POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 10/07/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 16/06/2013
Parchemins postés : 19



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 14PV
Dan L. Millers


MessageSujet: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%) Dim 16 Juin - 21:25

..





© moi-même

DAN LAWRENCE MILLERS (ft. James Marsden)


    » SURNOM(S) : Danny, Capitaine...
    » NÉ(E) LE : 4 Novembre 1965
    » LIEU DE NAISSANCE : Londres
    » ÂGE : 39 ans
    » DEGRÉ D'ÉTUDE : S'est engagé dans l'armée après l'obtention de son A-Level
    » ORIGINE(S) & NATIONALITÉ : Anglais
    » SANG CERTIFIÉ COMME : Impur (Moldu)
    » MÉTIER :
    Dan a suivit la voie de son père, et aussitôt après l'obtention de son diplôme, a opté pour la carrière de militaire dans l'armée de terre ; il a alors lentement progressé dans la hiérarchie jusqu'au grade de capitaine. Quand les sorciers se sont révélés à leur monde, il a décidé de résister à son échelle en prenant les armes contre eux, et a donc déserté, afin de défendre sa vision du monde.




INFORMATIONS GÉNÉRALES




» ÉTAT CIVIL : Divorcé, il a une fille de 19 ans, Neila, qu'il a perdue de vue.
» FAMILLE :
Dan est né dans une famille classique, au niveau de vie moyen. Son père était militaire, et Dan, comme sa petite sœur Kim et son petit frère Aiden, a grandit dans l'admiration de ce héros qu'était pour eux leur père, souvent absent, qui ne parlait pas de ce qu'il faisait vraiment, mais qui était fier de servir son pays. Si Dan s'est souvent disputé avec ses frères et sœurs et a longtemps refusé l'autorité de sa mère, qu'il méprisait à cause de son statut de femme au foyer quand il était jeune, il s'est assagit en grandissant, quand il a comprit les sacrifices qu'elle avait fait pour ses enfants.
Ses parents sont encore ensemble et l'ont toujours soutenu quels qu'ont été ses choix de vies et ses erreurs ; son père, qui l'a poussé à suivre ses traces dans l'armée, est fier de voir son fil aîné suivre sa voie. Kim a poursuivit ses études dans l'infographie, et est partie poursuivre sa carrière aux Etats-Unis ; Dan garde contact avec elle, et ils s'envoient régulièrement des mails, mais cela fait des années qu'ils ne se sont pas vus. Aiden, le plus jeune de la fratrie, est devenu médecin, et s'est installé dans la campagne anglaise. Dan sait qu'il pourrait lui demander n'importe quoi, l'appeler au milieu de la nuit s'il en avait besoin, mais ils ne se voient pas souvent, ils ont chacun leurs vies différentes, et des opinions divergentes sur le monde.
» AMITIÉ / RIVALITÉ :
Dan s'est toujours bien entendu avec ses hommes et ses collègues, mais il ne s'est jamais vraiment lié avec eux plus que ne le nécessitait son poste, et son tempérament solitaire l'a poussé à ne pas chercher des amitiés plus loin. Il y a bien quelques gars vers qui il pourrait se tourner en cas de coups durs, et avec qui il va de temps en temps boire un verre, mais il ne se sent pas vraiment aussi proche d'eux qu'il le devrait.
Son ex-femme, Mary Rivers, a déménagé en Australie avec leur fille après la rupture, et s'il avait dans un premier temps fait l'effort de maintenir le contact avec Neila, l'hostilité de Mary avait finit par le faire abandonner, et cela fait des années qu'il n'a pas eu de leurs nouvelles.
De plus, ses activités en actuelles en marge de la société ne le poussent pas à aller vers les autres ; il préfère garder ses activités secrètes pour protéger ceux qui lui sont chers.




PERSONNALITÉ



» QUALITÉ(S) : Calme, réfléchi, responsable, courageux.
» DÉFAUT(S) : Froid, méfiant, voire paranoïaque, distant et solitaire.
» RÉGIME DE TERREUR : Dan a découvert le régime de terreur du Seigneur Noir en même temps qu’il a découvert l’existence des sorciers, et ne connait par conséquent que celui-ci. Il est d’accord pour aider à le combattre, puisqu’il veut protéger les siens, les moldus, mais plutôt que de chercher à rejoindre un réseau de résistance de sorciers, il préfère essayer d’aider les siens à sa façon, avec une bonne arme à feu et en restant à couvert. En fait, il préfère ne faire confiance à aucun sorcier, quel qu’il soit.
» NÉ MOLDU : Dan ferait tout pour défendre les moldus, ses confrères, des sorciers. Il considère qu’il est de son devoir de les protéger, et qu’il est le seul parmi eux qui puisse le faire.
» CARACTÈRE : Dan est une personne calme, aux grand sens des responsabilités. Il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour protéger ce qui lui est cher, et défendre ses idéaux, n’hésitant pas à se lever contre les injustices, violement s’il le faut. Il n’a jamais été franchement sociable, même jeune, mais les amis qu’il se fait lui sont toujours chers, et c’est pour lui ce qui compte le plus au monde. Au premier abord, on le décrit souvent comme froid, renfermé et solitaire, mais ceux qui le connaissent ne se tromperont pas sur ses sourires francs et nombreux, qui montrent un homme qui porte quand même en lui, malgré les épreuves, assez de joie de vivre pour continuer à lever la tête hors de l’eau et à tenir. Cependant, malgré son courage et sa ténacité qui le font avancer, encore et toujours, il a aussi ce côté de lui franchement paranoïaque ; il a du mal à se fier aux autres, et sa confiance est plus que difficile à obtenir.

