POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Samantha Isabella Willow [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 04/02/1998
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 01/11/2013
Parchemins postés : 79



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Samantha Isabella Willow


MessageSujet: Samantha Isabella Willow [Terminé] Sam 2 Nov - 19:51

..




© copyright

SAMANTHA ISABELLA WILLOW (ft. jemima west)


    » SURNOM(S) : Sam ou Samy. Plus rarement Bella, mais elle déteste ce surnom qui lui évoque celui de Bellatrix Lestrange.
    » NÉ(E) LE : Je crois avoir vu quelque part qu'il s'agissait de la rentrée 2005. Si c'est bien le cas, Samantha est née le 11 octobre 1989.
    » LIEU DE NAISSANCE : Doncaster, Angleterre
    » ÂGE : 16 ans
    » ANNÉE À POUDLARD : Sixième année
    » ORIGINE(S) & NATIONALITÉ : Britannique
    » SANG CERTIFIÉ COMME : Pur jusqu'à nouvel ordre
    » BAGUETTE : 25 centimètres, plutôt rigide, rapide et résistante, bois d'acajou, contient une unique plume d'hippogriffe. Est dotée, à l'image de sa propriétaire, d'un fort caractère, et a appartenu à son père. Particulièrement efficace pour les sorts d'attaque et de défense.
    » ANIMAL DE COMPAGNIE : Un chat de gouttière gris tigré de sexe femelle, âge indéterminé mais ne dépassant pas les 6 ans : Looka.
    » PATRONUS : Un lynx




INFORMATIONS GÉNÉRALES





» FAMILLE :
Angelin Willow (✞) : père de Samantha décédé alors qu'elle atteignait tout juste sa dixième année. Auror sous l'Ancien Régime puis est entré dans la résistance lorsque Lord Voldemort est parvenu au pouvoir. A appartenu à la maison Gryffondor. (patronus → bouquetin)
Lila-Rose Willow, née Wight (✞) : mère de Samantha décédée en même temps que son mari. Ex-Auror et ex-résistante elle aussi. A été également à Gryffondor lors de ses études à Pourdlard. (patronus → panthère des neiges)
Oliver Franklin Willow (13 ans) : petit frère de Samantha, de trois ans son cadet. Est à l'école à Poudlard dans la maison Gryffondor. Farceur et malicieux, c'est un grand adepte des plaisanteries en tout genre. Si sa sœur et lui passent leur temps à se chamailler, ils s'adorent et Samantha donnerait sa vie pour le protéger. Surnommé Olive, Liv et Frank quand elle veut l'agacer. (patronus → cocker)
Marian-Zoey Wight (38 ans) : sœur jumelle de Lila-Rose et tante de Samantha. Ex-Serdaigle. Habite dans un petit village d'Irlande du Nord où elle tient une librairie. A recueilli Samantha et son frère à la mort de leurs parents. (patronus → panthère noire)
Douglas Wight (21 ans) : fils unique de Marian-Zoey et cousin de Samantha. Taciturne et renfermé, elle l'admire néanmoins énormément. Bien qu'il ne le lui ai jamais dit explicitement, elle le soupçonne de faire partie d'un réseau de résistance, mais elle n'en sait pas plus. Faisait partie de la maison Gryffondor à Poudlard. (patronus → ours à collier)
Leah Shadow (20 ans) : Fiancée de Douglas, Samantha l'a toujours considérée comme faisant partie intégrante de la famille et est très attachée à elle, ce qui est réciproque. Mène sans doute les mêmes activités illicites que le cousin de la jeune fille. Ancienne Gryffondor. (patronus → louve européenne)
Amanda Milord (16 ans) : Jeune sorcière appartenant à la même maison que Samantha avec laquelle elle s'est intimement liée lors de sa première année à Poudlard, à tel point qu'elle a fini par la considérer comme la sœur qu'elle n'a jamais eu. En tant que Née-Moldu, celle-ci a disparu au cours de leur deuxième année et elle n'a plus eu de nouvelles depuis. Cependant, elle continue à se la représenter comme sa meilleure amie. (patronus → renard arctique)

» AMITIÉ / RIVALITÉ : Si Samantha n'est pas spécialement solitaire, elle préfère néanmoins avoir des amis soigneusement choisis plutôt que des camarades qui ne connaissent rien d'elle prêts à la trahir au moindre saut d'humeur. Les rares personnes avec qui elle se sent totalement en confiance sont donc des élèves avec lesquels elle partage quelques notions telles que la personnalité ou l'idéologie. Elle est plutôt connue dans sa maison mais, en raison des rumeurs qui planent sur la mort de ses parents, par exemple, certains préfèrent l'éviter. Elle déteste aussi cordialement tous les Serpentards sans exception.




