POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Dossier Varys [Yaxley] FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 15/06/2012
Parchemins postés : 125



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Rygger Yaxley


MessageSujet: Dossier Varys [Yaxley] FINI Jeu 26 Sep - 16:24

Quoiqu'il se passe, une chose était sure à l'Ordre Nouveau et elle ne changeait jamais : c'était la présence invariable de Rygger Yaxley. Totalement dépourvu de la moindre ambition professionnelle autre que celle de faire bien son métier, il n'en restait pas moins le chef des commissaires du sang, ayant succédé à Silverleaf sur l'ordre de Mike Witcher, nouveau directeur du département et cousin éloigné. Ce lien n'empêchait d'ailleurs pas Rygger de faire son travail. Il passait pour incorruptible et il l'était vraiment. Il ne croyait pas que quiconque méritait ses faveurs, et s'il faisait plus rapidement certains sang purs, c'est parce qu'il les connaissait et qu'il pouvait dire avec certitude qu'ils étaient bien du statut du sang qu'ils prétendaient être. Yaxley ne mentait pas,  Yaxley n'avait aucune raison de mentir, et il n'avait pas besoin de le faire. Pour être tout à fait honnête, il n'en voyait même pas l'utilité. Il était là pour faire un boulot clair et précis, sans aucun favoritisme – il épargnait juste certaines procédure inutiles sur les cas qu'il connaissait avec certitude pour se concentrer sur les affaires prioritaires. Il incitait à faire de mêmes les autres commissaires du sang, mais n'insistait pas trop. Il faisait passer les directives de Witcher, rapportait les résultats, discutait tel ou tel cas, eventuellement, avec le directeur de l'Ordre Nouveau, mais pas plus. Yaxley n'avait pas vocation à empièter sur le territoire de Mike Witcher, et s'il était bon pour convaincre, bon pour écrire de l'idéologie, l'éducation du peuple ne faisait clairement pas partie de ses prérogatives. En fait, le peuple l'ennuyait profondément, cette masse de sang mêlé pleurnichard et toujours en quête d'avantage, Yaxley la détestait. Il n'y avait rien de grand dans cette sorcellerie là, mais il restait un théoricien du purisme communautaire : on ne pouvait pas exclure la majorité simplement parce qu'elle était stupide.

N'empêche, ce qui l'aurait bien arrangé, c'est qu'on lui donne le droit, juste pour le plaisir, d'en condamner un ou deux à titre d'exemple, là, peut-être qu'ils auraient compris et cesser de mentir. Parce que des menteurs, il y en avait toujours, il en resterait toujours, malheureusement. Les gens étaient faibles. Yaxley n'était incorruptible que parce qu'il possédait les moyens de l'être, mais ça, il ne le réalisait pas du tout. Il fallait dire aussi que les gens normaux, lui ne les fréquentait pas. Il se contentait de les ignorer, de les juger, ou de les condamner. Les gens se résumaient souvent pour lui à un coup de tampon. Puis même, il ne sortait pas beaucoup, Rygger Yaxley, et n'avait guère l'occasion de fréquenter le vrai monde. Il faisait l'aller retour ministère-Bristol, et soit il était chez lui, dans cette grande maison si silencieuse depuis la mort de sa femme, ou au Ministère. Rarement, voir jamais, d'ailleurs, on le trouvait autre part. Rygger Yaxley était l'incarnation du régime dans toute sa sévérité, sans aucune bienveillance, rigide et dur dans ses robes de sorciers sombres et dans ses costumes taillés si sobrement qu'il ne semblait être qu'une statue de pierre grise.

La matinée qui s'était écoulée avec lenteur avait vu uniquement des sang mêlés passé devant lui. A la fin de la matinée, il était passé voir Witcher pour faire le bilan des cas traités, avait déjeuné puis avait repris le travail. Le premier a passer serait Fagel Varys.

Rygger Yaxley n'aimait pas les menteurs, il n'aimait pas les obséquieux, et globalement il n'aimait pas les gens qui passaient pour aimables alors que manifestement ils ne l'étaient pas. Rygger Yaxley détestait par dessus tout qu'on le prenne pour un imbécile et rien qu'à voir la tronche de Fagel Varys, il savait qu'il n'allait pas aimer parler avec lui et qu'il n'aurait qu'une envie, le voir disparaître de son bureau, que ce soit pour Azkaban ou avec un petit papier lui assurant le salut parce que reconnu comme non sang-de-bourbe par la commission du sang. Par pitié, qu'il se contente de faire comme tout le monde et de juste répondre aux questions sans essayer de rajouter une couche de miel qui ne contribuerait qu'à mettre d'encore plus mauvaise humeur la moins aimable des portes de prisons qu'était le commissaire du sang.