HISTOIRE

» CHAPITRE ZERO – Prologue

Lawrence Millers était né dans une famille qui n’avait que peu de moyens, et a toujours travaillé pour aider ses parents à la ferme, s’occupant des animaux et des champs. Ne pouvant faire d’études, il a choisi de s’engager, lorsque ses frères furent assez grands pour aider leurs parents, afin de gagner un peu d’argent pour les siens. Elevé avec des responsabilités, c’est devenu un homme droit, parfois même rigide, sachant faire des sacrifices quand il le fallait. L’armée est devenue son salut et sa nouvelle famille, lui permettant de se rendre compte que les gens avaient besoin de lui, et qu’il pouvait les aider encore plus qu’il ne le pensait déjà. Il fit une carrière brillante, qui lui permit de sortir les siens du besoin, et qui aida ses jeunes frères et sœurs à faire des études. Ainsi pétri de sa propre importance, il devînt l’homme que connurent sa femme et ses enfants : un homme fier et ambitieux, qui savait ce qu’il voulait et le disait clairement. Il rencontra sa femme, Clara, lors d’une permission : elle traversait une route en courant, en retard pour se rendre à l’église, et il l’empêcha de se faire écraser par un camion. Après la messe, ils burent un verre ensemble, et c’est ainsi que leur histoire commença. Plus jeune que lui d’une dizaine d’année, pratiquante, elle lui amenait ce qu’il lui manquait pour équilibrer sa vie, et elle, jeune fille de bonne famille, vivait une romance comme dans les livres, avec un beau soldat qui revenait pour la voir, victorieux de ses campagnes.
C’est de leur union que naquirent Dan, nommé d’après son grand-père Daniel et son père Lawrence, Kim et Aiden. Les trois enfants furent chéris par leurs parents, qui les élevèrent dans le meilleur cadre possible, faisant ce qu’ils pouvaient pour leur offrir le meilleur, malgré l’adolescence particulièrement difficile de Dan.
» CHAPITRE UN – Lettre à moi-même, à ne pas ouvrir avant mes 16 ans !

Spoiler:
 
« Cher Dan. Je ne sais pas si tu te rappelle encore de moi. J'espère. Cela m'attristerai beaucoup que tu ne sache plus qui je suis. En même temps, si c'est le cas, je ne pourrais même plus être triste puisque je serais devenu toi. C'est bizarre. Mais j'ai besoin de m'écrire à moi, dans le futur. Tu as dû respecter la consigne, je suppose. Ne pas ouvrir cette lettre avant tes 16 ans. Tu te rappelle surement encore l'avoir écrire, à l'âge que j'ai, 11 ans, à destination de moi-même quand je serais plus vieux. Enfin, toi. Enfin, tu comprends. Le fait est que si tu te rappelles et te reconnais dans tout ce qui est là-dedans, c'est que tu n'as pas changé et que tu as gardé la même âme que celle que j'ai. Ça me plairait bien, de ne jamais changer quand je grandirais. Mais j'ai bien peur de ne pouvoir y arriver : tout le monde change en grandissant. C'est d'ailleurs pourquoi je m'écris. Ainsi, dans le futur, en me relisant, je verrai si j'ai changé. Tu dois te dire que tu étais un petit garçon bizarre, non, grand Dan ? En même temps, c'est à moi que je parle, alors je ne crains pas de me moquer de moi-même.
Tes amis sont-ils toujours les mêmes ? Tim, Alex, les deux Benji, et Leo – j'espère qu'on restera toujours ensemble, la bonne vieille bande. Hier je me suis fait casser la gueule par ce grand con de Felix, mais ça va, il a bien dérouillé aussi. Si je pouvais lui arracher la tête, je le ferais ! Enfin bon. Je ne sais pas si tu as réussit à te mettre avec Manon. Je t'imagine déjà en sourire, en me relisant ! Oui, j'aimerais bien cette fille...
Rappelle-toi te toujours haïr Maman. Je ne veux plus la voir. Elle est faible, et lâche, et elle ne sait rien faire que crier dans le vide, tout ça pour nous amadouer avec des cadeaux après ! A cause de Felix, elle m'a privé de sortie. Je t'assure que je vais lui faire regretter, à Maman ! Je la déteste. Je préfèrerais qu'elle soit morte. Et je m'en fiche, si je suis égoïste ; je le reconnais bien.
Kim est bizarre, toujours dans son monde. Elle n'arrête pas de dessiner et de lire. Elle m'énerve un peu. Elle ne veut jamais jouer avec moi, et puis elle ne répond pas toujours quand on lui parle. Enfin, elle est gentille. Aiden, lui, il est trop chiant ! Il n'arrête pas de me coller, et puis il est toujours là quand j'invite les copains à la maison, et Maman nous engueule quand on le vire. Je les déteste tous. Papa n'est jamais là. Enfin quand il revient c'est cool. Il a toujours plein d'histoires, et il nous apprend plein de choses ! J'aimerais bien qu'il soit là plus souvent. Et puis quand il vient, Maman fait des lasagnes, c'est cool.
Je continue l'escalade, j'aime bien ça. Je commence à me débrouiller, et bientôt j'irais aussi vite que Jean ! Cette fille est trop rapide, ça m'énerve. Toujours devant, et je vois son cul au-dessus de ma tête. J'ai envie de lui attraper le pied et de la tirer en arrière. Enfin bon. Je suis e train de la rattraper, c'est cool. Maman dit que comme je suis un garçon, je finirais forcément par la battre. Pas la même constitution, qu'elle dit. Enfin, on verra. Elle m'amène mon goûter, après, c'est pas mal. Enfin bon, elle est toujours aussi chante, hein ! Je vais commencer le basket l'année prochaine. J'ai hâte.
Je suis en train de lire les Agatha Christie, c'est cool ! J'aime bien les 10 petits nègres surtout. Kim lit toujours des livres fantastiques, ça m'énerve, ces histoires de fées et de magiciens... Je trouve ça niais. Quand je lui prête mes livres, elle ne les aime pas.
J'ai demandé une console à Maman pour mon anniversaire. Elle a dit « on verra ». Qu'est-ce qu'elle peut être relou ! Enfin, toi tu dois savoir si je l'ai eue ou non, la console.
Voilà, cher moi du futur ! J'espère que tu es encore moi. Que tu n'as pas trop changé. En tout cas, comme ça tu verras qui tu étais quand tu étais moi. Je pense que je peux dire qu'on se reverra !
Dan.
»
» CHAPITRE DEUX – Jeunesse

