POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

La légende des fils || Solo || Fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 23/02/2012
Parchemins postés : 1286



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
John Mulciber


MessageSujet: La légende des fils || Solo || Fini Mar 19 Nov - 9:34

John Mulciber ne s'était jamais très bien entendu avec sa mère. Il fallait dire aussi que lui et Alice Yaxley n'avaient pas grand chose en commun, du moins au premier abord. Car sous un tempérament de mièvrerie et de superficialité exquis et débordant d'hypocrisie, Alice était une femme très dure, qui n'épargnait rien ni personne, et ce même à près de quatre-vingt-deux ans. Elle savait ce qu'elle voulait et si on prenait la peine de causer sérieusement avec elle, on s'apercevait très vite qu'elle était très, voire trop lucide sur la vie. La pitié, elle ne connaissait pas. La tristesse, non plus. Malgré la mort de son mari, et Dieu savait si elle l'aimait profondément, elle maintenait le cap, et malgré ses rides et ses cheveux blancs gardait l'air d'une grande dame. John Mulciber marchait avec elle dans le parc du château de Oxburgh Hall. Ils se dirigeaient vers la crypte.

« Tu ne viens pas souvent voir ton père, Johnny. 
- Non. »

John ne savait jamais très bien quoi dire à cette mère qu'il indifférait depuis l'enfance et qui ne l'intéressait pas plus que ça en retour. Il lui en voulait depuis qu'il était enfant. Son père était parfait et inaccessible, et elle, elle n'était pas faite pour être mère, elle ne voulait pas l'être non plus. Pourtant il y avait quelque chose de ressemblant entre eux. Même dureté, même regard. C'est en partie à cause d'elle si je suis moi. Tout est de la faute de nos parents, au fond, jugea John en regardant le ciel d'hiver si pâle et si froid. Nous sommes leurs pantins, au départ, et c'est pour nous affranchir d'eux que nous sommes devenus les adultes d'aujourd'hui. Et tout sera de notre faute pour nos enfants. Qu'on le croie ou non, John Mulciber n'avait pas eu une enfance si facile que ça. Alice sourit avec toute la dignité dont sont capables les vieilles dames intelligentes :

« Tu ne viens pas souvent me voir non plus.

- Et vous ne venez que pour me le reprocher. Je ne t'ai pas manqué, maman, pourtant, durant cinquante ans. »

Alice Yaxley ne sourit pas, cette fois, ou peut-être eut-elle un rictus un peu triste. Elle n'attendait rien de son fils, et John de son coté se fichait de la choquer.

« Tu es si dur, John. Et le pire, c'est que tu crois que c'est de la force. Ce n'est pas de la force. Non... 
- Ca te va bien, de dire ça. Tu n'es pas dure, toi, peut-être ?
- Je t'ai élevé pour être le fils de ton père, comme mon père à moi m'a élevée. Et ça a marché.
- Tu m'as dit qu'on était toujours seul dans la vie alors que j'avais douze ans. »

Le ton du mangemort n'était pas accusateur, et c'est ça qui devait être le pire. Alice détourna les yeux de son fils. Le Ministre de la Magie se souvenait de tout. Ca a du me conditionner, détruire pour de bon le gamin que j'étais. L'enfance de John s'était arrêtée très tôt. Il pensait avoir eut le dernier mot, cette fois, mais ce ne fut pas le cas. Sa mère finit par reprendre :

« Parce que j'avais tort, peut-être ? »


Bonne question. John Mulciber jeta un regard dans le lointain et finit par dire :

« Je ne crois pas, non. »

Alice Yaxley sourit avec satisfaction. John ne disait pas cela pour lui faire plaisir, cependant, mais bien parce qu'il avait fini par le penser. L'amour – ou le désamour – maternel pouvait faire bien des ravages, parfois. Il créait et détruisait les hommes. Dans le cas de John Mulciber, il y avait sans doute un peu des deux options. Ils marchèrent jusqu'à la crypte. Comme toujours, cela frappa John de savoir son père sous terre. Il craignait et détestait le vieil homme mais c'est par Randolph Mulciber qu'il s'était construit. Il ne sourit pas en déposant les fleurs sur le marbre froid. Il aurait du reposer en paix au sommet d'une colline, où le soleil éclairerait cette dalle de marbre si froide chaque matin que Dieu fait. Mais ce n'était pas le cas. La tradition familiale bouffait tout sur son passage. Le souvenir de l'homme bienveillant, du type vers qui on pouvait toujours aller pour demander un conseil, ce souvenir d'un homme pragmatique, intelligent, intellectuel, philosophe, sage, qui s'acharnait à parler doucement et à convaincre ses pairs qu'ils pouvaient s'en tirer et être un peu heureux, l'homme toujours prêt à offrir un verre à tous les mangemorts qu'il croisait, les nouveaux comme les anciens, à s'arrêter, à les inviter à prendre un moment de recul, était mort. Avec ce cadavre ressurgissait le politicien, maniaque, froid, terrible, manipulateur, méprisant, l'homme terrible qui méprisait son fils autant que celui ci le craignait. Au fil des ans la crainte était devenu réciproque, et John en était très fier. Il remarqua, de manière fort tranquille, malgré la gravité de l'endroit :

« Nous finirons tous un jour ici. N'est-ce pas, mère ? »

Alice Yaxley frissonna :

« Ca ne te fait pas peur ?
- Pourquoi serait-ce le cas ? »

La mère du ministre sourit :

« Tu es courageux, Johnny. »

Pour la première fois, le mangemort adressa un sourire sincère à cette dernière :

« Eh ! Le moyen de ne pas l'être ? Je suis votre fils. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La légende des fils || Solo || Fini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-