POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

We can work it out and get it straight || Graham

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


Invité


Invité


MessageSujet: Re: We can work it out and get it straight || Graham Dim 28 Juil - 16:18

Est-ce qu'on pouvait envier la normalité ? Est-ce qu'on pouvait envier le vide ? Non pas que ça dérange Daniel, mais sa vie se constituait d'une routine assez banale finalement. Lui s'y habituait parce qu'il ne connaissait rien d'autre, et il trouvait cela parfaitement normal...justement. Dans le fond, il arrivait à trouver des tas de choses à coté desquelles passaient les gens dans son quotidien et pour rien au monde il ne l'aurait changé. Mais il avait conscience que ça pouvait paraître ennuyant vu de l'extérieur. Globalement, s'il observait les gens et commençait à bien comprendre comment ils fonctionnaient, Cade ne comprenaient pas pourquoi ils cherchaient à fonctionner ainsi. Ils ne prenaient le temps de rien. Ils se contentaient de courir, sans jamais s'arrêter, à la recherche de quoi ? De quelque chose d'extraordinaire sans doute. De la gloire. Voilà bien quelque chose qui passait au dessus de la tête de Daniel. Les gens voulaient être heureux, connus, reconnus, mais comprenaient-ils vraiment ce que ça signifiait le mot bonheur ? On pouvait le chercher, mais on ne le trouvait pas. Il fallait le laisser partir, et puis un jour, comme ça, il serait là. Daniel appliquait ça depuis bien longtemps et ça lui convenait. Il aimait sa vie, il aimait la tranquilité de son existence. On pouvait dire qu'on ne se souviendrait pas de lui, qu'il n'avait rien fait de particulier et qu'il ne ferait sans doute jamais rien d'extraordinaire, mais Daniel riait de ces gens là, il riait de leur course extraordinaire vers un but de gloire qu'ils n'atteindraient jamais non plus. Oh, ça constituait peut-être leur moteur, car tout le monde voulait un but dans la vie, mais le sien ce n'était pas ça. A sa mort, on dirait peut-être qu'il n'avait rien de particulier ni d'héroique. Il aurait peut-être causé du tort à des gens, mais toujours en faisant son devoir et en étant honnête, en agissant en toute bonne foi. A sa mort, Daniel Cade n'aurait à s'excuser auprès de personne et cela lui suffisait. C'était un homme très simple, dont la vie se résumait à peu d'adjectifs. Servir, protéger, obéir. Une leçon que son père lui avait inculqué. Des vœux simples pour des hommes simples. Une ligne de vie droite. Et que Daniel appréciait. Son but dans la vie, c'était sans doute ça, n'avoir à rougir de rien, faire son devoir parce qu'il le fallait. Le bonheur ? Mais le bonheur viendrait avec. On pouvait dire qu'il avait une vie lambda, mais en regardant bien, en restant immobile, il contemplait le monde et voyait des tas de choses extraordinaires, des petits moments de grâce que personne ne contemplaient mis à part lui. Parce que Daniel prenait le temps des choses. Après tout, toute sa vie était devant lui.

Peu de gens l'enviaient, peu de gens le comprenaient même – s'ils faisaient l'effort de s'intéresser à lui, ce qui déjà était rare. Daniel ne demandait rien à personne, il ne voulait pas ennuyer les gens avec ses problèmes. Puis d'ailleurs, quels problèmes ? Il ne manquait de rien et n'avait à se plaindre de rien non plus. Sa vie était paisible. Rares étaient les gens qui réalisaient que la course de la vie et de l'agitation ne leur convenaient pas. Peut-être Graham Ferwright était-il de ceux là. Ca arrivait, parfois...Daniel ne cherchait pas à s'imposer, il était ce qu'il était, à sa place, et personne n'avait de toute façon l'idée – ou même l'envie – de lui prendre sa place. Le contraire était étonnant. On pouvait voir ça comme une preuve de sagesse, ou alors c'était le résultat d'un parcours personnel propre au commissaire du sang. Dans tous les cas, Cade ne demanderait pas plus d'explications. Pas que ça ne l'intéressait pas de savoir, non, juste qu'il trouvait que si Graham ne s'étendait pas sur le sujet, il n'avait pas à être intrusif. Danny préférait amplement laisser les gens parler s'ils avaient envie de le faire, ça évitait d'aborder des sujets dont les gens ne voulaient pas parler...