Spoiler:
 
« Hey, Felix, j’ai ouvert un lettre que j’avais écrite gamin ! Tu es dedans d’ailleurs, c’est drôle ! Att, je te la scanne^^ »
« Euh… ok ! »
« J’étais trop insupportable, quand j’étais gosse, tu verras xD En me relisant, c’est sûr que ça fait mal^^ C’est pas plus mal d’avoir changé, en fait ! »
« J’avoue… C’est vrai qu’on pouvait pas se saquer, à une période^^ T’es dur avec ta mère aussi ; vous vous entendez mieux, c’est bien =) »
« Mouais… C’est sûr que ça pouvait pas être beaucoup pire^^ »
« Ouais »
« Tu fais quoi l’année prochaine ? je vais entrer à l’armée, je pense »
« Ah ouais ? En même temps je te vois bien là-dedans ; ça te va bien^^ Moi je vais continuer mes études : histoire, encore^^ »
« Tu aimes toujours ça ? C’est bien ^^ att, je te laisse, Manon appelle =) »
« Ok, bye ! »
« ++ »
» CHAPITRE TROIS – Avenir
Spoiler:
 
Le jeune Dan a donc grandit, s’assagissant lentement avec les années, quittant peu à peu son caractère rebelle et rancunier qu’il avait plus jeune, se tournant vers ce qu’il voulait vraiment faire, il l’avait trouvé : devenir militaire. Ainsi, il allait pouvoir dépenser son trop-plein d’énergie tout en étant utile pour les autres et en protégeant ceux qui lui tenaient à cœur. Son père état fier qu’il suive sa voie, et Dan lui-même appréciait de prendre la relève, avec l’idée de faire de grandes choses et d’aller loin. Il travailla énormément pour faire ce qu’il voulait, épaississant et se musclant pour gagner la carrure et la résistance physique nécessaires à ses ambitions. Il avait décidé de partir du bas de l’échelle, et de se distinguer du rang : c’était ce que son père, qui venait d’une famille qui n’avait pas de quoi lui payer des études, avait fait. Et puis, il s’en était bien sortit ! Dan voulait aussi commencer le plus tôt possible, pour lâcher cette scolarité qui l’ennuyait et qui n’était pas faite pour lui ; il lui préférait le grand air, la course à pied et les jeux de tir. Sa mère tenta bien pendant un moment de lui faire continuer ses études, sachant que ce serait plus facile pour lui par la suite de rentrer directement dans une école d’officier, mais sans succès, d’autant plus que son père le soutenait quand il disait vouloir gravir lui-même les échelons, sans être aidé par des professeurs qui n’étaient plus depuis longtemps dans l’armée, quand ils y avaient été ! Et ainsi, il découvrait l’armée de l’intérieur, et son père jugeait que les chefs étaient d’autant meilleurs qu’ils avaient connu la troupe. Ainsi, dès qu’il put quitter l’école, il s’engagea.
L’armée lui apporta la discipline et la rigueur qui lui manquaient, même s’il dû souffrir pour les acquérir. Contrairement à son père, il manquait de ce petit plus qui le distinguerait des autres, de ce regard, de cette autonomie et de cette patience au travail qui le feraient grimper plus vite dans la hiérarchie, malgré sa volonté et sa vivacité. Il progressa donc, mais lentement, sans être non plus parmi les dernier, au sein de l’armée.
Pendant ses jeunes années, il connut un certain nombre de filles, que ses amis lui présentaient quand ils rentraient de permissions. Elles furent nombreuses, et il ne leur accorda qu’une importance passagère et relative, se mettant rarement plus de quelques mois en couple, au rythme de ses permissions, et des études des demoiselles. L’un d’entre elle s’appelait Mary, et elle n’avait rien qui ne la distinguait particulièrement des autres : c’était une jeune fille brune souriante, aux grands yeux bleus, à la peau veloutée, au nez un peu trop large et aux dents blanches. Dan était depuis huit mois avec elle, quand elle lui annonça qu’elle était enceinte. Dan avait alors dix-neuf ans, et n’était pas prêt du tout à avoir un enfant, d’autant plus que Mary était certes charmante, mais qu’il ne voulait pas passer sa vie avec elle. Cependant, elle voulait garder l’enfant, et il décida d’écouter son sens de l’honneur et de l’aider ; ses parents pressèrent alors leur mariage, et ils furent marié avant même que la jeune Neila ne naisse.
Ce fut une période dure pour les deux jeunes mariés, Dan continuant à travailler, et Mary poursuivant ses études de journalisme, mais ils bénéficièrent de l’aide de chacun de leurs parents, qui n’hésitèrent pas à consacrer une grande partie de leur temps à aider le jeune couple et à garder leur fille, qui était de plus en plus adorable en grandissant. La mère de Dan s’investit énormément auprès de la petite, et cela la rapprocha aussi de son fils et de Mary, à son grand bonheur.
Cependant, au fil du temps, la relation entre Mary et Dan se détériora petit à petit, et ils finirent par rompre. Dan aimait sa fille, et fit son possible pour la voir le plus souvent possible, d’autant que ses visites ne gênaient pas Mary, qui comprenait bien que même si c’était elle qui avait la garde de Neila, maintenant qu’elle avait fini ses études, la petite avait besoin de son père. Leur relation était devenue cordiale, et même si Dan savait qu’il avait déçu ses parents, il ne regrettait pas ses actes. Il aimait sa fille, il avait aimé Mary, et il referait chaque chose de la même façon s’il en avait eu l’occasion.
» CHAPITRE QUATRE – Flammes
Spoiler:
 