PERSONNALITÉ



» QUALITÉ(S) : Courageuse - loyale - franche - déterminée - protectrice envers ceux qu'elle aime - prête à se sacrifier pour quelqu'un qu'elle adore ou une cause qu'elle défend - battante
» DÉFAUT(S) : Impulsive - téméraire - têtue - rancunière - ne tient bien souvent aucun compte du règlement en raison d'un certain sens de contradiction - n'est pas dotée d'un sens de l'humour très... poussé - fière
» RÉGIME DE TERREUR : Contre, résolument. Elle haït Voldemort et ce qu'il a fait du Royaume-Uni. Le haït, certes, mais ne peut s'empêcher de le craindre aussi...
» NÉ MOLDU : Samantha est indignée par ces préjugés et, surtout, ne parvient pas à comprendre comment des sorciers peuvent croire à ce genre d'inepties. Bien que parfois tentée de céder à la voie de la facilité, le souvenir d'Amanda, son amie disparue, est trop présent dans son esprit pour qu'elle puisse seulement songer à adhérer à ce qu'elle considère comme des abominations lâches et stupides.
» AMBITIONS : Une fois sortie de Pouldard, Samantha souhaite intégrer un réseau de résistance et se battre du mieux possible contre Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Quitte à devenir une Hors-la-Loi. Quitte à mourir.
» CARACTÈRE : Comme je l'ai dit plus haut, Samantha est avant tout une personne très courageuse, qui n'a ni froid aux yeux ni la langue dans sa poche et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Trop courageuse, même, puisqu'on la décrit souvent comme  légèrement tête brûlée et d'une prudence toute relative. Volontaire et décidée, elle a la dissimulation en horreur et, de fait, ne mâche pas ses mots ; cependant, elle n'a qu'une parole. Ni extrêmement sociable ni vraiment réservée, elle ne se mêle pas beaucoup aux autres élèves et préfère se choisir de vrais amis sur lesquels elle sait pouvoir compter en toute circonstance. Protectrice et engagée, elle serait prête à mourir pour un être aimé ou ses idées. Mais c'est une battante, Samantha, peut-être parfois un peu butée, qui met toutes les chances de son côté pour réussir coûte que coûte et ne se laisse jamais abattre. Elle ne recherche pas la bagarre à tout prix mais ne recule pas devant l'affrontement. Certes, elle est également très rancunière et assez susceptible, bien que les blagues continuelles de son frère aient fini par lui voir adopter une réaction proche de l'indifférence ; certes, pour elle, les règles sont faites pour être contournées, les interdits pour être transgressés - même si elle ne le fait pratiquement jamais par simple bravade ; certes, elle est aussi extrêmement fière, d'une fierté qui s'apparente parfois à de l'orgueil vis-à-vis des autres élèves ou à de l'insolence face à des professeurs, mais qui jamais ne s'approche de l'arrogance ou de la vanité. On l'aime ou on la déteste et, du fait de son caractère passionné, elle-même adore ou haït : avec Samantha, pas de juste milieu, ou alors si peu.




HISTOIRE (15 lignes minimum)


À l'origine était la vie

- Touché !
Le cri avait résonné dans le jardinet qui s'étendait autour de la modeste maison dont l'unique étage dominait la rue paisible de ce quartier résidentiel tranquille. En cette fin d'après-midi, le ciel était d'un gris annonciateur d'orage mais les deux enfants, dont l'un allait sur ses cinq ans et l'autre avait à peine huit ans, s'en moquaient, continuant à se poursuivre avec des hurlements joyeux.
- Eh ! T'as triché, t'as d'plus grandes jambes d'abord !
Le petit garçon s'était arrêté, bras croisés, pour lever un visage boudeur vers sa sœur qui ébouriffa ses cheveux châtain d'un geste à présent familier.
- Et toi, tu n'es qu'un mauvais perdant doublé d'un sale râleur !
Alors qu'elle allait s'éloigner, l'enfant tendit la main et, d'un geste vif, lui effleura l'épaule.
- Touchée ! C'est toi l'chat !
Comme il se sauvait en riant, la vieille balançoire de bois s'avança en grinçant pour lui couper la route. Les arbres n'étaient pas agité du moindre souffle de vent. Le garçonnet s'arrêta net tandis que sa grande sœur le rejoignait en quelques enjambées.
- C'est pas du jeu !
Il se retourna, les sourcils froncés.
- Sam, on s'était mis d'accord, t'as pas l'droit d'faire ça !
Pour toute réponse, cette dernière lui tira la langue.
- En attendant, c'est toi qu'attrapes !
Adossée au chambranle de la porte d'entrée, une jeune femme les contemplait en silence, un sourire attendri aux lèvres. Un homme, grand et torse nu, la rejoignit sur le seuil, un journal à la main et une baguette magique d'un rouge intense dans l'autre. Il était aussi brun que son épouse était rousse mais, lorsque celle-ci se tourna vers lui, leurs visages resplendissaient de la même lueur éclatante.

