POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj ) Jeu 13 Fév - 12:36

Le membre 'Light T. Leonheart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sorcier Supérieur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 05/08/2013
Parchemins postés : 202



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Benjamin Mulciber


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj ) Jeu 13 Fév - 12:47

« Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ?
- On se bat et on prie. »

Prier qui et prier pourquoi, Benjamin Mulciber n'en avait aucune idée, il ne savait même pas d'où lui venait ce dialogue, ni qui lui avait posé cette question. Sans doute un reste de bataille passé ou le sentiment d'une bataille à venir, il ne voulait pas se poser la question. Cela faisait bien longtemps qu'il ne croyait plus en Dieu. Si tant est qu'il y aie jamais cru. Les pasteurs deséspéraient de lui, de son cynisme et de son absence de foi, même lorsqu'il était encore dans le camp des puristes. A tel point qu'il avait refusé net un mariage religieux, allant jusqu'à en faire part à John qui n'avait pas apprécié du tout – le chef de famille n'était pas plus protestant que Ben, mais il aimait les choses faites dans les formes. Aujourd'hui rien n'avait changé. Il ne croyait pas à quelqu'un qui viendrait l'aider, du haut des cieux ou de n'importe quel endroit qui soit sur terre. Il était seul, et cela s'arrêtait là. Ils étaient tous seuls, face à des monstres contre qui normalement ils n'auraient pas pu gagner. L'instinct vous commande de fuir et pourtant vous restez. Il n'y a que ça de divin dans ce monde. Le fait que parce que les autres tiennent debout, vous essayez de le faire aussi. Personne n'était courageux seul, on l'était selon Benjamin uniquement en lien avec les autres. Parce que les autres restent, je le fais aussi, et parce que je le fais, ils restent. Le lien humain. Il n'y avait que cela de valable en ce monde et c'était finalement la seule chose dans laquelle il croyait. Le reste n'avait pas d'importance, le reste n'était pas vrai. Il y avait lui, les gens, le combat, pas de Dieu dans tout ça, s'il existait, qu'il se mêle de ses affaires et pas des leurs. De toute façon s'il existe, il nous a lâché depuis longtemps, alors ça revient au même.

Peut-être qu'il délirait, car ses blessures lui faisaient mal. Ca non plus, Benjamin n'en avait strictement aucune idée. Il s'en foutait un peu à vrai dire. Se concentrer sur le combat était la seule chose qu'il pouvait faire, à présent, et essayer de continuer à se battre. Pour l'instant, alors qu'ils ne possédaient pas vraiment l'avantage du nombre, ils ne s'en sortaient pas trop mal. Mis à part moi...enfin, il n'était pas du genre caliméro et ne se plaignait pas trop. Il tenait le choc, de toute façon, la force de l'habitude aidant. Puis bordel, c'est pas une putain de bande de loup garou à la manque qui va m'emmerder longtemps...parfois, la vulgarité familiale et la colère qui allait avec reprenait le dessus chez Ben Mulciber, alors même que Limonkov semblait un peu à part chez les siens. Il ne s'en rendait pas compte, pourtant, mais il était l'un des personnages les plus normaux qui soit parmi tous ceux là.

Et ici ? Ici, tu es mort ou tu es vivant, pas de demi mesure. Le combat faisait toujours rage. Cette fois il n'avait pas été touché, mais Leonheart en avait pris plein la gueule. Il lui jeta un coup d'oeil inquiet, mais apparement elle avait réussi à s'en sortir toute seule, alors qu'Adam finissait un autre de leurs ennemis. C'était un joyeux bordel, tout cela. Hurlev paraissait d'ailleurs d'accord avec lui. Les détraqueurs se rapprochaient, de nouveau. Le russe était plus près d'eux, et par réflexe il lança de nouveau un patronus. Pendant ce temps là, Limonkov faisait de nouveau face aux bêtes, Bêtes avec une majuscule, même. N'empêche, c'est gravement le bordel, leur truc...On ne savait pas trop bien qui dirigeait qui ni qui faisait quoi.