« Monsieur Varys, asseyez vous. Je suis le commissaire Rygger Tywin Yaxley, chargé de déterminer la nature de votre sang. Tout mensonge ou tentative de tromperie sera passible de sanction sévère, à commencer par un emprisonnement à Azkaban. Bien, nous allons commencer. Interrogeant : Rygger Tywin Yaxley, commissaire au département de l'Ordre Nouveau auprès de l'Intendance. Interrogé : Fagel Varys, prétendant au sang pur. Veuillez répondre à mes questions par oui ou par non et corriger si les informations sont erronées. Vous êtes bien Fagel Varys ? Né le 29 Septembre 1952 en Norvège ? Précisez la ville en Norvège. Vous êtes bien d'origine norvégienne ? Vous possédez bien la nationalité britannique ? Vous êtes bien Langue-de-Plomb au département des Mystères ? Veuillez indiquer votre adresse précise. Ceci est bien votre baguette ? »

Il désigna la baguette qu'on avait prise à Varys à l'entrée. Puis il continua :

« Vous prétendez au sang pur. Laissez moi douter de la véracité de ces faits. Il se peut que je n'ai pas connaissance de toutes les familles norvégiennes de sang pur existantes, mais votre nom ne me dit rien. En conséquence, justifiez minutieusement vos déclarations, car j'avoue pour l'instant ne pas du tout être convaincu. »


Dernière édition par Rygger Yaxley le Lun 30 Sep - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 15/09/2013
Parchemins postés : 17



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Fagël Varys


MessageSujet: Re: Dossier Varys [Yaxley] FINI Dim 29 Sep - 12:44

Y avait-il quelqu'un d'assez fin pour montrer clairement un jeu d'hypocrite tout en étant audible pour autant? A dire vrai, quelle limite trouvait-on entre le vrai et le vraisemblable et de quelle manière arrivait-on, discrètement, à pénétrer dans l'infime brèche qui s'ouvrait entre les deux?
L'Humanité était plus maligne qu'on le pensait. Elle avait bravé des siècles de changements, avait réussi l'exploit d'être toujours présente. Qu'en tirait-on pour autant? Elle n'avait de cesse de changer, de montrer au monde une image d'elle-même intéressante, joueuse et manipulatrice. Les coups, elle les recevait sans pleurer, mais en redonner de plus beaux, toujours plus impressionnants et douloureux. Et pourtant, on s'acharnait à tenter de la détruire. Mais qu'est-ce qu'il y avait de plus fort que l'égoïsme humain sans ce monde dont la lente valse débutait sa fin mortuaire et funèbre. Requiem d'une race à la dérive, d'une partie du monde sur le point de disparaître.
L'hypocrite était quelqu'un de sensiblement intelligent. Bien plus qu'on ne le pensait. Car quand le mensonge était écouté et pris pour Vérité, alors il prouvait être le fruit d'un esprit aux fils délicatement manipulés et insinués dans les trous correspondants. Une lente approche de l'autre, un confiance réciproque. Il fallait un respect profond pour la personne victime du mensonge, car il fallait savoir ce qui régissait son Être. Savoir ses douleurs, être conscient de ses doutes et des espoirs. Connaître les moindres variations de son âme, au point d'en être le premier auditeur. Peu à peu, on apprenait à capturer la confiance, à faire entendre des Vérités propres à soi-même. Et le mensonge prenait tout son sens, devenant le métronome d'une existence que l'on ne contrôle plus. Que l'on ne pourra plus jamais contrôler une seule fois.
La Vérité pouvait être distillée à quiconque la possédait. Elle était une arme tellement influente, Excalibur efficace pour l'influence et le pouvoir.

Le monde se divisait d'après une étrange séparation: d'une part y avait-il ceux qui ceux qui  dirigeaient, et les ceux qui étaient dirigés. Diriger quoi, être dirigé par quoi, là était toute la complexité de la notion.
Diriger sa vie, celle des autres restait la seule solution pour trouver une place dans une société autonome, individualiste et cruelle. Ceux qui n'avaient aucunement compris cette maxime pouvaient tout de suite creuser leur tomber et laisser à d'autres le combat mortel de toute existence. Un parcours du combattant, dont la fin reste la mort. Au choix: maintenant ou demain. Si ce n'est pas aujourd'hui, alors demain, cela ne sera pas non plus aujourd'hui et ainsi de suite.
Le monde est d'une bêtise sans limites. L'individu n'est plus rien. Réduit à l'émotion, sans plus aucune rationalité, animé de bêtises et informations sans aucunes importances. A celui qui détient l'information, le pouvoir est entre ses mains. Réduit à un considération équivalant à un âge de douze ans, une personne perdait tout sens critique. De quelle façon une personne de douze ans peut-elle avoir un sens critique? Chaque jour, la société manipule l'être, de la façon la plus flagrante et pourtant, la plus acceptée par une masse ambiante qui ne réfléchit plus pour elle-même.
De cette façon, on prouvait à l'individu que d'autres le connaissaient bien mieux que lui-même. Une certaine porte ouverte au laissé-aller, une main tendue à la facilité qui faisait crever en quelques secondes le dit individu. Car la loi est celle-ci, "marche ou crève". Le tout n'est peut-être pas seulement de marcher, mais surtout de faire crever l'autre. Alors, on devenait celui qui contrôlait la loi, on devenait celui qui donnait la sentence. C'était jouissif, salvateur et à demain le remise de la mort.
Point.