~

Pour Samantha, l'enfance s'arrêta quelques jours après son dixième anniversaire. Elle, qui avait toujours connu la gaieté, l'insouciance, l'amour inconditionnel de ses parents et dont les seules contrariétés avaient été ses disputes avec son frère bascula soudain dans le monde de la peur et de la solitude, un monde triste, un monde vide, un monde de chaos et de désillusions. Ils partirent, un soir ou un matin, elle ne s'en souvenait plus, et ne revinrent jamais. Elle se rappelait encore les derniers mots que tous deux lui avaient adressé.
- Je t'aime, lui avait dit sa mère. Ne l'oublie, jamais d'accord ? Je t'aimerai toujours.
Puis elle l'avait serrée dans ses bras et avait achevé d'un voix tremblante en lui caressant la joue :
- Je suis si fière de toi, ma petite fille...
Son père, lui, s'était contenté de l'embrasser, mais son étreinte contenait toutes les phrases du monde. Ils ne s'étaient pas retournés. Longtemps, elle était restée là, à fixer le rien et le brouillard, puis était retournée retrouver son frère qui s'était endormi sur le canapé. Par la suite, elle les avait attendus, cherchés, appelés. Mais ils n'étaient pas revenus.

~

- Tu dors pas, pas vrai ?
Le front appuyé contre la vitre tressautante du train, Oliver avait le regard perdu dans le lointain.
- Hein, Samy ? Tu dors pas ?
Samantha rouvrit les yeux.
- Non. Mais j'essayais.
Il y eut un silence.
- Tu as peur ?
Elle déglutit, tourna la tête pour que son petit frère ne voit pas la larme qui roulait sur sa pommette.
- Un peu. Pas vraiment.
Cette fois-ci, il se redressa et l'observa avec curiosité.
- Pourquoi tu pleures, alors ?
Il l'avait remarqué. Elle s'essuya le nez dans la manche de son gilet puis haussa les épaules.
- Parce que j'ai du chagrin. Parce que papa et maman me manquent. Parce que...
Elle s'interrompit. Elle devait être forte. Pour elle. Pour Oliver.
- Et toi ? Tu as peur ?
Il réfléchit plusieurs secondes.
- Je sais pas. Je crois, oui. Mais je pense aussi que je risque rien parce que je suis avec toi.
Elle esquissa un pauvre sourire.
- Je laisserai personne te faire du mal, Olive. Je laisserai plus personne faire du mal à qui que ce soit.
Son ton avait changé. Elle aussi. Elle se sentait plus grave, plus mûre, plus responsable, plus résolue. Comme si elle venait d'énoncer une évidence. Ou une promesse. Ses poings se crispèrent et elle n'ouvrit plus la bouche de tout le voyage.

