POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Car au final, les choses demeurent. || PV M. Witcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Car au final, les choses demeurent. || PV M. Witcher Mer 17 Juil - 11:46

Car au final, les choses demeurent
Eris L. Valverde - Mike Witcher


« Nous sommes face à une guerre sans précédents. Auparavant, nous avions dû nous battre contre un bourbisme qui divise, tue et massacre. Nos terres étaient en danger, la Sorcellerie vivait encore, mais nous ne pouvions nous prétendre pourfendeurs de la destruction si même notre nation était imprégnée du sang moldu. Désormais, nous sommes entrés dans une croisade, au nom de la Sorcellerie et de la Justice. Cette bataille qui nous attend sera importante pour toutes et pour tous, mais par dessus tout, elle confirmera la puissance que nous incarnons. Le Seigneur des Ténèbres accorde intérêt et crédit à une Jeunesse qui construira le mur. Un mur dont les bases sont actuellement fixées par nous. Cette Jeunesse ne peut se dérober à ce Destin héroïque et glorieux. Nous ne pouvons plus nous prétendre autres que ce que nous sommes. C'est pour cette raison que le Seigneur des Ténèbres et l'Intendance du Royaume-Uni ont décidé que la Jeunesse serait mise à l'épreuve. Une manière de prouver qu'elle est digne de l'intérêt que nous lui portons. Trop longtemps elle s'est dirigée avec dangerosité et excitation vers un bourbisme silencieux et attirant. Nous ne pouvons plus accorder la moindre patience face à ce comportement. Nous ne pouvons plus être diligents et passifs face à l'engloutissement général que représente ceux qui pensent défendre les intérêts de la Magie en défendant avant tout ceux de leur propre personne. Le bourbisme est destructeur. N'être que trop itératif n'est pas une preuve de faiblesse. Nous devons avancer, et ceux qui incarnent l'avenir, ce sont les membres des familles prestigieuses de Sorciers. Ceux chez qui rayonne le courage, la détermination et la Justice. Car devant la Jeunesse et devant nous avance la Sorcellerie, en nous brûle la Sorcellerie, derrière nous la Sorcellerie suit! La Magie est Puissance! »

La discours se termina avec la tri-répétition du dogme "La Magie est Puissance" suivie d'une slave d'applaudissements tout aussi enthousiastes que déterminés.
La salle était pleine à ras bord. Les personnes étaient entassées là, pour le Congrès des Partis Puristes d'Etat-Unis.
Valverde avait été invité à ouvrir le discours d'honneur. Une charge qu'il avait entreprise avec rigueur et détermination, comme il en avait la coutume. Les choses étaient particulièrement démonstratives de la volonté d'Eris Valverde de s'occuper de sa nouvelle mission.
Voldemort n'avait pas été sot en nommant le vieil homme à la tête de Poudlard. Il n'y plaçait pas un inconnu. Autant les récents événements avaient prouvé que certains inconnus pouvaient faire de grande, autant l'inexpérience et le manque de renom avec prouvé que Poudlard demandait une prise en main forte et sécuritaire.
L'ancien Directeur du Département de l'Ordre Nouveau avait pris ses fonctions en étant un politicien puriste connu et reconnu de tous. De cette manière, en le désirant ou non, le Seigneur des Ténèbres avait donné l'image d'un régime fort, où les compétences ne sont pas classifiées et déterminées d'avance. Valverde était un homme politique de renom. Aussi, ses compétences profitaient à la fois aux affaires internes de la célèbre Ecole, tout comme le tout était profitable concernant l'image extérieure. En quelques mois, Poudlard avait retrouvé une réputation d'Ecole de Sorcellerie, la plus grande tous, car Ecole de Lord Voldemort. Le Mage-Noir y avait fait sa scolarité et maintenant que l'établissement était son contrôle administratif et légal de l'Intendance incarnée par Léon Brom, la réputation de Poudlard était revenue en même tant que le calme et la Sécurité.

Les yeux froids et noirs de l'Inquisiteur de Poudlard fixaient la foule avec observation et réflexion.
Les Américains commençaient à se ranger du côté du Seigneur des Ténèbres. Un peu moins que l'Espagne et la France, mais il restait que peu à peu, les choses tournaient à l'avantage du Purisme de Lord Voldemort.
Valverde, du temps qu'il était à la tête de l'Ordre Nouveau, avait toujours mis en avant les voyages diplomatiques. Cette habitude n'avait pas été oubliée. Bien au contraire. Il prendrait le temps de l'été pour voyager et forger de nouvelles alliances avec les écoles étrangères.
Poudlard deviendrait un lieu commun de l'apprentissage de la Sorcellerie, par lequel il était nécessaire de passer.