Et parfois il aurait apprécié que les gens fassent de même. Grâce à Dieu – Daniel ne devenait croyant que dans ce genre de situation qui nécessitait un miracle – Graham ne s'aventura pas plus avant sur le sujet de la cleptomanie, lui proposant même un chewing gum, que Daniel refusa poliment d'un signe de la main. Les sucreries, ce n'était pas trop son truc. Mais le commissaire du sang continua sur un sujet qui...non, ce n'était pas qu'il dérangeait l'exécuteur, c'est qu'en fait, il n'y avait jamais vraiment réfléchi non plus. Parce que demander ce qu'il pensait de lui...bah, rien. En fait la question était un non sens pour Daniel. Il était ce qu'il était, point, pas de question ni de choses à ajouter là dessus...Si ? La question le mettait tout de même un peu mal à l'aise. Croire que son père aie pu le rendre associable et timide...Non, ce n'était pas le genre de Greg. Est-ce qu'il lui avait seulement dit d'être discret dans sa vie ? Non, sans doute pas. Ou alors avant son accident...il ne savait pas trop...non, vraiment pas. Jusqu'il était comme ça, naturellement, avec ou sans son père.

« Je ne pense pas, non... Quand j'étais ado, à partir de dix, onze ans... j'étais assez méfiant avec tout le monde. Pour ça que mon père le disait, d'après lui j'étais pas comme ça avant...euh...mon accident. Ca va mieux maintenant, vous savez ce que c'est, les peurs de gamins... »

Ca, il s'en rappelait, oui, après sa sortie de l’hôpital, il était farouche comme un animal. D'où ça venait, aucune idée. Greg, son père, prétendait bien qu'avant il n'était pas comme ça. Ce dont à la vérité il ne pouvait avoir aucune idée, mais comme Daniel ne savait pas que son père ne l'avait pas élevé...M'enfin peu importait. Conscient de ce qu'il venait de dire, et pas vraiment convaincu par son discours, il tenta de reprendre :

« Enfin, pas que j'ai peur des gens, mais la plupart du temps, ils ne me comprennent pas, et c'est réciproque. Vaut mieux rester dans son coin dans ce genre de cas... »

Ouais, ça pouvait vraiment faire bizarre. Ce qui ne choquait pas l'exécuteur dans ses habitudes, dit à haute voix, ça devenait un peu étrange...Il sourit :

« Ca doit vous sembler...particulier...non ? J'ai l'impression de m'enfoncer un peu plus à chaque mot que j'ajoute. »

Toujours un peu hésitant, Daniel, mais il fallait dire aussi que les gens ne le comprenaient vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: We can work it out and get it straight || Graham Mar 6 Aoû - 20:32

