elle s’était assise à ses cotés. Curieusement cela lui tenait à cœur, comme s’il avait été un homme seul et que la moindre présence humaine le réconfortait, seulement, ils ne se rappelait plus très bien s’il avait jamais été réellement seul ou non, peut être … La jeune femme lui posa une question, encore une question, était elle personne curieuse ? Possible, quoiqu’il en soit sa question était fort curieuse et posant délicatement sa main sur celle de la jeune femme, l’homme répondit doucement :

« Si cette main renfermait vraiment tout ce que je crains le plus au monde, je préférerait pas l’ouvrir mais plutôt l’enfermer quelque part, dans un endroit en sécurité, pour que personne ne puise y toucher, non, personne ! »

Il frissonna, allons, c’était là une question encore plus étrange que celle concernant ses pieds, cependant, le guérisseur décida de ne pas en faire grand cas. C’était une jeune femme qui différenciait des autres, cela Gordon pouvait bien le voir, or, ce n’était toujours pas une raison suffisante pour la mener de force voir un guérisseur. Peut importe, son attention porter sur Aileas, il ajouta :

« Au fait, ce serait plus marrant si cette main contenait tout ce que je désir le plus au monde, même si je pense qu’il faudrait en usée avec prudence …. Parfois ce qu’on désire le plus peut se retourner contre nous. »

Il lui fit un sourire, retournant de nouveau son visage sur la vue qui s’offrait a lui, un panorama qui se résumait à des immeubles et des maisons, pendant un instant, Gordon se surpris à s’imaginer un paysage plutôt fait de montagnes et de forêts. Peut être que sa ‘patiente’ avait raison, peut être que c’était dommage que son impression de liberté ne se résumait qu’à cela justement. Elle semblait jeune mais avait de bonnes réflexion, peut être devait il changer de vie ? Malheureusement ce n’était pas aussi simple que ça, ou alors il avait peur. Partir d’ici, une idée à creuser ? Finalement, le guérisseur demanda tout simplement :

« Et toi que ferais tu de cette main ? »

Après tout, le petit homme se sentait curieux de savoir ce qu’elle pensait. Sa réponse pourrait être intéressante, au cas où elle en fournisse une, évidement. Aileas ne semblait pas se soucier des convenances qui imposaient de répondre aux gens, lorsqu’ils posaient des questions, dans un sens elle était certainement plus libre que lui. Soudainement, Gordon se rendit compte que sa main était restée sur celle de la jeune femme, curieux, il l’enleva aussitôt après s’en être fait la réflexion, ne voulant pas mettre mal à l’aise Aileas, à moins qu’il ne le soit lui-même. Quoiqu’il en soit, rien encore n’était venu les perturber, ce qui n’était pas une mauvaise chose en fin de compte, n’est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 15/01/2013
Parchemins postés : 202



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Aileas d'Huntingdon


MessageSujet: Re: Je vais très bien [Gordy] Terminé Mar 11 Juin - 22:49

Aileas ne cherchait pas à éviter ce qui lui faisait peur tout simplement car elle aurait été incapable à un instant T de dire ce qui lui faisait peur. Non pas qu'elle ne craigne rien mais parce qu'en dehors de tout contexte rien oui ne pouvait lui faire peur et tout en même temps pouvait potentiellement l'effrayer. Et malgré tout ce que l'homme disait lui parlait et lui parlait tellement bien qu'elle en oublia la question à laquelle elle n'avait toujours pas répondu et même le pourquoi du comment réel de sa propre question. Parce qu'elle aussi avait des choses que personne ne devait venir toucher. Mais ça faisait bien longtemps qu'elle les avait déjà enfermées. Il y avait presque vingt ans de cela désormais. Elle ne se souvenait pas bien d'avant mais elle savait et on le lui avait dit. Avant elle n'était pas comme cela. Mais elle avait enfermé des mots, des mots qu'elle ne voulait et ne pouvait plus entendre sans avoir la violente envie de faire taire l'autre. Parce que le problème c'est qu'il est rare que ce qui est enfermé ne veuille pas sortir et alors quand ces choses sentent que de l'autre côté elles ont une opportunité, elles se mettent à pousser et cette pression Aileas ne la supportait d'autant pas qu'elle ne désirait par redevenir celle qu'elle était avant et que la plupart des gens auraient visiblement préféré qu'elle soit.

