POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Quand une guerre est sur le point de se gagner || PV B. W.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Quand une guerre est sur le point de se gagner || PV B. W. Ven 21 Juin - 13:27

Quand une guerre est sur le point de se gagner
Léon Brom - Eris L. Valverde - Mike Witcher


La plume dans l'encrier, l'encrier sur le bureau.
La tour de l'Inquisiteur de Poudlard était plongée, comme à son habitude, dans un calme profond. Un doux feu de bois réchauffait une pièce refroidie par les pierres. Les livres dormaient dans leurs bibliothèques et les dossiers étaient rangés avec une méticuleuse organisation.
Assis derrière sa table de travail, Eris Valverde, Inquisiteur de Poudlard depuis presque deux mois était en pleine lecture d'un rapport de sécurité.
Les journées du bientôt ex-Directeur du Département de l'Ordre Nouveau avaient changé. Désormais, il arrivait à Poudlard par son armoire magique liée à son manoir à Gaydon. La matinée commençait par deux heures de traitements des affaires importantes du Département. Il recevait ensuite en réunion Selwyn, Neeson, le représentant des Langues-de-Plomb et Bedan. Ensembles, ils discutaient des plans de sécurité et de l'avancée des choses à Poudlard.
S'en suivait toujours une heure de lecture des rapports de sécurité. Ce après quoi il mettait à jour les dossiers des habitants du château, cherchant à surveiller avec rigueur leurs comportements.
Le temps du déjeuner, il s'assurait toujours d'une certaine manière du respect du règlement dans la Grande-Salle.
Il passait ensuite la moitié de l'après-midi à la gestion quotidienne de l'école de Poudlard. Il prenait ensuite le temps de rencontrer les personnes qu'il devait rencontrer. Enfin, la soirée commençait, après une apparition au dîner dans la Grande-Salle par une réunion avec l'Elite et se terminait par des séances de torture. Entre chaque moment, Valverde pouvait à tout instant débouler dans une salle de cours ou une salle d'étude.

Autrement dit, Valverde était partout et nul part à la fois. Il était organisé dans l'emploi de son temps mais pouvait surgir à n'importe quel moment.
Les choses, à Poudlard, avaient changé. La sécurité et le respect étaient revenus. Les élèves craignaient le Purisme. Le temps des vacances d'été et une Education serait encore plus forte pour la rentrée scolaire.
D'ici là, l'Inquisiteur de Poudlard avait quelques petites choses à faire. Des conférences, des réunions, des rencontres qui viseraient à faire de Poudlard le centre de l'Education et de la Jeunesse Puriste.
Les élèves, quant à eux, avaient appris à craindre le nouvel Inquisiteur. Son nom se murmurait partout et la conscience de la présence de Langues-de-plomb permettait un climat de calme et de sécurité. Les élèves et les professeurs de Poudlard se savaient finement surveillés. Mais pour un but précis: le maintien de l'ordre et la discipline.
Valverde, contrairement à ce qu'auraient pu penser ses détracteurs, n'avait pas perdu de son influence. Il était toujours là, aussi influent qu'avant, prêt à faire tout son possible pour que la Jeunesse puisse trouver sa place dans le monde du Purisme.
Et cela, personne ne pouvait le nier, le Mangemort Politicien avait réussi à restaurer un climat de Sécurité et de Respect.
L'ère LeeRoy était terminée. Les élèves étaient désormais face à leurs responsabilités et leurs dirigeants. Une bonne chose.

Les yeux froids du vieil homme balayaient à une vitesse non-negligeable les mot qui composaient le rapport fait par son adjoint Selwyn.
Les rapports allaient et venaient jusqu'au bureau de l'Inquisiteur. Les élèves venaient et ne repartaient plus. D'autres en ressortaient avec autant de peur qu'avant et certains n'osaient pas y aller. Auquel cas n'entraient-ils jamais et finissaient directement aux cachots de Poudlard.
Valverde savait tout des agissements des habitants du château. Les choses étaient beaucoup plus simples qu'au Ministère, bien que Valverde ne doutait que Menroth, en son temps, avait un vaste réseau d'espions dans l'immense bâtisse bureaucratique.
Le vieil homme, lui, pouvait tout voir à n'importe quel moment. En faisant en sorte de cantonner les habitants dans des endroits précis, il était certain de les trouver à ces endroits. Et si quelques uns s'échappaient des dits endroits, les choses se savaient très vite.