Ce que Graham n'appréciait guère dans son quotidien, c'était cette absence de ressemblance avec les autres jours. Au fond, il était peut être le seul à ne pas s'en apercevoir, mais il avait bien l'impression que rien ne se ressemblait et ça, c'était parfait pour le faire criser. L'autre avait le don pour lui faire passer ce sentiment, explorer chaque jour de nouvelles choses que l'ex policier n'avait pas demandé. Oui il enviait une normalité qui pourrait le faire voir le monde comme il était réellement et non pas au travers d'un regard complètement perverti par un esprit passablement dérangé et une petite voix qui prenait plaisir à lui faire voir des choses complètement stupide. Mais ça personne ne pouvait le comprendre, encore moins Daniel Cade qui ne connaissait pas vraiment son interlocuteur ni même ne pouvait deviner que ce dernier avait un léger souci. Ça ne le regardait pas de toute façon, et malgré l'appréciabilité de cette discussion, elle aussi était à caractère unique et ne risquait pas de se renouveler dans un futur proche ou lointain. Après tout Daniel et Graham ne se connaissaient pas et même si ils savaient qu'ils travaillaient tous deux au même endroit, ça ne changeait pas grand chose, du moins dans l'esprit du commissaire du sang. Il n'était pas à l'abri de la surprise. En tout cas, quand Graham disait envier Daniel, ce n'était rien d'autre que de la sincérité. Le jeune homme avait pas mal de souci pour cacher la vérité, et pour lui le mensonge relevait de l'incompréhension qu'il réprouvait à utiliser même si dans certains cas il n'avait pas le choix. C'était le meilleur moyen selon lui pour s'embrouiller et partir dans des histoires complètement folles qui n'avaient pas de raison d'être. Dans la majorités des situations, la vérité mettait un terme aux problèmes, et si ce n'était pas totalement le cas, au moins elle apportait plus de réponse que le mensonge. Ce n'était qu'un truc pour se bloquer et bloquer les autres tout en se perdant dans une spirale éternelle. Car une fois le mensonge lancé, s'en dépêtrer devenait compliqué. Il appréciait en tout cas Daniel pour ce qu'il était et la vie qu'il menait sans chercher en particulier à le comprendre. Ce n'était pas à lui se le faire s'ouvrir même si Graham ne pouvait s'empêcher de poser des questions. Il ne tenait pas à insister, Cade était libre de tout ce qu'il pouvait dire, aussi bien la vérité que comme une réalité partielle de ce qu'il pensait. Si il parlait avec sincérité, ce que l'américain sentait dans la voix de son interlocuteur, c'est qu'il faisait un minimum confiance au commissaire, et ça, ce n'était pas pour lui déplaire, même si il ne savait pas pourquoi. À l'instar, si on lui avait posé le même genre de question, Graham n'aurait pas eut vraiment de problème pour y répondre. Tant que ça ne tournait pas autour de ses problèmes, tout allait bien.

L'exécuteur était intéressant. Peut être ne s'en rendait-il pas compte, ou alors avait-il vraiment mauvaise opinion de lui même, mais en tout cas pour l'ex policier, il avait quelque chose de parfaitement banal tout en étant mélangé à une particularité tout aussi passionnante. On disait des gens fou ou à la mentalité complexe qu'ils étaient intéressant, ce n'était peut être pas faux, mais pour quelqu'un qui appréciait la normalité et qui aurait aimé la toucher comme Graham, il ne voyait pas l'intérêt chez ses personnes là, même si il pouvait les voir à leur juste valeur. L'américain se rendait bien compte intérieurement qu'avec ses questions il rendait Daniel Cade un peu nerveux et que sans doute ça ne lui plaisait pas, mais à aucun moment le jeune homme ne revint sur ses mots, attendant avec patience que son interlocuteur réponde, en disant la vérité ou en repoussant la question. L'une comme l'autre, Graham était prêt à les entendre. Si il ne voulait pas continuer sur ce sujet, alors il l'ancien policier l'éviterait. Si il enchainait, et bien il ferait de même jusqu'à ce que l'un ou l'autre se lasse. Ce n'était pas vraiment l'envie de l'américain de mettre Cade mal à l'aise, surtout que dans cette histoire, c'était lui qui était analysé, et cela se voyait comme le nez au milieu de la figure qu'il n'avait pas l'habitude de raconter sa vie. Mais n'était-ce pas un pas en avant qu'il faisait là ? Peut être oui, même si ça n'avait pas été l'idée de base de Graham, si cela pouvait aider l'exécuteur à mieux se voir lui même, alors le jeune homme n'en serait que ravi.

Un peu étonné, il s'était quand même attendu à ce que Cade évite la question. Agréablement surprit, il écouta, bien qu'un peu sceptique sur ce que lui disait son interlocuteur. Non il ne devait juger ce qui se disait, mais il ne pouvait pas s'empêcher de penser. C'était dans la nature de Graham, et même si il ne répondait rien encore, il supposait, à tort ou à raison. Il sourit un peu malgré lui, plutôt avec amertume quand Daniel parla d'un accident qui l'avait fait changer. Oh bon sang, pourquoi une telle coïncidence ? C'était un peu déstabilisant, mais l'ex policer continua son écoute, un peu déçu que son verre soit déjà vide. Mais il ne valait mieux pas abuser sur l'alcool pour l'instant. Surtout pas quand la douleur se réveillait. À tous les coups il allait devoir retourner à Sainte Mangouste, ce n'était pas normal. Deux précautions valent mieux qu'une.

