POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Une page se tourne et une autre commence..[PV light et crow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 15/11/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 18/04/2012
Parchemins postés : 339



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Malachy M. Parch


MessageSujet: Une page se tourne et une autre commence..[PV light et crow] Ven 9 Aoû - 23:29

Une révélation! Oui telle était l'état d'esprit dans lequel était l'ancien rouge, alors qu'encore tout récemment il naviguait, perdu, dans ce monde d'adulte. Une simple soirée, une simple rencontre et son esprit s'était ouvert à la vérité. Il avait un nouveau but avant de commencer pleinement sa vie d'adulte, un voyage physique mais aussi spirituel. Une découverte de son passé d'une partie de ce qu'il était. En d'autre terme un voyage aux États-Unis, lieu de naissance et d'origine de Feu sa mère. Un passé, une famille et une partie de lui qu'il ne connaissait pas et qu'il avait besoin d'apprendre. Toute l'histoire de sa mère n'avait était que mystère et faux-semblant, il ne connaissait finalement rien de cette dernière, sauf sa puissance, sa détermination et sa sauvagerie, entre autre de sa beauté et son amour pour son père.

Peut être pourrait-il se libérer de cette ombre qui le hantait encore, de ce souvenir lourd et difficile à porter. C'est avec cette conviction qu'il avait franchit le seuil de son manoir, plus déterminé et excité que jamais, relevant le jeune home qu'il était. Les elfes de maisons du manoir virent donc une véritable tornade débouler dans le hall, allant de pièce en pièce alors que vêtement, valise et autres objets volaient dans les airs, certains d'entre eux devant transplaner pour éviter un objet non-identifié.

La manège continua ainsi pendant des heures pour finalement se calmer petit à petit, et laissant le calme et le silence reprendre ses droits sur le Manoir. Les elfes de maisons s'approchant de leur maître, légèrement craintif et inquiet.

-Le maître recherche quelques choses? Nous aidons maître à trouver?

Aux paroles prononcés Le Lion sauta sur ses jambes pour se réceptionner s'emparant d'un des elfes de maison pour le soulever de ses bras musclé, sourire au lèvres, répondant avec un grand sourire:

-Je vous ai déjà dis de ne pas m’appeler maître! Et rassurez-vous, je ne recherche rien, je pars juste en voyage imprévu. Je ne sais pas combien de temps il durera ni quand je reviendrais encore, il faut donc que je prévois tout en très peu de temps!

Malachy relâcha finalement l'elfe de maison qui abasourdit tant par al nouvelle que le comportement de leur maître, restant planté là sans bouger. Mais déjà "l'élu" s'affaira à sortir une malle qui sans aucun doute semblait magique. Plutôt grande, mais légère et facile à porter. Ayant probablement appartenu à ses parents et dont le luxe aurait pu faire pâlir de jalousie n'importe qui. Faisant signe aux elfes de maison d'approcher il ouvrit la valise, pour laisser entrevoir les ténèbres à l'intérieur, et c'est d'une voix fier et clair qu'il reprit la parole:

-L'argent ne fait peut être pas le bonheur, mais on peut s'offrir des objets rare et sans prix. Cette valise a été enchantée, facile à transporter, légère et surtout n'a aucune limite ou presque pour son contenu. Parfait pour ce que j’entreprends. Je ne sais pas ce que je vais trouver une fois parti, ni même ou mon voyage m’emmènera dans ce lointain pays. J'ai donc tout prévus et pris ce qui pourrait mettre le plus utile. Telle qu'une tente pour la cas ou il faudra dormir à la belle étoile, comme je le faisais petit avec mes parents, des trousses de premiers secours, etc, etc... et même le plus d'argent possible, en liquide demandé à la banque Gringott. Je ne sais pas si je pourrais retirer facilement de l'argent là bas. Je suis ainsi prêt à toutes éventualités.

Il continua ainsi ses explications, demandant à l'un des elfes de lui réservé un billet sur le premier vol du lendemain pour les USA. Tout à son excitation et à l'effervescence du manoir, reprenant vie. Alors que tous était fort à faire pour le plaisir de leur maitre, Malachy écrivit à son Mentor, John Mulciber. Malachy savait que l'homme avait fort à faire, d'autant plus en ce moment, il ne lirait donc la lettre que bien plus tard...


Citation :
Monsieur,

Je vous pris de  pardonner mon initiative, mais me voilà décider à retourner dans le passé de Feu ma mère. Trouver des réponses à son mystérieux passé et peut être à suivre son chemin. Je vous remercie pour toute l'aide que vous m'avez apporter jusqu'à présent, et de votre éducation privilégiée autant que de votre confiance.