Une heure plus tard, le vieil homme se retrouvait dans le bureau du Secrétaire d'Etat à l'Education Magique. Une branche de la Présidence Magique qui ne possédait pas ou officiellement pas l'Intendance du Royaume-Uni.
Toutefois, la nouvelle fonction d'Inquisiteur de Poudlard et le rattachement de Poudlard à Urquhart faisait de Valverde l'équivalent d'un Directeur de Département à la charge de la Jeunesse et de l'Education.

« Monsieur Chambers, nous avons compris que votre volonté est de faire de vos écoles et instituts des centres de Purisme. Toutefois, il semble que certains de vos professeurs ne sont pas en adéquation avec les règles d'un véritable Purisme.

— Que voulez-vous dire?

Vous voyez très bien où je veux en venir. Vous prétendez à un enseignement auxquels ceux qui sont chargés de le transmettre sont étranges. L'Intendant Brom, donc le Seigneur des Ténèbres et moi-même sommes d'avis que vos écoles manquent de rigueur et de professionnalisme quant aux personnes qui y travaillent. C'est pourquoi, afin de maintenir les alliances entre votre Etat et l'Intendance, nous aimerions désormais avoir un droit de regard sur la nomination de vos enseignants.

— Je vois... Et en quoi cela peut-il être concrètement utilisé?

Deux professeurs par école ou institut seront envoyés par l'Intendance. De plus, il serait bien plus pertinent et fructifiant d'abolir la fonction de Directeur en la remplaçant par celle "Responsable scolaire". Aussi, votre département d'Etat aura total contrôle sur leurs agissements. Et totale responsabilité.

— Et que se passe-t-il si nous refusons?

Monsieur le Secrétaire d'Etat, vous savez autant que moi que nous avons un total contrôle sur le gouvernement dans lequel vous êtes. Si vous refusez, il nous suffira de mettre un envoyé de l'Intendance à votre place et les choses seront plus simples et réglées d'avance. Il n'y a pas d'autre Purisme que celui de l'Intendance et du Seigneur des Ténèbres. Vous n'êtes pas sans le savoir. Sinon, vous ne seriez pas ici. Et moi non plus. »

Le ton calme brodé par la voix froide et déterminée de Valverde faisait froid dans le dos. Le vieil homme avait tout de suite compris les ficelles du pouvoir. Et le Secrétaire d'Etat à l'Education Magique comprenait non sans rapidité que Valverde n'était pas qu'un simple directeur d'Ecole. Il comprenait désormais qu'avec Eris Valverde à la tête de Poudlard, Lord Voldemort mettait son nez dans les affaires d'Education et de Jeunesse des autres pays. Et bientôt, tous deviendraient des fils et filles de l'Intendance, montrant alors que ni lui, ni personne d'autre, ne pourrait empêcher une telle chose de se produire.

Le politique américain accepta finalement la demande de Valverde, permettant au vieil homme de faire route vers l'Ecosse, où d'autres choses étaient à régler.
La matinée se terminait tout juste et Poudlard était comme de coutume durant l'été, plongé dans un calme reposant et refroidissant.
Valverde prit le temps de lire les rapports de sécurité ainsi que les différentes notes des Langues-de-plombs qui surveillaient tous les élèves ou futurs élèves de dix à quatorze ans. Les choses avançaient aussi sur ce plan là.

A onze heures, Neeson annonça la venue du rendez-vous de l'Inquisiteur Valverde. Nul autre que Mike Witcher, successeur du vieil homme à la tête de l'Ordre Nouveau, désireux, semblait-il, de parler à son prédécesseur et désormais Inquisiteur de Poudlard.
Valverde, lunettes sur le nez, ferma son dossier tandis qu'il était installé derrière son bureau.
Pour Witcher, qui devait surement pour la première fois venir dans ce bureau, les choses devaient étrangement rappeler la décoration du bureau de Valverde au Ministère. Hormis le fait que les trois tourelles superposées composaient le bureau de l'Inquisiteur, rien ne rappelait le célèbre bureau des directeurs de Poudlard.
Pour preuve, Valverde travaillait sur la table de travail qu'il avait déjà à l'Ordre Nouveau, abandonnant tout mobilier provenant du bureau du Directeur de Poudlard.

« Installez-vous, laissa-t-il entendre d'une voix froide et calme tandis qu'il ôtait ses lunettes et qu'il présentait un fauteuil placé devant le bureau. Il fit un geste de la main, faisant venir par lévitation une bouteille de vin d'elfe et deux verres surement de cristaux. La bouteille servit les deux hommes tandis que d'un autre geste de la main, elle retournait dans le fond du bureau. Valverde fixa avec insistance et observation son invité, comme s'il pouvait deviner les pensées du Mangemort. Je vous écoute. Vous désiriez me voir? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Car au final, les choses demeurent. || PV M. Witcher Mer 17 Juil - 14:36


La dissolution du Parti Puriste Anglais, suivi ensuite par une dissolution de tous les Partis Puristes de l'Intendance, fonctionna comme sur des roulettes. Le Ministre écossais parut ravi de s'en débarrasser et ne vint même pas à la réunion que Mike Witcher, lui envoyant son premier conseiller, Joseph Chamberlain. Quant au président du Parti Puriste Gallois, Norman Highmore-Wells, il tenta bien de poser une question ou deux mais cela s'arrêta très vite :