« Je vois oui. »

Graham remarqua un peu par hasard dans le regard de Daniel que lui même ne semblait pas satisfait de ses mots et le laissa reprendre. À vrai dire, l'américain prenait comme ça venait ce qu'il entendait, c'était après qu'il analysait. Il ne pouvait prétendre croire Daniel Cade. Ou plutôt si, il croyait en sa bonne foi. Mais l'esprit imaginatif faisait tout le travail après. En tout cas, si ce qu'il ajoutait là était censé le convaincre, le commissaire en resta songeur et silencieux. Ce n'était pas lui qu'il fallait convaincre, et si même l'exécuteur avait du mal à y croire, ça ne risquait pas de marcher...Si cela lui semblait particulier ? Non, il en fallait plus pour que ça pour Graham. Néanmoins, il ressentait pour Cade une certaine désolation dans les propos qu'il tenait.

« Non rassurez vous Daniel, je peux être plus étrange encore. Mais c'est dommage pour vous de ne pas croire en ce que vous dites. Si vous avez l'impression de vous enfoncer dans vos explications, est-ce parce que vous n'arrivez pas à mettre des mots sur celles ci ou est-ce parce que vous n'arrivez pas à les comprendre vous même ? Je ne vous juge p... »


La voix de Graham fut coupé, le son c'était éteint dans un râle douloureux qui venait de le reprendre. Instinctivement, il porta la main à son torse, mais ce n'était pas ainsi que la douleur allait s'éteindre. Ok, il était peut être plus temps de discuter. Il essaya de se relever, mais le simple mouvement pour ça lui arracha une grimace.

« Daniel... ça ne... vous dérangerait pas de m'emmener à Sainte Mangouste ... ? Je crois que... » ça ne va pas... Les mots n'avaient pu franchir ses lèvres.

Encore une fois la voix s'éteint. Sa main se crispa et son souffle s'accéléra. Dire qu'il n'avait pas sa potion pour calmer la douleur avec lui, c'était bien sa veine. Il espéra en tout cas que Cade ne le laisse pas tomber. C'était un peu sa faute après tout, même si Graham ne lui reprochait rien là dessus. Une erreur comme ça était facilement excusable.
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: We can work it out and get it straight || Graham Dim 11 Aoû - 18:31

La plupart du temps, Daniel n'aimait pas qu'on cherche à dire, à interpréter, ce qu'il pensait, et ce qu'il disait. Ce genre de choses, il ne l'appréciait pas trop pour une raison simple, c'est que pour intérpréter les paroles de quelqu'un, il fallait qu'il y ait dans ses dires un sens caché. Or, si quelqu'un  parlait franchement, c'était bien Cade, car l'exécuteur ne savait pas réellement mentir, en tout cas pas sur des sujets importants. Déformer légèrement la réalité sur sa cleptomanie, par exemple, le dérangeait moins, ça évitait des incidents regrettables, et ce n'était pas des plus glorieux. Danny n'était pas vraiment du genre à se glorifier d'être un voleur compulsif, il trouvait qu'il n'y avait pas de quoi se vanter de ce genre de choses, à tout prendre, en fait. C'était un homme honnête, un peu trop parfois, sans doute, au gré de ses supérieurs, même s'il n'avait jamais réellement eu de problèmes au bureau des exécuteurs. Plus à l'armée – Daniel ne mâchait pas ses mots à l'encontre des sorciers nés-moldus, en fait. Il était même assez extrémiste, tout du moins dans le discours. D'aucuns diraient qu'il était lâche de ne jamais avoir agressé quiconque, ni tué personne, comme Mike Witcher, à la même époque, mais Danny revendiquait cela. Il se rapellait du capitaine qu'avait été Witcher. Un mec qui le mettait mal à l'aise. Un homme qu'il n'aimerait pas fréquenter, même aujourd'hui, alors qu'il venait de succéder à Eris Valverde et qu'il venait de devenir le respectable directeur de l'Ordre Nouveau. Mais pour en revenir à cette histoire de mensonge, non, il mentait très rarement. Et il ne maitrisait guère l'art du sous-entendu. Sans être brutal, Danny n'aimait guère insinuer des choses. En fait, il n'en était même pas franchement capable.