C'est je l'espère, bien plus puissant et l'esprit libre que je vous reverrais bientôt, prêt à prendre les responsabilités que vous voudrez bien me donner.

C'est avec amitié et respect que je vous pris d'agréer mes salutations sincères!



Malachy. M Parch

La magie est puissante!

Directe, claire et concise, il la donna donc à l'un de ses elfes de maison, pour que ce derniers la poste au lendemain même de son départ. La suite de la nuit se déroula aussi rapidement et énergiquement pour que tout soit fin prêt à l'aube. Mais l'excitation du Parch fut vite douché par l'un de ses "serviteurs", quand deux d'entre eux s'approchèrent de lui, gêné et timide:

-Que faisons-nous de LUI en votre absence?

Aucun doute pour le jeune homme de l'origine de ce LUI, personne n'était au courant de cette sombre histoire mis à part Cody Falcon dont il n'avait aucune nouvelle...peut être était-il même mort à l'heure qu'il est. Et un petit groupe d'elfe de maison dont il était tenu par la promesse et le serment inviolable de n'en parler à personne sauf à Malachy. Ce Lui n'était donc que son père depuis bientôt un an, enfermé dans les cachot et salle secrète du manoir, enfoncé dans un labyrinthe piégé. Toute à sa joie, il avait réussi à le chasser un temps de son esprit, mais soupira bruyamment un instant, alors que son visage se durcit à nouveau, les traits froid et vide d'expression.

-Je n'aurais que quelques consignes: Surveillez-le, gardez-le en vie et traitez le bien, ou du moins le mieux possible. Mais n'en parlez à personne et ne prévenez encore personne de son existence.

Il écrivit rapidement une seconde lettre mystérieuse, qu'il scella magiquement et la tendit à son elfe de maison personnel, lui souriant tristement, il articula:

-Si je te le demande ou s'il m'arrive quoique se soit, apporte cette lettre à qui de droit!

Toujours son esprit calculateur en éveil, toujours à essayer de prévoir les coups d'avance comme lors d'une partie d'échec, son esprit avait réfléchi rapidement. Peut être en aurait-il besoin plus tard, mais il pensait surtout à son amour inébranlable pour son père... Ce problème pratiquement résolu, il se remit en charge de finaliser ce voyage de dernière minutes s'en se douter de ce qui se tramait dans son dos... Comment le pouvait-il après tout, rien ne laisser échappé qu'on enquêtait sur lui et même si c'était le cas, il avait prévus et fait attention à la moindre erreur...

                   
...........................


Le soleil pointait ses premiers rayons de soleil à travers les fenêtres du luxueux manoir, et sur le visage magnifique de l'ancien rouge, dont la nuit avait été très courte, encore fatigué du travail sur-humain qu'il avait déployé durant la nuit. Mais déjà éveillé par son excitation. IL finalisa les derniers préparatifs, fit ses dernières recommandations, pour finalement partir à l’aéroport moldu billet allée pour les USA en main.

Et quelle ne fut pas sa surprise et son émerveillement que de voir un tel lieu rempli d'autant de moldus. Il n'avait jamais côtoyer cet univers du temps de ses parents qui se refuser à se mélanger avec le bas peuple et ce qu'il considérait comme plus bas que des animaux. Il découvrait donc encore un nouveau monde dont il n'avait que très peu de notions et flâna dans les allées de l'aéroport tout à son émerveillement. Mais comme toute bonne chose a une fin, surtout dans l'univers noir du Parch, ce petit moment de bonheur et de plaisir s'estompa rapidement chasser par de nouvelles ténèbres, qui bouleverseraient sa vie à tout jamais.

Depuis quelques minutes le Parch avait une désagréable sensation d'être poursuivit et épier, une sensation qui ne le quittait plus. Cherchant discrètement d'où pouvait venir cette étrange sensation, il ne vit d'abord rien, et continua son chemin, recherchant de temps en temps et discrètement si quelques choses avaient changé. Et c'est là qu'il les remarqua, deux hommes dont l'aura qui en dégageait était oppressante pour le jeune rouge. Le suivaient-ils? Il tenta de confirmer ou non cette hypothèse, continuant son chemin en regardant dans les miroirs, et rapidement il compris que tel était le cas. Pourquoi? Et que lui voulaient-ils?

