POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

A la santé des amoureux ! [Pv' Light]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light] Dim 9 Mar - 23:08

Le membre 'Light T. Leonheart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Sorcier Dangereux' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light] Sam 29 Mar - 18:53

« CASSOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOS !

_ Tu vas te faire choper ...»

Alors qu'il prenait la fuite, il vit Kim à coté de lui qui venait de lui parler alors qu'elle prenait elle aussi la fuite. Pas perturbé par cette vision, le lion prit ses jambes à son cou, parlant à son hallucination comme si elle était vraiment réelle alors que Blondie avait carrément fait péter un arbre pour bloquer le passage aux moldus, quel coup de poignet !

« Elle a utilisé la magie contre des moldus, vous allez être dans la merde ...

_ Mais naaan rooh ! On va pas se faire choper.

_ T'es bien trop confiant H ...»

Sans faire gaffe à cette réplique qui le coupait dans son élan d'optimisme alcoolisé, il commença de tracer pour se barrer le plus loin possible, oubliant que transplaner était bien plus rapide et efficace.
Traçant le plus loin possible des moldus, H fut rattrapé par l'alcoolique au truc en plume qui le chopa par le poignet avant de lui indiquer une autre que direction que l'habituel tout droit.

« Par là !!! »

Bon bah si elle connaissait le chemin, y'avait pas de soucis alors. Ouais mais pour aller où ? Ça il ne le savait pas trop et il ne se posait pas spécialement la question, il était tellement fait qu'il ne pouvait même plus se rappeler la dernière chose qu'il avait bu, c'était dire.
Si ça à l'air d'une impasse, si ça l'impasse, si ça ressemble à une impasse et que Blondie te dit que c'est le chemin, alors cherche pas garçon c'est le chemin. Après tout rien ne sert de courir dans la mine il faut partir au bar, sauf qu'ils en sortaient à l'instant, ça n'aidait pas à savoir où ils allaient, en tout cas ils y allaient, c'était déjà mieux que de se faire lyncher par des moldus.

« « Oh, tu me fais passer, morpion, et j't'aide à monter ! Faudra que tu me files les bouteilles une fois en haut » »

Elle venait de le tirer de sa rêverie. Bizarrement elle était montée sur une benne à ordure et elle voulait escalader le bordel pour passer par dessus ? Ça aurait pas été plus intelligent de faire péter le bordel ? Bah nan … nan pourquoi se faire chier à passer tranquillement quand on pouvait jouer les acrobates … nan pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué n'est ce pas ?
Haussant un sourcil, il s'approcha de la benne, récupéra les bouteilles qu'il posa de l'autre coté avant de soulever du mieux qu'il pouvait la blondasse.
Poussant du mieux qu'il pouvait, il la laissa s'agripper en haut avant de lui foutre deux mains au cul pour pousser pour l'aider à mieux passer. Quand elle eut une bonne prise et qu'elle put essayer de s'en sortir, il contempla la vision qui s'offrait à lui avant d'annoncer naturellement :

« Sympa ton boule Blondie !»

Puis sans écouter, il lui passa les deux bouteilles avant de la laisser basculer de l'autre coté. Enfilant son blouson, il se prépara à passer l'obstacle.

« Tu d'vrais pas la suivre, je la sens pas cette fille là.»

H se retourna et s'adressa à nouveau à son ex.

« Roh c'est bon elle est cool !»

L'autre leva les yeux au ciel.

« Ouais bien sûr une soiffarde fugitive qui attaque les moldus … et puis quoi encore séropo ? Je te préviens, si tu chopes une saloperie tu me touches même plus ! Mais bon t'fais comme tu veux, c'est ta vie.»

H eut un sourire benêt avant d'escalader la palissade, roulant au sommet pour se réceptionner maladroitement de l'autre coté où Blondie semblait stationner. Il récupéra sa bouteille avant de la suivre sans trop comprendre où ils allaient.
C'était bizarre de se balader sans trop savoir où il allait, espérant reconnaître un petit truc qui lui serait familier. Dommage pour lui, il n'avait jamais mis les pieds dans ces coins moldus, en d'autres termes, il était totalement dépendant d'une irresponsable complètement saoule légèrement dangereuse et pas forcément douée, sympathique comme situation. Quoi qu'à mieux y regarder, il était pas spécialement en meilleur état et son profil ne correspondait pas vraiment à celui de la 'personne de confiance'. Non c'était vrai, c'était pas comme s'il était anxiogène, nan !
Un sac à emmerdes, voilà ce qu'ils étaient les poches ! Des rebuts qui s'amusaient et commençaient à foutre la merde un peu partout où ils passaient.

Après un moment de réflexion, l'idée lumineuse arriva et le Gryffondor demanda de sa voix de poivrot charmé par le bôaaaaa :

« Hey Blondie, c'est où qu'on va ?»

Non pas que c'était existentiel pour lui de le savoir, c'était presque pour meublé, sachant que l'autre devait faire un intense effort de concentration pour retrouver son chemin.
Une gonzesse alcoolisée, il y avait pas pire pour se perdre … les grognasses et leur sens de l'orientation tiens ! Quand il s'agissait d'aller vers le bas ça y'avait pas de soucis mais après … pouah, ça sentait l'échec tout ça. Et dire qu'il y en avait d'assez con pour foutre une voix de nana dans les appareils moldus qui servaient à se repérer, c'était tendre le bâton pour se faire frapper. C'était comme demander à un flamby de redresser quelque chose, quand on est d'jà pas capable de se redresser soi même, redresser une courbe c'était mission impossible. Nan fallait que pépère Valverde s'occupe de ça, il était tout rigide et tout dur lui, c'était l'homme de la situation ! Oui mademoiselle parfaitement, le froid ça conserve et ça rend dur ! Mais bon dieu c'est bien connu, faut il dont tout vous apprendre ? Elle a jamais été scolarisée celle la ou quoi ? Ah oui oui oui farpaitement !

Commençait à faire soif aussi … Blondie c'est quand qu'on arrive ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/03/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 27/01/2011
Parchemins postés : 1151



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Light T. Leonheart


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light] Sam 29 Mar - 23:15

« Wohooow ! Tu fais quoi, là ! »

Le geste plus que déplacé fut la goutte d'eau qui lui permit d'escalader la rangée de planches, un exploit quand on savait à quel point elle était maladroite pour ce genre de choses ! La jeune femme lui lança un regard courroucé suspendue l'espace d'un instant comme il semblait parler tout seul, puis elle lui récupéra les deux précieuses prises avant de lui prendre la main.

« Sympa ton boule Blondie !»