~

Serrés l'un contre l'autre, les deux enfants observaient avec anxiété la foule qui se pressait autour d'eux. Samantha avait dû poser leur grosse valise à ses pieds tandis que le petit corps de son frère se pressait contre le sien.
- Dis, Sam, tu crois qu'elle nous reconnaîtra ? Elle a eu des photos de nous ?
La fillette s'efforça de paraître rassurante.
- Je pense, Liv, je pense. Et puis, on a un peu d'argent, si elle tarde trop, on pourra toujours s'acheter à manger.
Ce fut à cet instant que son regard fut attiré par une silhouette qui lui sembla, l'espace d'un moment, familière. Une silhouette qui s'avançait d'une démarche gracieuse dans leur direction. Oliver aussi l'avait aperçue, car il laissa échapper une exclamation étouffée. Et de fait. Plus la femme - car c'en était une - plus la femme se rapprochait, plus Samantha écarquillait les yeux. Elle reconnaissait tout. La rousseur des cheveux, la forme du visage, l'intensité du regard, la couleur des yeux, la posture altière, tout - jusqu'à l'odeur qui émanait d'elle, un mélange indéfinissable de vanille et de jasmin. Mais c'était impossible. Et pourtant...
Elle hoqueta.
- Maman ?
L'inconnue qui n'en était pas une sourit et, soudain, tout lui parut plus beau, plus grand, plus lumineux.
- Je suis ravie de vous rencontrer enfin, tous les deux.
Puis, en les englobant d'un regard où se lisaient autant d'amour que de regrets, autant de bonheur que de peine, autant d'espoir que de mélancolie :
- Je m'appelle Marian-Zoey et, comme vous le savez, je suis votre tante.
Pause.
-Et je suis... j'étais la sœur jumelle de Lila-Rose, votre mère.

~

Les mois qui suivirent furent dans l'ensemble sans histoire. Au fil des semaines, les enfants et leur tante apprirent à se découvrir mutuellement, même si la ressemblance de cette dernière avec leur mère ne manqua pas de les stupéfier dans un premier temps. Ils firent la connaissance de Douglas et de Leah et, peu à peu, réapprirent à rire et à s'amuser. Samantha était nostalgique de l'Angleterre, trouvant l'Irlande beaucoup trop pluvieuse à son goût et le village où ils vivaient petit et sans intérêt. Elle ne s'y fit ni ami ni ennemi, se contentant d'observer de loin les autres enfants sans jamais prendre part à leurs jeux. Si elle entendait parfois Oliver pleurer dans son lit, celui-ci s'épanouissait, devenant au fil du temps aussi astucieux et intrépide qu'un jeune chiot tandis qu'elle-même passait souvent par des périodes durant lesquelles, sombre et nerveuse, il valait mieux éviter de l'approcher. Chaque nuit, elle faisait en effet le même rêve. Dans le couloir de son ancienne maison, elle écoutait, l'oreille collée au linteau de la porte de la cuisine, en retenant sa respiration. Des voix filtraient malgré l'épaisseur des murs.
- Trop dangereux, Angelin. Vous avez des enfants, que deviendraient-ils si vous perdiez la vie ?
C'était une tonalité basse et légèrement rocailleuse qui, elle en était certaine, n'appartenait pas à son père. Celui-ci répondait après un court silence :
- Rien ne dit qu'ils deviendront orphelins, Peter. Et de toute manière, tu es d'accord que nous ne pouvons pas laisser faire ça. Avec la mort de Harry Potter...
Il y avait un toussotement et il baissait le ton.
- Nous voulons - nous pouvons être utiles. Qu'est-ce que tu ne comprends pas là-dedans ?
Une femme prenait alors la parole. Une femme qu'elle reconnaissait aussitôt.
- La question n'est pas de savoir si c'est dangereux, Peter - cela, nous en sommes tous conscients et en prenons le risque. La question est de savoir si nous préférons notre sécurité à la vérité, notre confort à la lumière, si nous choisissons le bien ou la facilité.
L'autre tentait de l'interrompre mais elle continuait sur sa lancée :
- Tu parles de nos enfants, Peter, et tu as bien raison. Car nous nous battons pour eux. Pour eux et pour tous les petits enfants du Royaume-Uni. Pour que, un jour, ils puissent vivre dans un pays libre et juste où régneraient la paix, l'égalité et la fraternité.
Et elle se réveillait toujours à cet instant, trempée de sueur, sans oser comprendre ce qu'elle commençait à entrevoir. Ses parents lui avaient bien parlé de Harry Potter et du Seigneur des Ténèbres, mais elle ne s'était jamais sentie directement impliquée par cette histoire. Un jour, n'y tenant plus, elle alla consulter sa tante qui lui avoua que ce songe était sans doute un souvenir enfoui au plus profond de sa mémoire. Angelin et Lila-Rose Willow avaient bien trouvé la mort à ce moment, durant une lutte qui avait opposé les partisans des différents camps. Pour finir, elle sortit de la commode de sa chambre un écrin qu'elle ouvrit soigneusement. A l'intérieur reposait une baguette rouge qui déclencha aussitôt une vague réminiscence chez la petite fille.
- La baguette de ton père, miraculeusement intacte. C'est tout ce que l'on a retrouvé d'eux.
Elle s'en saisit avec délicatesse et la présenta à sa nièce.
- Prends-la. Je suis certaine qu'il aurait aimé qu'elle te revienne.
Lorsque ses doigts se refermèrent sur le manche poli par les années, un délicieux fourmillement se répandit dans sa main et une gerbe d'étincelles dorées en jaillit. Le sourire qu'elle adressa à sa tante valait tous les remerciements du monde.