Son instinct de survie lui hurlait de fuir, de disparaitre et de s'échapper le plus rapidement possible. Mais par fierté et ne fuyant jamais, surtout sans en connaitre les raisons, le Parch toucha d'un air distrait le médaillon qui portait autour du cou. Ce même médaillon dont, il ne pensait jamais  en avoir  l'utilité et dont il en avait presque oublié l'existence? Il le tenait fermement en main, ne se rappelant plus exactement les paroles et directives de Light quand à l'utilisation de cet objet. Et puis, il ne voulait pas la mêler à ça, il avait un tant soit peu de fierté et craignait pour sa vie à elle. Apporter quelqu'un avec lui dans les problèmes le révulsait.

Mais sans s'en rendre compte le médaillon commença à chauffer dans sa main, au début l'ancien élève mit cela sur le compte de l'inquiétude et de la nervosité, qu'il cachait heureusement bien derrière son masque de comédien. Et comme en réponse à tous ses sentiments de dangers, il ressenti une sensation de brûlure, retirant la main d'un mouvement vif, retenant un petit cri de douleur et de surprise. Que  venait-il de se passer? Il avait en tête toutes les images des lieux qu'il traversait. L'inquiétude le gagnant de plus en plus, et le médaillon avait réagit. Ce qu'il ne savait pas c'est que les images floues et rapide avait été portées au médaillon qui transmit les informations à l'autre destinataire du médaillon qui n'était autre que Light.

Ses sentiments de peur pouvait-il le dire se changèrent en colère et énervement. Alors qu'il emprunta un couloir bien moins emprunté par les moldus, ne cessant de se donner du courage.

~Tu es un Parch, l'une des familles de magies noires les plus respect, et craint dans l'histoire. Tu ne dois pas céder à la peur. Tu t'es donné une mission difficile et ce n'est surement pas au premier danger que tu vas paniquer, tu en as vu d'autres! Réagis!~

Il devait arrêté de fuir et faire face, les deux hommes n'oseraient surement rien en présence de moldus, et même si leur haine pour les humains étaient forte, il ne pouvait se permettre de s'afficher ainsi en public. IL avait peut être une chance de s'en sortir, tout en sachant ce qu'on lui voulait. Réfléchissant rapidement, comme il le faisait toujours, il prit la direction des toilettes les plus éloignés de l'aéroport et les moins utilisés après toutes vraisemblances. Sait-on jamais essayer de mettre le moins d'humain en danger! Le Parch disparut donc dans les toilettes, prêt à cette entrevue, retenant une dernière fois son médaillon pour lui donner courage et force.

A peine avait-il franchit la porte pour s'accouder au lavabo et s'asperger dos, que la porte derrière lui s'ouvrit à nouveau, pour se refermer aussitôt. IL jeta un regard dans le miroir afin de voir ses deux adversaires, qui encadraient de leur stature la seule sortie possible.Et l'un des deux s'exclama d'une voix forte, froide et inquiétante.

-Malachy Mickaël Parch, Nous vous demandons de nous suivre pour être interroger par le ministre de la magie quand à vos agissements contre je cite, monsieur et madame Parch vos parents. En plus pour votre proximité et contact avec deux Hors-la-loi reconnu. Veuillez nous suivre sans faire d'histoire. Vous serez interrogé et jugé
!

Un instant très court, Malachy sembla défaillir tous ses rêves et ses espoirs s'écroulant comme un château de carte, et son passé remontant à la surface pour lui donner un claque si violente qu'il en aurait titubé.IL garda le silence les yeux dans le vague, son esprit même figé pendant ce moment, alors qu'il reprit très vite hurlant et rageant, une bête prenant possession de son peu de raisonnement. Comment? Pourquoi? Son plan avait été parfait, réfléchit dans les moindre détails, quel élément avait-il omis ou oublié. Quelle faute avait-il fait. Mais à présent c'était trop tard, plus aucun bouton "machine arrière" n'était possible. Que devait-il faire qu'allait-il devenir? Il n'en savait rien. Ce qui était sûre c'est qu'il ne pouvait certainement pas se laisser prendre aussi facilement. IL devait accomplir la mission qu'il s'était destiné ou mourir en combattant. IL savait qu'un jour ou l'autre, cet instant viendrait, il ne l'avait simplement pas prévus si tôt et en pareil circonstance.