Et pourtant, même alors qu'elle pouvait très clairement se rappeler cette pression, elle ne pouvait pas dire qu'elle en avait peur. Parce qu'au final même si elle ne désirait pas être différente de celle qu'elle était aujourd'hui mais à la manière dont instinctivement elle se mettait à combattre cette sensation désagréable, elle se disait que véritablement rien de bon ne pouvait sortir à laisser ces mots s'exprimer. Et toute curieuse qu'elle était, elle ne cherchait pas à savoir ce qu'il arriverait si elle laissait ces mots envahir son esprit.

La jeune femme baissa les yeux sur la main de l'homme qui s'était posé sur la sienne. Dans ce contact, Aileas ne ressentait pas la violence de l'enfermement qu'il évoquait. La jeune femme releva son regard sur le visage de l'homme, il semblait qu'elle l'avait perturbé et pourtant il ne la rejetait pas. C'est avec étonnement que la jeune femme se rendit compte qu'elle en était soulagée et contente. Pourtant cela lui importait peu habituellement.

Puis l'homme rebondit sur sa question pour envisager l'inverse... intéressant. Mais de nouveau Aileas ne comprenait pas cette manière de seulement envisager les désirs comme quelque chose d'impossible ou de si difficile à atteindre que c'était toujours vu dans un futur. Du coup quand l'homme lui retourna la question, elle répondit simplement :


"Elle me sert à attraper ce que je veux et à rejeter ce que je ne veux pas."

Non pas qu'elle ne vivait que dans un présent et qu'elle était incapable d'avoir des objectifs qui ne pouvaient se réaliser dans l'immédiat mais à partir du moment où elle identifiait un désir, elle faisait en sorte de l'atteindre et donc il s'inscrivait dans le présent et non pas dans un futur hypothétique.

Aileas voulut poser une question mais un instant le trouble qu'elle avait causé à l'homme lui revint à l'esprit alors qu'il retirait précipitamment sa main, surprenant la jeune fille. Alors une autre question lui vint à l'esprit :


"Vous vous appelez comment ?"

Aileas voulait mettre un nom sur cette personne pour qui elle ressentait un soucis inhabituel. Mais comme ce soucis n'était pas suffisamment grand pour qu'elle se prive de faire ce qu'elle avait envie de faire, elle demanda tout de même :

"N'avez-vous pas peur des conséquences que cela pourrait avoir si tout ce que vous aviez enfermé s'échappait d'un seul coup ?"


Aileas replia sa main et la pressa contre son ventre bien cachée derrière l'autre comme si cela devait empêcher que cela n'arrive réellement. Était-ce d'ailleurs pour cela qu'il l'avait lâché ? Commençait-il à regretter ? De la même manière qu'elle s'était sentie contente sans vraiment se l'expliquer il y avait un instant, Aileas sentit un léger pincement au cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 14/12/2010
Parchemins postés : 1218



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Gordon Weiss


MessageSujet: Re: Je vais très bien [Gordy] Terminé Dim 16 Juin - 22:49

La ville de Londres offrait une vue intéressante pour celui qui observait attentivement, ce qui n’était pas le cas du petit homme percher à la fenêtre. Non, son attention était toute porter sur la jeune femme à ses cotés et aux questions qu’elle posait, avec semblait il, une certaine innocence (a moins qu’il ne se trompe complètement). Tout d’abord, elle lui avait demander son nom, ensuite sans lui laisser le temps de répondre, posa une autre curieuse question. Souriant légèrement, le guérisseur décida de donner son nom d’abord, laissant encore quelques instant à son cerveau pour chercher une réponse approprié à la deuxième question :