« Je sais ! »

Elle avait jamais vraiment compris l'intérêt des hommes pour ses fesses. Enfin, à vouloir tenter certaines expériences qui n'étaient pas à son goût, certains avaient eu des problèmes...
Du reste, elle le laissa se débrouiller et attendit bien sagement avec les "bébés", ses yeux vagabondant d'une rue à l'autre dans l'espoir de trouver la "bonne" direction.
Dans un premier temps, elle rendit la bouteille sans vraiment se préoccuper de lui, restant "concentrée" autant que possible sur la dure tâche qu'était la recherche de l'itinéraire du motel, puis, lorsqu'elle hocha finalement la tête après un moment, se retourna et sans rien ajouter lui asséna une claque monumentale qui retentit brièvement dans la nuit. Se fichant complètement de la réaction qu'il pourrait avoir, elle lui balança sèchement avant de se détourner :


« Pelote-moi encore une fois comme ça et tu t'en souviendras ! »

Si ça pouvait lui donner envie de la frapper ou autre ? Elle n'en avait rien à foutre de ses petits états d'âme ! Il suffisait d'un sort pour que l'affaire soit classée alors franchement... Et puis, il ne l'avait pas volée, celle-là ! Non mais ! Bon, dans d'autres circonstances il était clair qu'elle appréciait les mains baladeuses, mais seulement lorsqu'elle donnait son accord, ce qui n'était cette fois pas le cas, même amochée comme elle l'était !

« Bon, c'est par là »

Elle faillit rajouter "normalement" mais préféra se taire. Imbibés comme ils l'étaient ils n'avait vraiment pas besoin de se prendre la tête, surtout avec les moldus au cul. Evidemment, la blonde aurait pu le planter là et se barrer avec sa bouteille pour finalement se finir toute seule mais l'idée ne lui avait pas non plus effleurée l'esprit. Il était marrant, ce morveux, quand il gardait ses mains où il fallait. Pis il était vraiment pas top non plus pour le moment. Sans compter qu'il faisait pas des masses chauds au motel alors...si on pouvait se rapprocher un peu histoire de pas choper un sale coup de froid... Oui, c'était plus par intérêt que pour autre chose qu'elle le guidait.
Il n'avait vraiment pas le choix de lui faire confiance, le pauvre. Mais heureusement pour lui, Light savait retrouver l'endroit de la "maison" quand la situation l'exigeait, un truc paranormal, un sixième sens de dernier recours, quoi ! Un truc qu'elle avait pas du tout en temps normal. Comme quoi l'alcool faisait des merveilles.
Jetant un coup d'oeil de chaque côté, elle lui fit signe de la suivre et se dirigea dans une rue faiblement éclairée qui faisait un coude devant eux. Un petit vent froid lui rappela aussitôt que sa veste restait bien sagement nouée à sa taille, ce qui la fit s'arrêter pour enfiler rapidement le dit vêtement. Posant à nouveau son regard sur H qui faisait une tête bizarre, elle lui adressa d'un hochement de tête :


« Le prends pas comme ça, j'aime pas que les mecs foutent leurs mains n'importe où quand ça leur chante. Et puis t'es trop jeune ! »

Faisant à nouveau balancer la bouteille au rythme de ses pas, elle se plaça à côté du Gryffondor et lui demanda, toujours en guettant le bout de la rue qui s'offrait à eux :

« T'es en quelle année, au fait ? »

Oui, comme quoi l'alcool, bien qu'il la rendait plus niaise que d'habitude, avait également des effets sociabilisant sur la jeune femme.
Pour le moment, les moldus devaient avoir pris la mauvais direction, souffler un peu ne leur ferait pas de mal, surtout avec ce qu'ils avaient ingurgité...

Et puis ils n'étaient plus très loin.

Normalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light] Dim 30 Mar - 0:39

L'alcool l'avait vraiment embrumé, à tel point qu'il se sentait à la fois lourd et léger. Lourd parce qu'il était bien moins habile que d'habitude et léger parce qu'il avait l'impression de flotter en mode I believe I can fly. L'autre aussi semblait légère, elle flottait furtivement à travers les ombres dansantes de la ville moldue.
Oh si les pauvres péons endormis connaissaient le potentiel de destruction de ces deux là. Rien que séparément ils pouvaient se révéler être des plaies, mais ensemble ça y était, on pouvait faire cramer Londres, les souffrances n'en seraient qu'abrégées pour les pauvres innocents. De toute façon, y'avait bien qu'eux pour trinquer. Bah oui, un coupable ça ferme sa gueule quand ça trinque, mais un innocent ça gueule, voilà pourquoi il était plus intéressant d'emmerder un innocent, ne serait ce que pour avoir la confirmation que ça marche bien. Une méthode rodée je vous dis, testée et approuvée, des années de chiantise pour mettre au point un protocole qui puisse faire chier à peu près n'importe qui, n'importe où et n'importe quand.
Sauf que ce protocole H l'avait de base dans sa configuration. Le code du mode chiant avait légèrement tendance à arriver tout seul, comme ça, comme un cheveu sur la soupe et bim, le degré de connerie augmentait de manière exponentielle jusqu'à devenir 'over nine thousand'.
Ne restait qu'à attendre que ça passe …

Avec l'alcool, le retour à la normal signifiait repasser en dessous du taux d'alcoolémie raisonnable pour H, soit un peu moins d'un gramme, mais pas au dessus, sinon il était comme actuellement, prêt à faire chier à vu et à accomplir les plus grosses conneries possibles et inimaginables. Coup de bol que les deux n'aient pas croisé de statut, sinon la pauvre œuvre d'art aurait probablement été le centre d'un bad trip particulièrement mauvais et décalé. Qu'il faisait triste d'être une statue dans une rue peuplée d'alcoolique !

Le Gryffondor regarda Blondie remettre sa veste. Ah elle avait froid ? Fallait se serrer ! Était ce l'alcool qui se dissipait déjà ? Sacré foie la miss si c'était le cas, on en connaissait qui n'avait pas cette faculté d'élimination, au grand dam des toilettes qui s'étaient remplies d'autre chose que d'une substance habituelle. Oh il ne faisait pas bon être des chiottes d'alcoolique non plus ; mais dans quel monde vivait on, je vous le demande.

« Le prends pas comme ça, j'aime pas que les mecs foutent leurs mains n'importe où quand ça leur chante. Et puis t'es trop jeune ! »

T'es trop jeune ? Elle allait se calmer la quinqua là ! Et puis c'était quoi elle ? Une milf ? Oui on y croit, elle devait pas être vieille non plus la miss alors pour critiquer, elle était mal placée tiens.
D'ailleurs, y'avait pas d'âge pour se cuiter sévèrement pendant le réveillon de Noël, et oui, c'était pas réservé aux blondies éleveuses de  bôaaaaa, nan mais.