~

- Franck, attends-moi !
Une nouvelle bourrasque de vent la gifla mais elle ne ralentit pas sa course. Devant elle, Oliver marchait toujours.
- Franck !
Cette fois-ci, il s'arrêta et, sans se retourner, répondit d'une voix posée :
- Tu n'as qu'à te dépêcher, Bella.
Alors qu'elle s'apprêtait à arriver à sa hauteur, Samantha s'immobilisa brusquement.
- Je t'ai déjà dit de ne pas m'appeler comme ça.
Sa voix, sourde et menaçante, ne troubla pas son petit frère qui se contenta de hausser les épaules.
- Et toi, tu sais très bien que j'ai horreur de mon deuxième prénom. Franklin, ça fait penser à cette tortue d'un dessin animé moldu, tu sais, qu'on était allé voir une fois chez nos voisins.
Il tourna la tête et, durant un long moment, les deux enfants se défièrent du regard. Ce fut lui qui baissa les yeux le premier. Sa sœur arqua un sourcil et rouvrit la bouche :
- C'est toi qui as caché ma liste de fournitures ?
Il pinça les lèvres.
- Réponds. C'est toi qui l'as cachée ? Tante Marian est dans tous ces états. Ce ne n'est vraiment pas malin de ta part. Pas très gentil non plus. Quand te décideras-tu à grandir enfin ?
La dernière phrase lui avait échappé et elle sut aussitôt qu'elle avait commis une erreur. Le visage de son frère s'enflamma et il recula lentement.
- Tu n'es pas ma mère, Samy. Ni tante Marian, ni Leah, ni personne. Vous n'avez pas à me dicter ma conduite !
Il avait crié. Avant qu'elle n'ait eu le temps de le retenir, il avait tourné les talons. La dernière image qu'elle emporta de lui fut une chevelure ébouriffée qui disparaissait dans le lointain.
Samantha demeura quelques minutes sans bouger, espérant encore qu'Oliver allait revenir vers elle, s'excuser et qu'ils rentreraient tous les deux à la maison. En vain. Depuis qu'elle avait reçu sa lettre d'inscription à Poudlard, le garçon semblait moins proche d'elle, comme s'il lui en voulait de partir, de l'abandonner elle aussi. Pourtant, elle n'avait pas le choix. Les vacances d'été venaient de commencer et leur complicité n'avait toujours pas été rétablie. Sa tante et elle avaient prévu d'aller faire des courses sur le Chemin de Traverse la semaine suivante et elle soupçonnait son petit frère d'avoir dissimulé la liste, frustré de ne pouvoir les accompagner et de devoir rester sous la surveillance de Douglas toute la journée.
Avec un soupir, elle se remit en route, marchant au hasard du chemin. Elle quitta le village sans s'en rendre compte et s'engagea sur un petit sentier qui serpentait dans la lande. Perdue dans ses pensées, elle n'entendit pas immédiatement les hurlements qui résonnaient quelque part sur sa droite. Ce ne fut qu'au bout de plusieurs secondes qu'elle leva la tête. Oliver. Ce fut le premier nom qui lui traversa l'esprit. Sans réfléchir, elle se mit à courir, dérapant dans la boue et sur les rochers humides. Elle ne mit pas longtemps à trouver l'origine de tout ce bruit et ralentit, le souffle court. Un groupe de garçons du village âgés environ d'une douzaine d'années entouraient quelque chose qu'elle ne pouvait pas voir, un quelque chose qu'ils rouaient de coups de bâton. Elle s'avança encore un peu. De là où elle se trouvait, elle avait l'impression qu'il s'agissait d'une sorte de manteau de fourrure mais, aux geignements qui s'en échappaient, elle devina sans peine que c'était un animal.
- Arrêtez !
Les garçons se retournèrent. Certains semblèrent étonnés, d'autres simplement énervés.
- Laissez-le tranquille.
Sa voix reflétait une assurance qu'elle était loin de ressentir. Le groupe dut s'en rendre compte car il laissa échapper un ricanement unanime avant de se détourner, retournant à leur besogne. Samantha serra les poings. A l'instant où le premier garçon s'apprêtait à lever de nouveau son bâton, une volée de cailloux surgis de nulle part les percuta de plein fouet, s'écroulant sur leurs épaules comme une pluie de grêlons. Ils lâchèrent leurs branches, ne sachant comment réagir, et la fillette se rapprocha. La langue de feu qui léchait l'herbe à ses pieds eut raison de leurs dernières résistances et ils s'enfuirent à toutes jambes.
Elle se précipita aussitôt vers l'amas de peau et de poils sanguinolents et se laissa tomber à genoux à ses côtés. Il s'agissait bien d'un animal et, de toute évidence, d'un chien en piteux état, une sorte de croisé berger allemand, labrador et épagneul breton. Comme elle posait sa main sur ses flans, il eut un tressautement et tenta de se dégager, mais elle le rassura d'une voix tendre :
- Chut, doucement. Ne t'inquiète pas, je vais m'occuper de toi.