Une minute. Pourquoi foutre des gens sous impero ? Et...pourquoi aller dehors ? Il ne voulait pas affronter tous ses ennemis en même temps. Ne voulait pas non prendre le risque de se planter. Si ce ne sont pas des ennemis, ça pourrait être une bonne chose...mais s'ils sont du coté des mangemorts...Il préféra réduire le risque au lieu de jouer l'imbécile supposant des faits irréels et stupéfixia un des gardes. N'en restait alors plus que trois, dont le chef.

« Aller dehors ? Le propre des gardiens, ce n'est pas de garder ce qu'il y a dans la prison ? » Benjamin parlait avec calme. Il était rare, de toute façon, qu'il s'emporte : «  Ou vous n'êtes pas des gardiens. Répondez ! Les hors la loi que nous sommes veulent savoir ! »


Spoiler:
 


Dernière édition par Benjamin Mulciber le Lun 17 Fév - 10:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj ) Jeu 13 Fév - 12:47

Le membre 'Benjamin Mulciber' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Sorcier Adulte' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'COURS élève doué' :

#2 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 14/10/2012
Parchemins postés : 315



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Alex Carroll


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj ) Mar 18 Fév - 18:11

Était-ce l’endroit, était-ce la situation mais Alex ne comprenait pas bien ce qu’il se passait. D’abord ces hommes à l’allure étranges, le rire de l’autre alors qu’un des leurs crevait et maintenant ces paroles ? Ils étaient à ce point en pénurie de gardiens qu’ils prenaient des prisonniers sous imperium pour garder leurs confrères ? D’où lui venait cette idée, elle ne savait pas trop c’était la première chose qui lui était venu à l’esprit et en même temps à bien y réfléchir c’étaient plutôt ces gars qui avaient un air suspect mais…

Le temps jouait contre eux, pas le temps de réfléchir. En effet le moment de flottement qu’ils avaient laissé flotter fut déjà de trop et les autres en profitèrent pour attaquer ensemble une même personne, Light qui fut durement touchée. Alex n’eut pas même le temps de lui accorder la plus petite pensée car c’est aussi à ce moment là que les détraqueurs profitant de l’absence de patronus passèrent au-dessus d’eux.

Alex eut l’impression d’un seul coup d’être revenu à un de ces jours d’hiver alors qu’elle vivait dans la rue. Le froid s’infiltra jusqu’à lui geler les os. Sauf qu’elle savait qu’ici même se bouger, sauter sur place, souffler sur ses mains, rien ne lui permettrait de retrouver la chaleur sauf leur départ et heureusement ils poursuivirent leur chemin. Avant que les souvenirs n’aient trop le temps de remonter. Pas ceux de quand elle était dans la rue. Ces jours avaient été durs mais n’étaient pas synonymes de mauvais souvenirs. Elle l’avait choisi ce mode de vie et elle l’avait assumé choisissant de rester forte et profiter de la présence de sa fille à ses côtés. Non le passage avait fait remonter d’autres souvenirs, des visages qu’Alex s’empressa de chasser mais mine de rien elle sentait que son moral avait été affecté. Elle n’imaginait même pas ce que cela aurait été s’ils s’étaient encore plus approché au lieu de simplement les survoler. S’ils étaient restés à côté au lieu de fondre aussi sur leurs ennemis…