Les portes de l’ascendeur qui menaient au Département de l'Ordre Nouveau s'ouvrirent. Différentes personnes y sortirent, parmi lesquelles Fagël Varys, Langue-de-plomb de son état, chargé de la direction du service de renseignements secrets.
L'Araignée était connue par certains, complètement inaperçue par d'autres. Qu'importe, elle était là. Plongée dans la foule ambiante des employés, ses petits yeux calculateurs et doux, ce visage enduit dans le miel et le sous-entendu, il attendait que son heure vienne un jour. Elle viendrait, il s'en était donné l'occasion, s'était offert cette influence à laquelle il aspirait tant.
L'Ordre Nouveau, splendeur de Lord Voldemort. Département crée pour sa gloire, la gloire d'un dictateur indigne de ce nom, Sang-Mêlé en plus de cela. Le plus banal des Sang-Pur, sortit du cul de sa mère pourrait prétendre à plus que ce sans-nez par le fait même de la politique menée par ses sbires. Mais qu'importe, la dictature offrait cette délicate pression que l'on pouvait faire sur les autres. L'Araignée ne cherche pas à savoir pour quelle raison la mouche vient se prendre dans sa toile pour la dévorer. Elle la dévore, quoi qu'il en soit. Le reste passe bien au dessus, ou bien en dessous.
La fin justifie les moyens.
Ils étaient tous là, visages au service d'une idéologie idiote, raciste et xénophoble. Mais que certains étaient intelligents ou fous pour pouvoir la maintenir en place. Quelle drôle de façon voyait-on ces corps sans vie, arpenter les couloirs d'une destinée manipulée par d'autres, à la quête d'une vie déjà perdue dans les méandres de l'oubli et de la chute la plus terrible au monde.

« Y m'faut vot' baguette, m'sieur Varys.

Mais avec le plus grand plaisir, mon brave. Je voulais vous présenter toutes mes condoléances pour la perte terrible de votre tante. Dans de terribles conditions, n'est-ce pas? Terrible humanité, dans la fleur de l'âge. Que faisait-elle déjà?

— Bah... elle...

Oh! Cela me revient, répondit le petit bonhomme de son ton suave et délicat. Que le Diable t'emporte, ma petite mémoire! Elle était en train de cacher quatre sang-de-bourbes. Que de destins brisés, n'est-il pas? Elle a eu de la chance d'échapper à notre terrible Commission de Sécurité... Oh, vous avez eu aussi une non négligeable chance, je crois. A plus tard, cher ami. Veillez à ne pas ôter du regard de la bonne Fortune ma baguette. »

Varys était vêtu, comme à son habitude, d'une robe de soie fermée sur l'avant aux manches pendantes. De petits souliers pointus, le visage rond d'un embonpoint et d'une fausse bonhomie. Le chauve semblait faire courir ses petits yeux mielleux un peu partout devant lui, yeux qui le devançaient toujours, au grand damne de quelques petits cachottiers.

Le Langue-de-plomb fut introduit dans le bureau du vieil homme. Quel piètre homme de glace, aussi débile que Voldemort. Mais qu'importait, ce n'était pas la question. Il fallait le convaincre, notamment car plus était encore en jeu.
Varys n'appréciait pas véritablement les Commissaires du Sang - et à dire vrai, n'appréciait personne si ce n'était lui-même. Ils se sentaient investis d'une mission sur-naturelle en prétendant être les détenteurs du "marche ou crève". Mais ils étaient au même régime que les autres, peut-être même plus que d'autres. De cette manière de contrôler les autres, ils prouvaient que leur plus grande peur était de ne point arriver à marcher et crever comme une vieille et puante charogne, au beau milieu d'une population inaudible à l'autre et à ses besoins.
Terrible cadence de l'Humanité, chant funèbre pour des pantins au service de la providence divine humaine.

« Bonjour Monsieur Yaxley, répondit Varys de son habituelle voix douce et mielleuse. Il écouta l'homme déblatérer ses connaissances sorties d'un dossier. Sourire doux, regard inexpressif cependant. Mon bon ami, tu es à plaindre. Pauvre créature perdue dans les bassesses de la dignité humaine. Je n'ai pas de lieu de naissance à vous offrir en particulier, hélas. Je suis né près d'une forêt, c'est tout ce que je peux vous communiquer. Vous n'êtes pas sans connaitre l'itinérance sans cesse remise en question des Druides. De cette façon, il m'est autant compliqué de vous donner une adresse précise que de compter le nombre de traîtres dans le monde. Mais j'ose supposer que vous ne me prendrez pas pour un menteur. Je suis bien né quelque part. Où? Je ne dispose pas des informations nécessaires, hélas. J'ai fait le choix de résider à Spindelv'Cross, une petite maison de pierre située sur la côte ouest d'Ecosse, un peu au Nord. »

L'Araignée ne possède pas qu'une seule toile, mais autant donner la plus officielle de toutes, administration bancale mais nécessaire.
Varys écouta les doutes du vieillard. Mais mon bon ami, je n'en ai que faire de tes doutes, j'ai le moyen de briser ta carrière en quelques petites secondes grâce à tout ce que je sais. Crois-tu me tenir entre tes faibles crocs? Tu n'es rien, tu crèveras.