« T'es en quelle année, au fait ?

_ Tu fais chier sérieux.»

Se grattant l'arrière du crâne, comme si répondre à cette question demandait une réflexion intense, le Gryffondor mit un moment avant d'avoir la réponse, c'était tendu comme question, surtout sans joker.

« Euh … sixième j'crois … ouais ça doit être un truc comme ça … dans le genre … ouais ...»

Autrement dit il était en sixième année plus ou moins deux tiers. Ça c'était de la précision dans la réponse, une incertitude relative et absolue à en faire pâlir un scientifique. Oui messieurs les matheux, quelle était la probabilité qu'il réponde correctement à cette question ? Pas énorme hein, bah elle était belle la loi de probabilité. Les statistiques tout ça fallait oublier lorsqu'on impliquait le facteur alcool qui multipliait la part d'aléatoire et de hasard.

« Mais en fait tu vois, j'me fais trooooooooop chier en cours.»

Acte social quand tu nous tiens, des fois il valait mieux fermer sa gueule que de poser une question anodine pour tailler la bavette.

« Nan mais attends mais le programme mais c'est d'la meeeeeeeeeeeeerde ! L'aut'coup en métamorphose, bah le gars il a voulu qu'on transforme une souris en tabatière tu vois. En TA-BA-TIERE ! Mais ça sert à quoi de fourrer une souris au tabac, j'te d'mande tiens !»

Misère et désespoir à l'image des deux tristes sires qui arpentaient de manière linéaire la rue … du moins autant que faire se peut.

« Et y nous ont foutu deux chinois en prof' l'année dernière ! Deux CHI-NOIS ! Mais pas que des chinois de chine, y'en a un il avait pas les yeux dans le sens que l'autre. Fin c'est gentil un chinois, c'est juste que ça parle chinois pas anglais. Hein, Poudlard c'est pas en chinois qu'on doit le dire ! Très bon gâteau de riz, très bon ! »

Il avait essayé de mimer le regard 'chinois' et 'pas chinois' avec plus ou moins de succès, plutôt moins que plus mais le principe y était.

« Nan mais t'façon c'est des manches les gars hein … y nous ont foutu un aveugle comme prof de potions. Bah t'sais que la connasse elle a eu droit à la boule puante ! Bien fait pour sa gueule tiens. Pis genre ça les dérange que tu pionces au fond de la salle, comme si t'étais en train de faire chier, mais porte-nawak ! Même en magie noire j'me fais chier !»

Buvant au goulot, le lion poursuivit son explication.

« T'façon les autres c'est des mauvais. Des mauvais ! Pas foutu de lancer correctement un ostéoclaste ! Pis pépé Maxou il était bien sympa, mais v'la c'est des mauvais quoi, alors on est obligé d'attendre les glandus pour trois fois rien de rien de rien … ah d'ton temps ça d'vait pas être pareil Blondie !»

Ah ça, c'était fort possible vu la ribambelle de cas sociaux à Poudlard actuellement, elle devait avoir connu une autre époque. D'ailleurs H ne savait pas trop quel âge lui donner, mais en tout cas elle se disait plus vieil alors … si ça se trouve elle avait connu papy Brom jeune ? Peut être même pépère Valverde ! Ouais, c'était une sorcière métamorphe-jesaispasquoi et du coup elle avait l'air jeune alors qu'en fait c'était une vieille Monique de cent vingt piges. Ah bah elle était bien conservée la Monique, attention.

Alors qu'il allait continuer son monologue, il fut interrompu.

« Nan mais ta gueule, tu parles trop. Tu vas finir par tout lui balancer pochard !

_ C'est pas important t'inquiète !»

L'avantage d'être complètement fait, c'est que tu vois pas que tu passes pour un con, surtout quand tu parles tout seul.
Il allait où déjà ? Ah, s'en souvient pas … dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/03/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 27/01/2011
Parchemins postés : 1151



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Light T. Leonheart


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light] Dim 30 Mar - 17:12

"Misère, mais pourquoi j'ai dû poser cette question, pourquoi ?" devait bien traduire la pensée qui allait au geste de Light une fois H parti dans son looong monologue. Passant la main sur son front pour cacher un instant l'air blasé et dépité que lui inspiraient les plaintes du pauvre petit, elle poussa un profond soupire avant de relever la tête vers le ciel. Oh men, pourquoi tant de haine ? Voilà qu'il allait raconter sa vie, sauf que sa vie elle n'en avait strictement rien à carrer ! Bouuuh !

« Chut... »

L'autre ne sembla même pas y prêter attention et pour preuve il continuait de parler tout seul, tout seul dans le sens où y'avaient pas vraiment d'oreilles attentives pour recueillir toutes les infos. Les deux gugusses continuèrent d'avancer dans la nuit au rythme plus ou moins fluide de la Complainte de Yakovsky, Light ouvrant plus ou moins la route avec quelques difficultés. Et avec l'autre qui ne cessait de parler ce n'était pas quelque chose d'évident...
Elle lui intima plusieurs fois de fermer sa gueule mais aucun effet, échec critique, peut-être qu'elle s'y prenait vraiment de manière trop subtile. Si on avait cru ça d'elle...
L'histoire de la tabatière, quant à elle, eu pour effet de remanier désagréablement le contenu de son estomac : qui disait tabatière faisait forcément penser au ferrabouret, cette création satanique qui pouvait vous enlever en deux minutes tant il allait vite... Là-dessus, la blonde s'arrêta pour récupérer un peu de contenance. L'idée d'un voyage à cent à l'heure était une très mauvaise idée, déjà parce que les transports terrestres avaient quelque chose d'ignoble, de deux parce que la seule chose ingurgitée jusqu'alors était liquide...et question éponge il lui faudrait un moment pour absorber le tout sans risquer de...bah avec de telles images c'était quand même compliqué de se sentir fraîche !


« Mais chuuuut ! »

Mais ma pauvre fille, tu parles dans le vide ! Aaaah....ces jeunes ! Aucune éducation ! Quand la vieille te dit de te taire, tu la fermes, ok ? Faut écouter la dame et dire "oui, maîtresse !" puis s'exécuter ! Quelle manque de finesse, vraiment ! Elle était belle la nouvelle génération !

« T'es casse-couille pour un Bouffondor. Et piplette par-dessus le marcher ! »

Oh, tais-toi, mec, tais-toi ! Arrête de blablater, je t'en prie ! Tu vois pas que j'essaye de retrouver le chemin, là ? Non mais taggle, quoi !
Elle s'arrêta nette, reprenant le fil de la "conversation" au moment où il s'adressa à... La jeune femme tourna la tête, vérifiant qu'ils n'étaient bien que tous les deux dans la rue -et c'était le cas-, et fronça les sourcils.