Puis même, sans ça, est-ce qu'on pouvait affirmer à quelqu'un comme ça qu'il ne croyait pas ce qu'il disait ? On ne pouvait pas prétendre connaître quelqu'un comme ça, d'un coup. Est-ce qu'il le faisait, lui, hein ? Non. Bon. Enfin, c'était facile pour Daniel, franchement. Il ne comprenait guère les gens, affirmer quelque chose sur leur pensée intime, dépassait ses compétences. Mais cela dit, personne ne pouvait vraiment le faire, car mis à part soi même, on ne pouvait pas connaître parfaitement les gens. Convaincu par son discours ? En fait, c'était plutôt la manière de l'exprimer qui clochait. Et c'est en ça que Graham Ferwright se rattrapa en un instant. Le fait de ne pas juger, d'envisager toutes les options, était quelque chose que Daniel appréciait vraiment.

Sauf qu'évidemment, la conversation ne se poursuivit pas comme prévue. L'exécuteur prévoyait déjà la fin de la phrase de l'américain, mais celle ci ne vint jamais, et l'autre sembla faillir s'étouffer. Lorsqu'on savait qu'il avait été blessé gravement, comme Daniel, on penchait plutôt pour une crise de douleur. Absolument pas formé pour un rond à ce genre d'urgence – son rayon c'était plus arrêter les fous prenant en otage des gens, en général – il fallait bien avouer que sur le coup, Cade ne voyait pas trop ce qu'il pouvait faire. Cela dit, laisser tomber là le commissaire du sang ne lui vint même pas à l'idée. Danny restait un brave type malgré une timidité et un manque de communication alarmant. Dire qu'il avait le sens du service ne lui allait pas, mais du devoir, oui. Il ne pouvait pas voir un mec se faire agresser dans la rue sans rien faire alors qu'il possédait le pouvoir d'intervenir. De même, laisser un type agoniser à cause d'une blessure alors qu'il pouvait faire quelque chose et lui filer un coup de main lui semblait naturel, logique. Il savait que de nombreuses personnes auraient passé leur chemin, lui non. Il n'était pas comme ça. Tout du moins pas égoiste. Peut-être qu'il ne pouvait pas sauver tout le monde, peut-être qu'il fallait que des gens meurent – les ennemis du régime par exemple – mais tout de même. Si quelqu'un demandait de l'aide, il la donnait. On n'abandonnait pas quelqu'un parce qu'il était dans une sale situation, au contraire.

Alors que faire ? Bien sur, lui filer un coup de main, et plutôt vite, parce que sinon il faudrait que Sainte-Mangouste vienne à Graham, puisqu'il ne serait pas en état de faire le contraire. Il parla assez calmement – la panique n'apporterait rien de bon :

« Sur. Essayez de parler le moins possible, concentrez vous juste sur le fait de respirer, je vais m'occuper du reste. »


Le barman s'approcha, histoire de voir ce qui se passait, encadré par deux serveurs. Il voulait voir si quelqu'un n'allait pas encore se battre, ce qui serait facheux pour son commerce, mais se retrouver entouré par trop de gens n'arrangerait guère la situation. Danny reprit :

« De l'air, bon dieu. Je te paye la prochaine fois, Miles, je te laisse la guitare en gage si tu veux. »

Et Dieu sait ce que ça lui coutait, d'abandonner au main de ce mécréant son précieux instrument. Daniel détestait qu'on touche à ses affaires, c'est d'ailleurs pour cela que son bureau au boulot restait en bordel, parce qu'il n'autorisait personne à le ranger, et avait la flemme de le faire lui même. Le barman recula tout de même et reprit son balayage. Cade se leva et commenta de nouveau :

« C'est pas à coté, Sainte-Mangouste, mais je pense que transplaner va vous achever. Appuyez vous sur moi, voilà comme ça, on va y aller doucement. »
Il aida l'américain à se relever. Il tituba un peu sous son poids, il n'était tout de même pas léger, l'animal, mais enfin ça irait. Réalisant soudainement quelque chose, il reprit tout de même : « Vous voulez que je prévienne quelqu'un pour vous quand on arrivera là bas ? »
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: We can work it out and get it straight || Graham Mer 28 Aoû - 3:41