« Oh, commença Varys de sa petite voix doucereuse et mielleuse. Je crains ne pouvoir rien vous apporter de bien concret concernant votre délicate et justifiée prérogative. Si vous avez pris soin de lire les études de votre ancien Directeur, l'Inquisiteur Eris Leddicus Valverde qui a doté du Département des Mystères une intéressante recherche quant à la délicate invocation runique, vous n'êtes pas mis à l'écart de la subtile connaissance du statut de sang des Druides: la magie runique ne se transmet qu'entre Sang-purs. Certes, nous pourrions non sans difficultés y passer plusieurs mois à le prouver, en confrontant hétérogènes théories aussi intéressantes les unes que les autres, mais nous en reviendrons à cette même issue. Somme toute, si je n'étais pas de Sang-Pur je ne serai actuellement pas en vie. Les Druides exterminent les enfants qui seraient nés d'une relation entre un Druide et un Sorcier, qu'il soit de sang-pur, de sang-mêlé ou de sang impur. C'est une tradition à laquelle il est impossible de déroger, si la chance est accordée à deux êtres de s'accoupler avant que la communauté ne soit mise au courant. Sous le crédit, évidemment, qu'un ou une Druide déroge aux lois et traditions qui sont les siennes et celles de sa Tribu, dans lesquelles il ou elle baigne depuis sa tendre et délicieuse enfance. Pour être plus rapide et synthétique, je ne serai actuellement pas devant vous si je n'étais pas fils de Druide, et donc, d'un autre Sang que celui de Pur. Je regrette ne pas pouvoir vous faire le démonstration de mes pouvoirs runiques, les sorts ont été bloqués par Monsieur Valverde, pour éviter un quelconque danger au sein de votre dévoué Département de l'Ordre Nouveau. Néanmoins, je peux offrir à votre regard le symbole druidique tatoué sur mon épaule gauche au moment de ma naissance. Symbole tracé par les Runes, qui pourra faire l'objet d'analyses magiques si le besoin s'en fait ressentir. »

Délicat sourire. Regard sans sentiments, mais voix mielleuse et suave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 15/06/2012
Parchemins postés : 125



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Rygger Yaxley


MessageSujet: Re: Dossier Varys [Yaxley] FINI Dim 29 Sep - 14:54

Rygger Yaxley n'avait rien à craindre de personne. Rygger Yaxley n'entendait pas monter en grade. Il ne possédait strictement aucune ambition de réussite, aucune envie de s’élever. Il n'avait rien à perdre et rien à gagner, seulement la volonté de servir le régime. Par conséquent, le briser était foncièrement très difficile. On ne pouvait pas atteindre quelqu'un qui n'avait rien a perdre. Cela aurait peut-être été différent si sa défunte femme, Joanna, était encore de ce monde : en ce temps là Rygger Yaxley était un homme bien plus joyeux et sans doute plus accessible et abordable. Mais Joanna était morte et finalement, Rygger se trouvait seul. Personne ne l'intéressait plus. Ce qu'il y avait de meilleur en lui était mort. En fait, l'ancien avocat avait toujours été un personnage dur mais pas forcément si froid qu'il l'était aujourd'hui. La mort de sa femme l'avait rendu comme ça. L'amertume quant au caractère de son fils y avait contribué, également. Walter Yaxley était un homme intelligent, sans doute un excellent mangemort, mais cela ne l'empêchait guère d'être un humain passablement dépourvu d'intérêt, jamais véritablement sorti de sa crise d'adolescence à près de 54 ans passé. Ni de ses déplorables rapports avec l'humanité toute entière, d'ailleurs. Mais Walter était pour le moins décevant, pas seulement sur le plan humain mais sur le plan psychologique, c'était un lâche et un arriviste, pas grand chose de plus, un colérique qui ne maitrisait pas ses émotions et dont les pitoyables instincts sexuels prenaient bien trop souvent le dessus. Walter était le fau, Rygger la glace, et le vieux commissaire du sang n'avait jamais pensé un tant soit peu que son manque d'affection et la rudesse avait laquelle il avait traité son enfant pouvait être responsable de ce qu'était Walt aujourd'hui.

Mais ici, il n'y avait pas que son fils qui décevait Rydg. La société l'était elle aussi. Les gens qui passaient à la commission n'avaient rien d'original, ils étaient même pour la plupart pitoyables et très peu intéressants. Ils suppliaient, courraient, s'accrochaient à leur misérable vie. Mais ils n'étaient pas grandchose. Une part de la sorcellerie aisément dispensable. On pouvait les détruire. On pouvait détruire ce qui pouvait faire du mal à la sorcellerie. On pouvait détruire ce qui était potentiellement un danger pour elle. On pouvait détruire ce qui lui était inutile.

Rygger y aurait volontiers ajouter qu'on pouvait détruire les mièvres et les insolents, les doucereux hypocrites, qui l'excédaient franchement. Il détestait qu'on essaye de le flatter, il détestait qu'on se croit supérieur à tout le monde avec un petit ton sentencieux, il détestait l'hypocrisie qui cachait toujours l'intérêt personnel. Il ne rentrait pas dans ce système. Il méprisait le petit système des arrivistes péteux qui se croyaient mieux que tout le monde, et à chaque fois qu'il pouvait en détruire un il le faisait. Rygger n'avait pas besoin de rentrer dans le système, puis qu'il n'avait pas d'intérêt personnel dans son métier. Envoyer des gens à Azkaban pour les besoin de la sorcellerie était pour lui la plus belle forme d'altruisme qui soit.

En conséquence, Varys l'excédait profondément. D'autant qu'en plus, comme prévu – et ce n'était pas du tout une bonne nouvelle pour lui – il jouait à un jeu stupide. A savoirconsidérer qu'il savait tout et qu'il aurait tout de droit. Réponse de la commission donnée par Rygger Tywin Yaxley : non. Il en aurait rit s'il avait pu, mais le rire, et même le sourire, ne faisaient pas partie des expressions faciales du commissaire du sang. Il arqua un sourcil sceptique.

