POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

It can't be for nothing. [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 13/07/2011
Parchemins postés : 5536



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 9PV
Lyna Sweet


MessageSujet: It can't be for nothing. [SOLO] Lun 29 Juil - 14:24

Spoiler:
 

Le sommeil était devenu une chose d'une rareté incroyable. Il s'agissait presque d'un luxe que l'on aurait cru proche d'un trésor divin. C'était en tout cas l'impression que cela laissait à Lyna, chaque nuit, et chaque matin. Elle ne râlait pas, à vrai dire, elle ne disait pas grand chose sinon qu'elle voulait dormir. Tout simplement dormir. On arrêtait pas de lui répéter que c'était le « prix à payer » que c'était « normal » et qu'elles étaient « toutes passées par-là ». Mais, concrètement, qu'est-ce qu'elle en avait à foutre des autres ? Elle, elle voulait ce qu'elle désirait, elle voulait son repos, enfin, après tant d'attente. Et diable, celui-ci ne voulait pas venir. Aussi, peut-être était-ce les hormones ou quoique ce soit d'autre, mais elle était en rogne à longueur de journée, sur les dents, ou sur le qui-vive, prête à bondir sur quiconque viendrait la chercher. Elle n'était plus n'importe qui désormais, elle était à la fois la femme de Thomas Jugson, l'homme réputé pour avoir été Ministre de la Magie, Président du Parti Puriste Anglais, Mangemort, puis traître à son sang – comme elle – coupable de trahison envers le régime, fondateur de La Vague, le premier mouvement puriste résistant sous l'Intendance. Il en était le leader, le type qui faisait loi ici, dans le QG du mouvement, soit à Glasgow dans l'Université moldue de la ville. C'était un bâtiment magnifique, indéniablement, et ça valait réellement le coup d’œil. Aussi, ceux y étant invités étaient unanimes pour dire que l'endroit était formidable. Et l'endroit était régi par Tom. Aussi, en tant que femme de ce dernier, elle avait beaucoup de droit, dont celui d'être respectée et presque chéri jour après jour. Du moins les « amies » qu'elle avait su se faire au sein du mouvement y veillait. Car, en plus d'être la femme de l'homme le plus recherché du moment dans toute l'Intendance et peut-être même en Irlande où la guerre faisait rage, elle était aussi la mère de ses enfants.

Et c'était la cause de sa recherche inespérée du sommeil.

Des jumeaux, qui plus est, ou plutôt, disait-on, des faux-jumeaux car l'un était un garçon, l'autre une fille. Non, il aurait été diffamatoire de dire qu'elle ne les aimait pas, c'était tout le contraire en vérité, elle ne voyait qu'eux, eux et encore eux. Parfois, même Tom était littéralement oublié dans l'esprit de Lyna. Il y avait ses enfants, ses premiers – et sûrement les seuls d'ailleurs – et rien d'autre. Pourtant, ils la fatiguaient plus que l'on ne pouvait l'imaginer, et le cadre de Glasgow, aussi beau et reculé soit-il – car la sécurité était telle qu'il était impossible de venir ici sans qu'on ne le sache plusieurs minutes avant – n'était pas un cadre adapté pour les élever en toute sécurité. Lyna était encore recherchée – bien que son oncle, Larsen Menroth le terrible soit mort ou disparu – et Tom restait un hors-la-loi notoire risquant plus que la peine capitale en sortant juste sur le balcon de leur étage à l'Université. Ce cadre rappelait à Lyna ses trois années à l'Université Magique d'ailleurs. De bons souvenirs, de vrais souvenirs, pas comme ceux de Poudlard qu'elle préférait oublier en vérité. William faisait partie du passé, et elle se forçait de ne plus y penser. Ce qui n'était pas toujours dans la même idée qu'Aria.