~

Et elle tint parole. Jour après jour, semaine après semaine, elle le soigna, le câlina, l'éduqua, si bien qu'au bout d'un mois, le jeune chien débordait de vitalité. Il avait appris à lui faire confiance et, sur un conseil de son frère, elle avait décidé de le nommer Rox. Tous deux avaient implicitement fait la paix et, enchantée par son nouveau compagnon à la fois intelligent, joueur et affectueux, la vie paraissait à nouveau lui sourire.
Un jour qu'elle rentrait de promenade avec l'animal en chantonnant, d'excellente humeur, elle aperçut trois hommes qui patientait à la porte de chez sa tante. Elle s'arrêta aussitôt et Rox, ressentant son angoisse, fit de même et se mit à grogner, le pelage hérissé. L'un des trois visiteurs, de toute évidence le plus important car il portait une cape, se retourna, sans doute alerté par les grondements. Son regard croisa celui de Samantha et une vague de haine à l'état pur la balaya.
- C'est bien ici qu'habite Marian-Zoey Wight ?
Elle acquiesça sans un mot ; puis, comme le silence s'éternisait, elle se décida à desserrer les lèvres :
- Je suis sa nièce. Qu'est-ce que vous lui voulez ?
L'autre sourit et elle le détesta encore un peu plus.
- Ce n'est rien qu'un petit contrôle de routine. Pourrais-tu aller la chercher, ma petite ?
Son ton mielleux lui donnait la nausée mais elle s'exécuta. Sur ses talons, Rox poussa un jappement agressif.
- Et tiens ton chien, reprit-il. On ne sait jamais ce qui peut arriver.
Comme Samantha passait devant eux pour rejoindre la porte, l'un des sorciers eut un mouvement dans sa direction. Alors, Rox, sans prévenir, lui sauta à la gorge. Sa propriétaire fit volte-face.
- Rox, non !
Mais l'homme avait été le plus rapide. Il fit un pas de côté, brandit sa baguette et, sur un simple mouvement du poignet, un jet de lumière verte en jaillit. L’aboiement de l'animal s'éteignit aussitôt tandis qu'il basculait en arrière. Tout se brouilla dans l'esprit de Samantha. Elle le rejoignit en courant et s'accroupit près de lui. Ses doigts effleurèrent sa poitrine, sa tête, son ventre. Mais il était déjà froid et elle savait, au plus profond d'elle-même, qu'elle ne pouvait plus rien faire pour lui.
Oubliant complètement les trois sorciers, elle renifla, sans chercher à retenir ses larmes. Ses sanglots se bousculèrent, irrépressibles. Cependant, ce n'étaient pas des pleurs de tristesse, mais de rage.
Ils avaient d'abord tué ses parents, et voilà qu'ils venaient de tuer son chien, son confident - son meilleur ami. Un voile sombre et ensanglanté obscurcit sa vision. Ils devraient payer.

~

Samantha resta toute la journée prostrée sur son lit, roulée en boule sous ses couvertures. Ni les soins de sa tante, ni les paroles de Leah, ni la présence de son frère, tous différents oubliés, ne parvinrent à la sortir de l'état semi-comateux dans lequel elle se trouvait. Pour finir, ce fut le silence de Douglas qui la tira de sa torpeur. Lorsqu'elle remua les lèvres, sa bouche lui parut encore plus sèche que son âme. Sans doute ses larmes avaient-elles puisé toute l'eau de son corps.
- Je voudrais qu'ils meurent. Tous.
Ses yeux fixaient un point situé bien au-dessus de la tête de son cousin mais elle le devina se tourner vers elle, sans un sourire. Le regard de celui-ci ne cillait pas.
- Je sais.