« Moi c’est Gordon, mais sinon tu peux m’appeler Gordy si tu préfère ! »

Personne ne l’appelait de la sorte, trouvant ce surnom particulièrement ridicule. Pourtant, une étrange impression lui vint à l’esprit, comme si quelqu’un l’avait déjà nommer comme ça, ou un surnom s’en approchant, une fausse impression sûrement. Quoi qu’il en soit, la jeune femme devait encore attendre son autre réponse et, décidant qu’il était temps d’en fournir une, déclara :

« Bien sur que si j’aurais peur des conséquences, je serais même pétrifier de peur, je ne suis pas très courageux, sincèrement je n’aimerais pas qu’une telle chose arrive. La vie est bien assez compliquer comme ça, tu ne crois pas ? »

Son sourire s’accentua un peut, sentant une torsion à l’estomac, comme si quelque chose n’allait pas. Eh bien, il n’y avait pas de raison de s’en faire n’est ce pas ? Il n’était pas mal, rien de fâcheux n’allait arriver, alors pourquoi une telle appréhension ? C’était stupide ! D’un autre coté, pourquoi Aileas ne parlaient pas de choses plus légères ? Non pas que Gordon veuille protester, elle était sa patiente après tout, si elle voulait poser des questions, il la laisserait faire. En attendant le petit homme reporta son attention sur la ville, comme si regarder le toit des maisons et des immeubles pouvaient l’aider à y voir plus claire dans sa tête (ou dans celle de sa patiente).  Allait il retourner la question ? Voir encore, ce qu’elle répondrait ? Où alors, changer de sujet peut être …

« La solution serait peut être de détruire ce qu’il y a dans cette main, trouver un moyen pour que tout ça ne soit plus qu’un lointain souvenir ou l’oublier tout simplement. »

Il ne pouvait savoir ce qu’en ferait Aileas d’une telle réponse, rebondir sur autre chose peut être, ou passer à quelque chose de totalement différent. Ce qui lui donna une furieuse envie de boire du thé. Malheureusement, le salon de thé se trouvait à l’étage au dessus, mais en lançant un sort il y avait de chance, allez savoir … Se redressant avec prudence, Gordon pointa sa baguette sur la fenêtre au dessus, qui devait en toute logique appartenir au salon, si la fenêtre était ouverte, il n y aurait pas de risque alors.

Sans mots dire, le guérisseur lança le sort, espérant ne pas crée une catastrophe juste pour une envie soudaine de thé. Quelques secondes suffirent pour qu’un ensemble de tasses et théière sorte de la fenêtre et fonce sur Gordon, qui réceptionna le tout dans ses bras, manquant de tomber en arrière dans la pièce. La théière était bouillante, de ce fait il ne perdit pas de temps pour la poser sur une table, après avoir quitter précautionneusement le bord de la fenêtre. Ce fut stupide, peut être, de faire cela, mais au moins maintenant il avait du thé. Souriant plus franchement, le guérisseur rempli deux tasses puis demanda :

« Tu en veux ? »

Lui en but une gorgée, du thé au citron, cela manquait un peut de lait …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 15/01/2013
Parchemins postés : 202



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Aileas d'Huntingdon


MessageSujet: Re: Je vais très bien [Gordy] Terminé Mar 16 Juil - 15:00

Gordon. Ou Gordy ? On pouvait appeler quelqu’un autrement que par son nom ? Ah non ça devait être un surnom. Aileas n’utilisait jamais les surnoms. Peut-être un jour si elle en voyait l’utilité. En l’occurrence ce n’était pas le cas : il était bien le seul Gordon qu’elle connaissait donc pas besoin d’élément distinctif. La notion de familiarité ne vint pas à l’esprit de la jeune fille qui avec sa vie sociale aussi passionnante que celle d’un poisson rouge tournant en rond dans son bocal n’avait jamais été confrontée à une telle situation. Déjà quand elle passait de l’appelation monsieur untel à juste son prénom c’était déjà bien.