Le lion repère rapidement la gazelle qui court dans le sens contraire du reste du troupeau.

La réunion avec les principales têtes de Poudlard venait de se terminer. Valverde, une heure plus tard, avait fini de lire le rapport de son Adjoint.
Le vieil homme se leva de son fauteuil, contourna le bureau qu'il avait amené du Ministère de la Magie, descendit les quelques marches pour se retrouver dans le premier niveau de la Tour.
Quelques minutes plus tard, il était en train de parcourir le hall de Poudlard. Les élèves repérèrent rapidement le vieil homme. De sa marche mesurée, calme et froide, Valverde traversait la foule de sa couleur de torche. Vêtu d'une habituelle robe rouge-sang, surplombé d'un manteau sans-manche de couleur marron.
Il quitta Poudlard, le regard froid et calme, la mine inexpressive.

Une fumée noire fit son apparition prêt de l'entrée de l'Intendance du Royaume-Uni.
L'Inquisiteur de Poudlard et Directeur du Département de l'Ordre Nouveau entra dans l'immense château, propriété de son Intendant, Léon Brom.
Traversant couloirs et escaliers, reconnu par de nombreux employés, il arriva dans une salle où attendait Witcher. Il simple signe de tête.

Les deux hommes furent introduits dans le bureau du bras-droit de Lord Voldemort.
Le Mangemort Politicien, un bien habitué des lieux et du propriétaire salua d'un ton cordial, froid et calme l'Intendant du Royaume-Uni. Une fois les salutations accomplies, les trois hommes assis, Valverde prit la parole.

« Vous m'avez demandé de vous présenter en personne mon potentiel successeur. Après deux mois à la tête de l'Ordre Nouveau, Mike Witcher a continué à gérer les affaires courantes du Département. Quant à l'Education du Peuple, j'en étais chargé jusqu'à la fin de mon exercice à la tête de l'Ordre Nouveau. Mais je ne doute pas des capacités de Monsieur Witcher qui a su prouver bien des compétences à la tête du Parti Puriste. »

Voix froide, mesurée, calme. L'Inquisiteur de Poudlard avait donné son avis. Court mais précis, comme de coutume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Quand une guerre est sur le point de se gagner || PV B. W. Lun 24 Juin - 10:34


« Douglas, voulez vous bien me rappeler les rendez vous pour la semaine ? »

Mike Witcher n'élevait presque jamais la voix. Dans le fond, il passait presque pour sympathique au regard du directeur précédent de l'Ordre Nouveau, et pourtant on le craignait tout de même. Ses silences étaient plus les mauvais présages car ils annonçaient forcément une colère féroce qui tombait au hasard. Dans l'ensemble, Mike semblait stable et d'un caractère égal, et faisait tout ce qu'il pouvait pour cacher qu'en réalité, il ne l'était absolument pas. Mais on l'appréciait. Il semblait toujours donner ce qu'il pouvait faire de mieux et incitait à faire de même. On comprenait qu'il soit exigeant car il l'était également avec lui même. Mike n'était pas indulgent, et il ne pardonnait pas l'échec, mais on acceptait ce trait de caractère car on le trouvait légitime. Le mangemort n'avait pas tenté de révolutionner l'Ordre Nouveau. La nécessité de le faire n'existait pas, l'organisation était claire et préexistait avant l'arrivée du mangemort. Il s'était simplement installé et il avait pris la suite. Mike était un bon chef parce qu'on le voyait comme tel. Si on interrogeait les employés ils le confirmaient : naturellement, on voulait le suivre. Était-ce son caractère ou la lumière un peu folle qui donnait envie de le suivre au bout du monde ? Nul ne le savait, et Mike lui même ne se rendait pas compte de ce que pouvait véhiculer ce regard là.