« Une forêt. Je vois. »

Il résolut de laisser le norvégien déblatérer jusqu'au bout son petit monologue et se contenta de noter l'adresse. Continuant à écrire les informations que Varys donnait, Rygger déclara du ton le plus froid, et le plus désintéressé du monde, comme si l'autre ne comptait pas et n'était même pas dans la pièce, comme s'il parlait à quelqu'un d'étranger et neutre au cas :

« Bien. Prenons dans l'ordre. Vous ne pouvez pas me dire ou vous êtes né. Vous ne pouvez pas me donner d'actes de naissances, d'actes de scolarité, de bulletin de décés, d'arbre généaologiques. Vous prétendez au sang pur sur la base du fait que vous êtes sensé être un druide et descendre d'une famille de druide. Vous ne pouvez cependant pas prouver ce fait. Vous évoquez les études d'Eris Valverde. Ces études ne parlent que de la magie runique en elle même, et non des druides. D'autres auteurs parlent en effet de la communauté des druides, comme Sherkel et Waldorf, mais Sherkel insiste sur des sectes composées de sang mêlés prétendant au statut de druide. Vous me parlez d'un soit-disant tatouage et du fait que vous maitrisez les runes. Que je sache, Eris Valverde maitrise les runes et il n'a pas toujours été druide. Votre tatouage n'est pas une preuve du fait que vous appartiendrez potentiellement à un clan druidique lui même possiblement de sang pur, il prouve éventuellement que vous maîtrisez ce domaine de magie. Vous êtes de plus norvégiens et les archives norvégiennes sont très peu précises.En conséquence, si vous n'avez rien d'autre à m'apporter comme preuve,comme preuves tangibles, écrites, vous reliant à une famille de sang pur du coté de votre père et de votre mère, et de vos grands-parents, dont au passage, j'aimerais avoir les noms et professions, j'entends, je vais vous classer sang mêlé. »

Sans pitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 15/09/2013
Parchemins postés : 17



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Fagël Varys


MessageSujet: Re: Dossier Varys [Yaxley] FINI Dim 29 Sep - 16:25

Varys était un égoïste.
On ne pouvait pas dire autre chose que cela, c'était bien trop flagrant. Il avait connu tellement de choses horribles qui l'avaient poussé à devoir se battre chaque seconde pour rester en vie pour n'être autre chose qu'une créature perdue dans cette vaste planète et qui pense que chaque minute est un combat sanglant.
Ainsi, cela se jouait entre Yaxley et Varys. Au vu de qui était le Commissaire du Sang, Varys le ferait tomber. Même si cela lui prenait deux ans, il ferait en sorte que cet homme chute, et qu'il amène avec lui toute sa minable lignée. Varys l'avait déjà fait. Il avait déjà tué, massacré, pour sa propre liberté, pour sa propre vengeance. Il n'en avait que faire du Sang-Pur, même que faire d'être au Ministère ou hors-la-loi. Il ne voulait qu'une chose: détruire trois personnes qui lui avaient ôté toute forme possible de bonheur. Tous les moyens étaient bons pour y arriver, et semblait-il, pour le moment, c'était dans la voie de la dictature de Lord Voldemort que cela réussissait le mieux. Mais l'Araignée ne se laisserait pas détruire par les Autres, du moins, pas avant de s'être vengé. Si Voldemort et ses abrutis de sbires ne pouvaient lui donner la possibilité de se venger, ce seraient d'autres personnes. Varys avait bien des espions à sa solde, indénombrables. Ce serait assez dangereux que tous fussent au service des Hors-la-loi, mais seul Yaxley aurait à le payer. Si on ne lui accordait pas le Sang-Pur, Varys savait que Mulciber ne lui donnerait pas les Mystères. Et les Mystères lui permettraient d'avoir suffisamment d'influence pour se venger, pour étendre son influence et arriver à la fin de sa quête. Mais si cela échouait par la faute de Yaxley, ce dernier perdrait la vie ou un équivalent et le régime perdrait Varys. De son côté, l'Araignée n'en avait que faire de quel côté il se trouvait de la rivière, du moins qu'il n'était pas noyé dedans.

Mais pour le moment les choses étaient encore possibles.
Tout d'abord parce que Yaxley mentait. Les hommes cités étaient des théoriciens runiques mais pas des théoriciens druidiques. Autrement dit, le peu de culture que possédait le vieillard le discréditait dans son argumentation en quelques secondes. Il n'y avait pas d'autres solutions possibles, les recherches le prouvaient. D'ailleurs, Varys avait amené les références avec lui.

« Permettez-moi de vous dire que vous vous trompez, monsieur Yaxley, répondit Varys de sa petite voix fluette et suave. J'ai de nombreuses années durant travaillé sur la Magie runique au Département des Mystères, et des centaines d'autres tout également. Tout d'abord, les deux auteurs qui vous citez, outre le fait qu'il écrivent pour Sorcière Hebdo n'ont pas travaillé sur la civilisation druidique mais sur la magie runique. Il n'est pas bien complexe de savoir qu'une magie peut être contrôlée par n'importe qui possédant des pouvoirs magiques, j'entends, c'est-à-dire des Sangs-Purs et des Sangs-mêlés. Aussi, offrez-moi la possibilité de prendre les choses d'une manière inverse que votre raisonnement: une vampire contrôle la magie du Sang ce qui prouve qu'il est un Vampire dans la mesure où ce dernier est par nature à même de maîtriser cette facette de la magie. Une personne qui, après recherches, réussira, on ne sait pas quels moyens, à contrôler la Magie de Sang ne deviendra pas plus un vampire qu'il ne l'était auparavant. Vous comprenez le point de chute? Nulle ironie sans son propos. Il restait d'un regard fermé, opaque, vitreux mais son ton était mielleux et chaleureux. De cette manière, Eris Valverde peut contrôler la Magie Runique sans être un druide. Je ne vous dis pas que j'ai appris la magie runique, je vous dis qu'elle coule dans mes veines, la preuve en est avec ce tatouage. Je vous ai apporté les titres d'ouvrages et de recherches menées quant au tatouage runique, qui prouve notamment qu'après maintes recherches, il est impossible d'être crée par qui que ce fut. Je crains qu'un niveau nous sépare Monsieur Yaxley, dans ce Ministère. Les recherches scientifiques se font au Département des Mystères, je suis donc à même de prouver mes propos. Je ne viens pas les mains vides de sens et de références, ce serait insultant pour le Seigneur des Ténèbres et le Département de l'Ordre Nouveau. Mais mes propos n'ont pas vocation de troubler et d'amuser, ils sont issus de recherches scientifiques prouvées. »

