POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

[MJ] L'Aube Puriste Partie 2 : La Chute de Dublin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: [MJ] L'Aube Puriste Partie 2 : La Chute de Dublin Sam 21 Déc - 21:57

Le membre 'Lincoln Crow' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sorcier Supérieur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 27/09/2011
Parchemins postés : 163



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA7 - Maître des Sortilèges
Ma résistance magique est de: 20PV
Lord Voldemort


MessageSujet: Re: [MJ] L'Aube Puriste Partie 2 : La Chute de Dublin Lun 23 Déc - 11:54

Le ministre irlandais pouvait-il être audacieux, avait-il la paire de couilles nécessaire à justifier son mépris pour le sang pur qui parcourait pourtant ses veines ? Avait-il assez de force et de conviction que pour toujours combattre, même à l'orée de sa propre vie ?

Ces questions quasiment existentielles parcouraient petit à petit l'esprit sinueux et rotor de Lord Voldemort. Ses paroles, bien que tout à fait indiquées sous forme de rappel à ses chers serviteurs, furent tout de même principalement dirigées vers le ministre qui se décomposait petit à petit. Il n'était pas très très habile baguette à la main, mais, reconnu Jedusor, il avait croisé tout de même bien plus maladroit ce jour. Et quand on savait que les plus forts et les plus précis de l'Irlande ne l'avait même pas touché, onnpouvait assez facilement déduire lepur mépris associé par Tom à la loque face à lui.

C'était très amusant comme position. On eut cru le fait de la providence. Jedusor et ce politique étaient des strictes opposés. L'un était un sang pur, bourbiste, faible et ignorant dans bien des domaines de la magie avec pour seul atout la compassion et l'espoir qu'il savait donner à une foule par ses paroles. Unnhomme courageux et faible qui tâchait de faire en sorte que chacun puisse s'épanouir autour de lui. Et face à lui un sang-mêlé issu d'un haut lignage, savant en magie noire, cultivé dans tous les autres styles de magie, indéniablement puissant, combattant hors paire dominant les autres par la peur et la servitude. Le meilleur de chacun était une exigence et non un objectif.

Un beau tableau était donc dessiner là, face à ces deux hommes, entre eux. Tom ne perdit pas unenmiette du spectacle que lui offrit James et Lincoln. Il savait apprécier les cadeaux simple et les preuve d'allégence et de respect. Il savait voir les choses telles qu'elles était voulues et non telles qu'elles étaient faites. Les deux Mangemorts voulurent lui faire plaisir en torturant cette raclure à chiotte. Quelque part ils y parvinrent même si il aurait sans doute procéder avec un peu moins de fioriture : pour faire souffrir unnhomme, in fine, il n'y a rien de mien qu'un pur doloris. Un maléfice vraiment adminrable et dont le créateur, un homme parfaitement inconnu, nenpouvait, depuis sa tombe, que se félicité de le voir utilisé avec autant de maestria par Jedusor. On eut cru qu'il fut inventé pour lui.

Le Seigneur des Ténèbres fit un pas un avant, et par la même occasion, tous les Mangemort en firent deux ou trois en arrière. Ils virent leur Maître s'approcher de la face de sa prochaine victime, le regardant droit dans les yeux. Le ministré éviscéré quelques minutes plus tôt, semblait bien pâlot, même si dans son regard les flammes de la haine étaient encore bien vives et toujours plus mordantes. Il semblait presque défiant du regard. Courageux ou téméraire, nul ne saurait le dire, mais une chose était certaine, c'est qu'il était loin d'être inconscient. On pouvait même dire qu'il avait le regard vif. Tant mieux, il ne pourrait que profiter davantage des derniers instants de sa vie.