~

Elle trouva Looka quelques jours plus tard. La fillette errait dans le jardin, désœuvrée, s'attendant à chaque coin de mur à apercevoir Rox courir dans sa direction en remuant la queue, bondir sur elle afin de lui faire fête et lui lécher les mains - ce qu'il avait l'habitude de faire quand elle s'absentait longtemps sans lui - lorsqu'un miaulement retentit à ses oreilles. Perplexe, elle s'arrêta, regardant autour d'elle. Le miaulement reprit, plus insistant et, ne pouvant plus douter à un effet de son imagination, elle essaya d'en trouver la source. Il ne lui fallut guère de temps pour dénicher une petite boule de fourrure grise et sale pelotonnée au pied d'un arbre. Elle se baissa en suffoquant, assaillie par les souvenirs. Sauf que ce n'était pas un chien mais un chat, un tout jeune chaton qui n'avait plus que la peau sur les os. Il était si faible qu'il ne protesta même pas quand elle le prit doucement dans ses bras. Un souffle lui échappa :
- Rox...
Puis, se reprenant en secouant la tête :
- Non, Rox ressemblait à un renard alors que toi, tu me fais penser à un tigre. Un tout petit tigre perdu dans la forêt.
Elle embrassa le sommet de son crâne et, pour la première fois depuis la mort de Rox, esquissa un sourire. Minuscule, certes. Mais un sourire tout de même.
- Ne crains rien. Tu es en sécurité maintenant.

~

Samantha serra nerveusement sa valise contre elle et posa la caisse de Looka à ses pieds. La jeune chatte s'ébroua mais elle n'en tint pas compte, toute son attention concentrée sur la scène qui se déroulait sous ses yeux. Les jeunes sorciers qui embrassaient leurs parents, les gestes de la main, les cris, les rires, les hululements des chouettes et des hiboux, la fumée du train qui montait, montait, montait, avant de s'évaporer brusquement... Elle ne savait pas, au juste, ce qu'elle imaginait exactement. Mais elle était loin d'être déçue.
Sa tante lui pressa la paume de ses doigts fins et elle releva la tête. Même si cela faisait à présent bien longtemps qu'elle ne la confondait plus avec sa sœur jumelle, elle se prit à rêver, l'espace d'une seconde, que c'était sa mère qui la contemplait avec tant d'amour et de fierté. Elles avaient le même sourire. Dans sa poche, la baguette magique de son père palpitait.
- Je crois que le train ne va pas plus tarder à partir, Samantha. Tu devrais y aller.
Elle approuva, la gorge nouée. Dans son cœur, l'excitation se disputait à l'anxiété.
- N'aie pas peur, ma chérie. Je suis certaine que tout va très bien se passer.
- Je n'ai pas peur.
C'était la vérité. Elle hésita avant de continuer :
- Mais tu vas me manquer. Vous allez tous me manquer.
Sa tante eut un nouveau sourire.
- Nous t'écrirons souvent.
Samantha hocha la tête, balaya du regard la cage de Looka et sa valise puis en empoigna les anses. Un sifflement retentit.
- Au revoir, alors. A bientôt.
Elle allait tourner les talons mais une pensée lui traversa subitement l'esprit.
- Tante Marian, dis, est-ce que tu veilleras sur Oliver pour moi ?
Le sérieux de sa nièce ne lui échappa pas.
- Je te le promets.
Sur un dernier sourire, Samantha s'engouffra dans le premier wagon venu.