Il reprit donc son sang-froid légendaire, sans pour autant savoir comment il allait s'en sortir. Certes il avait affronté ses parents, mais au côté d'un acolyte. Ici il était seul et face à deux membres de l’élite du ministère. IL ne put s'empêcher de penser toutefois ce qu'imaginerait son mentor et père spirituel.  Mais Malachy devait jouer le jeu dangereux qu'on lui offrait. Se retournant pour faire face aux deux élites, il les regarda de toute sa hauteur. S'il montrait qu'il avait peur ou les craignait tout était perdu. Au contraire, il devait jouer son rôle d'élu des Parch et derniers membre de cette majestueuse famille. Il les regarda encore de ses yeux azuréens t froid, ne bronchant pas d'un cil, pour finalement après quelques minutes s'exprimait:

-On m'accuse de traitrise et d'agissement à l'encontre de mes parents! J'aimerais savoir quels en sont les preuves! Vous salissez le nom de mon humble famille. Une famille aussi vieille que la magie elle même. Et vous osez bafouer son nom dans la Boue! Je suis l'unique descendant de cette prestigieuse famille. Savez-vous qui est la famille Parch. Le ministre de la magie est-il au courant de cette histoire, avant que vous ne commettiez l'irréparable?


Il devait gagner du temps, le plus de temps possible. Peut être trouverait-il un moyen de se déloger de ce guet-apens. Même les faire douter un temps soit peu serait suffisant! Mais quand il regarda à nouveau les deux êtres, il comprit. Rien ne pourrait faire abdiquer les exécuteurs, ils avaient une mission et comptaient bien la mener à bien que ça soit en douceur ou par la force. Peut être même préférerait-il par la force...

~Vous serez servit, je ne me laisserais pas avoir, foi de Parch!~

Se retirant du lavabo, et faisant face aux deux, il s'exclama de nouveau fier et fort!

-Vous savez que notre famille est réputée pour ne pas se laisser ainsi traiter?! Et je ne le permettrais pas! STUPEFIX!


L'ancien élève était prêt à donner chèrement sa vie et c'est avec habilité et rapidité qu'il avait retirer sa baguette pour viser l'un des deux adversaires. Il n'avait déjà que peu de chance de s'en sortir face à un alors deux. Autant jouer le tout pour le tout et espérer....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/03/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 27/01/2011
Parchemins postés : 1151



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Light T. Leonheart


MessageSujet: Re: Une page se tourne et une autre commence..[PV light et crow] Dim 15 Sep - 13:37

Spoiler:
 


« Reetworth, avec moi. Le fils Parch a quitté la cocon familial, on y va ! »

Le dénommé Reetworth essuya son menton dégoulinant de soupe avec le revers de sa manche et reposa sa tasse sur une pile de vieux dossiers poussiéreux.

« Vous savez ce que je pense du fait de manger au bureau... »

« Ah ouais, le gamin veut filer en douce ? Comme par hasard" fit l'autre sans prêter la moindre attention à la remarque de son supérieur. "Foutu boulot, y'a pas moyen de commencer sa journée pein... »

« On ne nous paye pas à bavarder ! Rejoignez-moi devant la cheminée n°24. Et ne traînez pas ! »

Townsen claqua la porte derrière lui et s'engagea rapidement dans le couloir où une foule importante évoluait déjà à un rythme soutenu, tout en terminant de boutonner sa cape en laissant son insigne d'exécuteur bien visible. Travailler avec Reetworth demandait chaque jour plus de patience, l'autre ayant apparemment décidé de traiter de plus en plus de dossier par-dessus la jambe. Quant aux rapports tâchés qu'il lui rendait, John préférait ne pas y penser. Cela faisait des semaines que ça durait et qu'il demandait du sang neuf pour travailler en duo. Mais non, Reetworth restait un homme de terrain tout à fait efficace et son je-m'en-foutisme n'apparaissait pas être une raison nécessaire pour qu'on lui désigne un nouveau partenaire.
Townsen se fichait pas mal de traîner avec lui un vieillard rancunier du moment qu'il remplissait correctement les missions qu'on lui donnait, et il n'éprouvait pas plus de sympathie pour lui depuis que sa femme avait demandé le divorce. En même temps, il comprenait très bien le choix de Rose et ne voyait pas comment elle avait pu tenir aussi longtemps avec cette une carne pareille.
L'homme rendit un salut rapide aux quelques personnes qu'il connaissait et poursuivit sa route d'un pas rapide, les pans de sa cape noire flottant derrière lui. Le dossier Parch était des plus étranges, du fait qu'il mettait en cause la disparition de deux Mangemorts de niveau respectable, où persistaient des zones d'ombres très douteuses. Autant dire que l'affaire faisait du bruit au Ministère et que s'il se plantait il risquait de devoir en référer à Cade qui lui même ne manquerait pas de rapporter la chose à Lincoln Crow. Et ce Crow, Townsen préférait ne pas l'échauffer. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il mettrait la main sur le gamin et que Reetworth se tiendrait à carreaux. Autant dire que ce n'était pas gagné.