Alors que Jedusor se tâtait entre l'humilier puis le tuer et le torturer puis le tuer, le ministre bougea quelque peu. Tom rit, de son rire parfaitement dénué d'humour, ni moqueur ni méchant, il était juste parfaitement méprisant et glacial. Il cherchait enfin à fuir le bougre ? Mais le Seigneur des Ténèbres, trop sur de lui sans doute, ne se rendit compte qu'à la dernière seconde que ce crétin de rouquin venait de se saisir d'une baguette magique d'un des aurors sur laquelle il était tombé. L'homme formula un bombarda maxima un peu humide et ponctué de gazouillis, mais largement suffisant que pour relacher de la magie.

Jedusor se vaporisa ennune fraction de seconde, ce fut le mangemort derrière lui qui prit le maléfice en plein cage thoracique. Il ne put être protégé par un inferi, les créatures étant en train de bouffer les cadavres des aurors depuis plusieurs minutes. Quand son corp toucha le sol, le masque s'ôta du visage de James, le regard vide. Voldemort n'avait pas attendu cependant, d'un sortilège il brisa le bâton dans les mains du Ministre et d'un autre il le releva sèchement avant de le plaquer contre un mur, le pointant furieusement avec sa baguette . Comment avait-il osé ?

Jedusor parla tout d'abord à l'adresse du groupe des mangemorts :


Eris, occupe toi du blessé !

L'attention de Jedusor se reporta rapidement vers le Ministre :

Tu crois pouvoir résister ? Tu crois pouvoir m'atteindre ? Tu te crois MON EGAL ?

Regarde mon visage. REGARDE MOI !

J'ai brisé ton destin. J'ai conquis ton pays. J'ai tué plus de tes compatriotes que tu n'en a envoyé pour se battre à ta place. J'ai vaincu tes idées, balayé ta médiocrité par le sang des incapables qui furent à ton service et qui seront à présent à jamais au mien dans la vie comme dans la mort. Que te reste-t-il pour prétendre t'opposer à MOI ?

Tu n'es rien d'autre qu'une bouse de dragon au milieu de ma ville qui a mené une politique de farfaday, très jolie auprès du peuple mais dont l'intérêt disparait en quelques heures.

Minable. D'un bout à l'autre de ta misérable vie. Tu n'as servis qu'à faire tomber ton pays. Regarde mon visage, dernier ministre de l'Irlande bourbiste. Tel est ton destin. Et le mien est de te faire disparaitre à jamais de la surface de cette terre. Mais avant de te tuer, je vais t'avouer quelque chose.

Tout ceci n'est qu'un début. Ta résistance fut d'autant plus vaine que ce n'est pas l'Irlande elle-même qui m'intéressait mais bien les Irlandais. J'aurai besoin de beaucoup de main d'oeuvre pour bâtir un monde à mon image. Et grâce à ta faiblesse, tu viens de m'en donner le libre accès dans toute la Grande-Bretagne....

Avada Kedavra !

____________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 09/06/2011
Parchemins postés : 3607



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Eris L. Valverde


MessageSujet: Re: [MJ] L'Aube Puriste Partie 2 : La Chute de Dublin Ven 27 Déc - 10:22