« Mais tu parles à qui, là ? »

T'es complètement pété, ptit gars ! Tu dis de la merde, vraiment ! Ou alors t'es franchement pas bien, y'a un fil qui déconne, non ? Oh j'en suis sûre, l'électricien a mal fait son boulot ! Attends voir si j'peux bidouiller...

« T'es...bizarre. Déjà tout à l'heure tu parlais tout seul ! Tout seul pas dans le sens j't'écoute pas -même si là oui je t'écoutais pas-, mais dans le sens...bah dans le sens tout seul, quoi ! A personne ! »

La sorcière s'approcha de lui pour l'examiner et le dévisagea avec une mine pas tibulaire tu vois mais presque; non en fait elle le mirait plus avec la gueule d'une fille plus bourrée qu'autre chose. L'inspecteur Leonheart était définitivement perdue pour ce soir et il en était de même pour tout ce qu'elle pourrait bien vouloir entreprendre de sérieux.

« Bon, c'pas grave, à la limite...j'm'en tape, ramène ton cul, morbac, et ferme-la un peu tu veux ? C’est clair que d’mon temps, les Bouffondors étaient pas si tête à claques ! Garde un peu de salive pour plus tard, on sait jamais »

Sur cette belle parole, la blonde lui adressa un petit clin d'oeil avant de repartir plus devant. Si tu te faisais des idées, gamins ? Ce serait drôle !
Finalement, ils débouchèrent sur une petite place -et celle-là lui était pas inconnue, tellement pas inconnue que la sorcière faillit pousser un "hourra" de soulagement-, une place au coeur des commerces qui était depuis bien des heures devenue silencieuse.
Mais ils ne devaient pas être les seuls péons à traîner dans le coin, la preuve, l'un d'eux remontait en sens inverse, tête baissée et l'air pas très serein non plus. Les poivrots se reconnaissant à leur démarche singulière, Light ne put s'empêcher de pouffer et se rattrapa de justesse à son compère de fortune. Si l'autre avait l'air complètement fait, ils n'étaient pas vraiment mieux, loin de là, les bouteilles en prime !
Non non mais ça allait bien se passer, ils y étaient presque...presqueeeeeeeeeeee !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light] Sam 12 Avr - 0:56

Mais butez le ! Voilà ce que devait se dire Blondie. Ah la Blondie, elle envoyait du pâté aussi, surtout si elle viendrait à vomir, un bon vieux pâté, et pas forcément campagnard. D'ailleurs, la blonde, c'était du lard ou du cochon ? Elle avait que la peau sur les os et de l'alcool dans ses veines, voilà tout ce que H pouvait dire de la dompteuse de bôaaaaa. Si ça se trouvait, elle en avait un élevage et voulait dominer le monde avec. C'était pas con d'ailleurs, qui se méfiait d'un bôaaaaa ? Vous l'enrouliez paisiblement autour de votre cou et bam, il vous broyait les cervicales en mode ni vu ni connu. C'était fourbe un bôaaaaa quand même, on ne s'en méfiait pas assez. Et si ça se trouvait, elle avait autour de son cou le roi des bôaaaaas qui la manipulait … c'était ça, il avait relié son venin royal à son cerveau et il contrôlait son esprit. Oh putain, il fallait se méfier alors … oui, elle était fourbe ! Avec son air vicieux, son teint huileux, ses grandes dents et ses yeux méchants, on aurait dit le clan Kennedy au complet.
Et pis il faisait soif, parler ça nécessitait de s'abreuver aussi, alors la vodka c'était comme du p'tit laid, et oui m'sieur dames, ça c'était du foie de compet', pas un pet de jeu pas un pet de fatigue, frais comme gardon. Bon ok ou pas, et demain ça sentait le gros mal de crâne, mais c'était noël merde !

Là, on pouvait pas dire qu'il l'écoutait vraiment. En fait c'était peut être pour ça qu'ils s'entendaient bien, parce qu'ils se parlaient sans se parler. Enfin si ils parlaient, mais ils s'écoutaient pas vraiment, ou alors vraiment le strict minimum, histoire de rester raccords et dans le thème, si thème il y avait.
Pour l'instant ça se limitait à la connerie en général. Vaste sujet que la connerie, oh oui, H aurait pu disserté là dessus en PI, ça c'était indéniable, il s'y connaissait le garçon et pas qu'un peu, c'était toujours plus constructif que 'la place des mangemorts dans l'ordre de mes boulessurtonneztauraslairdundindon.
Et puis la reine des bôaaaaas lança une phrase salace, du genre méga sâââââle, du genre ' AAAAAAAAAAH JE ME SENS SÂÂÂÂÂLE !'.

« Bon, c'pas grave, à la limite...j'm'en tape, ramène ton cul, morbac, et ferme-la un peu tu veux ? C’est clair que d’mon temps, les Bouffondors étaient pas si tête à claques ! Garde un peu de salive pour plus tard, on sait jamais »

On sait jamais ? Mais gars, y'a une ouverture là, oui oui, z'ai cru voir une ouverture, et la bonne ce coup ci … comme s'il pouvait y avoir une mauvaise ouverture à trois grammes, nan mais je vous jure la jeunesse. Et puis après tout, il fallait bien que jeunes fesses se massent ! Oui, un truc comme ça, ça y ressemblait de près ou de loin … la nuit dans le brouillard … comme Alain.
Et puis la salive de bôaaaaa c'était peut être du venin, mais ça avait quel goût le venin de bôaaaaa ? En tout cas, ça pouvait pas être plus infecte que le jus de citrouille de Poudlard, ah ça non ! Même les scrouts en voulaient pas, c'était dire l'état de putréfaction avancé de la citrouille s'étant faite sensuellement compressée pour donner son jus. C'était peut être sââââââle ça aussi … à méditer. En tout cas, à partir d'un certain degré d'alcoolémie, tout devenait plus salace, plus phallique, retour à la nature première de l'homme, que du cul, de A à Z, il avait raison le père Freud, il avait raison.

Alors que la blonde manquait de se casser la gueule une énième fois, comme si elle marchait sur des talons depuis le début de la soirée, d'où sa démarche mal assurée, elle fit tanguer le bateau. Ola capitaine, ça tangue ça tangue ! Hissez la grande voile, à bâbord toute ! Moussaillon va chercher le whisky, ça crève la soif sur le pont et plus vite que ça !
Le capitaine parvint à redresser le navire, ça pour tenir la barre il savait faire, et y'avait plutôt intérêt que la blonde aussi, m'voyez ? Comment ça c'était phallique ? Meuh non mademoiselle, meuh non, en tout bien tout honneur voyons.
Alors que les divagations alcooliques les poussaient à partir dans un trip aussi personnel que hors sujet, ils arrivèrent sur une place. Mais c'était pas n'importe quelle place, ça non, elle était ronde. C'était bien connu, tout ce qui était rond c'était bien, tout ce qui était carré c'était le mal, voilà tout. En plus, il y avait toujours des conneries à faire sur une place comme ça, surtout quand on était un sorcier complètement saoul et irresponsable de nature, owiwiwi.