« Je venais juste d'être élu, enfin, et vous connaissez ma fidelité à ce régime, je...
-Norman, vivez donc un peu avec votre temps. Witcher ne paraissait souffrir aucune contestation. Highmore-Wells, bien que membre du Convent, et homme qu'il tenait pour quelqu'un de confiance, était un nostalgique naturel, qui râlait pour râler. Vous devez admettre que c'est bien fini. Il paraît à présent logique que le Purisme soit contrôlé par l'Intendance. Trop de division permet à des voix dissidentes de s'élever, Carrington l'a prouvé. Il n'y a qu'un purisme, celui défini pour le peuple par l'Intendance au nom du Seigneur des Ténèbres. L'Ordre Nouveau représente cette idéologie. C'est tout, et donc par conséquent nous rationalisons concrètement cette idée. De fait, les trois partis puristes existeront nominativement, mais leur présidence sera assurée par le directeur de l'Ordre Nouveau. Ainsi il n'y aura plus d'adhésion, de fait, puisque tous les sorciers sont citoyens de l'Intendance, et à travers cela, membre d'une Communauté Puriste. »

Norman Highmore-Wells craignait Witcher. Avec raison. Même s'ils se connaissaient via le Convent, Witcher ne faisait de concession pour personne. C'était un homme agréable, avec qui on arrivait facilement à s'entendre et qui ainsi s'était rendu populaire auprès de ses employés rapidement. On l'aimait pour sa tranquillité, sa politesse sobre, une manière d'être décontracté tout en étant sérieux. Un homme simple, Mike Witcher, en surface. Ce n'était pas pour autant qu'il l'était réellement, mais cela c'était une autre histoire. Il parlait bien et savait s'imposer. On ne le considérait pas comme un politicien, et lui non plus, mais il s'imposait comme un leader, donnant des ordres précis. La clé, c'était de savoir où il allait, et Witcher ne laissait rien au hasard. Il connaissait ses dossiers, parcourait les rapports, rajustait des détails. Sans en avoir l'air, il était partout. On lui obéissait naturellement, parce qu'il était le chef, ce n'était pas quelqu'un qu'on contestait. Peu de gens s'opposaient à lui. Le dernier en date était De SaintClair et l'on avait plutôt l'impression qu'un pacte de non-agression s'était établi entre eux...cela dit, autant Witcher que le français fouettaient d'autres chats en ce moment. Le président du Parti Puriste Gallois laissa tomber, mais le premier conseiller Joseph Chamberlain, lui, posa une question intelligente :

« En ce qui concerne les Jeunesses Puristes, que ferez vous ? »

Witcher y avait longuement réfléchi. Le coté civil du PPA disparaissait, avalé par l'Ordre Nouveau et son rôle de propagande. Le coté militaire serait fondu dans les rafleurs. Quant aux Jeunesses Puristes, il ne comptait pas en garder le commandement, cela lui paraissait illogique au possible. Witcher réfléchissait et envisageait rapidement des solutions. La meilleure s'imposa à lui rapidement.

« Elles seront également centralisées. Ariana Bedan en aura le commandement, mais l'influence politique réelle de ce groupe, les ordres si vous préferez, viendront de l'Intendance. De préférence de quelqu'un qui s'occupe de la Jeunesse, à savoir Eris Valverde. »


Cela satisfit les attentes et différentes questions des deux hommes. Witcher mit alors fin à la réunion et raccompagna les deux représentants. Puis il revint à son bureau et demanda à son secrétaire, Douglas MacNamara, de prendre un rendez vous avec l'Inquisiteur de Poudlard dans l'après-midi. Désormais, maintenant que les deux autres étaient reparti, il était le seul maitre à bord concernant l'idéologie. Une tâche complexe et à haute responsabilité, mais Witcher ne s'en glorifia pas vraiment, il faisait juste cela naturellement. Il rédigea différents communiqués de presse pour annoncer la mesure. Puis il sortit déjeuner. Vers treize heures il revint à son bureau et consacra une heure environ à la lecture des différentes commissions irlandaises. Il signa deux nominations pour l'Irlande. La première était pour le secteur Nord de l'Irlande puis qu'il nommait Oliver Bentham en charge des commissions du sang avec sous ses ordres trois autres commissaires. Pour la cote était maintenus en poste les trois commissaires déjà présent. Il en rajouta un. Puis il étudia la liste de nom possible pour le sud. Enfin il signa un ordre nommant trois équipes de raffleurs responsables respectivement des trois régions déjà mentionnées. Les chiffres des commissions augmentaient et la propagande faisait son œuvre. Witcher finit par ordonner qu'on continue les différentes reconstruction dans les villes et informa les responsables  militaires qu'il confirmait sa visite à Carrick On Shannon pour son discours prévu dans dix jours. Les Irlandais s'étaient vite rendu compte qu'ils n'avaient pas le choix. Cela faisait sourire Witcher qui les imaginait piégés, mais tant mieux si la peur permettait de les faire rentrer dans le droit chemin. Il n'aimait pas les irlandais, considérant qu'il s'agissait d'un irrécupérable ramassis de bourbistes, mais il avait toujours préféré utiliser les gens plutot que les détruire s'il pouvait le faire.

