POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Première semaine, première désillusions. [Tally] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Première semaine, première désillusions. [Tally] [Fini] Mer 30 Oct - 21:38

Ainsi, elle avait deviné ce que Mary pensait. Ce n’était pas bien difficile après tout. On ne pouvait pas toujours tout cacher aux autres et il n’y avait pas de honte à ça. Après tout, le ministère n’était qu’une possibilité parmi tant d’autre et ne pas en faire partie ne voulait pas nécessairement dire qu’on avait rien accomplit dans sa vie. Il y avait tant d’autres métiers dans le monde sorcier, trop peut-être, si bien que parfois, il était difficile de trouver quel chemin on devait suivre soit même.

L’espace d’un instant, Mary eut peur que Tally se vexe, après tout, elle avait tout même l’air de quelqu’un qui pouvait prendre très vite mal ce qu’on lui disait. Mais là encore, Mary jugeait sans connaître. C’était une habitude qui lui était venue depuis qu’elle était à Poudlard et elle se rendait compte à quel point c’était néfaste. Son crédo avait toujours été « analyser, écouter, ne pas juger » trois mots qui lui avaient toujours permis d’éviter les ennuis. Mais il fallait croire que Poudlard agissait étrangement sur elle, elle se retrouvait à faire des jugements hâtifs qui ne lui ressemblaient guère.

« Ce n’est pas que je ne t’y vois pas, on ne se connait pas assez bien pour que je puisse le savoir mais c’est plutôt que j’ai l’impression que le ministère est très prisé en ce moment. Comme si il n’y avait pas de carrière ou de possibilité en dehors de lui. C’est un peu triste, je me dis que le monde magique offre tellement de possibilité. »

Mais d’un côté, elle comprenait cette envie qu’ils avaient tous de travailler au ministère. Ils étaient éduquer, driller, pour devenir de parfaits petits puristes. Bien entendu c’était un lavage de cerveaux qu’ils subissaient, et bien entendu Mary ne pouvait en avoir conscience tant ça lui paraissait normal depuis le début de sa scolarité, mais elle se rendait tout de même compte que l’on façonnait leur façon de penser.

On ne voulait pas juste faire d’eux de « bons » sorciers, non, on voulait faire d’eux de bons puristes et un puriste n’est pas inactif, un puriste est quelqu’un qui entre dans le feu de l’action sans quoi les septième n’auraient pas droit à des cours d’entrainement militaire. Et pour être dans le feu de l’action, quoi de mieux que le ministère ou l’intendance ?

Elle comprenait d’autant plus l’envie de Tally de travailler à l’étranger qu’elle-même aurait voulu voyager. Bien entendu, l’Angleterre était sa partie et elle ne voulait pas en partir mais qui ne rêve pas de voir les différentes communautés sorcières du monde entier ?

« C’est vrai que tu as un avantage, tu parles plusieurs langues, et avoir des pistons ne peut être qu’utile. Par contre commissaire de sang semble d’un ennui. »

Bien entendu, c’était une tâche noble que d’être commissaire de sang mais passer ses journées à recevoir des gens tremblants en voulant défendre leur statut de sang ou des gamins prétentieux persuadés d’avoir un sang pur devait être absolument horrible. Quand à travailler à Askaban, une grimace discrète apparut sur ses traits rien qu’à cette idée. Elle ne comprenait pas comment on pouvait trouver ce métier un tant soit peu attirant. Que pouvait-on gagner à travailler avec des traites à leur sang et la lie de l’humanité ?

Mais bien entendu Tally ne s’arrêtait pas là, elle l’étonna une fois de plus en lui parlant de ses envies de petites filles. Rebelle vraiment ? Ca ne lui serrait jamais venu à l’esprit. Mais après tout, on ne peut jurer de rien, elle avait entendu parler d’anciens mangemorts ayant tournés le dos à leur maitre pour rejoindre la résistance, ou encore des descendants de famille de sang pur tel les Mulciber ayant décidé de devenir traitre à leur sang. Tout ca lui paraissait bien extraordinaire mais parfois avant tendance à remettre son idéologie en question. Qu’est-ce qui avait pu pousser ses personnes à devenir des hors la loi ?