Il semblait fait pour la lumière. Ce n'était pas une nouveauté, mais cela surprenait beaucoup de gens dans le milieu politique. Après tout, il n'était qu'un diplomate pas très connu qui semblait sortir de nulle part, d'un PPA peu influent, et qui se retrouvait d'un coup sur le devant de la scène. Mais Witcher surprenait toujours les gens. Enfant, il admirait son père et se disait qu'il suivrait la même carrière que lui. Qu'il aurait aussi le pouvoir et qu'on le reconnaîtrait. Sans doute parce que malgré tous ses efforts son père se fichait éperdument de lui, Mike comprit assez vite qu'Anthony Witcher n'attendait pas grand-chose de lui. Il n'aurait pas pu en être autrement de toute façon. Il n'était qu'un branleur qui se foutait de tout et croyait tout savoir. Lorsqu'il réussit à voir ça, Witcher changea de cap. Un de traits de sa personnalité se fixait : ne jamais être ce qu'on attendait de lui, ne pas se laisser enfermer dans un rôle. Il fit des études de droit. Si cela lui permit de comprendre la politique, cela le dégoûta aussi de l'utilisation que son père faisait du purisme, et Mike tourna le dos à Anthony. Il s'engagea dans l'armée, pensant pouvoir y défendre les idées puristes. Faux encore, et il dut fuir après un meurtre. L'Afrique du Sud fut la meilleure période de sa vie. Il avait tout ce qu'il voulait, et il semblait indestructible.

Jusqu'au moment où il fut détruit. Ce jour là, Mike renonça à la lumière, il renonça à être le chef, une voix qui comptait, et se décida à rester dans l'ombre. Mangemort il le fut pour ses idées, mais il préféra suivre ceux qui avaient le courage de vivre vraiment plutôt que de devenir l'un d'entre eux alors qu'il en possédait les capacités. Il se croyait mort et détruit, et dans les faits il l'était. Mais c'était terminé. Witcher ne se pardonnait pas à lui même d'avoir perdu autant de temps. D'une certaine manière il avait aidé le purisme mais il aurait peut-être pu faire mieux s'il n'avait pas été si égoïste et renfermé sur lui même. Il ne ferait pas, et ne faisait pas la même erreur pour l'Ordre Nouveau.

On sentait cela dans son caractère et peut-être était-ce ce fait qui faisait quelque peu hésiter Douglas MacNamara.

« Aujourd'hui vous devez voir monsieur Valverde et monsieur l'intendant Brom dans une heure. Demain matin monsieur Sheridan nous a informé qu'il viendrait vous rapporter ce que vous avez demandé. Vous avez prévu de voir monsieur Yaxley après demain, à 16 heures puisqu'à 13 heures c'est monsieur Althea qui viendra faire son rapport. »

XIII sourit. Tout cela était foutrement bien organisé. Sheridan apportait les informations que le Convent trouvait sur les personnes sur lesquelles Mike avait besoin d'en savoir plus. Yaxley rapportait le bilan des commissions du sang. Frank Althea s'occupait des rafles. Mike supervisait le tout et commençait à détailler la propagande soigneusement organisée que menait Eris Valverde depuis qu'il était là pour continuer dans une lignée digne du régime. Le département de l'Ordre Nouveau était une machine bien huilée qui tournait de manière plus que satisfaisante.

Il faudrait juste voir si Brom l'acceptait à la tête du département. C'est pour cela que Witcher le rencontrait avec Eris Valverde dans peu de temps. Vêtu d'un impeccable costume gris, il quitta l'Ordre Nouveau pour se rendre à Urqhart. Deux ambiances très différentes régnaient entre ici et le Ministère, et l'Intendance tranchait avec l'agitation de celui ci. Plus studieuse, plus intellectuelle, plus coupée du monde aussi. Mike ne le critiquait pas, mais lui n'était pas absolument fanatique du fait de s'enfermer dans une tour de verre.

Il arriva avant Valverde et on lui demanda de patienter. Il mit à profit ce temps pour noter des détails sur plusieurs événements récents en Norvège, des attentats de la Ligue des Etats du Nord, organisation pseudo-gouvernementale regroupant de soit disant véritables chefs de gouvernements magiques scandinaves, partisanes de la Vague. Lorsque le nouvel Inquisiteur de Poudlard arriva, il le salua poliment, puis ils furent introduits dans le bureau de Léon Brom.