Jamais Graham n'avait voulu interpréter les paroles d'un autre. Il estimait que si lui même il n'aimait pas qu'on fasse ça – au risque de son tromper d'ailleurs – il n'avait pas à le faire à un autre. Trop honnête pour ça, il n'était pas le genre d'homme à suivre la règle : faites ce que je dis mais pas ce que je fais. Son seul défaut était en réalité d'avoir l'esprit trop fertile d'idée et sans lui demander réellement son avis, commençait à interpréter tout et n'importe quoi, en rapport ou non avec la situation présente. Que Daniel Cade soit sincère ou non, ce n'était pas le problème de Graham, il faisait ce qu'il voulait après tout, le commissaire n'était pas là pour juger et encore moins vérifier la véracité des propos dont il n'avait au fond pas grand chose à faire sur le long terme. Ce que lui disait Cade, dans l'instant, l'intéressait beaucoup, mais Graham n'analysait aucunement son interlocuteur. Car il savait de toute façon que quoiqu'il arrive, il y aurait toujours quelque chose de faux, erroné, d'autant qu'avec l'esprit qu'il avait et l'autre pour l'embrouiller, il irait droit dans le mur. Alors l'américain évitait d'écouter ce qui se disait dans sa tête pour se fier à ses sens. Et si il voyait le mensonge chez quelqu'un, notamment dans son travail, il le reprenait. Mais dans le cas de Cade, premièrement il ne mentait pas mais exprimait seulement avec difficulté, et deuxièmement, si il avait menti, peut être avait-il ses raisons qui ne le regardait pas. Graham aimait bien en savoir un peu plus sur les autres dans l'instant où il parlait avec eux (par la suite il ne pouvait prétendre s'y intéresser), c'était un fait. Mais il n'avait jamais obligé personne à répondre à ses questions et était tout à fait prêt à entendre un non catégorique et une critique sur sa curiosité. Après tout, il y avait déjà fait face.

Il aurait bien aimé continuer de parler, mais hélas, son corps ne lui en laissait guère le droit et se rappelait dans une vague de douleur bien précise qui tombait quand même d'un coup sans prévenir, ce que le commissaire trouva très énervant. Il eut la soudaine pensée que peut être, cette blessure avait son propre caractère et que son seul but dans la vie était de se faire remarquer en disant par des pics douloureux « regarde moi ! Regarde moi comme je fais mal ! » Et c'était vrai, cela faisait mal pour ne pas dire que c'était terrassant. Les os étaient dévorés presque de l'intérieur et étaient devenus si fragiles que les coups comme lui avait porté Cade quelques minutes avant pouvaient les rendre en miette comme on écrase du pain. C'était vraiment dommage qu'il n'aie pas sa potion pour se calmer car au moins il aurait pu se rendre à Sainte Mangouste sans trop de peine. Mais là, il avait comme l'impression que le moindre pas, le moindre mouvement ou la plus petite respiration allait lui arracher les côtes. Écoutant sans écouter, plus concentré sur lui, Graham fut satisfait de savoir que Daniel n'allait pas le laisser comme ça. C'était en un sens très rassurant et ouvrait pour le commissaire une nouvelle source de réflexion sur son interlocuteur qui présentait bien des particularité. Il en oublierait presque qu'il avait demandé à l'exécuteur de l'aide, et que si il ne l'avait pas fait, peut être que Cade n'aurait pas bougé le petit doigt. À vrai dire, il n'en savait rien, mais là où d'autres s'en seraient foutu dans la même situation, cela continuait de l'intriguer. Et entre deux sautes de douleur, il manqua de continuer de le questionner alors que Daniel lui avait bien précisé de ne pas parler.

« Merci Daniel... »

Ouais nan, mieux valait vraiment ne pas l'ouvrir car le simple élan de gratitude lui arracha une grimace. Bien, se concentrer sur sa respiration... comment faire ? Devait-il compter le nombre d'inspiration et d'expiration qu'il faisait en une minute pour respecter ce même nombre la minute suivante. Ou peut être simplement exercer la plus longue inspiration pour expulser l'air d'une façon tout aussi lente et longue ? Il n'en savait rien, alors le commissaire se contenta d'en revenir à son idée première et compter. En tous les cas ça ne calmait pas la douleur, peut être parce que même concentré ailleurs, Graham ne pouvait pas mettre à part ce point là qui était la zone la plus sollicité par son attention. Des gens s'approchaient, ce qui sembla énerver Cade, mais ce n'eut pas la moindre importance pour l'américain qui les remarqua à peine. En vérité, sa conscience vaquait partout : sa respiration, ses côtes, la douleur qui montait à son cerveau, la voix de Daniel, les murmures des gens autour, l'heure qu'il était... bien des choses qui n'avaient rien à faire là et qui pourtant s'y trouvait, parce que Graham les trouvait logique. Ou peut être ne pouvait-il simplement pas s'en débarrasser.