Aria était celle qui complétait le plus Lyna, qui la connaissait le mieux, et qui, de surcroît cohabitait avec elle dans le même corps. Deux esprits pour une seule personne, c'était à se croire fou. Pourtant, pouvait-on vraiment dire que Lyna l'était ? En apparence, difficilement. Elle ne laissait pas passer grand chose – bien qu'elle oubliait parfois de se taire au sujet d'Aria qui s'élançait un peu trop par moment – et gardait précieusement ce secret au fond d'elle. Le seul a avoir été assez proche de découvrir la vérité fut le Ministre de la Magie Anglais actuel, John Mulciber, rien que lui, lors d'une altercation entre lui et la nouvelle mère de famille de son ennemi juré. Aria n'aimait personne en vérité, bien que l'ambiguïté soit de mise envers Lyna, et était tout ce qu'il pouvait y avoir d'extrême chez la jeune femme. Violente, impulsive, passionnée, elle était tout ce que n'avait jamais réussi à être Lyna, et c'était probablement pour cela qu'elle existait d'ailleurs. Le seul véritable problème avec Aria c'était de lui résister quand elle n'était pas en accord avec son autre penchant spirituel. Le champ de bataille du moment concernait les enfants. Lyna les aimait plus que sa propre vie, Aria les haïssait plus que n'importe qui.

D'ailleurs les pleurs reprenaient encore et encore, et il n'était tout juste que deux heures du matin. Lyna commença, avec peine et dégoût, à se lever, tirant les draps d'un côté. Tom était lourdement endormi de son côté du lit et ne semblait pas décidé à lever le petit doigt. Lyna lui jeta un regard noir qui en disait long sur ce qu'elle pensait à cet instant présent, et finalement, sous l'impulsion d'Aria, lui fila une frappe sur l'épaule qui n'eut que pour simple effet de le faire remuer avant de se retourner et de continuer son rêve dans une autre position tout aussi insolente aux yeux de la hors-la-loi que la précédente. Elle leva les yeux au ciel, et se leva du lit. Elle traversa la pièce, sortit dans le couloir, et rentra dans la chambre des enfants – manquait plus que ça, qu'on leur donne des chambres séparées en plus – où les braillements retentirent de plus belle.

Un jour, je les égorgerai avec tant de passion que leur cri s'entendra jusqu'au Ministère.

Tu es affreuse ma pauvre fille, ce sont nos enfants, merde!

Oui, c'est ça le problème. Pourquoi ils sont comme ça alors que ce sont NOS enfants ? Merde, on serait bien mieux sans eux.

Lyna était généralement sensible aux dires d'Aria et l'autre la faisait rire le plus souvent par sa cruauté ambiante et son manque de délicatesse et de tact. Aussi, tout en prenant sa fille, Lyna eut un sourire amusé tout en oubliant de prêter attention aux insultes permanentes d'Aria qui continuait de pester contre la nature et ses cadeaux immérités.

Puis merde... sont moches quoi.

Lyna éclata de rire sans s'en rendre compte. Ce qu'il y avait de bien avec ses enfants, encore bien trop petits pour comprendre les réalités, les mœurs et la normalité, c'était que Lyna n'avait pas à se cacher, n'avait pas à se retenir de communiquer avec Aria. D'ailleurs, sa fille semblait trouver cela apaisant, ou du moins, amusant. Lyna riait, sa fille la regardait avec deux grands yeux bleus encore humides de larmes. Même le garçon s'était calmé alors qu'il était encore dans son landau... d'ailleurs, il s'était rendormi. Ça en faisait un de moins à calmer.

Une fois le calme plat retrouvé dans la pièce, Lyna s'éclipsa aussi discrètement que possible et s'en alla, non pas vers la chambre, mais vers la cuisine du repaire de La Vague où elle serait plus à l'aise pour réfléchir. C'était un fait, elle peinait à se rendormir et elle préférait réfléchir, tout du moins faire comme si, jusqu'à ressentir la fatigue réelle au point de pouvoir se recoucher. Elle s'installa à la table ronde située au milieu de la pièce et se servit un verre d'eau. Elle patienta là, quelques minutes, sans piper mot, jusqu'à ce qu'une femme pénétra dans la pièce.

-Lyna ! Debout à cette heure là?
-Les enfants...
-Pas facile ouais. C'était lequel cette fois?
-Les deux. Et toi qu'est-ce que tu fais là?
-Tom m'a demandé d'aller vérifier un truc à Liverpool, je reviens tout juste, les salopes qui constituent la Brigade Magique étaient en force j'ai eu du mal à remplir l'objectif. Mais, je n'échoue jamais hein !
-Oui je vois ça.