Mike ne fut pas mécontent de l'avis donné par Valverde sur lui. Il ne savait pas vraiment si cela influencerait l'Intendant mais il acceptait de toute façon par avance l'avis de l'homme le plus puissant du régime après le Seigneur des Ténèbres. Il connaissait peu Léon Brom, mais le tenait pour un bon mangemort dont les victoires ne se comptaient plus vraiment. Il s'autorisa un sourire :

« La tâche qui m'attend est difficile, je l'avoue, il est toujours compliqué de de succéder à quelqu'un qui a amené une institution au fait de sa gloire. J'essaierai cependant de mener cette tâche à bien dans la continuité de ce que nous avons connu de la part de l'Ordre Nouveau. Je crois que la stabilité et la cohérence interne doivent demeurer notre principale priorité et c'est ce que je m'appliquerais à essayer de maintenir. »

La continuité. L'union. Deux projets que Witcher espérait mener à bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2009
Parchemins postés : 5644



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA6 - Guerrier Exceptionnel
Ma résistance magique est de: 15PV
Léon Brom


MessageSujet: Re: Quand une guerre est sur le point de se gagner || PV B. W. Mar 25 Juin - 12:03

Léon Brom écrivait sur son bureau, aussi vite que sa main était capable de le faire, la guerre irlandais se terminait peu à peu, et le vieil homme ne pouvait que se réjouir de voir la victoire pointer telle l'aube après une longue nuit agitée et tumultueuse. Brom savait que la progression avait été plus lente qu'à l'origine, à cause de Mustang, mais depuis cet incident, il avait été plus rapide qu'il n'avait jamais oser penser l'être.


Oui les combat avaient duré des mois, mais cela n'était rien, les dernières guerre de position entre sorciers durèrent des années voire des décennies. Il fut l'instigateur d'une grande victoire, jour après jours, nuit après nuit, heure par heure il donna ses ordres pour que la progression ne soit jamais retardée. 


Il ne fit aps le moindre pas en arrière depuis que la guerre avait commencer, il ne fut que l'instiagteur d'une progression, d'un avancement, d'une véritable marche forcée de ses troupes qui n'osaient pas ralentir devant la stature de leur dirigeant et de celui qu'il servait. Le Purisme progressait comme jamais. Le Seigneur des Ténèbres serait content de sa victoire même si elle n'était qu'une marche dans l'escalier de sa grandeur et de la gloire qui l'entourera. 


L'Intendant esquissait ainsi dans son bureau réaménagé depuis le meurtre de Scofield le profil de la stratégie finale qui mènerait à la prise de Dublin. L'Eire était déjà perdue, elle ne l'admettait pas encore mais jamais elle ne pourrait repousser le Purisme représenté par l'armée de l'Intendance, absolument jamais.


C'est dans ces conditions que sa secrétaire le dérangea, alors qu'il planifiait meurtres, destruction et violence. Il leva le regard vers une large pendule dont le balancier n'émettait pas le moindre son grâce à un enchantement subtil. Elle annonça le prochain rendez-vous, Brom la remercia et leva sa baguette pour ranger les affaires concernant la fin de la guerre, il était trop tôt pour que ce secret soit partagé avec qui que ce soit.


Le nettoyage fait, Brom annonça qu'ils pouvaient entrer. Il serra la main de Valverde et de Witcher quand ils entrèrent dans la pièce sombre, éclairée par de faibles torches bleutées. Le Mage Noir leur offrit un siège, et alla se place dans le trône qui faisait face, de l'autre côté du bureau.


Valverde entama rapidement la conversation, il semblait relativement impatient que ça se termine, mais Brom s'en foutait. Il déciderait lui même si Witcher serait digne ou non, et l'Inquisiteur pourrait danser sur tête avec un troll unijambiste, ça n'y changerait rien. Il aurait la double casquette tant que Brom le décidait, que ça lui plaise ou non.


Brom sourit vers Eris quand Witcher eut terminé de parler à son tour. 

Si votre avis avait été différent Eris, j'espère que vous n'auriez pas pris ce rendez-vous.

L'intendant délaissa l'inquisiteur du regard, reportant son attention sur Mike.

Monsieur Witcher ! Oui la tâche est n'est pas facile, mais je croyais que vous aviez compris depuis bien longtemps qu'il n'est pas simple de servir notre Maître...


J'entends bien votre discours et votre volonté, cependant, je ressens beaucoup de doute en vous. Il n'y a pas de place pour l'essai, la tentative, la prédiction, l'envie ou les projets dans cette entrevue. On est ici pour parler en terme d'efficacité, d'action et compétence.