Des flammes. Partout. Qui léchaient les murs, le plafond. Des cris. Des cris de souffrance. Et la mort.
Présente. Vive. Noire et froide et chaude et ardente et vivante et blanche. La mort, partout.
Il la connait bien, cette vieille ennemie. Mais pas comme ça, pas ainsi. Pas dans la maison, le foyer, la chambre, l’ici, le chez-soi, le chez-lui, le chez-moi. Dehors, la mort !
Dehors dans la nuit le désert, l’orage, le ciel bleu sans nuage, les armes et le sang. Pas ici, pas ici, pas là où la vie est toujours plus forte, pas là où la vie domine, et pas ici !

Il avait rencontré les Dorths lors d’un dîner avec des amis communs. Il était gendarme, elle était enseignante. Il s’était tout de suite bien entendu avec lui, jovial, souriant, décontracté. Ils s’étaient rapprochés, au fil du temps, alors même que le divorce l’éloignait de sa femme. Il avait appris à apprécier sa présence discrète à elle, alors qu’elle amenait les apéritifs à son homme et à ses amis, caressant d’une main discrète ses cheveux à lui, ou bien laissant la trace luisante d’un rouge à lèvre discret sur sa jour gauche. Il avait beaucoup discuté, apprit de leur compagnie, avait grandi avec eux et surmonté les épreuves. Ils avaient eu des jumeaux, deux garçons, et plus tard une petite fille. Il aimait les enfants comme s’ils étaient les siens, les gardait parfois pour rendre service, et leur amenait souvent une sucette ou un bâton de chocolat à l’heure du goûter. Il était l’ami proche de la famille, le parrain de la petite, celui qui donnait un coup de main si besoin, et qui soutenait en cas de coup dur. Parmi tous ses amis, ils étaient ceux dont il était le plus proche, et qu’il voyait le plus souvent. Pourquoi avait-il fallu que ça leur arrive à eux ?
Il prenait l’apéro avec lui tandis qu’elle emmenait les enfants au cinéma, voir un nouveau dessin animé, en 3D, avec du popcorn ou des glaces qui allaient leur bousiller les dents, mais ils étaient contents. Tous les deux, seuls dans le salon avec leurs verres de bière, ils se racontaient leurs aventures respectives, en riant parfois aux éclats, regardant d’un œil distrait un match de rugby à la télévision. La soirée était plaisante, la nuit douce, et les étoiles commençaient à pointer dans le ciel. C’est pour ça qu’ils sursautèrent tous deux quand un cri d’enfant perça la nuit. Ils se levèrent à l’instant où la porte claqua, se refermant sur la petite, effondrée, en larme, qui tenait la main de l’un de ses frères. « Papa, papa ! » Les gamins n’arrivaient pas à articuler, la voix brisée par les larmes. « Maman, elle… ! Un… un couple ! Et… et… Liam… » Alerté, le père sortit, prenant rapidement son arme de service, ordonnant à Dan de veiller sur les gamins. « Non, Papa, n’y va pas ! Dan, va le chercher, empêche-le ! » Le jeune soldat chercha à calmer les enfants, leur ordonnant d’aller se cacher dans la maison et de ne plus faire de bruit, quand un coup de feu retenti dans la nuit. Il n’avait rien pour se défendre, et aucune sorte d’idée de ce qu’il se passait, il était terrifié. Il se glissa dans la nuit, hors de la maison, rejoignant en courant l’endroit d’où avait provenu la détonation. Caché, à couvert, dans l’ombre du mur, il découvrit la scène sans la comprendre.
Le jeune Liam était allongé, par terre, immobile, sans aucune trace de blessure, ce qui soulagea un instant Dan ; cependant sa mère sanglotait en se balançant d’avant en arrière, penchée au-dessus de lui, le corps crispé, le visage vieilli de dix ans, ravagé par le chagrin. Un couple habillé bizarrement, comme déguisé, riait, en parlant de chose qu’il se comprenait pas. Qui étaient ces gens ? Qu’avaient-ils fait ? Et il aperçut son ami, se tordant de douleur et hurlant au sol, son arme reposant sur le goudron, comme rangée, parallèle à la chaussée, le chargeur gentiment posé à côté. Il allait intervenir, quand la femme fit un geste, avec une branche dans la main, et le gendarme arrêta soudain de crier. Il se leva, comme un pantin, ramassa lentement l’arme à feu, la main tremblante, suppliant les deux fous d’arrêter, criant, hurlant, sans que les deux ne bronchent, l’homme riant même un peu plus fort, tandis qu’il ramassait le révolver. Dan se dit que c’était bon, que ces deux fous avaient probablement assommé Liam, qu’elle avait eu peur, mais que maintenant son ami reprenait la situation en main, et que les deux ne se rendaient pas compte du danger, et que…