Mais quel péteuse celle-la.

Paraît que tu comptes partir?
Ce sont tes affaires peut-être?
-Oui, Tom reste ici, mais je m'en vais avec les enfants. Au Pérou je pense.
-Au Pérou ? Haha ! Pourquoi ce pays?
-Tom a des contacts là-bas, et puis, j'ai toujours eu envie d'avoir un lama pour me balader donc...
L'excuse la plus pitoyable que j'ai vu de ma vie.

La femme termina son verre d'eau et s'éclipsa alors en adressa un sourire sincère à Lyna. Elle devait être tout aussi crevée en vérité, qu'elle, à ceci près que ce n'était pas pour les mêmes raisons. Elle se leva à son tour, et rejoignit le lit conjugale où elle se glissa jusque dans les bras de son amant. Le futur ne l'inquiétait pas tant que cela en vérité, c'était plus l'idée d'être seule qui la terrorisait. Tom avait promis de venir la voir souvent, si il pouvait, une fois par semaine minimum, mais comment être sûre qu'il tiendrait parole, et comment être sûre qu'une mission ne lui serait pas fatale. Être seule, cette hantise que même ses enfants ne parvenaient pas à combler.

Le soleil traversa la fenêtre de la chambre et illumina le visage endormi de la jeune femme qui ne pu faire autrement que d'ouvrir un œil, puis l'autre. Elle se releva lentement, analysa la pièce, puis porta son regard sur Tom qu'elle secoua vivement. Hors de question que ce tas reste ici pour dormir alors qu'elle, elle n'y avait pas droit.

-Allez, lève-toi. Je pars aujourd'hui je te rappelle.

Les deux se levèrent alors, rejoignirent la cuisine où déjà quelques membres de La Vague cassaient la croûte avant de partir en mission probablement en Irlande, ou dans un autre pays étranger où le purisme de Voldemort avait besoin d'être discrédité. Lyna les salua, ils lui rendirent à elle et à Tom, et ces derniers prirent place.

-Alors, ils vont bien les moustiques ? On les a entendu cette nuit.
-T'as fait que les entendre toi... Même Tom n'a pas bougé le petit doigt.
-Tom ce mauvais père ! Bon moi j'ai à faire hein, à tout à l'heure!

Lyna sourit en voyant Eric Goggins s'enfuir comme si Tom allait lui sauter au cou. Il y avait une bonne ambiance dans La Vague, bien meilleure en tout cas que dans l'Ordre du Phénix, tous plus coincés les uns que les autres. La sorcière se pencha à l'oreille de son homme qui commençait tout juste à siroter son café légèrement dégueulasse il fallait bien l'avouer.

-Tu pourras me faire le sac de Maximillian ? Je dois déjà faire celui d'Arianne et le mien.

Avait-il réellement le choix ?

L'heure du départ approcha rapidement, il était tout juste quatorze heures quand Lyna apporta les trois sacs au niveau de la zone de transplanage où étaient installés un bon nombre de portoloins. Elle embrassa ses quelques amis proches du groupe résistant qui promirent de venir lui tenir compagnie dès qu'ils en auraient l'occasion – l'avantage certain d'être sorcier et de savoir utiliser les portoloins. Tom prit la valise de Lyna, tandis qu'un proche du chef de La Vague avait avec lui les valises, toutes petites, des enfants et que Lyna portait les deux bébés dans ses bras, encore endormis.

Ils empoignèrent le portoloin, l'heure du départ approcha, et en un brin de seconde, ils se retrouvèrent sur un plateau péruvien dominant une magnifique vallée. Derrière, un autre repaire qu'avait réussi à avoir Tom. Quelques membres de La Vague en charge des relations avec les pays bourbistes y résidaient, c'était le nouveau lieu de vie de Lyna pour quelques temps, peut-être années... l'avenir n'était pas terrifiant, mais toujours cette solitude qui, elle, l'était bel et bien.

Spoiler:
 

____________________________________


Membre de l'Ordre du Phénix


L'unique Agent :geek: surveille
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

It can't be for nothing. [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-