Vous êtes jeune, et il est normal que l'inexpérience pèse sur vous. Mais je me dois de vous mettre en garde. Si vous échouez dans certaines de vos actions, ça rejaillira sur moi. Et ce ne me serait pas forcément agréable. Et je crois que, in fine, ce ne serait pas très agréable pour vous non plus.


Alors soyez entièrement honnête, parlez en tout franchise : vous sentez capable et entièrement prêt à assure le rôle de Directeur du Département de l'Ordre Nouveau, dans toutes fonctions et dans tous ses aspects, quels qu'ils soient ? 

____________________________________





 



Multi-compte : Lord Voldemort,  Pr Naesala Gamp, Gauthier Paravell
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Quand une guerre est sur le point de se gagner || PV B. W. Mar 25 Juin - 16:35


Mike Witcher était un homme intelligent, et il savait que Brom l'était aussi. Léon Brom avait pour lui l'expérience, et le fait d'être un des plus grands mages noirs actuels. Mais Mike se défendait dans sa catégorie de mage de sang, et aussi en politique. Les moyens du Convent étaient considérables et globalement il n'avait pas à rougir de son parcours à la Coopération Internationale. Ni globalement de son parcours politique.

Une chose l'opposerait toujours avec Brom, c'est que Brom paraissait  être ce qu'il était, c'est à dire un intellectuel porté par la sagesse et le poids des ans. Mike Witcher ne paraitrait jamais vieux et sage. Enfin, vieux, si c'était plus que probable. Sage, c'était hors de question. Non pas que cela ne représentait pas des avantages certains, on respectait ce genre de personnes, comme Mike respectait Valverde et Brom, mais il préférait que les gens ne puissent pas mesurer l'étendue de ses ressources, de ce qu'il pouvait faire. Peu de gens se méfiaient de Mike Witcher, le trouvant plus effacé, plus calme, moins dangereux que son cousin Lincoln Crow.  Witcher avait toujours discret. Le silence était la force de sa famille, il ne fallait pas l'oublier.

Et il ne fallait pas oublier non plus que Witcher dans de hautes fonctions depuis 98.Il avait survécu à deux gouvernements Malefoy, à celui de Sofia Lindsay, de Tom Jugson pour partir sous Mulciber. Le lord le maintenait dans cette position depuis très longtemps à la coopération international, et Witcher s'était imposé comme un très bon diplomate. Il n'était parti que parce le Maitre lui en avait donné l'autorisation. On ne résistait pas ainsi à tout sans posséder un minimum d'instinct de survie et une intelligence stratégique et synthétique.

Simplement, Mike ne le montrait pas. Ca lui laissait une plus grande liberté de mouvement. Le prix a payer était d'être sous-estimé par ceux qui ne réfléchissaient pas assez ou qui ne prenaient pas le temps de regarder.  Mike ne sous-estimait pas Brom. C'était un bon politicien, et il saurait. Il n'avait pas de doutes là-dessus.

Pas plus qu'on ne pouvait douter de la fidelité de Witcher au Seigneur des Ténèbres. S'il craignait l'influence de Brom politiquement, il craignait physiquement ce que pouvait faire le Lord, et il s'en méfiait. Si Mike Witcher possédait un caractère instable, ce n'était rien en comparaison du Maitre. Il pouvait à peu près jauger Brom, mais celui qui avait été Tom Jedusor dépassait ses compétences d'observateurs, qui n'étaient pas mauvaises cependant. En ce sens là, oui, il n'était pas simple de servir le Lord, mais d'une rien n'était simple dans la vie, de deux ce n'était pas une question de simplicité, mais de devoir. Oui, la tâche ne serait pas simple. Moins que la gestion du PPA, et c'est ce qu'il fallait entendre par ce que disait Mike.

Mais le doute ne faisait certainement pas partie de la personnalité de Mike Witcher. Avant, oui, à un moment lointain, très lointain, à Poudlard. Même après l'Afrique du Sud, il n'avait pas douté. Le purisme vaincrait et il n'y avait pas d'autre voie que le servir, parce que le Purisme menait à la Grandeur. Jamais il ne démordrait de ça. Aucun Witcher ne l'avait jamais fait. Pas plus Farago et Iago lorsqu'ils avaient imposé un territoire dirigés par des puristes bien plus fermes que Julian Outlander que Desmond Witcher pour conserver une partie du Pays de Galles sous sa coupe de Caerlynx Witcher lorsqu'il était devenu ministre de la Magie en 1857. La guerre était la guerre, et Mike en savait quelque chose, lorsqu'on était en guerre, on ne pouvait pas se permettre d'avoir le temps de douter.