La détonation déchira le voile de la nuit, sans qu’il ne comprenne. Son corps à elle s’effondra, comme une grotesque poupée de chiffon, sur celui de son fils. Dan était perdu, ne savait que faire. Pourquoi avait-il tiré sur sa femme ? Il se prépara à se jeter sur son ami, quand l’étrange couple prononça deux mots. De la lumière sortit de leurs bâtons, et l’arme encore fumante dans sa main, le gendarme s’effondra. On entendit un bruit : Dan aperçu Alex, le plus jeune des jumeaux, s’enfuir en courant. Le couple s’en alla en sautillant, en direction de la maison, suivant la silhouette courant dans la nuit, chantonnant une chanson que Dan ne connaissait pas, sans qu’il ne comprenne quoi que ce soit. Dès qu’ils tournèrent au coin de la rue, il sprinta jusqu’au corps de son ami. Mort. Il ne comprenait pas ! Que c’était-il passé ? Qu’avaient-ils fait, avec leur instrument qui paraissait être de bois ? Lancé une décharge électrique ? Le corps du petit Liam était encore chaud, recouvert du sang de sa mère, mais lui aussi était mort. Bordel ! C’était un gosse de seize ans ! Dan se releva : il fallait qu’il veille sur Alex et sa sœur ! Il ne réfléchit pas, ramassa l’arme de la main de son ami, et se lança à la poursuite du couple. Alex et Nim étaient en danger.
Avant d’entrer dans la maison, il appela la police, donnant l’adresse, et raccrocha sans préciser vraiment ce qu’il se passait, sinon qu’il y avait trois morts, et un couple armé.
Comme il le craignait, la porte était ouverte. Il entendit des pas dans le salon. « Nous allons te trouver, petite souris ! Tu ne nous échapperas pas ! Ah, que ces moldus sont drôles, quand ils courent ainsi ! Cache-toi bien, petite souris, nous arrivons… Nous allons jouer ensemble, hein, petite souris ? » On entendit un bruit de course à l’étage. Le couple échangea un regard et commença à gravir les escaliers. Dan les suivit discrètement. Qui qu’ils étaient, il allait les arrêter et les faire incarcérer ! Ils ouvrirent une première porte, et jetèrent un œil à l’intérieur, avant de la refermer. « Chéri, par là, je l’entends ! Dans cette chambre… » Ils pénétrèrent dans la chambre de Nim. On entendit un frôlement, et dans l’armoire, la petite Nim retint sa respiration. La femme fit un léger geste, et la porte s’ouvrit lentement, la gamine hurlant de peur. C’est à ce moment que Dan décida d’intervenir, avant même que le couple ne puisse faire quelque chose, tirant sur l’homme pour l’immobiliser, le touchant à la jambe. « Police, que personne ne bouge ! Les mains en l’air ! » L’homme s’écroula en tenant sa blessure, et la femme se retourna trop rapidement pour qu’il la suive du regard. « Voyez-vous ça, c’est que c’est une infection, ces rats, ici ! » « Ne bougez pas, et lâchez ce que vous tenez ! » « Ceci ? Ah, mais ce n’est qu’un vulgaire bout de bois, voyons ! » Avant qu’il ne puisse rien faire, elle prononça un seul mot, et il fut incapable de bouger. Lentement, il vit son bras bouger contre sa volonté, et malgré tous ses efforts, le pistolet se poser sur sa tempe. « Alors, chéri, que préfères-tu ? Je le tue là, tout de suite, pour ce qu’il t’a fait ? » « Non, il doit souffrir. Qu’il tue la gamine ! » Dan voulu résister, mais il ne put rien faire. Ses membres bougèrent d’eux même. Nim tenta bien de s’enfuir, mais la femme, d’un mot, la paralysa. Son corps s’écroula.
Dan sentit leur emprise s’en aller. Il était brisé. Et ne comprenait pas. « Et maintenant… Endoloris ! » La douleur qui s’ensuivit, dans tout son corps, le brûlant, le dévorant, l’obligea à se tordre sur le sol en hurlant. Mais cette douleur n’était rien par rapport à ce qu’ils lui avaient fait avant. Il avait tué Nim.
Alex avait entendu les cris. Le coup de feu. Il aurait dû être avec sa petite sœur ! Sa main se serra sur la batte de baseball que son père lui avait offerte. Il aperçut le dos de la femme dans l’encadrement de la porte. Il n’hésita pas. A l’instant où elle s’effondra, dans un bruit mou, Dan fut libéré de son emprise, et il se jeta sur l’arme, tirant sur l’homme avant qu’il ne s’en prenne à Alex. Le silence qui suivit fut assourdissant.
Nim et l’homme barbotaient dans leur sang, la femme était effondrée sur le sol, et, à genoux, Dan enlaçait Alex, tâchant de reprendre son calme. Ce n’était pas finit, il le savait bien. La police allait débarquer d’une minute à l’autre. Et les empreintes sur le flingue étaient les siennes. Personne ne les croirait. Ils n’avaient aucune chance. Il passa rapidement ses doigts sur le cou de la femme. Elle était encore en vie, et elle leur devait des réponses, sinon une vengeance. Il força le gamin à se lever, à quitter la pièce. Il savait ce qui allait suivre. Il allait être accusé de meurtre, et ne reverrait plus le ciel qu’à travers des barreaux avant longtemps. Son propre calme le surprit. Il ne pouvait se permettre d’aller en prison, il fallait qu’il interroge cette femme. Il trouva de quoi nettoyer l’arme, et la plaça dans la main de l’homme. C’était mieux si personne ne savait qu’il était venu ici. Il se rendit compte, quand