Varys sortit de sa robe une feuille de parchemin qu'il déplia, la rendant beaucoup plus imposante et importante en écrits.
Yaxley se différenciait de Varys dans la mesure où celui-ci ne voyait qu'à travers des lunettes de Puristes et de bureaucrate, ne cherchant qu'à remplir son stupide dossier. Il faisait donc déjà parti de ceux qui étaient crevés, de ceux qui ne marchaient plus depuis bien longtemps. Tant pis pour lui.
Pour Varys, c'était autre chose. Varys ne parlait que quand il était sûr de lui. Ce qu'il disait, il le savait et c'était prouvé. Ce que disait Yaxley était idiot et fermé d'esprit.

« Je ne veux pas vous manquer de respect Monsieur Yaxley, et je suis peut-être le premier Druide auquel vous avez à faire, mais il ne serait guère infinitésimal que de vous documenter sur cette civilisation, vous manquez cruellement d'informations, et cela pourrait faire défaut à vos dirigeants. Comme vous le voyez sur cette liste, Michel Ricoeur, du Département des Mystères a travaillé sur la notion du Sang-Pur chez les Druides dans son ouvrage Les Druides, Sang-Purs par Nature. Un ouvrage de plus de trois mille pages, que vous trouvez dans toutes les bibliothèques, dont celle du Ministère de la Magie d'Angleterre, me semble-t-il. Nous disposons en tout cas du manuscrit original, puisque monsieur Ricoeur a été Langue-de-plomb au Ministère de la Magie. Manuscrit qui porte le sceau du Ministre Mulciber et du Directeur Menroth quant à la véracité des recherches qui y sont menées. Elles sont scientifiques et ont eu pour objectif la preuve du Sang-Pur chez les Druides. Vous savez aussi, je le note en dessous, avec Catherine O'Tully et Louise Maillont, deux professeurs de Civilisation Druidique et Runique à l'Université Magique de Londres, que les Druides ont été contactés par le Seigneur des Ténèbres et que ce dernier est au courant, si je puis m'offrir la permission de parler quelques secondes en son nom, de la pureté du Sang de ces derniers. Auquel cas n'aurait-il jamais cherché à se rapprocher de ces derniers. S'ensuivent dix ouvrages quant à l'impossibilité d'avoir des papiers officiels lorsque nous sommes druides et quelques uns qui présentent des réflexions générales relatives au sujet des Druides. »

Yaxley se trompait donc en prétendant dire que les Druides pouvaient être Sang-Mêlé. C'était impossible. Les seuls vrais druides pouvant contrôler la Magie runique de nature avaient un tatouage sur l'épaule qui s'inscrivait automatiquement à la naissance d'un nouveau Druide. Sur le tatouage n'était pas présent, on tuait l'enfant, qu'importe de qui était-il. Cela n'était arrivé qu'en cas de forniquage avec d'autres sangs, auquel cas le druide ou la druide responsable était tué-e sur le champ.

« Ma mère a été violée, éventrée et décapitée sans qu'elle puisse, j'en suis profondément attristé, faire un acte de naissance quelconque. Et hélas, les autorités compétentes n'ont pu retrouver les quelques morceaux restants de son corps pour faire un acte de décès. Les Druides ont toujours eu l'autorisation de séjourner dans les pays de Suède et de Norvège. J'ai été nommé Directeur du Département de la Sécurité Intérieure du Ministère de la Magie Norvégien, gouvernement alors Puriste. Vous trouverez dans cette morceau de parchemin, Varys tendit une feuille avec délicatesse, la posa simplement sur le bureau et continua de sa voix douce et mielleuse, un mot de l'actuel Ministre de la Magie Norvégien, à l'époque Secrétaire d'Etat auprès du Ministre, qui tient à ratifier l'authenticité de mon attachement sanguin à l'ethnie druidique. Mon tatouage est l'unique preuve, les recherches du Département des Mystères ont prouvé qu'ils ne pouvaient être marqués sur la peau par de la Magie. Du moins, une fois analysés, on constatait qu'une magie runique y était totalement présente et que seuls les Druides peuvent en avoir. J'ai peur de n'avoir que cela à vous donner. Je ne cherche pas à vous tromper, Monsieur Yaxley. Mes parents, paix et douceur à leur âme meurtrie, ne pensez pas mourir et me voir enlevé, aussi n'ont-ils pas eu la moindre petite idée d'un papier officiel. Et je suis là, désormais, ici devant vous. La science a prouvé qu'un Druide ne peut que de Pureté avoir son Sang composé, et que la marque distinctive restait le tatouage présent sur l'épaule gauche. Vous avez une bonne centaine d'ouvrages scientifiques du sceau des Ministres Thicknesse, Malfoy, Jugson ou Mulciber qui authentifies ces recherches. Monsieur Valverde pourrait confirmer mes propos et monsieur Menroth de même s'il était encore des nôtres à ce jour. »