La guitare ? Pourquoi laissait-il quelque chose d'aussi important ? Les hommes de ce bar n'avaient donc aucune idée de l'altruisme ? Agacé, le commissaire jeta un regard désolé à Daniel, et un regard excédé au barman franchement égoïste. Si c'était un habitué – comme supposait le fait que Cade connaisse le nom de l'homme – ils risquaient de se revoir... une nouvelle fois, le commissaire aurait bien voulu parler pour s'excuser, mais il préféra garder sa salive. L'inutilité de l'acte était évident de toute façon. Cade prenait les choses en main même si Graham gardait un œil alerte un peu partout tout en se concentrant – du moins essayait-il – sur sa respiration toujours un peu saccadée mais bien moins lourde et douloureuse. Obéissant, il s'appuya contre l'exécuteur. Et curieusement, la position debout lui était tout de suite moins fatale. Certes, le fait de se lever avait été dur, mais une fois la tension passée, c'était un peu moins douloureux. La seule perspective qui le gênait mais qu'il n'avait d'autre choix d'approuver c'était de faire le chemin à pied. Mais en effet, le transplanage n'aurait rien arrangé, et Graham n'avait pas particulièrement envie de tester cette expérience.
Avant qu'ils ne commencent à marcher, Daniel se senti l'envie de poser une question que l'américain n'avait pas attendu. Qu'à cela ne tienne, il n'avait rien à cacher là dessus.

« Non. Je n'ai personne à prévenir. »

Emma n'était pas là en ce moment et Coleen était encore à Poudlard. Cela constituait la totalité de ses relations familiales, et encore. Pour le reste, il n'avait  plus personne sur qui compter et ce n'était pas franchement plus mal. Il avait vécu toute sa vie de la sorte, il avait l'habitude. Si il ne réfutait pas le changement, il demandait quand même une période d'adaptation. Et si cette situation aurait pu servir de première fois, c'était mal barré avec personne à la maison. Donc non, il était seul et n'avait personne à prévenir.

« Une fois arrivé, ne vous sentez pas obligé de rester Daniel. Cela m'ennuie déjà de vous demander autant de services. Par ailleurs, désolé pour votre guitare... »

Il se tut, n'ayant rien à rajouter et se contenta de marcher en suivant les pas de Cade qui le guidait tout en l'aidant à se supporter lui même. Ils devaient sans doute voir l'air de deux soulards revenant de fête, mais la pensée n'effleura même pas Graham qui se contenta de regarder le sol, notant tout d'un coup qu'il avait oublié son paquet de chewing gum sur la table. Demander de retourner le chercher était-ce une bonne idée ? Il n'en savait foutrement rien. Mais évita de demander quand même. Il avait quand même bien envie d'en mâcher un autre.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas


Invité


Invité


MessageSujet: Re: We can work it out and get it straight || Graham Dim 8 Sep - 18:48

Est-ce qu'on aidait les gens pour avoir des remerciements ? Daniel Cade ne croyait pas à ça. Pas plus qu'il ne croyait qu'il aurait laissé tomber quelqu'un comme ça, même si cette personne ne demandait rien et souffrait en silence. Avec raison, puisqu'il ne l'avait jamais fait. Danny était un homme profondément honnête et profondément droit, qui croyait au purisme sincèrement, et c'était bien la seule chose qui pouvait le rendre parfois difficilement supportable. Disons que le reste du temps on ne le remarquait pas, ce qui ne changeait pas grand chose, à ce moment là. Dans tous les cas, ça n'avait strictement aucun rapport avec le fait d'aider ou non Graham Ferwright. L'éxécuteur considérait que c'était un peu sa faute si le commissaire se retrouvait dans cet état, il se voyait donc très mal le laisser là en plan. Cade croyait qu'il fallait assumer ses actes, il le faisait et poussait la justice jusqu'au bout. Et puis de toute façon, même s'il n'y avait été pour rien, quel genre de type aurait-il été en laissant Graham là ? Il fallait être un sale con pour ne pas prêter assistance aux gens qui avaient un problème, d'autant qu'en tant que flic, Daniel croyait fermement qu'il avait une sorte de devoir d'assistance au gens. Il était là pour protéger et servir la population. Servir. Obéir. Protéger. Des vœux simples pour des hommes simples, jurés lorsqu'il était entré dans la brigade de police magique, des vœux qu'il conservait comme règle bien qu'il soit devenu exécuteur. Une qualité ou un défaut, il s'en fichait, Daniel se foutait éperdument de savoir comment on le considérait. Il ne tenait pas spécialement à monter en grade, il faisait juste son boulot et il le faisait bien. Il ne cherchait pas à plaire, pas plus à son patron qu'aux autres, et peut-être était-ce pour cela qu'il était si solitaire, mais cela lui importait réellement très peu.