Attends, ils avaient fondus sur leurs ennemis ? Il y avait vraiment quelque chose qui clochait. Ce petit élément permis à ALex de définitivement raccrocher avec la réalité. Alex n’avait pas bien suivi ce qui s’était passé mais Light semblait s’être soignée ? Non avoir été soignée ? Bref comme à chaque fois elle considéra que ce n’était pas le moment de se préoccuper de cela. Evidemment il fallait qu’ils se tiennent les coudes pour s’en sortir mais cela ne voulait pas dire qu’on allait passer son temps à se faire des courbettes et des politesses. Pour l’instant ça semblait aller pas trop mal alors on se concentrait sur autre chose point barre. Le compagnon de Ben semblait d’avis de se concentrer aussi sur ce qui leur faisait face et lança un patronus. Est-ce que c’était psychologique ? ALex ne le savait pas mais en tout cas elle se sentit tout de suite mieux. La question de savoir qui était leur adversaire était encore assez floue mais Alex ne put s’empêcher quand même d’espérer que le patronus les protégerait eux mais pas leurs adversaires car après tous les détraqueurs étaient de leur côté désormais et ne semblait pas vouloir les épargner et si cela pouvait les aider à avoir l’avantage, elle ne s’en plaindrait pas.

Ben semblait toutefois être parti sur autre chose et après avoir stupéfixié le gars, il entreprit de les interpeller pour comprendre ce qu’il se passait. Bon au moins elle ne se faisait pas des films toute seule en trouvant la situation bizarre. Mais elle ne faisait pas le moins confiance du monde à ceux qui étaient en face et qui disait qu’ils n’étaient pas prêts à leur raconter des craques ? Elle fit un signe de tête à Heinz qui semblait avoir pensé à la même chose qu’elle et dans un bel accord, ils stupéfixièrent le deuxième acolyte et le dernier renfort vivant. Ok pour tenter d’instaurer un dialogue mais pas ok pour baisser la garde. Vraiment pas.


Spoiler:
 


Dernière édition par Alex Carroll le Mer 19 Fév - 20:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj ) Mar 18 Fév - 18:11

Le membre 'Alex Carroll' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Sorcier Adulte' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Sorcier Adulte' :

#2 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj ) Jeu 20 Fév - 0:12

Groupe Light-Ben-Alex :


Que pouvait bien ressentir un prisonnier d'Azkaban ? Aucun des assaillants de ce niveau pouvait le comprendre, le saisir. Vivre dans cet endroit c'était dire adieu à ses rêves, à sa famille, à son bonheur, une vie qui n'en était plus une finalement.
De la peur venait la haine, une haine qui dévorait l'être pour lui faire oublier tout ce qu'il y avait un jour eu de bon en lui. Un retour à la nature bestiale de l'humain, comme une promesse de mort et de désolation.
Voilà ce que ressentait un prisonnier, la folie ambiante le faisait sombrer petit à petit vers un abîme de ténèbres grandissants, une faille de laquelle on ne peut jamais vraiment remonter entièrement.

Qui des assaillants savait ce qui l'attendait dans ces cellules ? Quel était l'état des prisonniers qui croupissaient dans ces cellules ? La démence les avait elle transformé en monstre ? En animaux ? Étaient ils restés aux même ? Une seule façon de le savoir.
Mais pour l'instant, le groupe faisait face à un groupe d'adversaires particulièrement coriaces et tenaces.
Alors que Light pansait ses blessures, le groupe lança une série de stupéfix pour immobiliser leurs adversaires, comprenant qu'il y a avait un soucis, entraînant également la mort de l'un d'eux. Repoussant les détraqueurs avec son patronus, Limonkov s'adressa à la seule personne qui leur faisait face, le plus terrible de leurs adversaires, celui qui allait les pousser dans leur derniers retranchements.

« Aller dehors ? Le propre des gardiens, ce n'est pas de garder ce qu'il y a dans la prison ? Ou vous n'êtes pas des gardiens. Répondez ! Les hors la loi que nous sommes veulent savoir ! »

La seule réponse à laquelle il eut droit dans un premier temps fut un rire rauque de la part du colosse. La façon dont il parlait mettait le grand gaillard dans un humeur rieuse.
Sa réponse ne tarda pas.