Alex hocha la tête à travers ses larmes, qu’il réfléchissait à voix haute, d’une voix où l’hystérie perçait derrière son sang-froid apparent. « Je… vais mettre le feu. Détruire les preuves. Ramener ici tes parents et ton frère. Je suis désolé. Va dehors. Cela ne fait que quelques minutes que je les ai appelés, mais ils ne vont pas tarder. Tu peux t’occuper d’attacher la femme ? Attendez dans le jardin. » Le gamin ne répondit pas, mais suivit les directives, visiblement en état de choc, soulagé qu’on prenne la situation en main. Dan ramena les corps, et créa une mise en scène. Si on les découvrait, cela pourrait peut-être passer pour un massacre suivit du suicide du meurtrier, d’autant plus que tout cela serait brouillé lorsque le feu aurait tout ravagé. Il prit un réservoir d’essence, et rejoignit Alex pour allumer le brasier. Ils disaient adieu à ce qu’ils avaient toujours connu.
Quand la police arriva, suivie de peu par les pompiers, ils ne purent sauver personne. L’affaire fit du bruit dans les médias, et même si le corps du second fils, Alex, n’avait pu être retrouvé, on finit par clore l’affaire.
« Alex, tu sais que tu aurais pu rester. La police t’aurait trouvé, tu aurais finit par reprendre une vie normale… Tu n’aurais pas dû me suivre.
- Je ne veux pas d’une vie normale. La vie normale est finie, maintenant. »
« Chapeaux pointus, robes, baguettes magiques… C’était des magiciens ? Des sorciers ? Des enchanteurs ?
- Voyons Alex… ces choses-là n’existent pas.
- Alors comment t’ont-ils contrôlé ? Comment ont-ils contrôlé Papa ? Si ce n’est pas de la magie, qu’est-ce que c’est ?
- On nage en plein délire. En tout cas, on va consigner par écrit tout ce qu’on a vu, pour rassembler des indices et essayer de comprendre »
« Je vais la réveiller. File d’ici. Si dans une heure je ne suis pas revenu, tu alertes les flics.
- Je peux t’aider ! Si elle refait de sa… magie.
- File ! Une heure ! Si tu veux, en attendant, occupe-toi de noter tout ce que tu as vu… »
« Alors, ma grande, mal à la tête ?
- Nom d’un… !
- Ca ne sert à rien de te débattre, tes liens sont biens serrés.
- Sale moldu ! Que s’est-il passé ? Si tu as touché à mon mari, je te tue !
- Il est mort. Et n’as-tu pas besoin de ce petit bout de bois pour me tuer ? Tu n’es plus rien. Et c’est moi qui pose les questions. Qu’es-tu ?
- Tu n’aurais pas dû t’en prendre à une sorcière, sale rat ! Pour le Seigneur des Ténèbres ! »
Dan, à l’instant où elle disparut de sa chaise, eu le réflexe de briser la baguette ; visiblement, si elle était devenue invisible et intangible, ou si elle s’était téléportée ou quoi que ce soit, c’était ce qu’elle aurait récupéré en premier. Et il avait appris une chose importante : ces… sorciers, ou quoi qu’ils soient, avaient encore des pouvoirs, même sans baguette. Il fallait qu’ils filent, lui et Alex, avant qu’elle ne revienne terminer ce qu’elle avait commencé. Et maintenant, elle aussi, avait à se venger.
» CHAPITRE CINQ – Survie
Alex et Dan apprirent à vivre cachés. Si Dan avait compté, au tout début, qu’Alex soit pris en charge par la police, le fait que la sorcière lui ai échappé le persuada de le garder près de lui : si les médias apprenait qu’Alex était en vie, la sorcière pourrait en faire autant. Heureusement, elle n’avait pas vu son visage, et ne savait surement pas qu’il existait.
Dan prit donc sous son aile le jeune garçon, et déserta l’armée, pour être sûr de rester invisible, bougeant régulièrement d’une planque à l’autre. Il perdit de vue sa fille, sa famille et ses amis, pour les garder en sécurité, et rester cacher.
On se dit que c’était le choc de la mort des Dorths qui l’avait fait sombrer dans l’alcool et la paranoïa. Il prit soin de conserver cette image, pour que les autres se détournent de lui. Il vendit sa maison pour une somme rondelette, sachant que lui et Alex pourraient vivre un certain temps sur ses économies. Ils déménageaient donc toujours au bout de quelques mois, vivant dans des motels miteux et des planques des bas-fonds, Dan prenant des petits boulots temporaires, le plus souvent au noir, pour assurer leur quotidien.
Et ils cherchèrent à se renseigner. Il fallait qu’ils comprennent ce qu’on leur avait caché, quel univers qu’ils pensaient seulement trouver dans les romans était à leur porte. Et puis, Dan lui-même avait du mal à y croire. Sa sœur Kim, elle, avait toujours vécu la tête dans un monde de conte de fée, elle avait lu tous les romans de fantastique et de science-fiction qui avaient pu lui tomber sous la main, et Dan s’était toujours moqué de ses rêves de petite fille, qui la faisaient aujourd’hui toujours dessiner des dragons. Et pourtant… L’atrocité des faits et la présence du jeune Alex avec lui lui permettaient de se raccrocher à l’idée qu’il n’avait pas encore totalement sombré dans la folie. C’était réel. Et c’était le plus dur à admettre.