Vers quatorze heure trente Witcher quitta son bureau et le Ministère. Costume noir et sobre, on s'écartait sur son chemin ou on le saluait respectueusement dans des murmures craintifs. Mike transplana à Pré-au-lard et marcha jusqu'à atteindre le parc. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas mis les pieds au château, depuis la bataille de Poudlard en fait, mais pas la moindre pointe de nostalgie ne traversa son cœur en le revoyant. Au final il ne regretta pas de ne pas y être resté plus longtemps, l'époque où il était heureux à Poudlard était morte depuis longtemps. Le mangemort passa les grilles tranquillement et gagna le château, montant jusqu'à la tour du directeur. Là il annonça au secrétaire qu'il avait rendez vous. On le fit entrer rapidement.

La dernière fois que Mike était venu dans le bureau du directeur de Poudlard, Albus Dumbledore y siégeait. Un mauvais souvenir pour le directeur du département de l'Ordre Nouveau. On le qualifiait à cette époque là d'élève pénible et sans envergure. Il fallait bien dire qu'il avait fait un beau pied de nez à Dumbledore, et il s'en réjouissait. Le bureau rappelait l'ancien lieu de travail d'Eris au Ministère. Une autre belle revanche contre ce vieux mage blanc. Le mangemort s'installa face au vieil homme.

« En effet. La nouvelle paraitra demain dans la Gazette, mais nous arrivons à la fin des partis puristes. Ils seront désormais sous le contrôle de l'Ordre Nouveau, qui accomplira leur mission. Leur existence ne sera que nominale, que ce soit de manière civile ou militaire. En revanche, la question des Jeunesses Puristes reste à déterminer. De mon point de vue, et de celui de l'Intendant, il semble plus logique que cela passe sous votre direction. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Re: Car au final, les choses demeurent. || PV M. Witcher Mer 17 Juil - 19:51

Valverde piquait Witcher de son regard de glace et de contrôle.
Il se tenait devant son successeur. Celui que Brom avait accepté de nommer à la tête de l'Ordre Nouveau. Le quatrième Directeur du Département de l'Ordre Nouveau.
L'institution ne se ferait pas sans oublier le nom de son illustre directeur Valverde. Peut-être serait-il même plus célèbre à ce poste qu'à celui d'Inquisiteur. Aucune importance. Le Mangemort Politicien ne cherchait nullement la célébrité. Il avait des compétences, et ces compétences étaient utiles à des moments précis, à des endroits précis. Les choses étaient ainsi, et nul doute que Voldemort avait réfléchi avant de nommer le vieil homme à la tête de Poudlard.
Poudlard deviendrait l'Ecole du Purisme que tous attendaient. Tel était l'objectif de Valverde, tout comme cela avait le même en entrant à l'Ordre Nouveau. Faire de l'endroit la gloire du régime du Seigneur des Ténèbres et de la Sorcellerie.
Pour cela, il entreprendrait de grands travaux, des réformes et travaillerait d'arrache-pied pour permettre à Poudlard la possibilité de retrouver Sécurité et splendeur. Le temps était long mais fructueux. Il offrait la possibilité aux élements de s'incarner, de vivre et de donner de précieux fruits. Le travail était ainsi.
Une forme de sacrifice auquel Valverde avait déjà de nombreuses fois recouru pour être qui il était désormais.
Ainsi, l'Ecole deviendrait dès la rentrée un endroit plus calme. La sécurité serait toujours autant présente, mais les choses seraient moins violentes. L'ombre inspirerait la crainte et il n'y aurait que deux choix possibles: suivre l'Inquisition de Poudlard et rester dans l'ombre. Ombre contrôlée aussi par Valverde. Ombre qui ne menait qu'à la chute certaine et à la misère humaine.