Les choses se déroulèrent à une vitesse tout à fait remarquable. Le Bombarda, l'ordre de Voldemort et la mort du Ministre. Le tout suivi, évidemment, de la chute du Ministère Irlandais. Pour certains, retracer l'ordre exact des actions serait utopique. Pour Valverde, dont le sens de l'observation ne lui faisait aucun défaut, c'était un jeu d'enfant. Il avait eu la sensation de voir le tout arriver à une vitesse beaucoup plus modérée, et était ainsi capable de suivre tout à la fois. La succession d'événements avait bien lieu, mais la façon avec laquelle il la prenait différait. Ainsi vit-il Eccleston, ou plutôt, les poumons d'Eccleston partir dans tous les sens. Il vit aussi le dernier bastion bourbiste du Royaume-Uni tomber. La guerre était donc officiellement terminée. Un nouveau gouvernement allait s'installer là, en Irlande. Voldemort avait pris sa revanche, qu'on fît donc taire les imbéciles qui parlaient des Mangemorts du Seigneur des Ténèbres en des termes qui les mettaient à l'état de bêtes débiles et lâches. Sans parler de ce que l'on disait du Maître, celui qui venait à l'instant même de gagner cette guerre. Elle avait duré beaucoup moins longtemps que celle contre Dumbledore et Potter. Mais elle n'avait pas eu la même forme, la même cadence. Aussi avait-on eu la sensation qu'elle avait été éprouvante et particulièrement longue. Cela n'en était rien du tout, Valverde le savait puisque des guerres, il en avait fait. Bien plus que d'autres, présents autour de lui. Ces soldats, De Saint-Clair, Alexieva. Ils ne commençaient qu'à connaître les horreurs des combats. Leur vie était loin d'être terminée, et pour que le Purisme triomphe, d'autres guerres prendraient forme et sûrement ne leur présence.
Mais cette guerre contre l'Irlande en avait épuisé plus d'un. Valverde le premier, qui bien que puissant, restait un homme de science et de savoir et non un militaire ou un guerrier. Cette essence le définissait et le vieil homme restait cohérent avec lui-même. Il ne cherchait jamais à être quelqu'un d'autres. C'était là le danger, surtout lorsque l'on gravitait dans ces hautes-sphères du pouvoir. L'Inquisiteur de Poudlard n'oubliait donc pas qu'il n'avait été qu'un simple Juge du Magenmagot, entré dans les rangs des Mangemorts pour et seulement pour une volonté de voir l'ignoble sang moldu soumis voire même détruit.

Il ôta son masque, laissant apparaître alors aux autres son visage de glace et de calme. Ses cheveux étaient un peu plus en désordre. Quelques traces de sang et de terre les maculaient de ci de là. Il se mit à genoux, devant ce qui restait d'Eccleston. Sang-mêlé, bien trop jeune pour diriger un Département bien trop important. Le reste regardait le Seigneur des Ténèbres, il ne le remettait pas en question. Le bombarda avait détruit entièrement un poumon et bien amoché le second. Encore quelques minutes, et l'arriviste Eccleston n'était plus qu'un lointain souvenir. Et lui, Eris Leddicus Valverde, considéré comme un quasi prêtre Puriste, haut et noble de son Sang Pur et de ses fonctions de la société Puriste, était à genoux à ses côtés, réunissant le peu de forces runiques qui lui restaient. Car il ne s'agissait plus de deux hommes, l'un en face de l'autre, et des considérations qui les liaient. Qu'elles fussent négatives et conflictuelles ou bien amicales et respectueuses. Il était désormais question de deux Mangemorts de Lord Voldemort, et plus particulièrement de deux soldats du Purisme. Et le vieil homme perdait alors toute considération personnelle quand le Purisme et la Sorcellerie entraient en jeu.
Il parcourra de sa main tout le corps du jeune homme, afin que ce dernier s'endormît et que la douleur fût totalement qu'un mauvais souvenir. Peut-être perdrait-il la vie, au moins cela se ferait dans l'apaisement et sans la sensation de souffrir. Il plaça ensuite ses deux mains sur le torse déchiré du Directeur de la Justice Magique, invoquant les runes de lien. La concentration dans laquelle il se plongea le coupa complètement de ce qu'il se passait autour. Voldemort, Mulciber, Crow, le Ministère Irlandais, tout disparaissait pour ne laisser qu'Eccleston.
Le vieil homme leva rapidement la tête vers Voldemort, comme un automate, et s'exprima d'une voix douce mais toujours emplie de froideur.