Il ne fallut pas attendre longtemps avant que H se ne se précipite au centre de la petite place où se dressait 'fièrement', si tant était qu'une statue puisse se dresser fièrement, une statue au centre d'une petite fontaine guillerette.
Le lion arriva au pied de la chose. Alors, par quelle connerie pouvait il bien commencer ? Oh c'était pas compliqué. Après une 'réflexion' d'à peine deux secondes, il se jeta en avant, sautant par dessus la flotte pour s'accrocher à la statue. Il ne savait pas trop ce qu'elle honorait, mais la pauvre allait subir l'humiliation la plus foireuse de toute sa carrière de sa statue. Grimpant sur le sommet de cette dernière, le Gryffondor balança son bassin à coté du visage de la statue, immitant le lancé de lasso de sa main droite, la gauche se balançant en avant comme pour distribuer des baffes invisibles … ou autre chose …
Très sérieux dans sa connerie, il ne s'arrêta qu'après trente secondes de connerie affligeante avant de gueuler :

« Hey Blondie ! Allez viens ! On est bien !»

Elle le rejoignit dans sa connerie qui se prolongea de manière … bah débile.
Quand il en eut marre de faire le con sur ce morceau de caillasse, si tant était qu'elle était bien en pierre, le lion se redressa et avança au bord, mimant un suicide, il se jeta dans l'eau en dessous en gueulant :

« GERONIMOOOOOOOOOOOOOO ! »

Et puis un gros plouf s'en suivit. Évidemment, le plongeon avait plus des allures de fail qu'autre chose, il n'y avait guère de flotte dans la fontaine et s'il n'avait pas été aussi alcoolisé, il aurait probablement gueulé qu'il s'était niqué la jambe, mais avec ses terminaisons nerveuses à chier et son grammage, son plumage ne pouvait guère perdre plus de sa superbe.
Il 'nagea' jusqu'au bord, barbotant comme un couillon en foutant de l'eau partout autour de lui, avant de sortir de la fontaine complètement trempé. Là, il se secoua les puces comme un clébard, projetant de l'eau un peu partout alors que sa tête tournait dans tous les sens.
C'était le bain de 'minuit' improvisé. Le bain des canailles !
Après quoi, il se tourna vers la blonde en lui demandant :

« Bon c'est où qu'on va ? »

Il écouta à peine la réponse avant de lancer un cri du cœur :

« J'AI FAIM !!!!»

Oui c'était sa manière à lui de s'exprimer. En plus il avait vraiment la dalle, nan vraiment il fallait aller attaquer une épicerie moldue là, c'était pas jouable, il allait mourir de faim … quoi que, on disait qu'un veau qui tétait bien n'avait plus faim … fin l'alcool ne faisait pas tout, et puis après un bon bain, un petit gueuleton c'était sympa. Restait à voir si la blonde avait envie d'aller faire chier des moldus. Enfin, il fallait avouer que l'idée était alléchante …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/03/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 27/01/2011
Parchemins postés : 1151



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Light T. Leonheart


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light] Mar 1 Juil - 22:47

Rien de pire que les pavés pour vous foutre un pochard par terre ! Avec ces petits joints vicieux, leurs contours fourbes et pas toujours réguliers, sans compter leur inclinaison personnelle, traverser la place se transformait en une véritable épopée à la Man VS Wild, une aventure à travers les sables mouvants avec d'immondes prédateurs se tenant à l'affût, prêt à croquer le moindre bout de chair qui aurait le malheur de dépasser ! Tant de grandes phrases pour décrire la piètre avancée de la blonde sur le chemin de la source divine, en somme. Ah, elle était belle la nouvelle génération. "Ces jeunes, tous des dépravés qui ne feront rien de leur vie !!!" avec la voix chevrotante, bien sûr.
Mais que nous reste-t-il si ce n'est cela, au fond ? J'ai rien qui vaille la peine de sauter de joie, j'suis même pas quelqu'un. Alors ouais, je commence vraiment à avoir du mal à marcher droit, d'ailleurs j'ai encore mal au coeur, comme tout à l'heure; enfin, je sais pas si j'ai vraiment "mal" au sens propre du terme...j'ai juste l'impression qu'il y a un petit malin qui le secoue un peu dans tous les sens, pour le fun. Je sens presque plus le froid, c'est déjà ça, et mon bras commence à s'engourdir un peu...c'est agréable mais j'ai peut-être un peu abusé.
Enfin, ce n'est pas grave, on ne peut pas vraiment dire qu'il risque d'y avoir des conséquences regrettables. Qu'est-ce qui pourrait être regrettable au niveau d'une pauvre fille comme moi ? L'avantage d'être une pauvre fille, justement, c'est de plus attendre grand chose de la vie ni des autres, et donc par conséquent de pas avoir grand chose à perdre.

Bon, j'avoue, je me rends bien compte que je suis pas vraiment au meilleur de ma forme, j'en aurais ptet honte...quoi que...je crois avoir dépassé ce stade depuis longtemps. Hé bien allons-y, j'sais pas pourquoi j'le fais mais j'y vais, je m'approche de la fontaine tant bien que mal en essayant vainement de protéger un maximum "ma" bouteille du tumulte de ma trottinade. Trottinade, vous connaissez pas ? Moi non plus, mais vous savez ce que j'veux dire.
'Fin bref, faut vraiment que je me concentre pour pas me vautrer, ou du moins pour éviter de m'étaler bien nettement sur le pavé. C'est complètement inutile et débile, je veux bien vous le concéder, mais tant pis, j'y cours quand même sans chercher à comprendre. Ca y est, plus que quelques mètres et je suis dans l'eau. En me penchant légèrement, je repère des trucs qui brillent parfois sous la flotte, comme de minuscules poissons luisant de reflets discrets. En fait, je me rends compte que ce sont des pièces en immergeant la moitié du plus sous doué de mes bras. Je relève à peine le nez que déjà mon compagnon de fortune se trémousse bizarrement. Enfin même moi je trouve ça déplacé, pas que ça m'inquiète, mais ça me dérange un peu. Pauvre statue, j'aurais presque de la peine pour elle...en fait j'ai même une petite envie de verser une larme. Nan je déconne ! C'est qu'un tas de pierre -ou un autre truc, je suis pas experte-, y'a pas à éprouver le moindre sentiment envers un tas de cailloux ! Déjà que j'en n'ai pas pour la plupart des gens...
Bon, je me hisse sur le rebord. Sauter en face ? Je pense pas que ce soit possible, j'ai déjà du mal à garder mon équilibre alors réaliser une réception sur de la pierre glissante...je vois la gamelle d'ici. Et puis...j'ai pas vraiment envie de me mouiller.
Là-dessus, je crois que mon corps a voulu me jouer un vilain tour : je regarde H, tente d'éviter l'éclaboussure qu'il projette en s'étalant lui-même dans l'eau, et voilà que je glisse moi-même dans cette étendue glacée par la nuit. La bouteille échappe au drame de justesse, de telle sorte qu'on aurait pu croire qu'elle flottait seule dans les airs, mais c'est bien mon bras valide qui tente de la maintenir au sec.
La sensation me donne un coup de jus, je me relève d'un bond en manquant de m'étaler à nouveau sur la bordure, trempée jusqu'aux os en laissant derrière moi une traînée humide. Je recrache le peu d'eau ingurgitée, la gorge en feu, et je maudis H en agitant ma bouteille d'une façon menaçante. Je grelotte déjà, ptet que lui aussi, j'en n'ai rien à foutre. Il pense déjà à bouffer alors que je continue d'émettre des claquements de dents réflexes.