Catcheur Hybride : Et c'est comme ça que vous voulez parler ? En stupéfixant mes gars ? Si vous voulez parler, faudra d'abord faire preuve de bonne foi … en attendant …

Le geste fut simple, un mouvement de poignet souple et efficace. Le sort partit sans que personne ne puisse rien faire, ôtant la baguette des mains de Light, la jetant aux pieds de celui qui venait de la désarmer. C'était là le premier geste de la part de leurs adversaires. Avaient ils fait une erreur en les attaquant ?

Catcheur Hybride : Qu'elle se tienne tranquille la petite blonde … autrement je la finis au moindre geste suspect.

Fixant Light avec un air mauvais, il n'avait pas vraiment apprécié qu'elle lui saute dessus plus tôt.
Regardant ensuite Ben avec un air un poil moins menaçant … si on pouvait partir du principe qu'un monstre comme lui pouvait ne pas paraître menaçant … il demanda alors, gardant sa baguette avec lui.

Catcheur Hybride : A vous de vous expliquer. Vous êtes qui ? Et qu'est ce que vous foutez là ?

Il n'avait pas l'avantage du nombre mais celui de la qualité, et avec Light désarmée, le groupe avait il une autre option que parlementer ? D'autant plus que leur adversaire paraissait ouvert à une discussion, non sans une certaine méfiance. Il allait falloir faire preuve de discernement et apporter des preuves pour le convaincre, sans quoi il n'allait peut être pas accepter de poursuivre cette discussion.
Ou peut être était ce un piège ? Qui savait ? Il n'y avait qu'un moyen de le savoir.


Hrp:
 


Dernière édition par Mercurius H. Yakovsky le Jeu 20 Fév - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj ) Jeu 20 Fév - 0:12

Le membre 'Mercurius H. Yakovsky' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sorcier Supérieur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 05/08/2013
Parchemins postés : 202



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Benjamin Mulciber


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj ) Ven 21 Fév - 12:37

La vie des hors-la-loi se limitait en apparence à fuir et à envisager des lendemains meilleurs, avec si possible de la lutte entre les deux pour essayer d'obtenir dans les faits lesdits lendemains. Les améliorations et les victoires étaient rares et la victoire en Irlande ne pouvait que confirmer cela. Sauf si on considérait que le fait qu'ils survivaient, qu'ils étaient toujours là, comme une victoire. Qe le régime le veuille ou pas, ils avaient créé une opposition. Non pas en droit, mais en fait. Interdits malgré tout, la résistance avait forcé la porte du dialogue. Un dialogue armé, certes, et complexe, mais ils réussissaient à l'entrenir, malgré tout. Il existe, et c'est déjà un progrès. Vous avez voulu nous empêcher de parler. Vous avez interdit la résistance. Vous nous avez tué. Mais nous sommes toujours là et nous parlons toujours. Vivre. Quel drôle de mot à la fin que vivre. C'était à n'y rien comprendre, franchement. Cela laissait perplexe Benjamin Mulciber mais pourtant il savait que c'était son cas. Vivre, continuer à vivre, c'est peut-être décider que le réel ne l'est pas tout à fait, c'est peut-être choisir une autre réalité lorsque celle que nous avons connue devient un poids insupportable ? Quelle différence y avait-il entre lui et les irlandais qui venaient dans la Vague et choississaient de se battre ? Rien. Ils fuyaient un monde qui n'existaient plus et ils cherchaient à le reconstruire. Abandonné de Dieu comme tout le monde, Benjamin essayait de ne pas trop y penser et il continuait. Des cendres. De son ancien monde, il ne restait plus rien. S'il était mort, sans doute que son univers l'aurait suivi, de manière propre et digne. Mais non. Moi, j'ai choisi de vivre et ma punition, c'est ma vie. C'est comme cela que je vois les choses. Ma punition, ce sont toutes les souffrances qui viennent. C'est "Chien Brodeck". C'est le silence des gens lorsque je dis mon nom, que parfois j'interprète comme le plus grand des reproches. Ce sont les cauchemars toutes les nuits. La peur et la paranoia. Le froid terrible.