« Et toi ? Que souhaites-tu faire ? »

C’était une bonne question et Mary n’était plus vraiment sûre de la réponse qu’elle veuille donner. Avant, elle aurait voulu travailler à la justice magique, le droit lui semblait être sa voie. Cependant dans une dictature sous le couvert de la démocratie, peut-on encore défendre des idéaux de justice même si cette dictature est mise en place pour le bien commun ? Mais par ailleurs qu’est-ce que le bien commun ? C’était des questions qu’elle se posait depuis quelques temps sans parvenir à trouver une réponse. Alors, elle les oubliait et les gardait au chaud dans un coin de sa tête, la réponse viendrait bien assez tôt. Du moins, elle l’espérait.

« J’ai pensé pendant un moment travailler au département de la Justice Magique, je voudrais étudier le droit sorcier plus en profondeur mais comme je te disais, j’ai l’impression qu’on se limite trop au ministère, je voudrais quelque chose d’autre. J’ai bien pensé à l’histoire mais par les temps qui courent qui à besoin d’une historienne ? »

Qui en a besoin ? Beaucoup de monde pensait-elle. L’histoire et le droit étaient ses deux passions et l’une comme l’autre lui semblait indispensable. Beaucoup de sorcier se limitaient au présent sans se retourner sur le passé. Et pourtant, c’est à travers le passé qu’on comprend le présent et que l’on peut prévenir le futur. Bien entendu, elle ne pensait pas à la divination en parlant de ça, la branche lui semblait trop obscure et tout juste bonne pour le centaure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 02/02/1996
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 09/05/2013
Parchemins postés : 255



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Tally Youngbloung


MessageSujet: Re: Première semaine, première désillusions. [Tally] [Fini] Mer 6 Nov - 15:11

Mary sembla s’arrêtée quelques instants. Ne voulait-elle pas répondre ? C’était son choix, si elle trouvait cette question déplacée, elle pouvait changer de discussion, mais poser une question à laquelle on ne veut pas répondre en retour était un peu… Etrange ? Débile ? Peut-être ne savait elle pas quoi répondre d’un autre côté. Il était normal qu’elle doute de sa réponse, il y avait tellement de choix possibles et inimaginables. A part le ministère, bien d’autres secteurs s’offraient aux nouvelles générations. Le ministère français était l’une des options plébiscitées par sa famille à Andréa pour sa fille. La tante d’Andréa lui avait un jour glissé une adresse et lui avait dit d’y envoyer un hibou avec une lettre de motivation de sa fille pour avoir un poste dans leur ministère quand la petite aurait fini ses études. Les Youngloung n’avaient pas une place haut placée dans la société anglaise. Mais en France, la plupart des sorciers connaissaient les Youngbloung, même juste de nom, la famille étaient très grandes, allant des puristes extrémistes aux traitres à leur sang, des éboueurs moldus aux sorciers aux placés, ils n’étaient pas ce qu’on pouvait appeler une famille soudée, et ce n’était un secret pour personne que chez les Youngbloung, il y avait plus de débordements que de bonnes actions, et même si leur réputation était parfois mauvaise, comme disait sa mère : « au moins on en a une ». Tally s’aperçut alors que la bleue lui répondait :

« J’ai pensé pendant un moment travailler au département de la Justice Magique, je voudrais étudier le droit sorcier plus en profondeur mais comme je te disais, j’ai l’impression qu’on se limite trop au ministère, je voudrais quelque chose d’autre. J’ai bien pensé à l’histoire mais par les temps qui courent qui à besoin d’une historienne ? »

Tally eut un petit rire :

« Je pense qu’on en a plus besoin que jamais. Tu verras, un jour dans les manuels d’histoire on parlera de ce temps ou c’était la guerre. Le pire c’est que pour la plupart de ceux qui l’apprendront, ça sera ennuyant, comme nous maintenant quand on apprend les vieilles guerres. » Elle s’arrêta puis haussa les épaules. « Quoique moi j’aime bien l’histoire »