Witcher ignorait tout cela. Du moins, c'était l'impression qu'il dégageait.
Ils ignoraient tous ce qu'il se passait en réalité à Poudlard. Valverde lui-même s'était tenu éloigné des affaires de l'école, la supposant bien gérée. Les élèves ne montraient pas de signe de désobéissance en dehors du château, rien ni personne ne laissait supposer que l'ancien Inquisitrice de Poudlard était en réalité une traître laxiste.
Aussi, les membres importants du régime ne savaient pas ce qu'il s'y passait. Ils prétendaient contrôler les choses mais plus ils s'éloignaient du cadeau empoisonné Poudlard, mieux ils se portaient.
Une fois de plus, le numéro trois du régime s'était lancé dans une mission indésirée et enfouie. Tout comme à l'Ordre Nouveau en 2003, où Valverde avait trouvé un Département désorganisé, sans politique interne, ingéré et ingérable. En deux ans, il avait donné une cohérence aux institutions administratives, un véritable objectif de travail, une respectée hierarchie.
En quelques mois, les choses étaient de même à Poudlard. La hierarchie était de nouveau respectée. On savait Valverde présent, aussi ne cherchait-on pas à se faire remarquer auprès de lui.
Personne ne prétendait que seul le vieil homme était capable de faire cela. Cependant, il avait été le seul à être préssenti par Brom. Le seul à s'être manifesté. Le seul à avoir décidé de se rendre à Poudlard pour rétablir une politique Puriste digne du Seigneur des Ténèbres et de la Sorcellerie.
Personne ne pourrait enlever cela.

Au fil du temps, Valverde s'était construit une influence rigoureuse et travaillée. Mulciber n'avait d'autres choix que de le respecter, car sans Valverde -ni De Saint-Clair, Selwyn et Witcher, le Ministre Anglais ne serait peut-être plus de ce monde. Bien que le Mangemort Politicien se doutait pertinemment que la vie chez Mulciber avait autant de valeur qu'une coccinelle cancéreuse, il avait conscience que le Ministre se souciait de l'honneur et du dû. Aussi donnerait-il plus de respect à Valverde. Auprès des autres Mangemorts, il avait prouvé qu'il était digne de ses fonctions. Personne ne pouvait se vanter de tenir aussi bien la barque que celle de l'Ordre Nouveau tenue durant deux années par Valverde. Et personne ne pouvait se pavaner en prétendant avoir résolu une crise à Poudlard. Une crise nouvelle, inconnue et tout à fait imprévue.
Il était aussi reconnu à l'étranger, lui le simple Mangemort avant 2003. Reconnu pour ses discours, ses actions et ses alliances. Il pourrait s'en servir pour faire monter Poudlard au même rang que l'Ordre Nouveau.
Et quiconque se mettrait au travers du chemin du Purisme se trouverait écrasé avec force et rapidité par l'Inquisiteur de Poudlard.

Car au contraire de LeeRoy, Valverde était un homme de la cohérence et du respect.

« D'après mes souvenirs, Ariana Bedan est la représentante de cette Jeunesse Puriste. Valverde marqua un temps. Toutefois, si l'on suit le juste résonnement qui découle du rattachement de Poudlard à l'Intendance, en ajoutant le fait qu'une adhésion aux Partis Puristes était obligatoire pour tous donc pour les jeunes sorciers, il est de nature à croire qu'en rattachant ces Jeunesses Puristes à Poudlard, nous détruisons la forme et le nom. En effet, tous les jeunes qui sont à Poudlard font partis des Jeunesses Puristes, puisque tous les jeunes de l'Intendance sont à Poudlard et qu'ils adhèrent obligatoirement à leurs Partis respectifs. »

Valverde, une fois de plus, fit silence.
La froideur était de mise, comme dans toute communication entre le vieil homme et autrui. Mais cette froideur, pour quiconque cherchait à conclure une affaire sûre et certaine, était particulièrement rassurante.
On trouvait dans cette froideur une maîtrise complexe et parfaite des sujets. Le vieil homme ne partait jamais dans l'énervement, montrant alors à l'autre que s'il y avait une personne qui ne doutait pas de lui-même, c'était bien lui.
Personne n'osait attaquer Valverde sur ce front. Aussi, s'attendait-il toujours à de lâches attaques corporelles. Tout comme Jugson. Tout comme d'autres hors-la-loi et bourbistes lâches. Car personne ne pouvait prétendre à la manipulation envers ce vieil homme. Il ne se brisait pas, il ne se pliait pas.
Il restait froid et calme.

« Nous avons besoin de l'influence de Bedan à Poudlard. Elle est intelligente, quoique trop sanguine. Le temps pour elle de se calmer, il faut lui donner les responsabilités qu'elle mérite. Si elle échoue, elle mourra. Si elle réussie, elle en sortira instruite et calmée. Aussi, je pense qu'il n'est pas négligeable de ne pas retirer son statut. Autrement dit, elle restera le représentante de la Jeunesse Puriste à Poudlard. Elle aura la stricte interdiction, et soyez affermé de ma profonde certitude dessus, de parler au nom de la Jeunesse sans mon accord. Elle ne le fera pas puisque jusqu'ici, elle ne l'a pas fait. L'Inquisition de Poudlard représente l'Education Puriste et la Jeunesse de l'Intendance. Personne d'autre. »

Valverde avait des choses de prévues pour Bedan.
Elle avait accepté un marché dangereux avec l'Inquisiteur, mais un marché dont elle sortirait plus forte et avec bien plus de bénéfices qu'elle ne s'en doutait si elle avait l'intelligence de tourner les choses à l'avantage de l'Inquisition et du Purisme.
Toutefois, Valverde gardait un oeil sur cette jeune fille de famille Puriste. Il savait qu'au moindre coup de travers, elle pouvait partir partout sauf sur le bon chemin.
Somme toute, l'Inquisiteur de Poudlard préférait instaurer contraintes et limites à Bedan, en sachant très bien que serrées à l'intérieur d'un carré de pierre, elle trouverait le moyen d'y construire avec intelligence son influence.
Sans, contrairement à d'autres, prétendre à plus grand et plus élevé.