Il ne vivait pas pour les remerciements et se contenta donc d'aider Graham à marcher. Le sourire qu'il eut était en fait presque mécanique. Daniel l'aurait fait tout de même, mais ça, évidemment, l'américain ne pouvait pas le savoir. Qu'à cela ne tienne, dans le fond, ça n'avait pas réellement d'importance. Il répondit donc :

« Non laissez, c'est normal. Je me voyais mal vous abandonner là de toute façon. »

L'autre ne dit rien jusqu'à ce que Daniel reprenne la conversation. Vu la tête qu'il tirait, sans même avoir de grandes connaissances en médecine, Cade jugea qu'il valait mieux que Ferwright ne dise rien, en effet. D'ailleurs, Sainte-Mangouste lui sembla d'un coup excessivement loin. Il ne fallait pas que l'autre lui claque dans les pattes, manquerait plus que ça. L'éxécuteur se voyait très mal expliquer à son patron, Lincoln Crow, qu'un homme était mort parce qu'il avait voulu l'empêcher de se battre avec un ivrogne. Moins il avait affaire à son patron mieux Daniel se portait. Crow était un type réglo, mais pas particulièrement ouvert, et bon...lui expliquer qu'il jouait dans un groupe de musique, c'est pas dit qu'il apprécierait. Dans tous les cas, il valait mieux pour tout le monde, à commencer par Ferwright lui même, que ça n'arrive pas.

Bon, ça ennuyait un peu Daniel de laisser en plan sa guitare, mais c'était tout de même moins grave que de laisser un mec mourir dans un bar, même s'il y avait même pas une heure qu'il le connaissait. Mais même s'il avait été un inconnu, Cade ne l'aurait pas laissé ça, ce n'était pas dans sa nature. Voilà aussi pourquoi il proposait à Ferwright de contacter quelqu'un de sa famille, histoire qu'il ne reste pas tout seul. Mais le commissaire lui dit tout de go que non, il n'avait personne à contacter. Ah. Daniel l'aurait cru, vu qu'il avait dit avoir une nièce...Enfin, peu importait, du coup. L'autre lui apparut comme aussi solitaire que lui, d'un coup, et Danny se demanda ce qui serait arrivé si Ferwright avait eu sa crise de douleur seul...Enfin peu importait, cela ne s'était pas passé ainsi.

L'autre s'excusa encore. Daniel sourit à nouveau :

« Vous en faites pas, je vous ai dit. Tenez, de toute façon on arrive. »

Il aida le commissaire à franchir la vitre et ils purent entrer dans le hall de l'hopital. Un médecin ne tarda pas à venir vers eux pour prendre en charge Ferwirght. Dans l'agitation générale, on fit signe à Cade qu'il était bien gentil, mais inutile, et qu'il gênait. Dans ces conditions, il se contenta de serrer la main du commissaire – Dieu qu'il était pâle, Ferwright ! - et de conclure avec un sourire :

« Je crois que j'ai connu mieux pour démarrer une relation, mais au moins c'est original. Bonne chance à vous, Graham, on se revoit au Ministère. »

Et sur ce, il s'en alla, car, oui, il ne l'oubliait pas, tout de même, cette fichue guitare.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: We can work it out and get it straight || Graham

Revenir en haut Aller en bas

We can work it out and get it straight || Graham

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-