Varys fit un petit sourire à son interlocuteur. Pas une manière de le prendre en pitié. Non, mais pour une fois, le petit homme disait vrai.
Yaxley ignorait sûrement que Varys s'en fichait du sang Pur, autant qu'il s'en moquait foutrement de cette débile Commission du Sang et cet abruti de Voldemort. Mais cela, personne ne le savait, pour le moment. Le Langue-de-plomb avait trop bien appris l'art de la dissimulation pour pouvoir être vu dans ces positions idéologiques.
Marche ou crève, telle est la devise. Egoïste au possible que les autres crèvent au plus vite, cela ne fait aucune importance.

« Maintenant, face à autant de traités scientifiques qui le prouvent, face à mon tatouage, le refus de statut de Sang serait, du moins, de mon regard aussi modeste soit-il, une faute particulièrement grave quant aux lois qui régissent les statuts de Sang. Mon incompréhension serait grave, tout comme elle l'est lorsque je sais de source sûre que votre enfant ne fait pas parti du gouvernement et qu'on lui a refusé le Département de l'Ordre Nouveau à cause des débouars dont il fait l'objet et des nombreuses choses mystérieuses qui planent au dessus de lui. Pas une menace donc, un rappel que Varys disposait de suffisamment d'espions pour avoir à sa solde nombre incalculables d'informations. Peut-être savait-il même quel caleçon le vieillard avait-il mis aujourd'hui. Le huit avril deux-mille quatre par exemple, il a été vu dans le lit d'une prostituée du nom de "Gigi la Gibole" -nous passerons sur l'originalité et la beauté de ce patronyme, nous ne sommes pas ici pour disserter sur l'onomastique, même prostituée arrêtée quelques jours plus tard sur ordre du Mangemort Larsen Menroth car cette dernière aurait été en possession de nombres d'informations sur le régime à cause de l'individu Yaxley fils. Et je suis le principal témoin, puisque c'est à moi que fut demandée la mise en application de cette arrestation et de l'interrogation. Je ne vous oblige pas à vous pencher sur les autres informations dont le Département des Mystères dispose et dont il serait fâcheux que quiconque d'autre que moi ait entre ses mains. Pensons notamment à Augustus Rockwood, qui n'est évidemment pas au courant de cela. Les dossiers le prouvent, que vous donniez crédit ou non à mes mots. Comprenez donc, Monsieur Yaxley, que nous avons tous nos petits secrets, nos petits mystères. Ceux qui me concernent émanent de mon lieu de naissance, la carence dont je me vois fourni quant à des preuves plus concrètes que celles que je vous ai données. »

Nouveau doux sourire.
Si Yaxley enfermait Varys à Azkaban, tout le réseau d'espion se décrocherait avec une rapidité folle, se retournerait contre le régime en révélant des informations capitales, bien plus graves que les débauches du fils Yaxley.
C'était à lui de choisir.
Car la vie n'est que choix. Faut-il, du moins, les assumer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 15/06/2012
Parchemins postés : 125



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Rygger Yaxley


MessageSujet: Re: Dossier Varys [Yaxley] FINI Lun 30 Sep - 16:43

Tout était connu chez Rygger Yaxley. Le vieux commissaire ne cachait rien, et pour cause. N'ayant jamais eu d'autre ambition que son travail et le purisme et n'ayant aucun besoin matériel de tromper des gens pour obtenir plus qu'il n'avait déjà, on ne pouvait pas trouver de cadavre dans le placard dans le cas de Rygger Yaxley. Eventuellement pouvait-il être d'une mauvaise foi absolue lors des commissions du sang et pouvait-il citer tout ce qui lui tombait sous la main. Eventuellement, encore que c'était rare et qu'il fallait vraiment le chercher. Car si Rygger Yaxley ne faisait pas commerce de pitié ou de quoi que ce soit d'approchant, si condamner quelqu'un le réjouissait plus que profondément et lui donnait le sentiment du travail bien fait, le commissaire du sang restait avant tout un monstre du purisme convaincu qu'on pouvait rentrer tout le monde dans des cases, cases qu'il cochait invariablement sur son papier. En un sens il décidait du destin des gens puisqu'il possédait le pouvoir de briser, sur le moment, n'importe qui. Sans aucune espèce de justification. Juste parce que la personne l'ennuyait, l'enervait, ou quoique ce soit de personnel. On aurait pu éventuellement le classer comme personnage arbitraire, mais Rygger Yaxley était foncièrement honnête et même si les gens l'excédaient profondément, il n'envoyait que très rarement les gens à Azkaban. Très très rarement. Il ne croyait pas que les sentiments avaient la place dans son métier. Prouvez ce que vous dites, dites la vérité, ne mentez pas, vous êtes sang mêlé, soyez honnête, voilà quel était son leitmotiv invariable, basé sur l'honnêteté. Et entièrement la dessus. La commission du sang faisait partie du domaine juridique et légal du régime. Et la loi n'était pas sentimentale. Rygger Yaxley refusait d'être influencé par autre chose. En conséquence, il était strictement irréprochable.