« Ainsi donc, nous pouvons annoncer que désormais, la flamme politique de la Jeunesse Puriste et de l'Education de l'Intendance s'incarne à Poudlard, tout comme l'Education du Peuple s'incarne à l'Ordre Nouveau. Ne précisions pas les fonctions de certains, et donc, celle de Bedan. J'aurai l'occasion de m'entretenir avec elle pour lui faire comprendre que sans ce titre, elle n'en perd pas pour autant les pouvoirs. »

Valverde le savait et malgré elle, et surement d'ailleurs, malgré l'enfant qu'il avait été lui-même, il manipulait la jeune Bedan. Mais le tout était à des fins bien plus grande. Car une fois partie de Poudlard, l'Elite s'éteindrait.
L'Inquisition de Poudlard aurait alors plein pouvoir officiel sur l'Ecole.
D'ici là, l'Inquisiteur avait réussi à donner les pleins pouvoirs. Bien qu'en façade, certaines choses ne semblaient pas totalement changer à Poudlard.

Et pourtant, elles changeaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Car au final, les choses demeurent. || PV M. Witcher Jeu 18 Juil - 13:59


Cette entrevue ne durerait pas longtemps. Witcher n'avait pas grand chose à ajouter. Il venait juste informer Valverde. Lui proposer un arrangement. S'il n'en voulait pas, le nouvel inquisiteur de Poudlard pouvait dire non. Il disait oui. C'était suffisant. Le reste ne regardait pas Mike Witcher. Le mangemort n'avait que peu d'intérêt à Poudlard. Il surveillait ça de loin, assez pour voir ce qu'il se passait. Lorsqu'il avait compris, lui avait décidé d'agir. On ne pouvait pas reprocher au mangemort d'avoir laisser tomber. Poudlard allait mal. Il l'avait vu, non seulement à travers sa rencontre avec Ariana Bedan mais aussi avec ce que lui disait Sara Engels, sa nièce. Witcher n'était pas aveugle, et encore moins du genre à fuir. Alors président du PPA, lorsqu'il avait compris ce qu'il se passait, et disposant d'un outil précieux, à savoir les Jeunesses Puristes, alors il avait préparé la contre-attaque en essayant d'impliquer le Ministère et Poudlard. On aurait dit qu'il tirait le signal d'alarme dans le vide, car ce qu'il s'était passé avec LeeRoy était prévisible. Et aurait pu être empêché. Seulement voilà, il aurait fallu compter sur une Inquisitrice ayant un peu d'autorité, ce qu'elle n'avait pas, et sur un Avery non envoyé en mission dans les pays du Nord par le Lord. Avec cela, le projet était tombé à l'eau, sans compter que lui, désormais n'avait plus exactement le temps de s'occuper de choses comme Poudlard.

Eris Valverde prenait le contrôle du château d'une main de fer et si cela correspondait à la volonté du Lord, alors Mike ne pouvait rien rajouter de plus, il approuvait ce que faisait l'Inquisiteur. Si l'autre avait besoin d'aide alors il lui donnerait, sinon tant pis. L'Inquisiteur connaissait sa tâche, le directeur du département de l'Ordre Nouveau aussi. Leur route était paralléle, puisque chacun s'occupait de l'idéologie puriste – l'un pour en construire les bases dans la Jeunesse, l'autre pour donner le chemin du Peuple vers la Sorcellerie. Mike n'était pas forcément très proche de l'Inquisiteur, parfois ils avaient des désaccords, mais dans l'ensemble, bien plus que certains, ils arrivaient à s'entendre. Le purisme était le purisme, la personne qui était en face comptait moins que l'objectif poursuivit. Ainsi Witcher déléguait il volontiers les Jeunesses Puristes à Eris Valverde parce que cela restait logique et plus sur. La cohérence, qu'elle soit officielle ou réelle pour agir efficacement, restait une donnée primordiale selon XIII.

Il n'aimait pas Poudlard. Il n'aimait pas s'y retrouver, pour constater encore que les souvenirs existaient encore, qu'ils étaient vivaces, si vivaces. Oh, Witcher était en paix avec lui même, et il ne referait pour rien au monde le chemin en arrière.