Du moins ça ne lui déplaisait pas, comme la plupart des élèves dormaient, elle se permettait parfois de participer, même si cela restait une mince participation, c’était mieux que rien non ? Elle ne doutait pas une seule seconde de l’intérêt que portait Mary à l’histoire, sinon elle ne voudrait pas faire historienne. Elle se tourna vers le lac à côté du quel deux personnes parlèrent a voix basses avant d’accélérer le pas quand Tally les regarda, et celle-ci soupira. Les gens n’avaient pas confiance, ils étaient tellement méfiants que ça en était presque de la paranoïa, elle était si loin qu’elle ne  pouvait rien entendre qu’un bourdonnement à leur discussion. Elle regarda ensuite le ciel qui se faisait gris et l’air qui devenait de plus en plus frais, elle sera un peu plus ses bras autour de ses genoux puis se tourna vers l’autre brune, qui semblait elle aussi réfléchir.

« Mais quand je vois ce qui se passe, même si je crois que le régime peut nous apporter un réel avenir, je ne peux pas m’empêchée de d’avoir une sorte d’appréhension. »

Elle ne serait pas totalement heureuse tant qu’elle ne partirait pas de Poudlard pour retourner dans son village. Appledore et ses grands champs de Patchoulis, son air frais et ses rues désertes. Les enfants qui jouent sans se soucier du monde extérieur et ce silence ininterrompu, juste le vent qui passe dans les prés verdis de la petite campagne. Ça pourrait paraitre ennuyant dit comme cela, mais pur Tally, ne rien faire, être simplement allonger les yeux fermés et au calme était bien mieux que de défier on ne sait quoi dehors, avec tous les dangers qui couraient. Elle n’était ni peureuse ni particulièrement désintéressée par le sort du pays, juste qu’elle … N’était pas une fille de terrain, sa vie, même banale, valait mieux que cinq minutes a faire la maline avant de se retrouvée à Azkaban ou de mourir. Non, juste prévoyante .Ca pouvait vraiment paraitre excessif, dire qu’à Londres il régnait une insécurité totale et qu’il ne fallait surtout pas s’y promener, mais voilà comme on disait : la prudence est mère de la sureté. Ou l’inverse. Peu importe après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Première semaine, première désillusions. [Tally] [Fini] Dim 24 Nov - 18:47

Y aurait-il vraiment un moment où l’on aurait besoin d’historien honnête et objectif ? Elle n’en était pas sûre, premièrement parce qu’un historien n’est jamais objectif, il contient le point de vue de celui qui l’écrit. Ensuite, l’histoire est écrite par les gagnants pas par les perdants, eux sont généralement mort et leur point de vue se perds dans les limbes d’un passé déjà révolu. La guerre entre puriste et merliniste se finirait-elle un jour ? Cette lutte pour l’avenir de la sorcellerie aurait-elle un jour une fin ? Elle n’en était pas sûre, les avis divergeraient toujours et si un jour le purisme devait arriver à éradiquer le mouvement merliniste dans le monde, il y aurait toujours bien un autre mouvement pour prendre sa place. Comment pouvait-on vraiment comprendre son passé en n’ayant qu’une seule vision des choses, quand le purisme gagnerait, et Mary était persuadé qu’il le ferrait, qui parmi les résistant pourraient encore raconter son histoire et les raisons qui l’ont poussé à trahir le régime ? Personne ! Et dans cet état des choses, comment pouvait-on encore prétendre à essayer d’être objectif dans son travail d’historien. C’était pourtant ce qu’elle voulait faire, observer et peut-être éventuellement influencer le monde par ses observations. Il y en avait qui voulait être dans le cœur de l’action et agir, ce n’était pas son cas. Elle n’en voyait pas l’intérêt quand tant d’autre étaient prêt à agir et mourir pour une cause à laquelle il croyait, Mary, elle, tenait trop à sa vie pour la gâcher pour une cause, même une à laquelle elle croyait. Mais  y croyait-elle vraiment ? Ca restait encore une question floue pour l’adolescente qu’elle était. Elevée en puriste, elle était convaincue de la suprématie sorcière mais c’était tout pour le moment, était-elle d’accord avec le régime en place, elle ne le savait pas mais après tout on ne lui demandait pas d’être d’accord, on lui demandait de suivre les ordres et de se conduire en bonne puriste. Et ici à Poudlard, c’était l’inquisiteur qui déterminait ceux qui ferrait partie des bons ou mauvais puristes.