Le froid qui semblait le gagner ici, à Azkaban, perpétuellement. Ben Mulciber détestait le froid, parce que le froid c'était la mort, à Moscou. En Russie. Il s'était souvent demandé comment il faisait pour tenir, comment il avait fait pour marcher avec Natasha, si longtemps, comme il faisait encore pour tenir le coup, maintenant, avec les détraqueurs et ces bêtes, et des ennemis, en étant totalement suicidaire. Benjamin Mulciber aimait forcer le sort, sans doute parce qu'il était naturellement provocateur. Adepte de l'humour noir, il se foutait de tout, et de tout le monde, à commencer par lui même. Il était mort, et il continuait. Sa vie était finie, ce qu'il avait aimé, il l'avait perdu. Alors il continuerait. Comment j'ai pu marcher autant, combattre encore et toujours, je ne saurais dire. Peut-être tout simplement parce que, sans le savoir, j'étais déjà mort. Oui, peut-être parce que j'étais mort, comme les autres, comme tous les autres, dans le camp, mais que je ne le savais pas, que je ne voulais pas le savoir, et comme je le refusais, j'étais parvenu à tromper la vigilance de ceux qui gardent les Enfers, les vrais, et qu'à force de voir arriver en ces temps trop de monde à leurs portes, ils m'avaient laissé m'en retourner, se disant qu'après tout, je finirais bien par revenir un jour ou l'autre prendre ma place dans la grande cohorte. Oui, peut être que sa vie se résumait à ça, mais il ne pouvait rien faire d'autre. Il ne savait rien faire d'autre. Combattre, tuer et mourir. Les compétences des Mulciber étaient limitées et Benjamin Mulciber était un Mulciber.

Pas spécialement heureux, pas spécialement fou. Lucide sur son monde, si affreux, et si prompt à le détruire. Cynique et ne croyant plus en rien. Il ne croyait plus à la possibilité de faire revenir le monde à la raison. La guerre...Peut-être les peuples ont-ils besoin de ces cauchemars. Ils saccagent ce qu'ils ont mis des siècles à construire. On détruit ce qu'hier on louait. On autorise ce que l'on interdisait. On favorise ce que jadis on condamnait. La guerre c'est une grande main qui balaie le monde. C'est le lieu où triomphe le médiocre, le criminel reçoit l'auréole du saint, on se prosterne devant lui, on l'acclame on l'adule. Faut-il donc que la vie paraisse aux hommes d'une si lugubre monotonie pour qu'ils désirent ainsi le massacre et la ruine ? Je les ai vus bondir au bord du gouffre, cheminer sur son arête et regarder avec fascination l'horreur du vide dans lequel s'agitaient les plus viles passions. Voilà où en était le monde selon Benjamin Mulciber. Une majorité de fous qui étaient devenus encore plus déments, qu'il faudrait éliminer. Eliminer pour protéger ceux qui résistaient encore, qui étaient moins dingues, qui vivaient encore. Et moi ? Moi, je suis paumé, suicidaire, fini.
Ce n'était pas les détraqueurs qui faisaient ça à Ben – enfin ils n'aidaient pas, mais ce n'était pas ça, non, c'était autre chose. Il était comme ça naturellement. Rien de plus et rien de moins. La bataille faisait rage, et lui restait impassible. Tout semblait glisser sur lui avec tant d'aisance que c'en était agaçant. Il souriait peu, et riait encore moins. L'adrénaline du combat ne semblait pas avoir d'effet sur lui. Pourtant, et il l'ignorait, il était un type bien. Enfin il essayait, un peu malgré lui.