Dès qu'on s'écartait de la procèdure, en revanche, là, cela devenait autre chose. Déjà, on perturbait les habitudes du commissaire du sang, qui n'aimait pas ça du tout. Ensuite, il le prenait comme une forme d'irrespect. Les gens pouvaient tout de même avoir la décence de savoir où ils étaient nés. La mentalité de l'ancien avocat était logique, mais étroite, et psychorigide. Elle refusait de sortir du cadre. Il construisait un arc de possibilité bien défini et faisait tout pour que les preuves données, les déclarations faites, rentrent dans cet arc. Si elles rentraient dedans, tant mieux, on revenait sur un terrain que Yaxley considérait comme logique. Sinon.... eh bien toutes les preuves non correspondantes à la procédure étaient écartées comme fausse, et le convoqué, irrémédiablement et invariablement condamné à un séjour à Azkaban en tant que sang de bourbe.

En ce qui concernait le cas Varys, le type excédait Yaxley. Il n'aimait pas ses manières. Ni son ton. Ni son acharnement à contester une autorité qui était naturelle et qui s'exerçait à tout le monde. Il ne méritait qu'une chose, qu'on le rabaisse et qu'on le brise. Il était rare de voir Yaxley éprouver ce genre de chose. Il était coutumier du mépris, beaucoup moins du fait que ce mépris ne soit pas une idée générale à savoir qu'il était, en tant que sang pur, supérieur à tous les péquenauds qu'il voyait. Là, c'était différent, ça venait d'autre chose. Il regarda froidement, très froidement, le langue-de-plomb.

Ecarter les preuves irrecevables ; n'en conserver que celles qui pouvaient être reçues. 

« Il n'en reste pas moins que les études théoriques ne sont pas recevables. De plus, Malfoy, Menroth, Jugson, ce sont des noms de traitres. Vous devez le savoir aussi bien que moi. D'autre part, monsieur Mulciber ne signe pas de registres, ni de livres scientifiques, pas plus que son cabinet. Et ne me dites pas non. Je sais ce que fais mon neveu. Quant à l'avis de monsieur Valverde, ici, nous n'en avons que faire, il n'est plus directeur de l'Ordre Nouveau, et je doute qu'il se préoccupe de votre misérable existence – ou même de la mienne si vous tenez absolument à nous mettre sur un pied d'égalité. »

Il écarta les livres. La liste des livres. Tout. Restait le parchemin du ministre norvégien, et cela, Rygger Yaxley voulait bien le recevoir comme une preuve, puisque cela, cela rentrait dans la procédure. Mais voilà, l'autre ne s'arrêta pas là. Non, il fallait qu'il en rajoute, evidemment, pour faire son intéressant. Et qu'il parle de Walt. La procédure interdisait aux commissaires du sang de juger les cas de leur propres familles. De près ou de loin, toute mention du nom Yaxley, jugée par le commissaire Yaxley, était prohibée. Le regard froid se porta sur celui de Varys :

« Bien que je doute de vos preuves, et de vos déclarations – du moins celle sur la trahison, pas sur la putain, Walter a toujours été un crétin assouvi par le vice, mais pas un traitre – et qu'on me croira moi et Walter plutôt que vous, la procédure m'interdit de juger votre cas. Venez avec moi. »

Suivit d'un très gras Varys et lorgné par plusieurs paires d'yeux médusées, Yaxley s'en alla directement au bureau du directeur de l'Ordre Nouveau et frappa à sa porte. Witcher, lunettes de fer discrète et quasiment invisible, leur dit d'ouvrir et les scruta d'un œil inquisiteur par dessus ses montures.

« Je partais, Rygger, j'espère que c'est urgent.
-  Oui monsieur. Le cas Alpha s'est produit. Monsieur Varys, ici présent, prétend au sang pur. Il considère qu'il descend d'une famille de druide et ne peut qu'être par conséquent sang pur. Il n'a pas les preuves habituelles, monsieur. Il mentionne l'existence de traités scientifiques et le mot du ministre norvégien que voici. Il suggère aussi de lui donner le sang pur sans quoi il juge que la communauté sorcière pourrait apprendre le fait que le sorcier Walter Chatwin Yaxley aurait trahi, couché avec une dame dont j'ai oublié le nom, dame qui aurait été arrêté par le sorcier Larsen Menroth alors directeur du département des mystères. »

Un silence de mort s'installa un instant tandis que Mike Witcher lisait le mot du ministre norvégien. Il tapota un instant le document de sa baguette, puis il plia le document, attrapa une plume et griffonna quelque chose dessus. Puis il attrapa un papier blanc, au grand desespoir de Rygger – c'était le papier du sang pur – le remplit, le tamponna, et le donna à Varys

« Monsieur le ministre Olsen est un bon ami à moi, je doute qu'il mente. Vous êtes classé sang pur, Varys. En revanche, la mention de tentative de chantage sera porté sur vos dossiers. N'esperez pas les effacer, j'ai les moyens de faire en sorte que ça n'arrive pas.Cela sera porté aussi à la connaissance de monsieur Mulciber. Je crois que vous vouliez le poste de directeur des Mystères. Monsieur le Ministre apprendra avec joie que pour l'obtenir, vous avez tenté de discréditer son cousin, j'en suis sur. »

Sur un signe de tête du directeur de l'Ordre Nouveau, tout fut fini.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dossier Varys [Yaxley] FINI

Revenir en haut Aller en bas

Dossier Varys [Yaxley] FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-