Quant à trouver l’histoire ennuyeuse, elle était bien obligée d’être d’accord avec Tally, c’était ce que beaucoup pensait. Que ce n’était qu’une matière destinée au rat de bibliothèque et qu’on ne pouvait rien en apprendre. Peut-être de prime abord mais malgré le peu d’objectivité dont ferrait toujours preuve l’histoire, elle restait persuadée que l’ont pouvait lire entre les lignes. Décortiquer ce qui avait été dit et en tirer les informations nécessaires à sa propre survie. Son grand-père disait que le présent n’était jamais qu’une éternelle répétition du passé et que l’on passe notre temps à reproduire des situations qui ont déjà eu lieu à quelques variantes prêt. Elle voyait l’histoire comme une branche destinée à une élite capable de voir au-delà de ce que le monde paraissait être. C’était un art accessible à une catégorie de gens patients, observateurs dont peu faisait partie.


« Je ne sais pas si on en aura besoin, je crois que les gens n’ont jamais besoin d’histoire au sens propre du terme. On prend le passé par acquis je pense, peut-être parce qu’on pense qu’il ne peut pas nous rattraper ? »

Ce n’était pas tout à fait ce que Mary pensait mais pour une raison qu’elle n’aurait pas plus expliquée, depuis son retour en Angleterre à vrai dire, elle avait tendance à cacher ce qu’elle pensait réellement même quand ses pensées étaient anodines. Le passé finit toujours vous rattraper, elle le savait. Ici à Poudlard, elle se sentait assaillie par les souvenirs et l’Angleterre lui rappelait tout ce qu’elle aurait voulu oublier, son père, son statut de sang, son avenir. C’était son avenir qui l’effrayait tout comme Tally, elle se demandait de quoi il serrait fait, il était impossible d’y penser et de ne pas être effrayée. Elle venait d’une famille riche mais sans beaucoup d’influence politique, ni même connue dans le monde sorcier. Elle ne pouvait pas comme d’autre prétendre avoir un avenir tout tracé ou des appuis politiques. Il faudrait qu’elle se fasse seule, mais voulait-elle vraiment se « faire » ? Il y avait chez Mary ce désir ambigu de rester discrète et d’observer ce qui se passait mais également le désir de prouver qu’elle n’était pas un traître à son sang. Elle se sentait jugée en permanence à cause de son sang, de son père, de sa famille. Elle voulait prouver au monde qu’elle était aussi puriste que n’importe qui mais ce n’était pas facile quand on n’aimait pas se mettre sur le devant de la scène. Aussi ne pouvait-elle pas critiquer le régime, parce qu’il était de toute façon incritiquable, mais elle pouvait partager la légère angoisse de Tally.

« Je crois que tout le monde angoisse en pensant au futur, ça ne serrait pas normal si ce n’était pas le cas. Le pays … », elle s’arrêta cherchant ses mots un moment. « …est en pleine mutation en ce moment, c’est effrayant et excitant à la fois, tout va trop vite, en tout cas pour moi. » Ce n’était pas exactement ça, tout allait vite certes mais c’était principalement parce qu’elle n’avait pas assisté aux évènements de ces dernières années. Elle accusait un retard dans la compréhension de son propre pays qui la laissait parfois pantoise.

Autour des deux jeunes filles l’après-midi était bien avancée et plusieurs petits groupes de deux ou trois personnes les avaient rejoins aux environs du lac, profitant eux aussi d’une des dernières bonnes journées de l’année. La lettre de son frère avait depuis longtemps disparut au fond du lac, elle se dit qu’il ne fallait pas qu’elle oublie de lui répondre.  Le soleil commençait doucement à tomber et il serrait bientôt l’heure du dîner, elle regarda sa compagne et se leva époussetant discrètement sa robe de sorcière.