La fatigue le gagnait un peu, malgré tout. Ses blessures lui faisaient mal malgré les soins et il savait qu'il ne tiendrait pas forcément très longtemps. Alors il fut content de voir que la plupart des ennemis étaient stupéfixiés. Restait leur principal ennemi, le chef. Lui semblait bien décidé à encore résister. Ben se méfiait toujours. Par principe. Même si l'autre riait. Il le regarda froidement, sans rien dire. La tension monta d'un cran lorsqu'il désarma Leonheart. Mulciber ne paraissait pas spécialement affecté cependant. Il garda les deux mains bien en évidence, et jeta un œil aux détraqueurs :

« Tout le monde se calme. On fait juste un patronus. C'est ton problème si tu veux pas, mais moi j'ai pas une passion pour les détraqueurs. » Il s'adressait au chef. Apparement, oui. Il fit un signe à Hurlev : « Le patronus. Allez. »

Le général russe lança à nouveau le sort. Benjamin continuait à parler, calmement. Il s'appuya d'une main contre le mur. Hurlev s'approcha, mais il lui fit signe de reculer. Il maugréa aussi :

« Tu dis qu'on stupéfixe tes gars, mais je pourrais te retourner la question, vu ce que j'ai pris. Et t'as commencé par dire que t'allais nous buter. Enfin peu importe. » Il leva les yeux vers l'autre. «  Tu fais preuve de bonne foi et tu me laisses me soigner ? Après tout tu profites aussi du patronus. »

Marché honnête, il ne faisait que rappeler ce que l'autre avait lui même dit. Il lança un sort de guérison, et finit par réellement se sentir mieux après. Il tiendrait mieux comme ça. Plus stable sur ses jambes, il arrivait à mieux réfléchir. Que dire et que ne pas dire ? Evoquer le nom de Mulciber jeterait la confusion, dans la mesure ou pour la plupart des résistants, il était simplement Limonkov.

« Je suis Limonkov. J'ai bossé avec Radeskine et Zamerov. » Miroslav Radeskine était le président bourbiste de la Russie depuis 2001. Quant à Igor Zamerov, plus ou moins l'allié du précedent, c'était notoirement le chef des loup-garous rebelles de l'est, ceux qui résistaient au pouvoir puriste. Un barge, mais beaucoup d'amis de Ben l'étaient. «  On est là pour la Vague, histoire de faire tomber Azkaban...enfin d'essayer. Jugson est là aussi, en bas. »

Il laissa Hurlev se présenter à son tour :

«Général Serguei Hurlev, de l'armée magique russe, je représente le président Radeskine au sein de la résistance anglaise. »

Ben reprit la parole une fois que tout le monde se fut présenté. Ne restait que le chef. Baguette toujours en main, il n'avait pas cessé d'être sur ses gardes. Il demanda à son tour :

« Et vous, vous êtes qui ? Et c'est le bordel, ici ? »

Si c'était un type du genre Greyback, il le buterait. Rien à foutre. Il aurait fallu un miracle pour que ce soit un allié, et Ben ne croyait pas assez en Dieu pour y penser. Aussi il se méfiait, les emmerdes et le mal étaient toujours proches. Chez les hors la loi, le Diable était un voisin que beaucoup pensaient avoir aperçu un jour ou l'autre.

Spoiler:
 


Dernière édition par Benjamin Mulciber le Ven 21 Fév - 18:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj ) Ven 21 Fév - 12:37

Le membre 'Benjamin Mulciber' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Sorcier Adulte' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'COURS élève connaiss' :

#2 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 09/06/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 14/10/2012
Parchemins postés : 315