Il se contenta d'un sourire tranquille, ses yeux dorés restant froids cependant :

« Quel serait, monsieur Brom, l'utilité de venir vous voir, de mentir en disant que je suis prêt si je ne l'étais pas ? »

Strictement aucune. Mike connaissait par avance la réponse à sa propre question et Brom le savait aussi. On pouvait mentir avec des mots, on pouvait prétendre ce qu'on voulait, les actes parlaient, et si on mentait, ils trahissaient fatalement tôt ou tard.

« Si je ne me croyais pas capable d'assumer ce poste, monsieur Brom, je ne l'aurais pas accepté et j'aurais suggéré le nom de quelqu'un de plus qualifié. Si je suis ici, c'est parce que je me sais capable de le faire.  La tâche de servir le Purisme et le Maitre n'est pas simple, elle ne l'a jamais été et ne le sera jamais, mais la question ne se pose même pas en ce qui me concerne. Ce qui doit être fait sera fait. Et je ne faillirais pas. »

Witcher était un type honnête. Malgré tout ce qu'il pouvait faire dans l'ombre, il ne mentait pas. Et ses yeux brillaient de la même lueur, un peu folle, que ceux qui savaient qu'ils se battaient pour la Justice. Le Purisme.

L’Éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2009
Parchemins postés : 5644



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA6 - Guerrier Exceptionnel
Ma résistance magique est de: 15PV
Léon Brom


MessageSujet: Re: Quand une guerre est sur le point de se gagner || PV B. W. Lun 1 Juil - 10:48

Quel serait, monsieur Brom, l'utilité de venir vous voir, de mentir en disant que je suis prêt si je ne l'étais pas ?

L'Intendant sourit, visiblement il avait touché là où ça fait mal, piqué l'orgueil de son probable nouveau subalterne, il aimait doser les gens qu'il ne connaissait pas vraiment, sauf de noms naturellement.

Le Mage Noir n'était pas le genre à se laisser berner par des envies communes, des besoins, ou des mimiques accueillantes, le langage de Witcher, malgré ses convictions profondes, ne traduisaient pas, aux yeux de Brom, la certitude, le calme et la tranquillité qui s'oppose forcément au doute latent.

On ne la faisait pas au vieil homme, il avait enseigné, violenté, tué, dirigé et politisé durant ses années de service auprès du Seigneur des Ténèbres et il savait voir quelqu'un de sur de lui quand il en voyait un. Witcher affichait la volonté d'être sur de lui, mais passivement, il n'était pas certain de réussir, il avait la peur de l'échec gravé en lui, il avait peur parce que l'échec, auprès du Seigneur des Ténèbres, conduisait bien souvent aux chemins étroits et sinueux qu'empruntaient la Mort elle même.

Léon décida de ne pas relever les multiples raisons qui lui traversaient l'esprit pour répondre à la question, il ne servait à rien de se montrer insultant.


Si je ne me croyais pas capable d'assumer ce poste, monsieur Brom, je ne l'aurais pas accepté et j'aurais suggéré le nom de quelqu'un de plus qualifié. Si je suis ici, c'est parce que je me sais capable de le faire. La tâche de servir le Purisme et le Maitre n'est pas simple, elle ne l'a jamais été et ne le sera jamais, mais la question ne se pose même pas en ce qui me concerne. Ce qui doit être fait sera fait. Et je ne faillirais pas.

Le Vieil homme au visage de cinquante ans esquissa un sourire sadique à l'entente de ces mots. C'était bien mieux, il progressait déjà. Ce candidat n'était certainement pas parfait aux yeux de Brom, il ne le dirait pourtant pas, parce qu'il était assez intelligent pour savoir qu'il ne trouverait jamais une personne parfaite pour remplacer un rôle à l'identique, c'était impossible.

Le sorcier arqua son sourcil droit, comme il avait coutume de le faire une fois ses réflexions achevées et il prit la parole.


Bien.

Il semblerait que nous nous soyons compris monsieur Witcher. Je vais m'en remettre donc au bon jugement de notre cher Eris. Je vous nomme Directeur de l'Ordre dès ce jour. Nous prendrons rendez-vous à la fin de la Guerre pour quelques modalités et un premier bilan. D'ici là, je place mon entière confiance en vous, alors ne me décevez pas.