« Enfin ! Grouillez-vous ! » lança-t-il à l'intention du vieux grincheux qui finissait de rentrer une chemise trop petite pour supporter sa bedaine dans son pantalon.

« C'est bon, j'arrive ! Faut vous détendre un peu du sl... »

« Ca va, ça va ! Allons-y, on a perdu assez de temps comme ça ! »

Ils pénétrèrent dans la cheminée, Townsen ouvrant la marche, et disparurent dans une nuée de flammes verdoyantes. Ils réapparurent dans une cabine téléphonique Moldue heureusement assez grande pour les contenir tous les deux et se dirigèrent vers l’immense bâtiment qui se dressait de toute sa hauteur devant eux, là où était censé se trouver parch.

« C’est ici. Ouvrez l’œil, surtout. Parch a de la famille en Amérique et à en croire ces panneaux les Moldus peuvent passer d’un endroit à l’autre grâce à des engins spéciaux. Si on trouve la destination, on trouve le gamin ! »

« Ce serait pas lui là-bas, « patron » ? »

Townsen passa sur le ton cinglant avec lequel l’autre avait appuyé ce mot et tourna la tête dans la direction indiquée par le doigt potelé du vieux sagouin. Effectivement, le gros lard marquait un point. John détestait ça.

« C’est bien lui. Allons-y. »

Le fils Parch les avait repérés à coup sûr, il semblait nerveux. Mais cela n’avait guère d’importance, la mission des exécuteurs était de l’arrêter et de le livrer à la Justice Magique où il serait interrogé puis jugé. Et s’il résistait… Townsen jeta un regard furtif à son coéquipier. Il se ferait un plaisir de régler la chose à sa manière. Mais s’ils pouvaient éviter d’attirer l’attention des Moldus pour le moment, c’était préférable. Et c’était aussi ce que devait penser le jeune Malachy puisqu’à en croire le trajet qu’il luivait, il se dirigeait précisément dans un endroit plus isolé.

Les deux exécuteurs suivirent le jeune homme et entrèrent à sa suite dans les toilettes, lui barrant la seule sortie possible.


« Malachy Mickaël Parch, Nous vous demandons de nous suivre pour être interrogé par le ministre de la magie quant à vos agissements contre je cite, monsieur et madame Parch vos parents. En plus pour votre proximité et contact avec deux Hors-la-loi reconnus. Veuillez nous suivre sans faire d'histoire. Vous serez interrogé et jugé! »

« On m'accuse de traîtrise et d'agissement à l'encontre de mes parents! J'aimerais savoir quels en sont les preuves! Vous salissez le nom de mon humble famille. Une famille aussi vieille que la magie elle même. Et vous osez bafouer son nom dans la boue ! Je suis l'unique descendant de cette prestigieuse famille. Savez-vous qui est la famille Parch. Le ministre de la magie est-il au courant de cette histoire, avant que vous ne commettiez l'irréparable ? Vous savez que notre famille est réputée pour ne pas se laisser ainsi traiter?! Et je ne le permettrais pas! STUPEFIX! »

Townsen ne se laissa pas attendrir par le vain discours d’un adolescent en manque d’inspiration, et il ne le fut pas plus quand il para son attaque d’un seul revers de baguette.

« Vous faites l’objet de témoignages selon lesquels on vous aurait aperçu avec des bourbistes, ce qui est interdit par le présent règlement imposé par le Ministère de la Magie. Si on ajoute à ça une attaque sur agents officiels, j’ai en mon possession l’autorisation et le pouvoir de vous arrêter par la force s’il le faut. Une dernière chance, monsieur Parch. Lâchez cette baguette. Ne me forcez pas à user de la violence contre vous. »

« Et si lui n’est pas prêt à le faire, je n’aurais aucun scrupule à te ramener par la peau des fesses au Ministère ! Alors fais pas le con, gamin ! Tu fais pas le poids !»




[HJ : Je pare ton sort vu que tu ne peux pas lancer de dé dès ta première entrée en jeu mais maintenant tu peux t'en donner à coeur joie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une page se tourne et une autre commence..[PV light et crow]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-