J'en ai marre de ces conneries. Le coup de flotte m'a éclaircie les idées même si je me sens encore moins "fraîche" qu'avant. Je veux rentrer. Et oui, peut-être manger aussi. Je balance mes cheveux en arrière d'un coup d'épaule et reprends la route avec l'énergumène. Je commence à me demander pourquoi je me le coltine et accessoirement si je ferais pas mieux de le planter là pour me glisser sous mes couvertures. Au final, on est presque à destination et je n'ai toujours pas trouvé ma réponse, le morbac aux basques. Bon bah finalement va falloir que je me le tape encore un peu mais ce n’est sans doute pas si mal : plus j’y réfléchis et moins j’ai envie de me retrouver à nouveau toute seule, comme à peu près toutes les heures de chaque jour qui passe… Je me vois mal refermer la porte derrière moi et faire une danse de la joie en entonnant un « j’suis toute seule j’suis toute seule hinhinnnn c’est le pied ! ». Rien que l’image me donne limite envie de soupirer, un truc que je fais vraiment bien. Je dois être un peu fun quand même si on cherche en profondeur mais bien profond, quoi. Vraiment vraiment profondément.
Enfin, tout ça pour dire qu’un peu de nouveauté ne serait pas de refus.


« C’est là » fis-je remarquer en désignant le vieux bâtiment qui apparaissait peu à peu devant nous. « Pas reluisant, hein »

Carrément pas, en fait. Rien que l’extérieur suffisait à laisser entrevoir la misère de la chose. Enfin quand on a un lit, un toit et des chiottes on est content en tant que HLL.
J’ouvre la route et grimpe les vieux escaliers la première. Sur le coup, je me rappelle que mes provisions sont bien maigres et il est hors de question de les partager avec qui que ce soit. Non, je ne peux vraiment pas me le permettre.


« Tu vois la porte là-bas ? » Je désigne une embrasure miteuse un peu plus loin. Nous sommes encore dehors et le vent qui balaye l’accès commun aux piaules me fait frissonner.

« J’ai vu le mec passer un peu plus tôt dans la journée. Autant dire qu’il avait l’air d’avoir assez de bouffe pour tenir un siège »

De toute façon je comptais moi-même profiter de son pactole alors si H pouvait m’éviter le déplacement je gagnais au change. Je me retourne vers lui après avoir déverrouillée « notre » porte et lui lance un regard malicieux.

« Alors ? Ton choix ? »

Perso, j'ai bien envie de béqueter gratis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light] Sam 2 Aoû - 1:01

« C’est là »

L'eldorado de la débauche, à quelques mètres de là où les pochards se trouvaient. Un vieux motel tout pourri, de quoi chopper la peste et la lèpre à chaque respiration, c'était le meilleur moyen de vérifier si ses vaccins étaient à jour, car ces coins là n'étaient pas réputés pour leur propreté. Qu'est ce qu'une greluche un peu maniérée pouvait foutre dans un endroit comme ça ? Deux solutions, c'était une prostipute et elle taffait là, elle en avait un peu le look d'ailleurs, ou alors elle était pas très nette et avait des choses à se reprocher. Lui non plus n'était pas tout beau propre, il avait de quoi loger là lui aussi, qui pouvait deviner qu'il avait déjà un paquet de meurtres au compteur ? Pas elle, Blondie était trop imbibée pour le deviner, et personne ne s'attendait à ce qu'un gamin avec une coupe disco puisse en avoir autant dans le falzar.

« Pas reluisant, hein »

Il haussa un sourcil d'un air qui se voulait le plus sérieux possible. Il ne tarda pas à lâcher son commentaire, inclinant la tête, comme si ça allait l'aider à examiner la bête.

« Ça ressemble à Poudlard … en moins grand et moins sérieux … y'a pire. »

Y'avait mieux, mais rien à foutre, c'était ce qu'il y avait. Et puis quand on est fin rond, on s'en fout un peu de l'endroit où on est, tant que les rats ne commencent pas à vous bouffer, l'endroit paraissait pas si moche. Même Azkaban devait avoir du charme quand on était ivre mort, suffisait de faire preuve d'un peu d'imagination.
Grimpant les escaliers bancales, bah oui quel était le con qui les avait pas fait droits, ils arrivèrent à la porte de la chambre de la blonde. Et cette dernière eut un temps de latence, tentant une énigme de sphinx père Fourras.

« Tu vois la porte là-bas ? »

Euh …

« J’ai vu le mec passer un peu plus tôt dans la journée. Autant dire qu’il avait l’air d’avoir assez de bouffe pour tenir un siège »

Hinhin, développez.

« Alors ? Ton choix ? »

La réponse ne se fit pas attendre.

« Bouge pas je reviens.»

D'un pas décidé, la faim au ventre, le foie criant à la boisson, le lion arriva jusqu'à la porte et tambourina à celle ci. Lâchant un 'room service' totalement décalé, on lui ouvrit la porte un peu par dépit, surtout en plein milieu de la nuit. Découvrant le fameux type bedonnant, il poussa la porte et entra de force sous le regard médusé du propriétaire qui ne comprit pas trop le pourquoi du comment.
H regarda autour de lui, se redirigea vers la porte la poussa avant de demander où se trouvait la bouffe. Suivant le regard de l'autre, il mémorisa l'endroit avant de lui dire :

« Merci de votre coopération … »

Un bruit sourd se fit entendre.