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Alex Carroll


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj ) Lun 24 Fév - 15:23

Alex ne savait plus trop si elle devait juger la situation comme s’arrangeant ou partant définitivement en couille. Certes ils semblaient contre toute attente ouverts au dialogue mais pas sans désarmer Light avant. Bon ok ils avaient stupéfixié les autres aussi, ok c’était de bonne guerre mais… Mais Alex n’était pas dans une situation où elle était prête à la jouer de bonne guerre, non elle était plutôt dans l’état d’esprit tous les coups sont permis -en tout cas au moins pour eux… Heureusement qu’il y avait des têtes moins brûlées dans le groupe car si Alex n’était jamais contre régler les choses à l’amiable, elle avait un peu trop tendance à rentrer dans le tas pour que les gens se sentent vraiment en confiance avec elle. Là aussi elle ne pouvait pas vraiment critiquer étant très méfiante aussi mais elle était trop souvent contrainte d’être compréhensive le reste du temps pour chercher à l’être quand l’occasion lui était donné de ne pas l’être.

Pourquoi elle se méfiait ? Quelle question, pour elle c’était évident. Si eux cherchaient aussi à s’échapper n’auraient-ils pas dû comprendre plus vite que leur groupe n’était pas des gardes ? Les détraqueurs, leur absence d’uniformes voire même ses vêtements moldus à elle, le fait qu’ils attaquent les renforts… non ? Y’a rien qui vous dérange dans cette histoire ? Ok eux aussi en était venu à trouver la situation de leurs adversaires étranges mais eux ils avaient arrêté le combat pour en discuter…

Mais ce qui était fait était fait et il fallait admettre qu’un répis n’était pas de refus. Ben se présenta, Hurlev prit la suite après avoir lancé un patronus et s’être soigne -bien joué. Bon à priori il fallait suivre le mouvement. Heinz fut le premier à enchaîner avec un simple :


“Heinz”

Il avait prononcé son prénom presque de manière interrogative, il semblait de plus en plus à la ramasse, rien de plus comme si lui-même ne savait plus où il en était et pouvait-on lui en vouloir ? Si vraiment c’était la première fois qu’il participait à une action de la Vague, le baptême devait être brutal.

Alex enchaîna à son tour :


“Alex Carroll, résistante comme les autres ou femme au foyer, ça dépend des points de vue. Et comme j’aimerais éviter de laisser une orpheline ce soir, je vais aller soigner la miss.”

Le jour où elle arriverait à ne pas tomber dans l'ironie dans de telles situations serait un jour exceptionnel. Car c'était de l'ironie et non pas une quelconque recherche d'apitoiement qu'elle avait sorti. Elle détestait la pitié. Et sans attendre un assentiment ou quoi que ce soit, elle fit signe à Heinz vers Light. De tous ils avaient le moins trinqué, il aurait été assez peu utile de se soigner eux-mêmes or pour sortir d’ici ils auraient besoin de tout le monde et Alex était bien placé pour savoir que Light était une force non-négligeable pour avoir déjà subi ses foudres.

Mais Heinz ne réagit pas, il semblait de plus en plus perdu. Alex ouvrit la bouche pour lui dire un truc mais se ravisa, elle n’avait pas l’énergie en elle pour prendre sur elle et dire les mots qu’il avait envie d’entendre. Elle s’éloigna de lui, le seul point positif depuis le début de ce bordel c’était que son empathie lui avait foutu la paix, elle voulait en profiter encore un peu même si celle-ci se dirigeait vers un allié. Elle ne fit pas dans les grands discours en soignant Light. Elle le faisait parce que c’était ce qu’il y avait à faire point. Elle ne voulait pas chercher à savoir si elle l’aurait fait aussi si la situation ne l’avait pas exigé comme maintenant, pas chercher à établir quoi que ce soit. Pas qu’elle se fermât totalement à la femme en raison de ce qui s’était passé précédemment, juste qu’elle jugeait que ce n’était ni le moment, ni la situation pour que cela ait réellement un sens.


Spoiler:
 


Dernière édition par Alex Carroll le Mer 26 Fév - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj )

Revenir en haut Aller en bas

Toujours sur la brèche : L'Enfer d'Azkaban ( Mj )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-