~

- Je peux m'installer ? Tu es toute seule ?
La petite fille se redressa avec un sursaut. Elle ne devait pas l'avoir entendue arriver.
- Bien sûr, vas-y.
Elle souriait mais ses yeux étaient rouges et cernés, comme si elle avait pleuré. Cependant, avec ses cheveux en bataille et les taches de rousseur qui parsemaient son visage, elle lui sembla immédiatement sympathique. En s'installant sur la banquette face à elle, Samantha remarqua qu'elle était déjà vêtue de sa robe de sorcière.
- C'est quoi, ton nom ?
Elle crut voir sa compagne hésiter, mais peut-être n'était-ce qu'une illusion.
- Amanda. Et toi ?
- Samantha.
Un silence s'ensuivit et ce fut finalement Amanda qui le rompit.
- Ton chaton est très mignon. C'est un mâle ou une femelle ?
- Une femelle. Elle s'appelle Looka.
Samantha croisa son regard et lui sourit avant de se concentrer sur le paysage qui défilait à travers la vitre. Elle se remémora Oliver serré contre elle, la lourde valise en équilibre au-dessus de leurs têtes, ses yeux qui piquaient tellement qu'elle ne réussissait pas à les fermer. Ce trajet en train promettait d'être beaucoup plus agréable que le précédent.

~

- Alexander Vurner.
Le garçon ventripotent qui se leva de son banc arborait un large sourire suffisant que Samantha abhorra aussitôt. Il ne fut pas plutôt assis sur le tabouret qu'une voix claire résonna dans la grande salle :
- Serpentard !
Un tonnerre d'applaudissements salua cette décision mais, déjà, un nouveau nom avait été déclamé :
- Emily-Jane Waterbury.
La petite fille avait un air vaguement maladif et tremblait tellement en se coiffant du Choipeau Magique qu'elle dut s'y reprendre à deux fois.
- Poufsouffle !
Soulagée, elle se précipita en direction des acclamations venant de la table de sa nouvelle maison.
- Samantha Isabella Willow.
Amanda se tourna vers elle et lui offrit un sourire encourageant que celle-ci lui rendit. Prenant une profonde inspiration, elle se mit en marche...




QUI EST DERRIÈRE L'ÉCRAN ?






    » SURNOM(S) : Alda ou Eden
    » ÂGE : 15 ans 3/4
    » GARÇON OU FILLE ? : Fille
    » COMMENT AS-TU CONNU POUDNOIR ? : L'Académie de Merwyn, ça vous dit quelque chose ?
    » AVIS / SUGGESTIONS ? : Nop'
    » PARRAINAGE? : Vi siouplé
    » MULTICOMPTE ? : /
    » CODES :


..


Dernière édition par Samantha Isabella Willow le Lun 4 Nov - 20:39, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 20/10/2013
Parchemins postés : 2092



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 13PV
Ruth U. Alexïeva


MessageSujet: Re: Samantha Isabella Willow [Terminé] Sam 2 Nov - 21:21

Bienvenue à toi, hésite pas à passer sur la CB si jamais tu as des questions.

____________________________________


“How do you move on? You move on when you finally understands that there is no turning back.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Re: Samantha Isabella Willow [Terminé] Sam 2 Nov - 22:01

Bienvenue.
Si tu as des questions, les membres du staff te répondront! (Ou pas, si tu ne manges pas de cookies! What a Face)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 23/02/2012
Parchemins postés : 1286



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
John Mulciber


MessageSujet: Re: Samantha Isabella Willow [Terminé] Sam 2 Nov - 22:52

Ils font quelques (rares) exceptions si tu manges du brownie Very Happy
Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Samantha Isabella Willow [Terminé] Sam 2 Nov - 22:53

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 28/08/2012
Parchemins postés : 647



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Jellyka Rose


MessageSujet: Re: Samantha Isabella Willow [Terminé] Sam 2 Nov - 23:13

Hellow :3 Bienvenue à toi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Samantha Isabella Willow [Terminé] Sam 2 Nov - 23:51

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 04/02/1998
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 01/11/2013
Parchemins postés : 79



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Samantha Isabella Willow


MessageSujet: Re: Samantha Isabella Willow [Terminé] Dim 3 Nov - 7:12

Merci :3 J'préfère les cookies au brownie, ça marche ? Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 20/10/2013
Parchemins postés : 2092



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 13PV
Ruth U. Alexïeva


MessageSujet: Re: Samantha Isabella Willow [Terminé] Dim 3 Nov - 9:26

Apporte en et ca devrait pas poser de problèmes :p

____________________________________


“How do you move on? You move on when you finally understands that there is no turning back.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 04/02/1998
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 01/11/2013
Parchemins postés : 79



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Samantha Isabella Willow


MessageSujet: Re: Samantha Isabella Willow [Terminé] Dim 3 Nov - 10:33

Chocolat noir ou au lait ? Et avec ou sans noix ? x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Samantha Isabella Willow [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Samantha Isabella Willow [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Archives générales :: Fiches Elèves
-