*********************************************


Il toqua à la porte de Blondie, les bras chargés de boîte de pizza, de paquets de chips et autres cochonneries, avec à ses pieds un pack de bière et quelques bouteilles dont une rose un peu étrange. Il ne le savait pas encore, mais il avait choppé là les réserves d'un planqué. En revanche, qu'est ce que le sirop contre la toux faisait là, c'était toute la beauté de la chose.
La porte du fond était fermée. Et le gars ? Oh il n'allait plus faire chier, tout du moins plus maintenant. C'était propre et net au moins, ça avait pris quelques minutes, mais au moins c'était réglé jusqu'à ce qu'on le trouve et qu'on vienne nettoyer tout ça. D'ailleurs en y réfléchissant, même saoul, il gardait une certaine maîtrise de l'art que Crow lui avait enseigné, c'était net et sans bavures. Pas une trace sur lui, rien qui n'était indélébile en tout cas, les draps servaient aussi à ça, virer les taches sur les pompes.

Attendant que Blondie lui ouvre, il se dit que la soirée allait se poursuivre dans une ambiance un peu bizarre, Kim semblait avoir disparu comme ça, tant pis, elle raterait quelque chose, au moins il y avait à manger et à boire, gratis en plus. Après tout, c'était généreux un cadavre.
Bon, on se le fait ce gueuleton nocturne ? Sors les verres Blondie, j'ai grand soif !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/03/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 27/01/2011
Parchemins postés : 1151



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Light T. Leonheart


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light] Mar 5 Aoû - 22:42

« Très aimable à vous ! » Fis-je en m'inclinant rapidement alors que H partait déjà dans la direction que je lui avais indiquée.

Je me retournai alors vers la porte, fouillai les poches de ma veste pour dénicher la clé, et là je me rendis compte que j'étais frigorifiée avec une veste complètement imbibée sur le dos. J'enlevai donc ledit vêtement et l'agitai pour...en fait la manoeuvre se révéla totalement inefficace pour la débarrasser de l'eau mais pour ce qui était du contenu de mes poches voilà qu'il se retrouva par terre dans un bruyant cliquetis. Et j'entrevis ma connerie seulement lorsque tout fut bien en vrac, évidemment. Avec un soupir et une insulte à mon intention, je me baissai pour tout ramasser en prenant soin de ne pas oublier cette foutue clé.
Je me relevai avec un reniflement dédaigneux et me tournai vers la porte d'un pas titubant. Ouvrir la porte. Ca paraissait pas compliqué sur le moment mais avec ce que j'avais dans le nez ce fut un désastre sans nom. J'avais bien le truc en main, la serrure en face...restait plus qu'à l'introduire et...


« Bordel ! »

J'atteignais pas cette fichue serrure ! Un coup trop à gauche, l'autre trop à droite ou pas à la bonne hauteur ! C'était du foutage de gueule !
J'essayai encore une bonne dizaine de fois en ponctuant chaque échec d'un juron bien placé et puis je tapai du pied devant cet affront.


« Oh pis ça me fait chier !! »

De rage, je fourrai cette putain de clé à la noix dans ma veste et pointai ma baguette sur la porte. Si la manière Moldue marchait pas, ce serait à la manière Sorcière de régler le problème.
...Mais c'était quoi le sort, déjà ? Un truc de première année...un truc que les gens soucieux des portes utilisaient pour pas abîmer... y'avait un "o", ça j'en étais sûre à 99%. Ah mais pourquoi j'me servais jamais de ce sort, bon dieu ?!


« ÔooOôooooh ! » J'agitai vaguement ma baguette. Sans aucune réussite, bien sûr.

Juron. Ça commençait comme un truc de Moldu...quand ils utilisaient des machins pour...heu des choses qu'ils mettaient contre l'oreille, là... Le machin, là... Ah oui !

« Allooooooô ! »

Toujours rien. Je commençais vraiment à perdre patience. Sort de première année, merde. Quand même !

« Allô ! Allôoooooooooooo ! Alo----aaaaaah ? Oh put--- !!! »

Fuck ça commençait vraiment à me faire chier, la manière Moldue, la manière Gentil Sorcier, j'en avais marre ! J'allais pas rester devant une putain de porte !!!
J'effectuai un rapide mouvement de poignet et la porte s'ouvrit violemment, si bien que je dû quasiment la retenir pour ne pas qu'elle sorte totalement de ses gonds.
Je fus obligée de remettre le haut de la porte plus ou moins correctement puisqu'elle n'avait pas tenu à cet endroit et la repoussai avec la plus grande précaution, m'attendant au pire. Je terminai de refermer la porte avec un soupir de soulagement et me dirigeai vers la table dans le coin de la pièce.
Je foutus mes maigres rations derrière mon sac, sous la table, jetai un coup d'oeil et hochai la tête puis me laissai tomber sur le lit comme une loque, les yeux fixés au plafond. J'sais pas pourquoi, mais j'me sentais pas très bien...



On frappa à la porte après ce qui sembla être une éternité, pourtant H revenait rapidement de sa mission. Je me relevai avec un soupir, rejoignis la porte en chancelant et ouvrit celle-ci en gardant constamment les yeux fixés sur les gonds supérieurs. H dut me trouver bien étrange avec mes sourcils froncés alors que j'attendais que le battant se casse la gueule. Mais il n'en fit rien et je pus à nouveau accorder mon restant d'attention à mon compère.

« Ah, cool ! »

Je pris la petite bouteille rose et fis aussitôt demi-tour en oubliant d'aider mon compère chargé comme une bourrique. Je comparai la couleur à celle de mon boa et hochai vigoureusement la tête en approchant un des deux verres tordus que j'avais plus ou moins matérialisés.

« Je suis sûre qu'on t'apprend pas ça en potions !! » Lui adressai-je tout en récupérant une bouteille non alcoolisée qui m'accompagnait sur les routes depuis un moment.

Je lui lançai à nouveau un regard et haussai les épaules : après tout, ce n'était qu'un môme...et il ne devait pas être le genre à souffrir de maux incurables et difficilement supportables. Il n'aurait aucun intérêt à faire usage de ceci, contrairement à moi.