Ce serait donc Gordon. Alors que le guérisseur répondait à sa deuxième question, Aileas ne le lâchait pas du regard. Elle ne trouvait pas la vie compliquée, non. Complexe oui et c’était ça qui faisait qu’elle était intéressante mais compliquée non. Mais quelque part cela ne l’étonnait pas qu’ils voient la vie comme compliquée. Ils se mettaient tant d’obstacles tous seuls sans même s’en rendre compte apparemment, des obstacles qu’elle n’arrivait même pas à comprendre. Et eux ne comprenaient pas sa propre vision des coses. Après tout elle était folle, non ? Pour beaucoup lui coller cette étiquette sur le front justifiait le fait qu’ils n’aient pas à faire grand cas de ses mots.

Détruire... si elle pouvait déinitivement détruire, oublier ces mots qui la genaient tant... Oui c’était tentant. Très. Si elle en avait les moyens, très certainement finirait-elle ar le faire. Mais après n’oublierait-elle pas de la même manière ce qui faisait qu’elle ne comprenait pas les autres ? qu’elle n’arrivait pas à se mêler à eux aussi facilement ? Alors définitivement elle se couperait d’eux. Elle risquerait de ne plus pouvoir faire son travail alors. Peut-être y avait-il des éléments avec lesquels on était obligé de vivre qu’on le veuille ou non... Quelque part Aileas se disait qu’elle préfererait ne jamais être confrontée au choix de détruire ou non, c’était trop tentant et en même temps trop lourd de conséquence pour pouvoir le faire de manière anodine quand bien même ça la soulagerait d’un poids auquel elle ne pensait pas la plupart du temps mais quand il se rappelait à elle le faisait de manière très oppressante.

Puis après ces paroles porteuses de questionnement très sérieux, l’homme sortit sa baguette. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, Aileas vit débarquer sous ses yeux deux tasses et une théière. D’une manière ou d’une autre, l’homme réussit non seulement à rattraper l’ensemble mais aussi à repasser ses jambes à l’intérieur de la pièce avec le tout dans ses bras et à tout poser sur la table, sans rien casser, sans rien renverser. Pourtant au vu de la fumée qui s’échappait du goulot de la théière, le contenu devant être brulant.

Aileas le regarda servir deux tasses du liquide et ce n’est que quand il lui en proposa qu’elle se leva pour s’approcher.


“Je veux bien.”

D’abord la tasse était déjà servie, c’était inutilede la laisser refroidir. D’autre part il aurait été vraiment dommage de refuser un thé qui avait été acquis de manière si spectaculaire. Aileas prit la deuxième tasse et commença lentement à boire histoire de ne pas se brûler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 14/12/2010
Parchemins postés : 1218



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Gordon Weiss


MessageSujet: Re: Je vais très bien [Gordy] Terminé Sam 3 Aoû - 22:58

Il bu une gorgée de thé …

Il était chaud, il manquait de sucre un peut, c’était du thé, rien que de l’eau bouillante et en réalité le petit homme n’était pas certain de savoir pourquoi, il n’avait pas tout simplement demander à quelqu’un d’aller en chercher. Cela, aurait été solution plus simple mais c’était à croire qu’il appréciait se compliquer la vie, même pour prendre du thé, qui venait d’être récupéré d’une façon si ridiculement spectaculaire !

Il bu une autre gorgée de thé …

La jeune femme, après cette mini conversation, ne lui paraissait toujours pas comme une personne folle, le guérisseur se demandait réellement ce que les autres voyaient en elle, rien de bon apparemment, eh bien, ils n’étaient qu’une bande d’imbéciles voila tout. Aileas semblait avoir un esprit plus ouvert tout simplement, une façon de pensée différente, c’était ce qu’il en concluait pour le moment, cela pouvait encore évoluer. Quoiqu’il en soit, sa patiente était une présence agréable, presque apaisante, Gordon ne se sentait pas obliger en sa présence de se comporter « normalement », ce qui n’était pas le cas avec ses collègues par exemple.