La réalité de la chose fut d’autant plus intangible que dans un premier temps, ils ne trouvèrent rien. La baguette magique brisée était la seule preuve tangible des évènements, et aucune de leurs recherches n’aboutissait, malgré tous leurs efforts. Ils ne trouvèrent absolument rien sur le net, seulement des sites de passionnés, des grands gamins qui s’amusaient à faire comme si la magie existait. Dan demanda de l’aide à certain de ses anciens contacts de l’armée, mais ils se fichèrent tous de lui, tout en se persuadant qu’il était devenu fou. Si quelques-uns tentèrent quelques recherches pour lui faire plaisir, ils ne trouvèrent rien.
Finalement, ils décidèrent d’arpenter les rues un peu au hasard, quadrillant à toute heure la ville pour essayer de trouver de ces gens habillés trop bizarrement pour être honnêtes et normaux. Ils n’avançaient absolument pas, ne trouvant rien, et le découragement se faisait sentir. Si Dan avait été seul, il aurait peut-être abandonné, mais le jeune Alex lui donnait l’énergie de poursuivre ses recherches ; il se sentait responsable du garçon, qui ne retrouverait jamais une vie normale. Finalement, c’est par hasard que Dan finit par trouver quelque chose.
» CHAPITRE SIX – Chance
Il sortait d’un chantier chez un particulier, qui comptait bien économiser un peu sur les taxes de l’Etat, quand il entendit une détonation dans une rue proche. Poussé par sa curiosité, mais sans réel espoir, il se dirigea prudemment vers la source du bruit. C’est là qu’il découvrit un spectacle que ses yeux ne connaissaient pas encore : un véritable duel entre sorciers. Deux hommes s’affrontaient dans la ruelle, échangeant violement des sortilèges avec leurs baguettes magiques. Caché, à couvert, Dan observait en réfléchissant : visiblement, ces deux hommes étaient ennemis, il y avait donc des camps différents parmi les sorciers, ceux qui suivaient le… Seigneur des ténèbres, comme ceux qui les avaient attaqué, et surement d’autres. Il continua à observer quelques instants le combat, qui se faisait plus confus, et décida de passer à l’action quand celui qui criait se battre « Pour le Seigneur des Ténèbres ! » commença à prendre le dessus. Depuis le couvert du mur, il lui tira dessus, le touchant au bras droit, ce qui fut suffisant à l’autre sorcier pour lui arracher sa baguette et l’immobiliser. Il craignit d’avoir fait une erreur : peut-être que tous les sorciers s’en prenaient aux gens qui n’avaient pas de pouvoir, et que celui-ci allait maintenant l’attaquer, et il resta donc prêt à tirer à nouveau. Cependant, l’autre ne fit pas mine de le menacer, et engagea rapidement la conversation, d’abord méfiant et surprit, puis rapidement amical.
Il s’appelait Elton Green, mais tout le monde l’appelait Tony’, et il fallait que Dan en fasse de même. Ce dernier lui raconta rapidement son histoire, et pourquoi il avait tiré sur l’autre, et Tony’ approuva son sens du jugement d’un grand rire communicatif. Devenant soudain plus dur, il parla à Dan de qui étaient ces saletés de raclures de Mangemorts, et acheva l’homme, pétrifié, qui ne pouvait que le supplier du regard. Ensuite, il emmena Dan boire un verre dans un pub moldu. Si Dan ne comprenait pas tout, il décida de suivre son vis-à-vis, tout en envoyant discrètement un sms à Alex pour le prévenir qu’il tenait quelque chose. Devant une bière, Tony’ écouta Dan raconter en détail son histoire, celui-ci omettant de parler d’Alex. Ensuite, le sorcier accepta de lui expliquer ce qu’il ne comprenait pas : qui étaient les sorciers, la guerre avec le Seigneur des Ténèbres dont on ne prononce pas le nom, la Résistance, la haine des moldus… Tout en écoutant, Dan prenait des notes, pour retenir les termes qu’il ne connaissait pas. Finalement, ils se séparèrent en se donnant un rendez-vous pour le lendemain, histoire de continuer leur conversation.
Au fil des semaines qui suivirent, Dan rencontra à nouveau Tony’ régulièrement, et ils finirent par se lier d’amitié, suffisamment pour que l’ancien soldat oublie sa méfiance et lui présente Alex. Tony’ l’engagea à redoubler de prudence, lui présentant les sortilèges, leurs limites et leur puissance, et lui disant que même les résistants pouvaient chercher à lui effacer la mémoire, jugeant qu’un moldu n’avait pas sa place dans une guerre entre sorciers.
» CHAPITRE SEPT – Carnet d’Alex
/!\ DANGERS /!\
Accio : permet d’attirer n’importe quel objet → droit qu’à un seul coup avant désarment
Oubliettes : peut nous effacer la mémoire
Avada Kedavra : tue ; pas de seconde chance
Endoloris : provoque la douleur
Expelliarmus : désarme
Impero : oblige à obéir