Cette question réglée, je profite de votre présence pour savoir si vous avez des requêtes à faire valoir l'un ou l'autre, je risque d'être fort peu joignable, nous approchons de Dublin et il sera bientôt temps pour moi de quitter le confort de ce Bureau pour m'occuper personnellement de la réussite des opérations.

Si vous n'avez pas de requêtes, je pense que nous en avons fini.

____________________________________





 



Multi-compte : Lord Voldemort,  Pr Naesala Gamp, Gauthier Paravell
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Quand une guerre est sur le point de se gagner || PV B. W. Lun 1 Juil - 14:35


Tout cela semblait prêt de se conclure. Mike ne doutait pas du jugement de Brom, au contraire, il s'y fiait et savait que l'Intendant ferait le meilleur choix pour le régime, en fait il n'en demandait pas plus. Ce que XIII voulait pour lui même il l'avait, et il n'attendait pas de récompense. Faire les choses pour sa gueule ne marchait pas, si on agissait par calcul on était malhonnête et on se détournait de l'objectif initial, qui restait le purisme. Brom saurait ce qu'il fallait faire, intellectuel ou pas, il n'avait pas à se poser de question face au bras droit de Voldemort, qui parlait en son nom. Dans le fond, si on demandait à Mike Witcher s'il craignait son Maitre, c'était bien le seul sujet sur lequel il pouvait mentir. Non pas pour lui, ne pas craindre le Seigneur des Ténèbres était une connerie pure, mais par fidélité justement envers ledit Seigneur des Ténèbres. Witcher était profondément instable, il connaissait les ravages que pouvaient faire des actes totalement inconsidérés et imprévisibles, mais à son échelle, ça restait totalement mineur et sans conséquences par rapport à ce que pouvait faire Lord Voldemort. Witcher le savait et lui qui passait sa vie à défendre la stabilité du purisme pour pallier à l'instabilité de son caractère savait que connaître le vrai caractère de celui qui avait instauré le purisme ne servirait pas le régime.

Mais dans l'ensemble, non, il ne doutait pas. Si Mike méprisait l'échec, il ne le craignait plus. Il savait qu'il avait été un perdant, un éternel second, mais il ne faillirait plus, car on ne pouvait pas échouer lorsqu'on servait des intérêts supérieurs aux siens. Et Mike croyait à ça. Ce XIII qu'il portait tatoué sur l'omoplate lui rapellait ce que ça faisait, l'échec et pourquoi il le méprisait. La seule issue était la victoire. Ou la mort. Conquiers ou meurs, mais finalement, si on y regardait bien la devise aurait du être conquiers et meurs. Mais il ne fallait pas trop s'interroger là dessus. Tout le monde mourrait, le mangemort en avait fait l'expérience. Mike ne voulait de toute façon pas le faire. Il n'avait pour l'instant aucune requête à formuler, il attendait simplement l'avis de l'Intendant.

Qui lui donna. Et qui fut favorable. Witcher n'avait au final rien de plus à ajouter vraiment, et il se contenta de saluer l'Intendant, puisqu'il n'avait rien à demander. Il ne tenait pas vraiment une position facile, mais finalement, là où Mike Witcher s'en sortait le mieux restait toujours l'adversité. Il ferait de son mieux et il réussirait.

"Je n'ai pour ma part rien à ajouter, aussi je vais vous laisser. Bonne journée à vous, monsieur Brom. A vous aussi, Eris."


Il s'en retournait désormais au Ministère, car il n'était qu'au début de sa tâche. Certains auraient dit au début de sa gloire, et d'autres au début des difficultés. Mais le mangemort ne le voyait pas ainsi. Pour un homme dont la vie n'est constitué que de la lutte, le combat ne posait jamais de réelles difficultés. C'était une question d'habitude. Mike ne se demandait pas si on lui reconnaitrait de réussir ou non. Il ferait ce qu'il avait à faire. Il n'était après tout, comme tous les autres, qu'un rouage de l'Eternité, d'une machine plus grande et qui les dépassait largement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand une guerre est sur le point de se gagner || PV B. W.

Revenir en haut Aller en bas

Quand une guerre est sur le point de se gagner || PV B. W.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-