Une troisième gorgée de thé …

Le petit homme appréciait le silence qui venait de tomber soudainement entre eux, n’éprouvant pas le besoin de le combler avec des paroles vides. Elle avait le choix de partir, il ne la retiendrait pas, appréciait elle sa présence ? Où s’en fichait elle ? Est-ce que cela avait une réelle importance ? Non, pourquoi s’en soucier ? Le regard dans le vague, l’écossais se perdit dans ses pensées, toujours plus ou moins embrouillé depuis cette potion, l’homme naviguait en plein brouillard. Parfois cette sensation était tout à fait déroutante et parfois, le petit homme décidait que c’était sûrement pour le mieux, cette brume dans son esprit, au moins cela n’entravait pas ses compétences en tant que guérisseur n’est ce pas ?

Une dernière gorgée de thé …

Finalement, alors que sa tasse était désormais vide, le sorcier déclara, sans trop savoir pourquoi exactement :

« J’ai bu une potion qui à effacer une partie de mes souvenirs, les mois qui précède mon retour ici ne sont qu’un vaste brouillard, quand j’essaye de me souvenir mon crâne me fait souffrir, je pense que je mourrais sans savoir pourquoi j’ai décider de renoncer à certaines partie de ma tête qui faisait de moi l’homme que je devais être avant … C’est un peut dingue, personne ne le sait à par toi désormais et la femme qui à fabriquer cette potion évidement … Mhhhoui, un peut dingue tout ça. »

Il se resservit une autre tasse, pour la peine qu’il c’était donné, autant tout boire non ? Gordon ne savait ce qu’Aileas allait faire de ce qu’il venait de dire, loger cette information dans un coin de son esprit, l’oublié, ou pas, le guérisseur réalisa qu’il s’en fichait éperdument. Lui conter cela avait sûrement été motivée par l’envie que quelqu’un sache, même si cela ne servait pas à grand-chose au final.

Il but une gorgée de thé, froid, avec un arrière goût de menthe ou de citron ou de ce qu’il voulait en fait …

« Les gens désespéré font parfois n’importe quoi pour se sentir mieux … »

Il avala sont thé d’une seule gorgée …

Un peut déprimant comme sujet de conversation, la jeune femme n’était pas ici pour écouter parler de choses mélancoliques avec un guérisseur un peut trop porté sur le thé. La pièce devenait étouffante, bouger un peut ne ferait pas de mal, si ? Bouger, se promener, aller ailleurs que dans une petite pièce aux couleurs chatoyantes qui sentait la poussière, les ingrédients pour potion et le thé maintenant, pour aller ou ? Néanmoins, Gordon ne pouvait guère obliger sa patiente de partir avec lui, ou pas, autant demander son avis, tellement simple, juste poser une question :

« Ma chère tu ne voudrais pas sortir d’ici ? Sortir … nous pourrions aller loin, voir ou mes pieds nus pourraient nous mener ! »

Il voulu se resservir du thé, rata sa tasse, maladroit, arrosa le sol, tans pis …

C’était presque une proposition en l’air. En fait, l’homme n’était pas sur de pouvoir sortir de l’hôpital en compagnie d’une patiente, si l’autre femme revenait, cela ferait tout un scandale, vraiment vraiment contraignant les familles quelquefois.

Pourtant, comme il serait merveilleux de partir main dans la main …

Non, il ne tombait pas amoureux, non, il ne se faisait pas de désillusions, juste des rêves éveiller.

« Malheureusement, la personne qui t’accompagnait risque de ne pas apprécier … »

Était ce si dérangeant ? Puis, il réalisa que cela faisait la deuxième fois qu’il lui proposait de bouger, comme si cette simple action était devenue une réelle nécessité, un ras le bol d’être entre quatre murs ?

C’était bien possible …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je vais très bien [Gordy] Terminé

Revenir en haut Aller en bas

Je vais très bien [Gordy] Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-