«  Le long des longs cheveux de dix-sept ans, que tu nouais de temps en temps, glissait parfois quelques mains nues, que sont-elles devenues ? Le long des longues nuits dans la pénombre, je me disais, ça y est, je sombre, et j'attendais le petit jour, qui revenait toujours. »

Witcher se souvenait de tout ça avec une froideur détaillée, pas de regret, non, mais il savait que c'était fini. Le temps où il sortait avec Nancy, dés Poudlard...Il se disait, il le savait, qu'il faisait une erreur, et il ne dormait pas, déjà, et il regardait le jour qui se levait. Que serait-il devenu s'il avait pris un autre chemin ? Poudlard était la première fois qu'il avait fait un choix. Après il en avait fait bien d'autre, mais c'est à chaque fois qu'il pensait à Poudlard qu'il pensait à ce qu'aurait pu être Mike Witcher dans un autre monde...Mort peut-être ? Sans doute. Inconnu au bataillon. Il ne savait pas. Peut-être qu'il serait à Azkaban, peut-être que Jeremy serait encore vivant...

Ou peut-être pas. La vie s'amusait à détruire Mike Witcher, elle jouait, mais il résistait. Il ne regrettait ce qu'il était pour rien au monde. Il aimait ce qu'il était, tout aussi détestable qu'il soit, tout aussi barge qu'il soit devenu. C'était sa plus belle victoire sur l'ironie du sort. Savoir rebondir. Savoir s'en sortir. Ne laisser personne dire qu'il ne pouvait pas être libre. Peut-être y avait-il tout perdu, mais qu'importait. Il savait ce que ça faisait d'être libre – et au moins pour ça, il était content d'avoir la vie qu'il avait.

Il souhaitait très sincèrement à tous les jeunes de Poudlard de connaître ça, malgré tous les heurts que pouvaient produire une vie. Valverde leur donnerait deux ou trois clés pour ça, car on était libre que si on croyait en quelque chose. Il leur montrerait que vivre faisait mal. Dans un sens, il ferait exactement la même chose que ce que Witcher faisait avec sa fille. Il serait condamné à vivre. A partir de rien et à se bâtir de façon rude. Ils deviendraient rudes à leur tour, et les hommes rudes dirigeaient le monde.

Il se leva :

« Bien. Je pense dans ce cas que vous n'avez plus besoin de mon concours. Je suis sur que l'Education de la Jeunesse est entre de bonnes mains avec vous, aussi je crois qu'il n'y a rien à ajouter. A bientôt sans doute, Eris. »

Et il s'en alla. La vie reviendrait bientôt dans cet immense château vide, mais celle de Mike continuait, comme toujours hors des murs des châteaux que l'on construisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Re: Car au final, les choses demeurent. || PV M. Witcher Mar 23 Juil - 13:12

Le Département de l'Ordre Nouveau avait acquis en sagesse et en réputation. Outre le fait qu'il était l'organe gérant les Commissions du Sang, il était le Département lié et rattaché à l'Intendance du Royaume-Uni. Les Ministères avaient connu leur heure de gloire et ceux qui en faisaient partis aussi. On parlait de collaboration, mais le terme n'était pas le plus juste et le mieux trouvé. Il ne s'agissait pas de collaboration, il s'agissait d'exécution des règles. De respect de la hierarchie.
L'Intendance possédait deux branches officielles. Le Département de l'Ordre Nouveau et Poudlard. Autrement dit, elle gérait la traite de Sang et l'Education. Elle avait sous son commandement les grandes idées du Purisme, celles qui regroupaient tous les enfants de la Sorcellerie.
Les Ministères sous-jacents avaient des missions de gestion et de maintien. Le maintien des relations internationales entre pays, le maintien de la sécurité et de la justice, le maintien des services secrets, le maintien des personnes vivant dans leurs pays. Ainsi, les Ministères, quoiqu'on en dise, étaient sous l'Intendance. Il ne s'agissait pas là d'une pure bataille de puissance ou de quoique ce soit. Valverde avait été dans le Ministère Anglais, lui aussi il avait donc eu comme mission d'être dirigé par un Ministère et l'Intendance. Mais si l'orgueil était dépassé et quelques uns oubliaient quelques vieilles rancunes, alors les choses iraient mieux.
Aussi, il était facilement compréhensible que la collaboration avait toujours été là. Le tout restait le respect de la hierarchie. Le respect de l'Intendance, le respect du Seigneur des Ténèbres.
Et le tout, bien au delà d'une simple puissance.
Valverde n'en avait au final que faire d'être hiérarchiquement supérieur aux directeurs de Département de Ministère.
Ce n'était pas son soucis.