« Je l'emmène au camp. »

Ce qu'il venait de faire relevait d'un niveau assez élevé de la maîtrise runique. C'était d'ailleurs la première fois qu'il s'y exécutait depuis qu'il avait acquis le statut et les pouvoirs de druide auprès des confréries druidiques et runiques. Une invocation de lien, qui liait le flux vital du vieil homme à celui d'Eccleston. Valverde n'était pas Medicomage, aussi ne pouvait-il pas recomposer les poumons d'Eccleston. Mais il fallait le maintenir en vie. Et à défaut de sang, Valverde pouvait transmettre son énergie magique et runique. Il ne contrôlait pas la magie du Sang, mais il avait compris que la magie pouvait aussi maintenir un homme en vie durant quelques heures ou durant un long transport. Il l'avait découvert dans ses recherches, notamment en rencontrant dans les livres des cas de sorciers devenus aveugles mais qui continuaient à voir grâce au flux magique des autres. Aussi ne voyaient-ils pas les moldus, qui n'en avaient aucun. Ces recherches, jointes à celles sur les runes et à son expérience lui avaient permis d'élaborer une invocation dite "de lien", qui pourrait lier deux personnes un certain temps. Mais l'énergie de Valverde n'était pas à son paroxysme, à ce moment précis de la bataille, il fallait donc faire vite pour qu'aucun des deux ne se voit en très mauvaise posture.
Le vieil homme prit une des mains d'Eccleston tout en gardant la seconde sur la poitrine de ce dernier et il transplana.

Les deux arrivèrent dans la même position à l'entrée de la tente d'hôpital. De sa main libre, tandis que des Médicomages accouraient vers les deux Mangemorts, Valverde invoqua une nouvelle rune de guérison qui favorisa la respiration d'Eccleston dans le dernier poumon encore présent. Il murmurait des invocations, silencieusement. Et une fois de plus, il éprouvait la nécessaire sensation d'être coupé du monde et des événements. Il ne restait plus que lui et Eccleston et entre-eux deux les runes. Il fallait maintenir le jeune homme en vie, et par dessus tout, éviter que la douleur ne revînt. Celle-ci de retour, Eccleston reprendrait conscience et les choses ne seraient plus faciles pour le vieil homme.

« Il a reçu un Bombarda Maxima en pleine poitrine. Le poumon droit est détruit. J'ignore si nous pourrons le recomposer, auquel cas vous savez ce que vous avez à faire. Il a perdu beaucoup de sang, mais les runes le tiennent à la fois conscient mais dans un sommeil profond. »

Un Médicomage prit le relais très rapidement tandis que Valverde retirait peu à peu ses runes. Des sortilèges les remplaceraient.
On transporta le blessé dans la zone spéciale, réservée au traitement des Mangemorts et des Hauts-placés du régime. Valverde le suivit. On remarqua sa fatigue. Il demanda une tasse de thé alors que les Médicomages étaient en train de rétablir le poumon intact du jeune Mangemort. L'Inquisiteur resta debout, observant de son regard froid le visage d'Eccleston. Ses yeux étaient clos, son visage encore livide. Terrible jeunesse, sauvée in extremis de la cruauté de la guerre. Il était paisible, perdu dans un sommeil qui le berçait dans une chaleur rien qu'à lui. Valverde posa sa tasse bue sur une petite table et quitta la tente d'hôpital.

Lorsqu'il entra dans sa tente personnelle, rien n'avait changé. Neeson faisait les cent pas, attendant le retour de l'Inquisiteur. C'est lui qui faisait le relais avec Poudlard. La preuve, puisque quelques nouveaux rapports et dossiers étaient arrivés sur la table de travail du Mangemort Politicien, installée dans sa tente le temps des batailles.
Valverde s'assit dans un des fauteuil installé près du poel. L'entiereté des meubles présents dans la tente venaient de Gaydon. Il y avait donc confort et chaleur, qui contrastaient avec la froideur du vieux Mangemort.

« C'est terminé. »

Et pendant que Neeson observait le vieil homme garder cette sérénité et cette froideur, les premiers cris de joie s'entendaient dans le camp. L'Irlande était tombée, Valverde était vivant.
Mais tous, autant qu'ils étaient, resteraient à jamais marqués par cette guerre. Et ce, jusque dans ses ultimes secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [MJ] L'Aube Puriste Partie 2 : La Chute de Dublin

Revenir en haut Aller en bas

[MJ] L'Aube Puriste Partie 2 : La Chute de Dublin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-