« Je vais rentrer vers le château, c’est bientôt l’heure du dîner j’aimerais me changer avant.  Tu veux rentrer avec moi ? »

Mary aimait bien se changer avant le repas, c’était une habitude qu’elle avait prise chez ses grands-parents et qui ne l’avait jamais quittée. C’était désuet, elle s’en rendait compte, après tout, elle assistait simplement à un repas dans la grande salle avec d’autres élèves mais comme toujours la tradition l’emportait sur le reste pour Mary.  Ironiquement, elle ne se rendait surement pas compte que le pauvre Matthew O’Connel généralement assis non loin d’elle à chaque repas croyait qu’elle se mettait toujours sur son trente et un pour lui. Si il y avait bien une chose qui n’intéressait pas la jeune fille c’était les garçons, ils lui semblaient souvent trop bruyant, trop présent et effrayant, elle se rendait compte qu’elle était majoritairement incapable de leur parler sans rougir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 02/02/1996
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 09/05/2013
Parchemins postés : 255



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Tally Youngbloung


MessageSujet: Re: Première semaine, première désillusions. [Tally] [Fini] Jeu 5 Déc - 18:03

Il fallait dire que Mary était une élève très étrange, Tally ne comprenait toujours pas son choix de revenir en Angleterre, quand la France, Paris et ses crêpes vous tendez les bras. Tally rêvait d’y habiter, et voilà que bon nombre de Sorcier la quittait au profit de ce pays dévasté par une guerre constante. A croire que certaines personnes soutenaient réellement ce climat hostile. La France, qu’elle aimait tant, sembler s’éloignée de plus en plus d’elle, elle avait toujours souhaitée s(y rendre après ses études mais récemment sa mère lui avait fait comprendre qu’elle n’irait nulle part avant d’avoir prouvé au monde qu’elle était puriste et que sa mère était une sorcière intégre. Foutue Gouvernement. Et dire qu’elle ne pouvait même pas crier haut et fort ses idées, car elle ne les connaissaient pas elle-même. D’un coté elle voulait être intégrée dans cette société et comtemplait avec admiration la grandeur du Royaume Uni et d’un autre coté l’idée d’être comme des animaux en cage sous surveillance lui donnaient envie de vomir.

« Je ne sais pas si on en aura besoin, je crois que les gens n’ont jamais besoin d’histoire au sens propre du terme. On prend le passé par acquis je pense, peut-être parce qu’on pense qu’il ne peut pas nous rattraper ? »

Alors ca, on ne lui avait jamais dit. Tally état la preuve vivante que le passé vous rattrape toujours. Son passé empiétté sur son futur, et elle était chaque jours jugée pour la passé de sa mère. Celle-ci même qui avait eu tant de mal a avoir un emplois après sa liaison avec le père de Tally, dans une société puriste.

« Eh bien je pense que c’est le passé qui vous construit. Et les gens qui l’ignore et se contente de se tourner vers l’avenir sans regarder en arrière on tord. »

C’était dit, et elle ne rajoutait rien a cela.

« Je crois que tout le monde angoisse en pensant au futur, ça ne serrait pas normal si ce n’était pas le cas. Le pays … est en pleine mutation en ce moment, c’est effrayant et excitant à la fois, tout va trop vite, en tout cas pour moi. »

Tally soupira

« Tout va trop vite pour tout le monde. »

Rien qu’a regarder Tally, on voyait que les choses avaient changé, elle n’était plus la même que les années précédentes, elle avait dû changer, devenir plus forte, plus résistante, et plus soudée a sa famille, a son grand désarroi. Elle était obligée de se montrée gentille avec les siens, en ces temps, elle se devait de protéger sa famille, et notamment sa mère, qui était mal jugée par la nouvelle société, pour avoir eu  Tally. Il fallait croire que c’était la société qui voulait cela.

« Je vais rentrer vers le château, c’est bientôt l’heure du dîner j’aimerais me changer avant.  Tu veux rentrer avec moi ? »

Les yeux de Tally étaient toujours dans le vague quand elle tourna la tête vers Mary :

« Je vais rester la deux minutes »

Elle n’ajouta rien de plus, y avait-il quelque chose a rajouter en même temps ? Non. Elle vit Mary s’éloignée, nullement vexée, elle devait savoir après cette conversation que Tally n’était pas sociable, et qu’elle ne faisait pas semblant de l’être.

HRP: Voila, c'est posté un peu tard mais bon, tu peux clôturer si tu veux Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Première semaine, première désillusions. [Tally] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Première semaine, première désillusions. [Tally] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-