Mike Witcher aurait surement plus de facilités à traiter avec Mulciber. Valverde n'en doutait pas.
Mais ce changement ne devait pas donner à d'autres la belle idée de jeter la pierre sur le Ministre ou sur l'Inquisiteur.
Mulciber et Valverde s'étaient croisés. Ils avaient été mêlés ensemble, à un moment de leur vie, et avaient continué leur chemin.
Malgré sa trahison, Valverde s'était plus senti lié à Jugson qu'à Mulciber. Ses deux grands patrons avaient été Jugson et Brom. Mulciber n'avait été que de passage, une transition entre deux ères pour l'Ordre Nouveau. Celle du Ministère et celle de l'Intendance.
Pour Mulciber, c'était la même chose. Et le lien passait beaucoup plus désormais. Valverde était une personne de l'Intendance, dirigée par Brom. Tout comme Mulciber. Autrement dit, il n'y avait pas jeu malsain de qui dirige qui et de qui est dirigé par qui. Ils étaient à un niveau similaire et s'entendaient mieux ainsi.
Peut-être Menroth ne serait pas tombé avec tant de vitesse s'il avait un temps soit peu accepté d'être qui il était. Un Mangemort membre du gouvernement de Mulciber, serviteur du Seigneur des Ténèbres. Puissant certes, intelligent et mystérieux en plus, mais il n'en restait pas moins un subalterne.
Il n'avait pas réussi à faire cette différence et il était tombé. Loin de là l'idée que Mulciber avait gagné. Ceux qui le prétendaient se leurraient.
Menroth avait perdu une bataille contre lui-même et son ego. Rien de plus, rien de moins.

Witcher quitta le bureau de l'Inquisiteur, après avoir confirmé le rattachement des Jeunesses Puristes à Poudlard.
La tour de l'Inquisiteur replongea dans le calme qui était le sien. Le déjeuner était sur le point d'arriver. L'entretiens avait duré moins d'une heure.
Valverde plaça sur son nez sa fine paire de lunette, prit en main sa plume et écrivit une note. Quelques minutes plus tard, il faisait venir Nesson dans son bureau.

« Envoyez cela au service de Communication Presse de l'Intendance. Ce communiqué sera publié demain.

— Bien Monsieur l'Inquisiteur.

Et rappelez au Ministre de l'Education Magique d'Italie que je le recevrai à dix sept heures.

— Oui, Monsieur l'Inquisiteur. »

Pour une fois, Le Mangemort Politicien épargna son secrétaire d'une habituelle attaque ou d'un pique glacial comme il en avait l'habitude.
Valverde n'avait peut-être, quelque fois, plus le temps d'attaquer tout ce qui l'entourait. C'était peut-être là sa faiblesse dans quelques relations sociales. Il était seul et ne cherchait aucunement à ne plus le devenir.
La solitude restait cependant son arme. Son arme politique. Car il était le seul à pouvoir mériter ses efforts, et le seul à en être responsable. On lui avait appris, à ses dépends la plupart du temps, qu'on ne pouvait compter que sur soi. On pouvait prêcher la parole de la Communauté, mais une Communauté ne peut être composée que d'individus. Et si ces individus n'ont pas conscience de qui ils sont, alors la Communauté échoue.
Jeune, Eris avait appris qu'il était le seul à pouvoir compter sur lui-même. Le seul à qui l'on pourrait rendre des comptes et que l'on pourrait féliciter.
Car quoi que l'on dise, Eris Valverde était un autodidacte qui avait son chemin ton seul. Il ne devait qu'à lui-même ses fautes et ses réussites. Pas aux autres.
C'était surement ce qui faisait de lui une personne puissante et influente dans le milieu de la politique Puriste. Car personne ne pouvait prétendre à un service vis à vis du vieil homme. Personne ne pouvait non plus prétendre être la cause d'un échec chez ce dernier. Il avait toujours tout assumé, jusqu'au bout.

Eris Valverde termina la lecture d'un dossier et quitta Poudlard par le biais de l'armoire à disparaître qui le menait directement à Gaydon.

« Maître Valverde.

Oui?

— Il y a quelqu'un pour vous... il est là... dans le salon...

Qui est-il?

— Il s'agit de Monsieur Pettigrow, Maître. »

Valverde sortit de la zone de transplanage, située désormais dans les sous-sols du Manoir, entourée de plusieurs sortilèges de protection et de barrières runiques. Il remonta dans le hall de pierre, et se dirigea dans le salon officiel.
Une lumière grise entrait dans la pièce. La pluie n'allait pas tarder à s'abattre sur le domaine des Valverde.

« Que veux-tu?

— Il s'agit du Maître... Tu... Le Seigneur des Ténèbres souhaite que tu l'accompagnes à Dublin. Il veut que tu diriges le camp de blessés durant le siège. Et que sois à ses côtés pour marcher vers le Ministère.

Bien. La voix froide de Valverde fut brève et sèche. Il quitta le salon officiel et une fois dans le hall, observant que Quedvert ne quittait pas la pièce, lança, tu n'es pas dispensé de partir. »

Valverde monta dans ses appartements où il prit son déjeuner.
La guerre en Irlande se terminait et une nouvelle ère commencerait pour la Sorcellerie. Et pour Valverde, qui lui, serait officiellement à la tête de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Car au final, les choses demeurent. || PV M. Witcher

Revenir en haut Aller en bas

Car au final, les choses demeurent. || PV M. Witcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-