Dans un coin de la page, une liste qui ressemble fort à une liste de courses…

NB : penser à demander à Elton ce que les sorciers peuvent faire sans baguette (au moins se téléporter… ?)

Suivent quelques graffitis au crayon de bois, des symboles sans sens particuliers, et une numéro de portable.

Au stylo bille, dans la marge ; la page semble avoir été mouillée :
Merci Elton pour ce que tu as fait pour nous.
On ne t’oubliera pas ; comme les autres.
Tu seras vengé.



QUI EST DERRIÈRE L'ÉCRAN ?






    » SURNOM(S) : Je m'appelle Orane, mais vous croiserez plus sûrement Ronce, Lyw, Enaro, Nimaël ou Louve sur les forums :3
    » ÂGE : 20 ans
    » GARÇON OU FILLE ? :
    » COMMENT AS-TU CONNU POUDNOIR ? : Par le réseau social We Are Hogwarts =)
    » AVIS / SUGGESTIONS ? : J'aime beaucoup ce forum ! J'avoue que j'étais un peu perdue au début, mais on s'y retrouve x)
    » PARRAINAGE? : Je ne suis pas sûre de ce qu'est le parrainage (de l'aide pour me lancer sur Poudnoir ?), mais je vais dire oui Razz
    » MULTICOMPTE ? : Non^^
    » CODES :



..




Dernière édition par Dan L. Millers le Lun 26 Aoû - 23:12, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%) Dim 16 Juin - 21:38

Hé bien, bienvenue ici officiellement Wink

Bon courage pour la suite de ta fiche qui s'annonce prometteuse ! Si tu as des questions, n'hésite pas, on est là pour ça (pire, on est bons qu'à ça dans le staff What a Face ) 

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 28/08/2012
Parchemins postés : 647



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Jellyka Rose


MessageSujet: Re: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%) Dim 16 Juin - 22:58

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Re: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%) Lun 17 Juin - 10:05

Bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2009
Parchemins postés : 5644



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA6 - Guerrier Exceptionnel
Ma résistance magique est de: 15PV
Léon Brom


MessageSujet: Re: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%) Lun 17 Juin - 11:13

La bienvenue encore une fois !

Hâte de lire la suite de tout ça !

____________________________________





 



Multi-compte : Lord Voldemort,  Pr Naesala Gamp, Gauthier Paravell
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/03/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 27/01/2011
Parchemins postés : 1151



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Light T. Leonheart


MessageSujet: Re: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%) Lun 17 Juin - 16:09

Enfin un Moldu ! Ça va être fun !

Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 10/07/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 16/06/2013
Parchemins postés : 19



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 14PV
Dan L. Millers


MessageSujet: Re: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%) Mar 18 Juin - 12:41

Merci à tous =) Je progresse petit à petit Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2009
Parchemins postés : 5644



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA6 - Guerrier Exceptionnel
Ma résistance magique est de: 15PV
Léon Brom


MessageSujet: Re: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%) Mar 18 Juin - 15:01

Prends le temps qu'il te faut, y a pas de soucis Wink

____________________________________





 



Multi-compte : Lord Voldemort,  Pr Naesala Gamp, Gauthier Paravell
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 10/07/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 16/06/2013
Parchemins postés : 19



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 14PV
Dan L. Millers


MessageSujet: Re: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%) Dim 7 Juil - 19:45

Ma présentation continue à vous avancer, je ne vous oublie pas =)
Juste pour dire que je pars une semaine en vacances, mais je continuerai ma présentation, je n'aurais juste pas internet^^

Voilà, bisous ! x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2009
Parchemins postés : 5644



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA6 - Guerrier Exceptionnel
Ma résistance magique est de: 15PV
Léon Brom


MessageSujet: Re: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%) Dim 7 Juil - 20:03

Pas de soucis, prends le temps qu'il tr faut et bonne vacances surtout ^^

____________________________________





 



Multi-compte : Lord Voldemort,  Pr Naesala Gamp, Gauthier Paravell
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%)

Revenir en haut Aller en bas

Dan L. Millers - Moldu en cavale (100%)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Archives générales :: Fiches Adultes
-