« Du sirop pour la toux » Lui expliquai-je. « Un truc moldu. Fais comme chez toi, morpion. Heu les chiottes sont au fond au fait mais j'aimerais autant que tu les gardes propres, si tu peux. Tu dois être capable de savoir viser, à ton âge. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light] Ven 8 Aoû - 1:14

Si Blondie était étrange ? Mais quelle personne complètement saoule ne l'était pas ? Nan mais allô, t'es saoul et t'es normal, allô quoi. Bah oui, ça serait à quoi de se bourrer la gueule si c'était pour rester dans un état normal … la déchéance mes amis, la débauche, cette sensation de flotter, un peu comme le flocfloc que faisait l'estomac quand on le remuait dans cet état précis. Cette légèreté, ne plus avoir de limites autres que celle de sa propre connerie, et croyez moi elle était trèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèès loin !
Non, cette ivresse c'était plus qu'un état, une bénédiction, un peu comme si dès la première bouteille, la personne lambda se transformait en ivrogne-garou, les poils et les griffes en moins … quoi que … c'était l'état transitoire entre le mode super-sayen et le cadavre ambulant, à mi-chemin entre le overpower supercheaté du chevalier de la mort qui tue et celui d'un escargot lépreux paraplégique et atrophié du bocal, m'voyez ? On était habité par autre chose, parfois ça suintait un liquide chaud étrange et collait, parfois c'était l'esprit du fils de Rambo et Terminator croisé avec la réincarnation de mister Enigma. Ou Fantomas, si on approchait de la couleur bleue caractéristique du vomi technique contenu trop longtemps. Vous voyez la tête ? Oh mais si je suis sûr, cette tête de crapaud où la personne se crispait pour retenir son vomi, les rides pointant et les joues se gonflant avant d'accueillir la mixture infâme, la relâchant d'un style bouaaaaarg, assimilé ici, pour le bien de cette thèse, à un coaaaaarg. Un état batracien signe de faiblesse et d'un sérieux manque de radinerie, car tout bien obtenu se devait d'être gardé, surtout s'il avait été payé, juiverie oblige, et chauvinisme si on consommait local. Le made in London ne devait point finir dans les égouts, quel insulte que de vomir la nourriture et l'alcool local, la gastronomie anglaise, ça se respecte.

Pour l'instant, H échappait au blast pyroloool infâme et dégueux dans cette tête, du moins pour le moment, car le lendemain ça serait Bagdad et Verdun en même temps.
La bouffe allait faire du bien et éponger le trop plein, du moins ça allait au minimum diluer l'alcool et remplir son estomac d'autre chose qu'un liquide à fort degré.
Déposant de manière délicate, en gros en laissant tout tomber sur la table et un peu à coté, il se débarrassa de ce fait des provisions et choppa une boîte en carton contenant une pizza qu'il attaqua, lâchant le carton à coté de Blondie pour qu'elle se serve aussi.
C'était sympa ce petit gueuleton et ce petit apéro, on faisait parfois de chouette rencontre le soir, bien éméché, en général ça restait de bon souvenir, pour peu qu'on s'en souvienne évidemment.

L'autre sembla ne pas s'attarder et avait un peu trop de sang dans l'alcool, si bien qu'elle attaquait déjà les mélanges infâmes, elle semblait s'y connaître, tant mieux, une blonde pouvait en cacher une autre, c'était le moment qu'elle sorte sa science.

« Je suis sûre qu'on t'apprend pas ça en potions !! »

Hochant les épaules, il répondit sans fierté mais avec une pointe d'amusement :

« En général, je fais pas long feu en cours de potion …»

Vrai qu'il avait rapidement tendance à se faire virer ou à dormir en cours. C'était un miracle qu'il ait réussi à avoir sa BUSE de potion en s'étant fait renvoyer et interdire de cours en cinquième année. Pour la sixième, elle n'était pas encore terminée, mais il arrivait à suivre, un peu …
Voyant la mixture, il demandait à l'experte potionniste et l'alchimiste alcoolique à ses heures :

« Et c'est quoi ton truc rose là ?»

Inconnu au bataillon, ça avait une couleur de type bôaaaaa, et même si sa conscience lui hurlait : ' bôaaaaa pas ça !', il avait quand même bien envie d'essayer ce petit machin là.

« Du sirop pour la toux. Un truc moldu. Fais comme chez toi, morpion. Heu les chiottes sont au fond au fait mais j'aimerais autant que tu les gardes propres, si tu peux. Tu dois être capable de savoir viser, à ton âge. »

Oh il n'en fallait pas plus pour faire en sorte qu'il s'amuse un peu ! Ah là, elle ne savait pas ce qu'elle faisait en réveillant la bête, c'était une honte de provoquer ainsi le meilleur duelliste de Poudlard !
Sortant sa baguette en ébène, il posa les parts de pizza à coté de lui avant de lancer la boîte de l'autre coté de la pièce. D'un coup de baguette, un peu approximatif mais plus ou moins maîtrisé, il fit péter la cible en l'air, laissant des copeaux retomber un peu partout dans la zone de tir, c'était pas un avion qu'il avait fait péter, mais ça aurait fait hurler des petits somaliens qui auraient adorer manger du bon carton aromatisé à la pizza.
Se reposant sur le sol comme un clochard après avoir rangé son arme, il chopa son verre et enfourna un bout de pizza entier dans son bec, ajoutant alors :

« Ch'penche que cha dvrais pas poser d'problèmes …»

Il haussa vaguement les épaules.

« Au pire, chi j'ai un chouchis, j't'appelle pour que tu me la tiennes.»

Ignorant ce qu'elle pouvait bien lui dire, il leva son verre et porta un toast, comme il était coutume de le faire quand on était dirlo de l'école Poudlard.

« A la bonne tienne blondie, et puisse l'alcool t'être farovable !»

Malgré son soucis d'élocution à cause de son grammage, il enquilla son verre, surpris par le goût étrange de la mixture. Sirop contre la toux et pizza quatre fromages, sympathique mélange tout ça.
La menaçant presque d'une part de pizza, il l'invita à s'en saisir.

« Tiens vas y si t'en veux, fais pas ta timide.»

Elle n'était pas du genre à faire sa frigide celle la, même s'il sentait que ça faisait un bon moment qu'elle n'avait pas eu de réelle proximité avec quelqu'un, elle était chez elle et ne faisait pas de manière, pour une blonde c'était presque exploit. Qu'importe, il allait la mettre à l'aise du mieux qu'il pouvait, et s'il devait faire l'homme hélicoptère pour ça, il le ferait.

« C'est pas dégueulasse ton truc … en plus ça va bien avec la bouffe. Tu choppes souvent des trucs moldus chelous comme ça ?!»

Vrai que pour une fois que les mous de la baguette faisaient des trucs pas dégueux, ça méritait une remarque pas trop désobligeante, en tout cas merci Blondie pour la ripaille et la dégustation, sa saignerie ( bah oui c'était une nana donc forcément … ) était d'une générosité sans limite.
Et comme disait la chanson : A la santé du compère, qui nous régale aujourd'hui ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A la santé des amoureux ! [Pv' Light]

Revenir en haut Aller en bas

A la santé des amoureux ! [Pv' Light]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-